Navigation – Plan du site
Varia

Logiques territoriales et États-nations dans les espaces eurasiatiques

Territorial Logics and Nation States in the Eurasian Space
Michel Bruneau

Résumés

Le concept de logiques territoriales de peuples et/ou d’Etats est un outil essentiel pour une approche géo-historique des espaces eurasiatiques. Il s’applique aussi bien à des peuples-monde au passé impérial (Grecs, Chinois, Vietnamiens, Turcs, Arabes) qu’à des peuples-monde résilients (Arméniens, Kurdes) ayant survécu aux marges des empires. L’irruption du modèle de l’Etat-nation, né en Europe occidentale, a influencé ou infléchi les logiques territoriales de ces peuples et de leurs Etats. Mais son impact et sa consolidation ou, au contraire, sa fragilité, dépendent largement de structures et de comportements, qui se sont mis en place bien avant son apparition. L’analyse de la conjoncture géopolitique actuelle gagne à être mise ainsi en perspective par rapport à ces tendances lourdes de l’histoire de ces sociétés construisant leur territoire.

Haut de page

Texte intégral

1L’ensemble continental eurasiatique a dans la longue durée, tout au long de la période historique marquée par la création et le développement d’Etats et de peuples, constitué un espace très vaste tantôt de confrontations, tantôt de coexistence entre ces Etats et ces peuples. Ils se sont longtemps ignorés notamment entre l’Extrême-Orient d’un côté, le Moyen-Orient et l’Occident de l’autre. Mais leurs interactions sont devenues de plus en plus importantes avec les progrès scientifiques et techniques à l’origine de la mondialisation, surtout à partir du XVIe siècle et des grandes découvertes. Les progrès des transports et des communications multipliant les échanges entre eux se sont faits par voies continentales et/ou maritimes, par les « routes de la soie » ou par la « route des épices ». Les peuples et leurs Etats se sont appropriés des territoires dans ce vaste espace continental et sur ses franges maritimes et insulaires au Sud. Pour cela ils ont mis en œuvre des logiques de formation, d’expansion et de consolidation de leur territoire dans une plus ou moins longue durée, logiques qui ont pu changer au cours des temps longs. On essaiera d’abord de définir le concept de logique territoriale de peuples et/ou d’Etats par delà ses transformations aux différentes époques historiques. On s’intéressera plus particulièrement, pour comprendre la situation actuelle, à la diffusion de l’Ouest vers l’Est du modèle de l’Etat-nation né en Europe à la fin du XVIIIe siècle. On s’efforcera de montrer comment il a occupé une place de plus en plus centrale dans les logiques territoriales en analysant quelques exemples caractéristiques de son implantation plus ou moins réussie ou de l’échec relatif de cette implantation. La géopolitique actuelle ne dépend-elle pas en grande partie de la façon dont l’Etat-nation a été introduit et intégré au sein des grandes régions transnationales entre lesquelles se partage l’espace eurasiatique : les Balkans, le Moyen-Orient, la Chine, l’Asie du Sud-Est, l’Asie centrale, le monde indien, l’Europe occidentale et centrale ? Sans couvrir l’ensemble de ces régions, ce qui est impossible dans le cadre d’un article, on cherchera à appréhender ce phénomène à partir de quelques exemples circonscrits dans l’espace mais représentatifs de quelques unes de ces régions.

Le concept de logique territoriale

  • 1 Pour Maryvonne Le Berre (1992, 623), « Tout territoire résulte d’un processus d’appropriation d’une (...)
  • 2 Le logos se réfère à trois domaines différents mais liés : la faculté mentale ou intelligence ratio (...)
  • 3 J. Brunhes et C. Vallaux (1928, 269-392), en identifiant « trois problèmes fondamentaux de la géogr (...)

2C’est surtout à partir des années 1980 que la notion de territoire, qui auparavant était principalement utilisée dans l’expression juridico-politique d’« aménagement du territoire », s’est répandue en géographie1. Pour assurer son maintien et sa reproduction, un groupe aménage et gère l’espace sur lequel il s’est installé ou qu’il parcourt, il produit son territoire. Des configurations territoriales sont ainsi mises en place, d’autres peuvent être héritées d’une période et peut-être d’un ou plusieurs groupes antérieurs. Des interactions complexes ont alors lieu entre groupes sociaux et structures matérielles (milieu naturel) mais aussi avec les organisations antérieures de ce territoire. Les acteurs de ce processus sont des peuples (communautés, tribus, ethnies, nationalités) et/ou des Etats (cités-Etats, principautés, émirats, royaumes, empires ou Etats-nations). Une dynamique ou logique territoriale qui leur est propre caractérise ce processus pendant une période donnée. Elle peut ensuite persister ou changer en réaction à des influences ou contraintes extérieures. Une logique, au sens de ce terme utilisé ici, est un enchainement de faits, d’événements ou de phénomènes concernant le (les) territoire(s) d’un peuple et/ou d’un Etat, enchainement dans la longue durée, doté d’une certaine cohérence2.Un même peuple peut adopter dans la longue durée différentes logiques territoriales successives3.

3Une tribu, dans la définition qu’en donne Maurice Godelier (2010), entretient un rapport étroit avec son territoire : « Une forme de société qui se constitue lorsque des groupes d’hommes et de femmes qui se reconnaissent comme apparentés, de façon réelle ou fictive, par la naissance ou par l’alliance, s’unissent et sont solidaires pour contrôler un territoire et s’en approprier les ressources qu’ils exploitent, en commun ou séparément, et qu’ils sont prêts à défendre les armes à la main ». Ce territoire peut être un espace rural cultivé et/ou pâturé, une ville, un lieu sacré, un ensemble de routes caravanières… Mais le plus sûr moyen pour une ethnie de devenir une société aujourd’hui est de « réussir à former un Etat qui lui assurera une souveraineté sur un territoire » (M. Godelier, 2009, 41). En revendiquant un Etat et un territoire pour elle seule, une ethnie peut procéder à des purifications ou nettoyages ethniques, c’est-à-dire peut tenter d’éradiquer les autres ethnies présentes sur le territoire qu’elle désire s’approprier (S. Rosière, 2006). Un territoire n’est donc pas une donnée naturelle et immuable mais le fruit d’une production, d’une construction, d’une création d’un groupe humain, d’une société.

  • 4 Très proche de la notion d’ethnie, celle de peuple au sens « d’un ensemble d’individus qui, sans ha (...)

4Chaque peuple4, doté d’une culture ou d’une civilisation qui s’est élaborée dans la durée, a un rapport à l’espace qui lui est propre. Il fonde sa dimension territoriale, construit son ou ses territoires. Il s’agit d’un processus qui se développe dans un temps plus ou moins long. Le vaste continent eurasiatique, bordé au Sud et à l’Est par une enveloppe maritime (Méditerranées, Océan unique), a été le théâtre de conquêtes, d’occupations, de flux migratoires et de structurations territoriales qui ont mis en contact une grande variété de peuples et de groupes ethniques. Des voies de circulations et d’échanges de toutes sortes, terrestres dans les steppes (routes de la soie) et maritimes (interrompues par l’Isthme du Moyen-Orient), ont eu une dimension principalement latitudinale, secondairement méridienne (Balkans, Caucase, Inde-Asie centrale, côte Pacifique de l’Extrême-Orient). Quelques peuples et/ou civilisations ayant créé des États plus ou moins durables, récurrents dans la longue durée, ont constitué des noyaux territoriaux qui ont connu des phases d’expansion et de contraction mais une certaine résilience ou continuité : Gréco-Romains, Perses-Iraniens, Arabes, Turcs-Ottomans-Mongols, Indiens, Chinois, Japonais, Russes. Ce sont eux qui ont constitué les ensembles territoriaux les plus vastes et les plus durables (un ou plusieurs millénaires). Mais d’autres de taille plus réduite, et généralement sur une durée moins longue (plusieurs siècles jusqu’à un millénaire), ont également joué un rôle important mais le plus souvent subordonné ou secondaire  par rapport aux précédents : Arméniens, Kurdes, Tibétains, Vietnamiens, Thaïs, Khmers, Coréens… Les premiers seuls ont eu, grâce à une religion et/ou à un État impérial, la capacité d’agréger de façon plus ou moins durable d’autres peuples et anciens royaumes ou principautés. Les seconds ont souvent reproduit en plus petit les structures et logiques d’expansion des premiers.

