Navigation – Plan du site

Atlas du terrorisme islamiste. D’Al-Qaïda à Daech

Compte rendu de l’ouvrage de Mathieu Guidère “Atlas du terrorisme islamiste. D’Al-Qaïda à Daech”
Daniel Dory
Référence(s) :

Mathieu Guidère, Atlas du terrorisme islamiste. D’Al-Qaida à Daech, Paris, Autrement, 2017, 95 p.

Texte intégral

1La difficulté de définir le terrorisme de façon univoque et/ou consensuelle en fait un objet scientifique problématique, dont les enjeux polémiques (car politiques) expliquent sans doute en grande partie la rareté des recherches géopolitiques sur la question.

  • 1 Voir: E. Reid; H. Chen, “Domain mapping of contemporary terrorism research”, in: H. Chen et Al (Dir (...)

2Pourtant, les impacts politiques, médiatiques et sociaux des faits relevant de ce que l’on désigne comme « terrorisme » (en fonction de critères qu’il s’agit d’analyser) sont suffisamment évidents et massifs pour qu’un effort pour tenter de surmonter ces obstacles théoriques et conceptuels vaille la peine d’être entrepris. Dans cette perspective la réflexion géopolitique se doit aussi, en quelque sorte à titre d’exercice préliminaire, d’assimiler critiquement et d’intégrer les acquis des travaux sur le terrorisme menés dans des champs disciplinaires périphériques, tels que l’islamologie. Cette exigence est d’ailleurs d’autant plus évidente en France qu’une grande partie de l’expertise scientifico-médiatique portant sur le terrorisme provient de chercheurs se rattachant aux études arabes et/ou islamiques. Et ce, à la différence, notamment, des terrorism studies anglo-israélo-américaines qui privilégient les approches politistes, stratégiques ou quantitatives1.

3C’est dans ce contexte que la récente parution d’un Atlas du terrorisme islamiste. D’Al-Qaida à Daech (en couverture) et à L’Etat Islamique (en page de garde), mérite de retenir l’attention. Son auteur, Mathieu Guidère, linguiste arabisant et islamologue (parfois aussi présenté comme « géopolitologue »…), actuellement professeur à l’Université Paris 8, a longtemps été associé à des institutions militaires et du renseignement, ainsi qu’à des programmes de prévention de la « radicalisation » et de l’ « extrémisme violent ».

  • 2 Les pages consacrées à ce sujet (26-27) sont confuses et contiennent des erreurs factuelles qui tém (...)

4L’ouvrage, destinée au grand public, est censé fournir un solide survol d’une thématique extrêmement complexe, où s’articulent de manière spécifique (et en fonction de situations géopolitiques concrètes, ajouterions-nous) des phénomènes relevant du terrorisme comme technique d’usage de la violence, et de l’islamisme en tant qu’idéologie politico-religieuse. La difficulté de l’entreprise transparaît dans l’organisation des matériaux dans un plan en six chapitres, dont le premier : « nature et origine » fournit quelques données conceptuelles et historiques, mais sans une clarification du terme « terrorisme » tel qu’il est envisagé par la suite, ni une véritable histoire problématisée de la mouvance Al-Qaïda, qui pourtant inaugure –en fonction du sous-titre même de l’Atlas- la période envisagée. Le deuxième chapitre : « types et formes » juxtapose des dispositifs idéologiques (panislamisme, takfirisme, califatisme…) et des formes organisationnelles telles que les « cellules dormantes », les « loups solitaires » (qui d’ailleurs agissent le plus souvent en meute)2, ou encore le cyberterrorisme.

  • 3 S’agissant d’un atlas, donc d’un ouvrage concerné directement par des faits territoriaux on ne saur (...)
  • 4 Parmi les récentes discussions critiques sur la question, on peut consulter : A. Richards, « From t (...)
  • 5 En effet, se basant sur les données du Pew Research Center, Guidère évalue les combattants français (...)

