Navigation – Plan du site

Guy Di Méo, Pascal Buléon, (dir.), L’espace social. Lecture géographique des sociétés

Paris : Armand Colin, 2005, 304 pages
Stéphane Rosière
Référence(s) :

Guy Di Méo, Buléon Pascal, (dir.), L’espace social. Lecture géographique des sociétés, Paris : Armand Colin, 2005, 304 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage important concerne et intéresse à plus d’un chef les géographes en général et ceux qui se préoccupent de l’espace politique en particulier. En effet, les auteurs défendent la validité de la « géographie sociale » — comme l’équipe de l’Espace Politique défend celle de « géographie politique » — en tant que « spécialisation intra-disciplinaire » (p. 5) nécessaire alors que le champ des sciences sociales ne cesse de s’élargir et que l’hypertrophie de celui de d’une géographie à vocation synthétique risque de conduire celle-ci à une certaine inanité. Selon G. Di Méo et P. Buléon : « La géographie sociale s’efforce de proposer des méthodes de conceptualisation et d’identification d’analyse et de compréhension de tels espaces/territoires » (p. 4). Cette recherche de logiques constitutives, de détermination des forces, des seuils et des discontinuités qui structurent l’espace se rapproche de la démarche qui motive les chercheurs de l’Espace politique. Cette proximité des exigences devait être soulignée d’emblée, elle est la raison d’être même de cette note de lecture.

Les « espaces-temps » du social

2Les activités socioculturelles des hommes produisent des « formes concrètes et symboliques, spatialement organisées et dynamiques », que les auteurs appellent espaces ou territoires, « qui sont en fait des espaces-temps » (p. 4). « L’espace social se construit au rythme des luttes et des enjeux qui engendrent la différenciation sociale de la surface terrestre » (p. 4).

3Pour les auteurs, une géographie sociale doit envisager les processus de « domination, exploitation, hégémonie, exclusion, ségrégation » marginaux dans la géographie culturelle comme dans la géographie humaine (l’apport du regard post-moderne paraît de ce point de vue évident). La géographie sociale doit permettre de souligner l’imbrication des rapports sociaux et spatiaux ; de repérer les gradients sociaux (richesse/pauvreté) « ces deux premières optiques dévoilent l’espace social, composante de l’espace géographique et objet central de ce livre » (p. 11) ; de déterminer les pratiques de l’espace (mélanges de contraintes et de choix) ; de s’attacher à la production mentale d’images. A cette fin, l’ouvrage se propose de forger des modèles théoriques (ou outils méthodologiques) dans une première partie (p. 17-136) ; et de les appliquer au terrain dans une deuxième partie (p. 137-275). Cette note de lecture, qui ne prétend pas relater l’ensemble de ces développements, s’attache surtout à la première partie.

Espaces, temporalités et acteurs (chapitre I)

4Espaces, temps et acteurs sont les éléments de base de toute conceptualisation en géographie sociale. Leurs relations sont fondamentales. La géographie sociale met en exergue plusieurs types d’espaces spécifiques. Outre l’espace cartésien, rationnel et mesurable, l’espace vécu, ou des espaces plus corrélés à une « production sociale » doivent absolument être pris en compte : « on ne saurait plus se contenter de d’une approche qui regarderait les phénomènes géographiques comme […] de strictes réalités objectives » (p.6). Comme le soulignait la notion d’ « espace-temps » citée plus haut, le facteur temps, trop souvent minimisé par les géographes, est mis en exergue par les auteurs. Cette démarche fait écho au « matérialisme historique », elle souligne l’importance de « temporalités distinctes » spécifiques aux acteurs et aux groupes. Il existe un « temps social » qui doit être mis en exergue. La connaissance des temporalités disjointes est nécessaire pour appréhender territorialités et territoires. La fusion de dimensions spatiales et temporelles peut être qualifiée de « distance-temps », un des concepts originaux mis en exergue par G. Di Méo et P. Buléon. Par ailleurs, pas de géographie sociale sans acteur soulignent les auteurs. « L’acteur n’est plus une personne en général ; c’est une personne qui agit » (p.29) ; individuel ou collectif, ils sont porteurs de leur propre subjectivité, de leurs discours et représentations. C’est précisément le rapport privilégié que l’acteur entretient avec son espace d’action qui transforme celui-ci en territoire. Le territoire (voire le lieu) est ainsi érigé en produit d’un espace, d’un temps et d’un acteur spécifiques. Les acteurs ne sont pas tous endogènes (locaux), ils peuvent aussi être exogènes (extérieurs) ou transitionnels (intérieur et extérieur à la fois) — ce dernier terme pouvant être considéré comme synonyme de glocal. Au-delà de l’acteur individuel, contexte et structures sont aussi décisifs. Les structures englobantes sont culturelles, régionales, sociales (classes), elles agissent en permanence. « Comme le souligne J.-F. Staszak [il existe une] interaction dialectique de l’individu ”en tant qu’il reflète la société” et de la société ”en tant qu’elle reflète l’individu” » (p.39). Les auteurs insistent aussi sur pratiques spatiales, soit : « tous les déplacements, toutes les fréquentations concrètes de lieux, tous les actes spatialisés que m’individu mène (…) » (p.40). Ces pratiques sont décisives car elles construisent l’identité et la territorialité, et sont en interactions avec elles.

