Navigation – Plan du site
Géographie politique et géopolitique brésilienne au XXI siècle

Federalisme et environnement en amazonie : aires protegees comme signe d´une nouvelle geographie politique

Federalism and Environment in the Amazon: protected areas as a sign of a new political geography
Ricardo José Batista Nogueira et Thiago Oliveira Neto
Cet article est une traduction de :
Federalismo e meio ambiente na amazonia: áreas protegidas como nova geografia política

Résumés

Le but de cet article est de démontrer que les questions environnementales favorisent une nouvelle géographie politique et les municipalités, en tant qu'entité de la fédération brésilienne, subissent encore l'ajustement, en particulier en ce qui concerne les questions environnementales et en particulier en Amazonie. Ce biome est une préoccupation mondiale sollicitant le Brésil d'adopter des mesures pour assurer la préservation et la conservation des ressources naturelles. La fédération brésilienne permet que chacune de ses entités fédérales adoptent également une législation visant à l'environnement. Pour cela il a été créé autour du système national de l'environnement, un moyen qui distribuât les responsabilités aux États et aux Municipalités. Toutefois, les municipalités, les gouvernements locaux, ont, pour la plupart, un déficit structurel à créer des instruments de contrôle et de supervision. Il est utilisé des cartes avec des zones protégées et des tableaux pour les actions des municipalités de l'Amazonie comme une méthodologie pour démontrer la nécessité d'élargir la participation de la société dans les décisions relatives à l'environnement. Il conclut en affirmant que la nouvelle géographie politique de l'Amazonie est réalisée avec la création de territoires environnementaux, ainsi que l’urgence de technique de la formation des municipalités pour la prise de décisions relatives aux questions environnementales.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le biome d’Amazonie occupe près de la moitié du territoire brésilien, ce qui est significatif quand ce pourcentage ajoute plus de quatre millions de kilomètres carrés. Ses caractéristiques naturelles dépassent les frontières nationales et, ainsi, elles sont partagées avec sept autres pays et la Guyane Française. Ceci exige que les actions visant à la préservation de ce biome soient, nécessairement, multilatérales, c’est-à-dire que tous les pays doivent participer de ce projet environnemental commun. Au niveau interne, chaque pays adopte des politiques d’intégration auprès de sa région d’Amazonie au centre du pouvoir. Au Brésil, l’Amazonie, pendant que la région politico administrative de l’État, abrite intégralement sept unités fédérées, une fois que la découpe territoriale considérée a été le biome propre de l’Amazonie. C’est à partir de là qu’une région nommée Amazonie Juridique c’est créée, instituée par une loi 1.806 de 1953 utilisée inclusivement des parallèles et méridiens comme limite pour des fins de planifications régionales et une stimulation à un développement et intégration nationale. Cependant, la régionalisation officielle brésilienne créée en 1967 a définit pour le Nord du pays, une entité que abrite sept États de l’Amazonie, faisant ainsi coïncider ses limites.

2Cette brève présentation des limites territoriales est pertinente quand on prétend aborder un thème comme celui proposé dans le titre, tenant compte qu’il y a un croisement de différentes variations qui, en principe, ne s’allient pas, ce qui finit par causer des problèmes: pendant que les limites des biomes attendent ses caractéristiques naturelles, les limites politiques sont abritées et ne permettent pas de doutes, car elles sont associées aux relations de pouvoir institutionnels.

3L’Amazonie fait partie d’un projet nationale qui s’est initié de façon plus intense à partir des années 1960; cela traverse la période du gouvernement militaire, quand celle-ci reçu de nombreuses actions d’infrastructures, qui continua ensuite durant la période démocratique sur la question environnementale qui défini les chemins régionaux.

4Ce que nous prétendons éclaircir dans cet article est la constante action du gouvernement fédéral sur la région dans le but de régulariser les utilités du territoire, réduisant ainsi la possibilité des actions municipales sur une partie de leur territoire. Pour cela nous avons utilisé certaines références liées aux actions des États brésiliens depuis les années 1970, quand furent approfondies les politiques territoriales pour les régions bénéficiant d’infrastructures diverses et distribuées dans ces régions pour assurer un contrôle national. Pouvant ainsi réaliser un relevé auprès de chaque municipe pour identifier celui qui suivra les législations nationales dédiées à la préservation environnementale. Nous utilisons pour démontrer la suppression des territoires des unités fédérales au travers de la transformation de l’utilisation. Nous centralisons notre attention sur ma question environnementale, démontrant que cela se fait depuis un demi siècle indépendamment de gouvernement ou groupes qui ont assumés la République brésilienne. La première partie nous avons pointé l’aspect du fédéralisme dans le Brésil, soulignant comment prédomine l’Union sur les États et Municipes, principalement ceux localisés en Amazonie. Dans la seconde partie l’approche sera dédiée aux questions de l’environnementale pour démontrer comment s’exerce le pouvoir de l’union sur les autres collectivités fédératives pour congeler les territoires à partir des actions de préservation.

Bref aperçu du fédéralisme brésilien

5Le fédéralisme brésilien a dans son territoire un de ses fondements. En prenant une citation de K.W.Robinson que la fédération est le plus expressif géographiquement de tout les systèmes politiques (1961), Taylor affirme que c’est exactement pour cela que ce thème attire tant les géographes politiques (2002, p. 185). Castro (1996), de manière plus incisive, affirme que le pacte fédérative «est un accord de base territorial sur lequel des groupes localisés en différentes parties d’un territoire s’organise en une recherche de l’harmonisation entre ses demandes particulières et les intérêts générales de la société (…)». Soit, la compréhension est que cet accord a pour but d’arranger les tensions et les conflits existants, sécurisant la diversité et conciliant les objectifs. Il importe de souligner que le fédéralisme reste associé à un système adéquat aux pays de grandes extensions, cependant cette affirmation n’est pas une règle.