5Nous faisons l’hypothèse que chacun de ces peuples-civilisations, qu’ils aient créé un ou plusieurs États, ont mis en œuvre des logiques territoriales qui caractérisent la dynamique de leur dimension territoriale, de leur rapport à l’espace dans le temps. Ces logiques territoriales sont des processus de la longue durée qui sont à l’œuvre encore aujourd’hui. Ces peuples majeurs ou secondaires sont ou tendent à devenir des peuples-monde, caractérisés par un État territorial (impérial puis État-nation) et une diaspora mondiale, présente notamment dans le Nouveau Monde (Amériques, Australie) et en Europe (M. Bruneau, 2001).

6Un territoire se définissant en grande partie par ses limites ou frontières, une logique territoriale, processus dynamique, va pouvoir être analysée en grande partie à travers la formation et l’évolution de ses espaces frontaliers. Chaque logique territoriale sera caractérisée par sa définition de la frontière et par sa façon de découper son propre territoire en unités spatiales, administratives et/ou politiques, pouvant elles-mêmes évoluer dans le temps en fonction de modèles spatiaux implicites ou clairement explicités.

  • 5 Un outil particulièrement important et significatif de ces logiques territoriales est la carte qui (...)

7Pour chacun des peuples-monde de la longue durée, on pourra définir une trajectoire spatio-temporelle retraçant les principales étapes de sa structuration territoriale ou les différentes formes territoriales qu’il a prises dans la longue durée. Le passage plus ou moins récent à l’État-nation moderne et la constitution de sa diaspora mondiale sont une étape particulièrement importante au cours de laquelle la logique territoriale a pu évoluer de façon plus ou moins radicale (purifications ethniques, génocides)5.

8Les logiques territoriales se prolongent au-delà du territoire d’origine, de l’État impérial ou de l’État-nation, même si celui-ci est perdu. En diaspora, la mémoire collective dans les territoires de l’exil crée des lieux de rassemblement pour communier dans le souvenir et/ou transmettre la mémoire de ces territoires perdus et de l’événement (désastre ou catastrophe) qui en est la cause. Ces lieux de mémoire permettent une reterritorialisation du peuple déraciné. La création d’une communauté transnationale à partir d’un ou de plusieurs champs migratoires d’un peuple prolonge son territoire national à l’échelle mondiale. La circulation migratoire crée et perpétue les liens transnationaux entre les migrants et leurs lieux et familles d’origine (M. Bruneau, 2004, 174-180). Il en résulte l’expansion d’un peuple à l’échelle mondiale.

9La distinction entre « espaces lisses » et « espaces striés », selon Deleuze et Guattari (1980, 592-625), est importante pour comprendre les changements territoriaux qui sont advenus à plusieurs reprises en Eurasie. Les premiers sont des étendues non polarisées. Il sont pensés sur le modèle du feutre, un enchevêtrement aléatoire de fibres, homogène et pouvant croître en tout sens, à l’infini. Alors que les seconds sont conçus selon le modèle du tissu avec sa trame et l’entrecroisement perpendiculaire de ses fils dans un cadre fermé, limité en largeur. L’espace lisse est un espace de proximité, informel. Il est caractérisé par la dissolution des frontières, des structures, par le spontané, le non planifié et le fluide. Il correspond au désert, à la mer, à la steppe, parcourus par le nomade. C’est un espace d’immédiateté et de contact. C’est l’espace des empires nomades des steppes en Eurasie, en particulier celui de Gengis-khan (1206-1227) qui a été le produit d’une « machine de guerre » exceptionnelle couvrant un espace continental immense de la Chine septentrionale à l’Europe centrale. Alors que l’espace strié, sédentaire, est organisé, maîtrisé, mesurable. C’est l’espace urbanisé, quadrillé, de l’Etat. « Dans l’espace strié on ferme une surface et on la répartit, on assigne des territoires et on détermine des intervalles, tandis que dans l’espace lisse on se distribue de façon aléatoire dans un espace ouvert » (M. Antonioli, 2003, 118). Mais on peut passer de l’un à l’autre, ils se mélangent. Le lisse peut toujours être strié, occupé, organisé. A une distribution sédentaire, toujours solidaire d’un État organisé et centralisé, où tout est assigné à une région déterminée de l’être et de la pensée de l’être, s’oppose une distribution « nomadique » sans enclos ni mesure où tout se distribue dans un espace ouvert illimité, sans limites précises. L’Empire de Gengis-khan a englobé de nombreux espaces striés peuplés de sédentaires dont les plus importants étaient la Chine et l’Iran. A la mort de Gengis-khan (1227), cet empire a été partagé entre ses fils ou descendants en quatre ensembles : la Chine de Qubilaï-khan et de la dynastie des Yuan (1260-1368), le khanat de Djaghataï en Asie centrale (1242-1338), les Il-khans d’Iran (1256-1335), le khanat Kiptchak ou Horde d’Or en Russie (1226-1405). En Chine et en Iran, l’espace strié de l’Etat impérial antérieur n’a pas cessé d’exister et a repris le dessus assez rapidement, sinisant et iranisant les dirigeants nomades mongols, alors que dans la Horde d’Or et dans le Djaghataï l’espace lisse nomade a continué à dominer beaucoup plus longtemps. Un nouvel empire nomade de type gengiskhanide s’y est même reformé à l’initiative de Timur Leng (Tamerlan) au XIVe siècle, à partir du khanat de Djaghataï, à travers l’Asie centrale, l’Iran et jusqu’en Anatolie.

10Michel Foucault (2004) montre que l’idée d’un gouvernement des hommes, non pas d’un territoire mais d’une sorte de complexe constitué par les hommes et les choses, a une origine en Orient, dans l’Orient préchrétien et chrétien, non pas en Grèce ni à Rome. Elle revêt deux formes : d’un côté un pouvoir de type pastoral, de l’autre la direction de conscience, des âmes. Le pouvoir du berger s’exerce sur un troupeau, c’est-à-dire une multiplicité en mouvement, pas sur un territoire, alors que les Grecs sont attachés à un lieu, à une cité, à un territoire délimité par des frontières avec son propre dieu auquel a été élevé un temple. L’Eglise chrétienne a repris les caractéristiques du pastorat en les insérant dans des institutions définies à l’intérieur de l’Empire romain et en développant le lien d’obéissance entre les brebis et le pasteur, en le transformant en une soumission personnelle. Elle favorise la création de l’Etat, « une manière de penser ce qu’étaient dans leur nature propre et dans leurs liens, dans leurs rapports, un certain nombre d’éléments, d’institutions déjà tout donnés : un roi, un souverain, un magistrat, un corps constitué, une loi, un territoire, les habitants de ce territoire, la richesse du souverain » (M. Foucault, 2004, 294). Cette vision foucaldienne s’applique uniquement à l’Occident, Foucault lui-même s’estimant incompétent pour parler de l’Orient.

11Pour avoir une vision plus globale, eurasiatique, il faut avoir recours à l’approche de André-Georges Haudricourt (1962 et 2008), à son opposition entre les éleveurs-bergers occidentaux et les agriculteurs-jardiniers extrême-orientaux. « Plus que deux types de rapport au milieu, ce sont deux types d’aptitudes, de conduites, de tendances et donc de rapport au monde qui nous entoure qu’Haudricourt cherche à distinguer » (J. F. Bert, 2008, 64). Ce que Haudricourt cherche à voir dans le comportement global d’un groupe, ce sont « les rapports que les individus entretiennent avec leur milieu naturel (comportement qui s’exprime en particulier dans les techniques) et ceux qu’ils entretiennent entre eux (rapports sociaux au sens général) » (J. F. Bert, 2008, 40). Il oppose ainsi deux types de mentalités : celle du berger méditerranéen et occidental, « abstraite », « interventionniste », « directe positive », et celle de l’agriculteur extrême-oriental, « concrète », « non-interventionniste », « indirecte négative ». Elles conditionnent tous les comportements et tous les domaines de la vie sociale. Il peut donc opposer la philosophie taoïste-confucianiste et sa vision organiciste du monde à la vision matérialiste du monde occidental chrétien, « les morales ou les philosophies de la transcendance, chères à l’occident, celles de l’immanence en Orient : le Dieu qui sème et qui fauche, par opposition au Dieu qui pique et déterre (la piqûre contre les semailles) » (A. G. Haudricourt, 1962, 43). Ces différences de techniques engagent le corps et l’esprit des individus, entre ceux qui savent croiser les animaux et ceux qui n’interviennent pas directement sur les plantes.

