Navigation – Plan du site

Un aspect de la représentation politique municipale : le nombre d’élus et leur mode de répartition dans les villes nord-américaines (Canada, États-Unis)

François Hulbert

Résumés

Si en France toutes les communes de population comparable disposent d’un nombre égal d’élus municipaux, il en va tout autrement au Canada et aux États-Unis. A partir d’un échantillon de cent villes nord-américaines, l’analyse montre une grande disparité dans la représentation politique : le nombre de conseillers municipaux est le plus souvent faible eu égard à la situation en France et les écarts d’une ville à l’autre sont très importants. Avec respectivement 51 et 50 élus, New York (8,1 millions d’habitants) et Chicago (2,9 millions) réunissent le plus grand nombre de conseillers municipaux aux États-Unis. En Amérique du Nord seule Montréal dépasse ce chiffre en élisant 64 conseillers pour 1,6 millions d’habitants ; Paris en a 163 pour 2,1 millions d’habitants. Dallas et Houston n’ont que 14 élus municipaux, mais la situation la plus extrême revient à Los Angeles qui, avec 15 conseillers pour plus de 4 millions d’habitants, désigne un élu pour représenter 273 000 habitants. Dans 95 % des cas, les villes nord-américaines sont divisées en districts à des fins électorales, mais plus du tiers d’entre elles ont aussi des conseillers élus à l’échelle de l’ensemble de la municipalité.

Haut de page

Notes de la rédaction

La version électronique de cet article est le résultat d’une conversion à partir d’un fichier en mode image. Des erreurs peuvent subsister.

Texte intégral

1Les travaux de recherche ne manquent pas sur le fonctionnement des villes et agglomérations urbaines en général et dans le contexte de différents pays en particulier (Billard, 1999 ; Tindal, 2000 ; Fowler, 2002 ; Le Galès, 2003 ; Oblet, 2005).

2C’est à partir de l’étude du cas de Québec que l’auteur a pu construire une analyse urbaine de type géopolitique (Hulbert, 1994) et engager des recherches sur les recompositions territoriales des agglomérations urbaines (Hulbert, 1997, 2002, 2006 a et b). Nous abordons ici plus précisément le problème de la représentation politique (Clingermayer, 1994 ; Ankersmit, 2002 ; Ghorra-Gobin, 2006). Le terme de représentation concerne la désignation d’élus pour représenter des populations et un territoire, mais évoque aussi une scène où se joue une pièce avec des acteurs (Jaume, 2007). Ces deux acceptions conviennent conjointement l’une et l’autre pour définir la géopolitique sur le terrain urbain. Cette approche théâtrale peut aussi être celle de la sociologie politique (Guillot, 1998 ; Balandier, 2006) ; le premier auteur en fait même les trois parties de son ouvrage (la scène, les acteurs, la pièce). Sans aller jusque-là, la plupart des auteurs font une place à la représentation sous une forme ou sous une autre (Lecomte, 2005 ; Braud, 2006). En revanche, la territorialisation du politique et sa dynamique relève de la géopolitique qui fait de l’espace le théâtre des rivalités de pouvoir (Defay, 2005).

3L’analyse de l’espace politique de la ville présente un aspect particulièrement intéressant aux États-Unis et au Canada où la désignation des élus locaux se fait essentiellement sur la base d’un découpage territorial en districts électoraux. Cette recherche d’une « justice spatiale » dans la définition des territoires de la représentation politique (Lévy, 1994) est une préoccupation constante dans les villes nord-américaines. Les changements du nombre et de la taille des districts électoraux varient en fonction de l’évolution démographique interne à la ville (redistricting), mais aussi des modifications apportées à la configuration du territoire municipal qui s’agrandit sous l’effet d’un double processus : les annexions et fusions territoriales d’une part (Keill, 2000 ; Hulbert, 2006 b) et l’incorporation d’autre part qui, aux Etats-Unis, consiste en une municipalisation d’un espace relevant préalablement de l’entité de base de chaque état américain : le comté ; celui-ci gère les territoires non-incorporés par un conseil d’élus (Ghorra-Gobin, 1991, 2000, 2004 ; Body-Gendrot, 1997 ; Chevalier, 2000).

4Les comtés dont le nombre dépasse légèrement 3000 forment une structure territoriale figée dans leur configuration, si bien qu’ils peuvent regrouper plusieurs millions d’habitants dans les grandes zones urbanisées comme à Los Angeles et à peine quelques milliers dans certaines régions des états de l’est. A l’inverse, les territoires municipaux apparaissent rarement définis une fois pour toutes, surtout dans les états de l’ouest, mais aussi dans les provinces canadiennes à la différence de la France où le découpage municipal n’a été retouché que marginalement depuis 1789 et où les communes se trouvent « figées, fossilisées, sanctuarisées » (Lévy, op. cit., p. 363). Notons que cette sanctuarisation s’applique assez bien aux comtés américains.