6L’adoption du régime fédéraliste au Brésil survient avec la fin du régime de la monarchie impériale en 1889. L’indépendance face au Portugal en 1822, jusqu’à la proclamation de la République, l’Empire a du contourner des révoltes provinciales qui exigeaient une autonomie régionale qui s’était déjà consolidée. La diversité régionale construite depuis le siècle XVI, décide le contrôle local du pouvoir, fut une des motivations pour créer le fédéralisme au Brésil prenant comme référence principale la décentralisation du pouvoir. Même si l’empire brésilien à été le responsable de la création de l’unité territoriale, évitant dans la période post-indépendance une fédération régionale, à l’implantation du régime fédératif qui a eu pour caractéristique un partage de pouvoir, par contre, le les provinces ont abdiqué du pouvoir en faveur de l’union pour donner plus de sécurité hors frontières, puisque l’union a céder devant des pressions internes, diviser le pouvoir avec les oligarchies régionales déjà installées.

7Après la promulgation de la constitution brésilienne en 1988, il a été reconnu qu’en plus des Etats fédéraux, les municipes également seraient entité de la fédération, avec compétences et obligations. L’argument pour cela était que la vie de la société se produit en effet, dans les localités et les municipes. C’est ici où se localisent les demandes les plus immédiates. Toutefois, le municipe est le maillon qui est le plus fragilisé depuis l’implantation fédératif. Il y a peu de municipe au Brésil qui, en vertu de ses caractéristiques, arrivent a assurer l’autonomie politique et financier devant les autres créations: États et Union. Dans le tableau 1, ci-dessous, on peut vérifier la forte concentration des municipes avec peu de population, qui sont également et en général, dépourvus d’impôts propres et dépendent de transferts de ressources de l’Union ou des États fédératifs. De cette façon, les arrangements et accords institutionnels de la fédération brésilienne sont constants une fois que les attributions et compétences sont bien définies, demandant à la justice de le définir.

Tableau 1 - Numéraux de municipes répartis selon l’importance de grandeur de leur population en 2010.

Chiffre de grandeur de la population

Nombre de municipes

Jusqu’à 2000

118

De 2.001 à 5.000

1183

De 5001 à 10.000

1212

De 10,001 à 20,000

1401

De 20,001 à 50,000

1043

De 50,001 à 100,000

325

Plus de 100,000

283

De 100,001 à 500,000

245

Plus de 500,000

38

Source: IBGE/SIDRA

Disponible sur: http://www.sidra.ibge.gov.br/​bda/​tabela/​listabl.asp?z=cd&o=5&i=P&c=1290 - Accès le: 15 mai 2016.

8Le Municipe et l’unité politico administrative qui est à la base de l’ensemble de la fédération brésilienne, fournissant les relations de l’interdépendance des états fédéraux lesquels appartiennent toujours à l’Union. Cependant une complète isonomie politico administrative pour ceci, ayant les mêmes compétences, devoirs et attributions, tournant plus de 5500 municipes égaux devant l’ensemble fédératif, sont les obligations existantes de chaque municipe se distinguant ainsi et, à partir de ces différences, s’imposent également de façons différentes devant la fédération brésilienne. Résultats de procès particuliers dans la formation territoriale brésilienne, l’asymétrie existante entre les municipes brésiliens met en défis les principes du fédéralisme. Ces asymétries, composées de diverses variations, expriment les conditionnels historiques de l’organisation des espaces brésiliens, depuis la colonisation jusqu’à nos jours. C’est exactement ce qui réunit sur son territoire (services publiques et privés, production agricoles ou industrielle, tourisme, attributs naturels, etc.) qui donneront ces caractéristiques vis à vis des autres. Nous pouvons lancer de nombreux éléments ou variables qui les identifieront, malgré cela on indique l’ensemble des éléments peut changer de signification au long de l’histoire, selon le propre temps variable dans la constitution de ces asymétries.

9La création de municipes dans le Brésil suit un diktat de politique nationale, étant plus intensif dans les périodes démocratiques et plus restrictifs dans les périodes de gouvernement plus centralisateur (Tomio, 2002). Après la constitution de 1988 la compétence pour la création de municipes a été confiée aux assemblées fédérées, suivant une intensification de nouveaux municipes. En vertu de cela, le gouvernement fédéral, à travers cet amendement constitutionnel, a interdit la création d’autres municipes. Malgré cette restriction à la création de municipes, les nouveaux municipes seront sujets à payer les attributions constitutionnelles. Notre attention est en relation avec les questions relative à l’environnement, qui a été incorporé au fur et à mesure par les municipes.

10Ces entités fédératives présentent, généralement, des caractéristiques territoriales communes qui sont: elles possèdent une zone urbaine et une zone rurale surexposée aux formes naturelles préexistantes. Ces formes naturelles (relief, hydrographie), l’extension territoriale de chaque municipe, l’utilisation de ces territoires et la formation territoriale vont définir le significatif du municipe dans la fédération. De la même façon, la densité de la population, l’exercice de centralité sur différentes échelles, la densité technique réunie en son territoire, etc. Toutefois, il n’est plus possible de réaliser des analyses qui considèrent seulement la contiguïté spatiale, la juxtaposition de ces entités territoriales en pensant que ces coupures territoriales sont assez pour comprendre ces entités politiques. D’innombrables facteurs concourent pour faire en sorte à ce que dans le régime fédératif de ces entités ait à collaborer entre eux, soient solidaires et, à la limite, se subventionnant les unes aux autres pour la résolution de problèmes communs.

