Navigation – Plan du site
Géographie politique et géopolitique brésilienne au XXI siècle

Géopolitique de la sécurité en Amérique du Sud : le rôle du Brésil et les dilemmes d’une région en transition

Licio Caetano do Rego Monteiro
Cet article est une traduction de :
Geopolítica da segurança na América do Sul: o papel do Brasil e os dilemas de uma região em transição1

Résumés

Dans les années 2000, le projet d'intégration politique sud-américaine a gagné la proéminence sur la base de l'initiative des pays de la région, en particulier au Brésil. La sécurité internationale est un thème central dans la recherche d'une autonomie politique sud-américaine. D'une part, il y avait des progrès institutionnels et le renouvellement des structures de défense et de sécurité de la région. En outre, les limitations imposées par la condition "hémisphérique" (pour être dans les environs stratégiques immédiats des États-Unis) entravent la consolidation d'une sphère Amérique du Sud plus cohérente. Cet article explore ces contradictions du projet sud-américaine à partir de l'analyse des documents politiques et stratégiques des pays d'Amérique du Sud de l'UNASUR et les données sur les dépenses de défense et les transferts d'armes.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est basé sur la thèse de doctorat "Segurança na América do Sul: a construção regional e a experiência colombiana", defendu à l'Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ), sous la direction de Lia Osorio Machado, avec le financement du Conselho Nacional para o Desenvolvimento Científico e Tecnológico (CNPq). Traduction Jean Legroux.

Texte intégral

Introduction : la région comme une stratégie

1Depuis les années 2000, les pays sud-américains, avec un intérêt spécifique brésilien, ont constitué un espace régional Sud-américain relativement autonome par rapport à l’Amérique Latine et au continent américain, dans un processus où les défis de la sécurité et de la défense ont été cruciaux pour les déploiements politiques sud-américains en termes d’intégration.

2La politique externe du Brésil depuis les années 1990 a fait ressortir l’Amérique du Sud comme un espace régional privilégié en termes d’influence politique. Bien qu’il ne constitue par une projection régionale ostensiblement défendue comme une « doctrine », l’horizon stratégique de la politique extérieure brésilienne se situe toujours un peu plus au sein d’un référentiel sud-américain (Milani et al, 2015). Le Brésil a assumé un rôle de protagoniste dans la construction régionale de l’Amérique du Sud en tant que bloc politique. Les relations entre le Brésil et l’Amérique du Sud ont été l’objet de diverses études géographiques (Costa, 2002 ; 2008 ; Costa et Théry, 2010 ; 2012 ; Egler, 2009).

3Dans les années 2000, l’Amérique du Sud pouvait être vue comme une alternative possible aux recoupements hémisphériques et latino-américain traditionnels aussi bien qu’aux cadrages plus limités de la coopération du Marché Commun du Sud (MERCOSUL) ou de la Communauté Andine (CAN). La première conférence des présidents d’Amérique du Sud (2000), qui a été suivie de l’Initiative pour l’Intégration de l’Infrastructure Régionale Sud-Américaine (IIRSA), le lancement de l’Union des Nations Sud-Américaines (UNASUL), en 2008, puis ratifié postérieurement par tous les pays sud-américains, et la création du Conseil de Défense Sud-Américaine (CDS), en décembre 2008 ; ce sont des expressions institutionnelles de cette construction régionale sud-américaine.

4Cependant, cette tendance n’est pas univoque et contient en elle-même diverses contradictions. Loin de se consolider comme un mouvement consensuel et unidirectionnel, la tendance de la construction politique de l’Amérique du Sud est confrontée autant aux arrangements consolidés préexistants (le « pacte hémisphérique occidental ») qu’aux résultats de la reconfiguration globale en direction du Pacifique, de laquelle naît une scission entre une Amérique orientée vers le Pacifique et d’une autre tournée vers l’Atlantique. C’est autour de ces macro-tendances divergentes que la géopolitique contemporaine d’Amérique du Sud doit être analysée.

5Les contradictions de l’agenda politique de la sécurité et de la défense en Amérique du Sud se manifestent à travers les différentes tendances de polarisation à l’intérieur du sous-continent sud-américain. En termes conceptuels, la séparation entre l’agenda de défense et de sécurité (Saint-Pierre, 2013, p. 25) avec l’accent mis sur le rôle souverain de l’état, s’oppose à la perspective du caractère « multidimensionnel de la sécurité », une approche qui dilue la souveraineté territoriale en fonction de la sécurité transnationale, associée au combat contre les réseaux illégaux et les menaces transnationales. C’est ce qui ressort des visions divergentes sur le plus grand engagement de certains pays dans la guerre globale anti-terreur, les cas de la Colombie et du Chile, ainsi que la traditionnelle préoccupation quant aux menaces militaires interétatiques à l’instar de l’Équateur et du Venezuela (Cepik, 2005, p. 6). Ces clivages se manifestent aussi au sein d’une division entre « pays pro-marché » et « pays bolivariens » ou « populistes » (Calle, 2010, p. 318), ou dans la « rivalité émergente » entre un champ d’influence brésilien et un autre nord-américain (Moniz Bandeira, 2011[1989], et qui est apparue plus évidente avec la contraposition de l’Amérique du Sud au projet de l’Aire Libre de Commerce des Amériques (ALCA) (Moniz Bandeira, 2009) ou à travers la réaction face aux accords pour l’installation de bases militaires en Colombie, en 2009. L’adhésion de chaque pays aux arrangements politiques régionaux peut montrer des divergences, comme c’est le cas dans l’implication plus ou moins importante des pays au CDS, une instance sud-américaine de conseil, de coopération et de coordination en matière de défense – fonctions qui étaient antérieurement reléguées au Conseil Interaméricain de Défense (JID), actuellement lié à l’Organisation des États Américains (OEA)

6Le rôle du Brésil est aussi appréhendé de façon controversée. Les initiatives de la politique externe brésilienne dans les deux dernières décennies se sont orientées sur la sphère sud-américaine, dans une perspective dialectique de la relation entre intégration et sécurité (Vizentini, 2007). Le Brésil est considéré comme une « nouvelle puissance régionale » (Becker, Egler, 1993), un acteur-clé dans la configuration des arrangements régionaux de sécurité (Oliveira, Onuki, 2000, p. 108), un « pays intermédiaire et un pouvoir régional », bien qu’avec une primauté des « formes molles de pouvoir » sur la force militaire (Lima, Hirst, 2009, p.43). Cependant, ce leadership peut être vu avec méfiance par les partenaires minoritaires de la construction régionale sud-américaine.

7Face aux contradictions exposées, l’Amérique du Sud présenterait des fragilités et des inconsistances qui rendraient difficile le pari d’un projet régional commun. Les instabilités internes, les défis des menaces transnationales et le « grand jeu » géopolitique mondial – auquel l’Amérique du Sud ne participe pas si ce n’est comme terrain de jeu ou comme pion – participent à toujours mettre en échec le projet régional sud-américain.

8L’objectif de l’article est d’analyser les différentes stratégies nationales de sécurité et leurs interactions au sein du contexte régional sud-américain. Dans quelle mesure l’Amérique du Sud peut être individualisée en tant que région relativement autonome et cohérente pour interpréter les dynamiques de sécurité des pays sud-américains dans le domaine international ? Quel a été le rôle du Brésil dans ce processus ?

9Tout d’abord, nous analysons la pertinence du découpage sud-américain face à d’autres découpages possibles et à différentes façons dont la régionalisation de la sécurité en Amérique fut pensée, comme l’hémisphère occidental (ou le continent américain), l’Amérique Latine et les sous-régions au sein de l’Amérique du Sud (le Cône Sud, le Nord Andin, l’Amazonie, etc.). Deuxièmement, nous nous focalisons sur la question de savoir comment le processus de régionalisation de la sécurité en Amérique du Sud apparaît de façon plus explicite dans les documents officiels qui définissent les politiques et les stratégies de sécurité et de défense. L’objectif est de faire une lecture comparée des formulations politiques de chaque pays et des documents multilatéraux sud-américains avant et après l’UNASUL, de façon à identifier la pertinence des découpages régionaux pour les dynamiques de sécurité d’un ensemble d’États. Troisièmement, nous analysons deux séries de données quand aux budgets de défense et aux transferts d’armes des pays sud-américains. Ces indicateurs de sécurité et de défense permettent d’analyser l’évolution du comportement régional et des interactions régionales en Amérique du Sud par rapport aux dynamiques extrarégionales et globales.