5Le troisième chapitre, consacré aux « groupes et organisations » se concentre sur Al-Qaïda, l’Etat Islamique, les talibans et Boko Haram en fournissant des informations sur leur organisation, leurs connexions et leurs compétitions, ainsi que d’utiles aperçus –malheureusement peu développés- sur leurs différentes modalités de territorialisation3. Suit un chapitre traitant des « régions et territoires », où il est successivement question des principaux groupes en Afrique, Asie, au Caucase, au Moyen-Orient, en Amérique du Nord, en Europe et en France. Les « ressources et financement » font l’objet du cinquième chapitre, qui présente d’intéressantes données sur les mécanismes de taxation, les trafics en tout genre, l’industrie des otages, les institutions « caritatives », mais inclut également des considérations discutables sur le terrorisme « ciblé », le terrorisme « de masse » (dont les critères ne sont pas précisés), les attentats suicides et quelques généralités sur les « partisans et sympathisants ». C'est-à-dire, en fait, les terreaux et les mouvances dont sont issus les noyaux actifs, à propos desquels il y avait, sans doute, plus et mieux à dire que l’évocation convenue du « racisme et islamophobie » (éléments de langage récurrents dans le texte). Le dernier chapitre traite des rapports entre terrorisme, « radicalisation » et « extrémisme violent », en ignorant les problèmes empiriques, conceptuels et idéologiques que soulève cette approche qui débouche sur un « marché de la déradicalisation » en plein essor malgré les incertitudes inhérentes à sa conception et à ses résultats4. Le problème des combattants étrangers est également évoqué dans ce chapitre (pp. 82-83), mais seulement sur un mode descriptif et à partir de données douteuses conduisant à en minimiser les effectifs5.

6La conclusion de l’ouvrage devrait, après l’évocation tout au long des pages qui précédent de faits plutôt inquiétants, aboutir à des perspectives plus rassurantes. C’est, en effet, ce que suggère son titre : « La troisième guerre mondiale n’aura pas lieu… ». Mais, M. Guidère ayant oublié de nous dire pourquoi, il revient donc aux géopoliticiens de poursuivre et approfondir la réflexion…

  • 6 Un plan similaire : concepts – groupes – régions – antiterrorisme a d’ailleurs été aussi adopté par (...)

7La partie textuelle de cet Atlas permet donc, sur la base d’un plan commode mais non dépourvu de difficultés6, de parvenir à un rapide survol de la question, où l’étudiant et le lecteur non spécialisé trouveront des informations utiles et des éléments de réflexion devant être approfondis. Et ce malgré quelques erreurs ponctuelles (par exemple : les Philippines comme pays à majorité musulmane, p.46), des imprécisions gênantes (notamment sur la revendication de l’attentat contre Charlie Hebdo en janvier 2015, pp. 25, 32, 57), ou encore la variation déconcertante du nombre de morts à l’issue de l’attentat de Nice (14 juillet 2016) qui oscille entre 84 (carte p. 57), 85 (graphique p.56, ibid. p.73) et 86 (p. 57).

  • 7 Les recherches sur ces modalités de représentation du terrorisme ont sérieusement débuté il y a au (...)
  • 8 Pour une première approche d’ensemble on peut consulter la synthèse de K. Bahgat ; R. Medina, “ An (...)

