Navigation – Plan du site
Informalité, pouvoir et envers des espaces urbains (suite du précédent numéro)

Autoritarisme, hybridation et pratiques du pouvoir dans le Grand Khartoum : une étude des services de l’eau et du commerce de rue

Authoritarianism, Hybridation and Practices of Power in the Greater Khartoum: a Study of Water Services and Street-market
Laure Crombé et Guillaume Sauloup

Résumés

Cet article propose une étude croisée des évolutions du commerce de rue et de l’approvisionnement en eau à Khartoum. Ces deux secteurs sont envisagés comme des révélateurs des restructurations de la gestion urbaine de l’agglomération. L’objectif de ce texte est d’interroger l'hybridation des réformes néolibérales, accrues depuis la moitié des années 2000, et des logiques de contrôle autoritaires. Cette approche s’appuie sur des enquêtes qualitatives auprès des acteurs quotidiens du service de l'eau et de la vente de rue, dans différents quartiers de la capitale soudanaise. La première partie revient brièvement sur l'évolution du régime autoritaire au Soudan, marquée par une adaptation à des modèles néolibéraux internationaux, et en interroge de possibles déclinaisons à Khartoum. Inspirés de ces modèles, les réformes de décentralisation et de privatisation génèrent un redéploiement de la bureaucratie de l’État à des niveaux intermédiaires, ainsi qu'une redistribution des prérogatives d’aménagement de l’espace urbain auprès de partenaires privés sélectionnés. D’autre part, dans les quartiers, l’intégration des récentes normes de gestion au sein des deux secteurs d’approvisionnement urbain conduit à l'imbrication de plusieurs logiques de contrôle, anciennes et nouvelles, qui redéfinissent les rapports d'autorité entre l’État et les citadins.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le parti du Front National Islamique (FNI) existe avant le coup d’État de 1989, dirigé par Omer el- (...)

1Le 25 septembre 2013, Khartoum, capitale du Soudan, subit une coupure internet générale, qui durera vingt-quatre heures. La censure gouvernementale est sans aucun doute responsable de l'interruption de ce service pourtant privatisé. Au matin, des manifestations avaient en effet démarré dans la ville suite à l'arrêt des subventions publiques sur le pétrole et à la hausse importante du prix du gallon. Entre capacité de contrôle du régime et revendication de la population, ces événements illustrent deux expressions extrêmes du pouvoir dans la ville. L'ampleur et la dureté des réactions du gouvernement soudanais en disent néanmoins long sur les déséquilibres entre ces deux formes d'expression. Le gouvernement actuel du Congrès National (CN), issu du Front National Islamique (FNI)1 et du coup d’État de juin 1989, est couramment qualifiée d’autoritaire. À Khartoum comme ailleurs, la délimitation des contours de l'autoritarisme hors de situations exceptionnelles n'est pourtant pas simple.

  • 2 Voir la revue Justice spatiale-Spatial justice, 2015-8 : Espace autoritaires, espaces (in)justes. h (...)

2Notre article s'inscrit dans les questionnements sur l'autoritarisme qui émergent en géographie francophone2. À partir de cas d'études urbains pour l'essentiel (Hilger, 2010 ; Debout, 2012) les auteur-e-s s'intéressent aux liens entre pouvoir autoritaire et espace urbain (Planel, 2015 ; Fournet-Guerin et Vacchiani-Marcuzzo, 2009). Ces travaux ne se limitent pas à décrire l’omnipotence d’un régime politique ou d’un groupe de gouvernants bien ciblés. Ils proposent d’interroger l’autoritarisme du point de vue des pratiques, ici spatiales, autoritaires (Planel, 2015). Nous abordons donc l’autoritarisme à travers des formes spécifiques d’exercice du pouvoir sur et dans l’espace. Celles-ci s’expriment au sein des relations de domination qui existent entre une multiplicité d’acteurs et qui définissent la diversité des positions sociales dans la ville. Cette hypothèse « relationnelle » suit la démarche analytique de l’ouvrage de B. Hibou (2011), pour qui tout pouvoir se lit dans les manières dont il est exercé, et non pas détenu, par et entre des individus (Foucault, 1997).

3Appliquée à l'étude des services de l'eau et du commerce de rue, dont il sera question dans ce travail, l'hypothèse « relationnelle » invite à l'analyse des rapports entre les usagers et les décideurs, les travailleurs et les gestionnaires, qui s'observent dans une multiplicité d’espaces (le bureau, la maison, le puits, la rue). Ces rapports répondent à des logiques de sélection, d’appropriation et de hiérarchisation spatiales (en particulier à l’échelle des quartiers) qui les inscrivent dans les dynamiques de domination. Notre approche de l'exercice du pouvoir autoritaire se concentre ainsi sur certaines pratiques de contrôle des espaces urbains, qui témoignent de privilèges accordés à un nombre limité d'acteurs et à la restriction des possibilités d'action pour les citadins qui s'en retrouvent démunis.

  • 3 Si cet article se concentre sur les réformes néolibérales, nous considérons qu’elles s’insèrent dan (...)

4À Khartoum, les années 2000 sont marquées par l’accentuation des réformes d’inspiration néolibérale3. Ces dernières supposent une évolution des pratiques des différents acteurs de la gestion urbaine et, parmi elles, des pratiques autoritaires. L'étude croisée du commerce de rue et du service de l’eau permet d'éclairer l'imbrication des logiques autoritaires et des réformes néolibérales. Dans les deux secteurs, cette hybridation passe notamment par des processus de formalisation – entendue comme une mise en adéquation des développements des services avec l’action publique officielle –, qui interrogent le maintien de l'autoritarisme au sein de pratiques de contrôle renouvelées.

5Cette réflexion est le fruit de la rencontre entre deux recherches doctorales menées dans la capitale soudanaise, entre 2009 et 2014. Elle s’appuie sur des enquêtes de terrain résolument qualitatives et conduites sur un temps long, tant dans les quartiers centraux (commerce de rue notamment) que dans des espaces périphériques. Par un aller-retour entre ce terrain et la théorie, ainsi que par la confrontation des processus de formalisation variables des deux secteurs, cet article commence par décrypter l'évolution de certains modes de gestion urbaine, qui passe aujourd'hui par un virage néolibéral, et qui invite à comprendre l'autoritarisme en termes de pratiques spatiales. La seconde partie illustre la recomposition des acteurs dominants dans la gestion des services de l’eau et du commerce de rue, à travers les réformes de privatisation et de décentralisation. Enfin, la troisième partie interroge les processus de normalisation que véhiculent ces réformes néolibérales, dans la mesure où ils mènent à l’hybridation des moyens de contrôle sur la population et les acteurs locaux.

Autoritarisme et gestion urbaine : du régime aux pratiques

Carte 1 - Les quartiers d'étude dans la croissance du Grand Khartoum (les Trois-Villes)

Carte 1 - Les quartiers d'étude dans la croissance du Grand Khartoum (les Trois-Villes)

Sources : données Wamakhair 2009, Googlearth 2007. Cartographie M. Wegener 2009, révision L. Crombé 2013

Une hybridation croissante des politiques urbaines autoritaires

  • 4 Le groupe dominant, sur lequel s'appuie l'actuel régime, correspondrait d'abord aux awlad el balad, (...)
  • 5 Front National Islamique
  • 6 Il se met en scène lorsque, par exemple, il marque les espaces publics de la martyrologie. Il n'est (...)
  • 7 Le Soudan contemporain a été, et est toujours, le théâtre de plusieurs conflits entre l'armée gouve (...)

6L'autoritarisme se caractérise par un mécanisme « d’exclusion et de limitation du pluralisme politique » (Droz-Vincent, 2004, p.947) et d'« hypertrophie des appareils répressifs » (Camau, 2006, p.60). Ce mécanisme, qui s'accompagne d'une confiscation des ressources économiques, agit au profit d’un groupe contrôlant l’appareil étatique. Il comporte des dimensions spatiales. La centralité de régions, de villes et de quartiers urbains se définit en fonction des ancrages du groupe dominant. Au Soudan, le basculement de la centralité politico-économique vers la région de Khartoum/Omdurman et la vallée du Nil au nord est ancienne4. Lorsque le parti du FNI5 accède à la tête de l’État le 30 juillet 1989, dans l'ombre du putsch militaire mené par Omer Hassan el-Beshir, l'idéologie du régime s'insère dans l'urbanisation progressive du pays (Hamid, 1993). Le Grand Khartoum sert de support à son « projet civilisationnel ». Le FNI tente de recomposer les pratiques urbaines, notamment par le renforcement de la sharia6. Ces volontés de transformations sociales traduisent celle d'un parti qui cherche à consolider sa base sociale, au sein d'anciennes élites urbaines souvent familières à d'autres partis, et de nouvelles dont il favorise l'ascension grâce à une maîtrise progressive du marché du foncier, de l'immobilier ou encore de l'emploi public. L'intensité du contrôle de l'appareil d’État par le FNI repose sur la solidification du parti unique et sur la préservation des allégeances ethniques. En partie pour ces raisons, l’afflux des centaines de milliers de migrants internes venus des régions en proie à des guerres d’opposition (Soudan du Sud, Kordofan du Sud, Darfour)7 est pensé comme un danger politique. Le régime agite surtout le drapeau de l’incompatibilité culturelle de ces populations au projet identitaire national, et par prolongement à la ville qui l'incarne. La planification des quartiers périphériques, où les migrants trouvent principalement refuge, se fait alors selon des standards de développement urbain abaissés et discriminants (Marchal et Osman, 1997, p.76 ; Denis, 2005). Le « projet civilisationnel » s'avère surtout être un plan de contrôle de la société mis en œuvre par un vaste appareil de sécurité. Il se révèle aussi bien lors de purges menées au sein de l'armée, des administrations centrales ou des universités (Ahmed, 2009) que lors de l'expulsion manu-militari de quartiers illégalement bâtis ou des projets d’aménagement modernistes du centre-ville.

