Navigation – Plan du site

Lectures politiques du lieu de résidence des candidats aux élections bruxelloises

Gilles Van Hamme et Pierre Marissal

Résumés

L’élection des représentants est au cœur du processus démocratique. Cet article propose d’étudier la représentation démocratique à travers les lieux de résidence des candidats et élus des principaux partis, à l’échelle de la Région belge de Bruxelles-Capitale. Nos données permettent d’étudier la représentativité des candidats et élus et aussi les différenciations des profils sociogéographiques des partis. D’une part, la sélection sociogéographique des candidats et élus est, à tous les niveaux, très forte. Une telle réalité pousse à s’interroger sur la représentation démocratique, notamment lorsqu’il s’agit d’élus locaux habilités à prendre des décisions concernant les quartiers. D’autre part, cette sélection sociogéographique est différente d’un parti à l’autre et permet d’appréhender de façon originale les profils des différents partis. Ces profils reflètent fort bien les recompositions sociopolitiques au sein des classes moyennes, par exemple en opposant les partis des classes moyennes supérieures (les ex-sociaux-chrétiens du CDH et les libéraux du MR) aux partis des classes intermédiaires intellectuelles (partis écologiste et socialiste).

Haut de page

Texte intégral

1L’analyse du lieu de résidence des candidats et des élus présente de notre point de vue trois intérêts majeurs. D’abord, le lieu de résidence des élus est potentiellement un enjeu politique, notamment aux élections locales. En effet, les élus sont amenés à prendre des décisions qui façonnent l’espace de vie des citoyens ou qui favorisent certaines formes de recomposition urbaine dans des espaces traversés par d’intenses conflits d’intérêts. Dans cette perspective, on peut poser l’hypothèse que le lieu de résidence n’est pas neutre, qu’il façonne une vision des territoires et des enjeux qui leur sont liés (Brookfield, 1969). Si le lien entre le lieu de résidence et la perception de l’espace à l’échelle intra-urbaine est abordé par la littérature (Bailly, 1977 ; Cauvin, 1999) — sans que l’on puisse toujours distinguer ce qui relève du statut social ou du lieu de résidence —, l’impact de cette perception biaisée de l’espace sur la décision politique est en revanche encore à démontrer. Cette démonstration dépasse le cadre de cet article car il exige d’autres types de données que celles qui sont exploitées ici. En revanche, la mise en évidence d’une forte sélection sociogéographique des élus et de certains de ses mécanismes demeure un fait interpellant du point de vue du fonctionnement démocratique.

2Ensuite, la sélection sociogéographique des candidats et des élus n’est pas qu’une approximation de leur sélection sociale mais porte une pertinence propre. En effet, les territoires de la ville révèlent des enjeux politiques propres et voient se déployer de façon différenciée les forces politiques. C’est l’idée du « politics of place » émise par John Agnew : le politique se trouve ancré de façon spécifique dans les territoires de la ville (Agnew, 1987). Autrement dit, l’implantation géographique des partis politiques au sein de la ville, mesurée ici à travers le lieu de résidence des candidats, se déploie dans un espace construit historiquement et marqué par de fortes inerties. Si la stabilité de la géographie des comportements politiques a abondamment été mise en évidence à l’échelle locale ou régionale (Bussi, Badariotti, 2004 ; Agnew, Shin, 2007), elle a moins souvent été abordée à l’échelle intra-urbaine.

3Enfin, en considérant les candidats aux élections comme des minorités actives représentatives des groupes sociaux auxquels ils appartiennent1, l’analyse des lieux de résidence des candidats des différents partis permet d’appréhender les recompositions sociopolitiques au sein des classes salariées moyennes et supérieures, qui représentent la grande majorité des candidats. En particulier, on testera l’hypothèse que le clivage entre gauche et droite, qui oppose traditionnellement la classe ouvrière aux classes supérieures, a connu une reconfiguration à travers l’opposition au sein même des classes moyennes et supérieures entre « nouvelle gauche » et « droite traditionnelle » (Flanagan, 1987 ; Moschonas, 1994). Cette reconfiguration se structure notamment à travers le clivage privé/public (Boy, Mayer, 1997), ou des différences de générations et de valeurs (Inglehart, 1993).

4L’objectif de cet article est d’éclairer certains de ces enjeux sur une base essentiellement empirique. Après avoir brièvement présenté nos données et fourni quelques repères politiques et géographiques sur Bruxelles (1), nous montrerons l’intensité de la sélection sociogéographique des candidats et élus (2) et les recompositions sociologiques des partis que nos données permettent de révéler à travers les caractéristiques des lieux de résidence des candidats des différents partis (3). L’analyse des territorialités politiques spécifiques sera effectuée à travers quelques exemples.

Considérations méthodologiques et cadre de l’étude

5Les résidents bruxellois participent à trois types d’élections correspondants à trois niveaux de pouvoir : le pouvoir fédéral, pour lesquels les élections se déroulent au sein de larges circonscriptions électorales2; la Région de Bruxelles-capitale (RBC), l’une des trois régions du pays ; et les 19 pouvoirs communaux qui composent la Région de Bruxelles-capitale (figure 1). Les données que nous utilisons proviennent de ces trois types d’élections : les élections législatives nationales de 1999 et 20033; les élections régionales de 20044 et les élections communales de 20065. Tous ces scrutins se déroulent sur la base de listes électorales. Nos données comprennent donc les caractéristiques des individus présents sur les différentes listes électorales : le parti, le lieu de résidence codé au niveau des secteurs statistiques6, certaines caractéristiques contextuelles attachées au secteur statistique (revenus, niveaux de diplôme, standing socio-économique), et des caractéristiques liées à l’individu (profession, diplôme). La base de données des élections nationales ne comprend que les 39 élus de 1999 et/ou 2003 résidents en RBC, au contraire des deux autres qui comprennent aussi les candidats : pour les élections régionales de 2004, nos données sont exhaustives et reprennent les 907 candidats, alors que pour les élections communales de 2006, nous avons repris les 2 498 candidats des listes principales des élections des 19 communes de la RBC.

