Navigation – Plan du site
Géographie politique et géopolitique brésilienne au XXI siècle

Agenda décolonial pour les études frontalières au Brésil1

Decolonial agenda for border studies in Brazil
Adriana Dorfman et Arthur Luna Borba Colen França
Cet article est une traduction de :
Agenda descolonial para os estudos fronteiriços no Brasil

Résumés

Pour soutenir l’étude des multiples territorialités présentes aux frontières sud du Brésil, ce travail propose d’envisager les études frontalières à la lumière de la pensée décoloniale. Le territoire étatique a joué un rôle unificateur, représentant une autre manière de domination et construisant la souveraineté de l’État. Le projet d’occupation capitaliste de l’espace par l’État moderne, légitimé par l’identité nationale et matérialisé sur le territoire, structure les frontières linéaires. En utilisant la bibliographie sur l’africanisme, l’orientalisme, l’occidentalisme et, particulièrement, sur la pensée décoloniale, nous explorons la connaissance des régions frontalières du sud du Brésil, à partir du travail de terrain, pour examiner les relations d’échelle et décrire les stratégies politiques et les territorialités qui s’y manifestent. Ainsi, nous espérons contribuer à la construction d’un agenda de recherche pour les géographes dans lequel la « colonialité du pouvoir » et la « pensée de frontière », expressions chères aux études postcoloniales, ne sont pas uniquement des métaphores culturelles. En soulignant les différentes cultures et leurs géographies et pour explorer les significations et les usages locaux de la frontière australe brésilienne, nous proposons une grille d’usages décoloniaux de zones de frontières, qui inclut des stratégies pour les services publics aux frontières marginales : instrumentalisation d’imaginaires nationalistes, usages tactiques de limites et, finalement, la gestion citoyenne de la frontière. L’arc dessiné depuis les propositions universelles de la théorie de frontière jusqu’à l’ascension des études locales doit aller un peu plus loin : comprendre les pratiques et les dynamiques de frontière comme étant suffisamment légitimes, fonctionnelles dans leur contexte et non illégales ni détournées. En résumé, comme des pratiques décoloniales de la frontière.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les auteurs remercient la lecture attentive de Stéphane Rosière de la version traduite du présent a (...)

Agenda descolonial para os estudos fronteiriços no Brasil

Pensée décoloniale

1Colonialité, anti-colonialité, post-colonialisme, post-colonialité, (post) colonialité ; décolonialité, dé-colonialité et néocolonialisme sont des perspectives conceptuelles qui analysent comment certains lieux et certaines personnes sont construits comme subalternes par rapport à d’autres considérés comme supérieurs et développés. Comme analyse du social, la proposition post-coloniale passe par le débat sur les discours, par la déconstruction d’essentialismes et se rapprocherait du post-modernisme (Mignolo, 2005 ; Sunderberg, 2014 ; Tlostanova, 2013 ; Rivera-Cusicanqui, 2010).

2L’intérêt pour la question des races et celle de la domination patriarcale sont relativement récente dans la recherche académique, s’encadrant dans la critique aux explications purement économicistes. En même temps, la reconnaissance de la différenciation, de la « face plurale jeune hippie, universitaire, populaire, féminine, féministe, homosexuelle » (Ratts, 2010:129) est lié à l’espace occupé par ces groupes. Le différencialisme assume sa vertu spatiale à travers la pensée décoloniale, située sur les lieux.

3À l’échelle mondiale, ces approches soulignent les relations historiques de pouvoir entre les Blancs et les non-blancs. Ces relations sont aujourd’hui exprimées dans la différenciation entre le Nord et le Sud, considérés non comme des hémisphères mais comme la division entre dominants et dominés, développés et sous-développés, nations industrielles et producteurs de biens primaires et, plus explicitement, la division entre les nations riches du Pacifique et de l’Atlantique Nord (Japon, Europe Occidentale et Amérique anglo-saxonne) et le restant des régions du Pacifique, de l’océan Indien et de l’Atlantique Sud (Asie, Afrique et Amérique Latine), etc.

4Initialement, ces approches se limitaient aux conséquences du colonialisme européen. Plus tard, de telles perspectives ont commencé à considérer l’hégémonie des États-Unis, l’exclusion des minorités et les nouvelles frontières d’extraction de biens primaires comme formes contemporaines de colonialisme. Sur chaque continent, des chercheurs ont abordé ces idées et ces processus. L’orientalisme, l’occidentalisme et l’africanisme sont autant de variations régionales des théories décoloniales.

5Comme Luciana Ballestrin l’argumente, le terme « post-colonialisme » peut être considéré de deux manières. La première se réfère au temps historique des processus de décolonisation dudit « Tiers Monde », commençant à la seconde moitié du XXe siècle. Ce sens fait allusion à l’indépendance, la liberté et à l’émancipation des sociétés exploitées par le colonialisme, spécialement en Asie et en Afrique.

6Le second usage du terme se réfère à un ensemble de contributions théoriques qui sont principalement issues des études littéraires et culturelles à partir des années 1980. Ces écrits gagnent de l’élan dans les universités américaines et britanniques et, par après, dans les sciences sociales brésiliennes (Ballestrin, 2013). Luciana Ballestrin affirme que les différentes perspectives épistémologiques du post-colonialisme partagent la critique de la modernité et la compréhension du terme « colonial » comme englobant diverses formes d’oppressions définies à partir de frontières genrées, ethniques et raciales.

7Ce qui distingue le post-modernisme et le post-colonialisme est la teneur politique explicite de ce dernier. L. Ballestrin rappelle que toutes oppressions ne sont pas les conséquences du colonialisme mais qu’elles peuvent être renforcées ou indirectement reproduites à travers celui-ci. Il n’y a pas de colonialisme sans exploitation ou oppression mais il y a exploitation et oppression sans colonialisme. La politique et la science vont de pair car le colonialisme possède une dimension épistémique qui crée un imaginaire sur le monde subalterne et légitime le pouvoir impérial à son niveau économique et politique (Castro-Gómez, 2005a).

8En tant que géographe, il est intéressant de remarquer le rôle de la division territoriale dans la gestion de la colonialité : les pensées, les valeurs et les comportements sont hiérarchisés dans une matrice géographique. Ces comportements et jugements sont alors reproduits des métropoles aux colonies. Une fois que le modèle est parfaitement répliqué, les sociétés colonisées ne sont jamais satisfaites de leurs propres culture et nature.

  • 2 Le débat relatif aux origines du capitalisme est long et ne nous intéresse pas ici. Cependant, Quij (...)

9Ainsi, la colonialité est reproduite dans une triple dimension : le pouvoir, la connaissance et l’être. Ces dimensions ont été proposées par Aníbal Quijano, en 2000, avec l’expression « colonialité du pouvoir ». Il explique que la destruction du colonialisme dans les sphères économique et politique ne se termine pas avec le colonialisme. L. Ballestrin donne des conseils sur les raisons pour sa permanence. En premier lieu, la culture coloniale et les structures du système-monde capitaliste moderne/colonial, centrées sur une métropole, ont des structures hierarchisés qui se sont maintenus même après la fin de l’administration coloniale (Ballestrin, 2013; Grosfoguel, 2008). En second lieu, la colonialité explique, actualise et situe historiquement les processus qui appartiennent visiblement au passé. Plus que cela, comme A. Quijano et I. Wallerstein (1992) le soulignent, il n’y aurait pas pu avoir de monde capitaliste sans l’exploration des Amériques, qui ont généré l’accumulation des richesses en Europe et ont structuré les relations de domination du monde contemporain2.

10D’autres processus, en plus de l’exploration des Amériques, expliquent et soutiennent le capitalisme et inaugurent la modernité. L’orientalisme, par exemple, est le titre de l’œuvre la plus connue d’Edward Said (2003, 2007). Son principal argument est que l’Orient (le Moyen-Orient des représentations américaines) est une invention de l’Occident, créé à travers des géographies imaginées. Les écrits utilisés par les Européens pour décrire l’Orient durant la période coloniale ont eu comme référence les œuvres européennes bien plus que la réalité locale. Ainsi, il y avait une science liée à l’accumulation coloniale et à l’acquisitions de l’Orient par l’Europe. Comme Said l’affirme, l’Orient n’était pas « l’interlocuteur de l’Europe mais son autre silencieux » (2007, p.93). L’Oriental était – et est encore – décrit comme sauvage, irrationnel, sensuel, féminin, mystérieux, immuable dans le temps et indifférencié dans l’espace. Le résultat de cette représentation est la légitimation de l’intervention occidentale dans l’Orient. Cependant, la critique par rapport à l’orientalisme s’est fait simultanément à la décolonisation lorsque « l’Orient s’est imposé, défiant la définition neutre, désintéressée ou stable » (Said, 2007, p.92), moderne et coloniale.