  • 1  Ce colloque a permis la publication d’un livre collectif sous ma direction en collaboration avec J (...)
  • 2  Tableaux géopolitiques d’agglomérations urbaines, Centre d’études géographiques de l’université de (...)

5Cette problématique territoriale étant établie, il s’agit maintenant de mettre en évidence la répartition des élus municipaux dans les villes et de comparer leur nombre et leur mode de désignation. Il y a là un espace géopolitique à analyser, tel qu’il nous est apparu lors du Colloque international de géopolitique urbaine tenu à Libreville en mai 20031. En effet une enquête menée auprès des participants sur une quarantaine d’agglomérations des cinq continents a montré la complexité et la variété des situations d’un pays à l’autre et parfois d’une ville à l’autre à l’intérieur d’un même pays2. Elle a montré aussi l’ampleur de la tâche à réaliser et ses difficultés, ne serait-ce qu’en matière d’acquisition de données sur leur organisation et leur fonctionnement géopolitique ; difficultés liées au fait que les concepts et les notions en cause ne se retrouvent pas toujours d’un pays à l’autre, ne recouvrent pas forcément les mêmes réalités ou ne sont pas interprétés de la même façon.

6Ce travail constitue une composante de cette « grammaire de l’espace politique » (Rosière, 2007) qui soulève la problématique de la démocratie représentative (Bussi et. Badariotti, 2004). Pour éclairer un aspect de ce champ de recherche, à savoir le système de représentation politique des municipalités urbaines, nous présentons l’exemple des villes nord-américaines pour en montrer la grande différence par rapport au modèle français.

7Le cas français en la matière est régi par un cadre législatif commun qui précise en particulier le nombre de conseillers municipaux qu’elles doivent avoir en fonction de leur population. Toutes les villes au nombre d’habitants comparable se retrouvent donc avec le même nombre d’élus (tableau 1). Cette logique n’est pas celle qui prévaut dans les villes canadiennes et encore moins aux États-Unis comme on va le voir.

Tableau 1. Nombre d’élus municipaux dans les communes françaises

Tableau 1. Nombre d’élus municipaux dans les communes françaises

Tableau 2. Cas particulier des trois plus grandes villes françaises

Tableau 2. Cas particulier des trois plus grandes villes françaises

Échantillon d’analyse et représentation

  • 3  Les sources et données statistiques et documentaires sont tirés des sites Internet des villes nord (...)

8L’analyse porte sur 100 villes, essentiellement des villes-centres puisque 12 seulement sont des municipalités urbaines de banlieue comme Oakland (San Francisco), Newark (New York), Laval et Longueuil (Montréal), Gatineau (Ottawa) et 7 des villes de plus de 100 000 habitants qui forment la banlieue de Phoenix3. Toutes les grandes villes sont représentées.

Tableau3. Onze villes de plus de 1 million d’habitants

Tableau3. Onze villes de plus de 1 million d’habitants

9Quatre villes de 800 000 à 1 million d’habitants (deux aux États-Unis et deux au Canada) : San Jose et Detroit (953 000 et 886 000 habitants) ; Calgary et Ottawa (840 000 et 823 000 habitants). Environ 20 villes de 500 à 800 000 habitants parmi lesquelles des villes aussi diverses que Indianapolis, San Francisco, Baltimore, Boston, Vancouver, Winnipeg. Presque autant de 250 à 500 000 habitants comme Cleveland, Pittsburgh, Atlanta, Saint-Louis, London, Québec. A ces villes-centres s’ajoutent des municipalités de banlieue comme Laval, Oakland, Newark et Mesa (dans l’agglomération de Phoenix).

10Dans la tranche des 100 à 250 000 habitants, l’échantillon comprend près de 40 villes parmi lesquelles on peut mentionner : Rochester, Peoria, Des Moines, Providence, Savannah, Provo, Little Rock ou Knoxville aux États-Unis, mais aussi Sherbrooke et Trois-Rivières au Canada. Cette catégorie intègre des villes de banlieue comme Gatineau près d’Ottawa, Longueuil près de Montréal ou Glendale et Scottsdale près de Phoenix. Enfin une dizaine de petites villes de moins de 100 000 habitants comme Dover, Augusta, Davenport, Concord aux États-Unis, Moncton et Saint-John’s au Canada. Nous utilisons cet échantillon de population urbaine pour montrer la grande diversité du nombre d’élus municipaux, puis de leur mode de désignation.