6Nos analyses reposent en grande partie sur le croisement entre le niveau socio-économique des secteurs statistiques sur base des indicateurs de revenus, de diplômes ou de standing7 et le lieu de résidence des candidats. On mesure ainsi la surreprésentation des candidats ou élus en fonction du niveau socio-économique des quartiers. Pour ce faire, nous avons classé les quartiers en quintiles, regroupant les secteurs statistiques en cinq groupes de population égale depuis les plus riches ou les plus diplômés jusqu’aux moins riches et moins diplômés. Soulignons que le quintile le plus pauvre et le moins diplômé correspond largement au croissant pauvre, où se concentrent les populations les plus démunies de la capitale (figure 1). Précisons encore que la classification des quartiers est relative au territoire pertinent des élections : cela signifie que pour les élections nationales et régionales, les quartiers bruxellois sont classés par rapport à l’ensemble du territoire de la RBC, mais que, pour les élections communales, les quartiers sont classés en référence au territoire communal.

7Il est aussi indispensable de présenter les grandes structures de l’espace socio-économique bruxellois. Il se caractérise en particulier, notamment en comparaison avec les villes françaises, par la concentration des quartiers pauvres dans les zones centrales ou péricentrales, qui forment le croissant pauvre et densément peuplé de la ville (figure 1). Celui-ci comprend l’ensemble des quartiers situés immédiatement à l’ouest, au nord et au sud du centre-ville – qui correspond au pentagone visible sur la figure 1-, de part et d’autre du canal qui forme l’ancien axe industriel bruxellois. Les quartiers les plus riches de la ville se concentrent dans tout le quadrant sud-est, alors que les zones les plus occidentales constituent des zones de niveau intermédiaire.

Figure 1. Repères et divisions socio-économiques de l’espace de la Région de Bruxelles-capitale (RBC).

Figure 1. Repères et divisions socio-économiques de l’espace de la Région de Bruxelles-capitale (RBC).

La sélection sociogéographique des élus et des candidats

Sélection sociogéographique des élus selon les élections

8La sélection des élus selon le lieu de résidence s’opère à tous les niveaux d’élections. Aux élections fédérales, régionales et communales, les élus résident plus spécifiquement dans les quartiers les plus riches de la ville, alors que les quartiers les plus pauvres sont systématiquement sous-représentés. On notera aussi que la sélection en faveur des quartiers les plus huppés est d’autant plus forte que le niveau de pouvoir correspondant à l’élection est plus élevé. Il faut toutefois rester prudent quant à cette interprétation. D’abord, les élus des élections fédérales résidents en Région de Bruxelles-Capitale sont peu nombreux (39). Ensuite, les analyses communales ne sont pas construites autour de la moyenne de la RBC mais des différentes moyennes communales, ce qui peut contribuer à aplanir la sélection sociogéographique dans la mesure où les communes riches ont des profils moins tranchés de sélection des élus. Enfin, le seul critère de revenus ne donne qu’une dimension des inégalités socio-spatiales de la RBC.

Graphique 1. Distribution des élus en Région de Bruxelles-Capitale pour les différents types d’élections, en fonction des revenus des quartiers.

Graphique 1. Distribution des élus en Région de Bruxelles-Capitale pour les différents types d’élections, en fonction des revenus des quartiers.

Note : Pour les élections fédérales et régionales, les quartiers sont classés en cinq groupes de populations égales en fonction de leur niveau de revenus sur l’ensemble de la rbc, alors qu’aux élections communales, ce classement en quintiles de revenus est reproduit pour chacune des 19 communes de la rbc. Nous avons calculé sur cette base le ratio entre la part d’élus résidents dans le quintile et celle de la population totale de 18 et plus qui résident dans le même quintile, c’est-à-dire l’indice de spécificité. Le cinquième quintile est le plus riche. Une valeur supérieure à 1 signifie donc que la proportion d’élus habitant ce quintile de quartiers est supérieure à la proportion totale de la population qui y réside.

Sources des données : Données 1999 et 2003 provenant du Parlement fédéral ; base de données propre constituée à partir du site de la tribune de Bruxelles pour les élections communales ; GERME/ULB pour les élections régionales de 2004.

La distribution sociogéographique des candidats et élus aux élections régionales de 2004 et communales de 2006.

9Aux élections régionales de 2004, on note une distribution assez homogène des candidats en fonction des niveaux de revenus des quartiers, avec même une légère surreprésentation dans les quartiers les plus pauvres (graphique 2). En revanche, les candidats des principaux partis (Ecologistes, socialistes, libéraux et ex-sociaux-chrétiens), les personnes éligibles8 et plus encore les personnes effectivement élues présentent un profil sociogéographique beaucoup plus sélectif : seuls 16 % des personnes éligibles et 8 % des élus proviennent du quintile des quartiers les plus pauvres ; à l’inverse 50 % des personnes éligibles et 60 % des élus proviennent des quartiers des deux quintiles supérieurs en termes de revenus. Le classement des quartiers en fonction du niveau de diplôme des résidents aboutit aux mêmes conclusions.

10Comment interpréter ces résultats ? On peut donner deux explications à l’homogénéité de la répartition des candidats eu égard au niveau socio-économique des quartiers. D’une part, il traduit largement l’intégration croissante des personnes d’origine immigrée sur les listes électorales (Jakobs et al., 2006 ; Delwit et al., 2004). Ce phénomène s’est fortement accéléré depuis le début des années 2000, notamment car il permet de drainer efficacement les voix des différentes communautés d’origine immigrée à Bruxelles. De fait, les candidats d’origine immigrée ou issus de l’immigration obtiennent des scores personnels souvent supérieurs à ce que suppose leur position sur la liste électorale9, ce qui s’explique par l’importance des populations immigrées ou issues de l’immigration dans la Région de Bruxelles-Capitale (au moins 20 % si l’on exclut les étrangers des pays riches), et suppose l’existence d’un vote communautaire (Jakobs et al., 2006).D’autre part, comme le démontre l’écart entre le profil des candidats dans leur ensemble et ceux qui sont issus des principales listes (graphiques 2 et 3), il apparaît que malgré l’inclusion croissante de candidats d’origine immigrée, les principaux partis restent sélectifs du point de vue de l’origine géographique des candidats, quand bien même cette sélection ne relève pas d’une stratégie volontaire. Le profil neutre sur l’ensemble des candidats est donc aussi l’effet de la surreprésentation des candidats issus des quartiers les plus pauvres dans les petites listes, en particulier la liste d’extrême-gauche et les deux partis « musulmans » (graphique 4).

11Au contraire de l’ensemble des candidats, les personnes en position éligible et les élus présentent une forte sélection sociogéographique. L’écart entre la distribution des candidats des principaux partis et celui élus suppose que les personnes issues des quartiers les plus pauvres sont moins bien placées sur les listes électorales. On peut l’interpréter comme une instrumentalisation des candidats issus de ces quartiers, utiles aux partis en termes électoraux, mais dont les positions personnelles au sein des formations politiques ne sont pas suffisamment puissantes pour obtenir une bonne place sur les listes électorales. Certes, les élus issus de l’immigration et/ou des quartiers pauvres sont de plus en plus nombreux mais ils restent l’exception eu égard à la formidable explosion des candidats issus de l’immigration.