  • 3 De nombreux autres intellectuels, militants et mouvements sociaux, de différentes parties du monde (...)

11Les théories qui critiquent les définitions européennes d’autres parties du monde se trouvent également chez Achille Mbembe concernant l’Afrique, et chez Antônio Carlos Robert Moraes concernant l’influence de l’Occidentalisme au Brésil3.

12Dans « l’Africanisme », et sous une perspective deleuzienne des subjectivités, Achille Mbembe examine les efforts abondants pour définir une identité africaine. Il met en garde contre l’ignorance de l’altérité africaine, que ce soit à travers une analyse économiciste ou par le biais d’une interprétation historiciste. L’auteur conclut qu’il n’y a pas d’unité de l’identité africaine, qui devrait être vue comme hétérogène et formée de spécificités culturelles, politiques et géographiques. A. Mbembe critique l’essentialisme et les identités non-situées parce qu’elles renforcent la passivité et la victimisation. La vertu spatiale de ce différencialisme n’est pas claire mais on peut affirmer que la géographie qui fait la différence ici se réfère à l’échelle locale (Mbembe, 2001, p. 1)..

13De la même manière, les efforts de construction des identités nationales africaines peuvent être interprétés comme des légitimations réalistes du nationalisme, concernant la construction de l’État sur le continent africain, en même temps qu’ils reconnaissent les exigences de la modernité rationnelle wébérienne (Appiah, s/d). On remarque que ces efforts de construction de théories décoloniales font peu usage de référentiels spatiaux au-delà de l’État contre lequel ils luttent.

Le décolonial et le territoire

14Antônio Carlos Robert Moraes, géographe brésilien, a examiné l’impact de la colonialité sur la pensée géographique, à partir de l’argument central d’Edward Said (2008). Il montre que la formation du territoire et de l’imaginaire brésilien se basent sur l’idée que le Brésil, bien que colonisé et périphérique, appartient à l’Occident européen moderne. Une telle appartenance complique la considération de nombreuses caractéristiques des processus en cours au Brésil.

15Il souligne que la systématisation de la géographie moderne (comme science) exprime l’articulation entre les récits coloniaux et les thèses de supériorité occidentale. La géographie a contribué à la vision de l’humanité comme un ensemble unique dans différentes situations (métropoles/colonies, pays développées/sous-développés, premier/tiers mondes, nord/sud, Europe/Afrique, membres du Conseil de Sécurité de l’ONU/autres États), qui sont comparables et classifiables, organisant l’altérité du monde sous la totalisation européenne, du Nord.

16A. C. R. Moraes souligne que le continent sud-américain diffère des autres dans le processus de construction de l’État en raison du rôle fondamental joué par la géographie : 1. Comme matérialité, la géographie apparaît dans la construction identitaire : l’identité a été construite en référence à l’espace, aux caractéristiques naturelles, comme une source du nationalisme ; 2. Comme science, la géographie participe à la construction idéologique du nationalisme : les pratiques scientifiques de description du lieu et l’éducation géographique ont servi à légitimer l’occupation territoriale (2008, p.11).

17Comme A. C. R. Moraes l’a observé, dans les pays d’origine coloniale, le territoire joue un rôle important dans les processus politiques. Une fois que ces pays proviennent de la conquête d’espaces par des puissances étrangères, l’appropriation territoriale est fréquemment une source d’alliances et de mouvements politiques. Dans ce sens, la géographie joue un rôle central dans le contexte périphérique, substituant l’histoire et la nation. Cette argumentation est suivie par divers auteurs qui affirment que l’imagination territoriale est constitutive de la nation et de la construction de l’État au Brésil (Moraes, 2005).

18Le territoire de l’État et ses frontières opèrent comme un instrument pour l’unification et l’aliénation colonialistes. Les frontières, conformément décrites ici, sont des objets géographiques liés à l’État territorial moderne, matérialisés en espaces où les politiques souveraines sont implémentées et où un système économique est organisé. Ces systèmes économiques sont liés aux cultures et aux populations qui s’homogénéisent à travers de marques nationales. D’une manière générale, l’État territorial moderne idéal a été construit dans différents points de la planète durant les trois ou quatre derniers siècles. Les Traités de Westphalie (1648) ont instauré la paix entre les États européens en conflit et ont moulé le système international tel que nous le connaissons : équilibre du pouvoir, souveraineté nationale, État territorial et sa frontière linéaire.

  • 4 Au Brésil, le terme quilombo est utilisé pour designer les territoires traditionnels et communautai (...)

19Ainsi, selon Antonio Carlos Robert Moraes, le territoire serait central dans la « colonialité » (2005). La critique du territoire peut donc mener à la révision des représentations monolithiques de personnes et de groupes dont les positions subalternes ont été construites dans cette logique et pratique. Cependant, la géographie politique au Brésil semble plus centrée sur l’État, se rapprochant de géopolitiques traditionnelles. Des thèmes qui pourraient intégrer le programme de la géographie politique, comme la lutte pour la reconnaissance des reliquats de territoire des quilombos4, les revendications des peuples natifs à travers la cartographie sociale, la lutte pour le droit à la ville, etc., sont abordés à travers des concepts comme les territoires et les frontières par sous-disciplines comme la géographie urbaine ou culturelle, mais sont moins visités par les géographes politiques.

La connaissance située de la frontière

  • 5 D’une manière similaire, Donna Haraway a développé, en 1988, son concept de connaissances situées. (...)

20La pensée géographique combine différents contextes historiques et géographiques de production de connaissance, de telle manière que les concepts y gagnent à s’adapter à ce qui est expérimenté localement. Les concepts ne sont pas abstraits ni universels. Nous appelons à des théories situées : l’opérationnalisation d’une théorie exige la compréhension de l’histoire de son développement et du lieu où elle a été conçue, ses marques sociales et les réseaux de pouvoir qui les contextualisent5.

21Ces idées s’intègrent à la critique décoloniale a l’image de l’endroit neutre et absolu où l’observation commence, dans laquelle le langage scientifique, depuis les Lumières, est tenue comme la « plus parfaite des langues humaines » et reflète « la plus pure structure universelle de la raison » (Castro-Goméz, 2005b, p.14). La recherche de connaissances situées à la frontière de l’État exige l’identification des contextes et des agents. Jusqu’à présent, cependant, nous n’avons pas trouvé de discussion avec accent sur la frontière à partir d’une position décoloniale.

22L’expression « pensée de frontière » est utilisée par Walter Mignolo, un des principaux théoriciens des études postcoloniales. La théorie de W. Mignolo se réfère à la transdisciplinarité et aux choix épistémiques comme « le lieu et la connaissance critique », à la « frontière » entre les processus locaux et mondiaux. Il définit les épistémologies de frontière comme

Le déplacement d’une épistémologie de base cartésienne… Elle désarticule la croyance en une image de soi qui n’était rien de plus qu’un reflet de la manière dont le discours colonial produisait des agents subalternes. Ces agents subalternes, considérés comme barbares ou primitifs et dont la désignation a été acceptée, deviennent des agents qui vont de la subalternité à la production d’une transformation épistémologique qui impacte la culture politique. (…) [La frontière mentionnée ci-dessus se situe] entre les exigences épistémologiques des sciences sociales et l’attente politique de la pensée intellectuelle (Mignolo, 2015).

23Le défi de penser l’État territorial moderne et ses frontières a été accepté par les géographes, dans chaque contexte et tradition. La géographe française Hélène Velasco-Graciet identifie deux phases dans la pensée géographique sur les frontières (Velasco-Graciet, 2008). La première période va, approximativement, de la fin du XIXe siècle jusqu’aux années 1970. À cette époque, les géographes européens se concentraient sur la discussion de la espacialisation de la politique et du pouvoir. Des auteurs comme l’allemand Friedrich Ratzel (1844-1904), le français Jacques Ancel (1879-1943) et l’anglais Halford J. Mackinder (1861-1947) en sont les références.

24La conceptualisation allemande se base sur les connexions entre les personnes et l’espace. Par conséquent, la frontière est vive et en mouvement, elle est une marque spatiale de l’action géopolitique de l’État, elle correspond à son degré de « civilisation ». Friedrich Ratzel introduit la frontière comme un point où les conditions vitales pour l’expansion de l’État territorial cessent d’exister ou comme la réunion de mouvements de même nature mais dans des directions différentes (Ratzel, [1882] 1990, p.148). Les Français avaient l’habitude de définir la frontière comme un élément politique qui peut, ou non, être associé à des éléments naturels (comme des montagnes et des fleuves). Dans les années 1930, Jacques Ancel métaphorise la frontière comme une « isobare de pouvoir », qui délimite l’égalité des pouvoirs et la capacité de contrôle entre deux États (Ancel, 1938, p.195).