11Il est impératif, cependant, d’avoir une vision d’ensemble de l’arrangement spatiale des sociétés pour comprendre les actions politiques sur le territoire. L’existence et la disposition spatiale des objets naturels, comme les bassins hydrographiques, le relief, les types de sol, le climat et le vent, etc.., sont données et sont fixes ou permanentes; pendant que l’existence et la disposition spatiale des objets crées par la société, comme une ville, une plantation, une route, des stations d’énergie, une école, un poste de santé ou de police, et tant d’autres, qui répondent à des exigences associées à la localisation, et qui sont cependant sélectives; à la distribution, puisqu’elle peuvent être dirigée par des scalaires divers et logiques (État ou marché); et à l’extension, puisqu’elles possèdent une escale physique de manifestation (Moreira, 2001). Elles sont, contrairement à l’antérieure, fluides, mobiles. En plus grande ou plus petite intensité, tout cela est présent sur n’importe quelle unité politico territorial, qui possède une rigidité en ses limites et qui sont organisés par l’État et par la société.

12Cette existence matériel, que ce soit d’objet naturel, que ce soit d’objet construit par la société, constituent une configuration spatiale (Santos, 1988; 1966) à l’intérieur d’une unité politico territoriale, indépendamment de la fréquence de l’un ou de l’autre. Et ce sera à partir de cet ensemble qu’un municipe participera de concert politique d’un État national. Cependant, un type de relief, de végétation, un port ou un aéroport, une fabrique ou les services publiques ou privés disponibles, peuvent l’insérer dans des relations symétriques ou asymétriques, de caractère politique, économique ou même symbolique. Dire, par exemple, que dans un municipe brésilien il existe des extractions de pétrole, une station hydrominérale, une prison fédérale, une villa olympique, un parque nationale ou tant d’autres attributs,créer de fortes représentations territoriales. Ainsi, notre objectif montre que l’ambiance promeut de nouvelles relations entre les êtres de la fédération, nous dédierons le prochain item à cette question.

Les zones protégées - la nouvelle géographie politique de l’Amazonie

13C’est important de commencer cet item affirmant que l’histoire de l’intervention en Amazonie par l’État brésilien vise son intégration définitive qui est déjà fortement documentée. Il y a de nombreux livres, articles, documentaires, revues, etc..., qui montrent comment c’est produit ce processus incitant avec plus de vigueur à la fin des années 1960. A l’implantation d’infrastructure diverses – routes, aéroports, brigades militaires, énergie, projets de colonisation, minéralisation et d’autres nombreux équipements publiques et privés- ceci fut réalisé sans aucune préoccupation environnementale, parce que la problématique environnementale n’était pas dans la ligne internationale et encore moins au Brésil. La représentation de la forêt par les outsiders qui planifiaient pour l’Amazonie était des positions de développement, devant être supprimées, pour donner lieu au progrès.

14Pionnier dans les réflexions sur ces actions dans la région, inclus comme un livre intitulé «Géopolitique de l’Amazonie», Becker (1982) indiquait déjà comment l’État brésilien produisait un territoire pour son contrôle, utilisant l’implantation de ces objets cités, nommés «grands projets», en plus de la pulvérisation des organismes fédéraux dans la région et également de la diffusion de communication à travers les stations de radios et de télévision. Cependant, un des principaux mécanismes de contrôle du territoire fut réalisé à travers du contrôle des terres. Nous récupérons ici le Décret-loi 1.164, du 1er avril 1971, du gouvernement brésilien qui déclarait indispensable la sécurité et le développement nationale des terres inoccupées dans la zone de cent kilomètres de largeur de chaque côté de la route transamazonienne. Ceci réduit substantiellement la disponibilité des terres des états fédéraux. Cette ère est à la base de la géopolitique de l’Amazonie tout au long du régime militaire. Ce décret fut abrogé en 1987 (Décret-loi 2,375, du 24 novembre de 1987), toutefois on retire seulement le caractère « d’indispensable la sécurité et le développement », maintenant sous contrôle de l’Union une grande partie des terres ici indiquées.

  • 1 acte de gêner, d’empêcher le déboisement de la foret.

15Ce changement accompagnait le processus de sortie de la dictature militaire, et où la forte centralisation réduisait de beaucoup le caractère fédératif de la république brésilienne. Cette période était déjà en débat des actions et pression de l’organisation non gouvernementale de préservation environnementale, que commencent en gros avec la Conférence mondial des nations unies pour le développement durable, réalisé à Stockholm en 1972; ses résolutions et propositions fructifient par le monde les années suivantes, arrivant en 1987 à être élaborées par l’Organisation des États-Unis (ONU) le Rapport de Notre Futur Commun, dans lequel sont lancées les bases de développement durable et culmine en 1992 avec la réalisation, à Rio de Janeiro, de la II Conférence mondiale sur le développement durable. Et au centre de ce débat se trouve l’Amazonie, l’un des principaux biomes de la Terre. Ceci implique un grand changement de paradigme, altérant substantiellement tous les programmes et projets existants dans la région. Le propre Etat brésilien mit l’environnement comme objectif principal et transversal dans tous ces projets ; instituant également des législations exigeant des évaluations de l’impact avant n’importe quelle intervention de grande portée, que ce soit pour les barrages hydroélectriques, les voix routières, exploitation minière, etc. Exigeant également une autre réflexion sur l’Amazonie vu que de nouveaux sujets surgirent de la foret. Gonçalves (2012) exploita très bien les réactions des «seringueiros» -saigneurs de caoutchouc- de l’Amazonie à travers les deux empates1, créant une autre territorialité qui déboucha sur une grande nouveauté environnementale qui fut l’institution de l’unité de conservation de caractère extractif. Becker (2005), d’un autre coté, définira une autre «Géopolitique de l’Amazonie», maintenant décidée dans la transformation de la région comme grandes frontières de capital naturel, comme affirmé par une forte politisation de la société civile en Amazonie. La région serait divisée en deux grands mouvements: un au niveau du système financier, de l’information, du domaine du pouvoir effectivement des puissances; et l’autre, une tendance à l’internationalisme des mouvements sociaux.