12L’analyse réalisée sur les élections communales de 2006 confirme largement ces conclusions (graphique 3) :

  • Une sélection sociogéographique significative des candidats des principales listes ;

  • Une sélection sociogéographique plus forte encore des élus ou personnes éligibles aux 19 conseils communaux de la RBC.

13L’élément le plus intéressant se situe dans la différence entre le profil sociogéographique des candidats issus des communes plus pauvres et plus hétérogènes du centre, y compris la première couronne de la ville10, et celles plus riches et en moyenne plus homogènes du sud-est de la ville11 : dans les premières, le profil de sélection est plus accentué en faveur des quartiers les plus riches que dans les secondes, où ce sont au contraire les résidents des quartiers moyens qui sont les mieux représentés.

Graphique 2. Distribution des candidats, des candidats des principaux partis, des personnes en position éligible et des élus aux élections régionales bruxelloises en 2004, en fonction des revenus des quartiers

Graphique 2. Distribution des candidats, des candidats des principaux partis, des personnes en position éligible et des élus aux élections régionales bruxelloises en 2004, en fonction des revenus des quartiers

Note : Voir graphique 1.

Source des données électorales : GERME/ULB, 2004.

Graphique 3. Distribution des élus et des candidats des principaux partis aux élections communales de Bruxelles en 2006, en fonction du niveau de revenus au sein de chacune des communes.

Graphique 3. Distribution des élus et des candidats des principaux partis aux élections communales de Bruxelles en 2006, en fonction du niveau de revenus au sein de chacune des communes.

Notes : Les candidats sont uniquement ceux des principales listes. Les quintiles de revenus sont construits sur une base communale.

Sources : Base de données propre à partir des informations de la tribune de Bruxelles.

Les lieux de résidence des candidats des différents partis

Le profil sociogéographique des différents partis (élections régionales de 2004)

14Une analyse fine des données concernant les caractéristiques des lieux de résidence des candidats permet de différencier de façon pertinente les familles politiques bruxelloises (graphique 4). Le paysage politique bruxellois concentre l’ensemble des forces politiques belges, c’est-à-dire les partis flamands et francophones des principales familles politiques. Cela comprend les partis libéraux, qui représentent la droite laïque classique, le MR (23 élus au parlement régional depuis 2004) du côté francophone et le VLD du côté flamand12 (4 élus) ; les partis issus de la démocratie chrétienne, le CDH13 (11 élus) du côté francophone, et le CD & V (3 élus), du côté flamand ; les partis socialistes, PS du côté francophone (27 élus) et Sp.a-spirit du côté flamand (3 élus) ; et enfin, les partis écologistes, Ecolo (7 élus) et Groen (1 élu). Il faut ajouter à cela les partis d’extrême-droite flamande, le Vlaams belang (6 élus), et francophone, le Front National (4 élus).

15Les partis sociaux-chrétiens et libéraux recrutent dans les quartiers les plus aisés. Il faut toutefois noter la moindre sous-représentation des ex-sociaux-chrétiens dans le quintile le plus pauvre. La comparaison de la répartition à une échelle fine des lieux de résidence des candidats libéraux et sociaux-chrétiens suggère une autre différence (figure 2) : les ex-sociaux-chrétiens sont surtout présents sur l’axe de croissance oriental de la ville, qui dès son origine au XIXsiècle a constitué l’axe catholique/aristocratique, par opposition à l’axe de croissance bourgeois/laïc de l’avenue Louise, orienté vers le sud-est (Dobruszkes et al., 2006) (tableau 1). Certes, les candidats libéraux sont aussi surreprésentés dans l’est de la ville, mais de façon moins nette que les ex-sociaux-chrétiens. Cela s’explique entre autres par le caractère de moins en moins anti-clérical du parti libéral depuis les années 1960. En revanche, les partis laïcs écologistes et socialistes, lorsque l’on ne prend en compte que les candidats résidents dans les communes les plus riches du quadrant sud-est, sont plus nettement présents dans les quartiers bourgeois traditionnellement laïcs du sud-est que dans ceux traditionnellement catholiques de l’est de la ville. Ce vieux clivage socio-culturel de l’espace bruxellois, presqu’imperceptible aujourd’hui, survit donc jusque dans les lieux de résidence des candidats aux élections. Cette forte inertie des structures spatiales de l’espace urbain, jusque dans les distinctions culturelles entre bourgeoisie laïque et religieuse, illustre bien l’idée d’une politique ancrée dans le territoire (Agnew, 1987).

Tableau 1. La spécificité* des candidats dans les communes riches de l’est et du sud-est, aux élections régionales de 2004

Tableau 1. La spécificité* des candidats dans les communes riches de l’est et du sud-est, aux élections régionales de 2004

* rapport entre la proportion de candidats du parti au sein des communes concernées et au sein de l’ensemble de la RBC.

Source : Germe/ULB, 2004

16Les partis écologistes et socialistes présentent un profil moyen avec une bonne représentation relative au sein des quartiers les moins riches. Notons toutefois que la surreprésentation des candidats écologistes issus des quartiers pauvres est surtout le fait de Groen (« vert ») le parti écologiste flamand qui n’a qu’un seul élu au parlement régional. Plus fondamentalement, les candidats écologistes sont très présents sur les bordures orientales du croissant pauvre, où se sont concentrés les processus de gentrification (Van Criekingen, 2006) (figure 2). De fait, le parti écologiste est le seul à avoir une surreprésentation significative de candidats provenant de quartiers en voie de gentrification14 : ceux-ci abritent 41 % des candidats écologistes contre 30 % de l’ensemble des candidats aux élections régionales de 2004. On peut dès lors faire l’hypothèse que les candidats écologistes représentent non pas des résidents « traditionnels » des quartiers pauvres mais au contraire des acteurs des processus de recomposition urbaine et sociale de certains quartiers centraux (Hermann et al., 2003). Une partie des candidats socialistes relève aussi de cette catégorie, mais en proportion nettement moindre que les écologistes, comme en témoigne l’implantation beaucoup plus forte au cœur même du croissant pauvre, y compris dans les communautés d’origine immigrée.