25Si la frontière européenne est clairement internationale, l’idée nord-américaine de frontière surgit durant le siècle des indépendances américaines associée à ces espaces vides au sein d’un État territorial en construction. Pour Frederick Turner (1861-1932), la frontière

Est le bord extérieur de la vague – le point de rencontre entre la sauvagerie et la civilisation (…). La frontière américaine est clairement distincte de la frontière européenne (…). La chose la plus importante à propos de la frontière américaine est qu’elle se trouve de ce côté-ci de la terre libre (Turner, 1965, p.18).

26De cette manière, la frontier nord-américaine représente un mouvement qui signifie avancer sur l’inconnu, un espace de liberté et de création, qui a sa contrepartie dans la violence monologique, alors que les Grenzen, ou frontières, européennes sont des lignes dans le sens militaire, où l’on fait face à l’ennemi, dans le cadre d’un dialogue conflictuel. Ainsi, l’espace où les processus de frontière sont dessinés informe le caractère de chaque construction théorique.

27Méthodologiquement, la complexité du monde est canalisée dans des formulations nomothétiques ou dans des conceptualisation binaires (vie/mort, naturel/artificiel etc.). Les typologies et les classifications prennent en considération les processus historiques, leurs fonctions, leur État juridique ou l’intensité des relations socioéconomiques qu’elles permettent. La dualité entre la ligne (discontinuité)/zone (région, échange) est d’un autre ordre, car :

Les approches diffèrent lorsqu’il s’agit de la temporalité de la ligne et de la zone. Pour les géographes français, les deux formes coexistent, la ligne coexiste avec la zone. Dans la conception allemande, la zone précède la ligne, et l’État le plus fort va vigoureusement marquer ses frontières avec une linéarité parfaite. (Velasco-Graciet, 2008, p. 1)

28Toujours en accord avec H. Velasco-Graciet, la classification des frontières en deux types, qui englobent de nombreuses manifestations dans des schémas descriptifs totalisants, est un genre scientifique qui n’a pas été totalement abandonné, bien qu’il corresponde en général à une période pré-paradigmatique de tri de la réalité (idem, p. 2). En suivant une conception kuhnienne de la science, cela signifie qu’il n’y avait pas de consensus ou de base d’entente entre les chercheurs de la frontière. Les méthodologies restaient encore à définir et même le vocabulaire ne permettait pas une discussion fluide.

29La seconde période de la pensée géographique sur les frontières débute dans les années 1970 et continue jusqu’à nos jours. Elle commence avec la renaissance de la géopolitique après avoir été discréditée par son association avec le fascisme lors de la première moitié du XXe siècle. Au Brésil, Bertha Becker propose la récupération de la géopolitique et de la géographie politique multi-échelle (1988).

30La décolonisation joue certainement un rôle important durant cette période. Les limites ethniques africaines n’ont pas été considérées pendant la division des territoires coloniaux, alors que les puissances européennes transposaient leur logique territoriale de l’État moderne vers l’Afrique. Après la décolonisation, la plupart de ces frontières a été maintenue par les États indépendants. Cela s’est produit pour plusieurs raisons, notamment parce que ces frontières correspondaient au système juridique international, ancré dans le principe de souveraineté absolue de l’État dont les États étaient les « conteneurs » (Agnew, 1994).

31Malgré cela, l’ethnie, la religion et les pratiques morales reviennent comme territorialités légitimes, contestant les frontières nationales. Mark Bolak Funteh, décrivant les processus à la frontière entre le Cameroun et le Nigéria, argumente que, aujourd’hui:

Existent des conditions inévitables de fluidité tout au long de la plupart des zones de frontière de l’Afrique, où la majorité de la population native ignore l’héritage des frontières coloniales et tend à adopter ses propres héritages ethniques, de manière à satisfaire ses nécessités politiques, économiques et socioculturelles. Cela transforme les frontières étatiques en lignes imaginaires, décoratives, respectées uniquement par leurs gouvernements respectifs et non par les subalternes des lignes de frontière (Funteh, 2012, p.5).

32Également en dehors de l’Afrique, l’observation des pratiques des populations frontalières et de leurs représentations devient importante dans des analyses qui considèrent l’ensemble des échelles géographiques. La diversité des frontières concrètes, antérieurement occultée par l’éloquence des discours nationaux ; les pratiques des frontaliers qui s’écartent des normes nationales ; et la dynamique accélérée des frontières comparée à la macroéconomie nationale sont devenus des thèmes fréquemment étudiés. Le travail sur le terrain est devenu une méthode privilégiée d’observation et de contact avec la population frontalière, permettant de se rendre compte des significations locales. Retournons dans le temps pour examiner plus en détail la genèse des frontières brésiliennes.

Les frontières brésiliennes : objets spatiaux du colonisateur6

  • 6 Cette section de l’article est une adaptation et le développement d’écrits antérieurs, tels que Dor (...)

33En Amérique du Sud, tout comme dans la péninsule Ibérique, les villes frontalières étaient souvent de petites fortifications (Zusman, 2000), construites comme autant de soutiens à l’établissement des frontières. Aujourd’hui, ces villes présentent des caractéristiques de duplication et de complémentarité qui permettent de les décrire comme des villes-jumelles. D’autres caractéristiques importantes de la construction territoriale des États récemment indépendants peuvent être résumées sous le concept de frontier associé à l’espace vide, au futur, à la terre vierge et fertile au sein d’un État territorial moderne en construction (Turner, 1965). Ainsi, la frontier américaine, ou « front pionnier » en français, est un mouvement. Elle est le marqueur d’une expansion de la civilisation, la conquête de l’inconnu, la libre création du territoire.

34De manière évidente, il n’y avait pas et il n’y a pas d’espaces vides en Amérique du Sud, comme nous pouvons l’observer dans nos frontières natives. Ce fut le travail de l’imagination coloniale d’ignorer les peuples indigènes. Dans ce sens, les frontières sont très différentes des frontières européennes où l’on fait face à un ennemi, dans un rapport de forces (Dorfman, 2013). Les fronts pionniers ont servi à différents propos : soulager la pression sur les grands propriétaires face aux demandes de réforme agraire, étendre les exploitations agroalimentaires et minières sur une large échelle, créer une cohésion nationale face à des supposées menaces externes, justifier la sécurisation des frontières décrites comme terre de personne, etc. La permanence d’images de « terres vides » et d’appels à la « vivification des frontières » qui auraient besoin d’être peuplés, peuvent être interprétés comme des indices de la signification sociale donnée aux frontières dans le contexte national de l’État territorial : des endroits barbares à coloniser.

35Les dictateurs et leaders nationalistes ont marqué le XXe siècle du sous-continent. Les gouvernements autoritaires étaient justifiés internationalement par l’ordre mondial bipolaire et par la menace communiste. Ainsi, dans de nombreux pays, le statut spécial de la zone stratégique de sécurité nationale était accordé à des zones de frontière : leur administration était une prérogative du gouvernement central, les élections étaient supprimées, les medias et les partis politiques étaient mis sous silence sur la base d’accusations de bouleversement de l’ordre social et d’influences de gauche. Dans la pratique, le concept de frontière idéologique a prévalu durant cette période, opposant l’Occident capitaliste au communisme. Il a permis la répression de la population nationale et l’action de la politique des pays voisins à travers la frontière, toujours justifiée par la lutte contre l’insurrection et le communisme (Assumpção, 2014).

36Les initiatives d’intégration économique ont été présentes depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale mais sont devenues plus importantes après la démocratisation de nombreux pays dans les années 1980. Le Mercosur (Marché Commun du Sud), qui a commencé comme une tentative d’approfondir la libéralisation des économies nationales, a évolué vers une alternative à l’influence politique et économique de l’Atlantique Nord – parfois étiqueté comme impérialisme – sur le continent. Le Mercosur et d’autres accords similaires d’intégration sur le continent, comme l’IIRSA-Cosiplan (Initiative pour l’Intégration de l’Infrastructure Régionale de l’Amérique du Sud – Forum Technique Sud-Américain de l’Infrastructure et du Développement) et l’Unasul (Union des Nations Sud-Américaines) ont des motivations économiques et un impact sur la gestion des frontières, matérialisées comme des structures frontalières unifiées pour améliorer et accélérer la circulation de frontière.

37Aujourd’hui, des conflits territoriaux comme celui des Malvinas-Falklands, dans les Guyanes ou autour des revendications argentines et chiliennes en Antarctique, sont sensibles sur le scénario sud-américain.