Marqueurs identitaires et qualification sociale de l’espace (chapitre 2)

5L’identité, au cœur de ce chapitre, est pensée comme « le lien idéel majeur entre les êtres humains, leurs sociétés et leurs espaces » (p.43). L’identité des individus, ou celle des groupes, n’a rien d’innée, elle est au contraire « une construction sociale », un discours. Les dimensions spatiales de l’identité intéressent évidemment au premier chef les géographes. L’identité est intimement liée à un lieu ou un territoire, quoique de plus en plus, des identités plurielles « libèrent désormais l’homme mobile d’un jeu de contraintes géographiques et sociales trop étroites » (p.46). Les identités collectives sont, dans la perspective de création, de renforcement des territoires, des enjeux décisifs. En effet, produire de l’identité collective revient à fabriquer du territoire, que celui-ci soit juridiquement reconnu (régions administratives) ou plus purement social (lié à des communautés ou toute forme de groupes).

Des modèles théoriques pour une analyse de l’espace social (chapitre 3)

  • 1  On rappellera à cet égard la sortie en français de l’utile livre d’Immanuel Wallerstein, Comprendr (...)

6Les auteurs définissent trois modèles théoriques centraux : la matrice historico-spatiale qui retrace l’évolution des sociétés dans une relation espace-temps totalement imbriquée ; la formation socio-spatiale et la combinaison socio-spatiale. La matrice historique et spatiale « renvoie aux tendances profondes d’une époque » (p.57). Aucune société ne peut être comprise hors d’un contexte spatial et d’un temps donné. Ces deux paramètres permettent d’esquisser le « tableau d’ensemble », ou le contexte particulier à chaque société, contexte qui s’articule sur des temps longs et des temps courts. Dans cette articulation espace-temps sont nés certains modèles décisifs dont les « systèmes-monde » d’I. Wallerstein1 Ces matrices, qui peuvent être pensées à toutes les échelles, forment le creuset des formations socio-spatiales (FSS). Ces FSS dérivent du concept de « classes socio-spatiales » élaboré par Alain Reynaud dès 1979, qui avait forgé un « modèle d’interprétation des sociétés dans leurs rapports à l’espace » mais aussi une « véritable problématique de géographie sociale » (p.65) à laquelle les auteurs de cet ouvrage doivent beaucoup. Néanmoins, ceux-ci l’ont fait évoluer en préférant la notion de « formation » à celle de « classe » — ce faisant ils mettent plus l’accent sur les contradictions internes des sociétés, sur le rôle des individus par exemple, et remettant en question l’homogénéité de ces « classes » originellement surévaluée. Les FSS forment un outil méthodologique fondamental et original dans la démarche des auteurs. La combinaison socio-spatiale est, quant à elle, constituée d’un « entrelacement complexe de relations entre des groupes sociaux et des espaces » (p.73), elle est plus éphémère que la FSS dans laquelle elle s’insère. Elle peut être générée par des pratiques de travail, de loisir, ou d’autre forme de la sociabilité, et s’articule avec des FSS spécifiques. « Certains traits d’une combinaison socio-spatiale se propagent au sein de la formation socio-spatiale d’accueil, voir bien au-delà » (p.73).

Des modèles théoriques aux outils conceptuels pratiques (chap. 4)

