Navigation – Plan du site

Philippe Fargues, (dir.), Migrations méditerranéennes, Florence : 2005, European University Institute, Robert Schuman Centre for Advanced Studies

Rapport téléchargeable gratuitement sur le site Internet du CARIM Consortium
Yann Richard

Texte intégral

1Le rapport écrit sous la direction de Philippe Fargues fait date dans l’étude des migrations transméditerranéennes pour plusieurs raisons. Il apporte une vision synthétique de la situation migratoire dans neuf pays riverains de la Méditerranée. Il fournit des études de cas par pays, qui permettent d’établir facilement des comparaisons internationales. Il donne des éléments chiffrés de grande valeur qui n’existent pas dans d’autres publications.

2La valeur proprement statistique de ce rapport est exceptionnelle car elle remplit un vide dans la bibliographie existante. La plupart des publications qui concernent les flux migratoires, y compris le rapport annuel de l’OCDE (SOPEMI), donnent des informations généralement bonnes sur l’origine des migrants mais principalement du point de vue des pays de destination. Or, elles ne disent rien des statistiques du point de vue des pays de départ car il s’agit en général de pays pauvres ou en développement où les appareils statistiques sont insuffisants ou interdits d’accès. En bref, on sait plus de choses sur l’origine des migrants que sur leurs destinations. Ajouté au fait que chaque pays, riche ou pauvre, utilise des concepts et des méthodes de calcul différentes, les comparaisons internationales et régionales deviennent difficiles voire impossibles. Le rapport du CARIM répond à ces défis de plusieurs façons :

  • il fournit des chiffres précis et de première main sur les destinations des migrants internationaux

  • qui quittent les pays méditerranéens,

  • dans le premier chapitre, il brosse un tableau consolidé de la situation des migrations à l’échelle de l’ensemble régional constitué par l’UE 15 et les pays méditerranéens, en s’appuyant sur des graphiques très suggestifs,

  • il apporte des éléments chiffrés sur les transferts d’argent des migrants, venant généralement des banques centrales, ce qui donne un surcroît de valeur à ce travail.

3Les migrations internationales sont un thème éminemment géopolitique. Encore faut-il fonder la réflexion géopolitique en la matière sur un diagnostique territorial robuste. On se rendra compte ainsi que si l’Europe reste une destination prioritaire des migrants méditerranéens, il n’y a plus d’exclusive. D’autres destinations deviennent plus attractives, en particulier pour les migrants très diplômés. On voit ainsi monter en puissance l’émigration vers l’Amérique du Nord. Et en Europe, le poids de la France tend à reculer, alors que d’autres destinations montent (Pays-Bas). Enfin, le tropisme des pays du golfe sur les pays arabes méditerranéens est confirmé. L’Europe attire donc surtout les migrants venus du Maghreb et de Turquie.

4Le rapport montre aussi l’influence grandissante de l’UE ou de ses pays membres dans le traitement des flux migratoires dans des pays dont la situation est plus complexe qu’autrefois. De pays de départ, ils deviennent des pays de

5transit et de destination. L’Union européenne voyant dans les pays du Maghreb par exemple une première barrière de protection et de fltrage, en avant de sa propre frontière, elle les pousse à mettre en œuvre des législations plus rigoureuses et plus restrictives. Les réactions sont diverses, révélant ainsi que l’influence politique de l’Europe varie selon les Etats partenaires. Et d’une façon générale, le cadre juridique et normatif mis en œuvre par les pays de la Méditerranée occidentale est plus proche de celui de l’Union européenne que dans les pays du Machrek. En méditerranée orientale, la Turquie est un cas à part. Son ambition européenne la contraint à faire converger sa législation avec les standards européens et internationaux.

6Ce rapport permet de vérifier que si les migrations internationales sont un thème majeur des relations UE - Méditerranée, les représentations dont elles font l’objet varient au Nord et au Sud. Parallèlement, la question migratoire occupe une place de choix dans les relations entre les pays méditerranéens eux-mêmes. Ce travail met le doigt sur l’inefficacité du processus de Barcelone, s’il en était besoin, et sur l’urgence d’une véritable coopération régionale pour mieux gérer les flux. Les dissensions entre pays méditerranéens et l’incapacité de l’Union à mettre en œuvre des coopérations autres que bilatérales incitent à penser qu’on est encore loin du compte.

7Il s’agit au total d’un travail très riche et dense qui fait d’ores et déjà date. On le doit à des spécialistes qui connaissent cette région mieux que personne et qui savent à quelle porte frapper pour trouver des données récentes généralement difficiles d’accès. Leur connaissance parfaite des réalités de cette région leur donne en outre un grand avantage pour les interpréter de façon claire et convaincante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Richard, « Philippe Fargues, (dir.), Migrations méditerranéennes, Florence : 2005, European University Institute, Robert Schuman Centre for Advanced Studies », L’Espace Politique [En ligne], Comptes rendus d'ouvrages, mis en ligne le 24 février 2009, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/429

Haut de page

Auteur

Yann Richard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org