38Cependant, le principal conflit contemporain en Amérique du Sud et au Brésil est encouragé par la « guerre contre les drogues ». Selon Silvia Rivera Cusican, celle-ci est :

un maillon impérial dans la chaîne qui relie les zones de production de coca avec le monde. Il est différent des armées d’invasion de l’époque coloniale du garrot fort car il colonise les États et les armées nationales dans les pays de production, qui sont chargés d’exécuter des massacres et le sale travail de répression. Il repose également dans la colonisation des institutions, de l’appareil juridique, de la logistique de l’État et, finalement, colonise les imaginaires, envahit les âmes et les consciences avec des images délirantes sur « le fantôme des drogues », sur l’engagement des paysans pour la production, sur les pratiques environnementales nuisibles et sur le « narcoterrorisme ». (…) Le lien le plus fort de cette chaîne est le raisonnement « scientifique » basé sur des maxima et des modes de l’establishment académique international (Rivera Cusicanqui, 2003, p. 162-163).

39Avec des grandes pertes humaines et environnementales, la « guerre aux drogues » est devenue une stratégie coloniale rénovée et une subordination des pratiques et valeurs autochtones à l’autorité du centre. S. Cusicanqui donne un nouveau sens à l’expression « rente frontalière » : « un plus colonial imposé aux détaillants et aux grossistes boliviens à la frontière avec l’Argentine par la gendarmerie et par les contrebandiers ». Elle conclut qu’un autre maillon de la chaîne coloniale est la double morale : d’une part, la coexistence pacifique entre les cultures locales de populations frontalières distinctes ; d’autre part, l’empire de l’inégalité. Une autre paire d’évidences opposées mais qui coexistent paradoxalement, est l’intégration et l’hybridisme des producteurs de coca et leur confrontation avec les interventions étrangères qui résultent en violations massives des droits de l’homme et de la citoyenneté (idem, p. 165). De la même manière, aux frontières urbaines du Brésil, la « guerres aux drogues » permet d’exécuter ou d’ignorer l’exécution de dizaines de milliers de personnes, spécialement des jeunes noirs.

40Les frontières et les frontiers se superposent dans l’expansion géographique de projets transnationaux de méga-exploitation minière d’or, d’argent de pétrole et d’eau. Ceci est une tendance dans les zones frontalières, spécialement entre l’Argentine, le Chili, le Paraguay et l’Uruguay, qui peuve être analysée comme des processus d’accumulation, de désappropriation et d’expropriation des ressources naturelles (Schweitzer, 2011). En ce sens, c’est dans les zones frontalières que la nécessité de décolonisation se fait le plus sentir. C’est pourquoi nous nous focalisons sur les significations locales de la frontière et de ses usages politiques.

Utilisations décoloniales des frontières étatiques au brésil

41L’arc dessiné depuis les propositions universelles de la théorie de frontière jusqu’à l’ascension des études locales doit aller encore un peu plus loin : comprendre les pratiques et les dynamiques de frontière comme suffisamment légitimes, fonctionnelles dans leur contexte et non illégales ni délictuelles. En résumé, comme des pratiques décoloniales de la frontière. Dans cette section finale, nous allons examiner les pratiques de frontière en tenant compte de la critique différencialiste de l’essentialisme et des identités non situées (qui renforcent la passivité et la victimisation) et nous les appliquerons aux processus brésiliens. Nous allons également considérer l’observation de A.C.R. Moraes au sujet du rôle du territoire comme outil de domination de l’État, la renversant pour englober l’activisme frontalier dans notre effort pour éliminer les représentations monolithiques des personnes vivant dans la marge.

42Une des principales raisons du manque de développement théorique décolonial aux frontières est l’ombre importante jetée par l’État sur cet objet spatial. Fréquemment, l’État reste seul référant et les espaces frontaliers lui sont subordonnés. Une telle architecture centre-périphérie mène à des réclamations (partagées par ceux qui choisissent d’étudier les processus d’échelle locale aux frontières) sur la précarité des services ou sur la présence de l’État comme agent répressif. Dans de nombreux travaux cependant, dénoncer de telles situations semble suffisant.

43Cependant, les régions frontalières – où la matérialisation de l’État (iconographie, appareils de commande, attente de homogénéité nationale) se mèle à la vie quotidienne – offrent plus que des obstacles et des carences. On y trouve également de nombreuses opportunités. Ces opportunités attirent les migrants de lieux plus ou moins proches à la recherche de ressources telles qu’un marché du travail élargi, des services de santé ou des aliments meilleurs marché.

44Renverser la pensée centrée sur l’État est important pour comprendre que la frontière est séparatrice mais est également une ressource et une valve d’échappement pour les acteurs marginaux. Au XIXe siècle, les frontières signifiaient la liberté pour les esclavagés fuyant le Brésil impérial et esclavocrate vers les républiques abolitionnistes voisinnes (Grinberg, 2013). Au XXe siècle, les frontières ont servi à nouveau de ressource pour les opposants politiques exilés des régimes autoritaires de la région, qui ont pu habiter aussi près que possible de leurs patries.

45« Les aventuriers de la frontière » et « les peuples de la frontière » cherchent les opportunités et les ambiguïtés de ces régions, de telle manière que les villes de frontière au Brésil regroupent d’importantes communautés de Roms, Palestiniens, Juifs, Coréens, Chinois, Taiwanais parmi d’autres.

46Le contrôle de l’État sur la circulation des personnes et des marchandises crée un appareil de régulation qui attire beaucoup de fonctionnaires publics. Les militaires des diverses forces de sécurité qui protègent les limites viennent de différents points des pays. Cette population diversifiée crée une atmosphère cosmopolite dans les villes perdues au milieu de vastes étendues de terre. La forte expression des identités est une conséquence de cet environnement de croisement et de rencontres, restant évident dans des événements publics comme le Carnaval, les dates des célébrations nationales et régionales, les festivals de musique régionaliste, les matchs de football, etc.

47L’imagination territoriale sur les frontières du Brésil est multiple. Les processus associés aux bords – passage, intersection et régulation – sont profondément vécus par les habitants des villes jumelles frontalières. Vivre dans le passage entre les États-nation donne accès à plusieurs monnaies, économies nationales, structures étatiques, etc.

48Comme des exilés, des fugitifs, des étrangers, des représentants de l’État ou des hors-la-loi, les habitants de la frontière vivent et s’équipent pour faire face à (l’attente de) la présence de l’État. Vivre en condition frontalière alimente des pratiques qui défient la distribution inégale d’excédents, de services et de réseaux de l’État. Le concept de condition frontalière met l’accent sur le contenu du territoire, le contexte social et sa relation avec les pratiques quotidiennes des sujets de frontière. La préséance de l’État à l’échelle locale n’est pas absolue, étant donné que certaines régulations sont contestées dans des revendications organisées ou, plus fréquemment, adaptées aux nécessités et désirs locaux de manière silencieuse.

49La représentation de la frontière comme lieu de confrontation est minimisée localement. Les villes de Santana do Livramento (Brésil) et Rivera (Uruguay) revendiquent le titre de « Frontière de la Paix ». Dans le centre de ces villes jumelles, un parc public symbolise. Initialement, ce terrain était une zone tampon entre les deux villes, maintenue en dehors du tracé urbain tant que la limite ne pouvait pas être dessinée avec précision du fait de difficultés techniques. En 1943, la zone est devenue la Plaza Internacional, centre de la vie locale, connue pour sa source de style art déco, ses voies françaises, jardins bien soignés et autres éléments d’urbanités. Aujourd’hui, les usages varient beaucoup durant la journée et durant l’année. Ils vont d’expositions d’artisanat à la prostitution, de manifestations politiques au change, de parcs d’attractions à des cérémonies nationales, etc. C’est également l’endroit où les touristes enregistrent leur passage en se tenant debout, avec une jambe dans chaque pays. Les utilisations locales ont transformé un blocage en un lieu d’échanges, la division entre les États est devenu un centre local.

50Tout ce processus montre également que cette frontière est pacifiée permettant à de nouvelles pratiques d’être construites. Localement, la frontière est connue comme la « ligne » : cela peut être interprété comme une projection de la cartographie de l’État sur l’espace de coexistence. Ce terme peut également signifier l’absence d’effort dans la traversée. Dans cette situation, les territoires nationaux sont stables mais pas étanches, étant liés par la circulation continue des personnes.

  • 7 Les idées discutées ici représentent une avancée par rapport à ce qui a été formalisé chez Dorfman, (...)

51En opposition au pouvoir autoritaire, de haut en bas, l’activisme dans la condition frontalière est horizontal et se présente en différents types d’actions de bas en haut. Aux frontières du Brésil, l’activisme est multiple mais certaines traces peuvent être identifiées : 1. L’insuffisante prestation de services dû à la marginalité sur le territoire étatique déclenche des luttes liées aux questions locales ; 2. Il y a une utilisation discursive des frontières nationales par groupes d’intérêts situés ; et/ou 3. Il existe des demandes de reconnaissance de l’identité trans(nationale)7.