L’Amérique du Sud versus l’Hémisphère Occidental

10Le concept d’hémisphère occidental semble être la toile de fond sur laquelle s’établissent les divisions et les découpages existants à l’intérieur du continent américain. L’émergence récente d’un bloc sud-américain doit ainsi être confrontée à son rôle historique et géopolitique, puisqu’il n’émerge pas d’un vide de pouvoir mais au sein d’une aire d’influence immédiate de la puissance hégémonique globale.

11La conception régionale de l’hémisphère occidental comme une aire cohérente de sécurité trouve son origine dans la Doctrine Monroe, en 1823. Bien qu’étant initialement une invention anglaise, ou un bluff nord-américain, la projection des Etats-Unis sur l’ensemble de ce qui est appelé l’ « hémisphère occidental » commençait à se concrétiser au début du XXe siècle, notamment avec le développement du pouvoir naval des États-Unis et ses effets directs sur la Mer des Caraïbes et sur la navigation interocéanique.

12La défense hémisphérique fut conçue comme une défense du continent américain en tant qu’aire privilégiée de la projection politique et économique des États-Unis : la « doctrine originale de Monroe s’est convertie en doctrine de défense totale de l’hémisphère » (Spykman, 1942, p. 91), ce « grand espace vital régional » (1942, p. 283).

13L’idée d’une défense hémisphérique s’est matérialisée à travers l’alignement politique des pays du continent américain aux Alliés pendant la Seconde Guerre Mondial et à travers le champ capitaliste sous l’hégémonie États-unienne durant la Guerre Froide, et a été confirmée par le Traité Interaméricain d’Assistance Réciproque (1947) et par l’OEA (1948) – qui ont donné une forme juridique au compromis mutuel établi, englobant la majorité des pays du continent. Durant les décennies où les régimes militaires prédominaient en Amérique Latine, l’idée d’hémisphère occidental a été récupérée dans la perspective antisoviétique qui balisait les doctrines de « sécurité nationale » (Couto e Silva, 1958).

14La régionalisation des Forces Armées nord-américaines divise le monde en aires d’action de commandements militaires régionaux et présuppose deux aires au sein du continent américain : l’aire sous Commandement Nord (US NORTHCOM), qui englobe les États-Unis, le Canada, le Mexique, Les Bahamas, Porto Rico et Cuba, et, le Commandement Sud (US SOUTHCOM), correspondant à l’Amérique centrale, aux Caraïbes et à l’Amérique du Sud dans sa totalité. Les territoires sous administration des États-Unis ou sous souveraineté européenne sont exclus. Les mers sont découpées par les commandements et les flottes sont numérotées en fonction de l’aire d’influence et d’action. Dans le cas de l’Amérique du Sud, nous avons la IVe Flotte, dont la réactivation en 2010 a eu une grande répercussion sur les pays sud-américains.

15Un découpage moins utilisé est présenté par le géopoliticien nord-américain Nicholas Spykman qui, en 1942, écrit une analyse sur la configuration régionale de pouvoir sur le continent américain en plein seconde Guerre Mondiale, avec l’objectif d’orienter la stratégie nord-américaine pour la rupture avec l’isolationnisme prédominant de sa politique externe. Une fois menacé l’équilibre de pouvoir en Europe, les nord-américains courraient le risque d’un siège de l’ « hémisphère occidental ». Spykman propose une division géopolitique du continent en trois régions : l’Amérique du Nord, la Méditerranée Américaine et l’Amérique du Sud. Pour Spykman, la Méditerranée Américaine correspondait au Mexique, à l’Amérique Central, aux Caraïbes, aux Guyanes et aux pays sud-américains avec des côtes tournées sur la Mer des Caraïbes, c’est-à-dire la Colombie et le Venezuela. L’argument de Spykman était que, du point de vue géopolitique, la Colombie et le Venezuela étaient isolés du reste de l’Amérique du Sud par les hauts plateaux des Andes et des Guyanes et par la forêt amazonienne. Durant le seconde Guerre Mondiale, la question de l’Amérique du Sud était considérée comme fondamentale pour les ambitions mondiales nord-américaines. Bien que ne possédant pas une capacité autonome de se confronter aux États-Unis dans l’ « hémisphère occidental », les pays d’Amérique du Sud, principalement ceux de la région « ABC » - Argentine, Brésil et Chili – pouvaient néanmoins servir de points d’appui à des puissances extrarégionales contre les États-Unis. L’importance stratégique de l’Amérique du Sud reposait sur sa position géographique et les ressources naturelles et économiques qui pouvaient y être mobilisées.

Amérique du Sud comme Complexe Régionel de Sécurité (CRS)

16Face aux divisions régionales décrites ci-dessus, nous adoptons comme référence le découpage sud-américain tel qu’il apparaît dans la régionalisation proposée par Buzan et Waever (2003). Les auteurs distinguent deux Complexes : un CRS nord-américain qui inclut les sous-complexes de l’Amérique du Nord et de l’Amérique centrale / Caraïbes ; et un CRS sud-américain, dans lequel sont inclus tous les pays d’Amérique du Sud (à l’exception du Surinam et la Guyane Française), sous-divisée en deux sous-complexes, le Nord Andin (Équateur, Pérou, Colombie, Venezuela et Guyanes) et le Cône Sud (Brésil, Argentine, Chili, Paraguay, Uruguay et Bolivie). Cette formulation diffère d'une précédente faite par David Mares (1997), qui considère un CRS plus large, englobant l'ensemble de l'Amérique latine et les USA.

17L’évolution du CRS de l’Amérique du Sud a été fortement marquée par la proximité avec les États-Unis et par la tendance à la distinction entre le Nord Andin et le Cône Sud. Quant au degré d’intervention des États-Unis, les hypothèses oscillent entre : 1) les USA comme partie intégrante du CRS de l’Amérique du Sud, étant donné son importance dans le calcul de la balance de pouvoir régional, 2) le continent américain comme ensemble unique sous le commandement des USA (dans la perspective de défense hémisphérique), 3) l’intervention nord-américaine comme expression de son interventionnisme global (auparavant associé à la guerre froide et aujourd’hui à la guerre contre le terrorisme), ou 4) une relation interrégionale entre deux CRS, marquée par la pénétration des USA dans le CRS de l’Amérique du Sud, comme proposé par Buzan et Waever (2003, pp. 308-309).

18Selon Buzan et Waever (2003), les interventions nord-américaines de l’Amérique du Sud tendraient à avoir lieu de façon plus voilée que dans les Caraïbes et l’Amérique Centrale. En Amérique du Sud, la différenciation interne du CRS sud-américain en deux sous-complexes s’explique par la façon dont est légitimée l’intervention nord-américaine dans les conflits du sous-complexe du Nord Andin, tout particulièrement en ce qui concerne la guerre aux drogues, différemment de ce qui se passe dans le complexe du Cône Sud.

19Les changements post-Guerre Froide ont impliqué, au niveau domestique, la (re)démocratisation, la réduction de l’influence des militaires dans la politique et la réforme de l’État avec l’ouverture commerciale et l’internationalisation des économies. Au niveau régional, alors qu’une distension des rivalités interétatiques a eu lieu dans le Cône Sud depuis les années 1980, on note une permanence des conflits entre les États et la transnationalisation des problèmes de sécurité dans le Nord Andin. La formation du MERCOSUL, d’un côté, et la guerre contre les drogues en Colombie, d’un autre coté, sont les questions les plus importantes pour la définition des scénarios régionaux possibles (Buzan, Waever, 2003, p. 304). En ce qui concerne le cas du MERCOSUL, Buzan et Waever (2003, p. 327) reconnaissent une forte relation entre intégration et sécurité, en raison de la recherche de solutions négociées de conflits, de la stabilité de la relation Brésil-Argentine et de la possibilité de représenter un contre-pied à la pénétration nord-américaine. Les autres pays de l’Amérique du Sud transiteraient entre les deux pôles (USA et Brésil-Argentine), thèse qui se rapproche de l’idée de « rivalité émergente » (Moniz Bandeira, 2003).

20Autant Buzan et Waever en 2003 que Spykman 70 ans plus tôt montrent un plus fort degré d’autonomie du Cône Sud par rapport aux États-Unis. Cependant, pour Spykman, la préoccupation concernait l’éventuelle pénétration de puissances extrarégionales tandis que, chez Buzan et Waever, on trouve la reconnaissance d’une capacité autonome du Brésil et de l’Argentine à se constituer en tant que centre d’attraction qui pourrait rivaliser avec les USA au sein de l’Amérique du Sud.