16Que ce soit l’une ou l’autre considération elles sont significatives pour comprendre comment la région se place devant le pacte mondial autour de la question environnementale. Cependant, il est impératif de se rappeler que le biome présente en lui dans ses divisions politico administratives des états fédéraux et municipaux, entités qui dans le contexte fédératif doivent avoir l’autonomie pour définir les formes de l’utilisation de ce territoire, d’ailleurs également pour prendre les décisions de la préservation de l’environnement.

17Ces divisions politico administratives, en outre, ont été dénommées antérieurement par Benchimol (1997) de landlordisme politique, donnant les dimensions territoriales, quand celui-ci proposait une fragmentation politique. Mais récemment discutant les propositions de divisions territoriales de ces monstruosités géographiques, argumentant qu’il y a une division politique et une inconnue dans la procédure du développement, car les discours divisionnistes servent les situations les plus paradoxales (Nogueira, 2007).

18Cependant on n’avait pas créé de nouvelles unités politico territoriales en Amazonie depuis 1988, la conduite du gouvernement national a été bien plus intense, même dans un régime plus démocratique. Si dans un passé ressent la réduction de l’autonomie de l’état et des municipes était devenue effective à partir de la fédéralisation des terres en marge des routes aujourd’hui cela ce fait avec la création de territoires indigènes (T.I.). Notre thèse est que la nouvelle géographie politique de l’Amazonie se fait avec l’institution des divisions territoriales, causant des confits d’intérêts au niveau local, répondant au niveau national et satisfaisant les pressions au niveau global. Le fondement se trouve dans les considérations de certains géographes sur l’importance de la division, partition, création des limites comme base pour la géographie politique. Jean Gottmann (1952) affirme que le fait fondamental de la géographie politique était la division, la répartition du monde habité et, en conséquence, la constitution de l’humanité en société et communautés individualisées. Postérieurement, Claval (1979) souligne que les divisions territoriales ne suivent pas les critères scientifiques, mais servent à contrôler les personnes et quand plus étroites les divisions plus facile à contrôler. Mais récemment, nous avons rencontré en Raffestin l’observation que « entrer en relation avec les êtres et les choses et tracé des limites ou entrer en collision avec elles » (1993, p.164), étant la limite, le signal utilisé par les sociétés, pour marquer le territoire ; qu’il n’y a pas comment établir ou structurer le pouvoir s’il n’y a pas de répartition et que le propre exercice du pouvoir se paye par la manipulation de l’opposition à la continuité versus de discontinuité, soit : la création des limites. L’Amazonie continue à être une région sujette à des interventions, dans le sens lapidaire de Bernard Kaiser.

19Nous commençons à présenter chaque niveau de l’échelle montrant que pour chacune d’elle il y a des questions qui en générale sont invisibles à d’autres échelles, soit, pour les personnes qui ont vécu dans d’autres lieux et qui, à partir de là, observent les lieux des autres. Avant de poursuivre il est important d’éclaircir qu’il n’ai pas discutable quelconque sentiment locutionnaire, mais il est important de laisser en évidence qu’il y a toujours une spécialité dans les discours, d’où ils sont dits et jusqu’où ils sont destinés.

20A un niveau institutionnel, la création de U.C et T.I fédération, à provoqué à un niveau local, une réduction des domaines des unités municipales (Fig. 1). L’impact de cela est différent pour chaque municipe car, ce qui est associé à d’autres variations, comme par exemple, la propre extension territoriale des municipes et des U.C’s iy T.I’s créées. Quant au niveau de l’utilisation social des terres, ces nouvelles parcelles, qui dans l’actualité sont réalisées en considérant bien plus la politique territoriale adoptée que proprement les caractéristiques naturelles (espèces endémiques, etc.), ont tendance à changer l’utilisation traditionnelle des terres et de l’eau et la mobilité des populations rurales ici installées. Malgré tout, ceci est invisible à une échelle cartographique de 1:50.000. Ainsi, le sait fait de traverser un fleuve pour pêcher sur l’autre berge, peut être interdit avec la création de telles parcelles territoriales.

  • 2 Ici il est important de distinguer l’acceptation entre créer des unités de conservation et créer de (...)

21Dans une vision nationale, avec les dimensions territoriales du Brésil, la carte de l’Amazonie est « une mer de vert  », avec de rares points occupés, étant, pourtant, indifférente à la constitution de ces domaines. Le plus grand exemple vient du document « Le Zonage économique et écologique », élaboré par le propre Etat Brésilien, comme proposition pour ordonner le territoire amazonien (Becker, Egler, 1997). Pour la société brésilienne, localisée majoritairement au Centre Sud et en zone du littorale, voir de cet emplacement les actions créées de ces nouveaux territoires est salutaire pour préserver la nature2, ce sur quoi nous sommes d’accord. Toutefois, le point principal à être souligné, c’est comment équilibrer l’intérêt des populations qui sont dans ces domaines touchés par des nouvelles limites territoriales, avec l’intérêt générale de la société nationale ? Voici la question primordiale dans la relation entre les principes fédéralistes et les actions de préservation du développement durable.

Figure 1 - Zones de conservation des chevauchements dans les territoires municipaux

Figure 1 - Zones de conservation des chevauchements dans les territoires municipaux

Source : Base de données MMA – Thiago O. Neto - 2017

22Dans une vision globale, tous les détails des lieux sont invisibles. Changeant l’échelle géographique à une échelle cartographique, donnant origine à un discours le plus abstrait possible d’être les habitant du même navire, d’où nous souffrons ensemble des mêmes problèmes environnementaux, il est alors nécessaire un effort international pour garantir et sécuriser notre futur commun. Les entités internationales, habituées à ces discours, se dédient à instaurer des mécanismes avec le système financier international pour contrôler le financement e développement des pays amazoniens agissant pour la préservation de la nature.

