Navigation – Plan du site

Habiter le campement (dir. par Fiona Meadows)

Catherine Fournet-Guérin
Référence(s) :

Fiona Meadows (dir.), Habiter le campement, Arles et Paris, Actes Sud, Cité de l’architecture et du patrimoine, Hors série L’impensé, 2016, 315 p.

Texte intégral

1A l’occasion d’une exposition à la Cité de l’architecture et du patrimoine à Paris en 2016, le livre collectif Habiter le campement a paru concomitamment. Long de 315 pages, en large partie fondé sur de très riches photographies et autres illustrations, dont des croquis, et composé de textes thématiques rédigés par des scientifiques issus de différentes disciplines (anthropologues, géographes, historiens, politistes...), des artistes ou des individus engagés dans des actions politiques, il s’agit d’un ouvrage susceptible d’intéresser un public varié, bien au-delà des sphères académiques. Pour les lecteurs de l’Espace politique, il permet une réflexion sur les installations éphémères d’abris dans l’espace public, quelle que soit leur nature. Les espaces dont il s’agit ont en effet pour seule caractéristique commune leur absence de durée prévue dans le temps. L’approche choisie dans ce livre fait ainsi écho à certaines des thématiques évoquées dans le numéro 30 de la revue consacré à la construction d’une géographie politique des temps urbains : elle est centrée sur le caractère éphémère des formes d’implantation humaine, selon des pas de temps variables, allant de quelques heures à toute une vie. Cette question de la durée de l’installation est centrale, tout comme le fait que la pérennité de celle-ci dépende souvent de décisions émanant de pouvoirs (l’État, le HCR, la municipalité…) et relève le plus souvent de logiques de domination.

2En entrant par une forme spatiale, le camp ou le campement (l’anthropologue Michel Agier en propose une définition et une distinction p. 22), le lecteur est invité à rapprocher des situations très différentes de par leur motivation ou leur finalité, comme les campings de loisirs, les campements de réfugiés, ou les bases d’exploration scientifique et ce, partout dans le monde. Ce choix, très original, pourra séduire, interroger ou déranger. Un lecteur averti des questions d’installations irrégulières et précaires dans l’espace public pourra ainsi relever l’absence de prise en compte du statut juridique des espaces concernés et donc l’inaboutissement de l’analyse (voir par exemple le numéro 22 de l’Espace politique consacré aux déplacements forcés en ville, dirigé par Julie Blot et Amandine Spire en 2014). D’autres pourront y lire des rapprochements inattendus et stimulants.

3Le livre s’ouvre sur un texte de présentation écrit par Fiona Meadows, commissaire de l’exposition, « Habiter le monde autrement », dans lequel sont posées les questions des marges spatiales, de la mobilité, de la liberté ou de son absence, et des pratiques consistant à faire « décamper », souvent par la violence, puis avec une introduction écrite par Michel Agier. Il analyse les formes de « station provisoire de populations en mouvement », réfléchit à la position d’altérité, y compris politique pour les manifestations d’occupation de l’espace urbain, au rôle de l’architecture et au mouvement contradictoire d’attraction, de séduction exercée par certaines formes d’encampement (le camping par exemple) ou à l’inverse de rejet (les campements de Roms en France). L’approche géographique est également développée : on trouve nombre de campements informels dans des interstices urbains ou le long de frontières ; ce n’est pas le cas de tous, certains étant au contraire aux limites de l’œkoumène comme les camps d’exploration scientifiques. Mais tous constituent des lieux de la mobilité, des espaces où il est possible « d’habiter le mouvement », des hétérotopies au sens de Michel Foucault, à savoir « des lieux autres », « des sortes de lieux qui sont hors de tous les lieux, bien que pourtant ils soient effectivement localisables » (p. 17).

4Une typologie de ces formes d’encampement, fondée sur des groupes d’individus, est ensuite proposée, reprise en sous-titres du livre qui composent autant de chapitres : « nomades », « voyageurs », « infortunés », « exilés », « conquérants », « contestataires ». Le lecteur intéressé en trouvera un compte rendu détaillé sur le site nonfiction.fr, publié le 26 septembre 2016 : http://www.nonfiction.fr/​article-8527-un_monde_de_camps.htm. De très nombreuses photographies relaient le propos, en montrant non seulement des paysages, parfois aériens, mais également très fréquemment des personnes, habitantes de camps, saisies à travers leurs pratiques quotidiennes : gens qui dorment, se promènent, lisent, cuisinent ou se restaurent, se terrent parfois, etc. En termes géographiques, la ville occupe une place importante dans ces campements, mais nullement exclusive. On y trouve des « infortunés », des « festivaliers », des « exilés » et des « contestataires » du fait que la ville est un lieu de ressources diverses, permettant la survie à qui est en voyage, en transit, en errance ou sans toit pérenne, ainsi que le lieu du pouvoir, donc de sa contestation. L’approche pluridisciplinaire choisie dans le livre permet ainsi de s’affranchir de l’entrée par certaines catégories spatiales.

5Enfin, cet ouvrage apporte une contribution originale et intéressante à l’épistémologie de la notion d’« habiter ». Il est ici proposé une réflexion sur des formes d’habiter non permanentes, mobiles, ou précaires, mais qui du point de vue des personnes concernées, les placent dans la situation d’être de véritables habitants là où ils se trouvent temporairement.

6Ainsi Habiter le campement permet de réfléchir à ce que des situations marginales, tant temporelles que spatiales et sociales, peuvent éclairer la compréhension plus générale des sociétés contemporaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Fournet-Guérin, « Habiter le campement (dir. par Fiona Meadows) », L’Espace Politique [En ligne], Comptes rendus d'ouvrages, mis en ligne le 09 décembre 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/4034

Haut de page

Auteur

Catherine Fournet-Guérin

Maître de conférences HDR
Université de Reims Champagne-Ardenne
catherine.fournet@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org