12Les analyses en termes d’espaces lisses-espaces striés, de pouvoir de type pastoral et de gouvernement des hommes et des choses dans le cadre d’un ensemble institutionnel établi (un Etat), d’éleveurs-bergers et d’agriculteurs-jardiniers, situent et relient les logiques territoriales à des contextes civilisationnels faisant intervenir les espaces (Deleuze-Guattari), les pouvoirs et façons de gouverner (Foucault), ou les mentalités en relation avec les milieux et les rapports sociaux (Haudricourt). Ces concepts sont autant de cadres, de catégories, de pôles en fonction et autour desquels se sont formé des logiques territoriales. On privilégiera l’analyse de quelques exemples significatifs. On distinguera les logiques territoriales enracinées dans les temps longs d’une histoire impériale aboutissant à la formation d’un Etat-nation, qui essaie d’intégrer ses périphéries continentales (Chine, Viêt Nam) d’une part, des logiques qui reposaient sur la multiplication, l’essaimage et l’expansion de cités-Etats (Hellénisme, Monde malais) d’autre part.

Une même logique territoriale sino-vietnamienne d’intégration des périphéries continentales d’un empire devenant un État-nation

13La Chine et le Viêt Nam se sont appuyés, dans la longue durée, sur l’important réservoir de migrants que constituaient les plaines d’agriculture intensive très densément peuplées (à la limite du surpeuplement) siège de leur État impérial unitaire centralisé, situées dans la partie orientale de ces deux pays le long de leur côte maritime. Leur noyau initial étant localisé dans le Nord Est, ils ont d’abord conquis, « colonisé » et peuplé les plaines alluviales, vallées et bassins qui se trouvaient dans la continuité en descendant vers le Sud. Ils ont ainsi construit leur territoire impérial auquel ils ont ensuite joint au Nord et à l’Ouest des espaces montagneux ou steppiques périphériques relativement sous-peuplés par des groupes ethniques minoritaires. Au Viêt Nam comme en Chine, on est bien en présence d’une même logique territoriale à l’œuvre depuis un à deux millénaires, qui s’est révélée d’une efficacité redoutable grâce à la puissance d’un État unitaire impérial puis national, capable de mobiliser et d’encadrer des masses paysannes dotées d’une même civilisation agraire très élaborée.

14On peut résumer en schématisant ainsi cette logique territoriale commune. Au cours d’une première phase, un Etat impérial unitaire et centralisé autour du siège impérial palatial est constitué (capitales successives : Chang’an-Xian, Beijing, Nanjing en Chine, Thang Long-Hanoï, Tây Dô, Hué au Viêt Nam). On assiste parallèlement à la densification progressive d’une population agraire grâce à des techniques de production agricoles intensives dans un espace central de plaines alluviales de culture céréalière rizicole ou sèche (millet, blé), irriguée à deux ou trois cultures annuelles : Grande Plaine du Nord prolongée par le bassin du Yangzi, le Delta du Fleuve Rouge et autres plus petit deltas de la plaine littorale du Viêt Nam prolongée par le delta du Mékong au Sud. Cet espace central est partiellement protégé grâce à l’aménagement d’une muraille (Grande Muraille chinoise, Son Phong vietnamien) mettant les paysans sédentaires han ou viêt à l’abri des incursions ou attaques des éleveurs nomades ou des montagnards agriculteurs itinérants. On est dans un modèle en carrés emboîtés autour d’une zone centrale bien maîtrisée.

15A la périphérie Nord, Sud et Ouest, sont installés des soldats-colons agriculteurs han (tuntian), viêt (dôn diên) par immigration de paysans venant de l’espace central impérial maîtrisé : sinisation et vietnamisation des périphéries. Les principautés ou états tributaires de la périphérie sont progressivement remplacés par un découpage administratif provincial centralisé en Chine comme au Viêt Nam. Cependant cette expansion sur des territoires voisins a pu être facilitée par l’octroi d’un statut d’autonomie formelle lors de l’établissement d’un régime communiste : régions autonomes, districts et territoires autonomes en Chine, Tây Bac, Viêt Bac au Viêt Nam...

16Au delà, l’expansion et la domination s’est aussi appliquée à d’anciens royaumes voisins : Mongolie, Tibet, Xinjiang pour la Chine. Au Viêt Nam, elle s’est traduite par l’occupation militaire à la suite des guerres d’Indochine, puis par des traités d’amitié avec le Laos et le Cambodge... Ces deux états, Chine et Viêt Nam, ont été en effet soumis à partir du XIXe siècle aux pressions des puissances voisines ou extérieures : mise en frontières de l’empire Qing, Mongolie extérieure, Tibet extérieur, Fédération Indochinoise française, états tampons du Laos et du Cambodge...

17Cette même logique territoriale a abouti à deux résultats différents : un grand Etat-nation qui peine à intégrer son grand Ouest (la Chine), un Etat-nation (le Viêt Nam) qui réussit à intégrer une première périphérie montagneuse mais se contente de renforcer son influence et une domination politico-économique relative sur deux états-tampons situés au delà de ses frontières occidentales (Laos, Cambodge). La Chine et la Thaïlande jouissent aussi d’une influence de plus en plus grande sur ces deux états qui cherchent à les utiliser comme contrepoids à l’influence vietnamienne plus ancienne et prégnante.

18La Chine malgré la masse considérable de sa population han (près d’un milliard et demi d’habitants), peine à intégrer son grand Ouest pour deux raisons principales. D’une part, de grands États y ont eu une existence de plusieurs siècles dans l’histoire (empires mongol et tibétain). Ils n’ont pas eu d’équivalent dans les hautes terres du Viêt Nam où les groupes ethniques étaient sans Etat ou n’avaient créé que de petits états comme dans le Sud de la Chine. Mongols et Tibétains du grand Ouest ont cherché à constituer leur Etat-nation au XXe siècle, ce qu’a réussi partiellement la Mongolie avec l’aide de la Russie puis de l’URSS après 1911 (la Mongolie extérieure), ce que n’a pas réussi le Tibet faute d’une aide suffisante de la Grande-Bretagne et de l’Inde. D’autre part, les conditions naturelles difficiles du grand Ouest (milieux montagneux et désertiques) n’ont permis jusqu’à présent une colonisation agricole puis industrielle significative de populations han que sur une partie de cet espace : Mongolie intérieure, Qinghai, Nord Xinjiang (Dzoungarie). La sinisation massive de la Mandchourie et d’une partie de la Mongolie intérieure, plaine alluviale, plateau ou collines en continuité avec l’espace central du Nord-Est, s’est effectuée au XXe siècle (front pionnier agricole puis industriel) mais n’a pas pu se poursuivre aussi efficacement au Xinjiang et au Tibet.

19Le Viêt Nam est en train de réussir l’intégration et l’homogénéisation de son territoire de hautes terres septentrionales et occidentales comme la Chine a réussi le sien au Sud (Guangxi, Guizhou, Yunnan), car les conditions y sont analogues : mosaïque ethnique de minorités montagnardes de plus en plus encadrées par un apport démographique important de migrants agricoles et urbains han ou viêt. L’avenir dira si la Chine pourra achever l’intégration territoriale des régions autonomes du Tibet et du Xinjiang, malgré les résistances intérieures appuyées par leurs diasporas qui mobilisent des appuis extérieurs.