52En cherchant les frontières méridionales du Brésil, nous avons observé quatre utilisations politiques distinctes de la condition frontalière. Premièrement, nous allons examiner le contenu politique de trampitas ou jeitinhos ; en second lieu, nous allons examiner les revendications à la frontière, qui vont parfois d’images de menaces externes à la souveraineté nationale ; ensuite nous allons discuter comment la « fermeture de la frontière est utilisée comme une manœuvre communicationnelle, en actionnant tactiquement la limite. Finalement, nous aimerions examiner la gestion des régions frontalières par leur habitants.

53Des cas dans les divises entre l’Argentine, la Bolivie, le Brésil, le Paraguay et l’Uruguay, dans les villes de Santana do Livramento (BR) et Rivera (UR) ; Foz do Iguaçu (BR) et Ciudad del Este (AR) ; Barra do Quaraí (BR), Monte Caseros (AR) et Bella Unión (UR) ; Uruguaiana (BR) et Paso de los Libres (AR); Corumbá (BR) et Puerto Quijarro (BO) ont été examinés pour résumer les utilisations politiques de la condition frontalière (figure 1). Ces cas reflètent une recherche accumulée sur les frontières méridionales du Brésil. Sans l’intention d’épuiser le sujet ou moins encore d’être une liste définitive, cette collection reflète l’intérêt des chercheurs pour les politiques à l’échelle locale de la frontière que nous étudions. Finalement, nous invitions les collègues qui ont contribué avec des récits et des analyses qui documentent l’activisme frontalier.

Des stratégies pour les services publics aux frontières marginales

54Les habitants de la frontière croisent la divise pour différentes raisons. La condition frontalière représente tant l’absence de services publics que la possibilité de les obtenir dans la ville voisine, située dans un autre pays. Celles-ci sont les pratiques les plus fréquemment décrites dans des travaux sur le quotidien, le répertoire de jeitinhos et trampitas, i. e., des actes informels et improvisés mises en place pour contourner des règlements ou des deficits de services. Cet ensemble de pratiques peut être vu comme une utilisation stratégique du marché, de l’infrastructure et de la discontinuité des services publics aux frontières marginales. Laissant de côté les pratiques de marché, nous pouvons énumérer exemples des pratiques comme naître d’un côté et être enregistré dans l’autre, ou dans les deux côtés ; étudier, vivre, travailler, aller à l’hôpital d’un côté et être pensionné dans l’autre ou, si possible, dans les deux côtés. L’interprétation de telles pratiques recoure fréquemment à la folklorisation et à la culturalisation, oubliant son aspect politique.

  • 8 Réalisé le 10 septembre 2016, l’atelier « Metodologías de Investigación de frontera y con movimient (...)

55Des jeitinhos sont de la politique ? Lors d’une récente discussion dans un atelier à Rivera (UY), les participants ont conclu qu’individuellement oui, car souvent les manières « d’accommoder » les contraventions passent par les réseaux de pouvoir et d’influence, qui se matérialisent en contrôle sélectif du passage ou dans la capacité de persuasion des faibles face aux forts. Oui, également car les jeitinhos représentent un choix de ne pas s’encadrer dans les déterminations de l’État8.

  • 9 C’est le cas du Sous-Groupe de Travail n° 18 « Intégration Frontalière » ; installé en 2016 pour tr (...)

56Plus important, les jeitinhos peuvent se transformer en un projet collectif de reconnaissance des spécificités et des identités et pas seulement en un individu. Ces pratiques partagées peuvent mener à des efforts pour légaliser les réseaux sociaux transnationaux. Ainsi surgit l’activisme frontalier, avec différentes demandes par rapport aux échelles municipales, provinciales ou nationales qui peuvent aboutir à des négociations au Mercosur9.

57Horacio Davila a décrit la recherche de reconnaissance légale pour les pratiques traditionnelle comme « agir, penser, légaliser », en affirmant que la conscience peut transformer la tradition en demande politique, et la demande politique en politique publique (Barra do Quaraí, interview informelle, 2013) (ville # 1, figure 1). Légaliser les pratiques de frontière à travers la documentation, en revendiquant la liberté de circulation, l’accès partagé aux services publics et la reconnaissance des droits des travailleurs constituent l’agenda. Le thème est apparu à Santana do Livramento comme « partager, intégrer, légaliser et agir » à la Conférence de la Santé de Rivera (Comité..., 2005), mais des situations similaires se rencontrent dans toute la région frontalière.

Figure 1 - Brésil – Villes de l’Arc Sud où a été enregistré l’activisme frontalier.

Figure 1 - Brésil – Villes de l’Arc Sud où a été enregistré l’activisme frontalier.

Élaboré par Dorfman et França, basé sur Dorfman; Cardin, 2013.

Instrumentalisation des imaginaires nationalistes

58Un autre cas s’est produit à Santana do Livramento-Rivera en 2009 (ville # 2, figure 1). Trente-trois mères brésiliennes ont donné la vie à Rivera car le conseil médical de la ville avait fermé l’hôpital de Santana do Livramento. La revendication municipale pour de meilleurs soins de santé a été construite de manière à questionner l’État brésilien sur sa capacité à garantir le droit à la naissance pour ses citoyens. Le nombre réel de mères a été plus élevé mais le nombre 33 a été choisi de manière à évoquer l’épisode dos « 33 Orientales », un événement dans l’histoire régionale lié à la guerre uruguayenne d’indépendance contre le Brésil, très important dans la construction du nationalisme uruguayen. Cet épisode a attiré l’attention médiatique, la nouvelle a été diffusée sur les portails nationaux (figure 2).

  • 10 En français : « Des bébés de mères brésiliennes naissent en Uruguay après la fermeture d’un hôpital (...)

Figure 2 - Reportage du portail G1 sur la fermeture de la Santa Casa de Sant’Ana do Livramento10.

Figure 2 - Reportage du portail G1 sur la fermeture de la Santa Casa de Sant’Ana do Livramento10.

Source : G1, 2009.

59La fermeture temporaire d’un hôpital n’est pas une nouveauté. C’est la condition frontalière quilui confère un caractère (inter)national. On remarque la stratégie d’échelle actionnée pour résoudre une insuffisance des services de santé : sans relation avec les projets nationalistes ou internationalistes, on évoque la situation géographique frontalière (et son association avec la sécurité nationale) pour interpeler l’État. L’instrumentalisation des imaginaires nationalistes est une ressource disponible pour les activistes locaux en condition frontalière.

  • 11 Des familles du sud du Brésil ont migré vers la région de la frontière paraguayenne pendant les ann (...)

60D’autres cas locaux peuvent surgir et être interprétés comme des menaces vis-à-vis de la souveraineté nationale. Des problèmes locaux ou sectoriels dérapent, élargissent leur échelle, nient les droits de l’autre à travers l’étiquetage en tant qu’étranger. Des conflits sectoriels se transforment en conflits nationaux. Des exemples de ce changement concernent des travailleurs brésiliens au Paraguay, où les conflits entre carperos, sans-terre et les grands propriétaires pour la possession et l’utilisation de la terre sont représentés comme des conflits entre la population nationale et étrangère (Albuquerque, 2005)11. Cette lutte est construite au sein du Paraguay à travers le blocage des circulations, de la ségrégation, des demandes à l’aspect national du territoire. Le problème et sa solution sont atteints à des échelles plus larges de la politique, tant au Brésil qu’au Paraguay.

Utilisations tactiques de la limite

61La troisième utilisation politique des frontières par les citoyens se réfère à la fermeture de ces frontières. Dans ce cas, nous avons une utilisation tactique de la limite. La fermeture de la frontière peut être réalisée à travers de piquets de grève, de blocage de ponts ou d’opération tortue. C’est une ressource disponible pour de nombreux groupes comme les fonctionnaires douaniers et d’autres professionnels de passage. Des exemples peuvent être trouvés chez les chauffeurs de taxi de Corumbá (ville # 3, figure 1) ou Foz do Iguaçu - Ciudad del Este (ville # 4, figure 1 et figure 3) ou chez les chauffeurs de camion à Uruguaiana (ville # 5 de la figure 1). Pour des raisons politiques, ces acteurs ont compromis leur rôle habituel de garantir la circulation pour encourager son interruption.

62Plusieurs grèves, manifestations ou protestations ont eu lieu sur la Ponte da Amizade. Cela n’est pas une coïncidence. La route qui relie le Brésil et le Paraguay offre une grande visibilité, communiquant en même temps à la population locale et au public international La fermeture de frontière est récurrente à Foz de Iguaçu – Ciudad del Este. Plusieurs mouvements sociaux et protestations se produisent dans cette région. Les habitants ont choisi ce passage international comme scène principale pour leurs luttes (figures 3 et 4).

