Navigation – Plan du site
Varia

Litiges transfrontaliers sur le plateau des Guyanes, enjeux géopolitiques à l’interface des mondes amazoniens et caribéens1

Cross-border Disputes in the Guiana Shield: Old and New Geopolitical Issues
Gutemberg de Vilhena Silva

Résumés

Limites et frontières internationales ont toujours constitué des thèmes importants dans les études géopolitiques. Dans une perspective diplomatique, les frontières terrestres et maritimes sont en interrelation. Ces interrelations compliquent les pourparlers pour déterminer des limites, ce qui est particulièrement net dans le cas des différents pays composant le plateau des Guyanes, une région géomorphologique localisée entre les fleuves Orénoque et Amazone en Amérique du Sud. Cette région contient le plus grand espace forestier tropical continu et intact au monde, mais son sous-sol contient aussi du pétrole, de l’or, des diamants et autres ressources naturelles qui suscitent de nombreuses convoitises et accroissent les difficultés pour résoudre les litiges frontaliers hérités de la colonisation. Le présent article analyse les principaux aspects des conflits maritimes et territoriaux toujours en cours sur le Plateau des Guyanes, sous l’angle de la géohistoire et de la géopolitique. Il examine leurs causes et leurs conséquences. Il en conclut que tous les États de la région, à l’exception du Brésil, sont aux prises avec des litiges territoriaux. L’article souligne également l’importance des intérêts économiques dans la résolution de ces litiges territoriaux, car ces zones contestées, riches en ressources aiguisent l’appétit des multinationales dans le jeu géopolitique régional.

Haut de page

Notes de l’auteur

Traduction Miguel Dhenin.

Révisée par Stéphane Granger et Stéphane Rosière.

Texte intégral

  • 1 Cet article résulte d’un financement de la Coordenação de Aperfeiçoamento do Pessoal de Nível Super (...)

1La partie septentrionale de l’Amérique du Sud, principalement sa partie constituée par le Plateau des Guyanes entre Orénoque et Amazone, peut être considérée comme un angle-mort, peu connu et étudié. On y trouve les uniques territoires sud-américains ayant échappé à la colonisation ibérique : les « trois Guyanes », Guyana, Surinam et Guyane française, qui constituent ainsi une véritable interface entre monde amazoniens et caribéens. Les Guyanes sont amazoniennes par leur écosystème mais culturellement et historiquement caribéennes. Cette région a en effet constitué une extension continentale de l’économie de plantation des puissances coloniales européennes basée sur l’esclavage de populations originaires d’Afrique et dont les descendants sont désormais majoritaires (Taglioni et Cruse, 2011). Au carrefour de trois zones stratégiques (Amazonie, Caraïbe, Europe), cette région se caractérise également par la présence d’abondantes ressources minérales, alors qu’elle est le cadre de nombreuses revendications territoriales qui sont souvent la conséquence de la présence de matières premières. De fait, on peut affirmer que cette région est l’une de celles qui connaissent le plus de contestations frontalières sur le continent américain. Ces contestations et revendications mutuelles sont l’héritage d’anciennes erreurs de mesures topographiques et cartographiques et d’intérêts économiques conflictuels bien contemporains et impliquant les Etats mais aussi les firmes transnationales.

2Notre objectif est d’analyser l’origine d’une telle récurrence de conflits dans cette région du Plateau des Guyanes, et en quoi l’importance des ressources naturelles dans des zones frontalières encore mal connues constitue une entrave à leur résolution. La méthodologie de ce travail est fondée sur une analyse documentaire et bibliographique et l’actualisation de la cartographie thématique, mais aussi sur des études de terrain permettant d’affiner les catégories de litiges terrestres et maritimes. Nous nous concentrerons pour cela d’abord sur la notion de revendication territoriale (1) avant d’étudier les différents litiges frontaliers continentaux dans cette région (2) puis les litiges maritimes (3).

Cadre conceptuel et géographique : Plateau des Guyanes et notion de « revendication territoriale »

Le Plateau des Guyanes

3Situé au nord du sous-continent sud-américain, le Plateau ou bouclier des Guyanes (Carte 1) est un ensemble géologique vieux de plus de trois milliards d’années situé de part et d’autre de l’équateur et bordé par l’océan Atlantique au nord, et les fleuves Orénoque à l’Ouest et Amazone au Sud et à l’Est. D’une superficie d’environ 1,5 million de km², il est depuis les conquêtes coloniales partagé entre cinq Etats : le Venezuela (Etats de Bolívar et d’Amazonas) et le Brésil (Etats d’Amapá, Roraima et parties du Pará et de l’Amazonas) en partie, et en totalité le Guyana (ex-Guyane britannique), le Surinam (ex-Guyane néerlandaise), et la France à travers la Collectivité territoriale de Guyane.

Carte 1 – Localisation du Plateau des Guyanes

Carte 1 – Localisation du Plateau des Guyanes

Source : Lézy (2000) – Élaboration : G.V. Silva - 2017

4Cet espace compris dans le monde amazonien contient le plus grand ensemble de forêt tropicale primaire continu et intact au monde. Il constitue ainsi une zone géographique au fort potentiel écologique dans la lutte contre le réchauffement climatique, du fait de son énorme capacité à capter le dioxyde de carbone (CO2). Il contient également près de 15% des réserves d’eau douce du monde, et constitue une zone extrêmement riche pour la biodiversité (flore et faune), dont une grande partie ne se rencontre qu’à cet endroit. De plus, la région est habitée par des communautés autochtones dont la subsistance dépend des biens et des services environnementaux permis par les écosystèmes locaux, tels que l’eau, les aliments et les médicaments (PNUD, 2014).

5Cette région est en outre particulièrement riche en ressources naturelles, parmi lesquelles on note le pétrole, l’or et le diamant, mais aussi l’aluminium, la bauxite, le manganèse, le fer, le cuivre et le nickel. En dépit de cette richesse, le niveau de vie de la population locale, à l’exception de la partie française du fait des redistributions nationales et européennes, est peu élevé (cf. tableau 1).

Tableau 1 - Revenu par habitant (Amérique du Sud, France et Guyane, Int. USD)

Pays

Année 2015

Position en Amérique du Sud

Monde*

Chili

23.460

1

54

Argentine

22.554

2

55

Uruguay

21.507

3

58

Guyane**

20.851

4

-

Venezuela

16.673

5

69

Surinam

16.292

6

73

Brésil

15.615

7

76

Colombie

13.847

8

86

Pérou

12.195

9

90

Equateur

11.264

10

98

Paraguay

8.708

11

107

Guyana

7.509

12

116

Bolivie

6.465

13

121

France

41.181

14

24

Source: World Economic Outlook Database. Fonds monétaire international. Consulté le 23 Janvier, 2017

* Ce classement intègre 185 États

** Données de 2013

6Cet environnement économique peu favorable a stimulé la production et la commercialisation des drogues illicites, l’extraction illégale de minerais et une exploitation du bois sans aucun contrôle technique — et bien entendu sans prise en compte de la durabilité des ressources. Ces activités économiques informelles provoquent une pression croissante aussi bien sur les écosystèmes du plateau des Guyanes que sur les sociétés et l’économie des États concernés (PNUD, 2014). Cependant, bien que tous ces problèmes soient importants, notre analyse, comme nous l’avons déjà mentionné, se limitera aux litiges frontaliers de cette région.

  • 2 La plateforme continentale d’un Etat côtier comprend le lit et le sous-sol des régions sous-marines (...)

7De fait, sur l’extension territoriale des cinq Etats de cette région, près de 170 000 km² et plus de 36 000 km² de plateforme continentale2, sont encore l’objet de revendications non satisfaites (Tableau 2). Les délimitations remontant à la période coloniale se sont le plus souvent faites en fonction de la théorie des « frontières naturelles ». En l’occurrence, les fleuves — bien que principales voies de communication dans ces régions forestières — constituaient une limite facile à matérialiser, ils ont donc été choisis arbitrairement comme limites inter-impériales en fonction des rapports de force coloniaux (Foucher, 1988), alors que pour les populations indigènes ces fleuves étaient avant tout des voies de communication (Lézy, 2000). Au sud en revanche, la ligne de partage des eaux (atlantiques et amazoniennes) constitua rapidement une limite mutuellement acceptée avec le Brésil.