17Les partis d’extrême-gauche et musulmans sont, quant à eux, essentiellement implantés au sein du croissant pauvre. Le profil sociogéographique des candidats de l’extrême-droite présente une spécificité nette au sein des quartiers moyens et moyens supérieurs (graphique 4). Il faut toutefois souligner le nombre limité de candidats du fait de la très faible organisation des partis de l’extrême-droite francophone15, si bien que le profil sociogéographique est en fait fortement imprimé par les candidats de la liste flamande du Vlaams Belang16. L’examen attentif de la figure 2 permet d’affiner l’analyse. En effet, les candidats d’extrême-droite sont quasiment absents des quartiers bourgeois du quadrant sud-est de la ville ; on les retrouve au contraire dans les quartiers moyens de l’ouest ou du nord-est. On peut faire l’hypothèse d’une surreprésentation dans les quartiers de classes moyennes parfois déclinantes, à la fois suffisamment loin des populations immigrées pour ne pas les connaître et suffisamment proches pour se sentir menacées ; on retrouve là l’hypothèse de l’effet de halo de Pascal Perrineau (Perrineau, 1989 ; Etchebarne, 1989). Il est évident que cette hypothèse nécessiterait des données beaucoup plus fines pour être confirmées. En revanche, le profil en U, qui suppose une surreprésentation aux deux extrêmes, est infirmé (Marissal et al., 2001, 2007). Il est aussi intéressant de souligner que le niveau socio-économique des quartiers des candidats ne correspond pas à la sociologie à dominante populaire de l’électorat que l’on retrouve dans l’extrême-droite tant flamande que francophone (Van Hamme, 2007).

Graphique 4. Le profil sociogéographique des candidats des principales familles politiques aux élections régionales de 2004, en fonction des niveaux de revenus des quartiers.

Graphique 4. Le profil sociogéographique des candidats des principales familles politiques aux élections régionales de 2004, en fonction des niveaux de revenus des quartiers.

Notes : Les libéraux, socialistes et écologistes comprennent les partis flamands et francophones. Les sociaux-chrétiens comprennent en outre les « dissidents » du CDF. L’extrême-droite inclut le Vlaams Belang (extrême-droite flamande), le FNB et le Fire (extrême-droite francophone). Les partis musulmans comprennent le PJM et le PCP.

Sources des données électorales : GERME/ULB, 2004.

18Lorsque les quartiers sont classés en quintiles en fonction de la proportion de diplômés du supérieur, les profils sociogéographiques des différents partis apparaissent sensiblement différents (graphique 5) :

  • Les profils des deux partis bourgeois se distinguent toujours par la forte proportion de candidats issus des quartiers les plus favorisés. Les candidats libéraux sont pourtant plus spécifiques des quartiers du second que du premier quintile. Cela laisse entendre que les partis libéraux sont plus présents dans les quartiers riches en capital économique qu’en capital culturel. Un tel constat est conforme à l’idée d’un parti libéral mieux implanté dans les milieux indépendants et des classes supérieures du secteur privé, dont le capital est avant tout économique (Marissal et al., 2007) ;

  • Le profil du parti socialiste est homogène, sans surreprésentation au sein des différents quintiles, alors que le parti écologiste est plus présent dans les quartiers moyens. Pour ces derniers, le contraste avec le profil de revenus est net : les écologistes apparaissent ainsi comme l’inverse des libéraux, dans la mesure où ils sont positionnés plus hauts dans les classements des quartiers à partir des diplômes que des revenus ;

  • Pour l’extrême-droite, le contraste entre les deux classements est encore plus accentué, tant les candidats sont issus de quartiers plutôt dotés en capital économique que culturel.

Graphique 5. Le profil sociogéographique des candidats des principales familles politiques aux élections régionales de 2004, en fonction des niveaux de diplômes des quartiers.

Graphique 5. Le profil sociogéographique des candidats des principales familles politiques aux élections régionales de 2004, en fonction des niveaux de diplômes des quartiers.

Notes : voir graphique 4

Sources des données électorales : GERME/ULB, 2004

19Les profils sociogéographiques des candidats aux élections communales confirment dans les grandes lignes les constatations tirées des élections régionales (graphique 6). Les différences les plus nettes concernent le parti écologiste, dont les candidats résident plus spécifiquement dans les quartiers moyens et très peu dans les quartiers les plus défavorisés, contrairement à ce qu’on observait pour les élections régionales de 2004. Lorsqu’on ne prend en compte que les communes centrales relativement pauvres (graphique 7), il apparaît clairement que les écologistes sont mal implantés dans les quartiers les plus pauvres mais plutôt bien implantés en bordure de ceux-ci. A l’inverse, le CDH, s’il garde un profil moyen nettement plus bourgeois que les écologistes, est aux élections communales de 2006 moins sous-représenté dans les quartiers les plus défavorisés que les écologistes. Il s’agit là, notamment, de la conséquence de l’implantation croissante du parti parmi les communautés d’origine immigrée, y compris musulmanes (Jakobs et al., 2006). Notons encore que la surreprésentation des candidats socialistes issus des quartiers les plus pauvres des différentes communes s’explique en fait par leur surreprésentation dans les quartiers les plus pauvres des communes les plus riches. En revanche, dans les communes centrales, moins favorisées en moyenne (graphique 7), le profil sociogéographique du PS est très homogène, ce qui en fait néanmoins le parti important qui a la plus forte implantation dans les quartiers pauvres.

Figure 2. Les lieux de résidence des candidats aux élections régionales de 2004 pour les principales familles politiques, au niveau du secteur statistique.

Figure 2. Les lieux de résidence des candidats aux élections régionales de 2004 pour les principales familles politiques, au niveau du secteur statistique.

Source : GERME/ULB.

Graphique 6. Le profil sociogéographique des candidats des

principales familles politiques aux élections communales de 2006, en fonction des niveaux de revenus des quartiers

principales familles politiques aux élections communales de 2006, en fonction des niveaux de revenus des quartiers

Notes : Les listes électorales reprennent essentiellement les partis francophones dans la mesure où les candidats issus des partis flamands se présentent souvent sur des listes bilingues à dominante francophone du fait de leur poids électoral relativement faible.
CDH = ex-sociaux-chrétiens francophones ; M. = libéraux francophones ; PS = Parti socialiste

Sources des données électorales : base de données propres à partir des informations de la Tribune de Bruxelles.

Graphique 7. Le profil sociogéographique des candidats des principales familles politiques aux élections communales de 2006, en fonction des niveaux de revenus des quartiers (communes centrales uniquement).