7À Khartoum comme dans d'autres capitales sous régimes autoritaires, l'espace conçu (Lefebvre, 1974) du groupe dominant se traduit par des politiques urbaines qui visent avant tout à protéger le noyau central de toute contestation, même si cela suppose un fléchissement des préceptes idéologiques. De récentes études menées dans le monde arabe (Droz-Vincent, 2004 ; Camau et Massardier, 2009) ont ainsi montré l’hybridation croissante des systèmes autoritaires. Ces études dévoilent notamment l'impératif de l'ouverture, parfois déguisée, mais qui passe dans tous les cas par la négociation de soutiens à l’extérieur du groupe central (Droz-Vincent, 2004, p.950). L'ouverture économique se conjugue à cette ouverture politique. La fin des années 1990 est à ce titre une époque charnière au Soudan. Les débuts de l'exploitation pétrolière favorisent des réformes d'inspirations néolibérales, que la première vague libérale des années 1970 sous le régime de Jafaar el-Nimeiry (1969-1985), les précédents ajustements structurels, ainsi que les principes de l'économie islamique, avaient préparé. Le FNI, muté en Parti du Congrès National, se recompose dans un virage parfois qualifié de « post-islamiste » (Ahmed, 2009), à partir duquel un semblant de multipartisme est réintroduit et certaines répressions sociales relativement atténuées.

8Le constat d'hybridation générale du régime au tournant des années 2000 ne dit cependant pas grand chose de ses objectifs ni de ses modalités. Il invite surtout à « abandonner la perspective en terme de « manque », de « déficit » démocratique, ou encore de « retard », au profit de la compréhension des logiques fonctionnelles de ces régimes, des dynamiques politiques, sociales, économiques intrinsèques qui les animent et qui expliquent leur longévité » (Gatelier et Valéri, 2012, p.8). Les réformes néolibérales font partie de ces dynamiques. Elles apparaissent comme des vecteurs de légitimité à la fois internationale et nationale. Si elles tentent en effet de répondre à des impératifs et à des modèles de développement en donnant l’impression que « les libertés se renforce[nt] » (Kienle, 2008, p.258), dans quelles mesures peuvent-elles également conduire à la mise en place « de nouveaux garde-fous » (ib.) ? À Khartoum, le commerce de rue et le service de l’eau sont des secteurs d’application privilégiés de l'adaptation néolibérale. Les décalages entre les ambitions sociales affichées par les réformes de leur gestion et la faiblesse des résultats correspondants, laissent notamment entrevoir la satisfaction primordiale d'appétits sécuritaires et économiques.

Au sein des réformes des services urbains : l'adaptation néolibérale

9À partir des années 1990, le contexte de néolibéralisation dans le monde arabe (Verdeil, 2010) et en Afrique subsaharienne (Jaglin, 2005), entre lesquels se situe le Soudan, imprègne l'évolution des services urbains. Leurs réformes ont affiché des objectifs assez similaires d'un État à un autre, et ont employé les mêmes outils. Elles se sont en revanche traduites par des adaptations aux divers contextes économiques et aux stratégies politiques spécifiques à chaque État, si bien que les interrogations sur le fonctionnement autoritaire de certaines gestions urbaines restent d'actualité. À l'instar des premiers débats sur la fragmentation urbaine (Graham et Marvin, 2001), l'analyse des réformes a d'abord été posée en termes de résultats. La diversification des objectifs dans la gestion des services contribue non pas à l'unification des situations d'accès aux services mais à leur multiplication. Dans le Grand Khartoum, les pétrodollars des années 2000 ont permis la matérialisation de deux principaux objectifs de modernisation : le réinvestissement du centre-ville et la progression des services dans les quartiers périphériques.

  • 8 En particulier modélisés sur les Cités-États du Golfe (Choplin et Franck 2010), des projets pharaon (...)
  • 9 Un plan d’investissement d’environ 150 millions d'euros débute en 2001 (Crombé et Blanchon, 2010).

10L'amélioration des services au centre de l'agglomération, particulièrement dans la ville de Khartoum, est pensée comme une condition à la concrétisation future de grands projets d'aménagement8. La diminution et la régulation du commerce de rue intègre ainsi la réhabilitation fonctionnelle et esthétique des rues, dans lesquels les problèmes de congestion n'avait cessé d'augmenter, et accompagne l'évolution des pratiques de mobilité (la voiture) et de consommation (le fast-food, la grande épicerie, le mall). Dans une situation comparable à d'autres équipements tels que la distribution électrique, le ramassage des ordures ou encore la télécommunication, les investissements dans le secteur de l'adduction et de l'évacuation de l'eau ont significativement augmenté de la part de la Khartoum State Water Corporation (KSWC)9, la société publique de gestion de l’eau pour l’État de Khartoum créée en 1994. Le réseau d'approvisionnement dans les espaces centraux de la ville existe depuis la période coloniale mais ne saurait en effet suffire à l’augmentation des standards de consommation. Tout comme M. Kooy et K. Bakker (2008) le soulignent pour la Jakarta postcoloniale, assurer la distribution d'eau dans les espaces centraux procède bien de la création d’une image moderne et compétitive des métropoles du Sud. La volonté de réguler les métiers de rue, notamment via de très récents projets de formalisation limités au centre-ville, participent d'une même politique d'espaces-vitrines (Monnet, 2006 ; Morange, à paraître). Des cas comparables étudiés dès les années 1990, par exemple celui de Dar es Salaam développé par A. S. Lewinson (1998), témoignent du fait qu'il ne s'agit pas, là encore, d'une évolution spécifique à la capitale soudanaise.

11Le second objectif affiché par les réformes est la progression des services dans l'espace urbain. Dans les années 2000, la KSWC met en œuvre un programme d’augmentation de la production par le biais de nouvelles infrastructures de pompage et de traitement de l’eau du Nil. Le nombre d’habitants approvisionnés par le réseau gouvernemental passe d’un peu plus d'un million à trois millions d'habitants (Crombé et Blanchon, 2010 ; Beckedorf, 2012). L'extension de l'approvisionnement est permise par différents systèmes de délégation et de réseaux locaux disséminés ponctuellement selon les quartiers. La décennie 2000 voit d'une même façon l'accélération du décentrement des espaces marchands par l'officialisation de grands souks périphériques auxquels se greffe le petit commerce de rue. Le profil des travailleurs du commerce de rue est par ailleurs de plus en plus divers. Parce que ce dernier demeure encore largement concentré dans les espaces centraux, il symbolise néanmoins la persistance de l’inégale distribution de l’activité économique et donc de l’emploi pour les citadins des quartiers les plus éloignés.

  • 10 On peut faire remonter les origines de la décentralisation bien avant au moins de façon plus instit (...)

12Parmi les principaux outils des réformes figurent la décentralisation et la privatisation. Au cours de la décennie 1990, la décentralisation est effectivement consolidée par l'instauration du système fédéral10 (Hamid, 2002). Ce système est une des bases du régime de 1989 qui prétend, à travers la mise en avant de « la démocratie populaire participative », assurer une déconcentration du pouvoir vers les échelons locaux et promouvoir la formation d'une communauté musulmane « autogérée » (Lavergne, 1997). La décentralisation se traduit à l'échelle de la capitale. L’État de Khartoum (wilaya) se compose de sept municipalités (mahaliyat), découpées elles-mêmes en sous-unités administratives. Le dernier maillage est le comité populaire (lejna shaa’biya), à l’échelle d’un quartier ou d'un bloc d’habitation. Ces différentes unités administratives jouent désormais un rôle essentiel dans les secteurs de l'adduction d'eau et du commerce de rue. Certaines administrations spécialisées, telles que la Khartoum State Water Corporation, sont elles-mêmes touchées par des mesures de décentralisation. En synergie avec la décentralisation, la privatisation est par ailleurs promue. Elle se matérialise par la multiplication d'entrepreneurs privés, qui investissent plus ou moins directement dans les deux secteurs.