Les frontières internationales et leur contestation

8Pour le géographe Jean Gottmann, cité par M. Foucher (2007), la frontière est une ligne limitant l’espace sur lequel s’étend une souveraineté nationale. Mais M. Foucher fait remarquer comment les interactions, de part et d’autre de la frontière, relativisent cette définition. De fait, la multiplicité des acteurs (Amérindiens, colonisateurs, Noirs-marron, populations frontalières, religieux, militaires, entreprises nationales et transnationales, etc.) et leurs antagonismes sur le plateau des Guyanes, notamment dans les zones frontalières, a amené à une remise en cause des délimitations frontalières dont beaucoup n’ont jamais été acceptées par l’une des parties, ou sinon acceptées dans un premier temps avant d’être rejetées dans le cadre d’une surenchère à la coloration nationaliste. Ces remises en cause cherchent le plus souvent à profiter d’interactions frontalières illicites ayant abouti à la création de régions transfrontalières informelles, ou au contraire à y mettre fin. Précisément, l’éloignement et souvent l’accessibilité très relative de ces régions frontalières en font des angles morts par rapport à leurs espaces nationaux respectifs, de par leur sous-peuplement et leur éloignement des centres de pouvoir ou de production (Sanguin, 2007). Elles constituent ainsi de possibles entraves à l’exercice de la souveraineté étatique, comme elles peuvent donner lieu à des contestations ou des revendications de la part des Etats voisins, comme l’avait bien compris la géopolitique brésilienne des années 1960-1970, qui visait à l’intégration physique et économique des marges amazoniennes pour en éviter une éventuelle dépossession (Miyamoto, 1981).

9La détermination et la consolidation des frontières internationales passent donc par trois étapes. D’abord, la définition permise par les traités internationaux. La formalisation des limites procède de l’exercice de la souveraineté qui s’exprime en termes militaires, juridiques, bureaucratiques, économiques et idéologiques (Guichonnet et Raffestin, 1974). Or, l’aire d’action de l’Etat, rarement uniforme, implique une délimitation, à la charge des cartographes, puis une démarcation, lorsque les Etats impliqués connaissent précisément les limites de leur territoire terrestre. La position des frontières terrestres a un impact direct sur les frontières maritimes. Ainsi, le lien entre les frontières terrestres et maritimes complexifie les négociations de délimitation et sont peu propices à une résolution globale des litiges (Hoyle, 2001). Tels sont les cas des relations entre les limites intérieures et extérieures du Guyana, du Surinam et de la Guyane, le Brésil ayant de son côté résolu à son avantage les litiges le concernant, tout en ayant, comme eux mais avec plus de succès, eu recours aux arbitrages internationaux. (Van Lier, 2005 ; Menck, 2009 ; Silva, 2013ab).

10La revendication territoriale est entendue comme la volonté d’un État de récupérer une portion d’espace, qu’il soit terrestre ou maritime, aux dépens d’un autre État, suite à des délimitations non acceptées. Les revendications territoriales sur le Plateau des Guyanes impliquent quatre États : Venezuela, Guyana, Suriname et France (cette dernière à travers la Guyane) et concernent une population de plus de 3 millions d’habitants (soit 10,68% de la population totale de ces 4 territoires, voir Tableau 2).

Tableau 2 – Données des États du plateau des Guyanes connaissant des litiges territoriaux

Informations

Venezuela (Etats de Bolívar et d’Amazonas)

Guyana

Suriname

Guyane (France)

Total

Capitale

Caracas

Georgetown

Paramaribo

Cayenne

---

Population totale (2016)

31 925 705

770 610

547 610

275 688

33 519 613

% Population urbaine

88,5 %

30,2 %

66,6 %

82,3 %

66,90% (moyenne)

Population sur le Plateau des Guyanes (2011)

1 725 120

747 884

541 638

239 849

3 254 491

superficies (km²)

916 445

214 999

163 820

83 534

1 379 445

Extension des limites territoriales sur le Plateau des Guyanes (km)

Avec le Brésil 2.199 ; avec le Guyana 743

Avec le Brésil 1.606 ; avec le Venezuela 743 ; avec le Suriname 600

Avec le Brésil 593 ; avec le Guyana 600 ; Avec la Guyane Française 510

Avec le Brésil 730 ; avec le Suriname 510

6 981

Superficie des territoires revendiqués (km²)

Essequibo :

159 500 km²

0

11 000

approx. 5 000

170 500

Superficie des espaces maritimes contestés

--

36 000

36 000

--

64 000

Ressources dans la région revendiquée

Pétrole

Pétrole (Mer des Caraïbes) ; or, fer, cuivre, manganèse, nickel, mica (Essequibo) ; aluminium, bauxite, or et probablement diamant (TNR)

Pétrole, Or, Bauxite

Or 

---

Sources : Ramjad (2002) ; Donavan (2003) ; Domínguez et al. (2003) ; Egger (2009) ; Statistics Guyana ; INE, Venezuela ; Algemeen Bureau voor de Statistiek, Suriname ; INSEE, Recensement de la population ; http ://www.geohive.com/entry/guyana.aspx; http ://www.geohive/entry/venezuela.aspx; http ://www.geohive.com/entry/suriname.aspx ; http://www.worldometers.info/​population/​countries-in-latin-america-and-the-caribbean-by-population/​
Organisation propre

11Les États impliqués dans ces litiges ne sont pas en guerre les uns contre les autres et cherchent au contraire à résoudre leurs différends territoriaux sans recours à un conflit militarisé (Hensel et Tures, 1997). C’est, pour le moment, ce qui caractérise les litiges non encore résolus sur le plateau des Guyanes.

12Ces litiges ont pour première origine les difficultés techniques et logistiques pour parcourir la dense forêt amazonienne au moins jusqu’au XXe siècle. Les conflits dans cette région ont impliqué le Portugal, l’Espagne, la France, les Pays-Bas et la Grande-Bretagne, c’est-à-dire tous les pays ayant participé à la colonisation des Amériques. On trouve ainsi sur une grande partie du plateau, à l’exception du Venezuela et du Brésil, les seuls pays d’Amérique du Sud dont la langue officielle n’est ni le portugais ni l’espagnol, mais l’anglais (Guyana), le néerlandais (Suriname) et le français (Guyane).

13Pendant longtemps, les litiges territoriaux ont été traités directement entre les colonisateurs, mais sans que ceux-ci parviennent à un accord final sur leurs limites internationales. Des auteurs comme Akehurst (1987), Levi (1991, cités par Hensel et Tures (1997), montrent que la majorité des disputes interétatiques ont été résolues par la négociation directe entre les parties impliquées, sans l’aide de tiers. Cependant, comme nous le verrons dans le cas des litiges entre le Venezuela et la Guyana, et entre celui-ci et le Suriname, l’absence d’interventions extérieures dans les négociations bilatérales a longtemps empêché une résolution mutuellement acceptable et pérenne.

14L’abondance des ressources naturelles dans les zones contestées et le relativement faible niveau de développement humain déjà mentionné expliquent l’importance des motivations économiques dans les litiges contemporains. Nous analyserons donc ces revendications territoriales sur le plateau des Guyanes (Carte 2), avec comme fil conducteur la géopolitique et la géohistoire. Sous l’angle géopolitique, nous évaluerons les stratégies et les principales motivations qui animent la relation entre espace et pouvoir (Becker, 2005 ; Dussouy, 2010 ; Gabriel-Oyhamburu, 2010). Sous l’angle de la géohistoire, nous revisiterons les différentes étapes et trajectoires qui aboutirent à la configuration territoriale actuelle (Braudel, 1997 ; Jacob-Rousseau, 2009).

Carte 2 - les litiges du Plateau des Guyanes

Carte 2 - les litiges du Plateau des Guyanes

Les revendications continentales

Le cas de l’Essequibo

  • 3 Robert Hermann Schomburgk est né à Fribourg (Allemagne), mais a servi la Couronne Britannique comme (...)

15Le Venezuela affirme que la frontière « naturelle » avec le Guyana est formée par le fleuve Essequibo, et non par la ligne Schomburgk3 (Carte 2), tracée en 1844 et présentée en 1886 par le Royaume-Uni comme la frontière internationale. En 1899, l’arbitrage des Etats-Unis aboutit à des concessions bilatérales permettant une démarcation réalisée en 1905 (Cabrera Sifontes, 1970 ; Paúl, 1983 ; 2005 ; Donavan, 2003, Martínez, 2011), mais aboutissant à la perte pour le Venezuela d'un territoire d'environ 160 000 km², et surtout de plus de 200 kilomètres de côtes ouvertes sur l'Océan Atlantique, ce qui n’allait pas être sans conséquence par la suite du point de vue du droit maritime et de l’exploitation des ressources (Pouyllau, 1982). Le territoire perdu puis revendiqué appartenait à la Capitainerie générale du Venezuela avant l’indépendance de ce pays, le 19 avril 1810, qui fut suivie de modifications issues de traités et rapports d’arbitrages sans vices de forme (Hensel et Tures, 1997 ; Venezuela, 2000).