Graphique 7. Le profil sociogéographique des candidats des principales familles politiques aux élections communales de 2006, en fonction des niveaux de revenus des quartiers (communes centrales uniquement).

Sources et notes : voir graphique 6

Lieu de résidence et classes sociales des candidats aux élections communales de 2006

20Le profil sociogéographique des candidats aux élections communales et régionales n’est pas particulièrement tranché, même si l’on a pu observer une surreprésentation des candidats issus des quartiers les plus favorisés (graphiques 2 et 3). Mais lorsque l’on croise le niveau socio-économique des quartiers avec la classe sociale des candidats, il apparaît que les candidats sont en moyenne d’un niveau social plus élevé que les habitants de leur quartier de résidence (tableau 2). C’est vrai quel que soit le niveau socio-économique du quartier, mais la différence est particulièrement frappante lorsqu’il s’agit des quartiers les plus pauvres : alors que les professions issues des classes salariées élevées représentent à peine 7 % de la population des quartiers les moins côtés (standing 1), ils représentent 28 % des candidats aux élections communales ; à l’inverse, les ouvriers ne sont que 6 % des candidats de ces quartiers alors qu’ils représentent en moyenne 43 % de leur population active résidente. La différence est encore plus nette lorsque l’on considère les élus aux conseils communaux.

21Ainsi, les biais sociologiques de la représentation politique s’ajoutent au biais sociogéographique : les quartiers les plus défavorisés sont dans l’ensemble mal représentés et, de surcroît, leur représentation est le fait d’une élite locale peu caractéristique du quartier. On pourrait arguer qu’il s’agit là du résultat de l’ascension sociale d’une partie des populations issues des quartiers pauvres. Mais ce n’est là qu’une partie de la réalité. En effet, l’élite de ces quartiers est pour une part « importée », notamment par le processus de gentrification qui se concentre sur certains espaces urbains spécifiques et ne concerne donc qu’une partie des quartiers pauvres. C’est le cas par exemple du centre de Saint-Gilles où résident de nombreux candidats socialistes et écologistes (figure 2). Ce quartier est intéressant car il est parmi les premiers à avoir connu, dès les années 1980 et sous la houlette du parti socialiste, une forte rénovation de l’espace public qui a mené à une importante modification de la composition sociale du quartier. De fait, le parti socialiste local dominé par les classes moyennes supérieures a mené à Saint-Gilles une politique visant à améliorer l’espace public dans lequel il résidait au détriment des éléments les plus fragiles de son électorat populaire, parfois amenés à quitter le quartier sous l’effet de la hausse spectaculaire des loyers. Cette politique s’est prolongée à partir des années 1990 dans les quartiers du bas Saint-Gilles, autour de la gare du midi (ouest de la commune), par la construction d’un pôle de bureaux qui a mené à la destruction de nombreux îlots où résidaient en grande majorité des résidents pauvres, et où l’on ne retrouve pratiquement pas de candidats ou d’élus.

22Par ailleurs, s’il existe bien une élite sociale issue de ces quartiers, notamment avec l’émergence d’une classe politique d’origine immigrée, on ne peut affirmer que celle-ci est véritablement garante de la vision et des intérêts des classes les plus déshéritées de ces quartiers. Le profil sociologique des candidats des partis ne se différencie pas de façon spectaculaire à ce niveau relativement grossier d’agrégation. La proportion de classes salariées supérieures représente 35 % des candidats socialistes, 34 % au CDH et au MR, et 32 % des écologistes. En revanche, les classes salariées moyennes sont surreprésentées à Ecolo, et les indépendants sont surreprésentés parmi les candidats CDH et MR, respectivement 18 et 20 % des candidats pour une moyenne de 14 %. Le PS ne compte que 5 % d’ouvriers parmi ses candidats, soit une surreprésentation par rapport aux 3 % de candidats ouvriers en moyenne ! Ainsi, les classifications sociales grossières permettent assez mal de différencier les profils sociologiques des partis que l’on percevait nettement mieux par leur profil sociogéographique.

Tableau 2. Comparaison de la composition sociale des actifs, des candidats et des élus aux élections communales de 2006 en fonction du niveau de standing des quartiers de résidence

Tableau 2. Comparaison de la composition sociale des actifs, des candidats et des élus aux élections communales de 2006 en fonction du niveau de standing des quartiers de résidence

Notes : Les quartiers sont classés en fonction du niveau de standing, indicateur qui synthétise différents aspects du niveau socio-économique du quartier (diplôme, revenus,.). Les individus sont classés en fonction d’une version simplifiée de la classification sociale EGP (Eriksson, Goldthorpe, 1993). Les candidats ont été reclassés à partir de la description de leur profession ; les professions politiques ont été systématiquement exclues car elles auraient introduit un biais vers le haut des professions des candidats.

Source : Base de données propre pour les candidats aux élections communales, à partir des informations de la tribune de Bruxelles ; Enquête socio-économique de 2001, INS, pour les classes sociales des actifs résidents ; Grimmeau pour le standing des quartiers.

23Si le profil social des candidats montre un fort ancrage généralisé au sein des classes salariées moyennes et supérieures pour les principaux partis, le croisement du lieu de résidence et de la classe sociale permet en revanche de mettre en évidence des clivages plus nets entre les différents partis (tableau 3). Il permet d’opposer deux fractions au sein des classes moyennes et supérieures : alors que les candidats issus des classes supérieures des partis de droite (CDH et MR) résident dans les quartiers les plus favorisés, ce n’est pas le cas de leurs homologues écologistes ou socialistes, souvent résidents des quartiers centraux, en particulier ceux en voie de gentrification. Cette opposition sur le lieu de résidence recouvre une opposition idéologique entre deux fractions des classes salariées moyennes et supérieures parfois évoquée dans la littérature politique comme l’opposition entre « la nouvelle gauche », plus progressiste sur le plan des valeurs que dans le domaine socio-économique, et la droite traditionnelle (Inglehart, 1993 ; Flanagan, 1987).

24Le parti socialiste se distingue aussi par le poids des classes salariées moyennes résidentes dans les quartiers de faible standing. Il faut sans doute y voir la force de l’implantation traditionnelle des socialistes dans les quartiers pauvres, notamment à travers les réseaux associatifs et politiques. Les réseaux socialistes locaux, auxquels s’ajoutent les conditions sociales spécifiques des immigrés qui ont progressivement investi ces quartiers à partir des années cinquante, ont naturellement favorisé la pénétration du mouvement socialiste au sein des communautés immigrées, en particulier au sein de son élite.