20La Chine a toujours eu une vision du monde centrée sur elle-même; les idéogrammes désignant la Chine signifient "central" ou "le pays du milieu" autour duquel gravitent les autres sociétés "barbares". Si sa logique territoriale dans la longue durée a été essentiellement continentale, orientée vers le Sud et l’Ouest, elle s’est orienté au cours de périodes plus brèves, au XVe puis à la fin du XIXe et au XXe siècles, vers les océans Pacifique et Indien, vers la mer de Chine méridionale au Sud-Est de l’Asie. Cette région dans le prolongement du Sud de la Chine a reçu les premiers et le plus grand nombre de migrants chinois par voie terrestre ou maritime. C’est à travers elle que les Chinois ont mis en place leurs réseaux de diaspora.

Les réseaux de la diaspora chinoise : de l’Asie du Sud-Est au monde

21Les premières migrations d'une importance relative à partir de la Chine ne sont apparues que sous la dynastie des Song (960-1280) en direction des mers du sud (Nanyang), de l'Asie du Sud-Est à l'Inde. Cette expansion de la marine chinoise culminera au début du XVe siècle avec les expéditions de l'amiral Zheng He (1405-1433) sous les Ming jusque sur les côtes d'Afrique orientale. Après l'avènement des Mandchous (1644) la Chine s'est de nouveau fermée, l'émigration étant officiellement interdite de 1648 à 1893, mais les mers du sud, c'est à dire l'Asie du Sud-Est, ont continué à accueillir des commerçants et des exilés politiques chinois. Ainsi, jusqu'à la fin du XIXe siècle il n'y avait pas de terme pour désigner les émigrés chinois ni d'équivalent du mot diaspora, mais seulement le terme de marchands des mers du sud (Nanyang huashang). Ce n'est qu'après 1880 qu'apparaît le mot de qiao (émigré temporaire) puis de Huaqiao (émigré chinois), correspondant aux migrations de masse liées au phénomène colonial. C'est alors que la diaspora chinoise devient un phénomène majeur en Asie du Sud-Est.

22Dans le prolongement du monde chinois, à la fois par voie terrestre (péninsule indochinoise) et maritime (mer de Chine méridionale), la diaspora la plus proche et la plus nombreuse est celle d’Asie du Sud-Est, le Nanyang. Par voie continentale, l'expansion chinoise avait été stoppée dès le Xe siècle par le Vietnam. Elle s'est toujours manifestée de façon très diffuse, mais continue et réelle aux niveaux économique et culturel, à travers le réseau des pistes caravanières qui recouvre le vaste massif montagneux s’étendant du Yunnan et Guangxi aux pays de la Péninsule (Birmanie, Laos, Vietnam, Thaïlande, Cambodge). A partir de la fin de la guerre froide et du décloisonnement des frontières, des axes routiers de communication ont été aménagés facilitant les migrations chinoises.

23Par voie maritime les liens entre les provinces littorales chinoises, l'Archipel et les côtes de la Péninsule sont anciens. Ils se sont particulièrement développés dès le IIIe siècle après J. C. avec le Funan, le Champa et Java, puis lors de la croissance de la puissance de la marine chinoise du XIe au XVe siècles, avec en particulier les expéditions de l'amiral Zheng He entre 1405 et 1433, puis de nouveau après l'arrivée de la dynastie mandchoue qui provoqua l'émigration des partisans des Ming à partir de 1644. Mais les plus grosses migrations se sont déroulées pendant la colonisation occidentale de l'Asie du Sud-Est entre le milieu du XIXe et le début du XXe siècles, si bien qu'aujourd'hui environ 80 % des Chinois d'Outre-Mer sont en Asie du Sud-Est. Les puissances coloniales avaient besoin de cette main d'œuvre chinoise pour développer l'exploitation minière et l'agriculture de plantation. L'importance numérique de cette diaspora et son niveau d'intégration varie selon les pays, de plus de 30 % en Malaysia à 2 % en Birmanie, mais partout son influence commerciale et économique est grande, voire dominante. L'arrêt de l'immigration à partir du milieu du XXe siècle a facilité l'intégration de ces Chinois. D'autre part, l'ouverture de la Chine continentale après 1978 a permis à la diaspora de renouer les liens familiaux et économiques avec ses territoires d'origine.

24La diaspora chinoise est très fortement majoritaire dans la cité-État de Singapour principal pôle économique de l'Archipel, et en position très favorable dans la plupart des autres pôles urbains et économiques de l'Asie du Sud-Est. Cette multipolarité chinoise sud-est asiatique est en relation de plus en plus intense et forte avec la multipolarité de la Chine littorale et maritime, de Hong-Kong, Macao et Taïwan. Depuis l'ouverture des frontières, un corridor économique de l'Asie orientale depuis le Japon et la Corée du Sud jusqu'à Singapour et Djakarta s’est formé, corridor dont la diaspora chinoise est la cheville ouvrière. Il faut rappeler que plus de 90 % de cette diaspora est originaire de la zone littorale des trois provinces du Fujian, Guangdong et Hainan.

25La diaspora chinoise d'Asie du Sud-Est, par son importance numérique, sa proximité géographique, l'ancienneté de ses liens avec la mère-patrie, a une situation tout à fait particulière dans la diaspora chinoise mondiale. Les communautés chinoise de cette région ont été à plusieurs reprises victimes de pogroms (Malaisie, Vietnam, Indonésie, Cambodge) ou de tracasseries plus ou moins grandes à cause de leurs liens privilégiés avec les anciens colonisateurs occidentaux ou ensuite avec la Chine maoïste, perçue comme une menace, ce qui a contribué à renforcer leur sentiment identitaire par delà leurs diversités culturelles d'origines.

26Une diaspora chinoise transocéanique a été issue d'une véritable traite des coolies dès 1840, au moment de l'ouverture des ports chinois, pour remplacer les esclaves noirs émancipés dans les plantations des îles à sucre (Maurice, Réunion, Hawaï, Jamaïque, Cuba...), ou pour travailler dans les mines d'Afrique du Sud, du Pérou et sur les grands chantiers comme le canal de Panama ou la construction des chemins de fer transcontinentaux en Amérique du Nord. Les ruées vers l'or (1849 Californie, 1851-1890 Australie, 1858 Canada) ont été l'autre grande cause de mobilisation d'immigrants chinois, cantonais dans leur majorité, pour les pays neufs.

27Après une période de fermeture qui dura de la fin du XIXe siècle au début des années 1970, des entrepreneurs, des banquiers arrivèrent dans les pays occidentaux, avec leurs capitaux, de Hong Kong ou Taïwan ou des pays de l'Asie du Sud-Est passés au communisme après 1975. Cette immigration d'un type nouveau jointe à celle des cerveaux et à l'ascension sociale de la deuxième génération des immigrants passée par les universités a permis à ces communautés de dépasser largement les 100 000 membres et de participer de plus en plus aux élites de ces pays. Une nouvelle immigration souvent clandestine depuis l'ouverture de la Chine continentale peupla de nouveau les anciennes chinatowns qu'avaient abandonnées pour les zones suburbaines les classes moyennes en pleine expansion.

28Loin du pays d'origine cette diaspora occidentale n'est pas soumise aux mêmes pressions ou menaces éventuelles que celle des pays de l'Asie du Sud-Est. Elle est en train de devenir avant tout une diaspora d'entrepreneurs et d'intellectuels dont les liens avec les pôles multiples du monde chinois et de la diaspora ne se font plus seulement par l'intermédiaire des associations régionales et claniques (huiguan), mais par des relations capitalistiques banales, par les banques en particulier. Les associations de crédit (hui) basées sur des relations de parenté, d'amitié et de clientèle (relations patron-clients) jouent un rôle fondamental dans la fondation et le développement de ces entreprises qui s'appuient sur la famille étendue. Ce complexe de relations socio-économiques (guanxi) les insère dans la société au sens large et dans un espace transfrontalier multipolaire. Les villes de la côte chinoise de Shanghai à Canton sont en relations de plus en plus étroites avec Hong Kong et Taïwan, mais aussi avec les principales métropoles de l'Asie du Sud-Est et avec la Californie, Vancouver-Seattle et l'Australie. Une élite d'entrepreneurs et de scientifiques chinois formée en anglais dans les universités des puissances anglo-saxonnes (États-Unis, Canada, Australie, Grande Bretagne) ou des principaux pôles asiatiques de la diaspora (Hong Kong, Taipei, Singapour). La diaspora chinoise a une envergure planétaire avec un centre de gravité qui se situe sur les rives occidentales du Pacifique.