11Le premier constat fait apparaître un nombre total d’élus très faible en général par rapport à ce que l’on peut observer dans les villes françaises. L’analyse souffre même difficilement la comparaison puisqu’en France toutes les villes de plus de 100 000 habitants ont au moins 55 élus, alors qu’aucune ville, quelle que soit sa taille, n’atteint ce seuil aux États-Unis.

12La ville de New York a le plus grand nombre d’élus municipaux avec 51 membres seulement pour représenter plus de 8 millions d’habitants. Avec une population près de quatre fois moindre, Paris réunit trois fois plus d’élus. Le tableau du classement de l’ensemble des villes nord-américaines selon le nombre de conseillers municipaux élus met Montréal en tête avec 64 élus. Si Chicago et Toronto ont encore un nombre relativement important d’élus (50 et 44), celui-ci diminue considérablement pour les villes de la taille de Los Angeles (15 conseillers pour plus de 4 millions d’habitants) ; ils sont seulement 14 à Dallas et Houston, 11 à San Francisco, 9 à Detroit et 8 à Phoenix et San Diego (tableaux 2 et 3a). Les très grandes villes comme New York, Los Angeles, Chicago, Houston et Dallas se retrouvent en fin de tableau pour la représentation politique mesurée en nombre d’habitants par élu municipal (tableau 3 b).

13D’une façon générale, les villes canadiennes disposent d’un nombre de conseillers municipaux supérieur à celui des villes des États-Unis. Québec avec 37 élus et tout juste 500 000 habitants se retrouve ainsi en 6e position du classement des villes nord-américaines. De petites villes comme Sherbrooke, Gatineau et Trois-Rivières avec 19, 17 et 16 élus se placent devant la plupart des grandes villes américaines. Montréal et Toronto avec ensemble 4,1 millions d’habitants totalisent 108 élus, soit un élu pour 40 000 habitants, alors que New York et Chicago avec 11 millions n’en ont que 101, ce qui ne représente qu’un élu pour 100 000 habitants.

14Aucune ville canadienne n’a moins de 10 élus, alors que la moitié des villes étatsuniennes de notre échantillon est dans cette catégorie. Par ailleurs, 34 villes nord-américaines de plus de 200 000 habitants ont des conseils de 10 élus ou moins, dont trois villes canadiennes seulement : Vancouver, Saskatoon et Windsor. Les écarts sont souvent grands entre les villes de taille équivalente aussi bien aux États-Unis qu’au Canada. Milwaukee, Atlanta ou Providence, dont la taille est sans commune mesure avec Los Angeles, dispose du même nombre d’élus municipaux. De la même façon au Canada, on retrouve le même nombre de conseillers municipaux à Brandon (40 000 habitants) et à Vancouver (583 000 habitants).

15Avec respectivement 40, 29 et 28 élus, Indianapolis  (792 000 habitants),  Nashville (570 000 habitants) et Saint-Louis (352 000 habitants) font figure d’exception. Ce grand nombre peut s’expliquer lorsque la municipalité et le comté ont été réunis en une seule entité territoriale pour former un seul conseil (City County Council) comme à Nashville (figure 1) et Indianapolis ou à Lexington (Kentucky) dont l’Urban County Government est composé de 14 élus pour 116 000 habitants) (figure 2).

Figure 1. Le City County Council de Nashville (Tennessee)

Figure 1. Le City County Council de Nashville (Tennessee)

http://www.nashville.gov/​council/​districts/​coun_districts.html

 Figure 2. Urban County Government de Lexington (Kentucky)

 Figure 2. Urban County Government de Lexington (Kentucky)

http://www.lfucg.com/​council/​graphics/​district_map.jpg. jpg

16Mais ce n’est pas toujours le cas puisqu’à San Francisco, où la municipalité et le comté ont la même limite, le gouvernement unifié ne regroupe que 11 conseillers. Même chose à Kansas City où, depuis l’unification de 1997, le conseil réunit 10 élus pour représenter 147 000 habitants. Le choix du nombre de représentants, leur désignation au conseil des municipalités et le mode de répartition fait toujours débat en Amérique du Nord. A Cleveland, par exemple, le nombre de membres du conseil n’a fait que diminuer au fil des années ; il était de 50 en 1885, puis 33 dans les années 60 et 21 depuis 1981 ; aujourd’hui, il y a discussion pour réduire encore ce nombre. A Baltimore en 2002, on passe de 18 élus à 14 (figure 3) et à l’inverse New York en 1989 en augmente le nombre qui passe de 35 à 51.