Lire l’Amérique du Sud dans les documents

21Dans les deux dernières décennies, les pays sud-américains ont cherché à produire des documents publics pour définir leurs politiques de sécurité et de défense. Cette initiative démontre l’ouverture politique d’un secteur qui s’est traditionnellement maintenu à distance du débat public, et a pour effet de renforcer la transparence des formulations stratégiques de chaque pays par rapport aux autres.

22Une caractéristique commune à la majeure partie des documents est l’approche multi-scalaire dans laquelle sont abordés les échelles globale, continentale (ou hémisphérique), régionale (sud-américaine), sous-régionale (Andes ou Cône Sud) et bilatérale (ou frontalière). La lecture des politiques indique une tendance à la diminution de l’importance des domaines continental et sous-régional en faveur de l’augmentation de l’attention portée sur le niveau régional sud-américain.

23Ici, nous montrons certains cas concernant des pays qui ont présenté des documents publics sur la sécurité et la défense à deux moments distincts au cours des deux dernières décennies, ce qui permet d'avoir une vision comparative dans le temps.

24Dans le cas du Brésil, le lien entre la stratégie nationale brésilienne et la formation d’une sphère politique régional sud-américaine pour traiter de la sécurité est cohérente avec les tendances générales observées depuis la Politique de Défense Nationale de 1996, mais surtout avec son actualisation de 2005, dans laquelle l’Amérique du Sud est définie comme environnement régional dans lequel le Brésil s’insère comme une zone prioritaire d’action. Cet environnement s’extrapole à l’Atlantique Sud et aux pays côtiers d’Afrique, mais les thèmes de la sécurité maintiennent leur focalisation sur l’Amérique du Sud.

25La Stratégie Nationale de Défense (2008), sans référence à découpage hémisphérique ou latino-américain, est explicite encore en ce sens dans la ligne directrice intitulée « stimuler l’intégration de l’Amérique du Sud » dans laquelle est formulée la nécessité de « prévenir les conflits et de promouvoir la coopération militaire régionale et l’intégration des bases industrielles de défense » à travers le mécanisme du CDS, auquel ne pouvait participer aucun pays « étranger à la région » (2008, p. 9).

26En comparant les pays qui présentent des documents à des dates successives, nous pouvons noter que l’Argentine est le pays qui s’approche le plus de la vision sud-américaine, tandis que la Colombie est celui qui s’en éloigne le plus. Les cas de l’Équateur et du Chili, également analysés, présentent des oscillations entre les différents découpages.

27Le Livre Blanc de l’Argentine (1998) présentait un scénario stratégique liée au panorama global, à la dimension continentale – sous-divisée en « continent américain », « environnement stratégique du MERCOSUL » et « Atlantique Sud » - et à la nation argentine. Concernant la dimension continentale, le document faisait ressortir le rôle de l’OEA et de la Commission de Sécurité Hémisphérique, et dans le Cône Sud, le processus de rapprochement entre les pays de la sous-région – y compris le Chili et la Bolivie – depuis les années 1980. Cette approche est maintenue dans la Révision de la Défense (2001). La Directrice de Politique de Défense Nationale de l’Argentine, approuvée en 2009, apporte cependant un point de vue assez différent. En différenciant les scénarios globaux et régionaux, le document identifie le régional comme étant sud-américain, en mettant l’accent sur l’expérience commune dans la période de l’après Guerre Froide : (re)démocratisation, avec l’intensification des relations commerciales et infrastructurelles et les effets positifs pour la coopération en matière de sécurité et de défense. La réduction de l’importance du niveau hémisphérique est également significative dans le document.

28Dans le Livre Blanc du Chili de 2002, l’Amérique du Sud est citée comme un ensemble régional qui présente une tendance à la diminution des conflits, notamment après les rapprochements entre le Chili et l’Argentine dans les années 1980, le Pérou et l’Équateur après la guerre du Cenepa (1995) et entre le Chile et le Pérou en 1999 (p. 54-55). Cependant c’est l’ensemble continental et les instituions de sécurité interaméricaines qui sont surtout mis en évidence. Par contre, en 2010, on trouve des références ayant trait aux mémorandums d’entente entre le Chile et les autres pays sud-américains (p. 143), à la comparaison des dépenses militaires à l’intérieur de l’Amérique du Sud (p. 212) et, enfin, au CDS, comme l’un des forums régionaux de sécurité et de défense (p. 163-164).

29Dans le Livre Blanc de l’Équateur de 2002, le scénario régional se réfère à l’Amérique du Sud, mais avec des références abstraites à la « construction d’une paix régionale » (p. 33) et à la nécessité d’un « nouveau régime de sécurité coopérative » (p. 34). En 2006, l’Amérique du Sud apparaît subordonnée au « cadre hémisphérique », mais on pointe la « possible formation d’un bloc sud-américain » sur la base des avancées en termes d’intégration d’infrastructure, des réunions présidentielles et de la création d’un espace commun sud-américain (2006, p. 20-21). Ces deux documents sont antérieurs au changement ayant eu lieu avec l’élection de Rafael Correa en 2006, qui a pris une posture clairement contre-hégémonique.

30Le cas de la Colombie est le plus spécifique, puisque, tant dans la Politique de Défense et de Sécurité Démocratique (2003) que dans la Politique de Consolidation de la Sécurité Démocratique (2007), aucune référence à l’Amérique du Sud n’est faite. Le thème de la Coopération Internationale est traité dans le document de 2003 (pp. 63-64), où l’on parle de « renforcement de la coopération régionale », avec des références au Compromis de Lima de la Communauté Andine, aux commissions bilatérales frontalières, à la nécessité de révision du Système Interaméricain de Sécurité et aux résolutions de l’ONU. Ces deux documents de Colombie se focalisent largement sur la réalité du conflit armé domestique. Les années de gouvernement d’Uribe (2002-2010) furent marquées par une option de confrontation unilatérale et d’alliance stratégique exclusive avec les États-Unis qui n’a ouvert aucune voie d’action régionale pour la médiation du conflit. La Colombie fut le pays qui a le plus résisté à la formation d’une sphère sud-américaine autonome, option étant vue comme très associée aux gouvernements de gauche avec lesquels la Colombie rivalisait.

31Cette tendance à l’isolement de la Colombie s’est raréfiée après l’arrivée de Juan Manoel Santos à la présidence colombienne, en 2010. Contrairement aux attentes initiales, Santos a provoqué un apaisement des relations bilatérales avec l’Équateur et le Venezuela et a cherché à amplifier sa participation dans le cadre diplomatique sud-américain.

UNASUL

32Une autre source importante pour analyser l’institutionnalisation des liens sud-américains en matière de sécurité et de défense sont les documents de l’UNASUL, et tout particulièrement ceux du CDS de l’UNASUL, tous deux fondés en 2008.

33L’UNASUL fut créée en 2008 à partir des réunions du sommet et des présidents et des ministres sud-américains durant les années 2000. Dans le domaine de la sécurité régionale, la Communiqué de Brasilia (2000) a mis en place la création d’une Zone de Paix Sud-Américaine, ayant pour effet de faire converger les initiatives antérieures comme le Compromis Andin de Paix, Sécurité et Coopération (1989) et la Zone de Paix Libre d’Armes de Destruction Massive, proclamée en Ushuaia (1998). En 2000, la confrontation collective aux défis de sécurité, comme les drogues illicites et les crimes connexes, étaient encore envoyés à l’OEA (Communiqué de Brasilia, 2000). De fait, l’OEA possède un appareil institutionnel déjà constitué pour orienter les politiques en lien avec cette thématique. Cependant, l’approche développée par l’OEA est beaucoup plus marquée par la politique extérieure nord-américaine.

34L’absence d’une politique sud-américaine capable de contrebalancer l’influence nord-américaine et la position unilatérale des USA sont devenues évidentes avec les deux initiatives nord-américaines dans la région andine au tout début des années 2000 : l’installation d’une base militaire nord-américaine à Manta, en Équateur, et, l’implantation du Plan Colombie. En dépit du manque de confiance exprimé par certains leaderships sud-américains face à ce positionnement nord-américain, il n’y a eu aucune réaction effective.