16En 1954, lors de la 10ème Conférence Interaméricaine tenue à Caracas, le Venezuela relança sa revendication sur l’Essequibo, considérant nulle la décision arbitrale rendue en 1899. Certes, des revendications vénézuéliennes s’étaient déjà manifestées avant cette date, mais dès lors, pour des raisons économiques liées à la découverte de réserves de pétrole, ce litige prit une tournure récurrente. En 1968, le gouvernement vénézuélien décida par décret d’exercer sa souveraineté maritime (9 milles d’eaux territoriales, suivant la législation de l’époque) jusqu’à la ligne formée par le fleuve Essequibo (Cairo Carou et Lois, 2014). En 1970, après avoir occupé l’île d’Anacoco, du côté guyanien du fleuve frontalier Cuyuni, il signa pourtant un traité avec le Royaume-Uni par lequel il s’engageait à respecter l’indépendance du Guyana, survenue en 1966, et son intégrité territoriale. Il faut dire que la donne avait changé avec l’indépendance de la Guyane britannique : ce n’était plus à une puissance impérialiste (le Royaume-Uni) que s’opposait dès lors le Venezuela, mais à un jeune État dans la mouvance des non-alignés, ce qui lui ôta le soutien de nombre de pays du « Tiers-Monde » (Pouyllau, 1982). Cependant, en dépit de cette signature, le Venezuela, revendique toujours le contrôle sur l’Essequibo.

17La région de l’Essequibo est peu peuplée, avec 107 500 habitants sur les 747 000 que compte le pays (Tableau 2). La majorité des habitants sont des orpailleurs ou des autochtones qui vivent dans les savanes du sud-est du Rupununi, région qui fit d’ailleurs l’objet en 1969 d’une tentative de sécession dans laquelle le Venezuela aurait été impliqué, sans que cela fût prouvé. Mais cette région compte surtout de nombreuses ressources naturelles puisque l’on y trouve des concentrations importantes d’or, de cuivre, de minerai de fer et de nickel, de diamants et de manganèse en quantité suffisante pour une exploitation commerciale. Le gouvernement du Guyana a commencé à exploiter le pétrole à l’intérieur des terres avec l’aide de la Guyana Oil Company (Donovan, 2003).

  • 4 La forme la moins intrusive de participation de tiers implique des tentatives pour faciliter la com (...)

18Pour tenter de régler ce litige persistant, les ministres des Affaires étrangères des deux pays acceptèrent en avril 1990, la méthode des « bons offices »4, en désignant l’Organisation des Nations Unies comme arbitre. Depuis, les représentants des deux gouvernements se réunissent fréquemment sous la médiation de l’ONU. Une visite historique de Janet Jagan, la présidente du Guyana, eut lieu au Venezuela en 1998, permise après qu’elle eût accepté, en accord avec le président vénézuélien de l’époque, Rafael Caldera, le principe de la poursuite du dialogue bilatéral pour résoudre le litige territorial de manière pacifique (Cairo Carou et Lois, 2014).

19Mais la nouvelle constitution vénézuélienne élaborée après la victoire d’Hugo Chávez aux élections de 1998 ne laissait pas augurer d’avancées diplomatiques avec le Guyana, puisque ce document contenait plusieurs passages à caractère revendicatif (Venezuela, 2010), même si le président Chávez exonérait le Guyana de la responsabilité du litige. La réactivation de ce litige était aussi, pour le Venezuela, outre une réaction à l’humiliation et au complexe qui avaient suivi l’arbitrage initial, un prétexte pour se poser parmi les leaders des contestataires de l’ordre mondial actuel.

  • 5 L’entreprise a son siège à Dallas, et fut créée en 1997 par l’industriel Andrew Beal, pour développ (...)

20Ainsi, lorsque le Guyana concéda, en 1999, environ 100 000 hectares à Beal Aerospace5, une entreprise siégeant à Dallas (Texas), pour installer une base de lancement de satellites dans la région de l’Essequibo, le gouvernement vénézuélien s’y opposa et, comme mesure de rétorsion, annonça son intention d’exploiter le pétrole dans la région contestée (Donovan, 2003).

21Au début des années 2000, le problème de la délimitation entre le Venezuela et le Guyana fut à l’origine de plusieurs incidents diplomatiques. En juin 2000, la Force de Défense du Guyana appréhenda dix bateaux de pêche vénézuéliens dans sa zone économique exclusive (ZEE). D’autres furent appréhendés en 2002 sans que cela n’occasionne de tensions majeures entre les deux pays (Hoyle, 2001 ; Griffith, 2003). Au contraire, à la surprise générale, le président vénézuélien fit une visite d’Etat au Guyana en 2004, ce qui, sans permettre de résoudre ce conflit, contribua à renforcer momentanément la confiance mutuelle. Cependant, l’embellie fut de courte durée : en 2007, les forces armées vénézuéliennes menèrent une incursion dans la zone frontalière litigieuse, ce qui relança le conflit. Les négociations reprirent en 2011, suite à la réclamation du Guyana devant les Nations Unies d’étendre sa plateforme continentale à 150 milles, ce qui concernait le territoire revendiqué par le Venezuela (Cairo Carou & Lois, 2014). De fait, ce contentieux territorial empêche la délimitation de la frontière maritime et paralyse ainsi la prospection pétrolière (Hoyle, 2001). Le problème de la délimitation des frontières maritimes est donc profondément imbriqué avec celui des frontières terrestres.

22Depuis la mort d’Hugo Chávez en 2013 et la méthode des « bons offices » assumée par les Nations Unies, la diplomatie régionale du Venezuela connaît de nouvelles avancées, mais du fait de l’importance de ce conflit territorial, il est difficile d’en prévoir des scénarios objectifs à moyen terme.

23Davis (2002) envisage ainsi trois scenarios géopolitiques. Le premier est une impasse à moyen terme, sans aucune résolution du problème, avec stabilisation et sans incursions militarisées dans le secteur contesté. Le deuxième scénario est que, profitant de la fragilité économique du Guyana (c’est le deuxième Etat le plus pauvre d’Amérique du Sud, après la Bolivie), le Venezuela pourrait trouver un prétexte pour prendre par la force le contrôle du territoire litigieux. La troisième possibilité est que les deux Etats travaillent ensemble pour trouver une solution durable et mutuellement satisfaisante pour ce conflit frontalier. Nous pourrions ajouter une quatrième sortie à celles proposées par Davis : les deux pays s’en remettraient à la méthode des « bons offices » sous la houlette des Nations Unies pour la résolution définitive de ce litige. Le problème est que, si le Venezuela obtenait gain de cause, le territoire perdu par le Guyana équivaudrait à plus de la moitié du pays, ce qui entraverait considérablement sa capacité de développement.

24A court terme, le statu quo se poursuivra vraisemblablement, mais cette situation sera insoutenable à long terme, surtout du fait de dépendance du Venezuela aux exportations pétrolières et de la demande croissante en pétrole sur les marchés internationaux, qui va nécessairement accroitre la pression pour en commencer l’exploitation dans la zone litigieuse. De plus, comme le souligne Valero pour le cas vénézuélien (2011), les changements politiques provoqueront toujours des tensions tant qu’il y aura une incertitude concernant la zone contestée, d’autre part si les deux pays se sont souvent fermement positionnés en faveur de solutions pacifiques, parallèlement, dans les hautes sphères gouvernementales respectives, on insiste encore fréquemment sur la réaffirmation des droits territoriaux de façon agressive.

  • 6 OTCA : Organisation du Traité de Coopération Amazonien dont sont membres depuis 1978 les huit Etats (...)

25L’impasse sur ce litige se reflète dans leurs relations transfrontalières : actuellement, la traversée de la frontière est impossible. Aucune route ne relie les deux États – ceux-ci sont en revanche chacun reliés au Brésil (Etat de Roraima) – ce qui provoque une rupture dans la continuité littorale de la liaison routière « transguyanaise » (carte 3), et l’approche de la frontière est interdite aux chercheurs comme aux habitants des deux pays. Cette frontière terrestre fermée symbolise l’ampleur de la tension dans cette région du plateau des Guyanes, alors que les deux Etats sont membres d’instances communes comme l’OTCA, l’AEC, l’UNASUL et maintenant la CELAC6.

Carte 3 - les interactions frontalières sur le Plateau des Guyanes

Carte 3 - les interactions frontalières sur le Plateau des Guyanes

26Le litige guyano-vénézuélien représente ainsi le troisième conflit en importance dans le sous-continent après ceux impliquant le Chili et la Bolivie et le Pérou et l’Equateur, mais il est le premier pour la superficie contestée par rapport à la superficie totale du pays (Foucher, 1988). Or, il n’est pas le seul concernant le Guyana.

Le cas du Triangle de la New River

  • 7 Appelé aussi « Corantijn », en néerlandais, ou « Corentyne », « Corentin », « Corentyn », « Korenty (...)

27L’expression Triangle de la New River désigne une aire d’environ 6 000 km² située au Guyana mais revendiquée cette fois par le voisin oriental, le Suriname, sur la triple frontière entre le Brésil au sud, le Suriname à l’est et le Guyana à l’ouest (Carte 2). Le territoire litigieux doit son nom à la rivière New River, affluent principal du Corentyne7 et qui sert de support à la frontière internationale (cf. Carte 2 et 3).