Figure 3 - Des paseros protestent sur la Ponte da Amizade, entre Foz do Iguaçu (Brésil) et Ciudad del Leste (Paraguay).

Figure 3 - Des paseros protestent sur la Ponte da Amizade, entre Foz do Iguaçu (Brésil) et Ciudad del Leste (Paraguay).

Source : Gazeta. 2013a.

Figure 4 - Protestation d’agents fédéraux sur le Ponte da Amizade entre Foz do Iguaçu (Brésil) et Ciudad del Leste (Paraguay).

Figure 4 - Protestation d’agents fédéraux sur le Ponte da Amizade entre Foz do Iguaçu (Brésil) et Ciudad del Leste (Paraguay).

Source : Gazeta, 2013b.

63À certains moments de la dernière décennie, des petits contrebandiers ou vendeurs illégaux brésiliens qui vivent « d’importations paraguayennes » ont fait d’innombrables manifestations tout le long des points de passage frontaliers qui relient les deux pays. Le mouvement fut une réponse aux innovations politiques du Ministère des Finances, connue comme politique de tolérance zéro. Une pétition publique dénoncant cette politique a recueilli cent mille signatures. La question était de légaliser les achats à la frontière et permettre que ces bus circulent avec des produits non identifiés (Gazeta, 2004a; 2004b). Cependant, les travailleurs ne se sont pas restreints à la pétition. Une grande manifestation a été organisée dans laquelle plus de 3000 commerçants illégaux ont bloqué la route fédérale pendant 12 heures, brûlant des pneus. Selon le journal local, « la barrière a surpris les touristes et les travailleurs et de nombreux magasins ont dû fermer car les travailleurs ont été empêchés de traverser la frontière » (Gazeta, 2004a, p.7). Comme ils n’ont pas atteint leurs objectifs, les travailleurs ont donc soutenu une radicalisation du mouvement et des confrontations réelles ont eu lieu conformément à ce qui a été enregistré par le journal local.

64Quatre jours après les incidents sur la route qui relie le tripoint avec le Brésil, une autre confrontation directe s’est produite avec le Ministère des Finances. Malgré les perturbations et les réclamations, le Ministère des Finances du Brésil a maintenu sa position. Face à la défaite, les commerçants illégaux se sont dispersés. Cependant, la frontière étant encore instrumentalisée dans la vie quotidienne.

Gestion citoyenne de la frontière

65Dans un sens plus large, les mobilisations présentées brièvement dans cette section sont liées au commerce et aux droits des citoyens. Au début du XXIe siècle, une pétition exigeant plus de tolérance a été proposée par les travailleurs qui vivaient du commerce illégal à la frontière entre le Brésil et le Paraguay, dans les villes de Foz de Iguaçu et Ciudad del Este. L’objectif de la pétition était de sensibiliser le gouvernement fédéral brésilien pour relâcher l’inspection. Cette revendication est devenue une des diverses exceptionnalités de la vie de la frontière : le soussigné transmettait les noms, signatures et numéros d’identité des personnes impliquées dans la contrebande.

  • 12 I. Henrique a proposée le concept de marqueur identitaire pour decrire le processus dans le quel le (...)

66En plus de l’anecdote, il est intéressant de remarquer que le groupe revendiquait sa reconnaissance comme agents légitimes de gestion de la frontière. De la même manière, les jeitinhos et trampitas peuvent devenir des marqueurs identitaires et arriver, à travers des mobilisations, à la proposition de politiques publiques12.

67La gestion locale des zones frontalières se produit déjà par rapport à certaines questions environnementales particulièrement dans les bassins hydrographiques transnationaux. Tel est le cas du fleuve Quarai, partagé par le Brésil et l’Uruguay, où les comités sont organisés afin de discuter, définir les prix et la gestion des audits sur les ressources hydriques.

68D’autres exemples clairs de gestion non étatique des limites territoriales de l’État peuvent être trouvées dans certaines entraves tarifaires et réserves de marché. Normalement présentée comme question d’intérêt national, un examen plus attentif montre que les agents privés définissent beaucoup de mesures de protection de la production nationale grace à l’accès à des positions institutionnelles (Dorfman, 2015). Les multiples extraterritorialités à la frontière (frees shops, zones franches, ports secs et autres régimes d’exception) sont d’autres cas d’utilisation privatisée des zones frontalières. De tels espaces transverses peuvent être analysés comme des sphères publiques ou privées, ce qui exige une compréhension dynamique des frontières internationales, incluant la souveraineté de l’État, les systèmes de sécurité mondiaux et les extraterritorialités (Bigo, 1996 ; Machado, 2011). Nous défendons que la population locale doit être incluse, avec les groupes hégémoniques listés ci-dessus, comme gestionnaire de la frontière.

69Décider de quoi protéger, quoi défendre ou de qui doit le faire dépasse la métaphorisation géopolitique du territoire et de ses frontières. État et territoire ne sont pas équivalents. Le tabou qui oppose la population nationale et étrangère n’est pas toujours valable à l’échelle locale, particulièrement au Brésil, où les questions ethniques ne mènent pas à des revendications sécessionnistes.

Conclusion : décoloniser les études frontalières au brésil

70Les frontières du Brésil sont des lieux où la territorialité de l’État coexiste avec d’autres territorialités. Les cas explorés ci-dessus montrent que les acteurs sociaux, de manière alternée, activent et ignorent l’attente d’unité de l’État. La diversité des stratégies spatiales correspond à la complexité des territoires qui ont surgi de la tension entre les endroits centraux et périphériques, entre les espaces public et privé, les pratiques légales et illégales.

71La décolonisation des études frontalières mène à des débats sur les stratégies spatiales d’agence politique. Dans ce sens, les analyses des confrontations et des luttes aux frontières permettent la reconnaissance de savoirs locaux, ainsi que des visions plus larges d’action politique et de réseaux de pouvoir aux frontières.

72Des études frontalières et une théorie décoloniale partagent l’éloge à la marge de l’État. Plusieurs autres points de contact peuvent être pointés du doigt liant ces deux constructions théoriques. Les textes décoloniaux recommandent que l’on fasse attention à la situation comme conditionnant des phénomènes et des processus sociaux, gérant ainsi les connaissances situées. Même si les études frontalières contemporaines se consacrent aux pratiques locales, nous devons les reconnaître comme étant légitimes car situées.

73Le différencialisme est une trace marquante dans les propositions décoloniales. La reconnaissance donnée aux territorialités plurielles permet assurément de reconnaître les multiples croisements qui composent la frontière australe brésilienne. En allant au-delà, nous pouvons reconnaître les frontières non-étatiques qui se font également présentes dans les études frontalières (Dorfman, 2016).

74D’autres points de contact se trouvent dans la reconnaissance du post-national, une fois que le quotidien frontalier, observé sur le terrain, est interprété comme source d’identité. Enfin, et plus important, est de ne encadrer pas le quotidien de la frontière comme simple culture locale, folklorisé et reconnaître sa dynamique politique, pleine de relations de pouvoir inégaux. À travers leur expérience et connaissance locale, les libertés, les dissidents, les aventuriers et la population frontalière s’organisent pour utiliser la frontière comme un instrument de liberté, de luttes et de demandes. À travers la double citoyenneté, bénéficiant des avantages de la traversée de frontière ou même en confrontation directe, l’activisme local trouve sa scène centrale sur la frontière.

75Décoloniser les études frontalières est encore plus important maintenant, alors que les zones de frontière vivent des processus de sécurisation. La sécurisation approfondit la polarisation d’espaces au sein des territoires de l’État, plaçant le centre moral et culturel dans la capitale et le stigmatise et le contrôle à la frontière, approfondissant les défis de construction de la citoyenneté et de la démocratie à la frontière. La sécurisation ne tient pas compte, et même criminalise, d’une grande partie de la connaissance acquise lors des expériences transfrontalières.

76La relation entre la pensée décoloniale, la condition frontalière et le projet politique permet la reconnaissance des droits de la population frontalière et le combat contre la stigmatisation et la criminalisation de la frontière.

77Dans ce contexte, nous proposons que les collègues dédiés aux études frontalières investiguent les utilisations politiques données par les diverses populations qui cherchent à la frontière leur liberté et leur citoyenneté. C’est dans le bouleversement du contenu étatique que le peuple de la frontière exprime et conquit ses demandes, même si elles sont fréquemment destinées à l’État. Comme agenda, nous laissons ici une question : les phénomènes décrits ici se répètent-ils dans d’autres frontières du Brésil ou de d’autres endroits ? Cartographier l’activisme frontalier, lui donnant de la visibilité, signifie valider l’échelle locale dans la politique, c’est-à-dire fuir du piège territorial de l’État et porter un regard décolonial.