Tableau 3. Le profil sociogéographique des candidats des différents partis selon les classes sociales, élections communales de 2006.

Tableau 3. Le profil sociogéographique des candidats des différents partis selon les classes sociales, élections communales de 2006.

* La distribution des ouvriers est donnée à titre indicatif mais les effectifs trop faibles ne permettent de tirer aucune conclusion solide.
Sources et notes : voir tableau 2

Conclusion

25Premièrement, la sélection sociogéographique des élus est potentiellement un enjeu politique. Nos analyses ont mis en évidence qu’au départ d’une répartition homogène des candidats en fonction du niveau socio-économique des quartiers, on aboutit à une forte sélection sociogéographique des élus. Les partis importants sont les acteurs essentiels de cette sélection : à l’exception du parti socialiste, les candidats des principaux partis sont systématiquement sous-représentés dans les quartiers les plus pauvres ; surtout, y compris au sein du parti socialiste, les candidats issus de ces quartiers sont, en moyenne, en moins bonne position sur les listes électorales, et se trouvent donc moins souvent élus. Finalement, les représentants des quartiers pauvres possèdent à titre individuel un statut socio-économique bien supérieur à celui du quartier où il réside, ce qui ne traduit pas seulement l’émergence d’une élite locale – dont il faudrait encore prouver qu’elle a une vision conforme aux populations démunies de ces quartiers -, mais aussi des processus de gentrification, qui se concrétisent en particulier par l’arrivée progressive de personnes jeunes issues des classes moyennes intellectuelles au détriment des résidents traditionnels. Ce double biais, social et géographique, entre élus et population doit pousser à s’interroger sur les conséquences politiques éventuelles, notamment dans les conflits qui portent sur la gestion de l’espace public et l’affectation du sol dans la ville. Ce passage au politique exigerait un examen approfondi des politiques locales et régionales menées notamment au sein des quartiers pauvres et l’analyse du rôle des élus dans les processus de décisions.

26Deuxièmement, les différenciations sociogéographiques des candidats aux élections locales et régionales nous ont permis d’ébaucher les processus de recomposition socio-politique au sein des classes moyennes et supérieures. En effet, l’analyse des lieux de résidence des candidats s’est avérée significative de clivages sociaux profonds au sein des minorités politiques actives des classes moyennes et supérieures. Dans cette optique, les clivages sociogéographiques entre les candidats des différents partis sont apparus de façon très limpide, et seuls des indicateurs sociaux très fins et difficiles à mettre en œuvre auraient pu les révéler de façon aussi claire.

27Nos analyses révèlent des clivages importants entre les candidats des différents partis. Le premier oppose les partis bourgeois, ex-sociaux-chrétiens et libéraux, aux autres. Ces deux partis se distinguent en effet très nettement des autres par la forte proportion de candidats issus des quartiers les plus huppés de la ville. Nos analyses suggèrent néanmoins des différences entre ces deux formations. D’une part, les lieux de résidence des candidats libéraux les positionnent plus hauts en termes de revenus que de diplômes : on peut faire l’hypothèse que les candidats libéraux se distinguent plus par leur capital économique que culturel. Mais il faut admettre que cette hypothèse relève de la généralisation écologique, et seule des données sociologiques fines permettraient de la confirmer. D’autre part, les candidats ex-sociaux-chrétiens sont de moins en moins mal implantés dans les quartiers défavorisés.

28Le second clivage oppose le parti ex-social-chrétien, aux autres, en particulier les écologistes et les socialistes. Il se distingue par une plus forte proportion d’élus dans les quartiers huppés de l’est, qui constituent l’axe de croissance catholique/aristocrate du XIXsiècle, que dans ceux du sud et du sud-est, centré sur l’avenue Louise, qui a été au XIXsiècle l’axe de développement de la bourgeoisie laïque de la ville. Cela révèle les inerties spatiales fortes au sein de l’espace urbain bruxellois, qui a pu se matérialiser par exemple par l’implantation différentielle des écoles catholiques ou des mouvements de jeunesse (Dobruszkes et al., 2006).

29Le troisième clivage isole le parti écologiste des autres partis. Celui-ci se caractérise par une forte présence sur les fronts de colonisation ou de gentrification de la ville, où se trouvent surreprésentés les jeunes des classes moyennes intellectuelles (artistes, étudiants, qui sont typiques de l’électorat écologiste. La répartition des candidats socialistes nous semble aussi partiellement relever de cette logique. Finalement, le parti socialiste se distingue non pas par la sociologie plus populaire de ces candidats – loin d’être évidente au vu des données sociologiques que nous possédons-, mais par une implantation nettement plus forte au sein des quartiers les plus pauvres, notamment au sein des communautés immigrées. Elle s’explique entre autres par le poids traditionnel du parti qui, à travers ses différents réseaux politiques et associatifs, a pu maintenir sa position dans ces quartiers, y compris vis-à-vis des communautés d’origine étrangère qui y ont progressivement pris place. Toutefois, sociologiquement, le PS est largement dominé dans ses structures par les classes moyennes, voire les classes moyennes supérieures, alors que son électorat reste aussi un électorat populaire. Les arbitrages entre ces deux fractions sociologiques du PS, dont seule la composante classes moyennes est présente parmi les candidats et élus, se font parfois détriment de la composante populaire comme le montre l’exemple des politiques urbaines menées à Saint-Gilles.

30Seul un croisement avec des données sociologiques fines permettrait de confirmer certaines des hypothèses suggérées par l’analyse des lieux de résidence des candidats. Par ailleurs, l’analyse des résultats électoraux à une échelle fine permettrait de s’interroger sur le lien entre l’origine géographique des candidats et l’implantation électorale des partis, mais ces données fines sont malheureusement inaccessibles en Belgique.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Agnew J.,1987, Place and Politics, The geographical mediation of state and society, Boston, Allen and Unwin.
DOI : 10.1191/0309132503ph451xx

Bailly A., 1977, La perception de l'espace urbain : les concepts, les méthodes d'étude, leur utilisation dans la recherche urbanistique, Centre de recherche d’urbanisme, Paris.

Bourdieu P., 1984, « L’opinion publique n’existe pas », in Questions de sociologie, Paris, Les éditions de minuit, p. 222-235.

Boy D., Mayer N., 1997, « Secteur public contre secteur privé : un nouveau conflit de classe ? », in Mayer (ed.), Les modèles explicatifs du vote, Paris, L’Harmattan, p. 111-131

Brookfield H.C., 1969, « On the Environment as perceived », Progress in geography, vol. 1, p. 51-80.

