Navigation – Plan du site

Rosière Stéphane, Le nettoyage ethnique, terreur et peuplement

Paris : Ellipses, 2006, 300 pages
Philippe Pelletier
Référence(s) :

Rosière Stéphane, Le nettoyage ethnique, terreur et peuplement, Paris : Ellipses, 2006, 300 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage se place dans la continuité du précédent (>*n, 2003), à savoir une actualisation résolue et claire de la géopolitique sur les bases de la géographie. Il est tout aussi excellent. Abordant une question d’actualité, et difficile, il n’hésite pas à conceptualiser une expression - celle de nettoyage ethnique - utilisée par ceux qui la prônent, notamment en ex-Yougoslavie où ce terme serait apparu pour la première fois en 1986, même si le phénomène existait auparavant, sous le nom d’expulsion ou de déportation de population par exemple. Cette conceptualisation pourrait poser un problème d’ordre moral ou politique - utiliser le langage du « mal », et donc l’entériner - mais des termes comme fascisme, national-socialisme ou stalinisme, créés par leurs dirigeants et tout aussi questionnables dans le domaine de l’horreur, sont passés dans le vocabulaire en étant discutés et critiqués. Stéphane Rosière fait appel aux travaux des historiens, des politologues et, dans une moindre mesure, des géographes. Ceux-ci sont peu nombreux à avoir travaillé sur le sujet, bien que celui-ci soit fortement géographique puisqu’il considère le déplacement de populations dans l’espace. Une telle frilosité participe du refus classique du politique chez les géographes, notamment du politique « chaud », celui « qui fait mal ». Ce refus est néanmoins remis en cause de nos jours, ce à quoi Stéphane Rosière adhère et participe (p. 4). L’auteur insiste sur le caractère « réfléchi », planifié et programmé, du nettoyage ethnique, qui empêche d’assimiler celui-ci à des dérapages ou à des extrêmes plus ou moins voulus. Il le considère donc en tant que « phénomène politique » à part entière, d’autant plus qu’il est très fréquent, comme nous le rappelle l’exposé cru, quasi chirurgical et donc volontairement glaçant, de plusieurs épisodes sombres de l’histoire humaine. De façon salutaire et avec des cartes fort utiles, le livre nous rafraîchit la mémoire ou nous apprend des faits moins connus. Le démembrement de l’empire ottoman comprend le cas de l’Arménie, bien sûr, mais aussi de la Grèce et de l’Asie mineure. Ces déplacements forcés concernent souvent non pas des milliers mais des millions de victimes, comme pendant la partition de l’Inde. En définissant le nettoyage ethnique, Stéphane Rosière se garde, à juste titre, de le confondre avec le génocide, même s’il peut y avoir un rapport entre les deux. Cela passe par une définition de l’« ethnique » et de la supposée « pureté ethnique », celle « du sang », c’est-à-dire de la filiation en réalité. À cet égard, la Reconquista espagnole apparaît décidément comme un tournant avec le culte de la limpieza de sangre, l’expulsion des Juifs et des Maures, épisodes concomitants, peut-on ajouter, à d’autres événements socio-spatiaux majeurs comme la découverte des Amériques ou l’Inquisition.

2La définition du nettoyage ethnique passe également par celle du « national ». Stéphane Rosière affirme alors que « les termes de nation et ethnie, s’ils sont sémantiquement et sociologiquement distincts, peuvent donc être considérés comme des synonymes phénoménologiques dès lors que l’on s’intéresse au peuplement et à sa transformation coercitive » (p. 22). Cela mérite discussion, même si le lien entre le nationalisme et le nettoyage ethnique apparaît comme essentiel dans la statogenèse, avec le cas d’école de l’Europe centrale et balkanique. Stéphane Rosière expose également deux notions judicieuses à partir des travaux de Michael Mann (2004) : celles de in-politics (politiques d’assimilation libre ou coercitive) et ex-politics (politiques d’exclusion plus ou moins coercitive).