23La région Nord du Brésil, qui abrite la plus grande portion du biome amazonien, composé par sept états de la fédération, possède en totalité, 450 municipes. Comme nous le disions ci-dessus, ces unités politiques, après la constitution de 1988, sont devenues membres de la fédération brésilienne, ayant la compétence de légiférer, y compris sur environnement. Malgré cela, les actions de l’Union à agrandir les domaines protégés à travers la création de UC ou TI, retirent, en premier lieu, l’autonomie de l’utilisation de certaines parties des territoires municipaux; et en second lieu, augmentent les tentions localisées avec les fédéralisations de ces domaines.

24Nous voyons ci-dessus que la fédération des terres en Amazonie a débuté dans la décennie de 1960 avec l’implantation de grands projets routiers, hydroélectrique, minéraux et agricoles. Larges extensions de terres d’état sont passées aux mains de l’Union pour viabiliser la procédure de l’intégration territoriale. Jusque là les comtés n’étaient pas considérés comme collectivités de la fédération. A la suite de l’éclosion mondiale du mouvement environnementaliste, à partir des années 1980, que l’Amazonie est devenue un pole d’attention, le gouvernement fédéral commence une procédure d’institutionnalisation de l’environnementalisme créant un outil bureaucratique et des législatifs pour normaliser l’utilisation des ressources naturelles. La politique Nationale du développement durable est définie par la Loi 6.938/1981, qui prévoit un système de décentralisation de la gestion environnementale, le système National de l’environnement-SISNAMA, composé par les organismes, entités, règles et pratique pour l’amélioration de l’environnement. La compétence municipale pour réglementer l’environnement découle du fait que celle-ci est la plus proche de ces habitants et que les problèmes locaux, devraient avoir une solution locale. De la même manière, le pouvoir local est le responsable pour la Politique du Développement urbain, qui a pour objectif d’ordonner le total développement des fonctions sociales de la ville et de garantir le bien être de ces habitants (art.182). La question que nous voulons citer concerne la particularité de la formation territoriale de l’Amazonie et la constitution des municipalités.

  • 3 Domaine bien au dessus de la moyenne régional du Sud et du Sud-ouest brésilien.
  • 4 Les dix plus grands municipes du Brésil sont en Amazonie avec une extension totale de 68 mil à 159 (...)

25Un premier point concerne les dimensions territoriales des municipalités de la région ; en second lieu la traditionnelle façon de l’utilisation des terres. Pour le premier il est important de dire qu’en vertu de la tardive occupation régionale, il y a encore des municipalités ayant d’immenses domaines territoriales, la plupart avec plus de cinq mil kilomètres carrés3; quand au second point, l’utilisation de la terre en activité extractif est encore vive, soit, étendues de végétation naturelle. Ainsi quand la législation pointe le Plan de Développement urbain comme un des principaux instruments pour la régularisation environnementale municipal, a tendance à prioriser les actions dans le domaine urbain, toutefois, dans les immenses municipes de l’Amazonie, la zone urbaine représente bien peu du domaine territoriale, au contraire des autres municipes, qui n’ont aucun domaine rural4.

26Jusqu’au milieu de la décennie de 1980 la quantité des domaines crées durant tout le siècle XX, destinés à l’unité de conservation sommèrent un peu plus de 124 mille km² et dans les derniers vingt cinq ans ce chiffre a atteint 619 mil km², une croissance exponentiel, comme nous pouvons l’observer sur le tableau 2 ci-dessous. Mais plus surprenant encore c’est l’action des unités fédérales, qui, subissant les pressions par le mouvement environnemental national et étant financées par des organismes internationaux, libèrent de 5 mil² jusqu’à plus de 600 mil², soit, une superficie Espagne France réunies. Cette expansion est accompagnée des organismes, législations et mécanismes juridiques pour consolider la participation également des municipes au travers du Système Municipal de l’environnement -SISMUMA, qui peuvent être consultatifs et délibératifs, comptant sur la participation de la société civile dans sa composition, comme la création de Secrétariats Municipaux de l’Environnement, Conseils Municipaux, qui peuvent être consultatifs et délibératifs, tenant compte de la participation de la société civile en sa composition (Ávila, Malheiros, 2012), et également des Fonds Municipaux pour l’Environnement, responsables par l’administration de recours financiers originaires de fonds divers, inclusif contravention sur dégâts de l’environnement.

Tableau 2 - Création d’Unité de Conservation entre 1985-2010

Evolution de la création de UCs (Fédéraux et municipaux),par période de gouvernement

Période

Fédéral (km²)

Etat (km²)

Proportion en relation au total d’UCs (%)

Jusqu’au 15/03/1985

124.615

5.047

10.6

De 15/03/1985 au 15/03/1990

85.882

97.030

14.9

De 15/03/1990 au 31/12/1994

16.841

69.765

7.1

De 01/01/1995 au 31/12/1998

41.316

83.726

10.2

De01/01/1995 au 31/12/2002

91.442

30.595

10.0

De 01/01/2003 au 31/12/2006

200.053

287.065

39.8

De 01/01/2007 au 31/12/2010

58.383

32.071

7.5

Total jusqu’au 10/2010

619.532

605.299

100.0

Source : Verissimo, 2011, p. 24.

27La grande question qui se pose est la capacité technique existante des municipes brésiliens, principalement les plus petits. Il est évident que l’implantation d’une organisation bureaucratique tournée vers la question de l’environnement exige un groupe de fonctionnaires pour exécuter les fonctions de dirigeant, de contrôle, de fiscalisation, etc. Cependant, comme une grande partie des municipes brésiliens ne possèdent aucune capacité de percevoir les impôts, étant dépendante eux même de collectes financières des autres sphères du gouvernement, le procès d’implantation est encore lent.