Bussi M. & Badariotti D., 2004, Pour une nouvelle géographie politique. Territoire, Démocratie, Elections, Paris, Anthropos/Economica, coll. « villes-géographies »

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cauvin C., « Pour une approche de la cognition spatiale intra-urbaine », Cybergeo, Politique, Culture, Représentations, article 72, mis en ligne le 27 janvier 1999. http://www.cybergeo.eu/index5043.html
DOI : 10.4000/cybergeo.5043

DE BORMAN L., DOBRUZSKES F., MARISSAL P., 2001, « Analyse socio-spatiale du lieu de résidence des élus communaux à Bruxelles et en périphérie », Belgeo, n° 1-2, p. 63-76.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Delwit P., Hellings B., PILET J.-B. et VAN HAUTE E., 2004, « Le profil des candidats francophones aux élections régionales et européennes du 13 juin 2004 », Courrier hebdomadaire, n° 1880-1 881.
DOI : 10.3917/cris.1880.0005

DOBRUSZKES F., VANDERMOTTEN C., 2006, « Éléments pour une géographie des clivages philosophiques à Bruxelles », L’espace géographique, n° 1, p. 31-43.

ETCHEBARRE S., 1989, « Le FN dans le Nord ou les logiques d’une implantation électorale », in Mayer N., Perrineau P. (eds), Le Front national à découvert, Paris, Presses de la FNSP, p. 284-306.

FLANAGAN S., 1987, « Value change in industrial societies », The American Political Science Review, vol. 81, n° 4, p. 1303-1 319

GOLDTHORPE J.H., ERIKSON R., 1992, The constant flux. A study of class mobility in industrial societies, Oxford, Clarendon Press.

GRIMMEAU J.-P., MARISSAL P., ROELANDTS M., 1994, « Une carte du standing dans l'agglomération bruxelloise », Acta Geographica Lovaniensia, vol. 34, p. 351-359.

HERMANN M., LEUTHOLD H., 2003, “The consequences of gentrification and Marginalisation on political behaviour”, in Proceedings to the Conference “Upward Neighbourhood Trajectories : Gentrification in a New Century”, 26 & 27 September 2002, Department of Urban Studies, University of Glasgow.

INGLEHART R., 1993, Les transitions culturelles, Paris, Economica, 1993.

Jacobs D., Bousetta H., Rea A. & alii, 2006, « Qui sont les candidats aux élections bruxelloises ? Le profil des candidats à l'élection au parlement de la Région de Bruxelles-Capitale du 13 juin 2004 », Cahiers Migrations, n° 37, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant.

MARISSAL P., MEDINA LOCKHART P., VANDERMOTTEN C., VAN HAMME G., 2007, Atlas de Belgique, Géographie politique, Bruxelles, SPFC.

Moschonas G., 1994, La social-démocratie de 1945 à nos jours, Paris, Montchrestien.

Mayer N., Perrineau P. (eds), 1989, Le Front national à découvert, Paris, Presses de la Fondation nationale de Sciences politiques.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Shin M.E., Agnew J., 2007, « The geographical dynamics of Italian electoral change, 1987-2001 », Electoral studies, vol. 26, p. 287-302.
DOI : 10.1016/j.electstud.2006.05.002

Snidermann P., Jackman S., Tiberj V., 2002, « Argumentation et raisonnement politique » in Grunberg, Mayer, Sniderman (eds), La démocratie à l’épreuve. Une nouvelle approche de l’opinion des Français, Paris, Presse de Sciences Po, p. 239-272.

Van Criekingen M., 2006, « Que deviennent les quartiers centraux à Bruxelles ? », Brussels Studies, 2006, n° 1. [En ligne] http://www.brusselsstudies.be/PDF/FR_27_BS1_francais. pdf

Van Hamme G., 2007, La géographie du vote et les cultures politiques régionales, in Frognier, De Winter, Baudewyns (eds), Elections : le reflux ?, Bruxelles, De Boeck, p.157-182.

Haut de page

Notes

1  On rejoint là l’idée exprimée par Bourdieu dans son article « L’opinion publique n’existe pas » (Bourdieu, 1984), que l’on pourrait résumer simplement par l’idée que seul importe l’avis de ceux qui comptent dans la décision politique (Sniderman et al., 2002) et que l’étude des groupes actifs est donc politiquement plus pertinente.

2  La circonscription électorale de Bruxelles est toutefois plus large que la Région administrative de Bruxelles-capitale et inclut une partie de la périphérie néerlandophone de la ville, l’arrondissement de Hal-Vilvorde.

3  Données provenant du Parlement fédéral. [En ligne] http://www.fed-parl.be/

4  Base de données du GERME/ULB

5  Base de données propres élaborée par La Tribune de Bruxelles, [En ligne]http://www.tbx.be/fr/Elections2006/elections/app.rvb

6  Division territoriale strictement statistique qui comprend en moyenne un millier d’habitants au sein de la rbc.

7  Le standing est un indicateur synthétique du niveau socio-économique des quartiers, basé sur plusieurs variables différentes (Grimmeau et alii, 1994).

8  Le système électoral belge favorise l’élection des candidats placés les plus hauts sur la liste électorale, ce qui permet de définir une éligibilité théorique en fonction de la position du candidat sur la liste électorale et les résultats (nombre d’élus) aux élections précédentes. Toutefois, des personnes moins bien placées sur les listes électorales peuvent aussi être élues à la faveur d’un nombre élevé de voix de préférence.

9  Il faut noter que les étrangers n’ont pas le droit de vote aux élections régionales alors qu’ils l’ont obtenu aux élections communales. L’effet électoral décrit ici est donc uniquement le fait des populations belges d’origine immigrée.

10  Bruxelles, Molenbeek, Anderlecht, Schaerbeek, Saint-Gilles, Saint-Josse et Ixelles

11  Les communes de Woluwé, Auderghem, Watermael-Boitsfort et Uccle.

12  Le Parlement régional comprend deux ensembles linguistiques au sein de la même assemblée: le flamand, qui comprend 17 élus, et le francophone, qui en comprend 72. Cela assure une surreprésentation de la minorité flamande.

13  Centre démocrate humaniste qui a donc effacé la référence explicite à l’origine chrétienne du parti.

14  Les quartiers en voie de gentrification ont été définis comme ceux ayant connu une hausse significative des revenus et de la part des diplômés supérieurs entre 1991 et 2001 (Van Criekingen, 2006).

15  Les deux partis d’extrême-droite francophone n’ont présenté que 19 candidats alors que l’extrême-droite flamande, beaucoup mieux structurée, a présenté 29 candidats.