13Les résultats des réformes ne sont pas à la hauteur des objectifs affichés. Dans les quartiers centraux, l'administration des services, demeurant très largement publique, couvre la surconcentration des investissements. Dans les périphéries, une logique de conquête de nouvelles ressources économiques, mais aussi d’ouverture, sous-tend la progression des services. Celle-ci n’améliore pas systématiquement le sort des habitants les plus démunis qui se trouvent toujours repoussés vers de nouveaux sites de réinstallation dépourvus de tout service officiel. Face à cette perpétuation des déséquilibres dans l'accès aux services, il semble nécessaire de compléter l'analyse des conséquences des réformes (sur l'accès aux services, et à l'emploi) vers leurs mécanismes de production et de mise en œuvre. L'intérêt est moins de définir si les divisions spatiales tendent ou non à augmenter, que de comprendre dans quelles mesures les restructurations spatiales (divisions d’accès aux services, nouvelles échelles de gestion) entrent dans des stratégies de contrôle des ressources et des populations, et au profit de quels individus, ou groupes, ces restructurations ont été engagées. La suite de l’article interroge donc la façon dont les réformes, qui suivent des modèles néolibéraux classiques, conduisent, ou non, au renforcement de la présence de l’État dans l’espace urbain.

Une reconquête de l'espace urbain entre diversification et consolidation des acteurs dominants

14La modernisation des services de l'eau et du commerce de rue se déroule selon un double registre, propre à l'hybridation du régime tout entier, avec des recompositions d'une part des « policies, ou modes de production des biens « publics », et d'autre part « de la politique, au sens de politics, c’est-à-dire de compétition pour exercer ou influencer le pouvoir » (Camau et Massardier, 2009, p.9). La manière dont les réformes sont mises en œuvre offre une lecture privilégiée de l'évolution des acteurs qui gouvernent la ville. Dans les années 1990, les politiques d'intégration se sont traduites par le recours à la planification urbaine imposée, aux déplacements forcés et par la création de nouveaux quartiers, périphériques, dont l'aménagement fut réduit à la seule allocation foncière, dépourvue de tout service en réseau (Lavergne, 1997). La méthode du contrôle-déguerpissement est aussi devenue la principale méthode de gestion du commerce de rue. Utilisée dans d'autres contextes urbains (Fourchard, 2006), elle n'en caractérise pas moins une gestion autoritaire : par l'usage de la coercition (le recourt à la violence sur les citadins, la faiblesse des droits qui leur sont accordés) et de la corruption (les diverses rentes dégagées par la maîtrise des infrastructures d'un service, et du foncier reconquis). Ce type de méthode vise à protéger politiquement et économiquement les acteurs dominants. Il va de pair avec la faible reconnaissance voire la lutte contre la contribution d'autres acteurs tels que, spécifiquement dans les secteurs qui nous intéressent, les petits revendeurs d'eau et les marchands de rue, tout comme leurs représentations collectives (associations, syndicats, ...). L'impact des réformes des années 2000 sur cet autoritarisme ne va pas de soi.

À travers la décentralisation

15Les mesures de décentralisation ont été particulièrement fortes dans l'administration de l'approvisionnement en eau. La KSWC étend sa présence dans la capitale grâce à l’installation de nouveaux réseaux d’adduction d’eau et la multiplication des bureaux locaux. Ces derniers ont en charge la construction des canalisations secondaires, la gestion des abonnés, la maintenance et la réparation des pannes, et ce notamment dans les espaces périphériques longtemps délaissés. La décentralisation de la KSWC rejoint ici les mesures de « bonne gouvernance », concept clé des institutions néolibérales (Baron, 2003), d'autant plus que cette décentralisation a été instaurée, à partir de 2002, par des dirigeants de la KSWC arrivés du secteur privé et/ou formés en Occident (Beckedorf, 2012). Il en est allé de même pour la valorisation de l’échelon local et « civil » avec, par exemple, le soutien de l’État aux ONG nationales ou islamiques qui n'allait pas à l'encontre de ses intérêts et « qui sonnait également bien avec la rhétorique dominante sur la scène internationale en terme de ''capacity building''» (Bellion-Jourdan, 1997, p.69). Lors de cette restructuration technico-gestionnaire du secteur de l’eau, le passage d’une gestion fédérale à une gestion au niveau fédéré a toutefois permis de faire un tri parmi les employés et d'assurer leur loyauté envers le gouvernement. Les dirigeants et les ingénieurs qui étaient soient apolitiques, soient liés aux gouvernements précédents ou aux partis s'opposant aux islamistes avant les années 1990, ont été remplacés par du personnel sympathisant du Front National Islamique (Beckedorf, 2012, p.105). Le renouvellement interne de la classe dirigeante à la Khartoum State Water Corporation symbolise donc, au niveau sectoriel, le fonctionnement général de l'appareil étatique, reposant sur une décentralisation « en trompe l’œil » (Lavergne, 1997), dirigée par le haut à coup de nominations et avec peu de base représentative du local.

  • 11 Les directeurs des mahaliyat sont par exemple nommés par le gouverneur de l'État de Khartoum, lui-m (...)

16Le commerce de rue constitue un secteur moins formalisé. Il est pourtant régulé de près par les autorités et reconfiguré par la décentralisation administrative. Les mahaliyat, sous-unités administratives de l’État de Khartoum, sont chargées de contrôler, essentiellement par une méthode de déguerpissements quotidiens, les marchands de rue pour la plupart dépourvus de licences de travail. Dans les rues de la capitale, les mahaliyat s'occupent aussi de l'octroi des permis aux conducteurs de raksha (les tricyles « tuk-tuk » importés d'Asie), se répartissent une partie du ramassage des ordures, ou encore distribuent les permis et effectuent les contrôles sanitaires des revendeurs d’eau ambulants dans les périphéries. Les responsables des mahaliyat sont, conformément à l’organigramme de ces administrations locales, des officiers de police qui répondent à une hiérarchie descendant du haut de l’État11. Aucun projet d'envergure, tel que l'installation d'une nouvelle place marchande, ne peut se faire sans l’assentiment de l’État – wilaya – de Khartoum, voire du gouvernement. Dans le secteur du commerce de rue, les mesures de décentralisation correspondent donc également à un élargissement du réseau des gestionnaires qui, même s'il fait courir le risque d'un émiettement du pouvoir décisionnel, est nécessaire au déploiement de l’État dans l'espace urbain.

Photographie 1 - Confiscation de caros (charrette des revendeurs d’eau ambulants) non homologués par le contrôle sanitaire de la mahaliya.

Photographie 1 - Confiscation de caros (charrette des revendeurs d’eau ambulants) non homologués par le contrôle sanitaire de la mahaliya.

Source : Crombé, 2009

17Si la décentralisation correspond d’abord à un redéploiement politique à travers les échelles, elle représente aussi un terrain favorable aux logiques de sélection économique des espaces. Les choix de desserte en eau de nouveaux espaces, comme dans une moindre mesure la mise en valeur de souks secondaires, oscillent entre des décisions prises au niveau central, qui bénéficient aux zones stratégiques (quartiers gouvernementaux, quartiers de certaines élites), et des demandes locales plus ou moins considérées au gré de pressions politico-économiques ou du bon vouloir des autorités publiques. La décentralisation permet à ces dernières de valider systématiquement, voire de favoriser, la localisation des projets d'aménagement privés et de s'appuyer sur différents profils d'entrepreneurs. La multiplication des investissements privés dans les deux secteurs étudiés représente une seconde voie d'accumulation des ressources économiques (eau, denrées de bases, emplois), comme de contrôle des canaux de leur distribution, au détriment de certaines populations stigmatisées.

À travers la privatisation

18Les politiques de privatisation les plus poussées concernent les espaces centraux du Grand Khartoum, et sont en particulier le fait de grands investisseurs. Qu'ils s'insèrent ou non dans des logiques économiques internationalisées, ces nouveaux acteurs privés ont tout de la « nouvelle bourgeoisie d'affaires » dont l’ascension avait déjà été évoquée dans les travaux de recherche dressant le bilan des premières années du régime (Ahmed, 1997 ; Lavergne, 1997 ; Marchal, 1999).

  • 12 Le projet « Khartoum Clean Capital » se décline en plusieurs zones maillant l’État de Khartoum, tou (...)
  • 13 Les télécommunications décollent au milieu des années 1990 par le biais d'un programme de libéralis (...)

