Navigation – Plan du site

Les logiques spatiales du vote corse lors des scrutins régionaux et européens 2003-2005, héritage et renouvellement des comportements électoraux

Luc Merchez

Résumés

L’analyse des espaces du vote en Corse permet d’illustrer comment ces espaces répondent encore à des logiques insulaires, et aussi dans quelle mesure ils s’intègrent désormais aux logiques continentales. Cette communication a pour objectif précis de s’interroger sur les configurations spatiales du vote corse, au niveau des discontinuités locales qu’elles révèlent, ainsi que dans leur éventuelle stabilité selon les quatre scrutins considérés ici. La distinction entre élections à enjeu régional et élections à enjeu européen laisse à penser que les logiques de vote peuvent différer selon les cas. Les différentes représentations spatiales des réponses électorales en fonction des enjeux, qui reposent sur le choix d’une échelle fine -la commune-, permettent d’avancer quelques conclusions, et surtout appellent à des comparaisons nationales et européennes. Les résultats électoraux qui témoignent de la persistance de pratiques claniques fortement localisés seront particulièrement soulignés. Le système clientélaire et notabiliaire corse, quelle que soit l’importance qu’on lui accorde dans son expression électorale, est à l’origine de singularités qui demeurent visibles pour tout type de scrutin. On note parallèlement des comportements qui se démarquent du système clanique traditionnel. On pense de manière évidente aux votes identitaires (régionaliste/nationaliste), mais aussi à ceux induits par une plus grande individualisation de l’opinion (abstention, mobilisation catégorielle, etc…), répartis de manière plus diffuse sur l’île, et se rapprochant davantage des comportements nationaux moyens.

Haut de page

Texte intégral

Elections récentes en Corse : une introduction du contexte géoélectoral

Des caractéristiques de l’électorat corse

1A bien des égards, les comportements électoraux corses se distinguent encore grandement de ceux observés en France continentale. Par un réflexe éculé, on pourrait y voir là une résurgence de cette forme de démocratie caricaturale dont la Corse a longtemps été affublée. Si le continent n’a longtemps vu des pratiques électorales insulaires que « la caricature et les falsifications effrontées qui l’accompagnent » (Renucci, 1975), il est nécessaire de dépasser tout préjugé.

2Pour commencer, rappelons la modestie de la masse électorale corse (environ 195 000 inscrits en 2005, soit 0,47% des inscrits français), qui fait évidemment écho à sa faible masse démographique (275 000 habitants en 2005, soit 0,44% de la population française). Relativement à l’ensemble du pays, on constate une surreprésentation du taux d’inscrits (ce qui représente un excédent d’environ 12000 inscrits). Ce phénomène a cependant perdu de son ampleur. Pendant longtemps, l’hypertrophie des listes électorales fut spectaculaire (182 000 inscrits en 1969 pour une population inférieure à 200 000 habitants). Il est important de signaler ici que ce phénomène « profite » avant tout aux zones les plus rurales de l’île. Encore aujourd’hui, indépendamment du retour de certains Corses du continent, on observe une importante atrophie du corps électoral des villes de l’île. Malgré une urbanisation qui s’est accélérée, celle-ci ne s’accompagne pas pour autant d’un déracinement géographique des nouvelles populations urbaines. De nombreux urbains restent sensibles à leurs attaches familiales et rurales, et les dimensions réduites de l’île font qu’ils continuent souvent à voter dans leurs villages d’origine.

3Une autre caractéristique notoire de l’électorat corse est sa propension à se mobiliser de façon très différenciée selon le type de scrutin, et le plus souvent de façon opposée aux tendances nationales (fig. 1). Ainsi la Corse se singularise par une participation toujours très élevée aux élections municipales et régionales (maxima nationaux), supérieure à celle observée pour les élections présidentielles ou législatives, ce qui se révèle exceptionnel en Europe (Dupoirier, 2004). A l’inverse, on peut noter une très forte abstention lors des scrutins relatifs à l’Europe, qui s’aggrave encore sur la période récente. A titre d’illustration, on peut simplement citer les chiffres paradoxaux de 2004, qui ont vu la Corse être la région la plus participative aux élections régionales (seulement 25% d’abstention), et la plus abstentionniste aux élections européennes (72,3%).