Figure 3. La répartition géographique des élus du City Council de Baltimore (Maryland)

Figure 3. La répartition géographique des élus du City Council de Baltimore (Maryland)

http://www.baltimorecitycouncil.com/​council_districts.pdf

17Au Canada, les fusions municipales récentes ayant occasionné une réduction significative du nombre de municipalités ont entraîné du même coup une importante diminution du nombre de conseillers municipaux. En 2002, la ville de Québec a ainsi fusionné en une seule la dizaine de municipalités qui composait sa communauté urbaine depuis 1970. Ce faisant les 109 conseillers qu’elle totalisait ont été ramenés à 37. Par un processus similaire à Ottawa le nombre de conseillers municipaux passe de 84 à 21. Mais c’est à Toronto que l’opération a été la plus spectaculaire. Le gouvernement de l’Ontario crée une nouvelle municipalité en imposant à partir de 1998 la fusion de Toronto (654 000 habitants) avec North York (590 000), Scarborough (549 000), Etobicoke (329 000) et East York (108 000). Le nombre » d’élus de l’ensemble passe de 107 à 44 (Hulbert, 2006 b).

18Ce qui frappe, c’est la très grande disparité dans la représentation politique par le nombre d’élus municipaux. Ce nombre tombe à 4 pour des villes comme Amarillo (183 000 habitants) ou Dayton (159 000) ; même une ville de l’importance de Miami (386 500 habitants, (figure 4) n’a que 5 élus autour du maire. Les écarts peuvent être considérables ; c’est le cas des 6 élus entre Austin (690 000 habitants) et Montpelier (8 000) et des 8 élus de Phoenix (1 500 000 habitants, figure 5) et Augusta (18 500).

Figure 4. Les districts de Miami (Floride)

Figure 4. Les districts de Miami (Floride)

http://www.miamigov.com/​City_Officials/​DistrictMap.asp

Figure 5. Les districts de Phoenix (Arizona)

Figure 5. Les districts de Phoenix (Arizona)

http://www.ci.phoenix.az.us/​citygov/​map.html

19Après Calgary (un élu pour 60 000 habitants), les écarts se creusent avec les grandes villes américaines : 1 pour 89 000 à Philadelphie, 1 pour 160 000 à New York ; mais c’est Los Angeles qui détient le record avec seulement 1 élu pour 273 000 habitants (figure 6).

Figure 6. Les districts électoraux de Los Angeles (Californie)

Figure 6. Les districts électoraux de Los Angeles (Californie)

http://www.lacity.org/​council/​council_map.pdf

Modes de répartition et désignation

20On peut distinguer trois grands modes de désignation et de répartition des conseillers municipaux dans les villes nord-américaines :

  • L’élection à l’échelle globale de la municipalité (système dit « at large » ou « city wide ») ;

  • L’élection par quartier ou districts ;

  • Le système mixte de double représentation (une partie des membres du conseil est élue par district et une autre à l’échelle de toute la municipalité).

21Sur la base des 100 villes de l’échantillon défini au départ, on note que 57 % des municipalités ont une représentation par district seulement, 38 % ont adopté le système mixte et 5 % ne délimitent pas de secteurs à des fins électorales. Les rares villes qui procèdent sans districts électoraux peuvent être de taille très inégale, puisqu’on trouve dans cette catégorie aussi bien Harrisburg (50 000 habitants, 7 élus) que Dayton (159 000 habitants, 4 élus), de grandes villes comme Austin (690 000 habitants, 6 élus), Vancouver seule ville canadienne ayant opté pour ce système (583 000 habitants, 10 élus), mais aussi une municipalité de banlieue de Phoenix, Scottsdale (203 000 habitants, 6 élus).

Figure 7: les districts électoraux de Moncton (Nouveau-Brunswick)

Figure 7: les districts électoraux de Moncton (Nouveau-Brunswick)

http://www.moncton.org/​search/​english/​CITYHALL/​council/​citycouncil.htm#ward

22La représentation par district, inexistante en France au niveau municipal, est donc très largement privilégiée en Amérique du Nord ; elle est présente totalement ou partiellement dans 95 % des cas. Le plus souvent, chaque district est représenté par un conseiller municipal ; dans 7 cas seulement il y en a deux. Il s’agit de trois villes canadiennes :

  • Moncton, 61 000 habitants (4 districts = 8 élus, figure 7) ;

  • Windsor, 208 000 habitants (5 districts = 10 élus) ;

  • Edmonton, 712 000 habitants (6 districts = 12 élus).

  • Aux États-Unis quatre villes sont dans la même situation :

  • Montpelier, 8 000 habitants (3 districts = 6 élus);

  • Spokane, 202 000 habitants (3 districts = 6 élus) ;

  • Jefferson City, 40 000 habitants (5 districts = 10 élus) ;

  • Burlington, 40 000 habitants (7 districts = 14 élus).