19Fin 2014, des premières bornes de péages destinées aux transports en commun sont construites dans le centre-ville de Khartoum, dans le but de limiter la circulation des vieux bus. L'idée répond à un projet d'ensemble visant à moderniser le secteur et fait suite à la mise en place d'un nouveau système. Les « wali el-haflat », « les bus du gouverneur », ont en effet été récemment introduits en partenariat avec le groupe soudanais CTC, distributeur national du géant indien Tata Motors, et confiés à différents entrepreneurs définissant eux-mêmes les lignes de leurs chauffeurs. CTC se dresse en partenaire privilégié des autorités publiques, puisqu'il assure aussi l'importation des camions de collecte des déchets derrière le slogan de l’État de Khartoum « Khartoum Clean Capital »12. Souvent peu rentable, le commerce de rue ne connaît pas de tels investissements. L'ouverture économique, suivant la tendance de nombreuses villes en développement (Monnet, 2006), intègre néanmoins les vendeurs de rue à la globalisation des échanges et des pratiques de consommation. Les marchands entrent de plus en plus dans les stratégies commerciales et publicitaires de grandes entreprises, et témoignent de la place croissante du privé dans les rues de la capitale. Dans ce jeu, les trois compagnies de téléphonie mobile – un service lui-même largement privatisé13 – se livrent par exemple bataille pour la visibilité de leurs marques et pour écouler leurs produits dans une complète illégalité, que l’État ne cherche en rien à freiner, si ce n'est par le contrôle des seuls vendeurs de rue. Ce type d'initiatives, rares, ou rarement visibles, sont le signe de pratiques économiques informelles utilisées par des acteurs privés puissants et tolérées par l’État : une tolérance à la mesure des intérêts « publics » présents dans les espaces investis. Ailleurs, sous les nouveaux lampadaires sponsorisés par Coca Cola de la rue 15 d'Amarat, « la plus chère du Soudan », s'organise la revente de cigarettes Marlboro illégalement importées via l'aéroport.

Photographie 2 - La rue 15 d’Amarat (Khartoum) et ses investissements publicitaires

Photographie 2 - La rue 15 d’Amarat (Khartoum) et ses investissements publicitaires

Source : Sauloup, mai 2010

  • 14 Pour une synthèse complète sur la privatisation institutionnelle du secteur de l'eau à Khartoum, vo (...)
  • 15 Un partenariat de type BOOT : Built, Own, Operate Transfer.

20Dans le service de l'eau, à partir de 2001, la Khartoum State Water Corporation procède dans un premier temps à la délégation de certaines tâches à des entreprises soudanaises : collecte des abonnements, travaux d'installation des réseaux, maintenance et consultance14. Ces nouvelles entreprises contractualisées par l'institution gouvernementale se partagent le territoire de l'agglomération et agissent dans des espaces sectorisés. Elles sont généralement mises sur pied par des hommes d'affaires de la capitale. Dans un deuxième temps, la présence croissante d'investisseurs étrangers, dans des secteurs clés de la gestion urbaine, marque une nouvelle étape de la privatisation soutenue par le régime. L'inauguration de la nouvelle station de traitement à Al-Manara (Omdurman Nord) est un parfait exemple de partenariat public-privé entre l'entreprise britannique Biwater15, la Dutch development Bank et la KSWC. Ce type de partenariat est loin de la vague de délégations de service à long terme des années 1990, soldée par des échecs ou annulation de contrat. Il correspond davantage à la réorientation de la décennie suivante, notamment établie en Afrique subsaharienne, vers des contrats multipartites qui maintiennent l’engagement du secteur public, mais à travers la marchandisation et la financiarisation de sa gestion (Bakker, 2009). Le partenariat n’a pas empêché la modification, au cours du projet, des zones de desserte prioritaire de la nouvelle station de pompage (Beckedorf, 2012) afin de desservir certains quartiers centraux ou habités par des élites de Khartoum, au détriment d’espaces plus populaires, telles les périphéries de Dar es Salam ou d’al-Fatih, qui accueillent des populations issues des régions de l’Ouest et du Sud du pays, dans l'ensemble déconsidérées par le régime.

  • 16 Au début des années 1990, lors des premiers temps du FNI, l'appel au don est un mécanisme essentiel (...)

21La privatisation de projets d'aménagement est sensée soutenir, voire décharger, des institutions publiques aux situations budgétaires difficiles. Le désengagement n'est cependant jamais total. L’État appelle par exemple, de manière parfois contrainte, à l'évergétisme (Baillard et Haenni, 1997) car il lui offre une prise sur des acteurs privés, un aménagement de la ville à faible coup, et une possibilité de récupérer politiquement les réalisations auprès des citadins. Des mosquées, des écoles, des centres médicaux, des forages, des rues asphaltées ou encore des monuments sont nés de l'appel aux dons16. Ce fut le cas dans le quartier d’Al Thawra, en périphérie d'Omdurman. À la fin des années 1990, un ingénieur khartoumi s’implique et finance l’installation d’un micro-réseau d’adduction d’eau. En l’honneur des parents, l’héritage est investi dans cette réalisation charitable mais sa mise en place et sa localisation sont avant tout décidées sur les conseils du ministre de la planification de l’époque. D'autres dons servent comme outil de communication. Dans trois quartiers centraux de la ville (le souk de Khartoum 2, la rue 15 d'Amarat et le souk de Deim), une dizaine de femmes vendent par exemple des galettes de sorgho, ou kissra, sur des kiosques aux couleurs de la marque de farine Zadna de l'entreprise Sayga. Cette dernière appartient à l'un des groupes industriels soudanais les plus influents, DAL Group, très présent dans l'aménagement du centre de Khartoum : la compagnie a aménagé des jardins (dans le quartier de Khartoum 2), ouvert le restaurant de luxe le plus célèbre de la capitale (Ozone), finance l'une des meilleures écoles (la Khartoum International Community School) et se trouve être aussi l'un des piliers du grand projet Al Sunut, le CBD de Khartoum au futur incertain. L'« opération Zadna » avait quant à elle été lancée par la mahaliya de Khartoum en 2006, renforcée (par l'augmentation du nombre de kiosques et la suppression des taxations) juste avant les élections présidentielles de 2010, pour être finalement abandonnée et reprise par le groupe DAL un an plus tard. Les vendeuses n'ont jamais été en bonne et due forme officialisées par la mahaliya, qui a d'ailleurs décidé de priver les marchandes d'Amarat de leurs kiosques, fin 2012.

22Les rapports entre l'État et le secteur privé se jouent aussi dans les marges de la ville et de ses réseaux. Dans le domaine de l’approvisionnement en eau, la multiplication d’entreprises locales privées suit le nouveau maillage territorial des bureaux décentralisés de la KSWC. Des entreprises de collecte des abonnements mensuels pour l’eau apparaissent dans les secteurs administratifs balisés par les réseaux récents. La délégation de la collecte est systématique dans ces espaces périphériques et précaires, où la densité urbaine est souvent lâche, les distances longues et peu aisées à couvrir en automobile, et où la collecte est donc parfois délicate. Les entreprises sont généralement le fait d’entrepreneurs khartoumis qui évoluent déjà dans d’autres secteurs. Ils profitent de l’ouverture de celui de l’eau et de leur réseau professionnel pour investir dans la gestion urbaine de la capitale. Les contrats sont mis au concours et passés directement avec la KSWC sur une zone de desserte précise. L’entreprise assure la collecte des abonnements sur lesquels elle touche un pourcentage qui croît selon le taux de collecte. L’ouverture de ce secteur participe bien à la consolidation d’une bourgeoisie d’affaire qui profite des opportunités offertes par le gouvernement. Des pratiques de collusion existent parfois entre des bureaux de la KSWC et l’entreprise engagée, ou entre des collecteurs et certains habitants à travers des réseaux de relations personnelles. Les entreprises de collecte sont ainsi devenues des acteurs intermédiaires entre les habitants et les institutions publiques mais leur absence de neutralité vis-à-vis du régime ont fait d'eux des exécutants, davantage soucieux de leurs résultats économiques que du bon fonctionnement du service.

23La privatisation et la décentralisation illustrent une proximité entre les nouveaux acteurs, privés et locaux, et l’État central. Les logiques néolibérales introduites laissent peu de place aux supposés idéaux de pluralisme (Kienle, 2008) et encore moins de participation de chacun-e à la gestion urbaine. D’un côté, les gouvernants œuvrent à la constitution d’un réseau d’acteurs qui leurs sont directement affiliés ou indirectement redevables. De l’autre, les améliorations techniques, souvent sporadiques en termes d’égalité ou de desserte dans le service de l’eau (Bakker, 2009) et le commerce de rue, justifient que ces réseaux se déploient utilement à différentes échelles spatiales mais cachent mal la captation parallèle des ressources politiques et économiques. Ces processus participent d’un contrôle social qui semble moins s’effectuer par le recours à la force que par la mise à distance des individus et des autorités, à travers différents niveaux intermédiaires en charge de la régulation.