Figure 1 : Taux comparés de participation aux élections régionales et européennes 1984-2004

Figure 1 : Taux comparés de participation aux élections régionales et européennes 1984-2004

4Pour de multiples raisons, il apparaît que la Corse est souvent écartée des analyses électorales traitant de l’ensemble du territoire métropolitain français. Cette marginalisation s’explique dans une certaine mesure par les singularités électorales qui la caractérisent. La forte régionalisation du vote corse a été clairement mise en évidence par Elisabeth Dupoirier, et ce à plusieurs niveaux. Pour les élections régionales, la Corse présente ainsi systématiquement, depuis 1992, l’indice de diversité régionale le plus élevé, cet indice mesurant la spécificité électorale de chaque région (Dupoirier, 2004). On ne mettra pas à nouveau l’accent ici sur les écarts entre le vote corse et le vote français dans son ensemble. L’objectif est avant tout de proposer un état des lieux de la géographie électorale corse pour la période 2003-2005, en s’appuyant sur l’opportunité de scrutins variés et rapprochés (quatre en moins de deux ans).

Les élections de la période 20032005, résultats principaux et intérêt comparatif

5Pour les quatre scrutins considérés (chronologiquement le référendum du 6 juillet 2003 sur la modification de l’organisation institutionnelle de la Corse, les élections territoriales - i.e. régionales des 21 et 28 mars 2004, les élections européennes du 13 juin 2004, et le référendum sur la constitution européenne du 29 mai 2005), nous pouvons opérer une double distinction :

  • selon l’enjeu : régional ou européen

  • selon le type de scrutin : référendum ou scrutin de liste plurinominal

6Tant par le type de scrutin que par les enjeux, les élections de cette période apparaissent à priori comme peu comparables. Il est admis qu’il est difficile de trouver des corrélations entre les résultats issus de référendums et ceux issus de votes pour des listes nominatives. Les logiques binaires des référendums ont pour effet de faire éclater les logiques de partis ou de clientèles classiques, ce qui fut le cas tant pour la consultation de 2003 en Corse, que pour la consultation de 2005 à l’échelle de la France entière. Parallèlement, les élections à enjeu régional ne relèvent pas à priori des mêmes motivations que celles qui jouent lors d’élections à enjeu européen, comme le montrent d’ailleurs les écarts de participation.

7Ces distinctions ne constituent pas une limite à l’analyse, mais davantage une opportunité. L’objectif est d’interroger délibérément la distribution spatiale du vote quel que soit le type d’élection, afin d’en faire émerger les constantes et les variables. Au-delà des multiples cartes issues des résultats, on cherche avant tout à savoir si les discontinuités spatiales du vote se superposent, ou au contraire si elles se montrent fluctuantes selon l’enjeu et le type de scrutin.

8On ne commentera pas outre mesure les différents résultats de ces élections, il est cependant utile pour la suite d’en mentionner quelques aspects importants. Concernant les scrutins d’enjeu régional, le référendum de 2003, spécifique à la Corse, interrogeait la population sur la modification du statut particulier de la Collectivité Territoriale de Corse. Le projet de loi proposé (texte définitif adopté par le Sénat visible à l’adresse http://www. senat.fr/leg/tas02-115.html) était censé donner plus d’autonomie à la collectivité territoriale (dans le domaine législatif comme exécutif), et devait simplifier la hiérarchie administrative, avec la suppression des deux départements comme mesure phare. Le résultat fut très serré, en faveur du non, ce qui constitua alors une réelle victoire pour Emile Zuccarelli (le maire radical de gauche de Bastia), l’une des rares personnalités politiques de l’île à s’être opposé au projet.

9Ce succès ne s’est pas confirmé lors des élections territoriales de 2004, en raison notamment de la multiplication des listes (19) et des divisions internes à gauche exacerbées suite au référendum de 2003 (cf. 3.1). La gauche était pourtant proche de la majorité absolue au second tour (49,8% des voix contre 32% à la droite), assez proche en cela des tendances nationales.

10Lors des élections européennes de 2004, la Corse était intégrée à la circonscription interrégionale sud-est, pour laquelle 13 sièges de députés européens étaient à pourvoir. Le faible poids relatif de la Corse (4% des inscrits de la circonscription) et le fait qu’aucun élu corse ne soit en position éligible sur les multiples listes expliquent en parti l’abstention massive (72.3%). Pour autant, les résultats observés furent similaires aux tendances nationales (progression globale de la gauche, atteignant un niveau comparable à la droite), ce que l’on peut aussi retenir pour la consultation de 2005 sur le projet de constitution européenne. La Corse dans son ensemble a exprimé un refus plus net encore qu’en France continentale (57,7% contre 54.7%), mais sans se démarquer autant que par le passé, par exemple lors du référendum sur la ratification du traité de Maastricht en 1992 (6 points d’écarts).