28La frontière terrestre entre les Guyanes britannique et néerlandaise fut définie en 1799 par les autorités coloniales de Grande-Bretagne et des Pays-Bas le long de la rive ouest du fleuve Corentyne. La fixation de la frontière sur la rive et non au milieu du fleuve permettait aux Néerlandais de contrôler tout le trafic sur le Corentyne, aspect important quand l’on sait que, dans cette région, les cours d’eau sont les principales voies de communication (Lézy, 2000 ; Gao, 2009). Au sud du Corentyne, la rivière Kutari constituait, jusqu’en 1921, la limite historique entre les colonies britanniques et néerlandaises. Mais, en 1926, les Néerlandais conclurent que la New River était l’affluent principal du Corentyne et y déplacèrent en conséquence la frontière internationale au détriment de la Kutari, incorporant plus de 6 000 km² à leur territoire. En 1930, un accord rétablissait la rivière Kutari mais le déclenchement de la Seconde Guerre Mondiale en 1939 en empêcha l’officialisation. Les discussions ne reprirent qu’en 1962, et les Néerlandais réclamèrent à nouveau la New River comme frontière internationale (Joseph, s/d ; Donovan, 2003, 2005).

29Après l’indépendance du Guyana, en 1966, le principe de la ligne équidistante à partir du cours du fleuve Corentyne fut utilisé pour déterminer la position de la frontière internationale. Cependant, les tentatives néerlandaises pour contrôler ce territoire s’intensifièrent dans les années 1960, notamment au moyen des forces armées (Ramraj, 2002). Ce n’est qu’en 1969 que les troupes du Guyana réussirent à occuper avec succès le Triangle de la New River (Gao, 2009). Mais quand le Suriname obtint son indépendance en 1975, un des volets de sa diplomatie fut de réaffirmer son intérêt pour cette région (Ramraj, 2002).

30La probabilité d’un conflit armé était cependant faible, surtout du fait des initiatives de coopération régionale lancées dans les années 1980. En 1986, par exemple, fut créé le Conseil de Coopération Guyana-Suriname, pour stimuler le développement économique, d’autre part, Guyana et Surinam sont tous deux membres du marché commun de la Caraïbe, le CARICOM, ainsi que, comme le Venezuela, d’organisations plus politiques comme l’AEC, l’OTCA et l’UNASUL précédemment vus.

31Mais les tensions se ravivèrent quand, dans les années 1990, le Suriname commença à publier des cartes officielles montrant la région revendiquée comme faisant partie de son territoire (cf. Suriname, 2010 ; 2013). Le gouvernement du Guyana considéra cela comme une provocation. Aussi ce conflit, qui constitue une menace supplémentaire sur l’intégrité territoriale du Guyana, n’est toujours pas résolu (Donovan, 2005).

32Aujourd’hui, ce territoire contesté est peuplé d’environ 5 000 personnes, Amérindiens et Noirs-Marrons (descendants des esclaves ayant fui les dominations coloniales hollandaise et britannique), qui exercent en majorité des activités de prospection d’or et de diamants, en se déplaçant de manière intermittente à travers la région. On y trouve en effet des ressources minérales en abondance comme la bauxite, des métaux précieux comme l’or, et des réserves de pétrole (Ramraj, 2002), ainsi que des présomptions de présence d’or et de diamants dans tout l’intérieur. Le gouvernement du Guyana concéda alors à la Malaysian Corporation, au début des années 2000, l’exploitation du bois sur 500 000 hectares. Par ailleurs, le Suriname et le Guyana ont, tous deux, incité les orpailleurs individuels à s’aventurer dans l’aire disputée pour y prospecter (Donovan, 2003).

33En 1997, le gouvernement du Guyana garantit le financement par la Banque Mondiale d’une politique environnementale protectrice et de réduction du dioxyde de carbone dans l’atmosphère dans une région incluant le Triangle de la New River, réaffirmant ainsi sa souveraineté sur ce territoire vis-à-vis de la communauté internationale. Le fleuve Corentyne et les rivières Kutari et New River ont une capacité hydroélectrique quasiment illimitée. Un projet d’usine hydroélectrique prêté au gouvernement du Guyana avorta du fait des obstacles géomorphologiques et topographiques, mais aussi en raison de la distance entre l’aire litigieuse et les principales villes du Suriname qui sont toutes côtières (Donovan, 2003). Actuellement, le gouvernement du Suriname ne montre pas de volonté visible d’occuper et d’exploiter le Triangle de la New River, même si, comme nous l’avons montré, il présente cette région comme relevant de sa souveraineté. Cette position est d’ailleurs confortée par le fait que certaines organisations internationales et non des moindres, comme l’ONU, publient des cartes montrant cet espace comme appartenant au Suriname.

34Par ailleurs, le Surinam a intégré en 2012 l’Alliance Bolivarienne pour l’Amérique Latine (ALBA), association politique d’Etats se réclamant de l’anti-impérialisme, tels le Venezuela, la Bolivie, l’Equateur ou encore le Nicaragua, créée en 2005 à l’initiative du président vénézuélien Hugo Chávez dans le but notamment de contrecarrer l’influence états-unienne dans la région. Le Guyana se retrouve ainsi enserré entre deux Etats implicitement alliés, mais peut compter sur un soutien plus ou moins tacite du Brésil, soucieux d’éviter de son côté une trop forte influence du Venezuela dans une zone qu’il considère sensible pour l’interface qu’elle constitue avec le monde caribéen et les nombreux flux illicites qui en résultent (Granger, 2016).

Le cas des affluents de la rivière Lawa

35Le Suriname est par ailleurs engagé dans un autre litige territorial, avec la France, à laquelle il réclame la souveraineté sur un espace de 5 000 km², situé entre les rivières Litani (ou Itany) et Marouini, tous deux affluents de la rivière Lawa, principal collecteur du fleuve Maroni, qui forme la frontière avec la Guyane Française. Ce problème frontalier remonte au XVIIIe siècle. Le cours de la rivière Lawa ainsi que ses affluents ont été ignorés pendant longtemps, mais depuis les trois dernières décennies du siècle passé, les avancées des techniques cartographiques ont permis de mieux les connaître.

36Au XVIIIe siècle, la France et les Pays-Bas cherchèrent, conformément aux conceptions de l’époque, un élément naturel pour fixer leur frontière. Le fleuve Maroni fut choisi lors du Traité d’Extradition réciproque des Déserteurs, conclu en 1770 entre les gouvernements respectifs (Griffith, 2003). Au siècle suivant, le cours du fleuve devenant mieux connu grâce aux explorations réalisées systématiquement dans l’intérieur des deux colonies et à la découverte d’or dans la zone frontalière, le problème de la détermination de l’affluent principal du fleuve Maroni en amont se posa à nouveau. Le Tsar de Russie Alexandre III fut choisi comme arbitre pour choisir entre les rivières Lawa et Tapanahoni. Sa sentence, après 12 jours (du 13 au 25 mai 1891 définit la rivière Lawa comme limite, attribuant ainsi aux Pays-Bas 60.000 km² de terres riches en ressources minérales, surtout en bauxite : à l’époque, cette région était considérée comme en possédant un des plus grands gisements au monde (Annuaire Français de Droit International, 1956).

37Cependant le gouvernement français continua de revendiquer la rivière Litani. Divers projets de convention furent élaborés successivement entre les deux pays, en 1905 et 1912, dont une, signée en 1915 fixait une démarcation partielle sur le fleuve Maroni, entre les îles Soteilman et Portal (Annuaire Français de Droit International, 1956).

  • 8 Le mot « crique » désigne ici un bras d’un cours d’eau anastomosé.

38En octobre 1938, de nouvelles propositions furent présentées au gouvernement néerlandais, qui les accepta après de longues négociations. La limite internationale fut alors placée sur la crique Coulé-Coulé8, entre les rivières Litani et Lawa, en amont de l’île Soteilman, et au sud du bas Maroni sur le talweg du fleuve. Sur la base des propositions françaises, l’Institut Géographique National montra temporairement en 1938 cette frontière sur ses cartes, que le gouvernement néerlandais ne ratifia jamais, pas plus que les recherches effectuées par l’Institut de Recherche Scientifique et Technique de l’Outre-Mer (IRST-OM) en 1957, sur le cours supérieur des rivières Marouini et Litani, déterminant le Litani comme affluent principal du Lawa (Annuaire Français de Droit International, 1956).

  • 9 Projet inscrit dans le cadre des programmes Interreg, programmes européens consacrés à la coopérati (...)

39Le nouveau gouvernement du Suriname qui s’installa à l’indépendance de ce pays en 1975 reprit la position néerlandaise. Cependant, en 1997, il accepta la position française en échange d’une collaboration financière pour son développement, mise en place avec les investissements du Fond de Coopération Régionale (FCR) français ainsi que de l’Agence Française de Développement. Depuis 2008, il participe en outre au Programme Opérationnel Amazonie (POA), un projet communautaire européen tourné vers le développement économique de la Guyane et de ses territoires frontaliers9, auquel participe également le Guyana depuis 2014 (Union Européenne, 2007 ; Silva, 2013a ; Granger, 2016).