L’hybridation entre contrôle et normalisation autoritaire

24L'autoritarisme se manifeste enfin dans les rapports entre les citadins usagers des services et les administrations qui en ont la charge. Les services urbains sont un moyen « d’interroger les contours du contrat social implicite passé… entre l’État et ses citoyens » puisqu’ils « s’inscrivent dans un échange entre la population et l’État, et sont vus comme un instrument de construction et de reproduction de la légitimité de ces régimes » (Verdeil, 2010, p.101). L’hybridation des pratiques autoritaires, appuyée sur la mise en place de réformes néolibérales, tend à rendre plus ambiguë les relations entre les citadins khartoumis et l’État soudanais. Les exemples ci-après soulignent que la combinaison des mesures de décentralisation et de l'essor des entrepreneurs privés réarrange les cadres d’action dans les espaces étudiés : nouvelle bureaucratie locale, enregistrement des connexions, des magasins et des individus, formalisation des réseaux et des espaces marchands, etc. Certaines frontières qui réglementaient autrefois les rapports de force entre le régime et la population, par la coercition, par la violence et l’exclusion, se brouillent et transitent par de nouveaux acteurs intermédiaires. Ces formes d’exercice du pouvoir ne disparaissent pas. Les relations entre les individus, ainsi qu’entre eux et l’appareil d’État, se remodèlent et laissent parfois place à du compromis. Plus généralement, elles prennent la forme d’une normalisation du contrôle, notamment aux échelles locales, sans pour autant réduire les inégalités ou l’exclusion.

Contrôle des espaces et des acteurs intermédiaires

25Dans le Grand Khartoum, le maillage administratif décentralisé supporte le renouvellement de l'ancrage spatial des acteurs étatiques. La croissance du privé, à différentes échelles de la construction urbaine, ne semble pas remettre en cause la domination de la classe dirigeante préétablie. Parvenir à « contrôler les siens » n'est pas suffisant. Les gouvernants doivent aussi habilement maîtriser les évolutions du pacte social. Tandis que les pratiques inclusives peuvent aggraver les défaillances d'accès d'une large part des citadins aux services ou aux emplois, leur mise sous contrôle demeure impérative. La coercition fait partie de tout mode de gestion urbaine, son usage autoritaire se distingue par un rapport de domination disproportionné, et, sans doute plus clairement encore, par l'emploi d'une force outrepassant toute légalité. Dans le Grand Khartoum, une telle force est régulièrement employée à l'encontre de populations jugées indésirables (squatters, enfants de rue, mendiants, opposants). Les réformes d'inspiration néolibérale ont rendu en partie indirectes les pratiques coercitives. Elles passent par la formalisation croissante de certaines activités et leur mise en adéquation avec des normes proposées par les décideurs politiques. L’intégration et l’acceptation de celles-ci dans la société peuvent être considérées comme des outils de contrôle – sélectif – des espaces et des individus à travers lesquels se diffuse l’autorité descendante.

  • 17 La méthode du contrôle-déguerpissementa été mise en place dans les années 1970 sous le gouvernement (...)
  • 18 Voir, par exemple, les cas développés dans l'ouvrage Street entrepreneurs: people, place and politi (...)

26Le contrôle du commerce de rue a toujours été un enjeu politique important à Khartoum. Il se positionne clairement sur l'absence d'un système d'attribution de licences de travail, qui génère le recours au déguerpissement (« kasha »). La méthode, aujourd'hui quotidienne au centre-ville, est relativement simple : un (voire plusieurs) camion, chargé d'une dizaine de contrôleurs, traverse le plus vite possible les rues ciblées pour récolter le maximum de matériaux et de produits de vente. Des contrôles plus discrets sont en parallèle effectués par des hommes à pied. Une telle gestion de ces activités n’est pas une spécificité du Soudan ni une invention du régime actuel17. Ce dernier l’a cependant intégrée aux missions de la Police de l'ordre public, créée à la suite de l'édiction d'un nouveau Code pénal en 1991 pour faire appliquer les « lois islamiques ». Cette police est devenue, en dépit de ses évolutions, un maillon essentiel du contrôle social opéré par le gouvernement. Attribuée aux mahaliyat et, en leur sein, à des bureaux les plus localisés possibles, l'administration des kashat fonctionne en complément de la régulation économique. Face aux manques de résultats tangibles du seul recours à la force, la mahaliya de Khartoum a récemment infléchi sa politique en faveur de méthodes de contrôle plus « douces ». Elle essaie de développer un modèle de formalisation, diffusé dans le monde entier, qui consiste à canaliser le commerce de rue par la création de places marchandes délimitées18.

  • 19 Et plus exactement de son directeur Omar Ibrahim Nimir – l'une des places a d'ailleurs été surnommé (...)

27À l'été 2012, trois places du centre-ville de Khartoum sont aménagées pour accueillir des petits marchés de vendeurs « informels », l'une au souk el 'arabi et les deux autres près de la nouvelle station de bus. Il est au total envisagé la construction de 1 200 kiosques sur cinq marchés implantés dans des espaces de forte concentration du commerce de rue. Ce projet est une initiative de la mahaliya de Khartoum19, placé sous l'aval de l’État fédéré (wilaya). Son financement et son exploitation (les locations) ont été concédés à une entreprise privée, Millenium, disposant d'un budget qui avoisinerait l'équivalent d'un million d'euros à l'époque. Les nouveaux marchés ont deux principaux objectifs économiques. Ils doivent d'une part octroyer aux vendeurs de rue de meilleures conditions de travail. D'autre part, la formalisation doit permettre à la mahaliya de capter une économie qui lui échappait largement avec la méthode du kasha.

  • 20 Le comité est composé de vingt membres eux-mêmes vendeurs, soit quatre membres pour chacun des cinq (...)
  • 21 Entretien avec Cheikh au souk el-arabi (28/11/12).
  • 22 Entretien en novembre 2014.

28Après plusieurs mois, il apparaît nettement que le second objectif prime sur le premier. Le nombre de kiosques destinés aux marchands de rue a été revu à la baisse au profit de la construction de petits magasins. Des mécanismes de sur-location ou de revente illégale des kiosques se sont traduits par l'arrivée de commerçants patentés du grand souk et le départ des plus « petits » marchands. L'une des ambitions affichées par le projet de formalisation est surtout d'apaiser les relations entre les vendeurs et les autorités publiques. Il laisse supposer certaines formes de désengagement de la part de la mahaliya. En particulier, la mise en place d'un comité de représentants des marchands interroge la formation, inédite à Khartoum, d'une organisation collective reconnue par les autorités. Les modalités de sélection des membres du comité et leurs rôles au sein des marchés ne sont cependant pas clairs20. Les membres du comité disent avoir été élus par les vendeurs de rue lors d'une réunion publique. La procédure est curieuse étant donné qu'elle fut sensée se dérouler avant la création des marchés et l'attribution des kiosques. Il ne va pas de soi que les marchands, dispersés dans les rues, aient pu avoir connaissance de cette réunion. La plupart des vendeurs rencontrés approuvent à demi-mots les propos de Cheikh, vendeur de vêtements : « ils ont été mis en avant parce qu'ils étaient déjà en contrat pour autre chose avec la mahaliya, ou faisaient partie des vendeurs qui ne paient pas... [sous-entendu, qui sont liés aux autorités, à la police, à la sécurité] Il n'y a pas eu vraiment d'élections »21. Le responsable au sein de la mahaliya des activités commerciales à el 'arabi et à Jackson déclare sans équivoque que « les membres du comité sont les yeux de la mahaliya »22.

29La proximité du comité avec la mahaliya interroge leurs rôles, et leur légitimité, à différents stades du projet. Le comité a été chargé de présélectionner les vendeurs. Dans les rues ciblées, où les vendeurs ne travaillaient pas toujours de manière permanente, ces derniers devaient témoigner de leur activité. Connaître l'un des membres du comité facilitait la démarche. Les kiosques n’ont été attribués qu’après cette étape par tirage au sort. Une fois les marchés construits, le comité est chargé d'en gérer les problèmes quotidiens : des problèmes d'eau, d'électricité, de ramassage des ordures, d'éventuels incendies, vols, conflits entre marchands. Le sens de la médiation entre les vendeurs et les autorités, tel qu'il a été mis en marche, semble être descendant. Le comité s'avère être un relais local de la mahaliya. Il permet par exemple d'assurer une présence de cette administration après la fermeture de ses bureaux aux alentours de quinze heures. Doter les vendeurs d'un pouvoir de négociation, voire d'autogestion, n'est donc pas à l'ordre du jour. Si l'existence du comité tend à assouplir les relations entre les vendeurs et la mahaliya, celle-ci préserve sa capacité de contrôle sur des sites pourtant largement concédés à une entreprise privée. Dans son étude du Green Market Square de la ville du Cap, M. Morange (à paraître) montre que ce type de projet s'inscrit dans la logique néolibérale de « gouvernement à distance », qui mène à une certaine auto-régulation des vendeurs et à l'accentuation de leurs rapports de concurrence. Reconnaissons, à Khartoum, que le nombre de places est limité et que s'efface le principe, idéalisé mais fréquemment évoqué, de « la rue est à tout le monde ». Il conduit surtout à une acceptation du moins pire, voire à une justification d'une violence passée et en cours : à la fin de l'année 2014, la mahaliya de Khartoum a redoublé ses opérations de kashat, justifiant, à qui voudrait protester, qu'il existe maintenant des souks réservés – omettant le fait que le nombre de places disponibles est très insuffisant.