29La logique territoriale chinoise, depuis longtemps continentale et impériale, a été complétée dans une période plus récente, à partir du XVe mais surtout aux XIXe et XXe siècles, par une logique réticulaire diasporique, disséminant des communautés chinoises dans le monde entier à partir des côtes orientale et méridionale de la Chine. Ces logiques maritimes réticulaires, polycentriques, ont été développées beaucoup plus tôt et plus systématiquement dans les Méditerranées européenne et asiatique par les Grecs et les Malais.

Les logiques territoriales grecques : des cités-Etats aux empires, à la diaspora et à l’Etat-nation

  • 6 La constitution, la forme du gouvernement interne, étaient très variables. L’essentiel était l’indé (...)

30L’espace émietté de la cité-État grecque a duré environ 1 200 ans dans tout le bassin méditerranéen et au Moyen-Orient. Il a fonctionné selon une logique de l’essaimage de cités-États, d’unités indépendantes, le long des littoraux6. La logique territoriale était simplement la constitution d’un réseau de noyaux étatiques indépendants, dispersés le long des côtes de la Méditerranée par essaimage à partir du bassin égéen, mais l’hellénisation des populations se limitait le plus souvent à une frange littorale, ne pénétrant pas ou très peu à l’intérieur des terres en Asie Mineure ou dans la Grande Grèce (Italie du Sud, Sicile).

31L’identité grecque a eu, dans la longue durée, pour fondement, en premier lieu une langue qui occupe une position singulière parmi les langues indo-européennes et qui est dotée d'une grande continuité, en second lieu une religion qui a changé au début de notre ère, mais a toujours été centrale pour définir cette identité. La pluralité et le polycentrisme socio-politiques l'ont toujours emporté, même s'il y a eu des tentatives plus ou moins longues et réussies d'unification politique. L'État a pris des formes variées et multiples et la nation plusieurs acceptions (genos, ethnos), si bien qu'ils n'occupent pas une place aussi centrale que la langue et l'éducation d'une part, la religion de l'autre, dans la définition de l'identité grecque et de l'Hellénisme.

32Si la continuité a été une caractéristique majeure de l'Hellénisme pendant trois millénaires, continuité dont le symbole est la langue, cela ne va pas sans ruptures ou bifurcations qui ont été marquées par des restructurations profondes de ce phénomène ethnoculturel. Elles sont les conséquences des principaux apports extérieurs ayant eu une influence sur la configuration spatiale :

33- le passage du polycentrisme des cités-Etats de l'Antiquité à des états territoriaux plus importants avec la Macédoine de Philippe à la fin du IVe siècle et l'époque hellénistique qui a suivi (IIIe au Ier siècle av. J. C.).

34- le passage de la religion polythéiste de l'Antiquité au Christianisme dans le cadre de l'Empire romain, le grec étant le principal vecteur de cette religion avec les Evangiles rédigés en Grec, les Pères de l'Eglise et les premiers conciles œcuméniques qui se tiennent tous dans l'Orient grec (IIIe-IXe siècle ap. J. C.). Cette discontinuité est marquée par le changement d'ethnonyme : Romaioi au lieu d'Hellines. Ce dernier nom étant désormais réservé aux idolâtres restant fidèles au polythéisme antique et vigoureusement combattus par l'Église chrétienne devenue dominante.

35- la chute de Byzance en deux temps : 1204 prise de Constantinople par les Croisés qui marque l'approfondissement de la rupture avec l'Occident, 1453 prise de Constantinople par les Turcs ottomans. Pendant quatre siècles, l'Hellénisme s'est identifié au millet chrétien orthodoxe de l'empire Ottoman, dirigé par le Patriarche œcuménique de Constantinople, et à sa diaspora européenne par laquelle ont été introduites les idées nouvelles, celle d'État-nation en particulier.

36- l'avènement d'un État-nation grec pro-occidental, surtout à partir de la monarchie bavaroise (1831) et de la séparation de l'Église orthodoxe grecque du Patriarcat œcuménique, celle-ci devenant autocéphale (1833). Le retour à l'ethnonyme Hellines et la référence à l'Antiquité classique caractérisent cette nouvelle bifurcation. L’influence de la philosophie des Lumières et des idées issues de la Révolution française (1789) a été le facteur déclenchant.

37On assiste actuellement à une cinquième bifurcation. Aujourd'hui l'Hellénisme est obligé de sortir du cadre un peu étroit de son État-nation, la Grèce, dans lequel il avait eu tendance à s'enfermer depuis 1923, pour entrer dans l'Union Européenne (1981) et renouer avec sa diaspora mondiale de façon plus organique (1995).

38La géohistoire de l'Hellénisme a été centrée sur l'espace littoral et archipélagique de la mer Égée et de la Propontide (mer de Marmara) qui de l'époque mycénienne à 1922 est resté de peuplement très majoritairement grec et a inclus les principaux centres de l'Hellénisme : Athènes et Constantinople, mais aussi toutes les autres cités ou villes qui ont eu un rayonnement important à une ou plusieurs époques de cette histoire de trois à quatre millénaires (Corinthe, Rhodes, Délos, Milet, Pergame, Smyrne, Nicée, Chio, Sparte, Mistra, Pella, Thessalonique, Andrinople....). Elles ont toutes été des capitales et/ou des carrefours d'échanges commerciaux, intellectuels et artistiques. Malgré l'hégémonie récurrente d'Athènes et/ou de Constantinople selon les époques, le polycentrisme a le plus fréquemment caractérisé cet espace central.

39Alors que l'Asie Mineure occidentale et centrale était majoritairement hellénisée au VIe siècle, l'Hellénisme n'a cessé d'y reculer, surtout depuis le XIe siècle avec la poussée turque qui s'est poursuivie jusqu'à une époque récente par l'occupation du Nord de l'île de Chypre (1974). Le Désastre de 1922, suivi du traité de Lausanne (1923) déracinant un million et demi de Grecs d'Asie Mineure réfugiés en Grèce, a amputé cet espace central de toute sa partie orientale. Les côtes occidentale et septentrionale d'Asie Mineure et le Bosphore (nouvel exode de populations grecques de Constantinople en 1954) grecs depuis plus de deux millénaires ont été durablement perdus pour l'Hellénisme. Cette "Catastrophe" nationale a été un traumatisme profond.

40Des espaces péricentraux sont restés grecs pendant un à deux millénaires mais ne conservent aujourd'hui que des traces archéologiques et quelques très rares communautés qui peuvent être qualifiées de reliques (patriarcats de Jérusalem et d'Alexandrie). Les avancées extrême occidentale et orientale de l'Hellénisme antique n'ont laissé aujourd'hui que des restes archéologiques comme témoignages directs. L'émigration et la constitution d'une diaspora pendant les quatre siècles au cours desquels tout Etat grec indépendant a disparu a été l'une des réponses de l'Hellénisme en vue d'assurer sa survie.

41Une première diaspora a donc été européenne occidentale et italienne (XVIe au XIXe siècle) d'un côté, balkanique et européenne orientale de l'autre, les empires pluriethniques austro-hongrois et russe favorisant le développement de diasporas. Au XXe siècle, la diaspora européenne occidentale a été réactivée par des migrations de Chypre en Angleterre, et du Nord de la Grèce en Allemagne Fédérale, en relation avec la forte croissance économique qui a dominé en Europe jusqu'en 1973. En Europe Orientale, la coupure est-ouest a favorisé l'assimilation des minorités grecques dans les divers pays socialistes. Une émigration de quelques centaines de milliers de réfugiés politiques communistes s'est produite à la fin de la guerre civile (1949-50), mais une grande partie d'entre eux sont rentrés en Grèce après 1974. En Europe occidentale, la diaspora s'est accrue au cours des dernières décennies et a mieux préservé son identité qu'en Europe orientale. En Union Soviétique, les Grecs Pontiques ont conservé une grande partie de leur identité et ont recréé des associations après 1985, mais une partie de plus en plus importante d'entre eux a émigré en Grèce depuis 1989.