23A part Rochester, le nombre d’élus par district est toujours au moins égal, mais le plus souvent supérieur au nombre d’élus « at large » (11 pour 2 à Denver, 10 pour 7 à Philadelphie par exemple). Il est parfois nettement supérieur comme à Nashville (35 pour 5) et Indianapolis (25 pour 4). Il est égal et représente donc le même nombre d’élus à Peoria (5 pour 5), Colorado Springs (4 pour 4) et Kansas City, Missouri (6 pour 6).

Tableau 4. Système mixte de représentation politique : nombre de conseillers élus à l’échelle de la ville et à l’échelle des districts

Tableau 4. Système mixte de représentation politique : nombre de conseillers élus à l’échelle de la ville et à l’échelle des districts

24Ce système mixte touche quelques grandes villes comme Houston, Washington ou Atlanta. Il est peu présent au Canada : Saint-John’s et Moncton (tableau 4). Enfin, signalons le cas particulier des « super districts ». A Memphis, ils divisent la ville en deux ensembles qui élisent chacune 3 conseillers (figure 8); ceux-ci s’ajoutent aux 7 élus des 7 districts ordinaires pour un total de 13 conseillers municipaux. A Kansas City, Kansas (10 élus, 147 000 habitants, figure 9), chacun des deux super districts ne désigne qu’un seul conseiller. Il y a aussi un élu dans chacun des deux super districts à Norfolk, en plus des 5 districts ordinaires.

Figure 8. Les circonscriptions électorales de Memphis

Figure 8. Les circonscriptions électorales de Memphis

http://www.cityofmemphis.org/​district_map.html

Figure 9. Les circonscriptions électorales de Kansas City (Kansas)

Figure 9. Les circonscriptions électorales de Kansas City (Kansas)

http://www.wycokck.org/​gen/​wyco_generated_pages/​ Districts_Map_ml759.html

25Dans quelques rares cas au Canada, les districts sont regroupés en arrondissements : 19 à Montréal (figure 10), 8 à Québec (figure 11) et 6 à Sherbrooke. A Toronto, les six municipalités fusionnées en 1998 sont d’abord devenues 6 arrondissements, ramenés à 4 aujourd’hui. Cela peut se comparer aux 5 « boroughs » de New York qui réunissent les 51 districts électoraux : 16 à Brooklyn, 14 dans le Queens, 10 à Manhattan, 8 dans le Bronx et 3 dans Staten Island.

Figure 10. Les arrondissements électoraux de Montréal (Québec)

Figure 10. Les arrondissements électoraux de Montréal (Québec)

http://ville.montreal.qc.ca/​pls/​portal/​docs/​page/​portail_fr/​media/​documents/​Cartejanvier2006_mairie.pdf

Figure 11. Les arrondissements électoraux de Québec (Québec)

Figure 11. Les arrondissements électoraux de Québec (Québec)

http://www.ville.quebec.qc.ca/​fr/​arrondissements/​ index. shtml

Figure 12. Les districts électoraux de Des Moines (Iowa)

Figure 12. Les districts électoraux de Des Moines (Iowa)

http://www.ci.des-moines.ia.us/​mapcenter/​wardssmall.gi

26Cette analyse montre un système toujours à la recherche d’un meilleur mode de représentation, avec cependant la nécessité toujours affirmée d’un fort ancrage territorial. Une autre constante est l’élection du maire au suffrage universel direct par l’ensemble des électeurs de la municipalité. Omniprésent, le système des districts impose des remaniements réguliers, car il s’agit de maintenir entre eux un certain équilibre démographique. A chaque recensement, la situation est réexaminée pour éventuellement redécouper le territoire, modifier les limites des districts, voire même en changer le nombre (« redistricting », Ghorra-Gobin, 2004). Il en résulte souvent des formes compliquées de découpage sans liens véritables avec les quartiers réels, vécus et appropriés par les citoyens et désignés par un nom. Ils peuvent aussi se réduire à une géométrie élémentaire comme à Des Moines, ville de 200 000 habitants, formée d’un carré divisé en quatre parties à peu près équivalentes fournissant chacune un élu au conseil, en plus des deux qui sont désignés par l’ensemble des électeurs de la municipalité (figure 12). Dans un tel contexte, les districts se contentent le plus souvent d’un numéro et ne portent que très rarement un nom (moins de 10 % des cas de notre échantillon). Le nom consiste parfois à celui des quatre points cardinaux comme à Rochester, auxquels on peut rajouter un quartier dit central comme à Newark. Une rose des vents plus complète sert à désigner les huit districts de Winston-Salem (194 000 habitants, figure 13). Un peu plus fréquentes au Canada les désignations reprennent souvent les anciens noms des municipalités fusionnées comme à Québec, Montréal ou Toronto.