Photographie 3 - Le « souk Nimir » de la rue Jackson, aménagé grâce à un partenariat entre la mahaliya et une entreprise privée.

Photographie 3 - Le « souk Nimir » de la rue Jackson, aménagé grâce à un partenariat entre la mahaliya et une entreprise privée.

Source : Sauloup, 2012.

  • 23 Principalement originaire du Darfour, du Sud-Kordofan ou du Sud-Soudan.
  • 24 Projet initié par une ONG internationale

30Dans l'approvisionnement en eau, le développement des bureaux de la KSWC dans toute l’agglomération conduit à une autre forme de contrôle à distance. La privatisation, parallèle à la déconcentration institutionnelle, assure une certaine répartition de l'exercice du pouvoir par la division des acteurs impliqués dans le contrôle du service à l’échelle locale. Cette division génère un flou dans les instances de référence. Le remplacement des échelons intermédiaires, même lorsqu’ils ne sont pas directement affiliés au régime, procède d’une dynamique d’éloignement. Les niveaux intermédiaires de la KSWC absorbent un temps les réclamations et les mécontentements locaux qui peuvent émerger face à un service défaillant. Les contrats de délégation de tâches à différentes échelles, qui conduisent à une technicisation et à une professionnalisation privées de la gestion de l’espace et du service publics (Camau, 2005), renouvellent les négociations entre entre les habitants et les intervenants du service. L’arrivée des réseaux formels gouvernementaux ne se fait pas en terrain vierge. Elle s’accompagne d’une redistribution des responsabilités au niveau local. Dans deux quartiers des périphéries d’Omdurman (unités administratives de Dar es Salam et d’Al Thawra), habités par une population originairement migrante23, des services d’approvisionnement en eau locaux ont fonctionné pendant près de dix ans, entre la fin des années 1990 et la fin des années 2000, avant que la KSWC ne s’impose. Un forage associatif24 permettait la production et la revente de l’eau à des revendeurs ambulants puis dans les habitations dans les blocs 26, 27 et 28 et 30 à Dar es Salam ; un micro-réseau géré par le comité populaire (financé par un don privé) alimentait le bloc 57 à Al-Thawra. À Dar es Salam en 2008, la KSWC a installé un micro-réseau d’adduction à domicile, parallèle au système associatif, dans trois des blocs associatifs. En 2010 à Al-Thawra, elle a récupéré les infrastructures et la gestion du micro-réseau, et les a intégrées au schéma général. L’éviction – partielle – des acteurs locaux reconditionne les rôles dans le contrôle et la régulation de la ressource. Leur action et leur légitimité d’action dans la ville sont confrontées à celles de l’État. Dans ces deux exemples, l’arrivée de la KSWC, des réseaux d’adduction officiels et avec eux des entreprises privées, tend à effacer le niveau du quartier de la gestion du service.

La relation état/individu en question

  • 25 Situé tout au sud de Khartoum, le « nouveau » Mayo (il existait avant un village) est créé au tout (...)
  • 26 De telles méthodes discriminantes rappellent celles observées par I. Baillard et P. Haenni (1997) d (...)

31Les mécanismes d'inclusion n'englobent pas seulement les élites politiques et économiques. Si la progression des services dans les périphéries est parfois l'occasion d'assurer certaines proximités, elle représente un moyen « d’intégrer » – ou non – les espaces, les activités et les populations aux nouveaux cadres et règles de la gestion urbaine par leur mise en conformité avec les normes officielles. Le cas du quartier de Mayo et de son souk principal25, progressivement officialisés depuis quinze ans, est à ce titre éclairant. Jusqu'à la fin des années 1990, le souk sitta de Mayo est constitué de petits kiosques et de ruwakib (abris) en bois ou en taule, et les magasins en durs sont des maisons subdivisées en boutiques. En 1999, la mahaliya décide d'aménager le site et de créer un second souk un peu plus loin, le souk ej-jeddid (« nouveau »), qui s'avérera rapidement moins attractif car non équipé d'électricité pour le commerce nocturne. La régularisation du souk suit celle des blocs d'habitations alentours. Quelques années plus tard la rue principale est goudronnée. Un réseau d'eau courante (défaillant) et des poteaux électriques (en partie financé par les riverains) sont installés respectivement en 2005 et 2008. Le nombre de bus augmente et les tuk-tuk remplacent petit à petit les transports collectifs par charrettes. Aujourd'hui les marchands de rue dans et autour du souk (principalement de cigarettes et de crédit téléphonique, de thé, de fruits et légumes) sont acceptés par la mahaliya, mais leurs chances d'accéder à un magasin patenté sont minimes, notamment en raison de leurs prix de location. Ce qui apparaît comme une volonté de la mahaliya d'améliorer le marché et le quartier recouvre néanmoins d'autres objectifs. Lors de la régularisation du souk, la mahaliya a bâti des magasins, qu'elle loue via des baux de dix ou quinze ans et qui constituent une rente non négligeable. La régularisation a entraîné l'arrivée de commerçants extérieurs au quartier, vis-à-vis de laquelle les habitants ont suspecté la mahaliya d'être partie prenante. Une sélection opaque des locataires, des octrois de faux papiers de location, des mesures fiscales inéquitables ont, du moins au départ, déstabilisé l'activité de commerçants pour des raisons clairement politiques. Des marchands originaires du Sud et de l'Ouest du pays, régions en guerre contre le gouvernement soudanais, pensent toujours aujourd’hui en avoir particulièrement fait les frais26. Les transformations du souk, auxquelles se greffe le renforcement de la présence policière, signifient une mise sous contrôle de ce quartier habité majoritairement par des migrants du Sud-Soudan, des Monts Nouba et du Darfour, et ayant eu la réputation (ou plus précisément le stigmate) d'être une zone de non-droit.

32La normalisation est ambivalente. Elle répond à un désir d’amélioration des conditions de vie dans la ville de la part des populations. Les processus décrits ici attachent toutefois ces possibilités d’amélioration à la puissance d’action et à la recomposition de l’appareil étatique. Dès lors, la normalisation s’inscrit dans la relation entre les individus et l’État. Pour B. Hibou, la jonction entre désir de normalité et désir d’État contribue à la légitimité de l’action publique étatique au-delà des critères d’égalité (Hibou, 2011, p.27). Dans les quartiers d’Al Thawra et Dar es Salam évoqués ci-avant, l’arrivée des réseaux d’eau publics satisfait autant une demande des habitants que leur inclusion dans le système de règles édicté et contrôlé par les autorités. Les nouvelles modalités officielles de fonctionnement du service conduisent à un « renforcement » de la relation entre l’État et les individus, et de son contrôle. La nécessité d’enregistrement des habitations lors de la connexion, tout comme l’évolution des moyens de paiement, sont représentatives d’une modernisation des moyens de pression officiels sur la population.

Tableau 1 - évolutions des modalités de collecte des paiements de l’eau à Dar es Salam (bloc 26, 27 et 28).

Tableau 1 - évolutions des modalités de collecte des paiements de l’eau à Dar es Salam (bloc 26, 27 et 28).

Source : Crombé, enquêtes 2010-2014.

* L’abonnement pour la classe d’habitation 3 est de 15 SDG dans toute l’agglomération, majoré de 10 SDG les premières années pour le remboursement des coûts d’installation du réseau

  • 27 Entretien avec Ab. Novembre 2014

33La diffusion des normes et de leur acceptation sont construites progressivement, tel que nous l’explique un des responsables associatifs à Dar es Salam : Aujourd’hui pour payer l’eau, cela fonctionne avec l’électricité, dans le même bureau. Les tarifs sont séparés. Le tarif de l’eau c’est le même, 15SDG/mois, avant les gens ne payaient pas, le service était gratuit. Maintenant il faut payer en même temps que tu vas payer l’électricité. Si tu ne payes pas pendant plusieurs mois, l’eau n’est pas coupée mais quand tu vas pour acheter de l’électricité tu dois payer tous les mois pour l’eau que tu dois. C’est pratique pour l’administration, ils ont un seul bureau. Avant, il fallait envoyer des collecteurs dans tous les quartiers, dans toutes les maisons27.