40Les accords récents sur les limites internationales entre le Suriname et la France attendent encore leur ratification définitive. Mais l’actuel président du Surinam Desi Bouterse, considéré persona non grata notamment par les gouvernements états-uniens et néerlandais pour son implication supposée avec le narcotrafic mondial, recherchant l’appui de la France, l’on peut affirmer que ce litige est désormais pratiquement réglé. Cependant, à l’instar du Venezuela avec la région de l’Essequibo, les cartes surinamiennes montrent bien la région réclamée à la France comme relevant du Surinam.

41L’extension de la frontière entre le Suriname et la France, de fait, se caractérise aujourd’hui par un fort contraste entre les modèles urbains des villes frontalières, à l’image des deux plus importantes, Albina du côté surinamais et Saint-Laurent du Maroni du côté français, qui connaissent également une forte porosité (Photo 1).

Photo 1 - des interactions nombreuses mais le plus souvent informelles, une intégration frontalière encore balbutiante : vues des villes frontalières d’Albina (Suriname) et Saint-Laurent (Guyane).

Photo 1 - des interactions nombreuses mais le plus souvent informelles, une intégration frontalière encore balbutiante : vues des villes frontalières d’Albina (Suriname) et Saint-Laurent (Guyane).

Source : Silva, travail de terrain, 2014

42Les deux pays exigent un visa d’entrée, mais la circulation des personnes et des marchandises entre les villes mentionnées ne présente pas de problèmes apparents. D’ailleurs, le Suriname a récemment remplacé le visa touristique de courte durée par une simple carte touristique dont l’obtention est très aisée pour les ressortissants français. Il y a de fait une claire dépendance économique du côté surinamien, qui a besoin des touristes guyanais et de leurs précieux euros, alors que beaucoup de produits commercialisés du côté français proviennent clandestinement du Suriname, où les coûts sont nettement moindres, au moyen de petites embarcations circulant de part et d’autre de la frontière. Si on y ajoute l’orpaillage illégal en Guyane par des garimpeiros brésiliens passés par le Surinam où l’accès leur est facilité du fait de l’absence de visa, UNASUL oblige, cela fait de cette région une véritable région transfrontalière informelle faisant fi, le plus souvent, des contrôles douaniers et policiers (Photo 1, Carte 3).

43La contestation des limites territoriales sur le plateau des Guyanes est donc un marqueur important pour les pays concernés. Mais outre ces litiges, d’autres concernent la souveraineté maritime. Les littoraux guyanais ont acquis une dimension nouvelle à la suite des découvertes de réserves de pétrole dans la région, et tensions et arrangements géopolitiques ont particulièrement agité les relations diplomatiques entre le Guyana et le Suriname ces dernières années, ce qui est l’objet de la section suivante.

Les revendications maritimes

44Les revendications maritimes forment aujourd’hui le plus grand nombre de cas de litiges de démarcation entre les États ; en effet, sur 400 frontières maritimes répertoriées seules 50% sont basées sur des accords bilatéraux (Brunet-Jailly, 2015, p.xvii). Illustrant cette situation, les États du plateau des Guyanes sont tous concernés par des contestations de délimitation de leurs territoires maritimes (Carte 2)

45Parmi ces revendications maritimes dans cette région, on peut citer celle qui implique tout l’espace maritime entre le Guyana et le Suriname. L’espace maritime contestée entre ces deux pays est situé dans la Baie de Guyana, au large de l’estuaire du Corentyne. Il s’agit d’une région encore sous-exploitée de la plateforme continentale de l’Amérique du Sud qui s’étend du Venezuela jusqu’au Suriname, dans le prolongement de l’estuaire du Corentyne (Carte 4). Cette zone est géographiquement proche d’importants producteurs de pétrole des Caraïbes comme Trinidad-et-Tobago, et des forages ont été réalisés avec succès dans toute cette région par de grands consortiums pétroliers, comme Exxon, Agip et Burlington (Donovan, 2003).

Carte 4 – Réserves de Pétroles et Concessions maritimes au large du Guyana et du Suriname

Carte 4 – Réserves de Pétroles et Concessions maritimes au large du Guyana et du Suriname

46Le Suriname revendique une extension de sa plateforme continentale jusqu’au méridien 10° Est, alors que celle du Guyana atteint le 33° Est, comme indiqué sur la carte ci-dessus, ce qui provoque donc un litige sur une aire maritime de 31 600 km² (Tableau 2). Aussi est-ce entre ces deux Etats que survinrent les plus graves incidents de frontières de la région : en 1978, faute d’accord de frontière maritime, des chalutiers surinamiens furent arraisonnés par des canonnières guyaniennes alors que, en 2000, se produisit la situation inverse (Hoyle, 2001). En 1936, les Pays-Bas et le Royaume-Uni avaient constitué une commission mixte pour démarquer la frontière terrestre entre leurs colonies respectives, mais la Seconde Guerre mondiale empêcha la ratification du traité proposé par les Britanniques en 1939.

  • 10 Tout Etat a le droit de fixer la largeur de ses eaux territoriales jusqu’à une limite ne dépassant (...)

47Dans les années 1950, alors que le gouvernement britannique se lançait dans l’aventure du pétrole, Néerlandais et Britanniques acceptèrent le principe d’une démarcation en conformité avec le principe d’équidistance défini par la Convention des Nations Unies de 1958. De nouvelles propositions britanniques en 1961 proposaient : 1°) la souveraineté néerlandaise sur le Corentyne ; 2°) une ligne de 10° Est pour la délimitation des espaces maritimes10 et 3°) la souveraineté britannique sur le Triangle de la New River – trois aspects reprenant les propositions des deux commissions de 1936 (Hoyle, 2001). Le gouvernement néerlandais émit alors une contreproposition l’année suivante et décida d’accepter l’amont du Corentyne comme frontière. Pour lui, la frontière devait suivre une ligne avec un azimut réel de 10° Nord depuis le point 61 fixé en 1936 (point final du talweg), ce qui provoqua un retour au point de départ dans les négociations sans que les puissances coloniales aient pu s’accorder sur leur frontière commune. Le statu quo perdura après les indépendances.

48Une nouvelle donnée est apparue avec la signature en 1982 de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, dite Convention de Montego Bay, traité multilatéral qui définit de nouvelles règles du droit international de la mer dont l’instauration des zones économiques exclusives (ZEE) et de la notion juridique de plateau continental, la création du Tribunal International du Droit de la Mer (TIDM), compétent pour juger les controverses relatives à l’interprétation et à l’application du traité (ONU, 1982), entre autres. Le rôle du TIDM fut ainsi primordial dans le cas de revendications territoriales maritimes comme celles concernant le plateau des Guyanes.

49Le litige est en effet devenu de plus en plus sensible avec la découverte de réserves pétrolières dans la zone contestée. En juin 2000, une étude de l’United States Geological estimait que le potentiel de ressources au large de l’estuaire du Corentyne était de 15,2 milliards de barils de pétrole, ce qui ferait de cette région la seconde zone pétrolifère au monde. Si ce potentiel se vérifiait, elle en deviendrait même la plus productive. Des recherches réalisées par la CGX, entreprise située à Toronto (Canada), estimèrent que le facteur de risque (probabilité d’avoir un pétrole viable commercialement) au large de l’estuaire du Corentyne tournait autour de 35% (Donovan, 2003). Les autorités du Guyana proposèrent alors de partager les recettes générées par les concessions situées dans l’aire disputée entre les deux Etats. Cependant, le Suriname a fermement maintenu son exigence que le Guyana n’accordât pas de licence à CGX Incorporated, obtenant même par des pressions le départ de cette entreprise (Tanaka, 2007).

Carte 5 – Dernière définition des limites maritimes entre le Guyana et le Suriname. Source : Cour internationale de Justice de La Haye, sentence, 2007, p.181.

Carte 5 – Dernière définition des limites maritimes entre le Guyana et le Suriname. Source : Cour internationale de Justice de La Haye, sentence, 2007, p.181.

50Le 24 février 2004, du fait des faibles avancées dans les négociations diplomatiques (échec d’une médiation du CARICOM), le Guyana a sollicité l’arbitrage des Nations-Unies sur la ligne de délimitation, conformément aux termes de l’Annexe VII de la Convention des Nations Unies sur le Droit de la Mer (ONU, 2014). Il réclama également des réparations pour les menaces d’usage de la force par le Surinam et pour la non-attribution de la concession à la société canadienne CGX en 2000 (Tanaka, 2007).

51Après audience, la sentence du Tribunal, rendue le 17 septembre 2007, se divisait en trois parties : délimitation des eaux territoriales jusqu’à 3 milles nautiques ; délimitation des eaux territoriales entre 3 et 12 milles nautiques, et délimitation de la plateforme continentale et de la ZEE, dont la carte 5 ci-dessus montre l’état le plus récent, donnant raison au Guyana mais rejetant sa demande de réparations faute d’un préjudice avéré. Ce jugement confirmait ainsi la validité juridique de l’approche de l’équité correctrice pour les délimitations maritimes, enrichissant ainsi la jurisprudence relative à cette question (Tanaka, 2007). Mais les deux pays doivent encore confirmer et ratifier la sentence de l’ONU, alors que la sentence semble toujours mal acceptée au Surinam.