Figure 13. Les districts électoraux de Winston-Salem (Caroline du Nord)

Figure 13. Les districts électoraux de Winston-Salem (Caroline du Nord)

http://www.cityofws.Org/​Assets/​CityOfWS/​/lmages/​City %20Council/wardmap-council2.jpg

27Des municipalités passent parfois d’un système à un autre. A Baltimore, en novembre 2002, le système des six districts élisant chacun trois conseillers est remplacé par un nouveau découpage en 14 districts ayant un élu chacun. Pour désigner ses six conseillers, Mesa abandonne en 1998 le système « at large » et découpe son territoire en autant de districts (figure 14).

Figure 14 : Districts électoraux de Mesa (Arizona)

Figure 14 : Districts électoraux de Mesa (Arizona)

http://cityofmesa.org/​citymgt/​mayorcc/​images/​council_maps.gif

Conclusion

28L’analyse du mode de représentation politique que nous venons de présenter laisse dans l’ombre d’autres aspects qu’une analyse géopolitique devrait prendre en compte. C’est le cas par exemple de la configuration et du positionnement des districts électoraux. Ces deux aspects sont liés et varient beaucoup d’une ville à l’autre selon la conception qu’en ont les auteurs du découpage. Au Canada comme aux États-Unis les gouvernements des provinces et des états ont généralement une commission de la représentation électorale indépendante, relevant directement de l’assemblée des députés, et chargée de définir et redéfinir régulièrement les districts électoraux.

29On peut vouloir mettre ensemble des populations de composition socio-économique variée en découpant des tranches de territoire allant du centre-ville vers la périphérie comme dans les cas de Winston-Salem (figure 13) et Moncton (figure 7). On peut, au contraire, chercher à définir une mosaïque plus fine avec un plus grand nombre d’élus pour mieux refléter la réalité vécue comme c’est le cas à Nashville (figure 1). Privilégier le type d’espace habité peut conduire à bâtir un district périphérique par exemple, mettant ensemble les populations de la couronne la plus éloignée du centre-ville (cas du district 12 à Lexington, figure 2) ou un district littoral s’étirant sur une dizaine de kilomètres comme à Miami (figure 4). Enfin en recherchant avant tout l’équilibre démographique entre les districts, c’est un puzzle difficilement repérable sur le terrain qui se met en place (cas de Los Angeles, figure 6) et qui prend même des allures de labyrinthe (cas de Phoenix, figure 5). Approfondir cette question à partir des travaux des commissions évoquées précédemment constitue bien un champ géopolitique à défricher.

30L’analyse de la durée des mandats en est un autre. Aux États-Unis il n’est pas toujours le même d’une ville à l’autre ou même d’un élu à l’autre au sein d’un même conseil municipal. Si la durée varie de deux à quatre ans, les échéances n’arrivent pas obligatoirement la même année et parfois la durée du mandat des élus des districts n’est pas la même que celle des élus « at large ». Le nombre de mandats est souvent limité et ceux-ci ne sont pas toujours renouvelables de façon consécutive. Voilà autant de particularismes qui s’ajoutent à ceux que nous avons approfondis dans ce texte et qui méritent des recherches plus élaborées.

31Il faudrait aussi examiner la couleur politique rarement affichée au niveau municipal en Amérique du Nord. Les sites Internet des villes analysées précédemment n’indiquent la répartition des élus entre Républicains et Démocrates que pour quelques cas aussi divers que New York, Hartford, Charlotte et Jackson City. Si le cumul des mandats n’existe pas aux États-Unis comme au Canada, il reste que plusieurs maires et des élus locaux ont pu à un moment donné occuper des postes politiques à un autre niveau. L’origine et le cheminement politique des élus et leur territoire d’élection se prêtent également à une analyse de géographie politique.

32En outre, les villes sont à replacer au sein de leurs agglomérations respectives. La mosaïque de municipalités qui les compose et l’addition de conseillers municipaux élus qui en résulte donnent un premier type de représentation politique que nous avons analysée. Mais cette représentation par morceaux juxtaposés ne constitue pas la représentation de l’agglomération dans son ensemble qui passe par des structures qui lui sont propres, elles aussi investies par des acteurs politiques. Si aux États-Unis le comté et la ville ont pu s’unir parfois pour former l’amorce d’un gouvernement d’agglomération comme à Nashville, Saint-Louis, Indianapolis, Kansas City, le plus souvent au Canada comme aux États-Unis, les agglomérations ont dû créer des structures et organismes divers et variés pour tenter d’assurer une cohérence de gestion et d’aménagement. Jalouse de son autonomie, chaque municipalité cherche à la fois à garder sa place au sein de l’agglomération et à y être bien représentée. Il en résulte une dynamique de nature géopolitique qui mobilise des acteurs et des enjeux ouvrant la voie à d’intéressantes perspectives de recherche.

Haut de page

Bibliographie

ANKERSMIT F. R., 2002, Political Representation, Cultural Memory in the Present), Palo Alto (CA), Stanford University Press.