42L'extension la plus lointaine de la diaspora, son auréole externe, est en Amérique du Nord, en Afrique du Sud et dans le Pacifique (Etats-Unis, Canada, Union Sud Africaine, Australie). Elle est issue des deux grandes vagues migratoires du XXe siècle (début du siècle et après la seconde guerre mondiale). En 1980, 60 % de la diaspora grecque dans le monde était en Amérique. Les Etats-Unis avec 1 à 2 millions de grecs américains ont de loin la plus forte communauté grecque de l'étranger. La majorité ayant immigré entre 1890 et 1920, dès 1940 les Grecs américains de la seconde génération étaient la majorité. L'identité grecque américaine n'a pas été absorbée par le melting pot, mais reste très vivante aux troisième et quatrième générations. En Afrique et à un moindre degré en Inde (deux communautés seulement), la diaspora hellénique s'est faite l'auxiliaire de la colonisation britannique, française et belge. D'Egypte, les Grecs ont progressé vers le sud au Soudan et en Ethiopie dans la seconde moitié du XIXe siècle. Ces deux auréoles externes de la diaspora ont une profondeur historique de l'ordre de un à cinq siècles, nettement inférieure à celle des trois auréoles internes qui se compte en millénaires. Elles ont cependant joué un rôle essentiel dans la survie de l'Hellénisme et apportent un soutien non négligeable à l'Etat grec actuel.

43Les logiques territoriales grecques de l’Antiquité à nos jours ont durablement joué sur les dispersions de cités-Etats colonisatrices, puis de communautés diasporiques, et sur l’emprunt plus ou moins durable de structures impériales (empire d’Alexandre, Etats hellénistiques, empire byzantin), enfin sur la construction tardive d’un Etat-nation en relation avec une diaspora mondiale. La Méditerranée asiatique, en Asie du Sud-Est, a été aussi le siège d’une logique territoriale de cités-Etats, les sultanats malais qui ont prospéré le long des détroits de Malacca entre péninsule indochinoise et archipel indonésien.

Les logiques territoriales transfrontalières du monde malais : Malaysia, Singapour, Brunei, Indonésie

44Même si un seul des États actuels, Brunei, est directement issu du réseau des sultanats malais, une notion centrale, indispensable à la compréhension de cet espace de circulation, c’est celle de cité-État. N’est elle pas étroitement associée à celle actuelle de triangle de croissance et de corridor économique, c’est-à-dire à une dimension transnationale ?

45Contrairement aux cités agraires des Etats mandala en parfaite continuité avec les espaces ruraux environnants, les cités marchandes des sultanats juxtaposaient des diasporas spécialisées dans les activités commerciales et le prêt d'argent. Celles-ci étaient soudées le plus souvent par l'endogamie et la pratique d'une religion spécifique, qui pouvait être hindouiste (Banyan, Chettiar), mazdéenne (Parsi), chrétienne (Arméniens, Portugais), judaïque ou surtout islamique (Arabes, Chinois, Malais, Bugis). Ces sultanats se distinguaient ainsi très clairement des territoires limitrophes par leur caractère cosmopolite. Leurs quartiers (kampung) correspondaient aux diverses communautés et étaient regroupés autour des marchés et du port. Ils dépendaient des réseaux maritimes, d'une succession linéaire de carrefours commerciaux, et d'un centre religieux lointain difficilement accessible, La Mecque. L'autorité du sultan et celle de l'élite urbaine des principaux marchands (orang kaya) étaient responsables du bon ordre et de la prospérité. Le malais écrit en alphabet arabe servait de langue véhiculaire (M. Bruneau, 2006, 162-180).

46Ces sultanats se sont souvent maintenus jusqu'au XIXe siècle, se livrant entre eux à une concurrence agressive. Ainsi un espace spécifique s’est constitué dans la longue durée autour des détroits de Malacca. Il s’agit d’un espace clé, aussi bien au niveau de l’Asie du Sud-Est qu’au niveau mondial, dont l’analyse nécessite une approche multi-scalaire : route maritime majeure à l’échelle continentale et mondiale, mer intérieure au monde malais, frontière et ligne de rupture économique séparant des ensembles nationaux économiquement inégaux, effet de miroir sur les deux rives qui se font face. Il est caractérisé par le croisement de deux logiques de développements territoriaux nord-sud et est-ouest qui ont joué et rejoué au cours de l’histoire. C’est le lieu de la formation de grands pôles économiques et politiques étendant leur pouvoir, leur influence sur des espaces plus vastes que ceux des détroits stricto sensu : Srivijaya, Malacca, Aceh, Johor, Singapour. Ils ont réussi partiellement et temporairement à surmonter une fragmentation récurrente en unités étatiques plus petites. Les logiques étatiques centralisatrices de la Thaïlande ou de l’Indonésie et réticulaires des ports-comptoirs s’y affrontent et s’y combinent de façon récurrente dans le temps. Cet état de fait est ancien, il remonte au début de notre ère. Les structures étatiques et les pôles d’échanges ont varié, changé de localisation, mais, de façon récurrente, ils se sont reproduits dans la longue durée, maintenant dans cet espace une tension constante entre des logiques centripètes mono-centriques et des logiques centrifuges polycentriques.

47Les détroits n'ont jamais été une séparation, ni même une ligne de discontinuité majeure entre Sumatra et la péninsule malaise. Les liens de proximité entre les deux rives sont récurrents dans la longue durée. De même, la subdivision entre deux sous-ensembles, l'un au nord, l'autre au sud, a été une constante. Les fleuves ouest-est à Sumatra ont orienté la circulation des marchandises et des hommes, poursuivant leur trajet de l'autre côté du détroit, la mer n'étant nullement un obstacle mais plutôt un lien. Les Minangkabau des hautes terres de Sumatra ont contribué au peuplement du Negeri Sembilan malaisien, les Malais de Riau à celui des îles des détroits et du Johor, les Toba au peuplement du Selangor, les Acihais à celui de Penang. Dans le sens inverse, ce sont les Chinois ayant émigré à Singapour ou à Penang qui se sont installés à Sumatra, attirés par l'économie de plantation. Des populations nomades de la mer, Orang Laut puis Bugis, pirates et contrebandiers chinois, ont constamment sillonné l'espace entre les deux rives. L'espace des sultanats, celui des États bouddhistes et hindouistes qui les ont précédés, s'est toujours étendu sur les deux rives, afin de valoriser les liens de proximité et de contrôler à la fois les flux transversaux et les flux méridiens du commerce maritime.

48La multipolarité et le polycentrisme de ports-comptoirs-entrepôts caractérisent les détroits de Malacca de façon récurrente, même s’il a été ou est soumis aux contraintes de la centralisation d’États-nations, qui se sont constitués dans la seconde moitié du XXe siècle. L’ère de la mondialisation renforcée est favorable à ce polycentrisme, qui a dominé du XIIIe au début du XXe siècle et qui connaît une renaissance de nos jours. Les frontières des États-nations, qui ont pu cloisonner quelque peu cet espace aux époques de la colonisation et d’après les indépendances, sont aujourd’hui de moins en moins des obstacles à la circulation des marchandises et des capitaux, mais le restent en partie pour la circulation des hommes. Les triangles de croissances ou corridors économiques au Nord et au Sud des détroits réunissent de nouveau leurs deux rives. La cité-Etat de Singapour s’est transformée en « cité globale », en soignant la qualité de ses infrastructures portuaires et aéroportuaires, en attirant un maximum d’investissements de multinationales étrangères, en multipliant ses propres investissements dans toute l’Asie orientale et en devenant la première place financière du Sud-est asiatique ainsi qu'un pôle d’interconnexion mondiale de l’information et de la télécommunication.