Haut de page

Bibliographie

AGNEW J., 1994, «The territorial trap: the geographical assumptions of international relations theory ». Review of International Political Economy, vol. 1, nº 1, p. 53-80.

ANCEL J., 1938, Géographie des frontières, Paris, Gallimard, 209 p.

ALBUQUERQUE J. L. C., 2005, Campesinos paraguayos y ‘brasiguayos’ en la frontera este del Paraguay, in Fogel, R., Riquelme, M. (orgs.), Enclave sojero: merma de soberania y pobreza, Asunción, CERI, p. 157-190.

ANJOS R. S. A. dos, 2006, Geografia, territórios étnicos e quilombos, in Gomes, N. L. (org.), Tempos de lutas: as ações afirmativas no contexto brasileiro, Brasília, MEC SECAD, p. 81-103.

APPIAH K. A., (s/d). «Será o pós em pós-modernismo o pós em pós-colonial », [En ligne] http://artafrica.letras.ulisboa.pt/uploads/docs/2016/04/18/5714df1ec40c3.pdf, 17 Mai 2015.

ASSUMPÇÃO M. B., 2014, A Fronteira germinada de Santana do Livramento-Rivera como marco das conexões políticas regionais e internacionais: repressão e resistência em áreas de interesse da segurança nacional (1964-1973), Dissertation, Universidade Federal do Rio Grande do Sul, 265 p.

BALLESTRIN L., 2013, « América Latina e o giro decolonial », Revista brasileira de ciência política, nº 11. p. 89-117.

BECKER B. K, 1998, « A geografia e o resgate da geopolítica », Revista brasileira de geografia. Rio de Janeiro: IBGE, p. 99-125.

BIGO D., 1996, « Guerres, conflits, transnational et territoire (partie 1) », Culture & Conflicts, 21, p. 397-418.

CAMPOS A., 2013, Quilombos, favelas e os modelos de ocupação dos subúrbios: algumas reflexões sobre a expansão urbanas sob a ótica dos grupos segregados, in Dez anos da Lei n.10.639/03: memórias e perspectivas. Fortaleza: Editora Universidade Federal do Ceará, p.243-265.

CASTRO-GÓMEZ S., 2005a, « Ciências sociais, violência epistêmica e o problema da ‘invenção do outro’ » in Lander, E. (org.), A colonialidade do saber: eurocentrismo e ciências sociais, perspectivas latino-americanas, Buenos Aires, Clacso, p. 107-130.

CASTRO-GÓMEZ S., 2005b, La hybris del punto cero: ciencia, raza e ilustración en la Nueva Granada (1750-1816). Bogotá, Editorial Pontificia Universidad Javeriana. 346 p.

COMITÊ Binacional de Integração em Saúde, 2005, Primeira conferência de integração em saúde, relatório final, Rivera, 56 p.

DORFMAN A. 2013, A condição fronteiriça diante da securitização das fronteiras do Brasil, in Nascimento, D. M.; Porto, J. L. R. (orgs.), Fronteiras em perspectiva comparada e temas de defesa da Amazônia, Belém, EDUFPA, p. 97-124.

DORFMAN A., 2015, Smuggling: Power networks, moral geographies and norm enforcement at work at Southern Cone borders, in Amilhat Szary, A.-L. ; Giraut, F. (orgs.), Borderities and the politics of contemporary mobile borders. Londres, Palgrave Macmillan.

DORFMAN A.; CARDIN, E. G., 2014, « Estratégias espaciais do ativismo em condição fronteiriça no Cone Sul », Cuadernos de Geografía | Revista Colombiana de Geografía, vol.23, nº 2. p. 31-44.

DORFMAN A. ; FRANÇA, A. L. B. C. ; ASSUMPÇÃO, M. B., 2015, State Borders in South America, in Sevastianov, S. V.; Laine, J. p.; Kireev, A. (org.), Introduction to Border Studies, Vladivostok, Dalnauka, p. 365-383.

DORFMAN A. (org.), 2016, Anuário Unbral das Fronteiras Brasileiras 2015, [en ligne] https://doi.org/10.21826/2525-913X-2015-2, Porto Alegre, Letra1 Editora/IGEO UFRGS, 15 novembre 2016.

FUNTEH M. B., 2012, « Unlimiting the limits of african borders: the case of Cameroon-Nigeria border towns of Abongshe and Abong » [mimeo] in Borders and Borderlands: Contested Spaces Between States, Berlin.

G1, 2009, « Bebês de brasileiras nascem no Uruguai após fechamento de hospital gaúcho », [en ligne] https://tinyurl.com/zrgqe6c, 04 novembre 2016.

GAZETA do Iguaçu, 2004a, « Sacoleiros iniciam coleta de 100 mil assinaturas », 26 août 2004.

GAZETA do Iguaçu, 2004b, « Protestos tumultuaram a região da fronteira », 18 novembre 2004.

GAZETA do Povo, 2013a, « Protesto de ‘paseros’ paraguaios fecha a Ponte da Amizade », [en ligne] https://tinyurl.com/jtczr4a, 04 novembre 2016.

GAZETA do Povo, 2013b, « Servidores federais fazem protesto na Ponte da Amizade », [en ligne] https://tinyurl.com/hnbljp3, 04 novembre 2016.

GRINBERG K., 2013, As fronteiras da escravidão e da liberdade no sul da América, Rio de Janeiro,7Letras, 228 p.

GROSFOGUEL, R., 2008, « Para descolonizar os estudos de economia política e os estudos pós-coloniais: transmodernidade, pensamento de fronteira e colonialidade global », Revista Críica de Ciências Sociais, nº 80, p. 115-147.

HARAWAY D., 1998, « Situated Knowledges: the science question in feminism and the privilege of partial perspective » Feminist Studies, vol. 14, nº 3, p. 575-599.

HENRIQUE I. C., 2004, « A materialidade do simbólico: marcadores territoriais, marcadores identitários angolanos (1880-1950) », Textos de História, vol.12, n°1/2, p. 9-41.

MACHADO L. O., 1997, « O controle intermitente do território amazônico », Revista Territorio, vol.1, nº2, p. 19-32.

MACHADO L. O., 2011, Espaços transversos: tráfico de drogas ilícitas e a geopolítica da segurança, in Geopolítica das Drogas (Textos Acadêmicos), Fundação Alexandre de Gusmão/MRE, 20 p.

MBEMBE A., 2001, « As formas africanas de auto-inscrição », Estudos afro-asiáticos, vol.23, nº1, p.171-209.

MERCOSUR, 2016, Criação do Subgrupo de Trabalho sobre Integração Fronteiriça, [en ligne] https://tinyurl.com/gmlqyhg, 16 novembre 2016.

MIGNOLO W., 1998, Postoccidentalismo: el argumento desde América Latina, in Castro-Goméz, S.; Mendieta, E. (orgs.), Teorías sin disciplina: latinoamericanismo, poscolonialidad y globalización en debate, México, Miguel Ángel Porrúa, p. 26-49.

MIGNOLO W., 2005, « Espacios geográficos y localizaciones epistemológicas: la ratio entre la localización geográfica y la subalternización de los conocimientos », GEOgraphia, vol.7, nº11, p. 7 -28.

MORAES A. C. R., 2005, Território e história no Brasil, São Paulo, Annablume, 154 p.

MORAES A. C. R., 2008, Ocidentalismo e História da Geografia Brasileira, Geografia histórica do Brasil: Cinco ensaios, uma proposta e uma crítica, São Paulo, Annablume, p. 1-14.

MORAES A. M., 2013, Negociando às/as Margens: experiências de trabalho, deslocamento, indocumentação e acesso aos serviços do Estado na fronteira brasileiro-uruguaia, Dissertation, Porto Alegre, Universidade Federal do Rio Grande do Sul, 209 p.

QUIJANO A., 2000, « Colonialidad del poder y clasificación social », Journal of world-systems research, vol. 11, nº 2, p. 342-386.

QUIJANO A.; WALLERSTEIN I., 1992, « Americanity as a concept, or the Americas in the modern world-system », International social science journal, vol. 44, nº 4, p. 549–557.

RATTS A., 2010, « Geografia, relações étnico-raciais e educação: a dimensão espacial das políticas de ações afirmativas no ensino », Revista Terra Livre, vol.1, nº 34, p.125-140.

RATZEL F., 1990, O estado, in Moraes, A. C. R. (org.), Ratzel, São Paulo, Ática, p. 141 -150.