35L’intégration des affaires de défense fut l’un des facteurs qui a impulsé la création du nouveau bloc sud-américain. En 2008, l’incursion des forces officielles Colombiennes sur des territoires équatoriens pour combattre la guérilla colombienne a culminé avec l’assassinat du leader des FARC, Raul Reyes, et a amené à un renforcement des tensions entre la Colombie, l’Équateur et le Venezuela. Cela a provoqué une rupture de relations diplomatiques et un renforcement militaire à la frontière et des réactions face à la violation territoriale du gouvernement colombien. À cette occasion, l’idée selon laquelle l’Amérique du Sud devrait posséder un mécanisme propre pour traiter des questions de sécurité de façon autonome par rapport à l’OEA et à la médiation nord-américaine s’est renforcée. Le Brésil a agi à l’avant-garde de ce processus, non sans régler ses comptes avec le gouvernement nord-américain aussi bien que l’OEA, lors de visites diplomatiques – avant le tournant sud-américain avec l’articulation finale de l’UNASUL en mai 2008.

36Le CDS a été crée en décembre 2008, sept mois après la création de l’UNASUL. Après un premier test avec la médiation de la crise politique en Bolivie en septembre 2008, le grand défi auquel a été confronté le CDS fut la réponse à la signature d’un accord bilatéral entre la Colombie et les États-Unis, qui a autorisé l’installation de 7 bases militaires nord-américaines sur le territoire Colombie en 2009. La réponse de l’UNASUL fut immédiate. Les chefs d’États d’Amérique du Sud se sont réunis pour un Sommet Extraordinaire et ont lancé la Déclaration de Bariloche, qui réaffirmait, d’une part, certains principes et engagements des pays avec la paix, la souveraineté et l’inviolabilité territoriale, disant que la « présence de forces militaires étrangères ne peut, avec ses moyens et des ressources liés à des objectifs propres, menacer la souveraineté et l’intégrité de n’importe quelle nation sud-américaine » et que devaient s’établir des « mécanismes concrets d’implantation et de garantie pour tous les pays applicables aux accords existants avec des pays de la région et extrarégionaux » (UNASUL, 2009a, p. 2). D’un autre côté, la déclaration réaffirmait l’engagement de lutte et de coopération contre le terrorisme, la délinquance transnationale, les trafics illégaux et l’action de groupes armés en marge de la loi, ce qui d’une certaine façon prenait en compte les conditions de la Colombie pour se maintenir dans le cadre de l’UNASUL après les critiques reçues à cause de l’accord avec les Etats-Unis. Enfin, elle invitait le gouvernement des États-Unis à un « dialogue sur des questions stratégiques, de défense, de paix, de sécurité et de développement » (UNASUL, 2009b, p. 5). Lors du premier grand défi du CDS, la résolution de la polémique instaurée avec les bases nord-américaines fut clairement une accommodation aux conditions imposées par l’option unilatérale colombienne, ce qui donnait un exemple des limites institutionnelles de l’UNASUL pour faire face, même en bloc, à l’influence nord-américaine en Amérique du Sud.

37De fait, l’installation de bases nord-américaines en Colombie est un moment crucial pour comprendre les relations entre les États-Unis et l’Amérique du Sud durant les années 2000. Depuis 1999, avec l’élection d’Hugo Chavez au Venezuela, l’émergence de gouvernements plus à gauche au sein de leurs spectres politiques nationaux respectifs a eu lieu en Amérique du Sud. Bien qu’elle préconisait une plus grande autonomie des affaires politiques sud-américaines face à l’interférence des Etats-Unis, l’UNASUL n’affichait pas de biais antiaméricain, puisqu’il fonctionnait comme un espace de médiation pour éviter une polarisation plus accentuée, agissant sur la contention de processus plus radicaux.

38Si en 2000, l’initiative de l’Amérique du Sud a dû faire face à la présence nord-américaine à travers la base de Manta en Équateur et du Plan Colombie, en 2008, la réponse des USA au nouveau pas effectué pour l’intégration sud-américaine fut d’annoncer les bases militaires en Colombie et, peu de temps après, la réactivation de la IV Flotte. L’UNASUL fut créée à l’apogée des tensions autour de la guerre interne colombienne. Le refus du gouvernement de l’Équateur de rénover la concession de la base militaire de Manta, qui avait débuté en 1999 et qui se terminait en 2009, a été l’occasion de signer l’accord entre les USA et la Colombie pour la concession de 7 bases militaires en territoire colombien, en août 2009.

Dépenses de Défense : croissant, plus encore relativement faible

39À partir de la fin des années 1990, mais principalement durant les années 2000, on note une augmentation considérable des dépenses militaires dans la majeure partie des pays d’Amérique du Sud, parfois accompagnée d’accords commerciaux extrarégionaux pour l’acquisition d’armements et de coopération militaire. La reprise des investissements dans les Forces Armées a eu de l’effet sur l’amélioration des effectifs militaires et sur les acquisitions d’armements par les pays sud-américains, d’origine toujours un peu plus diversifiées.

40Nous avons analysé deux séries de données sur le comportement régional de l’Amérique du Sud et le degré d’interaction entre les pays sud-américains en ce qui concerne les thèmes autour de la sécurité : les dépenses en termes de défense et de transferts d’armes. Le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI) offre une série historique consistante de données de dépenses militaires depuis 1988 et de données de transfert d’armes depuis 1950. Les données concernant les dépenses militaires sont utilisées comme une variable pertinente dans diverses études sur la sécurité et la défense sur le continent américain (Villa, 2008; Molero, 2009; Calle, 2009; Carreiro, 2009; Casas-Zamora 2010; Colgan, 2011).

41Le premier aspect qui attire l’attention est la croissance constante des dépenses militaires en Amérique du Sud depuis la fin de la Guerre Froide. À partir de la fin des années 1990, les dépenses en défense des pays d’Amérique du Sud ont augmenté (7,21 % par an), avec un poids important du Brésil sur l’ensemble de la région (Graphique 1). Cette augmentation est supérieure à la moyenne mondiale jusqu’en 2001 et inférieure à celle-ci depuis 2001. En dépit de la croissance des dépenses de défense en Amérique du Sud en chiffres absolus, il n’y a pas eu de variation significative concernant la relation entre dépenses de défense et PIB dans la moyenne des pays sud-américains, qui s’est maintenue autour de 2,0 % (Dépenses/PIB), en dessous de la moyenne mondiale (autour de 2,5 %). L’augmentation absolue des dépenses provient de la croissance économique atteinte par les pays sud-américains dans les décennies de 1990 et 2000 (Villa, 2008).

Graphique 1 - Dépenses de Défense en Amérique du Sud (1991-2011)

Graphique 1 - Dépenses de Défense en Amérique du Sud (1991-2011)

Source des données: SIPRI (2012)

42La participation, en pourcentage, de l’Amérique du Sud aux dépenses mondiales est passée de 2,8 % en 1993 à 3,7 % en 2011, avec un sommet à 4,2 % en 2011. Cette variation ne s’est pas faîte de façon homogène dans l’ensemble de ces pays. Pendant cette période, seulement le Brésil, la Colombie, le Chili, l’Argentine et le Venezuela se sont maintenus parmi les 50 plus grandes dépenses militaires du monde, avec une variation positive de leurs positions pour les trois premiers pays.

43Entre 1992 et 2001, il y a eu une chute mondiale des dépenses militaires, impulsée par une diminution des dépenses militaires en Amérique du Nord et en Europe, tandis que les autres continents connaissaient une croissance accentuée. Sur cette période, la croissance relative des dépenses en termes de défense fut de 41,6 % en Afrique, 56,7 % en Asie Méridionale et 76,2 % en Amérique du Sud, mais, avec peu d’impacts sur les valeurs globales de dépenses de défense. À partir de 2011, la stimulation des dépenses nord-américaines a eu pour corollaire une reprise de la croissance des dépenses globales, tandis que les régions périphériques et semi-périphériques ont maintenu la croissance de leurs dépenses dans la décennie précédente. La tendance à l’augmentation des dépenses provient aussi d’une « nouvelle culture globale du militarisme », où les solutions militaires face aux problèmes et la croyance dans le pouvoir militaire pour faire croître des aires d’influence sont revenues sur la scène politique mondiale (Perlo-Freeman, 2012, p. 189).

