Navigation – Plan du site

M. Duquette, D. Van Eeuwen, Les nouveaux espaces de l’intégration. Les Amériques et l’Union européenne

Paris : Karthala, 2005, 282 pages
François Taglioni
Référence(s) :

M. Duquette, D. Van Eeuwen, Les nouveaux espaces de l’intégration. Les Amériques et l’Union européenne, Paris : Karthala, 2005, 282 p.

Texte intégral

  • 1  Notamment :
    - van Eeuwen, D., 2002. L’Amérique latine et l’Europe à l’heure de la mondialisation. P (...)

1Cet ouvrage est une réflexion sur les processus de régionalisation et d’intégrations, de part et d’autre de l’Atlantique : en Europe et dans les Amériques. Il est le fruit d’une collaboration entre le Centre de recherches sur l’Amérique latine et les Caraïbes (CREALC) de l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence et du Groupe de recherche sur l’intégration continentale (GRIC) de l’université de Québec à Montréal. Il fait suite à une série de publications antérieures1 sur l’intégration menée par l’équipe du CREALC.

2Ce nouvel opus se propose de rendre compte d’un triple regard porté sur les relations complexes et multiples qu’entretiennent entre-eux, d’une part, les pays des Amériques, d’autre part les pays de l’Europe et enfin les liens croisés Amériques/Europe.

  • 2  Taglioni, F., 2005, «La coopération régionale insulaire en question : une approche des mots et des (...)

3Les onze contributions qui composent l’ouvrage sont toutes fondées sur une approche résolument pluridisciplinaire et comparatiste et c’est là une des forces de ce recueil. Néanmoins, l’accent est largement mis sur les processus dans les Amériques au détriment de l’Europe, c’est l’un des regrets que l’on pourrait porter. L’autre parti pris est d’introduire et de creuser dans les analyses le paradigme centre-marge pour analyser des systèmes régionaux largement fondés sur des relations d’inégalités. Les auteurs s’appuient enfin sur le postulat que la région est une notion polysémique et que la régionalisation est, pour sa part, protéiforme2, on comprend mieux ainsi la grande diversité des modalités et des objectifs des différents accords de coopération ou d’intégration régionale panaméricaine et européenne. La création d’espaces communs régionaux entre parfois en rivalité avec les plans d’intégrations pensés à l’échelle du territoire national et qui avaient pour finalité d’intégrer les périphéries nationales (afin de les protéger de voisins). Dans ces conditions, l’intégration continentale représente une gageure. Il faut totalement inverser les paradigmes territoriaux : ne plus voir le territoire national comme un bastion à sécuriser, mais comme un espace ressource qui ne servira le développement national que s’il est capable de s’ouvrir. Dans ce cas les réseaux comptent plus que l’espace. La dialectique réticulaire/surfacique est réactivée.

4En ce qui concerne les Amériques, les liens qu’ils soient historiques, économiques, politiques ou culturels inscrivent les populations latino-caribéennes dans une dynamique spatiale qui les a longtemps réduites au statut de périphérie des Empires. L’évolution récente des relations internationales et la mondialisation changent les perspectives : difficile mise en place de la Zone de libre-échange des Amériques (ZLEA), renouvellement de la convention de Cotonou (qui lie l’Union Européenne avec les pays de la Caraïbe, du Pacifique et d’Afrique), remise en cause par l’Organisation mondiale du commerce (OMC) de certains avantages commerciaux dont bénéficient les producteurs de bananes et de sucre. Les enjeux sont de taille car les alliés traditionnels  des  pays  latino-caribéens sont tous préoccupés par les impératifs de la mondialisation et de la régionalisation et ils n’ont plus toujours les moyens économiques et la volonté politique de se préoccuper d’un sous-continent arrière-cours des États-Unis. Cette redistribution des lignes de force semble impulser une logique réticulaire qui oblige à des réaménagements de fond des politiques économiques et spatiales.

5Au fil de la lecture, on regrettera qu’aucune fgure, carte ou photographie ne vienne appuyer et renforcer les 280 pages d’analyses que compte l’ouvrage. On est néanmoins convaincu que les déséquilibres et autres asymétries régionales dans les Amériques sont des obstacles sérieux à une intégration économique et politique porteuse de développement humain. Pour l’Europe, l’avenir dira si le choix de l’élargissement à tout prix n’aura pas raison du volet social toujours incertain de l’Union européenne.

Haut de page

Notes

1  Notamment :
- van Eeuwen, D., 2002. L’Amérique latine et l’Europe à l’heure de la mondialisation. Paris, Karthala/Crealc-Iep.
- van Eeuwen, D., 1997. Les nouvelles intégrations latino-américaines et Caraïbes. Régionalisme ouvert et mondialisation. Aix-en-Provence, Crealc-Iep.

2  Taglioni, F., 2005, «La coopération régionale insulaire en question : une approche des mots et des choses, in Bernardie, N. ; Taglioni, F. (dir.), Les dynamiques contemporaines des petits espaces insulaires. De l’île-relais aux réseaux insulaires, Paris, Éditions Karthala, p. 407-429.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Taglioni, « M. Duquette, D. Van Eeuwen, Les nouveaux espaces de l’intégration. Les Amériques et l’Union européenne », L’Espace Politique [En ligne], Comptes rendus d'ouvrages, mis en ligne le 18 décembre 2007, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/420

Haut de page

Auteur

François Taglioni

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org