8Bien plus problématique est la partie cartographique de cet ouvrage. On sait les difficultés que présente la cartographie du terrorisme (islamiste ou non), soumise à l’impératif de rendre compte de phénomènes ponctuels (lieux d’attentats, principalement) ; de fréquences statistiques pouvant être représentées par des cartes choroplèthes (comme, par exemple, le nombre de victimes par unité territoriale) ; la présence au cours d’une période donnée d’un groupe dans une zone généralement difficile à préciser de façon satisfaisante (ex : AQMI en zone sahélienne), et de flux plus ou moins discontinus de personnes, biens, informations, armes, etc. entre des pôles totalement ou partiellement clandestins. En l’absence de solutions vraiment satisfaisantes en dehors de complexes systèmes d’information géographique (SIG)7, on pouvait au moins espérer qu’un atlas thématique publié en 2017 intègre une réflexion géographique de base sur le terrorisme8. Or, non seulement il n’en est rien, mais en plus on se trouve en présence de nombre de cartes qui présentent des déficiences techniques et conceptuelles plus que fâcheuses. Ainsi, et sans que la liste soit exhaustive, un grand nombre de cartes ont une échelle graphique farfelue (pp. 21, 32/3, 40/1, 44 etc.) ; ou des légendes étranges (par ex. p. 50 concernant le « terrorisme au Moyen-Orient », la période prise en compte n’est pas indiquée, la catégorie « attentats ou attaques » est imprécise, et la flèche noire correspondant à la « guerre de Gaza, juillet-août 2014 » évoque plutôt une attaque terrestre à partir de Gaza que la réalité des faits ; on pourrait multiplier les exemples) ; voire des omissions inexplicables (comme la RCA p.15), ou encore des erreurs de localisation manifestes (Front Al-Nosra au nord de la Turquie, p.33). En d’autres cas, la carte contredit le texte, comme celle de la p. 55 qui évalue (correctement) le nombre de combattants français de l’EI à plus de 1000, alors que, comme on l’a vu plus haut, ce chiffre est porté à 500 à la p. 83 (texte et carte…). En fait presque chaque carte et graphique de cet atlas présente des problèmes de titre, de représentation, de choix des variables, de critères de discrimination, ou tout simplement d’adéquation entre les options graphiques et les phénomènes qu’il s’agit de visualiser.

9On peut, sans doute trouver une partie des sources de ces déficiences dans l’organisation de l’expertise française en matière de terrorisme, qui pour des raisons diverses a privilégié l’aspect « islamologique » au détriment d’une recherche fondamentale sur les spécificités du « fait terroriste » envisagé à la fois dans ses composantes conceptuelles, comparatives, stratégiques et géopolitiques. Or l’articulation de ces approches (et de bien d’autres) permettrait, par exemple, d’éviter de voir figurer à la fin de l’atlas dont il est ici question une liste (pp.92-93) des « principaux attentats islamistes » qui n’a aucun sens empirique ou scientifique. En effet, suivant quel(s) critère(s) définit-on ici « principaux » ? On l’ignore car y figurent également des attentats ayant causé presque 3000 morts (11/09/2001), des actions très meurtrières au Nigéria, en Russie, etc., et l’attaque au couteau contre un militaire à Paris (23 mai 2013) ne faisant qu’un blessé… En outre cette liste, pour des raisons mystérieuses, ne mentionne aucun incident en Afghanistan, Irak ou Syrie, ce qui se passe de commentaire.

10En somme cet Atlas du terrorisme islamiste devrait pouvoir, malgré ses évidentes déficiences –et même peut-être à cause d’elles- susciter des recherches à la fois plus interdisciplinaires (mais est-ce possible dans le contexte actuel ?), et, surtout, plus rigoureuses sur le fait terroriste dans toute sa complexité.

Haut de page

Notes

1 Voir: E. Reid; H. Chen, “Domain mapping of contemporary terrorism research”, in: H. Chen et Al (Dirs.), Terrorism Informatics, Springer, New York, 2008, 3-26 et M. Sageman, “The Stagnation in Terrorism Research”, Terrorism and Political Violence, Vol. 26, 2014, 565-580.

2 Les pages consacrées à ce sujet (26-27) sont confuses et contiennent des erreurs factuelles qui témoignent probablement d’une incursion de l’auteur hors de son domaine de compétence. Ainsi la « résistance sans chef » ou leaderless resistance n’a pas été théorisée initialement par Metzger mais bien par Louis Beam dans son célèbre article écrit en 1983 et publié dans The Seditionist N° 12, 1992 (disponible en ligne sur plusieurs sites). Voir aussi J. Kaplan, « Leaderless resistance », Terrorism and political Violence, Vol. 9, N° 3, 1997, 80-95. Sur la diffusion de ces idées dans les mouvances islamistes, bien avant l’apparition de l’Etat Islamique on peut consulter : B. Lia, « Al-Suri’s Doctrine for Decentralized Jihadi Training », Parts 1 and 2, Jamestown Terrorism Monitor, Vol. 5, N° 1 et 2, 2007, (en ligne).