44Une fois vérifié l’Amérique du Sud par rapport au monde, il convient d’évaluer l’évolution comparée des pays à l’intérieur de l’Amérique du Sud. L’augmentation des dépenses militaires en Amérique du Sud fut impulsée par le Brésil dans les années 1990, dont les dépenses sont passées de US$ 7,1 milliards en 1992 à US$ 22 milliards en 2002 (+ 209 %), tandis que la somme des autres pays d’Amérique du Sud n’a augmenté que de 17,2 %. Entre 2002 et 2011, les dépenses militaires des autres pays d’Amérique du Sud ont commencé à croitre de façon plus accentuée que durant la décennie précédente. Après une légère chute des dépenses militaires du Brésil en 2003, les courbes évoluent à la hausse à peu près au même rythme. Depuis 2003, la différence entre les dépenses militaires du Brésil et les autres pays sud-américains est assez mince, au maximum US$ 3,3 milliards, ce qui indique un équilibre entre le Brésil et le reste de l’Amérique du Sud. Concernant le Brésil, l’égalisation entre ses dépenses et la somme de celles de l’Amérique du Sud semble refléter la situation la plus convenable, puisque qu’il maintient sa position de leader sans alimenter un éventuel « dilemme de sécurité » dans les pays voisins (Graphique 1).

45Un regard attentif sur la variation des données de défense dans chaque pays permet d’expliquer un peu plus la dynamique récente des dépenses de défense en Amérique du Sud (Graphique 2). La Bolivie, la Paraguay, l’Uruguay et la Guyane ont un poids très faible dans le montant général des dépenses. L’Argentine a perdu sa deuxième place en termes de dépenses de défense les plus importantes d’Amérique du Sud en 1988, dépassé par la Colombie et le Chile, deux pays dans lesquels on enregistre la plus forte hausse en termes de budget défense. L’augmentation des dépenses dans les cas du Venezuela et du Chili est liée à l’augmentation des prix des principales commodities exportées par ces pays, et par la législation qui transfert un pourcentage fixe de la rente obtenue dans la production de commodities pour les dépenses militaires, sans nécessité d’approbation du budget au Congrès (Calle, 2009).

Graphique 2 - Dépenses en défense en Amérique du Sud, par pays (grands dépensiers, sauf Brésil) (1988-2011)

Graphique 2 - Dépenses en défense en Amérique du Sud, par pays (grands dépensiers, sauf Brésil) (1988-2011)

Source des données: SIPRI (2012)

46Bien que la moyenne sud-américaine en termes de dépenses en défense sur le PIB se soit constamment maintenue autour de 2 % depuis le début des années 1990, le Chile et la Colombie se sont toujours maintenus au-dessus de cette moyenne et, depuis 2009, sont les pays, conjointement à l’Équateur, où les dépenses en défense ont représenté plus de 3 % du PIB (Graphique 3). Le Chili est passé d’un pourcentage élevé, au-dessus de 4 % à la fin des années 1980, à un pourcentage qui varie entre 3 et 4 % à partir des années 1990, période de (re)démocratisation chilienne. De fait, la variation positive des valeurs absolues en termes de dépenses chiliennes en sécurité est associée à la croissance de son PIB. En Colombie, on note la combinaison d’une variation positive du PIB avec une croissance du pourcentage des dépenses de défense sur le PIB et sur le budget, étant toujours supérieur à 3 % du PIB depuis les années 2000. Quant à lui, l’Équateur a dépassé la moyenne sud-américaine (de 2 %) en 2002 et a achevé la décennie autour de 3,5 %. L’augmentation relative des dépenses de l’Équateur n’est pas liée à l’hypothèse de conflits avec le Pérou, grâce aux accords de paix des années 1990, mais à l’installation d’une base militaire nord-américaine en territoire équatorien (la base de Manta) et aux effets du conflit colombien après le Plan Colombia (2000).

Graphique 3 - Dépenses de défense par rapport au PIB (%), en Amérique du Sud (1988-2011)

Graphique 3 - Dépenses de défense par rapport au PIB (%), en Amérique du Sud (1988-2011)

Source des données: SIPRI (2012)

47Nous pouvons conclure que la participation de l’Amérique du Sud dans les dépenses globales est somme toute assez faible. La croissance accentuée des dépenses sud-américaines dans les deux dernières décennies n’a représenté ni une altération significative dans la distribution globale des dépenses militaires, ni une augmentation de la participation - en pourcentage - de l’Amérique du Sud dans les dépenses militaires globales. La Colombie et le Chili se démarquent avec les plus grandes augmentations en valeurs absolues. Dans le même temps, ces pays possèdent des relations privilégiées avec les États-Unis, ce qui peut être considéré comme un vecteur d’instabilité régionale en alimentant les réactions des pays voisins qui ont cherché des chemins plus autonomes par rapport aux Etats-Unis dans les années 2000, comme le Venezuela et l’Argentine.

Transferts d’Armes : mesure des liens régionaux et extra-régionaux

48Les transferts internationaux d’armes lourdes sont un indicateur permettant d’appréhender les interactions régionales tout en prenant en compte le poids des échanges régionaux sud-américains dans les échanges extrarégionaux (entre les pays sud-américains et les pays externes à cette région). Ici, nous nous basons sur la base de données du SIPRI, qui compte les transferts d’Armes lourdes avec l’unité de mesure TIV (Trade Indicateur Value) - qui se rapproche du dollar nord-américain.

49En Amérique du Sud, on note la présence de dynamiques compétitives d’armements, car les acquisitions d’armes d’un pays semblent être une réponse à l’acquisition d’autres pays au sein de l’Amérique du Sud. Ce constat s’accentue avec l’augmentation d’acquisitions d’armes, stimulée par des tensions diplomatiques ou militaires entre les pays et quand les origines des armes sont différentes dans deux pays concurrents (par exemple : les armes russes au Venezuela et les armes nord-américaines en Colombie). Il existe aussi des dynamiques de coopération en Amérique du Sud, où, par exemple, un système d’armes est acquis par plus d’un pays, conjointement à des mesures de transparence concernant les usages et finalités des armements. On note aussi la réalisation d’exercices combinés, des échanges techniques, des emprunts financiers, des dons d’armements entre pays de la région et l’absence de tensions politiques ou de provocations entre les pays.

50Les dépenses en importation d’armes ne sont pas nécessairement proportionnelles aux dépenses de défense, puisque l’existence d’une base industrielle nationale de défense a diminué la nécessité d’importer des matériaux de défense. Généralement, les pays aux dépenses les plus importantes en termes de défense – le Brésil, dans le cas de l’Amérique du Sud – ne présentent pas un coût d’importation proportionnellement aussi grand, puisque une partie de l’approvisionnement en armes est obtenue par les achats d’entreprises nationales, ce qui n’est pas comptabilisé comme transfert d’armes par le SIPRI (Graphique 4).

51Sur le marché global d’armes lourdes, l’Amérique du Sud participe plus à l’importation qu’à l’exportation d’armes. Le Brésil est le pays qui présente les volumes d’exportation extrarégionale les plus importants, avec pour destinations principales, l’Afrique (principalement la Lybie) dans les années 1970, le Moyen-Orient (principalement l’Irak) dans les années 1980, l’Europe (notamment la France et la Grande-Bretagne) dans les années 1990. Après des pics d’exportation dans les années 1980, avec des exportations au-dessus de 200 millions (en TIV), associés aux ventes à l’Irak dans le contexte de la Guerre Iran/Irak (1980-1988) et à l’augmentation du pouvoir militaire Iraquien (Dagnino, 2010, p. 69), les ventes chutèrent autour de 50 millions (en TIV), entre 1994 et 2006. Une reprise des exportations a eu lieu à partir de 2006, avec un nouveau pic atteint (au dessus de 180 millions en TIV) dans le contexte de la Stratégie Nationale de Défense (2008) qui préconisait une revitalisation de l’industrie de Défense au Brésil.

Graphique 4 - Importation d'armes conventionnelles en Amérique du Sud en TIV (1960-2011)

Graphique 4 - Importation d'armes conventionnelles en Amérique du Sud en TIV (1960-2011)

Source des données: SIPRI (2012)

52En nous penchant sur le total d’exportations d’armes lourdes dans les pays sud-américains, nous avons vérifié le fait que le marché régional d’Amérique du Sud se démarque dans les années 2000 comme principale destination d’exportations : plus de 60 % des armes lourdes exportées par les pays d’Amérique du Sud dans la dernière décennie ont eu pour destination un autre pays d’Amérique du Sud, pourcentage supérieur à celui de la période 1971-2000, qui ne dépassait pas 30 %. Le poids des importations d’armes ayant pour origine l’Amérique du Sud est très faible par rapport au total d’importations d’armes des pays sud-américains : 2,60 % dans les années 1980 et 3,15 % dans les années 2000, durant les périodes où la participation est plus importante. Bien que les conditions d’offre des pays sud-américains soient faibles par rapport à la demande du marché régional, l’augmentation atteinte dans les années 2000 par rapport aux années 1990 est significative, autant en termes absolus que relatifs.