52Ce type de résolution de litige territorial illustre le quatrième scénario exposé précédemment, dans lequel deux Etats respectent la décision d’un organisme international pour démarquer leur frontière. Mais le Guyana se trouverait là encore dans une situation délicate s’il venait à perdre dans ce litige s’ajoutant aux autres précédemment étudiés. .

53La difficile circulation transfrontalière entre le Guyana et le Suriname est la conséquence directe des tensions diplomatiques entre les deux Etats découlant de ces revendications maritimo-territoriales. Il n’est possible de traverser aisément la frontière internationale qu’à l’aide d’un ferryboat reliant les villes de Nieuw Nickerie (Suriname) et Skeldon (Photo 2). La ville de Springland, à côté de Skeldon, s’est transformée en cité-dortoir pour les orpailleurs brésiliens et en point d’appui aux véhicules qui vont vers Georgetown, la capitale du Guyana. La situation est très différente de Nieuw Nickerie, troisième plus ville la plus peuplée du Suriname dans une région grande productrice de riz, un des principaux produits de consommation et d’exportation du secteur primaire du Suriname.

Photo 2 – Les tensions frontalières retardent l’intégration régionale voulue par l’UNASUL, comme le montrent ces images de la frontière entre Guyana et Suriname.

Photo 2 – Les tensions frontalières retardent l’intégration régionale voulue par l’UNASUL, comme le montrent ces images de la frontière entre Guyana et Suriname.

Source : Silva, travail de terrain, 2014.

  • 11 Initiative pour l’Intégration Régionale Sud-Américaine, vaste programme d’infrastructures de commun (...)
  • 12 Par opposition à la Panaméricaine Pacifique, longeant les Andes sur le littoral occidental de l’Amé (...)

54On observe cependant, là encore, une grande mobilité des orpailleurs des deux côtés de la frontière (Carte 3), mais la circulation transfrontalière est fortement menacée par les tensions diplomatiques et retarde ainsi l’intégration régionale proposée par l’UNASUL, à laquelle appartiennent tant le Guyana et le Surinam que le Venezuela, et qui insiste sur la nécessité de régler les problèmes dans cette région. Le projet IIRSA11 prévoit ainsi des ouvrages d’infrastructure pour faciliter la circulation des marchandises sur la route Transguyanaise, appelée à devenir une route « Panaméricaine atlantique12 ».

55On peut d’ailleurs mentionner, toujours dans cet ordre d’idées, que le Surinam continue de contester sa frontière maritime avec la France, la revendication portant sur l’angle à partir duquel a été tracée la limite des ZEE respectives à partir de l’estuaire du Maroni, que le Surinam voudrait revoir à son avantage. La superficie concernée est très faible, mais la zone est riche en ressources halieutiques, d’autant plus que la France vient de demander à l’ONU une extension de son plateau continental. De fait, plusieurs navires de pêche surinamiens ont été arraisonnés par la Marine française dans les eaux revendiquées, mais les négociations se poursuivent actuellement dans un sens favorable à une solution équilibrée, et ne remettent pas en cause les accords de coopération existants13.

Conclusion

56Limites et frontières internationales constituent des points de réflexions importants en géopolitique et en géohistoire, et nous venons d’analyser ici des exemples significatifs : tous les Etats mentionnés dans cet article sont concernés par des litiges territoriaux, dont l’essence est principalement liée aux gains ou pertes économiques qu’amènerait une annexion ou une amputation.

57Deux grands fronts de litiges concernent les pays du plateau des Guyanes : l’espace continental (Essequibo, Triangle de la New River et Lawa) et l’espace maritime (essentiellement la plateforme continentale comme dans le cas du litige guyano-surinamien). Dans les deux cas, la dimension économique est fondamentale, notamment depuis que dans la seconde moitié du XXe siècle le pétrole acquit une importance primordiale dans la géopolitique internationale et devint un objet de convoitise pour les grandes entreprises du secteur qui travaillent sur le plateau des Guyanes. Deux autres minerais ont par ailleurs également eu une grande importance dans la géohistoire et la géopolitique régionale : l’or et la bauxite. Ainsi, à la perte éventuelle d’un territoire s’ajouterait celle des ressources existantes ou potentielles, notamment si l’on considère les réserves de pétrole encore non exploitées ; aussi le renoncement à un territoire serait d’autant plus inimaginable qu’il s’agit, Guyane française exceptée, de l’une des régions les plus pauvres d’Amérique du Sud en termes de développement humain et économique, et connaissant de forts contrastes militaires et économiques entre Etats, comme dans le cas du Venezuela par rapport au Guyana.

58De fait, les techniques cartographiques et plus récemment celles des télécommunications ont permis d’apporter des arguments plus clairs et plus objectifs pour résoudre ces litiges territoriaux historiques. La grande précision des outils contemporains apporte une contribution nouvelle et essentielle aux résolutions adoptées par les organisations internationales désignées, comme ce fut le cas pour les Nations Unies dans le cas du litige maritime opposant le Guyana et le Suriname. D’un côté, le litige entre la France et le Suriname est pratiquement résolu : le Suriname, relativement isolé diplomatiquement, cherche un appui auprès de la France et semble avoir renoncé à sa revendication ; seuls demeurent quelques ajustements administratifs à réaliser pour la signature d’un traité. En revanche, c’est loin d’être le cas avec les conflits concernant le Guyana, qui risque de perdre l’essentiel de son territoire, dans toutes les directions (excepté au sud avec sa frontière avec le Brésil) alors qu’il est un des Etats les plus pauvres d’Amérique du Sud.

59On peut remarquer cependant que ces litiges se produisent dans un sous-continent, l’Amérique du Sud, en plein processus d’intégration régionale. Ainsi Surinam et Guyana, souvent perçus avec la Guyane française comme un corps étrangers par les autres Etats sud-américains (Lézy, 2000), sont déjà intégrés à des organisations caribéennes comme l’Association des États de la Caraïbe (AEC) et le CARICOM. Mais les États du plateau des Guyanes sont également insérés ensemble dans des schémas de coopération amazoniens, voire sud-américains, souvent à l’initiative du Brésil, comme l’Organisation du Traité de Coopération Amazonien (OTCA) en 1978 et l’Union des Nations Sud-Américaines (UNASUL) en 2008, et aujourd’hui, à une échelle plus latino-américaine, la Communauté des Etats Latino-Américains et Caribéens (CELAC).

60En effet, le Brésil, se sentant encerclé par les pays hispaniques, réussit à y intégrer les deux Etats rivaux en s’érigeant comme leur protecteur. La Chine, d’autre part, est très intéressée par les potentialités de cette région située à l’interface des mondes caribéens et amazoniens et où vivent d’importantes communautés issues de ce pays. Elle aurait ainsi l’ambition de construire un pont reliant le Surinam et le Guyana par-dessus le fleuve Corentyne, dans une zone que le Brésil considère comme relevant de sa sphère d’influence (Granger, 2016). Car le littoral des Guyanes, avec le projet de Route Transguyanaise ou Panaméricaine atlantique, permet en théorie une liaison routière entre les deux pointes septentrionales passablement isolées de cet Etat (cf. carte 3), mais les conflits frontaliers retardent ces projets. Ainsi, d’ancien enjeu des rivalités européennes, Guyana et Surinam le sont désormais des luttes d'influence entre puissances sud-américaines en mal d'affirmation régionale (Venezuela et Brésil) et de puissances plus éloignées mais émergentes sur la scène internationale et grandes consommatrices de ressources minérales comme la Chine.

61Deux thèmes, non évoqués dans cet article, peuvent donner lieu à de futures recherches plus approfondies. Le premier est la géopolitique du pétrole, indissolublement liée à la résolution des litiges maritimo-territoriaux sur le plateau des Guyanes. L’autre est l’intégration politique, économique et régionale du plateau des Guyanes, notamment par la construction d’infrastructures de communication prévues notamment dans le programme IIRSA, comme des ponts binationaux ou de nouveaux systèmes de télécommunication plus modernes. Ainsi, cette intégration progressive ajoute des problématiques géopolitiques nouvelles à celles des limites internationales de ces pays, en les connectant davantage à un sous-continent, l’Amérique du Sud, auquel ils ont longtemps tourné le dos du fait de leurs indépendances tardives et de leur tropisme plus caribéen. Ces deux sujets, avec d’autres, font du plateau des Guyanes un champ d’étude largement prometteur pour les sciences sociales.