Conclusion : logiques territoriales et Etats-nations

49Les nomades conquérants arabes ou turcs ont créé des empires plus ou moins durables, auxquels ont succédé des Etats dont l’aptitude à se transformer en Etats-nations viables a été très inégale dans ces deux cas. A l’Etat-nation turc solidement construit selon un modèle européen au prix de purifications ethniques on peut opposer la très grande fragilité des Etats-nations arabes postcoloniaux. Enfin des peuples des marges d’empires tels que les Arméniens et les Kurdes, particulièrement résilients, ont traversé les invasions conquérantes des peuples nomades arabes et turcs, toutes les phases impériales, en conservant leur identité et en s’efforçant, au XXe siècle, de créer leur Etat-nation.

50De la Chine, ayant longtemps privilégié une logique d’intégration de ses périphéries continentales grâce à la réserve démographique de ses colons-pionniers han, aux migrations maritimes marchandes des Grecs et des Malais, installant leurs ports-comptoirs, cités-Etats, sur les rives de leur Méditerranée, les différentes structures étatiques ont été les acteurs principaux des logiques territoriales de leurs espaces striés. Les espaces lisses des peuples nomades arabes ou turcs conquérants se sont transformés en espaces impériaux striés, et ont connu des évolutions divergentes au moment de la formation des Etats-nations. La trajectoire spatio-temporelle des Turcs a été constamment enrichie par les logiques extérieures de l’Islam arabo-persan et de ses institutions héritées des Sassanides et Samanides persans, des Mongols puis de l’Empire byzantin dont les Ottomans ont repris des éléments structurels. La fin de l’Empire ottoman, qui aurait pu se traduire par la disparition de tout Etat turc, a débouché, à travers plusieurs épisodes guerriers très violents (guerres balkaniques, Première Guerre mondiale, guerre gréco-turque), sur un Etat-nation turc sanctuarisant l’Asie Mineure ou Anatolie et la Thrace orientale en un territoire national, qui se voulait exclusivement turc et a eu tendance à nier toute présence minoritaire non musulmane sunnite (Alevis) ou non turcophone (Kurdes).

  • 7 Les Arabes, lors de leur première expansion (634-656) ne représentaient vraisemblablement pas plus (...)

51Les Etats arabes, issus de la fin de l’Empire ottoman puis de la décolonisation, sont rarement devenus des Etats-nations durables. Ibn Khaldûn au XIVe siècle avait analysé le fonctionnement de l’Etat impérial omeyyade puis abbasside (Martinez-Gros G., 2006, 159-192). Il était basé sur une séparation entre une population sédentaire de producteurs agricoles et artisanaux qui, dans les deux premiers siècles de l’Islam étaient très majoritairement chrétiens, juifs ou zoroastriens, et des Bédouins arabes détenteurs de la violence tribale (asabiya) qui assurait leur domination conquérante. Entre les IXe et XIIe siècles, la conversion à l’Islam de la majorité du peuple sédentaire et souvent son arabisation ont changé les termes de cette dichotomie en passant la violence guerrière à d’autres asabiyat, en particulier aux Turcs (Mamelouks, Seldjoukides, Ottomans) et aux Mongols7. Les peuples résilients de la longue durée que sont les Arméniens et les Kurdes doivent leur survie à une logique territoriale, qui a combiné morcellement politique et grande mobilité, dans leurs espaces montagneux difficiles d’accès, aux réseaux de leur diaspora eurasiatique puis mondiale sans laquelle il ne pourrait y avoir d’Etat-nation.

  • 8 L’Etat-mandala ne se définissait pas par son périmètre, par ses frontières, mal délimitées et fluct (...)
  • 9 Seule la Birmanie n’a pas encore réussi à intégrer véritablement ses minorités ethniques à son terr (...)

52Des cités-Etats, des principautés ou émirats, aux empires ou royaumes, puis Etats-nations, la dimension territoriale des peuples du continent eurasiatique obéit dans la longue durée à des logiques dont on a donné ici quelques exemples. Cette approche géo-historique est fondamentale pour comprendre l’inégale solidité ou fragilité des Etats qui se répartissent dans ces espaces eurasiatiques. Divers types d’empires multi-ethniques et de cités-Etats y dominaient avant l’intervention des impérialismes coloniaux occidentaux. Des Etats territoriaux précoloniaux ont préfiguré les Etats-nations créés après la colonisation au moment des indépendances. Les Etats indiens mandala8 ou l’Etat chinois, plus unitaire et centralisé, étaient de type impérial ayant vocation à être universels, centres du monde. Ils exerçaient un contrôle décroissant du centre aux périphéries, avec des frontières de type zonal. Les Etats actuels sont issus de ces Etats anciens, mais après une politique de réformes et de modernisation se référant à des modèles européens d’Etats-nations, même en Thaïlande, pourtant le seul Etat ayant échappé à la colonisation. On peut donc dire que ces Etats-nations asiatiques même s’ils sont issus plus ou moins directement d’Etats précoloniaux ou précapitalistes ont été, pendant la période coloniale et après les indépendances, influencés par des modèles européens, à travers leurs courants nationalistes et leurs politiques de modernisation. L’ordre étatique postcolonial dans l’Asie d’entre Inde et Chine n’est pas foncièrement différent de celui qui existait avant l’intervention de l’impérialisme occidental. Il a depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale fait preuve d’une relativement grande stabilité9.

53Par contre, au Moyen-Orient et dans les Balkans, la fin des empires multi-ethniques s’est traduite par une grande instabilité et un ordre étatique souvent remis en cause jusqu’à la période actuelle (M. Bruneau, 2014). La plupart des pays arabes, à l’exception de l’Egypte, n’ont pas encore réussi à se doter des structures sociopolitiques et territoriales durables d’un véritable Etat-nation (Irak, Syrie, Jordanie, Palestine, Libye, par exemple), de même les Etats balkaniques issus de la dissolution de la fédération yougoslave. La principale conséquence de la formation des Etats-nations à dominante ethno-nationale, les plus répandus, est l’apparition de minorités nationales qui revendiquent des droits, une autonomie, voire une indépendance pour fonder leur propre Etat-nation ou se rattacher à un autre Etat-nation voisin. En Europe, et en particulier dans les Balkans, ou en Asie Mineure, ces Etats-nations ont été construits dans la violence de guerres, de purifications ethniques, voire de génocides, avec une tendance à la fragmentation (balkanisations) tout au long du XXe siècle (J. F. Gossiaux, 2002). Peu d’Etats-nations ont réussi à intégrer leurs minorités sans conflits, qu’elles soient sous la forme de diasporas ou territorialisées. Ces conflits violents se sont multipliés au moment de la dissolution des empires multiethniques (empires austro-hongrois, ottoman, empires coloniaux). Par contre, les Etats impériaux non directement colonisés tels que l’Iran, la Chine, le Japon ou la Thaïlande ont mieux réussi leur transition ethno-nationale sans conflit majeur avec leurs minorités ethniques.

54Le concept géo-historique de logique territoriale nous est apparu, à travers des exemples pris dans ces espaces eurasiatiques, comme une clé essentielle pour comprendre la résilience ethnoculturelle de peuples dans la longue durée, leur capacité à construire des Etats territoriaux, et plus récemment des Etats-nations viables. Leur territoire national est souvent le fruit d’un long processus historique qui peut avoir bénéficié de l’appui de réseaux diasporiques à des périodes décisives de sa formation. Si les Chinois, les Vietnamiens et les Turcs n’ont pas eu besoin d’une diaspora pour consolider et accroître leur territoire, les Grecs, les Arméniens et les Kurdes doivent en grande partie à leur diaspora leur survie et leur capacité à construire un territoire national.

Haut de page

Bibliographie

ANTONIOLI M., 2003, Géophilosophie de Deleuze et Guattari, Paris : L’Harmattan, 268 p.

AXELOS K., 1970, « Le Logos fondateur de la dialectique » dans Vers la pensée planétaire, Paris : Les Editions de Minuit, p. 77-92.

BAZIN L., 1986, « Les peuples turcophones d’Eurasie : un cas majeur d’expansion linguistique », Hérodote, N° 42, 75-109.

BERT J. F., 2008, Un certain sens du concret, Strasbourg : le Portique, carnets, 37-83.

