Skip to navigation – Site map

Jouer avec les règles en « situations autoritaires » - Lectures croisées depuis le Cameroun et l’Éthiopie

Appel à contributions pour L’Espace Politique n°35 (2018-2)
Date limite de soumission des propositions : 15 décembre 2017

See this call for propositions in English

Coordinateurs de ce numéro : Marie Morelle (marie.morelle@univ-paris1.fr) et Sabine Planel (sabine.planel@ird.fr)

Une approche située du fait autoritaire

Ce dossier s’inscrit dans une approche du fait autoritaire promue par le tournant analytique du politique ‘par le bas’ (Bayart, 1984). Dans cette perspective, il souhaite rompre avec les approches typologiques interrogeant la nature du régime (Linz, 2000), quand bien même ce dernier serait caractérisé par une certaine hybridation et notamment par ses convergences avec des situations plus démocratiques (Dabène, Geisser, Massardier, 2008). Il veut privilégier l’étude des pratiques concrètes, localisées, au fondement des systèmes politiques observés (Rowell, 2006). A l’instar de récents travaux émanant des sciences politiques, il s’agit d’adopter une perspective du fait autoritaire qui mette en avant son historicité et sa capacité à évoluer en fonction d’effets de contexte, ses modes de renouvellement et de réinvention (Benin, Vairel, 2011) ; les logiques, actions et représentations d’acteurs qui le fondent (Hilgers, Mazzocchetti, 2010 ; Hibou, 2011).

De telles approches doivent restituer la matérialité des systèmes autoritaires et s’appuyer sur une compréhension fine des contextes dans lesquels s’exerce la domination : remaniement des élites notamment dans les moments transitionnels, capture du pouvoir et contrôle des ressources, coalitions entre acteurs privés et publics, clientélisme et corruption participent, entre autres, de la mécanique autoritaire. Ce dossier entend donc placer cette matérialité au cœur de l’analyse tout en considérant un aspect peu observé de ces systèmes : leur rapport à l’espace (Planel, 2015). Il s’ouvre ainsi aux apports des sciences sociales dans leur ensemble, en souhaitant mettre l’accent sur une analyse située des pratiques autoritaires et des stratégies d’adhésion, d’évitement ou de contournement qu’elles occasionnent.

Registres normatifs en situations autoritaires

Comprendre l’autoritarisme comme l’exercice de la domination d’État, c’est placer cette institution au cœur de nos observations sans renoncer pour autant à une conception relationnelle du pouvoir. A l’instar de Fassin et al. (2013 :14), par exemple, nous saisissons l’État comme une « réalité concrète et située, autrement dit à la fois incarnée dans des individus et inscrite dans une temporalité », ainsi que dans un espace dessiné par la puissance publique et réapproprié par divers acteurs.

L’un des enjeux principaux de ce dossier consiste à mener une lecture nuancée de l’exercice de domination d’État. Résistance et consentement, laisser-faire et instrumentalisation, ententes et adaptations s’entremêlent continuellement, sans qu’il soit toujours aisé de conclure à l’intentionnalité des acteurs en présence. C’est pourquoi nous souhaitons donner la priorité à des enquêtes de type ethnographique donnant à comprendre les modalités d’expression de la domination de l’Etat, allant du contournement au consentement. Dans cette combinatoire autoritaire, nous nous intéressons en particulier au jeu potentiel, explicite ou non, avec les règles normatives.

Il est nécessaire de réfléchir au rapport qui se joue à la règle de droit en situation autoritaire. De quelles marges de manœuvre des groupes et individus disposent-ils vis-à-vis de la loi, qu’ils soient en situation de dominants ou de dominés ? Comment appréhender les régimes d’exception qui accompagnent souvent les situations autoritaires ? Au jour le jour, comment s’organisent les face-à-face avec les agents publics et en quels espaces (espaces frontaliers, quartiers populaires, espaces de l’entrepreneuriat, etc.) ? On se demandera aussi dans quelle mesure la loi ne fait-elle pas l’objet de transgressions négociées et au bénéfice de quels acteurs (Morelle, Jacquot et al., 2016). Dans ces éventuelles négociations, est-il fait référence, implicitement ou non à des normes, sociales et morales pour contourner la loi ? Finalement, il paraît nécessaire de cerner l’expérience de l’État (Bierschenk, Olivier de Sardan, 2014) en situation autoritaire, sans présupposer de ce que serait l’Etat, de ses formes de domination (Hibou, 1999a), ou des registres d’action et de légitimation en présence.