BALANDIER G., 2006, Le pouvoir sur scènes, Paris, Fayard.

BILLARD G., 1999, Citoyenneté, planification et gouvernements urbains aux États-Unis, des communautés dans la ville, Paris, L’Harmattan.

BODY-GENDROT S., 1997, Les villes américaines, les politiques urbaines, Paris, Hachette.

BRAUD P., 2006, Sociologie politique, Paris, L.G.D.J., 6ème édition.

BUSSI M., Badariotti D., 2004, Pour une nouvelle géographie du politique. Territoires, Démocratie, Elections, Paris, Economica.

CHEVALIER J., 2000, Grandes et très grandes villes en Amérique du Nord, Paris, Ellipses.

CLINGERMAYER J. C., 1994, “Electoral Representation, zoning Politics and the exclusion of Group Homes”, Political Research Quaterly, vol. 47, n°4, décembre, p.969-984.

DEFAY A., 2005, La géopolitique, Paris, PUF, coll. « , Que sais-je ? » n° 3728.

FOWLER E., Siegel D. (dir.), 2002, Urban Policy Issues, Canadian Perspectives, 2nd ed. Don Mills, Oxford University Press.

GHORRA-GOBIN C., 1991, « Le territoire non-incorporé aux Etats-Unis »,Revue française d’études américaines, n° 48-49, avril-juillet, p. 63-70.

GHORRA-GOBIN C., 2000, La ville américaine, espace et société, Paris, Nathan, 128 p.

GHORRA-GOBIN C., 2004, Le redistricting aux États-Unis : l’ambivalence des conditions d’accès à la citoyenneté, O.R.A.C.LE. Observatoire réunionnais des Arts, des Civilisations et des Lettres, [En ligne] http://www2.univ-reunion.fr/~ageof/text/ 74c21e88-346.html

GHORRA-GOBIN C., 2006, Prendre la représentation politique au sérieux, Revue Esprit, octobre, [En ligne] http://www.esprit.presse.fr

GUILLOT P., 1998, Introduction à la sociologie politique, Paris, Armand Colin.

HULBERT F., 1994, Essai de géopolitique urbaine et régionale, la comédie urbaine de Québec, Montréal, Méridien, 2ème édition.

HULBERT F., 1997, Les agglomérations urbaines du Québec et la recherche d’un découpage pertinent, Actes du colloque Les découpages du territoire, 10e entretiens Jacques Cartier, Communauté urbaine de Lyon, INSEE méthodes, n° 76-77-78, p. 205-219.

HULBERT F., 2002, « La recomposition politique des espaces urbains en France et le cas de l’agglomération de Metz », Mosella, tome XXVI, n°3-4, p.373-391.

HULBERT F., 2006a, Les constructions géopolitiques aberrantes de l’intercommunalité urbaine à la française, in F. Hulbert (dir.), Villes du Nord, villes du Sud : géopolitique urbaine , acteurs et enjeux, Paris, L’Harmattan, p.61-71.

HULBERT F., 2006b, « Réforme municipale au Canada et au Québec : la recomposition géopolitique des agglomérations », Norois, n° 199, p. 23-43.

JAUME L., 2007, La représentation : une fiction malmenée, Pouvoirs, revue française d’études constitutionnelles et politiques, janvier, n° 120, p.5-16.

KEILL R., 2000, Governance Restructuring in Los Angeles and Toronto. Amalgamation or Secession, International Journal of Urban and Regional Research, 24(4), p. 758-781.

LECONTE J. P., 2005, Sociologie politique, Paris, Gualino éditeur.

LE GALES P., 2003, Le retour des villes européennes, sociétés urbaines, mondialisation, gouvernement et gouvernance, Paris, Presses de Sciences politiques.

LEVY J., 1994, L’espace légitime, sur la dimension géographique de la fonction politique, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 442 pages.

OBLET T., 2005, Gouverner la ville, les voies urbaines de la démocratie moderne, Paris, PUF, 308 pages.

ROSIERE S., 2007, Géographie politique et géopolitique, une grammaire de l’espace politique, Paris, Ellipses, 2ème édition.

TINDAL C.R., TINDAL S.N., 2000, Local Government in Canada, Scarborough, Nelson Thomson Learning, 5th edition.

Haut de page

Notes

1  Ce colloque a permis la publication d’un livre collectif sous ma direction en collaboration avec Jules Djéki et Daniel Lagarec : Villes du Nord, Villes du Sud. Géopolitique urbaine, acteurs et enjeux, L’Harmattan, 2006, 604 pages.

2  Tableaux géopolitiques d’agglomérations urbaines, Centre d’études géographiques de l’université de Metz (CEGUM), Laboratoire GEOPOL (Groupe d’études en géopolitique urbaine et régionale), 85 pages, document non publié.