34Des logiques de formalisation régissent les deux secteurs. Dans le cadre d’un service public, le rôle de l’État semble d’autant plus légitime qu’il est souvent mis en avant par les habitants. L’officialisation du réseau d’eau et du système de tarification ne représente pas moins un moyen de resserrer le contrôle quotidien sur les populations, sous-couvert de règles de « bon » fonctionnement du service, c’est-à-dire de rentabilité économique. Dans le commerce de rue, l’intensification ponctuelle du système des kashat, mais aussi ses dérives qui échappent en partie aux dirigeants des autorités compétentes lorsque les contrôleurs mandatés mettent par exemple en place des pratiques de bakchichs ou de revente parallèle de produits confisqués, renvoie plus directement à un dispositif sécuritaire inégal, généralisé et banalisé par des décennies d'existence. Dans un cas comme dans l’autre, la volonté de contrôle caractéristique d’un pouvoir autoritaire n’est ni totale ni systématiquement coercitive, mais reste forte. Elle rejoint davantage l’idée d’un exercice insidieux du pouvoir qui circule à travers des pratiques multiples mais aussi à travers des formes de tolérance et de négociations avec la règle. Dès lors, l’autorité relativement incontestée des décideurs administratifs, et leurs liens forts avec les décideurs économiques, s’appuient également sur une tolérance des contournements. L’association pour l’eau à Dar es Salam poursuit l’exploitation du forage, qui soulage fréquemment les défaillances du réseau public. Les connexions non enregistrées ou le détournement d’eau entre habitation sont également largement tolérées, tout comme les marchands de rue encore très nombreux. La tolérance varie toutefois selon le contexte et la pression sociale du moment. Plus encore, si l’autoritarisme se caractérise aussi par la faiblesse des résistances citadines faces aux politiques urbaines, l’hybridation de la relation entre l’État autoritaire et la société semble en constante évolution à Khartoum. En témoigne les récentes manifestations pour l’eau, menées par des femmes dans des quartiers périphériques, qui ont éclaté à plusieurs reprises ces dernières années28 (2013, 2014, 2015). La sporadicité de ces événements les rendent difficiles à interpréter. Ils interrogent néanmoins, et à rebours, la normalisation de la gestion gouvernementale de secteurs tels que le commerce de rue et le service de l’eau, à travers laquelle la légitimité de l’État est engagée, donc potentiellement contestable.

Conclusion

35Les évolutions de la gestion du commerce de rue et de l'approvisionnement en eau, ces vingt dernières années, ont permis le redéploiement de l’État dans la capitale soudanaise. Les réformes d'inspiration néolibérales que sont la privatisation et la décentralisation, ici au centre de l'analyse, ont conduit à la formation d'un réseau d'acteurs élargi notamment aux dirigeants de nouvelles administrations locales et à de nombreux entrepreneurs privés. Ce réseau, fortement basé sur l'accaparement des ressources économiques et politiques de la ville, a consolidé l'emprise du Parti du Congrès National sur l'appareil étatique.

36La néolibéralisation de la gestion des deux secteurs étudiés s'est traduite par des programmes de formalisation à double tranchants. Les espaces bénéficiaires sont entrés soit dans un processus de sélectivité au profit des plus nantis, soit dans un processus de normalisation qui s'observe en particulier dans un changement de méthode de contrôle social. La réduction du contrôle par la violence brouille la perception, pour les citadins, de l'illégitimité de l'autorité de l’État, qui pouvait d'ailleurs partiellement définir son autoritarisme. La mise en œuvre d'un contrôle à distance, aujourd'hui, contribue au contraire à sa légitimation.

37L'évolution des méthodes de contrôle favorise ainsi l'intégration de la société civile et de la société politique (Baillard et Haenni, 1997), qui rend difficile l'existence d'une distance critique, voire contestataire, entre la première et la seconde. Cette intégration ne saurait néanmoins effacer toutes les résistances silencieuses (Bayat, 2010) ou les « weapons of the weaks » (Scott, 1985) qu'il resterait encore à analyser dans les présents cas d'étude.

Haut de page

Bibliographie

AHMED, E., 1997, « Banques islamiques et sociétés islamiques d’investissement », Politique africaine, n°66, p. 39-48.

AHMED, E., 2009, « L'islam politique au Soudan. Les islamistes à l'épreuve de la direction de l'État (1989-2004) », in Otayek, R., et Soares, B., Islam, État et société en Afrique, Paris, Karthala, p. 293-326.

BAILLARD, I., HAENNI, P., 1997, « Libéralité prétorienne et État minimum au Soudan. L’effort civique : entre la poudre et les travaux publics », Egypte/Monde Arabe, n°32, p. 71-96.

BAKKER, K., 2009, « Participation du secteur privé à la gestion des services des eaux : tendances récentes et débats dans les pays en voie de développement », Espaces et sociétés, vol. 139, n°4, p. 91-105.

BARON, C., 2003, « La gouvernance : débats autour d’un concept polysémique », Droit et société, vol. 2, n°54, p. 329-349.

BAYAT, A., 2010, Life as Politics: How Ordinary People Change the Middle East, Stanford, Stanford University Press.

BECKEDORF, A-S., 2012, Political Waters. Governemental water management and neoliberal reforms in Khartoum/Sudan, Münster, LIT Verlag.

BELLION-JOURDAN, J. 1997, « L'humanitaire et l'islamisme soudanais. Les organisations Da‘waIslamiya et Islamic African Relief Agency », Politique Africaine, n° 66, p. 61-73.

CAMAU, M., 2006, « Globalisation démocratique et exception autoritaire arabe », Critique internationale, vol.1, n°30, p. 59-81.

CAMAU, M., 2005, « Remarques sur la consolidation autoritaire et ses limites », in Boutaleb, A., Ferrié, J.-N., Rey, B., L’Autoritarisme dans le monde arabe. Autour de Michel Camau, Luis Martinez, Le Caire, Cedej, coll. Débats, p. 9-51.

CAMAU, M., MASSARDIER, G., 2009, Démocraties et autoritarismes : fragmentation et hybridation des régimes, Aix-en-Provence, Karthala-CHERPA.

CHEVRILLON-GUIBERT, R., 2007, « Les réseaux zaghawa du souk Libya », Outre-Terre, n° 20, p. 123-140.

CHOPLIN, A., FRANCK, A., 2010, « A glimpse of Dubai in Khartoum and Nouakchott. Prestige Urban Projects on the Margins of the Arab World », Built Environment, vol. 36, n° 2, p. 64-77.

CROMBÉ, L., BLANCHON, D., 2010, « Les (micro)-réseaux à la reconquête de la ville : le cas de Khartoum », Bulletin de l’Association de géographes français, vol.87, n° 4, p. 517-533.

CROSS, J., MORALES, A., 2007, Street entrepreneurs: people, place and politics in local and global perspective, New York, Routledge.

DEBOUT, L., 2012, Gouvernements urbains en régime autoritaire. Le cas de la gestion des déchets ménagers en Égypte. Thèse de Géographie, Université Lumière de Lyon-II.

DENIS, É., 2005, « Khartoum: Ville Refuge et Metropole Rentiere - Megapolisation des Crises contre Metropolité », Cahiers du Gremamo, 18, p. 87-127.

DROZ-VINCENT, P., 2004, « Quel avenir pour l'autoritarisme dans le monde arabe ? », Revue française de science politique, vol. 54, n°6, p. 945-979.

FOUCAULT, M., 1997, Il faut défendre la société, Paris, Le Seuil.

FOURCHARD, L., 2006, « Les rues de Lagos : espaces disputés/espaces partagés », Flux, n° 66/67, p 62-72.

FOURNET-GUÉRIN, C., VACCHIANI-MARCUZZO, C., 2009, » Les Pouvoirs dans la ville », L'Espace Politique, n°8.

GATELIER, K., et VALÉRI, M., 2012, « Les stratégies de légitimation dans les régimes autoritaires. Perspectives comparées », Revue internationale de politique comparée , vol. 19, n°6, p. 7-13.

GRAHAM, S., et MARVIN, S., 2001, Splintering Urbanism: Networked Infrastructures, Technological Mobilities and the Urban Condition, London, Routledge.

HAMID, G.M., 2002, « Localizing the local: Reflections on the experience of local authorities in Sudan », Arab Urban Development Institute (AUDI), Riyadh.

HAMID, M.B., 1993, « Traditionalisme et modernisation : une perspective politique », Égypte/Monde arabe, Première série, n°15-16, p. 207-226.

HIBOU, B., 2011, Anatomie politique de la domination, Paris, La Découverte coll. « Sciences Humaines ».

HILGERS, M., 2010, « Contester en contexte semi-autoritaires : espaces publics en Afrique », Alternative sud, n°17, p. 205-219.

JAGLIN, S., 2005, Services d'eau en Afrique subsaharienne: la fragmentation urbaine en question, Paris, CNRS éditions.

KOOY, M., BAKKER, K., 2008, « Splintered networks: The colonial and contemporary waters of Jakarta », Geoforum, n°39, p. 1843-1858.

KIENLE, E., 2000, « Vers un partenariat des risques ? : Libéralisation économique, autoritarisme politique et instabilité régionale », in La reconstruction d’un espace d’échanges : la Méditerranée. Le Caire : CEDEJ - Égypte/Soudan, p. 137-161.

LAVERGNE, M., 1997, « Le nouveau système politique soudanais ou la démocratie en trompe l’œil », Politique africaine, n° 66, p. 23-38.

LEFEBVRE, H., 1974, Le droit à la ville, Paris, Anthropos.