28Avec le soutient de l’Institution Brésilienne de Géographie et des Statistiques (IBGE), chargé de la collecte des données référents aux divers indicateurs municipaux, nous avons sélectionné certains tableaux en référence à l’organisation bureaucratiques de la question environnementale au niveau municipal, mettant en évidence la participation des municipes d’Amazonie. Dans le cadre 3, ci-dessous, il est possible, d’identifier comment sont réparties les structures bureaucratiques destinées à l’environnement au niveau fédéral et au niveau municipal, mettant en évidence l’Amazonie.

Tableau 3 - Municipes du Brésil et de la Région Nord et ses structures dans le domaine de l’environnement en 2012.

Nombre de municipalités dont la structure dans le domaine de l'environnement, la caractérisation de -2012 organe directeur

Région et unité de la fédération avec n° de municipes

Avec structure dans la zone M.A

Secrétariat municipal exclusive

Secrétariat municipale conjointement avec d’autres politiques

Secteur subordonné à un autre secrétariat

Secteur subordonné directement au chef exécutif

Organisme de l’administration indirecte

Sans structure spécifique

Brésil5570

4926

1379

2516

730

249

52

639

Nord 450

433

224

177

26

6

-

16

Source : IBGE/MUNIC (2012).

29De façon très similaire sont les conseils municipaux. Sans doute ceux-ci sont en situation plus précaire encore, lorsque l’on sait le fonctionnement clientéliste existant dans les petits municipes où la formation et le fonctionnement de ces conseils (de l’éduction, santé, et autres) sont manipulés par leurs maires, dans une démonstration claire de comment prévaut le népotisme, le clientélisme devant la nécessité des compétences techniques qui peuvent élaborer des projets de politiques publiques. Solution : créer des instruments de contrôle et consultation publique qui permettent la participation de la société ; enfin, instituer un mécanisme qui sécurise les intérêts de la majorité. Suivant le tableau 4 nous montrons les différentes caractéristiques que peut avoir un conseil de l’environnement.

Tableau 4 - Municipes et conseil municipal de l’environnement

Nombre de municipalités avec le Conseil municipal de l'environnement, par certaines caractéristiques du conseil d'administration -2013

Région et Unité de la Fédération comprenant. N° de municipes

Avec conseil Municipal De l’environnement

Conseil paritaire

Conseil consultatif

Conseil délibératif

Conseil Normatif

Conseil de fiscalisation

Réunions réalisées durant les 12 derniers mois

Brésil5570

3784

3502

3063

3228

1612

1828

2873

Nord450

311

291

261

273

173

198

258

Source ; IBGE/MUNIC (2012)

30En référence à l’existence des fonds municipaux, outil qui peut viabiliser le fonctionnement des actions tournées vers l’environnement, ci-dessous nous présentons le tableau 5 qui démontre la totalité des municipes qui ont déjà créé leur fonds, tout comme la distribution de l’existence des fonds par classe de municipes. Ainsi, il est plus évident que plus grande est la population du municipe, plus important est le nombre de fonds institués.

Tableau 5 - Totalité des Municipes avec Fond Municipale de l’Environnement – 2013

Région et unité de la fédération avec grandeur de la population des municipes

Total des quantités de municipes

Municipes ayant des fonds municipaux de l’environnement

BRESIL

Jusqu’à 5000

De 5001 à 10000

De 10001 à 20000

De 20001 à50000

De 50001 à 100000

De 100001 à 500000

Plus de 500000

5570

1247

1227

1378

1080

339

260

39

2386

408

381

505

580

250

224

38

NORT

Jusqu’à 5000

De 5001 à 10000

De 10001 à 20000

De 20001 à 50000

De 50001 à 100000

De 100001 à 500000

Plus de 500000

450

80

81

110

111

42

24

2

239

25

26

61

69

34

22

2

Source : IBGE/MUNIC (2012)

31Pour finaliser, nous présenterons deux tableaux qui démontrent quand les municipes brésiliens ressentent la nécessitée d’avancer en ce qui concerne la question environnementale. Comme ils deviennent des éléments fédératifs en 1988, il est compréhensif que certaines structures et instruments légaux déterminées sont encore à créer, pour éviter une superposition de compétences ou même d’indéfinition d’attribution entre les éléments de la fédération. Dans le premier tableau nous voyons l’existence d’unité de conservation municipale. Nous avons vu ci-dessus qu’il y a eu une expansion énorme dans les derniers vingt-cinq ans dans la création de U.C. de caractères d’Etat et fédérale. En relation au municipe, le rythme est bien plus lent, comme nous pouvons l’observer dans le tableau 6.

Tableau 6 - Totalité de Municipes avec l’Unité de Conservation Municipale – 2012

Région et unité de la fédération avec nombre de municipes

TOTAL

Avec UC municipal

Brésil5570

5570

1358

Nord 450

450

104

Source : IGBE/MUNIC (2012)

32Dans le tableau 7 nous présentons l’existence de comité des bassins hydrographiques. Même si la compétence de la création des comités sont des Etats fédéraux, mais comme la participation des maires des municipes qui composent le bassin, dans la région nord du Brésil la quantité est insignifiante alors qu’elle abrite le plus grand bassin du monde. Dans l’état de l’Amazonie, le plus grand de la fédération brésilienne avec 1,5 millions de km², avec une plus grande densité hydrique du pays, il est existe uniquement un comité de bassin, localisé dans la capitale de l’Amazonie, Manaus, et avec un fonctionnement précaire.

Tableau 7 - Totalité des Municipes qui font partie du Comité du Bassin Hydrographique (CBH) 2013.