16  Soulignons néanmoins que, malgré le caractère nationaliste flamand de cette liste, on y trouve aussi des francophones.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Repères et divisions socio-économiques de l’espace de la Région de Bruxelles-capitale (RBC).
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/508/img-1.png
Fichier image/png, 139k
Titre Graphique 1. Distribution des élus en Région de Bruxelles-Capitale pour les différents types d’élections, en fonction des revenus des quartiers.
Légende Note : Pour les élections fédérales et régionales, les quartiers sont classés en cinq groupes de populations égales en fonction de leur niveau de revenus sur l’ensemble de la rbc, alors qu’aux élections communales, ce classement en quintiles de revenus est reproduit pour chacune des 19 communes de la rbc. Nous avons calculé sur cette base le ratio entre la part d’élus résidents dans le quintile et celle de la population totale de 18 et plus qui résident dans le même quintile, c’est-à-dire l’indice de spécificité. Le cinquième quintile est le plus riche. Une valeur supérieure à 1 signifie donc que la proportion d’élus habitant ce quintile de quartiers est supérieure à la proportion totale de la population qui y réside.
Crédits Sources des données : Données 1999 et 2003 provenant du Parlement fédéral ; base de données propre constituée à partir du site de la tribune de Bruxelles pour les élections communales ; GERME/ULB pour les élections régionales de 2004.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/508/img-2.png
Fichier image/png, 47k
Titre Graphique 2. Distribution des candidats, des candidats des principaux partis, des personnes en position éligible et des élus aux élections régionales bruxelloises en 2004, en fonction des revenus des quartiers
Légende Note : Voir graphique 1.
Crédits Source des données électorales : GERME/ULB, 2004.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/508/img-3.png
Fichier image/png, 46k
Titre Graphique 3. Distribution des élus et des candidats des principaux partis aux élections communales de Bruxelles en 2006, en fonction du niveau de revenus au sein de chacune des communes.
Légende Notes : Les candidats sont uniquement ceux des principales listes. Les quintiles de revenus sont construits sur une base communale.
Crédits Sources : Base de données propre à partir des informations de la tribune de Bruxelles.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/508/img-4.png
Fichier image/png, 54k
Titre Tableau 1. La spécificité* des candidats dans les communes riches de l’est et du sud-est, aux élections régionales de 2004
Légende * rapport entre la proportion de candidats du parti au sein des communes concernées et au sein de l’ensemble de la RBC.
Crédits Source : Germe/ULB, 2004
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/508/img-5.png
Fichier image/png, 31k
Titre Graphique 4. Le profil sociogéographique des candidats des principales familles politiques aux élections régionales de 2004, en fonction des niveaux de revenus des quartiers.
Légende Notes : Les libéraux, socialistes et écologistes comprennent les partis flamands et francophones. Les sociaux-chrétiens comprennent en outre les « dissidents » du CDF. L’extrême-droite inclut le Vlaams Belang (extrême-droite flamande), le FNB et le Fire (extrême-droite francophone). Les partis musulmans comprennent le PJM et le PCP.
Crédits Sources des données électorales : GERME/ULB, 2004.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/508/img-6.png
Fichier image/png, 73k
Titre Graphique 5. Le profil sociogéographique des candidats des principales familles politiques aux élections régionales de 2004, en fonction des niveaux de diplômes des quartiers.
Légende Notes : voir graphique 4
Crédits Sources des données électorales : GERME/ULB, 2004
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/508/img-7.png
Fichier image/png, 67k
Titre Figure 2. Les lieux de résidence des candidats aux élections régionales de 2004 pour les principales familles politiques, au niveau du secteur statistique.
Crédits Source : GERME/ULB.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/508/img-8.png
Fichier image/png, 151k
Titre principales familles politiques aux élections communales de 2006, en fonction des niveaux de revenus des quartiers
Légende Notes : Les listes électorales reprennent essentiellement les partis francophones dans la mesure où les candidats issus des partis flamands se présentent souvent sur des listes bilingues à dominante francophone du fait de leur poids électoral relativement faible. CDH = ex-sociaux-chrétiens francophones ; M. = libéraux francophones ; PS = Parti socialiste
Crédits Sources des données électorales : base de données propres à partir des informations de la Tribune de Bruxelles.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/508/img-9.png
Fichier image/png, 42k
Titre Graphique 7. Le profil sociogéographique des candidats des principales familles politiques aux élections communales de 2006, en fonction des niveaux de revenus des quartiers (communes centrales uniquement).
Légende Sources et notes : voir graphique 6
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/508/img-10.png
Fichier image/png, 43k
Titre Tableau 2. Comparaison de la composition sociale des actifs, des candidats et des élus aux élections communales de 2006 en fonction du niveau de standing des quartiers de résidence
Légende Notes : Les quartiers sont classés en fonction du niveau de standing, indicateur qui synthétise différents aspects du niveau socio-économique du quartier (diplôme, revenus,.). Les individus sont classés en fonction d’une version simplifiée de la classification sociale EGP (Eriksson, Goldthorpe, 1993). Les candidats ont été reclassés à partir de la description de leur profession ; les professions politiques ont été systématiquement exclues car elles auraient introduit un biais vers le haut des professions des candidats.
Crédits Source : Base de données propre pour les candidats aux élections communales, à partir des informations de la tribune de Bruxelles ; Enquête socio-économique de 2001, INS, pour les classes sociales des actifs résidents ; Grimmeau pour le standing des quartiers.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/508/img-11.png
Fichier image/png, 165k
Titre Tableau 3. Le profil sociogéographique des candidats des différents partis selon les classes sociales, élections communales de 2006.
Légende * La distribution des ouvriers est donnée à titre indicatif mais les effectifs trop faibles ne permettent de tirer aucune conclusion solide. Sources et notes : voir tableau 2
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/508/img-12.png
Fichier image/png, 174k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Van Hamme et Pierre Marissal, « Lectures politiques du lieu de résidence des candidats aux élections bruxelloises », L’Espace Politique [En ligne], 4 | 2008-1, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 04 décembre 2016. URL : http://espacepolitique.revues.org/508 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.508

Haut de page

Auteurs

Gilles Van Hamme

Assistant-doctorant,
Université Libre de Bruxelles (ULB),
gvhamme@ulb.ac.be

Pierre Marissal

Chercheur,
Institut de gestion de l’environnement et d’aménagement du territoire (IGEAT),
Université Libre de Bruxelles (ULB),
pmarissa@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org