53Le marché sud-américain a acquis une importance significative pour les pays sud-américains exportateurs d’armes, notamment dans les années 2000, quand il atteint 60 % de participation en tant que destination d’exportations provenant des pays sud-américains. La production de l’industrie de défense en Amérique du Sud, sous l’égide du Brésil, avec plus de 60 % des exportations (Graphique 5), répond à une tranche de technologies intermédiaires (Dagnino, 2010, p. 65), de façon à ce que la partie la plus importante, se référant aux systèmes d’armes de haute technologie, continuent de dépendre de l’importation extérieure à l’Amérique du Sud. Dans les années 2000, le Brésil a développé une stratégie pour se maintenir visible en cherchant à accroître son marché en Amérique du Sud et à atteindre des marchés en développement dans le monde - à travers l’acquisition de nouveaux systèmes d’armes associés au transfert de technologie et l’autorisation de produits provenant de fabricants étrangers (Graphique 6).

Graphique 5 - Pays exportateurs d'armes conventionnelles en Amérique du Sud en TIV (1960-2011)

Graphique 5 - Pays exportateurs d'armes conventionnelles en Amérique du Sud en TIV (1960-2011)

Source des données: SIPRI (2012)

Graphique 6 - Exportations d'armes en Amérique du Sud, en millions de TIV, par régions destinataires (1961-2010)

Graphique 6 - Exportations d'armes en Amérique du Sud, en millions de TIV, par régions destinataires (1961-2010)

Source des données: SIPRI (2012)

54En dépit de l’augmentation récente, le potentiel de croissance des transferts intra-régionaux – et prenant en compte les conditions d’offre et de demande d’armes – est encore asse limité. Du point de vue de la demande des pays sud-américains, une très petite partie des acquisitions d’armes de ces pays a pour origine l’Amérique du Sud. Cependant, en ce qui concerne l’offre sud-américaine, l’exportation pour l’Amérique du Sud répond à une parcelle significative (au-dessus de 60 %) de l’exportation totale d’armes des pays sud-américains. L’augmentation des transferts à l’intérieur de la région pourrait avoir lieu dans un contexte de croissance de la base productive des pays, ce qui dépendrait d’un plus grand investissement dans les industries de défense en Amérique du Sud - ou d’un contexte de rétractation des marchés extrarégionaux existant actuellement où l’Amérique du Sud deviendrait un « refuge commercial » pour les entreprises sud-américaines sans marché dans d’autres endroits.

55En Amérique du Sud, après des dépenses élevées d’importation d’armes dans les années 1970, période où prédominaient les régimes militaires, les processus de (re)démocratisation et la crise de la dette externe ont marqué un déclin abrupt des acquisitions d’armes de 1984 jusqu’au milieu des années 2000. À partir de 2006, nous avons une nouvelle période d’augmentation d’acquisitions d’armes, notamment au Brésil. Dans les années 1970 et 1980, le Brésil, l’Argentine, le Pérou et le Venezuela ont été responsables de la majeure partie des importations, tandis qu’après 2006 le Chile et le Venezuela sont les principaux acheteurs, suivis par le Brésil et la Colombie.

56L’origine des importations de ces pays est assez variée. Le Brésil et le Chile maintiennent des partenariats commerciaux préférentiels avec les pays d’Europe Occidentale depuis la période de la Guerre Froide ; la Colombie a accru la participation des États-Unis comme exportateur dans la période post Guerre Froide, tandis que le Venezuela, à l’inverse, a réduit sa participation nord-américaine et a fortifié son partenariat avec la Russie.

57Il y a eu une déconcentration des partenariats commerciaux des pays sud-américains, ce qui reflète les tendances du marché global d’armes et du commerce international lui-même, avec l’entrée de nouveaux acteurs et la diminution du poids économique de l’Europe et des Etats-Unis. Entre 1950 et 1970, seulement 18 pays avaient exporté des armes en Amérique du Sud tandis que dans les années 1990 et 2000, on en compte plus de 30.

58Les partenariats traditionnels de l’importation d’armes des pays sud-américains sont les États-Unis et les pays d’Europe Occidentale, qui maintiennent un flux de ventes permanent depuis les années 1950, mais avec des chiffres absolus et une participation qui déclinent depuis les années 1980. Tandis que les États-Unis étaient à l’origine de 57 % des importations de l’Amérique du Sud, ce pourcentage est passé à 17 % dans les années 2000 (Graphique 7).

59Concernant la destination des importations sud-américaines provenant des États-Unis, le Brésil et l’Argentine répondaient à plus de 50 % du marché sud-américain, tandis que dans les années 2000, cette participation chute à 20 %. Le Chile et la Colombie, dont la participation conjointe se situait en-dessous de 20 % entre 1971 et 1990, ont atteint une participation de 66 % dans les années 2000. La trajectoire du Venezuela est inverse : 30 % de participation dans les années 1980 et tombant à 1,5 % dans les années 2000.

Graphique 7 - Transferts d’armes des États-Unis vers les pays sud-américains (1961-2010)

Graphique 7 - Transferts d’armes des États-Unis vers les pays sud-américains (1961-2010)

Source des données: SIPRI (2012)

60La majorité des armements acquis par les pays d’Amérique du Sud trouve encore son origine en Europe Occidentale (Graphique 8). Les principaux exportateurs d’Europe Occidental vers l’Amérique du Sud sont la Grande Bretagne, la France, l’Allemagne, la Hollande, l’Italie et, plus récemment, l’Espagne. Comme dans le cas des Etats-Unis, il y a eu une diminution de la participation (en pourcentage) de l’Europe Occidentale par rapport au total d’armes exportées vers l’Amérique du Sud. En outre, on note une diminution du poids du Venezuela et de l’Argentine en tant qu’acheteurs tandis que le Chili est devenu le principal acheteur d’armes de l’Europe Occidentale en Amérique du Sud.

Graphique 8 - Transferts d'armes d'Europe Ocidentale vers les pays sud-américains (1961-2010)

Graphique 8 - Transferts d'armes d'Europe Ocidentale vers les pays sud-américains (1961-2010)

Source des données: SIPRI (2012)

61L’autre facteur expliquant la baisse de participation des fournisseurs traditionnels d’armes en Amérique du Sud – les États-Unis et l’Europe Occidentale – est l’apparition de nouveaux exportateurs pour la région. Pour éviter de trop dépendre des partenariats traditionnels en termes d’importation d’armes, et sans possibilités de développer une base productive régionale autonome, l’issue pour les pays d’Amérique du Sud a été de diversifier les partenariats commerciaux dans le domaine de la sécurité. C’est le cas de la Russie, d’Israël, de la Chine et des ex-pays socialistes de l’Europe Orientale, qui ont augmenté leur participation sur le marché sud-américain à partir des années 1970 (Graphique 9). La Russie fut le principal bénéficiaire de cette initiative dans les années 2000, établissant des partenariats avec l’Argentine, le Brésil, la Colombie, l’Équateur, le Pérou, l’Uruguay et le Venezuela. Dans les années 1990, la Russie maintient sa part de marché acquise pendant les décennies précédentes par l’URSS, et, dans les années 2000, elle fait un grand bond en avant et dépasse les États-Unis en tant que premier exportateur d’armes sur le marché sud-américain. Israël entre sur le marché en 1974 en établissant un partenariat avec l’Équateur et avec presque tous les autres pays d’Amérique du Sud par la suite. L’Europe Orientale entre sur le marché sud-américain après la Guerre Froide, dans les années 1990, mais sans continuité significative dans les années 2000. La Chine, quant à elle, commence à apparaître dans les années 1900 et pèse plus sur la balance dans les années 2000

Graphique 9 - Transferts d'armes d'Europe Orientale, de Chine, d'Israël et de Russie vers les pays sud-américains, en TIV (1961-2010)

Graphique 9 - Transferts d'armes d'Europe Orientale, de Chine, d'Israël et de Russie vers les pays sud-américains, en TIV (1961-2010)

Source des données: SIPRI (2012)

Conclusion

62À travers l’analyse de documents et de données, nous avons cherché à comprendre les différents processus constitutifs de la construction de l’Amérique du Sud en tant que région de sécurité, dont le fer de lance est le Brésil ces dernières décennies. Face aux avancées récentes et face aux limites structurelles de l’Amérique du Sud, il est possible d’esquisser quatre scénarios qui se superposent à l’horizon politique de la région.