3Le livre passe en revue les différents nettoyages ethniques qui ont eu lieu au cours du XXe siècle, en tant que « processus mondial et contemporain ». Il ne traite volontairement pas des événements antérieurs, ce qui pose quand même (l’éternelle) question de la coupure spatio-temporelle. C’est là, mine de rien, l’une des pierres d’achoppement du livre ; on la constate à travers le traitement trop rapide de l’Asie orientale, soit un gros quart de l’humanité, dont les civilisations et les empires ancestraux ont été confrontés, en Chine notamment, à la question de l’ethnie et de la nation mais l’ont traité différemment de l’Occident. De fait, le livre ne nous donne que peu d’exemples sur cette région (Sri Lanka, Birmanie, Indonésie avec Timor et les Moluques mais sans Banda Aceh) et ignore la (difficile) question du Tibet. Le Cambodge des Khmers Rouges est traité de façon inadéquate bien que les massacres y aient été pratiquées au nom de la pureté de la race khmère, ce qui s’apparente à un nettoyage ethnique.

4Le livre propose une typologie du nettoyage ethnique, avec une carte qui l’illustre (p. 276). Cette innovation est l’un de ses points forts mais appelle du coup des commentaires et des critiques. Stéphane Rosière distingue en effet trois catégories et trois macro-régions : « le « nettoyage » de modelage territorial ou Core « cleansing » (Europe occidentale, bassin euro-méditerranéen, Moyen-Orient, Asie méridionale, une partie de l’Asie orientale) ; « le « nettoyage » de front pionnier » (Amériques, Sibérie, Insulinde, Océanie) ; « le « nettoyage » de prédation » (Afrique sub-saharienne). On retrouve ainsi une logique Ancien Monde/Nouveau Monde, qui confirme le tournant de 1492, voire une opposition centre/périphérie malgré ce qu’en dit l’auteur, et même s’il précise qu’il s’agit d’un Core décalé. L’idée est celle d’une extension/différenciation typologique (politique, sociale, culturelle) du nettoyage ethnique à partir du centre ancien vers les périphéries, processus qui se place fatalement dans un temps très long alors que l’auteur a basé ses descriptions mais aussi ses définitions sur la période contemporaine. Ce qui crée un décalage, notamment par rapport à la question de l’esclavage, des traites et des colonisations. Ce qui repose aussi la question de l’identification du Centre. S’ajoutent quelques problèmes de conception, comme pour les États-Unis où les territoires ont généralement été tracés d’abord, et ensuite peuplés, y compris par le biais de nettoyages ethniques. Ceux-ci ont donc accompagné sinon précédé la statogenèse étatsunienne, ce qui est différent d’un « nettoyage de front pionnier » strict qui opérerait en avançant.

5Il manque paradoxalement un approfondissement, ou au moins des éléments de réflexion, sur la question du « peuplement » proprement dit, c’est-à-dire « l’action de peupler », dans une dimension plus positive dont on a bien compris qu’elle n’était pas inséparable d’une action cruelle et dramatique de dépeuplement et de nettoyage ethnique. Certes cela nous emmènerait loin, ferait (ré-)aborder la question de la « colonisation » (colere = peupler en latin), sur laquelle les géographes ont encore des choses à dire, et celle des « migrations ». Car en tant que dynamique spatiale, quelles ont été et quelles sont les politiques de peuplement, qui pousse qui à quoi et où ? Qui peuple et pourquoi ? Dans quelle mesure le nettoyage ethnique est-il une radicalisation de ces politiques ? Les facteurs politiques proprement dits (décisions d’en haut, stratégie voulue, plan…) et les facteurs socio-économiques (les entreprises privées ou publiques, à toutes les échelles) doivent être ainsi analysés en combinaison : quelle est finalement l’attraction d’un espace pour que des populations s’entretuent pour lui ou sur lui (cf. interrogation liminaire du haut de la p. 4) ? Ces questionnements ne témoignent que de la richesse et de l’importance de cet ouvrage qui devrait, grâce à son intensité, ses informations, ses index et sa bibliographie, devenir incontournable. Si ce n’était pas le cas, cela voudrait dire que les géographes auraient déserté une question brûlante, exigeante et essentielle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Pelletier, « Rosière Stéphane, Le nettoyage ethnique, terreur et peuplement », L’Espace Politique [En ligne], Comptes rendus d'ouvrages, mis en ligne le 07 mars 2008, consulté le 31 mars 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/404

Haut de page

Auteur

Philippe Pelletier

Université Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org