Étudier des configurations du pouvoir depuis le Cameroun et l’Ethiopie

Pour une meilleure prise en compte de la matérialité du fait autoritaire, ce dossier entend développer une lecture en profondeur des situations autoritaires. Il ne souhaite pas construire une approche régionale, africaine par exemple, qui démultiplierait les études de cas sans pouvoir prendre le temps nécessaire à la compréhension des situations observées dans leur historicité propre, en lien avec les différentes traditions de lecture qui y sont attachées. Pour autant, il ne souhaite pas non plus se limiter à la prise en compte d’un seul contexte national, comme c’est souvent le cas, et entend réfléchir au-delà des effets structurels de certaines constructions étatiques. Il propose de croiser les analyses de situations camerounaises et éthiopiennes.

Si l’État éthiopien est globalement considéré comme fort, la qualification de l’État camerounais - néopatrimonial, clientéliste, etc. - n’a cessé de faire l’objet d’un débat en sciences politiques (Bayart, 1985 ; Médard, 1990). Or le rapport à la domination de l’État comme les éléments qui la constituent est évolutif. En Éthiopie, la porosité entre État et société s’affirme – et les récentes mobilisations qui secouent le pays en témoignent pleinement. Elle provoque des effets différents selon les contextes, autorisant tantôt un renforcement de la domination d’État (Abbink et Hagman, 2013), tantôt des stratégies de résistance, généralement discrètes (Di Nunzio, 2014). Au Cameroun, l’incertitude règne quant à la règle suivie, entre hégémonie et coercition (Bayart, 2008), et l’Etat se caractérise davantage par sa capacité à être absent, à favoriser les non-dits, à s’abstenir de légiférer mais parfois pour mieux interdire et punir, aux moyens de « ruses juridiques » (Nkot, 2005) - sans nier une actualité marquée par le recours à un dispositif coercitif en particulier dans les régions septentrionales ou anglophones du pays. De même, quand l’’État éthiopien se revendique d’un modèle d’État développemental (Dessalegn Rahmato et al., 2014), porteur d’un projet économique sous tutelle étatique, lorsque le Cameroun a été le support d’une théorisation de « la décharge » (Hibou, 1999b ; Mbembe, 1996). En somme, le régime camerounais entretiendrait « un chaos réglé », face auquel l’Éthiopie apparaitrait comme un pays d’ordre.

Toutefois, dans ce dossier, il ne s’agira pas de comparer en tant que tel l’Éthiopie au Cameroun, en quête des différences ou des ressemblances pouvant a priori exister entre leurs régimes politiques. Partant d’analyses construites depuis des enquêtes de terrain dans l’un des deux pays, il sera question d’étudier les processus territorialisés (Jacquot, 2007) qui accompagnent les situations autoritaires. Ce n’est donc ni l’Éthiopie ni le Cameroun qui fondent l’objet du dossier mais l’étude de configurations politiques spécifiques au fondement du fait autoritaire.

Pistes

Les articles pourront traiter des thèmes suivants (il s’agit d’une liste non exhaustive et non cloisonnée) :

  • les dispositifs spatialisés de contrôle des populations et des ressources (clôture des espaces publics, réformes foncières en milieu rural, création de parcs naturels, camps et prisons, etc.) ;

  • les coalitions d’intérêt liant acteurs économiques et acteurs politiques & publics présidant à la constitution de rentes économiques, sociales et politiques ;

  • la plasticité des normes en présence (légales, professionnelles, bureaucratiques, etc.) dans le fonctionnement quotidien des institutions publiques ;

  • les mobilisations et les formes discrètes de résistance.

Chaque analyse prêtera non seulement attention à discuter de la double portée sociale et politique des pratiques étudiées mais aussi à en souligner les effets en termes de contrôle de l’accès et des usages d’une diversité d’espaces infranationaux.

Calendrier

Les propositions de contribution sont à adresser à Marie Morelle (marie.morelle@univ-paris1.fr) et Sabine Planel (sabine.planel@ird.fr) avant le 15 décembre 2017.

  • Réception des articles définitifs : courant mai 2018,

  • Mise en ligne : courant juin 2018

Bibliography

ABBINK Jon, HAGMANN Tobias (dir.). 2013, Reconfiguring Ethiopia: the politics of authoritarian reform, Routledge, London

BAYART Jean-François, 1984, « Le politique par le bas en situation autoritaire », Esprit, juin 1984, pp.142-154

BAYART Jean-François. 1985, L’Etat au Cameroun. Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques. Paris.

BAYART Jean-François. 2008, « Hégémonie et coercition en Afrique subsaharienne. La “politique de la chicotte”. » Politique africaine 2 (110): 123‑52.