RIVERA CUSICANQUI S., 2010, Ch’ixinakax utxiwa: Una reflexión sobre prácticas y discursos descolonizadores, Buenos Aires, Tinta Limón, 77 p.

RIVERA CUSICANQUI S., 2003, Las fronteras de la coca, La Paz, Aruwiyri, 198 p.

SAID E, 2007, Orientalismo: o Oriente como invenção do Ocidente, SP, Cia. das Letras. 523 p.

SAID E., 2003, O orientalismo reconsiderado, Reflexões sobre o exílio, SP, Cia. das Letras, p. 61-78.

SANTOS R. E. dos, 2011, Movimentos sociais e Geografia, São Paulo, Consequência, 345 p.

SCHWEITZER A., 2011, « Fronteras internacionales, recursos naturales e integración regional en el Cono Sur de America del Sur », ParaOnde!?, nº 5 (Especial), p. 122-141.

SUNDERBERG J., 2014, « Decolonizing posthumanist geographies », Cultural Geographies, vol. 21, nº 1, p. 33-47.

TLOSTANOVA M., 2013, Post-Soviet Imaginary and Global Coloniality: a Gendered Perspective, Moscou, [en ligne] http://bit.ly/29JxVsW, 16 novembre 2016.

TURNER F. J., 1965, The significance of the frontier in American History, in Babcock, M., The American Frontier: a social and literary record, New York, Holt, Rinehart and Winston, Inc.

VELASCO-GRACIET H., 2008, « Les frontières et les géographes », Géoconfluences [en ligne] http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/typespace/frontier/FrontScient.htm, 16 novembre 2016.

ZUSMAN P., 2000, Tierras para el rey. Tres fronteras en la construcción colonial del territorio del Virreinato del Rio de la Plata (1750-1790), Thèse, Univ. Autónoma de Barcelona, 458 p.

Haut de page

Notes

1 Les auteurs remercient la lecture attentive de Stéphane Rosière de la version traduite du présent article, ainsi que l’appui du Programa de Pós-Graduação em Geografia da Universidade Federal do Rio Grande do Sul a sa version en Français.

2 Le débat relatif aux origines du capitalisme est long et ne nous intéresse pas ici. Cependant, Quijano et Wallerstein argumentent que le système capitaliste ne serait possible sans l’exploration des colonies américaines. En plus, disont-ils  « l’américanité a toujours été, et encore de nos jours, un élément que nous signifions comme ‘modernité’. Les Amériques depuis leur émergence, ont été le « Nouveau Monde » : une devise et un fardeau » (1992, p. 549).

3 De nombreux autres intellectuels, militants et mouvements sociaux, de différentes parties du monde pourraient être cités ici. Une généalogie de la pensée décoloniale et post-coloniale, proposée par Walter Mignolo, inclut Mahatma Gandhi, W. E. B. Dubois, Juan Carlos Mariátegui, Amílcar Cabral, Aimé Césaire, Frantz Fanon, Fausto Reinaga, Vine Deloria Jr., Rigoberta Menchú, Gloria Anzaldúa, Movimento Sem Terra, Zapatistas, des mouvements indigènes et afro en Bolivie, Équateur et Colombie, le Forum Social Mondial, le Forum Social des Amériques… (Mignolo, 2008, p.258).

4 Au Brésil, le terme quilombo est utilisé pour designer les territoires traditionnels et communautaires nègres. Depuis la constitution de 1988, ces territoires peuvent être reconnus et titrés. Dans ce processus, les territoires et les identités se construisent reciproquement, comme on peut le lire dans l’œuvre de plusieurs collègues (Anjos, 2006; Ratts, 2010; Campos, 2011; Santos, 2011).

5 D’une manière similaire, Donna Haraway a développé, en 1988, son concept de connaissances situées. Elle exprime l’importance de reconnaître l’incorporation de théories et d’idées et la nécessité de faire attention aux marques sociales comme le sexe, la classe et la race au moment de lire et de confronter les théories.

6 Cette section de l’article est une adaptation et le développement d’écrits antérieurs, tels que Dorfman, França, Assumpção, 2015.

7 Les idées discutées ici représentent une avancée par rapport à ce qui a été formalisé chez Dorfman, Cardin (2013).

8 Réalisé le 10 septembre 2016, l’atelier « Metodologías de Investigación de frontera y con movimientos sociales » a été coordonné par la professeur M. Ivañez (CUR- Udelar) et organizé par V. Marx et A.Dorfman (UFRGS). Les thèmes en discussion ont été : méthodologies participatives ; relation entre université et mouvements sociaux ; l’éducation populaire ; l’Université Populaire des Mouvements Sociaux comme projet d’extension dans l’université ; l’activisme frontalier et la cartographie sociale. Une centaine de habitants de la frontières Brésil-Uruguay organisés en mouvements sociaux a participée.

9 C’est le cas du Sous-Groupe de Travail n° 18 « Intégration Frontalière » ; installé en 2016 pour traiter des « questions relatives à la santé, l’éducation, le travail, la migration, le transport, l’infrastructure, le développement urbain, le développement économique, les peuples indigènes, la coopération, l’intégration productive et d’autres visant à encourager l’intégration entre les communautés de frontière » (Mercosur, 2016).

10 En français : « Des bébés de mères brésiliennes naissent en Uruguay après la fermeture d’un hôpital du Rio Grande do Sul. (...) Neuf femmes do Rio Grande do Sul ont dû traverser la frontière du Brésil avec l’Uruguay après avoir commencé le travail d’accouchement et ne pas avoir reçu les soins médicaux nécessaires à Santana do Livramento (RS). (...) Pour l’étudiante Caren Rangel, 24 ans, la situation est ‘honteuse’. ‘Je trouve que c’est absurde de devoir traverser la frontière pour trouver un médecin’. Elle a fait toute la période prénatale au centre médical à Santana do Livramento et sa fille, Natália, est née à Rivera le samedi 24».

11 Des familles du sud du Brésil ont migré vers la région de la frontière paraguayenne pendant les années 1960 et 1970, créant des villes formées pour la majorité par des brésiliens. La présence d’agriculteurs brésiliens au Paraguay a créé l’hybride brésiguayen. Ces migrants ont occupé plusieurs fonctions économiques mais ont rencontré dans l’agriculture leur principale source de revenu, particulièrement dans la monoculture de soja. Ainsi, les brésiliens ont économiquement exploité les terres du pays voisin, en produisant pour l’exportation. Cette situation a créé un paradoxe. D’une part, les agriculteurs paraguayens affirment que les brésiliens ont occupé une zone de sécurité nationale et que leur agriculture n’est pas écologiquement correcte ; d’autre part, les migrants brésiliens de différentes origines sociales sont liés à la croissance économique du Paraguay et il n’y a aucune garantie de continuité de leurs activités rurales au Brésil.

12 I. Henrique a proposée le concept de marqueur identitaire pour decrire le processus dans le quel le territoire colonisé est reinterpreté : « L'ensemble des formes qui matérialisent le nouveau territoire met en évidence la pulsion interne du symbolique africain, qu’a permis le passage du colonialisme à la multiplication des signes d'indépendance, aussi bien culturelle que politique. Les Angolais étant devenus les agents de leur changement. » (2004, p.41).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Brésil – Villes de l’Arc Sud où a été enregistré l’activisme frontalier.
Crédits Élaboré par Dorfman et França, basé sur Dorfman; Cardin, 2013.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4181/img-1.png
Fichier image/png, 556k
Titre Figure 2 - Reportage du portail G1 sur la fermeture de la Santa Casa de Sant’Ana do Livramento10.
Crédits Source : G1, 2009.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4181/img-2.png
Fichier image/png, 465k
Titre Figure 3 - Des paseros protestent sur la Ponte da Amizade, entre Foz do Iguaçu (Brésil) et Ciudad del Leste (Paraguay).
Crédits Source : Gazeta. 2013a.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4181/img-3.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 4 - Protestation d’agents fédéraux sur le Ponte da Amizade entre Foz do Iguaçu (Brésil) et Ciudad del Leste (Paraguay).
Crédits Source : Gazeta, 2013b.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4181/img-4.png
Fichier image/png, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adriana Dorfman et Arthur Luna Borba Colen França, « Agenda décolonial pour les études frontalières au Brésil », L’Espace Politique [En ligne], 31 | 2017-1, mis en ligne le 18 avril 2017, consulté le 22 mai 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/4181 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.4181

Haut de page

Auteurs

Adriana Dorfman

Professeur
Département de géographie et programme de post-graduation en géographie de l’Universidade Federal do Rio Grande do Sul
adriana.dorfman@ufrgs.br

Arthur Luna Borba Colen França

Licencié en relations internationales par l’Universidade Federal do Rio Grande do Sul
arthurlunabc@outlook.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org