63Le premier scénario concerne l’agrandissement de l’autonomie sud-américaine. Cette perspective a eu une place de choix entre 2000 et 2010 en raison d’une combinaison de différents facteurs, entres autres : des gouvernements de gauche en Amérique du Sud, une amélioration de l’intégration physique à travers l’IIRSA, une certaine « négligence salutaire » de la part des Etats-Unis (impliqués dans les conflits Iraquien et Afghan), la croissance économique des pays sud-américains, une politique extérieure brésilienne à la recherche d’un rôle de protagoniste et le renforcement institutionnel culminant avec la création de l’UNASUL. Bien qu’il se soit rétracté dans les années 2010, le projet régional sud-américain peut retrouver une certaine ardeur avec les changements systémiques du pouvoir global ou sur les rails d’un cycle politique rénové.

64Le second scénario est celui d’un nouveau pacte de sécurité hémisphérique, dans lequel il y aurait une recomposition en matière de sécurité en Amérique du Sud suivant les modèles de sécurité multidimensionnelle hémisphérique – prenant en compte la confrontation des conflits politiques et sociaux comme des menaces émergentes ou transnationales. Il s’agirait d’une solution similaire à celle en vigueur pendant la Guerre Froide, quand la subordination du camp « occidental » s’alliait avec la manutention des structures internes de pouvoir économique et politique. Dans ce cas, le vocabulaire de la « sécurité nationale » devrait être réactualisée par celui de « nouvelles menaces ».

65Le troisième scénario serait celui de la segmentation Nord Andin / Cône Sud, dans lequel le projet régional de l’Amérique du Sud resterait limité au Cône Sud, via MERCOSUL, tandis que le Nord Andin serait subsumé par le « complexe régional de sécurité » de l’Amérique du Nord, maintenant une relation avec les États-Unis similaire à celle de l’Amérique Centrale et des Caraïbes. Il s’agit de l’hypothèse que Buzan et Waever (2003) ont avancé en 2003 dans un contexte de recrudescence de la Guerre contre les Drogues dans le Nord-Andin, qui signifierait également un retour à la Méditerranée Américaine, que Spykman percevait déjà dans les années 1940. En quelque sorte, les changements de scénario dans les années 2000 ont rendu cette perspective de Buzan et Waever improbable, car la segmentation s’est orientée dans un autre sens que celui du scénario suivant.

66Le quatrième scénario fait référence à la possibilité que l’Amérique du Sud se segmente entre Atlantique et Pacifique. Cette hypothèse conserve l’idée d’une césure du modèle antérieur, mais l’actualise en prenant en compte l’entrée du Venezuela dans le MERCOSUL et sa dissociation avec le modèle Nord-Andin de conflit. Dans le même temps, l’alignement entre le Chili, le Pérou, la Colombie et le Mexique, appelée « Alliance du Pacifique », renforce cette perspective de segmentation, explicite dans le nom même du bloc. L’intégration des pays d’Amérique du Pacifique se maintient encore dans le champ des intérêts économiques et dans celui de la recherche d’opportunités d’affaires – ce qui reflète une vision idéologique plus libérale, commune aux gouvernements qui a servi d’impulsion à ce nouveau bloc.

67La question qui reste en suspens est celle de savoir si les stratégies économiques de chaque segment peuvent déboucher sur des conceptions différenciées du point de vue de l’intégration politique et, tout particulièrement, du pointe de vue de la sécurité régionale. Les transformations de gouvernement en Argentine, avec Mauricio Macri, et au Brésil, avec la fin d’un cycle de gouvernement « pétistes » (du PT- Parti des Travailleurs), montrent le refroidissement d’une possible polarisation, puisque le vecteur autonomiste sud-américain centré sur le versant atlantique perd de la force, ce qui ferait du « chemin du Pacifique » l’attraction principale de la dynamique politique sud-américaine. Ces quatre scénarios ne sont pas clairement définis dans un horizon proche. Ce que ces scénarios apportent, c’est un champ de possibilités et de litiges, dans lequel la région possède un caractère stratégique sur l’orientation et sur les destins des pays sud-américains.

68Le dilemme de l’Amérique du Sud passe par la politique des États-Unis envers l’Amérique du Sud et par l’émergence de nouveaux centres de pouvoir dans le monde, à l’instar de la Chine. L’Amérique du Sud n’est ni une aire par laquelle les États-Unis se sentent menacés, face à une menace extracontinentale, ni une force autonome émergente dans le projet régional sud-américain. La politique nord-américaine ne passe pas seulement par l’action directe de la coercition, mais par une action indirecte, fragmentée et sélective qui habilite d’autres États (comme la Colombie). En outre, également de façon segmentée, elle passe par des agents étatiques internes (relativement autonome par rapport au contrôle politique démocratique) à agir en fonction de leurs paramètres concernant ce qu’est la sécurité.

69Il n’est pas nécessaire d’adopter le « boots on the ground » quand on peut exporter une certaine logique de la sécurité – bien que les États-Unis ne crachent ni sur le « boots on the ground », à l’instar des bases en Colombie en 2009, ni sur le « float on the sea », avec la réactivation de la IVe Flotte, pour qu’aucun doute ne subsiste sur la logique de sécurité qui doit être assimilée.

70Le Brésil oscille et est ambigu quant aux voies à suivre – ce qui peut être aussi une stratégie consistant à distribuer ses pions dans plusieurs zones, en raison d’un manque de clarté stratégique par rapport à ce qui doit être fait. Dans les années 2000, le Brésil émettait des signaux d’une recherche d’une Amérique du Sud relativement autonome, processus qui a culminé en 2008 avec la création de l’UNASUL et du CDS. Les limites du projet de l’Amérique du Sud ont été mises en évidence par les effets de la crise de 2008, justement au moment où la construction régionale atteignant une certaine maturité. Le rôle du Brésil comme acteur principal de l’intégration sud-américaine est compromis à l’heure où les liens qui se consolident sont les relations directes extrarégionales de chaque pays en dehors du spectre sud-américain – que ce soit du point de vue politique, avec les États-Unis, ou du point de vue économique, avec l’Asie.

Haut de page

Bibliographie

ADLER E., GREVE P., 2009, « When security community meets balance of power: overlapping regional mechanisms of security governance », Review of International Studies, vol. 35, Special Issue, pp. 59-84

ARGENTINA, 2009, Decreto 1714/2009, Directiva de Política de Defensa Nacional, Buenos Aires, Ministério de Defensa

ARGENTINA, 1999, Libro Blanco de la República Argentina, Buenos Aires, Ministério de Defensa

ARGENTINA, 2001, Revisión de la Defensa, Buenos Aires, Ministério de Defensa

BECKER B., EGLER C, 1993, Brasil: uma nova potência regional na economia-mundo, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil

BRASIL, 2008, Estratégia de Defesa Nacional, Brasília, Ministério da Defesa

BRASIL, 1996, Política de Defesa Nacional, Brasília, Ministério da Defesa

BRASIL, 2005, Política de Defesa Nacional, Brasília, Ministério da Defesa

BUZAN B., WEAVER O, 2003, Regions and powers: the structure of international security, Cambridge University Press

CALLE F., 2010, « El espacio sudamericano como “zona de paz” a preservar frente a factores de turbulencia intra y extra-regionales », In Nelson Jobim et. al. (org.), Segurança internacional: perspectivas brasileiras, Rio de Janeiro, FGV

CALLE F., 2009, « El impacto de los recursos naturales y leyes especiales en el rearme en Sudamérica », Nueva Mayoría, 20 Mayo

CARREIRO M. A construção de uma Comunidade de Segurança na América do Sul: a integração em defesa como estratégia de integração regional. Mémoire de Maîtrise, PPGHC/UFRJ

CASAS-ZAMORA K., 2010, « An arms race in South America? Perspectives on the Americas: a series of opinion pieces by leading commentators on the region », Center of Hemispheric Policy, University of Miami, 23 nov

CENTENO M. A., 2002, Blood and debt: war and the state in Latin America, Pennsylvania State University Press

CEPIK M., 2005, « Segurança na América do Sul: traços estruturais e dinâmica conjuntural », Análise de Conjuntura OPSA, n. 9

CHILE 2002, Libro de la Defensa Nacional de Chile, Santiago, Ministério de Defensa Nacional

CHILE 2010, Libro de la Defensa Nacional de Chile, Santiago, Ministério de Defensa Nacional

COLGAN J., 2011, « Venezuela and military expenditure data », Journal of Peace Research, 48 (4), pp. 547-556

COLOMBIA, 2007, Política de Consolidación de la Seguridad Democratica, Bogotá, Presidencia de la República/ Ministerio de Defensa Nacional

COLOMBIA, 2003, Política de Defensa y Seguridad Democratica. Bogotá, Presidencia de la República/ Ministerio de Defensa Nacional

COMUNICADO de Brasília, 2000, Reunião de Presidentes da América do Sul, Brasília, 1 set 2000

COSTA W. M., THÉRY H., 2012, « Quatre-vingts ans de géopolitique au Brésil : de la géographie militaire à une pensée stratégique nationale » Hérodote, 2012/3, n° 146-147, pp.