Je remercie particulièrement les évaluateurs de cet article, et particulièrement Stéphane Rosière pour leurs pertinentes observations pour en améliorer la version finale. Mes remerciements s’adressent également à Stéphane Granger qui, comme en d’autres occasions et grâce à sa grande connaissance du sujet ici traité, m’a aidé pour la résolution de certains questionnements comme pour la rédaction finale en français de cet article. Introduction

Haut de page

Bibliographie

ABDENUR A. E., 2013, « South-South Cooperation in Suriname: New Prospects for Infrastructure Integration? », Institute for the Integration of Latin America and the
Caribbean, v.17, nº36, p. 101-110.

AKEHURST M., 1987, A Modern Introduction to International Law, Sixth edition, New York, Routledge.

ANNUAIRE FRANÇAIS DE DROIT INTERNATIONAL, 1956, A propos de la délimitation des frontières de la Guyane française, v.2, p. 255-259.

BRAUDEL F., 1997, Géohistoire : la société, l'espace, le temps, in Ayala, R, Braudel, F., Braudel, P, Les ambitions de l'histoire, Paris, Éditions de Fallois, p. 68-114.

BRUNET JAILLY E., 2015, Border Disputes, A Global Encyclopedia, vol. 1, Territorial disputes, Santa Barbara (CL) / Denver (CL), ABC-CLIO, LLC.

CAIRO CAROU H.; LOIS, M., 2014, « Geografía política de las disputas de fronteras: cambios y continuidades en los discursos geopolíticos en América Latina (1990-2013) », Cuadernos de Geografía, v. 23, n.º 2, p. 45-67.

CIA 1995, Latin America: Compendium of Bondaries and Territorial Disputes. A Research Paper. Inteligence Report.

DOMÍNGUEZ J. L. et al., 2003, « Boundary Disputes in Latin America », Peaceworks n°. 50, First published September.

DONOVAN T. W., 2003, « Suriname-Guyana Maritime and Territorial Disputes: A Legal and Historical Analysis », Flórida, Jornal de lei transnacional e Política, Université de Floride. Vol. 13.

DONOVAN T. W., 2004, « Challenges to the Territorial Integrity of Guyana: A Legal Analysis », Geórgia, Jornal de Lei Internacional e Comparativa, vol. 32.

DUSSOUY G., 2010, « Conceptualiser et (re)problématiser la géopolitique sans faire de théorie. Les théories de la Géopolitique », L'Espace Politique, [En ligne], v 12, 2010-3, mis en ligne le 11 février 2011, consulté le 12 février 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/1712.

EGGER J., 2009, « Vista geral sobre a economia do Suriname nos séculos XIX e XX »,
Diplomacia, Estratégia e Política, Brasília, Projeto Raúl Prebisch, n. 10, p. 205-219.

FOUCHER M., 1988, Fronts et frontières. Un tour du monde géopolitique, Paris, Fayard.

FOUCHER M., 2007, L'obsession des frontières, Paris, Perrin.

GABRIEL-OYHAMBURU K., 2010, « Le retour d’une géopolitique des ressources ? Les théories de la géopolitique », L'Espace Politique, [En ligne], v.12, 2010-3, mis en ligne le 11 février 2011, consulté le 12 février 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/1796. 

GAO J., 2009. « Comments on Guyana v. Suriname », Chinese Journal of International
Law, vol. 8, no. 1, p. 191–203.

GRANGER S., 2016, Intégrations régionales et diversification des flux migratoires dans les mondes caribéen et amazonien : la Guyane entre ouverture et isolement, in : Collomb, G. et Mam Lam Fouck, S. (dir.), La Guyane entre Surinam et Brésil : mobilités, ethnicités, diversité culturelle, Matoury, Ibis Rouge, p. 25-47.

GRIFFITH I. L., 2003, The Caribbean Security Scenario at the Dawn of the 21st
Century: Continuity, Change, Challenge, North-South Agenda Papers, Number Sixty Five: University of Miami.

GUICHONNET P. ; RAFFESTIN C., 1974, Géographie des Frontières, Paris, PUF.

GUYANA 2014, « The Guyana-Suriname Boundary: A Historical Review », Guyana News and Information.

HENSEL P. R., 1997, Territorial Disputes and Interstate Conflict: Empirical Patterns and Theoretical Explanations. Communication, Scientific Knowledge of War: Identifying Patterns, Constructing Explanations. Vanderbilt University.

HENSEL P. R.; TURES J., 1997, International Law and the Settlement of Territorial
Claims in South America, 1816-1992, Presented at the annual meeting of the American Political Science Association, Washington, D.C.

HOYLE P. A., 2001, The Guyana-Suriname Maritime Boundary Dispute And Its Regional Context, IBRU Boundary and Security Bulletin, Summer.

HUTH P. K., 1996a, Standing Your Ground: Territorial Disputes and International
Conflict. Ann Arbor: University of Michigan Press.

HUTH P. K., 1996b, « Enduring Rivalries and Territorial Disputes, 1950-1990 », Conflict Management and Peace Science, v 15, 1 (Spring), p. 7-42.

JACOB-ROUSSEAU N., 2009, « Géohistoire/géo-histoire : quelles méthodes pour quel récit ? », Géocarrefour, [En ligne], vol. 84/4, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 11 février 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7598.

JOSEPH C. L., 2014, Ameaça para a Integridade territorial da Guiana, s/d. [En ligne], http://www.guyana.org/features/territorial_integrity.html, consulté le 5 octobre 2014.

LEVI W., 1991, Contemporary International Law: A Concise Introduction, second edition, Boulder, CO, Westview Press.

LÉZY E., 2000, Guyane-Guyanes, une géographie sauvage de l'Orénoque à l'Amazone, Paris, Belin.

MARTÍNEZ M. V., 2011, Venezuela y Guyana: Bilateralidad y Fronteras, in: Porto, J. L. R., Sotta, E. D. (Orgs.), Reformatações Fronteiriças no Platô das Guianas: (re)territorialidades de cooperações em construção. Rio de Janeiro: Publit.

MENCK J. T. M., 2009, A Questão do Rio Pirara (1829-1904), Brasília, Funag.

NIMOS (National Institute for Environment and Development in Suriname), 2005,
Suriname’s: First National Communication to the United Nations Framework Convention
on Climate Change
, Paramaribo, Sappi.

ONU (Organisation des Nations Unies), 1982, Convention des Nations unies sur le droit de la mer dite de Montego bay, [En ligne] www.ifmer.org/assets/documents/files/...ifm/documents-convention-droit-mer.pdf , consultée le 12 février 2017.

PAÚL I. M., 1983, Análisis crítico del problema Fronterizo Venezuela Gran Bretaña), in La Reclamación Venezolana sobre la Guyana Esequiba, Caracas, Ciclo de Conferencias de las Academias Nacional de la Historia y Ciencias Políticas y Sociales, Série Eventos.

PAÚL I. M., 2005, « Los lindes y las fronteras terrestres internacionales », Geovenezuela: Geoestrategia e Integración, n 9, p. 26-79.

PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement), 2014, Guiana Shield Facility supports sustainable development, [En ligne], http://www.gy.undp.org/content/guyana/en/home/operations/projects/environment_and_energy/project_sample2.html, Consulté le 4 décembre 2014.

PORTO J.L.R., SILVA G.V, 2009, « Novos usos e (re)construções da condição fronteiriça amapaense », Belém, Revista Novos Cadernos NAEA. v. 12, n. 2, p. 253-267.

POUYLLAU M. et D., 1982, « Géopolitique et géostratégies du Venezuela », Hérodote n° 27, 4ème trimestre, Paris, p. 125-153.

PROCÓPIO A., 2007, « A Amazônia Caribenha », Revista Brasileira de Política
Internacional, v 50, n 2, p. 97-117.

RAEYMAEKERS T, 2009, « The silent encroachment of the frontier: A politics of transborder trade in the Semliki Valley (Congo–Uganda) », Political Geography, v 28, p. 55- 65.

RAMRAJ R., 2002, « Guyana's Border Disputes with Venezuela and Suriname», The Geographical Bulletin, V. 44, n. 1, p. 51-59.

ROPER S., 2007, «Cross-border and local co-operation on the island of Ireland: An economic perspective», Political Geography, 26. p. 554-574.

SANGUIN A-L., 2007, « Les nouvelles perspectives frontalières de l’Union Européenne après l’élargissement de 2004 », L’Espace Politique, [En ligne], 1 | 2007-1, mis en ligne le 16 janvier 2007, consulté le 12 février 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/437

SILVA G.V, 2010, Interações espaciais Amapá (BR)-Guiana Francesa (FR). Uso político do território e cooperação transfronteiriça, in Porto, J.L.R., Nascimento, D. M.
Interações fronteiriças no Platô das Guianas: novas construções, novas territorialidades, Rio de Janeiro, Publit., pp. 75-106.

SILVA G.V, 2013a, A Cooperação Transfronteiriça entre Brasil e França: Ensaios e
Expectativas neste século XXI. Tese de Doutorado, Rio de Janeiro, Programa de Pós-Graduação em Geografia da Universidade Federal do Rio de Janeiro (PPGG-UFRJ).