LEWINSON, A.S., 1998, « Leading Modernity in Urban Space: Politics, Geography and the Informal Sector of Downtown Dar Es Salaam, Tanzania », City & Society, vol. 10, n° 1, p. 205-222.

MARCHAL, R., 1999, « Des contresens possibles de la globalisation. Privatisation de l'État et bienfaisance au Soudan et au Somaliland », Politique africaine, n° 73, p. 68-81.

MARCHAL, R., OSMAN O., 1997, « Les ambitions internationales du Soudan islamiste », Politique africaine, n°66, p. 74-87.

MÉDARD, J.-F., 1990, « L'État patrimonialisé »,Politique Africaine, N° 39, p. 25-37.

MONNET, J., 2006, « Le commerce de rue, ambulant ou informel et ses rapports avec la métropolisation : une ébauche de modélisation », Autrepart, n° 39, p. 93-109.

MORANGE, M., à paraître « Neoliberal control and the voice of street traders in Cape Town. A neo-Foucauldian approach to the (urban) geography of power » , in Bénit-Gbaffou, C., Gervais-Lambony, P., Lemanski, C., (dir.) [synthèse programme CORUS].

PLANEL, S., 2015, « Espaces autoritaires, espace (in)justes ? », Justice Spatiale, Spatial Justice, n°8.

VERDEIL, E., 2010, « Les services urbains en réseau dans les pays arabes : diversité des réformes libérales et de leurs effets territoriaux », Géocarrefour, vol. 85, n°2, p. 99-108.

Haut de page

Notes

1 Le parti du Front National Islamique (FNI) existe avant le coup d’État de 1989, dirigé par Omer el-Bashir. Entre 1989 et 1993, il mène officieusement le Conseil de commandement révolutionnaire (le premier organe du régime), alors que les partis politiques y compris le FNI sont interdis. Avec l’établissement du multipartisme en 1996, l’ancien FNI élargit son réseau politique et prend le nom de Congrès National (CN) (Ahmed, 2009). Le sigle FNI continue néanmoins d’être utilisé.

2 Voir la revue Justice spatiale-Spatial justice, 2015-8 : Espace autoritaires, espaces (in)justes. http://www.jssj.org/

3 Si cet article se concentre sur les réformes néolibérales, nous considérons qu’elles s’insèrent dans des transformations politico-économiques plus larges.

4 Le groupe dominant, sur lequel s'appuie l'actuel régime, correspondrait d'abord aux awlad el balad, « les enfants du pays ». Née à l’époque de la mahdiyya (1881-1898), cette dénomination qualifie initialement les élites affiliées aux deux grands partis confrériques soudanais. A partir des années 1960, le FNI propose une interprétation modernisatrice des traditions politico-religieuses jusque là portées par les partis confrériques, et prend logiquement racine parmi les awlad el balad.

5 Front National Islamique

6 Il se met en scène lorsque, par exemple, il marque les espaces publics de la martyrologie. Il n'est alors pas rare de voir utilisés les portraits ou les noms de soldats de l'armée gouvernementale tombés au Sud-Soudan, pour le jihad comme odonymes (Lavergne, 1997).

7 Le Soudan contemporain a été, et est toujours, le théâtre de plusieurs conflits entre l'armée gouvernementale et des groupes rebelles, qui ont provoqué, souvent pour de longues durées, l'installation de nombreux déplacés dans le Grand Khartoum : la guerre du Sud-Soudan de 1983 aux débuts des années 2000, la guerre du Darfour à partir de 2003 (au cours des années 1980, de nombreux originaires de cette région avaient déjà trouvé refuge dans la capitale à causes de graves crises de survivance), et, depuis 2013, le front au Kordofan du Sud, résidu de la guerre du Sud-Soudan.

8 En particulier modélisés sur les Cités-États du Golfe (Choplin et Franck 2010), des projets pharaoniques ont été imaginés sur la base d'un nouveau plan directeur, très architectural, publié en 2008 (MEFIT 2008).

9 Un plan d’investissement d’environ 150 millions d'euros débute en 2001 (Crombé et Blanchon, 2010).

10 On peut faire remonter les origines de la décentralisation bien avant au moins de façon plus institutionnelle en 1971 et en 1981 (Hamid, 2002).

11 Les directeurs des mahaliyat sont par exemple nommés par le gouverneur de l'État de Khartoum, lui-même désigné par le Président de la République.

12 Le projet « Khartoum Clean Capital » se décline en plusieurs zones maillant l’État de Khartoum, toutes déléguées à des entreprises privées, à l'exception de celle du centre-ville, plus rentable.

13 Les télécommunications décollent au milieu des années 1990 par le biais d'un programme de libéralisation, qui se base sur la contractualisation avec, en premier lieu, des multinationales étrangères : Zaïn en 1996 (Bahrein), MTN ex-Areeba en 2003 (Afrique du Sud) et Sudani en 2006 (État soudanais majoritaire).

14 Pour une synthèse complète sur la privatisation institutionnelle du secteur de l'eau à Khartoum, voir Beckedorf, 2012.

15 Un partenariat de type BOOT : Built, Own, Operate Transfer.

16 Au début des années 1990, lors des premiers temps du FNI, l'appel au don est un mécanisme essentiel qui assure aussi une partie des finances de la guerre au Sud-Soudan.

17 La méthode du contrôle-déguerpissementa été mise en place dans les années 1970 sous le gouvernement de Jaafar el-Nimeiri.

18 Voir, par exemple, les cas développés dans l'ouvrage Street entrepreneurs: people, place and politics in local and global perspective (Cross et Morales, 2007).

19 Et plus exactement de son directeur Omar Ibrahim Nimir – l'une des places a d'ailleurs été surnommée « souk Nimir ».

20 Le comité est composé de vingt membres eux-mêmes vendeurs, soit quatre membres pour chacun des cinq nouveaux marchés, d'un président et d'un vice-président.

21 Entretien avec Cheikh au souk el-arabi (28/11/12).

22 Entretien en novembre 2014.

23 Principalement originaire du Darfour, du Sud-Kordofan ou du Sud-Soudan.

24 Projet initié par une ONG internationale

25 Situé tout au sud de Khartoum, le « nouveau » Mayo (il existait avant un village) est créé au tout début des années 1970 par le déplacement de populations du quartier irrégulier d'Eshesh Fellata. Il grossit dans les années 1980 avec l'intensification des migrations vers Khartoum due à la guerre au Sud-Soudan et les crises alimentaires qui touchent particulièrement l'ouest du pays. Il abrite, à partir de 1991, l'un des quatre camps officiels de déplacés de la guerre du Sud.

26 De telles méthodes discriminantes rappellent celles observées par I. Baillard et P. Haenni (1997) dans le souk es-Sajjana à Khartoum et par R. Chevrillon-Guibert (2007) dans le souk Libya à Omdurman.

27 Entretien avec Ab. Novembre 2014

28 http://observers.france24.com/fr/20140609-emeutes-eau-premiere-victime-khartoum-soudan - http://www.sudantribune.com/spip.php?article55441 - http://www.sudantribune.com/spip.php?article55484

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 - Les quartiers d'étude dans la croissance du Grand Khartoum (les Trois-Villes)
Crédits Sources : données Wamakhair 2009, Googlearth 2007. Cartographie M. Wegener 2009, révision L. Crombé 2013
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4018/img-1.png
Fichier image/png, 648k
Titre Photographie 1 - Confiscation de caros (charrette des revendeurs d’eau ambulants) non homologués par le contrôle sanitaire de la mahaliya.
Crédits Source : Crombé, 2009
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4018/img-2.png
Fichier image/png, 390k
Titre Photographie 2 - La rue 15 d’Amarat (Khartoum) et ses investissements publicitaires
Crédits Source : Sauloup, mai 2010
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4018/img-3.png
Fichier image/png, 447k
Titre Photographie 3 - Le « souk Nimir » de la rue Jackson, aménagé grâce à un partenariat entre la mahaliya et une entreprise privée.
Crédits Source : Sauloup, 2012.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4018/img-4.png
Fichier image/png, 141k
Titre Tableau 1 - évolutions des modalités de collecte des paiements de l’eau à Dar es Salam (bloc 26, 27 et 28).
Crédits Source : Crombé, enquêtes 2010-2014.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4018/img-5.png
Fichier image/png, 16k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Crombé et Guillaume Sauloup, « Autoritarisme, hybridation et pratiques du pouvoir dans le Grand Khartoum : une étude des services de l’eau et du commerce de rue », L’Espace Politique [En ligne], 30 | 2016-03, mis en ligne le 09 décembre 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/4018 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.4018

Haut de page

Auteurs

Laure Crombé

Doctorante en Géographie
Université de Paris Ouest et Université de Fribourg
Laboratoire Mosaïques, UMR 7218 LAVUE
laure.crombe@unifr.ch

Guillaume Sauloup

Doctorant en Géographie
Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne
UMR 8586 PRODIG
guillaume.sauloup@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org