7Les auteurs définissent quatre outils conceptuels fondamentaux : territoire (terme hautement équivoque), territorialité, lieu et paysage. Il est difficile de résumer l’ensemble des interrogations pertinentes posées au sujet de ces « outils » par les auteurs. Pour n’en citer qu’une : « La connotation d’espace clos qui accompagne [le territoire] ne dément-elle pas la nature même de la relation que les individus très mobiles d’aujourd’hui établissent avec les cadres géographiques, toujours plus ouverts, de leur vie sociale ? » (p.75). La fabrication des territoires est un « produit de la longue durée » (comme le soulignent C Vandermotten et J. Vandeburie dans Territorialité et politique, un autre ouvrage important publié en cette même année 2005), cette fabrication - qui n’est pas près de s’achever comme pourrait le laisser croire une lecture superficielle de B. Badie -est questionnée dans ses implications sociales : inclusion, exclusion. Comme pour les autres éléments de leur réflexion, les auteurs mettent ces outils dans une perspective épistémologique et remontent par exemple en ce qui concerne la territorialité à C. Raffestin, à Dardel, ou à R. Sack. Ces outils permettent d’étudier les dynamiques de l’espace social, esquissées depuis R. Brunet, dont deux éléments majeurs sont la polarisation et la ségrégation. Le lieu de résidence qui définit la condition sociale de l’individu et sa situation sur un gradient qui va de l’immobilité à la mobilité (écologie économique) est ainsi au cœur de ces questions.

La double réalité (matérielle et idéelle) de l’espace social (chap. 5)

8Les espaces géographiques sont concrets (matériels) autant que représentés (idéels), ainsi doivent-ils être appréhendés suivant cette double approche. Les auteurs, qui se fondent largement sur les recherches de M. Godelier, définissent le matériel et l’idéel dans l’optique de la géographie. L’idéel, qui fait écho à l’idéologie, relève du champ des représentations qui ont une fonction cognitive, praxéologique, mais aussi identitaire. A l’inverse, le concret, renvoie à la matérialité, « à ce que la nature fournit à l’homme » selon le mot de M. Godelier. Paradoxalement, cette dimension concrète s’avère difficile à conceptualiser…et se teinte d’idéel… La dialectique matériel/idéel renvoie au couple fondamental « pratiques-représentations de l’espace. (…) Nulle autre science sociale que la géographie n’a autant besoin de ce schème opératoire » (p.119), notamment pour éviter l’écueil du positivisme. Cette approche confronte le géographe « à un espace géographique soudain épaissi, riche des univers sociaux et culturels dont il ne se dissocie pas » (p.120). Par ailleurs, ce couple dialectique fait écho aux notions d’infrastructure et de superstructure (Marx, Althusser) ; la première convoque l’instance économique, matériellement concrète et la seconde à l’instance idéologique, plus abstraite. L’identifcation de ces « instances » au sein d’une FSS « permet d’en décrypter les rouages, de cerner les logiques de son aménagement, d’analyser les forces et les faiblesses de sa dynamique socio-spatiale (…) » (p.123) — si les auteurs me permettent d’utiliser l’expression de Derrida : de « déconstruire » une FSS.

9Dans la conclusion de leur première partie, les auteurs rappellent que leur projet de géographie sociale se situe bien au croisement des individus, des sociétés et des espaces dans une démarche qui « mobilise les outils méthodologiques du raisonnement dialectique » sans rejeter le recours à l’analyse systémique ou à l’approche phénoménologique. Ce « bricolage théorique » (p.132) est évidemment ambitieux, et s’il présente des points faibles ou des articulations à améliorer, ce « bricolage » s’avère particulièrement heureux dans une discipline qui, trop souvent, se contente encore d’une description empirique (notamment dans l’école française de géopolitique). Dans la deuxième partie, de nombreuses études de terrain permettent d’articuler les outils conceptuels de la première partie avec des cas concrets : la Palestine des Palestiniens étudiée par Hélène Seren, le Saloum sénégalais étudié par Mamady Sidibé, le vignoble des Graves envisagé par Jean-Claude Hinnewinkel, la Slovaquie étudiée par Joël Pailhé, etc. Autant d’applications concrètes, à toutes les échelles et dans tous les registres, des modèles proposés.

En guise de conclusion

10Riche en références bibliographiques, étayé et pertinent, cet ouvrage paraît avoir une finalité qui dépasse le strict champ de la géographie sociale, on peut même se demander si, et notamment dans sa première partie, le lecteur n’a pas en main le vade-mecum de la géographie humaine contemporaine. Nous ne pouvons que conseiller sa lecture attentive pour tous ceux et celles qui travaillent, entre autres, dans le champ de la géographie politique ou de la géopolitique. En effet, et pour une large part, les concepts, modèles et éléments théoriques proposés ici pour le champ du social sont adaptables et pertinents dans les autres registres de la géographie humaine.

Haut de page

Notes

1  On rappellera à cet égard la sortie en français de l’utile livre d’Immanuel Wallerstein, Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des systèmes-monde, Paris : La Découverte, 2006, 173 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Rosière, « Guy Di Méo, Pascal Buléon, (dir.), L’espace social. Lecture géographique des sociétés », L’Espace Politique [En ligne], Comptes rendus d'ouvrages, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/425

Haut de page

Auteur

Stéphane Rosière

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org