BRUNEAU M, 2001, « Peuples-monde de la longue durée : Grecs, Indiens, Chinois », l’Espace géographique, p. 193-212.

BRUNEAU M., 2004, Diasporas et espaces transnationaux, Paris : Anthropos-Economica, 249 p.

BRUNEAU M., 2006, L’Asie d’entre Inde et Chine : logiques territoriales des Etats, Paris : Belin, 317 p.

BRUNEAU M., 2014, « Les Etats-nations de l’espace eurasiatique issus d’empires, de cités-Etats, d’Etats-mandala : que doivent-ils au modèle européen occidental ? », l’Espace géographique, 3, p. 251-264.

BRUNEAU M., 2015 a, « L’espace-temps des Turcs et de la Turquie, de l’Eurasie à l’Anatolie : essai de modélisation graphique », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 726, mis en ligne le 01 juin 2015. URL : http:// cybergeo.revues.org/27019 ; DOI : 10.4000/cybergeo.27019.

BRUNEAU M., 2015 b, De l’Asie Mineure à la Turquie : minorités, homogénéisation ethno-nationale, diasporas, Paris : CNRS-Editions, 412 p.

BRUNHES J., VALLAUX C., 1921, La Géographie de l’Histoire, Paris : Félix Alcan, 716 p.

DELEUZE G., GUATTARI F., 1980, Mille Plateaux, Paris : Les Editions de Minuit, 645 p.

DESCOMBES V., 2013, Les embarras de l’identité, Paris : Gallimard, 282 p.

GODELIER M., 2009, Communauté, Société, Culture, Paris : CNRS-Editions, 63 p.

GODELIER M., 2010, Les tribus dans l’Histoire et face aux Etats, Paris : CNRS-Editions, 86 p.

GOSSIAUX J.-F., 2002, Pouvoirs ethniques dans les Balkans, Paris : Presses Universitaires de France, 217 p.

GOTTMANN J., 1952, La politique des Etats et leur géographie, Paris : Armand Colin, 228 p.

HAUDRICOURT A. G., 1962, « Domestication des animaux, culture des plantes et traitement d’autrui », L’Homme, 2 (1), p. 40-50.

LE BERRE M., 1992, « Territoires », dans Encyclopédie de Géographie, A. Bailly, R. Ferras, D. Pumain (dir.), Paris : Economica, p. 617-638.

MARTINEZ-GROS G., 2006, Ibn Khaldûn et les sept vies de l’Islam, Arles : Sindbad-Actes Sud, 363 p.

MARTINEZ-GROS G., 2014, Brève histoire des empires, Paris : Seuil, 216 p.

ROSIÈRE St., 2006, Le nettoyage ethnique : terreur et peuplement, Paris : Ellipses, 297 p.

VAISSIÈRE de la E., 2002, Histoire des marchands sogdiens, Paris, Collège de France, Institut des Hautes Etudes Chinoises.

Haut de page

Notes

1 Pour Maryvonne Le Berre (1992, 623), « Tout territoire résulte d’un processus d’appropriation d’une portion de l’étendue terrestre par un groupe social. Il est généralement marqué par des conflits plus ou moins longs, plus ou moins violents avec d’autres groupes revendiquant éventuellement la même portion de la surface terrestre… De cette appropriation résulte la spécification d’une aire d’extension et de limites territoriales à l’intérieur desquelles le groupe exerce son pouvoir (quel qu’il soit) ».

2 Le logos se réfère à trois domaines différents mais liés : la faculté mentale ou intelligence rationnelle, le raisonnement, le concept ou la notion. Le logos qui dévoile le monde se manifeste avec la parole et la pensée associées ; « Le logos est le lien universel, la lumière qui rend possible le dévoilement de l’être en devenir de la totalité » (K. Axelos, 1970, 84). « Le logos, par et à travers les symboles, c’est-à-dire les signes, dévoile le sens de ce qui est. Le symbole, loin d’être une simple entité « mythologique » ou une réalité « esthétique », fait surgir la vraie nature du phénomène dont il est l’expression » (K. Axelos, 1970, 89). De logos on passe naturellement au terme de logique.

3 J. Brunhes et C. Vallaux (1928, 269-392), en identifiant « trois problèmes fondamentaux de la géographie politique », ont parmi les premiers étudié les rapports entre l’Etat et son territoire à travers l’extension géographique de « régions actives », le rôle de la capitale, la nature et l’évolution des frontières, esquissant une analyse des logiques territoriales des peuples et des Etats.

4 Très proche de la notion d’ethnie, celle de peuple au sens « d’un ensemble d’individus qui, sans habiter dans le même pays, sentent qu’ils appartiennent à une même communauté par leur origine, leur religion ou un autre lien » (A. Rey, 1992, 1496), qui est le plus souvent linguistique. Il ne s’agit pas nécessairement d’une nation mais d’une entité proche, parce que l’appartenance à un peuple implique une conscience, dont les fondements peuvent varier d’un peuple à l’autre (langue, structure sociopolitique récurrente, religion). Il s’agit comme l’ethnie d’un ensemble plus ancien qu’une nation, dont la notion, dans sa signification actuelle, n’est apparue qu’au XVIIIe siècle. Cette notion de peuple, comme celle d’ethnie, s’inscrit dans un temps long, plus long que celui des Etats ou des dynasties qui les dirigent : « dans un peuple, les générations se succèdent à la manière dont un fleuve se maintient dans l’existence par le renouvellement ininterrompu de ses eaux » (V. Descombes, 2013, 194).

5 Un outil particulièrement important et significatif de ces logiques territoriales est la carte qui est apparue plus ou moins tôt chez chacun de ces peuples. La présence ou l’absence de cartes a influé ou induit des représentations territoriales différentes chez chacun de ces peuples. D’autre part, le caractère nomade ou sédentaire de chacun de ces peuples, leur rapport à la mer, à la guerre, sont sous-jacents à leur logique territoriale.

6 La constitution, la forme du gouvernement interne, étaient très variables. L’essentiel était l’indépendance, ou au moins l’autonomie, de chacune d’entre-elle, quelle que soit la forme de l’organisation englobante ou de l’État au sein desquels elles se trouvaient : empire, royaume, ligue ou confédération de cités. Ces cités-États (polis) se sont développées avec leurs propres institutions politiques (politeia) et leur citoyenneté sur les côtes de la mer Égée, puis se sont étendues à toutes les côtes méditerranéennes et du Pont-Euxin (phénomène de la colonisation antique).

7 Les Arabes, lors de leur première expansion (634-656) ne représentaient vraisemblablement pas plus de 2 à 3 % de la population de leur empire, de même les peuples islamiques qui les ont suivis. Mais cela suffisait pour assumer la souveraineté et exercer les fonctions de violence dans l’Etat. Ces conquérants, sous la forme de dynasties successives, ont dominé les masses sédentaires, avant que leurs descendants ne se fondent peu à peu en elles et que surgissent éventuellement d’autres conquérants (Martinez-Gros G., 2014).

8 L’Etat-mandala ne se définissait pas par son périmètre, par ses frontières, mal délimitées et fluctuantes, mais par la puissance, la grandeur et le rayonnement de son centre. Ce modèle se référait aux doctrines hindouistes ou bouddhistes ou à une combinaison des deux. L’univers de forme circulaire avait une structure aréolaire en zones concentriques autour du mont Meru, la capitale étant conçue à l’image même de cet univers. Le Funan, le Champa, Java (Majapahit), Angkor (jusqu’au Xe siècle) se référaient à la représentation brahmanique, Angkor tardif, Pagan, Sukhothai, Ayuthaya, à la représentation bouddhique. Le centre, le palais royal et la cour, la capitale, qui pouvait se déplacer à l’intérieur de cette aire centrale, définissait l’Etat-mandala (M. Bruneau, 2006, 48-50).

9 Seule la Birmanie n’a pas encore réussi à intégrer véritablement ses minorités ethniques à son territoire national.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Bruneau, « Logiques territoriales et États-nations dans les espaces eurasiatiques », L’Espace Politique [En ligne], 31 | 2017-1, mis en ligne le 19 avril 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/4288 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.4288

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org