BAYART Jean-François. 2008, « Le concept de situation thermidorienne: régimes néo-révolutionnaires et libéralisation économique », Questions de recherche, n°24, CERI Sciences Po, Paris.

BAYART Jean-François, MBEMBE Achille, et TOULABOR Comi, 1992, Le politique par le bas en Afrique noire. Contributions à une problématique de la démocratie. Karthala. Paris.

BEININ Joel, VAIREL Frederic 2011, Social movements, mobilization and contestation in the Middle-East and North Africa, Stanford University Press, Stanford.

DESSALEGN Rahmato et al., Reflections on Development in Ethiopia. New Trends, Sustainability and Challenges. Forum for Social Studies. Friedrich Ebert Stiftung. Addis-Abeba.

DABÈNE Olivier, GEISSER Vincent, MASSARDIER Gilles (dir.), 2008, Autoritarismes démocratiques et démocraties autoritaires au XXIe siècle, La Découverte, Paris.

DI NUNZIO Marco, 2014, “Do not cross the red line. The 2010 general elections, dissent and political mobilization in urban Ethiopia, African Affairs, 113 (452): 409-430

DOBRY Michel, 2005, « « Penser=classer ? » Entretien avec André Loez, Gérard Noiriel & Philippe Olivera », Genèses, n°59, pp. 151-165.

FASSIN Didier, BOUAGGA Yasmine, COUTANT Isabelle, EIDELIMAN Jean-Sébastien, FERNANDEZ Fabrice, FISCHER Nicolas, KOBELINSKY Carolina, MAKAREMI Chowra, MAZOUZ Sarah, ROUX Sébastien, 2013, Juger, réprimer, accompagner. Essai sur la morale de l’Etat. Seuil. Paris.

HIBOU Béatrice, 1999a, « De la privatisation des économies à la privatisation des États. Une analyse de la formation continue de l’État », in Hibou, B. La privatisation des États, sous la direction de Béatrice Hibou, Paris, Karthala, p. 11-67.

HIBOU Béatrice, 1999b, « La “décharge”, nouvel interventionnisme ». Politique africaine, 73: 6-15.

HIBOU Béatrice, 2011, Anatomie politique de la domination. La Découverte. Paris.

HILGERS M., MAZZOCCHETTI J., 2010, Révoltes et oppositions en contexte semi-autoritaire : le cas du Burkina Faso, Karthala, Paris.

JACQUOT Sébastien, 2007, Enjeux publics et privés du réinvestissement des espaces historiques centraux. Une étude comparée de Gênes, Valparaiso et Liverpool, thèse de doctorat, université d’Angers.

LINZ Juan José, 2000, Totalitarian and Authoritarian Regimes, Lynne Rienner Publishers, Boulder.

MBEMBE Achille, 1996, « La “chose” et ses doubles dans la caricature camerounaise ». Cahiers d’études africaines 36 (141-142): 143‑70.

MÉDARD Jean-François, 1990, « L’Etat patrimonialisé ». Politique africaine, 39: 25‑36.

MORELLE Marie, JACQUOT Sébastien, TADIÉ Jérôme, BAUTÈS Nicolas, BÉNIT-GBAFFOU Claire, MACCAGLIA Fabrizio, RIVELOIS Jean, SIERRA Alexis, 2016, « L’informalité politique en ville. 8 chercheurs et 9 villes face aux modes de gouvernement urbain », L’Espace Politique [En ligne], 29 | 2016-2, mis en ligne le 29 août 2016, consulté le 06 septembre 2016. URL : http://espacepolitique.revues.org/3806

NKOT Pierre Fabien, 2005, « Usages politiques du droit en Afrique. Le cas du Cameroun ». Bruylant. Bruxelles.

OLIVIER DE SARDAN, Jean-Pierre., Bierschenk Thomas (ed), 2014, States at Work. Dynamics of African Bureaucracies. Brill. Leiden.

PLANEL Sabine, 2015, “Espaces autoritaires, espaces (in)justes ?” Introduction au numéro thématique, Justice Spatiale/Spatial Justice, n°8, http://www.jssj.org/article/espaces-autoritaires-espaces-injustes/

PLANEL Sabine, 2015, “Authoritarian Spaces, (un)just spaces ? ?” Introduction au numéro thématique, Justice Spatiale/Spatial Justice, n°8, http://www.jssj.org/article/espaces-autoritaires-espaces-injustes/

ROWELL Jay, 2006, Le totalitarisme au concret : Le logement en RDA 1945-1989, Paris, Economica, coll. Etudes politiques, 336 p.

Top of page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org