SILVA G.V, 2013b, Usos Contemporâneos da Fronteira Franco-Brasileira: Entre os ditames globais e as articulações locais, Macapá, EDUNIFAP.

SOUZA J. M, 1999, «Mar territorial, zona econômica exclusiva ou plataforma continental? », Revista Brasileira de Geografia, vol.17, p. 79-82.

SURINAME 2010, Suriname Investment Guide. Where Business equals Quality of Life. Minister of Trade and Industry, [En ligne] http://www.gov.sr/media/288454/investerings_gids_suriname_aug2010.pdf, Consulté le 6 décembre 2014.

SURINAME 2013, Second National Communication to the United Nations Framework Convention on Climate Change, [En ligne] http://www.gov.sr/media/1002492/suriname_sncunfc_on_climate_change_february_2013_-_final_webpreview_v2.3.pdf, Consulté le 6 décembre 2014.

TAGLIONI F., CRUSE R., 2011, Le Suriname : une île caribéenne comme les autres ?, in Cruse, R. et Rhiney, K. (dir.), Caribbean Atlas, [En ligne] http://www.atlas-caraibe.fr/thematiques/qu-est-ce-que-la-caraibe/le-suriname-une-ile-caribeenne-comme-les-autres.html, Consulté le 7 avril 2012.

TANAKA Y., 2007, « L’arbitrage Guyana/Suriname : un commentaire », Hague Justice Journal/Journal Judiciaire de La Haye, vol. 2 n° 3, p. 30-36. [En ligne] http://www.haguejusticeportal.net/Docs/HJJ-JJH/Vol_2(3)/Tanaka%20Guyana-Suriname%20FR.pdf. Consulté le 24 juin 2015.

UNION EUROPEENNE, 2007, Objectif Coopération Territoriale européenne 2007-2013, Programme de Coopération transfrontalière « Amazonie » Guyane-Brésil-Surinam, programme opérationnel, Bruxelles, 228 p.

VAN LIER R. A. J, 2005, Sociedade de Fronteira: uma análise social da história do Suriname, Brasília, Funag/IPRI, coleção Países da América do Sul.

VASQUEZ J. A., 1993, The War Puzzle, Cambridge, Cambridge University Press.

VENEZUELA 2014, Constitución de la República Bolivariana de Venezuela, Gaceta Oficial de la Republica Bolivariana de Venezuela, Caracas, fev. 2009.

Haut de page

Notes

1 Cet article résulte d’un financement de la Coordenação de Aperfeiçoamento do Pessoal de Nível Superior (CAPES, Brésil), par le biais du projet “Transfronteirizações na América do Sul: Dinâmicas Territoriais, Desenvolvimento Regional, Integração e Defesa nas Fronteiras Meridional e Setentrional do Brasil” (Edital nº031/2013 Pró-Defesa/CAPES, código 42001013065P3). Les données publiées sont les résultats d’une recherche post-doctorale à l'Université de São Paulo (École des Arts, Sciences et Lettres - EACH), en 2014 e 2015 et mise à jour en 2017.

2 La plateforme continentale d’un Etat côtier comprend le lit et le sous-sol des régions sous-marines qui s’étendent au-delà de ses eaux territoriales, dans toute l’extension du prolongement naturel de son territoire terrestre jusqu’au bord extérieur de la marge continentale, ou jusqu’à une distance de 200 miles nautiques des lignes de base, à partir desquelles on mesure la largeur des eaux territoriales, dans les cas où le bord extérieur de la marge continentale n’atteindrait pas cette distance (ONU, 1982, Art. 76). Pour Souza (1999), la définition de la plateforme continentale a un point de vue juridique (PCJ), et peu à voir avec le concept physiographique ou géomorphologique de plateforme continentale (PCG). Par la définition juridique de plateforme continentale, nous voyons que la PCJ d’un Etat côtier peut englober les caractéristiques physiographiques connues comme plateforme, pente, et élévation continentales, et, dans certaines circonstances, même des régions de plaines abyssales.

3 Robert Hermann Schomburgk est né à Fribourg (Allemagne), mais a servi la Couronne Britannique comme officier pour fixer ses frontières. La définition des limites internationales avec le Venezuela est connue comme ligne Schomburgk.

4 La forme la moins intrusive de participation de tiers implique des tentatives pour faciliter la communication entre les parties impliquées, plus communément, offrant des endroits neutres pour négocier. Les Bons Offices sont particulièrement utiles dans des situations où les pays en litiges n’ont pas de relations diplomatiques bien établies, comme une zone de frontière commune. Des tiers peuvent aussi développer un rôle plus actif dans la résolution de litiges par le biais de décisions souveraines. L’arbitrage est un type d’action de tiers, qui permet que l’acteur externe puisse prendre la décision qui s’imposera aux parties en conflit (Hensel et Tures, 1997).

5 L’entreprise a son siège à Dallas, et fut créée en 1997 par l’industriel Andrew Beal, pour développer, dans le secteur privé, des fusées pour le lancement de satellites commerciaux. Il mit fin aux affaires en octobre 2000 pour des raisons de concurrence, mais pas avant d’avoir tester le moteur BA-810, second plus gros moteur de fusée à propulsion liquide déjà construit aux Etats-Unis. (http://www.daviddarling.info/encyclopedia/b/Beal_Aerospace.html). Consulté le 15 décembre 2014.

6 OTCA : Organisation du Traité de Coopération Amazonien dont sont membres depuis 1978 les huit Etats concernés par l’écosystème amazonien ; AEC : Association des Etats de la Caraïbe, structure de concertation à laquelle appartient d’ailleurs également la France à travers ses départements et collectivités d’Amérique (Martinique, Guadeloupe, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, et Guyane) ; UNASUL : Union des Nations Sud-Américaines, structure de concertation des Etats sud-américains fondée en 2004 ; CELAC : Communauté des Etats Latino-Américains et Caribéens, forum politique constitué en 2010 par les Etats du monde américain à l’exception des Etats-Unis et du Canada.

7 Appelé aussi « Corantijn », en néerlandais, ou « Corentyne », « Corentin », « Corentyn », « Korentyn » « Courantyne » et « Corantine ».

8 Le mot « crique » désigne ici un bras d’un cours d’eau anastomosé.

9 Projet inscrit dans le cadre des programmes Interreg, programmes européens consacrés à la coopération régionale transfrontalière dans l’Union Européenne.

10 Tout Etat a le droit de fixer la largeur de ses eaux territoriales jusqu’à une limite ne dépassant pas les 12 milles nautiques (1mn=1852 mètres), mesurées à partir des lignes de base déterminées en conformité avec la présente Convention (ONU, 1982, Art. 3).

11 Initiative pour l’Intégration Régionale Sud-Américaine, vaste programme d’infrastructures de communication projeté dans le cadre de l’UNASUL pour faciliter les échanges de marchandises à l’échelle du sous-continent.

12 Par opposition à la Panaméricaine Pacifique, longeant les Andes sur le littoral occidental de l’Amérique du Sud.

13 http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/suriname/la-france-et-le-suriname/ Consulté le 19 janvier 2017.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 – Localisation du Plateau des Guyanes
Crédits Source : Lézy (2000) – Élaboration : G.V. Silva - 2017
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4242/img-1.png
Fichier image/png, 270k
Titre Carte 2 - les litiges du Plateau des Guyanes
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4242/img-2.png
Fichier image/png, 310k
Titre Carte 3 - les interactions frontalières sur le Plateau des Guyanes
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4242/img-3.png
Fichier image/png, 510k
Titre Photo 1 - des interactions nombreuses mais le plus souvent informelles, une intégration frontalière encore balbutiante : vues des villes frontalières d’Albina (Suriname) et Saint-Laurent (Guyane).
Crédits Source : Silva, travail de terrain, 2014
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4242/img-4.png
Fichier image/png, 4,0M
Titre Carte 4 – Réserves de Pétroles et Concessions maritimes au large du Guyana et du Suriname
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4242/img-5.png
Fichier image/png, 492k
Titre Carte 5 – Dernière définition des limites maritimes entre le Guyana et le Suriname. Source : Cour internationale de Justice de La Haye, sentence, 2007, p.181.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4242/img-6.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Photo 2 – Les tensions frontalières retardent l’intégration régionale voulue par l’UNASUL, comme le montrent ces images de la frontière entre Guyana et Suriname.
Crédits Source : Silva, travail de terrain, 2014.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/4242/img-7.png
Fichier image/png, 3,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gutemberg de Vilhena Silva, « Litiges transfrontaliers sur le plateau des Guyanes, enjeux géopolitiques à l’interface des mondes amazoniens et caribéens », L’Espace Politique [En ligne], 31 | 2017-1, mis en ligne le 18 avril 2017, consulté le 22 mai 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/4242 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.4242

Haut de page

Auteur

Gutemberg de Vilhena Silva

Professor
Coordenador do Mestrado em Estudos de Fronteira na Unifap, Macapá AP
bgeografo@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org