COSTA W. M., 2009, « O Brasil e a América do Sul: cenários geopolíticos e desafios para a integração », Confins, nº 7

COUTO E SILVA G. do, 1981 [1958], « O Brasil e a defesa do Ocidente [1958] » In G. Couto e Silva. Conjuntura política nacional: o Poder Executivo & Geopolítica do Brasil, Rio de Janeiro, José Olympio Ed.

DAGNINO R., 2010, A indústria de defesa no governo Lula, São Paulo, Expressão Popular/FAPESP

DECLARAÇÃO de Segurança Cidadã na América do Sul, 2005, I Reunião de Chefes de Estado da Comunidade Sul-americana de Nações, Fortaleza, 26 ago

DECLARAÇÃO Presidencial sobre as Ilhas Malvinas, 2006, II Cúpula de Chefes de Estado da América do Sul. 9 dez

EGLER C., 2009, « As vias abertas da América do Sul », In A. M. Bicalho, P. C. Gomes (org.) Questões metodológicas e novas temáticas na pesquisa geográfica, Rio de Janeiro, Publit

EQUADOR, 2006, Libro Blanco del Ecuador, Quito, Ministerio de Defensa Nacional

EQUADOR, 2002, Política de la Defensa Nacional del Ecuador, Quito, Ministerio de Defensa Nacional

ISACSON A., HAUGAARD L., POE, A., KINOSIAN, S., WITHERS, G., 2013, « Time to listen: trends in U.S. security assistance to Latin America and the Caribbean », CIP/LAWGEF/WOLA, September

LIMA M. R. S., HIRST M., 2009, « Brasil como Estado intermediário e potência regional », In A. Narlikar et al (org.). Os BRICs e a ordem global, Rio de Janeiro, FGV

MARES D., 1997, « Regional conflict management in Latin America: power complemented by diplomacy », In D. Lake, P. Morgan (org.) Regional orders: building security in a new world, Pennsylvania State University Press

MOLERO L. N., 2009, « Factors affecting increasing military expenditures in Latin America, 1996-2006 », Indiana Journal of Political Science, vol. 52, Winter 2008/2009, pp. 52-58

MONIZ BANDEIRA L. A., 2011 [1989], Brasil-Estados Unidos: a rivalidade emergente (1950-1988), Rio de Janeiro, Civilização Brasileira

MONIZ BANDEIRA L. A., 2009, Geopolítica e política exterior: Estados Unidos, Brasil e América do Sul, Fundação Alexandre Gusmão, Brasília

OLIVEIRA A. J., ONUKI J., 2000, « Brasil, Mercosul e a segurança regional », Revista Brasileira de Política Internacional, 43 (2)

PERLO-FREEMAN, Sam, 2012, « Military expenditure », SIPRI Yearbook 2012, Stockholm, SIPRI

REGO MONTEIRO, Licio Caetano, 2014, Segurança na América do Sul: a construção regional e a experiência colombiana, Thèse de Doctorat, PPGG/UFRJ

RESDAL (Red de Seguridad y Defensa de América Latina), 2010, Atlas de la Seguridad Regional en América Latina y Caribe, Buenos Aires, RESDAL

SAINT-PIERRE Héctor Luis, 2013, « Defesa e segurança? Reflexões em torno de conceitos e ideologias », In E. Mei, H. L. Saint-Pierre (org.), Paz e guerra: defesa e segurança entre as nações, São Paulo, Unesp

SENNES R., ONUKI J., OLIVEIRA A., 2006, « The Brazilian foreign policy and the hemispheric security »Revista Fuerzas Armadas y Sociedade, vol.1 Selected edition.

SPYKMAN N., 1944 [1942], Estados Unidos frente al mundo, México, FCE

STOCKHOLM INTERNATIONAL PEACE RESEARCH INSTITUTE (SIPRI), « SIPRI Arms Transfers Database », <http://www.sipri.org/databases/armstransfers> Accès 13 fev 2012

STOCKHOLM INTERNATIONAL PEACE RESEARCH INSTITUTE (SIPRI), « SIPRI Military Expenditure Database », <http://www.sipri.org/research/armaments/milex/milex_database> Accès 26 jun 2012

UNASUL, 2008, Decisão para o estabelecimento do Conselho de Defesa Sul-Americano da UNASUL, Reunião Extraordinária das Chefas e Chefes de Estado e de Governo da UNASUL, Salvador, 16 dez

UNASUL, 2008, Declaração de La Moneda, Reunião de Chefas e Chefes de Estado e de Governo da UNASUL, Santiago, 15 set 2008.

UNASUL, 2008, Estatuto do Conselho de Defesa Sul-Americano da UNASUL, III Reunião Ordinária das Chefas e Chefes de Estado e de Governo da UNASUL, Santiago, 11 set

UNASUL, 2008, Sobre o Conselho Social da UNASUL, Disposição do Conselho de Delegadas e Delegados da UNASUL n. 01/2008, Santiago, 12 ago

UNASUL, 2008, Tratado Constitutivo da UNASUL, Reunião de Presidentes da América do Sul, Brasília, 23 mai

VILLA R. D., 2008, « Corrida armamentista ou modernização de armamentos no América do Sul: estudo comparativo dos gastos militares », Estudos e Cenários, NECON/OPSA

VIZENTINI P. F., 2007, « Brazil: the dialetical nature of security and integration in South America », Policy: issue & actors, Vol. 20, n. 9, Johannesburg, Centre for Policy Studies

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 - Dépenses de Défense en Amérique du Sud (1991-2011)
Crédits Source des données: SIPRI (2012)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4144/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Graphique 2 - Dépenses en défense en Amérique du Sud, par pays (grands dépensiers, sauf Brésil) (1988-2011)
Crédits Source des données: SIPRI (2012)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4144/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 3 - Dépenses de défense par rapport au PIB (%), en Amérique du Sud (1988-2011)
Crédits Source des données: SIPRI (2012)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4144/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 4 - Importation d'armes conventionnelles en Amérique du Sud en TIV (1960-2011)
Crédits Source des données: SIPRI (2012)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4144/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Graphique 5 - Pays exportateurs d'armes conventionnelles en Amérique du Sud en TIV (1960-2011)
Crédits Source des données: SIPRI (2012)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4144/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique 6 - Exportations d'armes en Amérique du Sud, en millions de TIV, par régions destinataires (1961-2010)
Crédits Source des données: SIPRI (2012)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4144/img-6.png
Fichier image/png, 23k
Titre Graphique 7 - Transferts d’armes des États-Unis vers les pays sud-américains (1961-2010)
Crédits Source des données: SIPRI (2012)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4144/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Graphique 8 - Transferts d'armes d'Europe Ocidentale vers les pays sud-américains (1961-2010)
Crédits Source des données: SIPRI (2012)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4144/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Graphique 9 - Transferts d'armes d'Europe Orientale, de Chine, d'Israël et de Russie vers les pays sud-américains, en TIV (1961-2010)
Crédits Source des données: SIPRI (2012)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4144/img-9.png
Fichier image/png, 62k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Licio Caetano do Rego Monteiro, « Géopolitique de la sécurité en Amérique du Sud : le rôle du Brésil et les dilemmes d’une région en transition », L’Espace Politique [En ligne], 31 | 2017-1, mis en ligne le 04 avril 2017, consulté le 28 juin 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/4144 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.4144

Haut de page

Auteur

Licio Caetano do Rego Monteiro

Docteur en Géographie, Professeur de Géographie Humaine
Universidade Federal Fluminense, Angra dos Reis, Brésil
liciocaetano@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org