3 S’agissant d’un atlas, donc d’un ouvrage concerné directement par des faits territoriaux on ne saurait que regretter la pauvreté de la réflexion sur ce point, laquelle aurait pu notamment prendre appui sur des travaux déjà anciens tels que l’article du politologue J. A. Piazza « Is Islamist Terrorism More Dangerous ? An Empirical Study of Group Ideology, Organization and Goal Structure», Terrorism and Political Violence, Vol. 21, 2009, 62-88. Voir aussi : M. Guidère, “Daech ou le Califat pour tous”, Outre-Terre, N° 44, 2015, 149-160, pour un aperçu complémentaire sur les typologies élaborées par cet auteur.

4 Parmi les récentes discussions critiques sur la question, on peut consulter : A. Richards, « From terrorisn to « radicalisation » to « extremism » : counterterrorism imperative or loss of focus ? », International Affairs, Vol. N°2, 2015, 371-380.

5 En effet, se basant sur les données du Pew Research Center, Guidère évalue les combattants français de l’EI en 2015 à 500 individus (p. 82, dans un graphique qui attribue par ailleurs plus de quatre millions de musulmans à la Belgique !, et p. 83), alors que les estimations provenant de sources sans doute plus fiables situent ce nombre entre 1200 et 1700, (Institute For Economics & Peace, Global Terrorism Index 2015, 47 ; J-L. Marret, « Jihad, jihadisme : hybridité des temps et des lieux », Questions Internationales, N° 75, 2015, 89-95, graphique p. 93).

Sur cette question, aux évidentes implications géopolitiques on dispose de l’article de base de T. Hegghammer, « The Rise of Muslim Foreign Fighters, Islam and the Globalization of Jihad », International Security, Vol. 35, N° 3, 2010/1, 53-94. Pour un aperçu sur les relations entre ce phénomène et des situations géopolitiques concrètes : P. Nesser, « Jihadism in Western Europe After the Invasion of Iraq : Tracing Motivational Influences from the Iraq War on Jihadist Terrorism in Western Europe », Studies in Conflict and Terrorism, Vol. 29, 2006, 323-342. Les pays d’origine des combattants étrangers constituent par ailleurs le fond (évolutif) de la carte sur « l’internationalisation de l’Organisation de l’Etat Islamique » figurant dans Diplomatie, N° 77, 2015, 57 ; et Diplomatie, Grands Dossiers N° 32, 2016, 29.

6 Un plan similaire : concepts – groupes – régions – antiterrorisme a d’ailleurs été aussi adopté par le Grand Dossier N° 32, 2016, de Diplomatie, consacré à la Géopolitique du Terrorisme ; et dans une moindre mesure, car les groupes ne sont pas étudiés séparément, dans J-M. Dasque, Géopolitique du terrorisme, Ellipses, Paris, 2013, utile panorama introductif, où l’on regrette cependant la rareté de l’apport…géopolitique.

7 Les recherches sur ces modalités de représentation du terrorisme ont sérieusement débuté il y a au moins dix ans, et certains de leurs acquis intéressent aussi la cartographie conventionnelle. Voir, par exemple: D. Guo et Al ; « Visualizing patterns in a global terrorism incident database », Environment and Planning B. Planning and Design, Vol. 34, 2007, 767-784.

8 Pour une première approche d’ensemble on peut consulter la synthèse de K. Bahgat ; R. Medina, “ An Overview of Geographical Perspectives and Approaches in Terrorism Research”, Perspectives on Terrorism, Vol. 7, N° 1, 2013, 38-72.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Dory, « Atlas du terrorisme islamiste. D’Al-Qaïda à Daech », L’Espace Politique [En ligne], Comptes rendus d'ouvrages, mis en ligne le 23 mars 2017, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/4055

Haut de page

Auteur

Daniel Dory

Maître de Conférences, HDR
Université de La Rochelle
daniel.dory@univ-lr.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org