Région et unité de la Fédération

TOTAL

Font partie du CBH

Brésil

5570

4047

Nord

450

157

Source : IBGE/MUNIC (2012)

33Quand aux terres indigènes, il est important d’affirmer, immédiatement, que les prérogatives légales de la création de ces domaines reviennent exclusivement à l’Union. Ces zones ont été constituées également avec un mécanisme permettant d’assurer la préservation environnementale dans l’Amazonie, avec ceci, elles ne sont pas bien reçu par la population nationale, qui, chargée de préjugé contre la population indigène, condamne leur institution sous l’allégation que les indigènes n’ont pas besoin de tant de terre. Le tableau 8 montre l’évolution des démarcations des terres indigènes au Brésil au long des derniers 6 présidents de la République. Selon l’Institut Sociaux Environnementale –ISA « la plus grande partie des TIs se concentre en Amazonie : il y a 422 domaines, 111.401.207 hectares, représentant 22,25% du territoire amazonien et 98.42% de l’extension de tout les TIs du pays » (ISA, 2016a). De manière égale, ces zones réduisent les territoires municipaux dans la région Nord. Cependant, nous voulons argumenter que nous ne faisons aucune défense des discours de certains préfets qui argumentent que la création de ces domaines constitue un retard dans le développement. Ceci parce qu’une grande partie des municipes ne possèdent pas d’activité agricole à grande échelle ; ils vivent en générale, de fonds financiers versés par l’Etat et la fédération ; et, enfin, il est possible d’incorporer la propre production locale indigène à la dynamique municipale.

Tableau 8 - Démarcation des Terres Indigènes et d’Unités de Conservation entre 1985-2016

Démarcation – Amazone juridique

TIs Déclarées

TIs Homologuées

Président (période)

N°*

Extension (ha)

N°**

Extension (ha)

Dilma Rousseff01/2015 à 05/ 2016

10

878.462

9

1.240.776

Dilma Rousseff01/2011 à 10/ 2014

5

964.170

11

2.025.406

Luiz Inacio Lula da Siva 01/2007 à 10/2010

26

1.821.205

13

7.690.239

Luiz Inacio Lula da Silva 01/2003 à 10/2006

20

7.917.596

52

10.988.935

Fernando Henrique Cardoso 01/ 1999 -10/ 2002

47

15.767.121

18

9.642.668

Fernando Henrique Cardoso 01/1995 -10/1998

32

17.138.447

81

30.709.327

Itamar Franco 10/1992 à 10/1994

23

6.518.162

10

5.499.776

Fernando Collor 03/1990 à 09/1992

35

23.390.618

74

25.795.019

José Sarney 04/1985 à 03/1990

34

11.009.449

21

9.452.807

*Inclus neuf (9) terres réservées par décret : un (1) durant le gouvernement Sarney, trois (3) gourvernement Collor, un (1) durant le premier mandat de Lula et deux (2) durant le second mandat de Lula.

** les colonnes « Numéro de terre » et extension ne doivent pas être sommées, car, plusieurs terres indigènes homologuées durant un gouvernement furent redéfinies et nouvellement homologuées. (Par exemple à TI Baù qui avait été déclarée durant le gouvernement FHC avec 1.850.000 hectares, et au gouvernement Lula furent diminuées à 1.543.460 hectares. Egalement à TI Raposa Serra do Sol, qui avaient été déjà déclarées en 1998 durant le gouv. FHC furent postérieurement déclarées par Lula, avec la même extension. Dans ces cas l’extension fut comptabilisée deux fois, ce qui empêche la simple addition des champs. Source : ISA (2016b).

Conclusion

34L’approfondissement de la question environnementale au niveau mondial et l’expression et l’exigence de la société pour l’action de la conservation de la nature touche de mode différente les lieux qui reçoivent ces pressions. Le défit à équilibrer les intérêts généraux avec les intérêts localisés met en échec divers niveaux de pouvoir dans l’intérieur d’un état national. L’environnementalisme comme une nouvelle idéologie, s’exprime de diverses façons faisant en sorte à ce que les Etats nationaux prennent une attitude en faveur de la substantialité, qui affecte beaucoup de fois les valeurs symboliques ancestrales construit par une culture, ainsi comme les intérêts différents devant les manière de l’utilisation des terres.

35Nous soulignons que a partir de la Constitution de 1988, quand les municipes passèrent à être considérés, de fait, comme des sujets de la fédération brésilienne avec attributions, compétences, droit et devoir propres ; et à l’échelle mondiale avec une nouvelle façon d’envisager la qustion environnementale, ceci à créé une série de nouvelles situations pour les sujets de la fédération, principalement en Amazonie, parce que dans cette région l´accès aux ressources naturelles par les populations traditionnelles est encore important pour leur mode de vie.

36Si durant le gouvernement militaire les actions de contrôle exercées par le gouvernement fédéral sur l´Amazonie ,se fondèrent sur la transformation des terres appartenant aux états de la fédération en terres fédérales, dans le but d´assurer la sécurité nationale, il arrive que, de nos jours, c´est la création des Unités de conservation qui constituent un nouveau mode de contrôle territorial de la région. Différemment des actions du passé, qui furent très critiquées parce que ces actions aboutirent à l´amenuisement des principes fédératifs, à l´heure actuelle la création de ces aires ne fait pas face à des critiques, puisque leur fonction de représentation symbolique de conservation de la Nature émousse les oppositions, et on l´applaudit à l´échelle nationale et internationale. Toutefois, c’est au niveau local que les chocs se font plus durs , vu qu’ils impliquent un changement du comportement des populations traditionnelles et de leur mode de vie dans la forêt. Et ceci reste évident dans la recherche d´un équilibre entre les besoins des populations vivant en Amazonie et ceux de la société brésilienne en général, et même ceux de la population de la planète. Cela veut dire que quand le gouvernement fédéral crée des aires protégées , il retire des municipalités, du même coup, des territoires dont l´exploitation, par les populations amazoniennes, est importante pour leur survie, vu que ces populations dépendent de la cueillette, ces aires réduisant donc leur accès aux ressources naturelles .

