Navigation – Plan du site

Le Monde Diplomatique, L’atlas

Paris : Le Monde Diplomatique, 2006, 194 p
Julien Vandeburie
Référence(s) :

Le Monde Diplomatique, L’atlas, Paris : Le Monde Diplomatique, 2006, 194 p

Texte intégral

1La dernière livraison de l’atlas du Monde Diplomatique ne déçoit pas. Co-dirigé par les journalistes du mensuel et par des géographes (J. Radvanyi et P. Rekacewicz), c’est un travail de qualité.

2L’ouvrage est divisé en cinq grandes parties. La première - la planète en danger - concerne les grands défis de l’environnement. La deuxième - une nouvelle géopolitique - est consacrée au monde de l’après 11 septembre. La troisième - mondialisation, gagnants et perdants - s’attarde sur l’explosion des inégalités. La quatrième - ces conflits qui persistent - rend compte des tensions armées violentes dans le monde. Enfin, la cinquième partie - irrésistible ascension de l’Asie - renseigne sur le rôle grandissant de ce continent.

3Après une excellente introduction signée I. Ramonet, la question environnementale s’ouvre sur la fonte des calottes polaires. L’auteur présente d’abord les faits puis expose les liens entre l’activité humaine et le réchauffement planétaire avec en fond le protocole de Kyoto. Les pressions sur la disponibilité en eau sont ensuite envisagées : mais est-ce qu’un indicateur national, lequel ignore les capacités techniques et financières des États, peut prétendre illustrer la répartition de la disponibilité aquifère ? Le Mali est-il vraiment dans une meilleure situation que l’Allemagne ? Les thématiques abordées ensuite sont plus variées : état de la pêche, nucléaire, énergies renouvelables, armes de destruction massive, accidents industriels. La problématique des déchets est illustrée entre autres par l’enjeu du recyclage des vieux cargos - ou d’obsolètes porte-avions. Vient alors curieusement un sujet - au demeurant très intéressant - sur les exportations du Sud. Cette première partie se termine par l’examen de l’échec de la lutte contre la faim, de la question des OGM, de la croissance incontrôlée de l’urbanisation et des inégalités à l’accès à la santé.

4La deuxième partie est géopolitique. Elle commence par une critique du « choc des civilisations », passé au crible de l’économie. Les anamorphoses sont particulièrement instructives. La lecture se poursuit avec la critique du progrès au regard de la montée des inégalités sociales. Le commentaire est d’excellente facture mais les cartes contestables : l’indicateur de développement humain a montré ses limites méthodologiques. Ensuite, plusieurs planches examinent brillamment les fondements mais aussi les faiblesses de la puissance américaine. Suivent d’excellentes analyses des réseaux criminels, migratoires et des réponses qui leur sont données. L’architecture de l’ordre mondial et de ses acteurs (Nations Unies, multinationales, ONG, médias) est étudiée. Le géant russe n’échappe pas à l’œil critique des auteurs. Enfin, les enjeux politiques et économiques des continents africain et latino-américain sont brièvement exposés.

5La troisième partie est consacrée aux dynamiques de la mondialisation. Elle dénonce les inégalités de développement, le poids excessif de la dette, le mythe du libre-échangisme et de la croyance absolue en la croissance. Plusieurs planches examinent les pressions que la mondialisation induit sur les situations sociales sans oublier la question des biens publics mondiaux et des rounds de négociation de l’OMC, pour enfin envisager la dérive criminelle à travers la planète.

6Malheureusement toujours aussi considérable, l’analyse des conflits est au cœur de la quatrième partie. Ce tour du monde alterne les planches régionales avec les encadrés nationaux sur un ton particulièrement juste. Il n’oublie pas les conflits gelés (Transnistrie, Chypre) ou délaissés (Darfour, frontière Érythrée-Éthiopie). Les conflits sont décryptés à la lumière des enjeux locaux et internationaux, de leurs origines à leurs issues, à l’aide de cartes bien construites.

7La cinquième partie est certainement la plus originale. Introduite par une planche sur le retour de l’Orient, elle expose la montée en puissance de la Chine, les raisons de ce succès mais aussi les faiblesses de son modèle politique et économique. C’est ensuite l’Inde qui fait l’objet du même traitement. Quelques planches sur le Japon, le conflit entre Tamouls et Cinghalais au Sri Lanka et finalement l’ouvrage se referme après la présentation des enjeux affectant le géant indonésien.

8On regrettera l’absence de planches sur les régimes politiques et sur la géographie de la démocratie ou des libertés. Si le ton est alarmiste, le travail est de qualité. On aimera particulièrement les cartes dessinées à la main, dans la lignée de l’article de P. Rekacewicz sur l’impact de la cartographie sur le public paru dans le numéro de février 2006 du Monde Diplomatique.

9Enfin, soulignons la qualité des cartes, graphiques et des sources employées, variées et fort nombreuses, ainsi que les liens internet proposées, qui aideront le lecteur avide d’en savoir plus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Vandeburie, « Le Monde Diplomatique, L’atlas », L’Espace Politique [En ligne], Comptes rendus d'ouvrages, mis en ligne le 24 février 2009, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/432

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org