3  Les sources et données statistiques et documentaires sont tirés des sites Internet des villes nord-américaines étudiées. Les chiffres sont vérifiés et arrondis après consultation des services de recensement officiel des Etats-Unis et du Canada (US Census Bureau et Statistique Canada); l’année de référence est 2006. Sur les cartes, chaque couleur représente un district différent ce qui en donne le nombre, la configuration et le positionnement.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Nombre d’élus municipaux dans les communes françaises
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/435/img-1.png
Fichier image/png, 14k
Titre Tableau 2. Cas particulier des trois plus grandes villes françaises
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/435/img-2.png
Fichier image/png, 3,7k
Titre Tableau3. Onze villes de plus de 1 million d’habitants
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/435/img-3.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure 1. Le City County Council de Nashville (Tennessee)
Crédits http://www.nashville.gov/​council/​districts/​coun_districts.html
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/435/img-4.png
Fichier image/png, 280k
Titre  Figure 2. Urban County Government de Lexington (Kentucky)
Crédits http://www.lfucg.com/​council/​graphics/​district_map.jpg. jpg
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/435/img-5.png
Fichier image/png, 158k
Titre Figure 3. La répartition géographique des élus du City Council de Baltimore (Maryland)
Crédits http://www.baltimorecitycouncil.com/​council_districts.pdf
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/435/img-6.png
Fichier image/png, 203k
Titre Figure 4. Les districts de Miami (Floride)
Crédits http://www.miamigov.com/​City_Officials/​DistrictMap.asp
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/435/img-7.png
Fichier image/png, 146k
Titre Figure 5. Les districts de Phoenix (Arizona)
Crédits http://www.ci.phoenix.az.us/​citygov/​map.html
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/435/img-8.png
Fichier image/png, 92k
Titre Figure 6. Les districts électoraux de Los Angeles (Californie)
Crédits http://www.lacity.org/​council/​council_map.pdf
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/435/img-9.png
Fichier image/png, 121k
Titre Figure 7: les districts électoraux de Moncton (Nouveau-Brunswick)
Crédits http://www.moncton.org/​search/​english/​CITYHALL/​council/​citycouncil.htm#ward
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/435/img-10.png
Fichier image/png, 438k
Titre Tableau 4. Système mixte de représentation politique : nombre de conseillers élus à l’échelle de la ville et à l’échelle des districts
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/435/img-11.png
Fichier image/png, 60k
Titre Figure 8. Les circonscriptions électorales de Memphis
Crédits http://www.cityofmemphis.org/​district_map.html
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/435/img-12.png
Fichier image/png, 225k
Titre Figure 9. Les circonscriptions électorales de Kansas City (Kansas)
Crédits http://www.wycokck.org/​gen/​wyco_generated_pages/​ Districts_Map_ml759.html
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/435/img-13.png
Fichier image/png, 222k
Titre Figure 10. Les arrondissements électoraux de Montréal (Québec)
Crédits http://ville.montreal.qc.ca/​pls/​portal/​docs/​page/​portail_fr/​media/​documents/​Cartejanvier2006_mairie.pdf
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/435/img-14.png
Fichier image/png, 126k
Titre Figure 11. Les arrondissements électoraux de Québec (Québec)
Crédits http://www.ville.quebec.qc.ca/​fr/​arrondissements/​ index. shtml
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/435/img-15.png
Fichier image/png, 19k
Titre Figure 12. Les districts électoraux de Des Moines (Iowa)
Crédits http://www.ci.des-moines.ia.us/​mapcenter/​wardssmall.gi
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/435/img-16.png
Fichier image/png, 410k
Titre Figure 13. Les districts électoraux de Winston-Salem (Caroline du Nord)
Crédits http://www.cityofws.Org/​Assets/​CityOfWS/​/lmages/​City %20Council/wardmap-council2.jpg
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/435/img-17.png
Fichier image/png, 311k
Titre Figure 14 : Districts électoraux de Mesa (Arizona)
Crédits http://cityofmesa.org/​citymgt/​mayorcc/​images/​council_maps.gif
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/435/img-18.png
Fichier image/png, 94k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Hulbert, « Un aspect de la représentation politique municipale : le nombre d’élus et leur mode de répartition dans les villes nord-américaines (Canada, États-Unis) », L’Espace Politique [En ligne], 3 | 2007-3, mis en ligne le 22 décembre 2007, consulté le 24 mars 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/435 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.435

Haut de page

Auteur

François Hulbert

CEGUM (Centre d’études géographiques de l’université de Metz),
GEOPOL (Groupes d’études en géopolitique urbaine et régionale)
hulbert@univ-metz.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org