37Dans les instances municipales, nous sommes arrivés à identifier une tentative d’organisation dans les obligations légales au travers des Secrétariats, Conseils ou Comités de l’environnement. Cependant, il est notoire qu’il manque encore beaucoup de municipes constitués de telles institutions en plus de la fragiles capacités techniques de milliers de petits municipes au Brésil, associé au contrôle des politiques locaux, comme clientélisme et népotisme, qui retardent les actions qui, de fait, puissent mettre ces municipes comme protagonistes du destin des populations locales. Nous croyons en la nécessité d’une profonde réforme des organisations politico administratives au niveau municipal, ainsi comme ajustement dans les principes fédératifs pour pouvoir tirer parti des procès de participation de la société locale définissant son destin environnemental.

Haut de page

Bibliographie

AVILA Rafael Donãte, MALEIROS Tadeu Fabrício, 2012, «O Sistema Municipal de Meio Ambiente no Brasil: avanços e desafios», Saúde Sociedade, Vol. 21, n° 3, p. 33-47.

BENCHIMOL Samuel, 1977, Amazônia um pouco-antes e além-depois, Manaus, Umberto Calderado.

BECKER Bertha Koiffamann, 1982, Geopolítica da Amazônia: a nova fronteira de recursos, Rio de Janeiro, Zahar.

BECKER Bertha Koiffamann et EGLER, Claudio, 1997, Detalhamento da metodologia para execução do zoneamento ecológico-econômico pelos Estados da Amazônia Legal, Brasília, MMA.

BECKER Bertha Koiffamann, 2005, «Geopolítica da Amazônia», Estudos Avançados, Vol. 19, n° 53, pp. 71-86.

CASTRO Iná Elias, 2005, Geografia e Política: Território, escalas de ação e instituições, Rio Janeiro, Bertrand.

CLAVAL Paul, 1979, Espaço e Poder, Rio de Janeiro, Zahar Editores.

COSTA Wanderley Messias da, 2012, Geografia Política e Geopolítica: Discurso sobre o Território e o Poder, São Paulo, EDUSP.

GONÇALVES Carlos Walter Porto, 2012, Amazônia, Amazônias. 3º ed. São Paulo: Contexto.

GOTTMANN Jean, 1952, La politique des États et leur géographie, Paris, A. Colin.

IBGE, 2016, Disponível em: <http://www.ibge.gov.br/home/> Acesso em: 14 de março de 2016.

ISA, 2016a, Instituto Sócio-Ambiental, Demarcação nos últimos seis governos. Disponível em: <https://pib.socioambiental.org/pt/c/terras-indigenas/demarcacoes/localizacao-e-extensao-das-tis> Acesso em: 12 de junho de 2016.

ISA, 2016b, Instituto Sócio-Ambiental, Localização das TI’s. Disponível em: <http://pib.socioambiental.org/pt/c/0/1/2/demarcacoes-nos-ultimos-governos> Acesso em: 10 de junho de 2016.

MOREIRA Ruy, 2001, «As Categorias Espaciais da Construção Geográfica das Sociedades», GEOgraphia, Vol. 3, n° 5, pp. 15-32.

NOGUEIRA Ricardo José Batista, 2007, Amazonas: a divisão da “monstruosidade geográfica”, Manaus: Editora da Universidade Federal do Amazonas.

ROBINSON K. W., 1961, «Sixty Years of Federation in Australia», Geographial Review, Vol. 51, n° 1, pp. 2-20.

RAFFESTIN Claude, 1993, Por uma Geografia do poder, São Paulo, Ática.

SANTOS Milton, 1988, Metamorfoses do Espaço Habitado, São Paulo, HUCITEC

SANTOS Milton, 2006, A Natureza do Espaço: Técnica e Tempo, Razão e Emoção, 4. Ed, São Paulo, EDUSP.

SCARDUA Fernando Paiva, BURSZTYN Maria Augusta Almeida, 2003, «Descentralização da Política Ambiental no Brasil. Sociedade e Estado», Brasília, Vol. 18, n° ½, p. 291-314.

TAYLOR Peter et FLINT Colin, 2002, Geografía Política: economia mundo, estado-nación y localidade, 2° ed, Madrid, Trama.

TOMIO Fabricio Ricardo de Lima, 2002, «A criação de municípios após a Constituição de 1988», Revista Brasileira de Ciências Sociais, Vol.17. n° 48, São Paulo, pp. 61-89.

VERÍSSIMO Adalberto, et al, 2011, Áreas Protegidas na Amazônia brasileira: avanços e desafios. Belém/São Paulo: Imazon/Instituto Socioambiental. Disponível em: <http://fas-amazonas.org/versao/2012/wordpress/wp-content/uploads/2013/08/Areas_Protegidas_Amazonia.pdf> Acesso em: 05 de maio de 2016.

Haut de page

Notes

1 acte de gêner, d’empêcher le déboisement de la foret.

2 Ici il est important de distinguer l’acceptation entre créer des unités de conservation et créer des terres indigènes, car celle-ci ne sont pas bien acceptées

3 Domaine bien au dessus de la moyenne régional du Sud et du Sud-ouest brésilien.

4 Les dix plus grands municipes du Brésil sont en Amazonie avec une extension totale de 68 mil à 159 mil kilomètres carrés. L’Etat de Rio de Janeiro possède 43 mil km 2

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Zones de conservation des chevauchements dans les territoires municipaux
Crédits Source : Base de données MMA – Thiago O. Neto - 2017
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4213/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ricardo José Batista Nogueira et Thiago Oliveira Neto, « Federalisme et environnement en amazonie : aires protegees comme signe d´une nouvelle geographie politique », L’Espace Politique [En ligne], 31 | 2017-1, mis en ligne le 18 avril 2017, consulté le 22 août 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/4213 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.4213

Haut de page

Auteurs

Ricardo José Batista Nogueira

Professeur
Département et du Programme de Pos-graduation en Géographie-UFAM
nogueiraricardo@uol.com

Thiago Oliveira Neto

Gradué en Géographie
Boursier CNPq en projet de recherche
thiagoton91@live.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org