11Il importe de justifier le parti pris de ne pas centrer l’analyse sur les résultats eux-mêmes, et ce qu’ils nous disent de la vie politique corse et ses rapports de force. Certes, les logiques spatiales du vote sont évidemment dépendantes de l’échiquier politique sur lequel elles reposent en partie. Le paysage politique corse présente de surcroît plusieurs singularités :

  • quasi-absence du parti socialiste, supplanté par les radicaux de gauche (MRG) eux-même divisés en deux clans distincts (Giacobbi / Zuccarelli)

  • quasi-absence de forces politiques du centre (UDF)

  • faiblesse des extrémismes (de gauche comme de droite)

  • poids non négligeable des autonomistes/ nationalistes

  • etc…

12Une connaissance approfondie de ces divers paramètres, tant dans leurs origines que dans leurs effets, fournit des clés d’interprétation des résultats électoraux, pris individuellement ou dans leur ensemble. Cependant, la complexité du jeu politique insulaire ne permet pas ici une interprétation systématique des résultats, ce qui induirait de trop longs développements. Rappelons enfin que les structures spatiales du vote peuvent s’étudier indépendamment des structures partisanes, et ce d’autant plus en Corse, dans un contexte relativement désidéologisé.

Hypothèses autour des logiques spatiales de vote

13Quand bien même on s’intéresse ici à quatre scrutins pour lesquels la participation a été très variable, cela ne représente pas en soi un obstacle. Si les masses exprimées sont plus faibles ou plus fortes selon les cas, on peut faire l’hypothèse que les structures géographiques du vote restent assez stables.

14Pour des raisons qui seront développées ci-après, l’élaboration et l’analyse des cartes électorales s’appuie ici sur la maille communale. La nécessité d’une échelle fine de cartographie pour repérer des logiques spatiales de vote n’est plus à défendre. « Il est indispensable de repérer si les logiques départementales/ régionales sont complexifiées par d’autres effets, qui ne s’observent qu’à des échelles plus fines: les logiques rurales/urbaines/périurbaines ; les effets de discontinuités (vallées-plateaux, littoral-arrière pays, etc.) » (Bussi, 2004). On conçoit que de tels effets puissent jouer pour la Corse (cf. carte 1). A l’instar de la grande majorité des travaux de géographie électorale en France, notamment pour le milieu rural, on pourrait penser que l’échelle cantonale représente une échelle d’analyse suffisamment fine. Cette supposition semble confortée par un découpage tel que celui des microrégions de l’INSEE, censées représenter de véritables bassins de vie où l’on travaille, réside et consomme (INSEE, « Zoom sur les microrégions », cf. carte 2). Dans le même ordre d’idée, toute typologie communale en Corse aboutit à identifier des zones relativement étendues et homogènes par leurs caractéristiques démographiques et socioéconomiques, notamment dans l’intérieur de l’île, comme le montre une typologie réalisée par l’INSEE en 2002 (cf. carte 2).

Carte 1 : La Corse - données générales

Carte 1 : La Corse - données générales

Carte 2 : Typologie des communes corses et découpage en microrégions

Carte 2 : Typologie des communes corses et découpage en microrégions

15Cela dit, il apparaît que seules des cartes à échelle communale peuvent vraiment aider à comprendre l’espace politique corse. On compte en Corse 360 communes qui représentent encore les lieux privilégiés d’expression de l’affiliation à un parti, ou à un notable. On fait face ici à ce qui est présenté par de nombreux auteurs comme l’une des bases du système clanique corse.

16Le clanisme corse est un exemple bien connu de clientélisme politique. De telles pratiques sont désormais bien analysées, et sont observables ailleurs sous des formes diverses (Tafani, 2005). Même s’il ne faut pas en surestimer les expressions et les caractéristiques, le clanisme corse présente dans le cadre français des singularités qui tiennent à son insularité, au milieu méditerranéen et montagneux, et à l’histoire de la Corse. Les fondements et les mécanismes du clanisme corse ont fait l’objet d’analyses approfondies (Lenclud, 1988, 1993 ; Briquet, 1997) auxquelles on peut se reporter. Parmi les traits de fonctionnement essentiels du clanisme en Corse, G. Lenclud dégage le bipartisme, l’affiliation obligée, l’organisation en clientèle, ainsi qu’un mode d’exercice du pouvoir à la fois personnel et partisan. J.-L. Briquet souligne aussi que le clan peut apparaître comme « un mode d’organisation des réseaux partisans locaux en un système pyramidal qui relie les différents partis villageois, chacun d’entre eux étant affilié à un réseau plus vaste à l’échelle du canton, du département et de la région ».

17Si l’on peut douter de la survie du système clanique à long terme (Lefevre, 2000), il existe encore actuellement des signes indéniables de son renouvellement. Pour comprendre la façon dont le clanisme corse a pu s’adapter et résister aux évolutions du système républicain (et ce jusqu’aux politiques de décentralisation censées l’affaiblir), il est utile de renvoyer à des travaux relativement récents et démonstratifs (Briquet, 1997 ; Crettiez, 1999 ; Abdessemed, 2000).

18En revanche, concernant les logiques spatiales de vote qui pourraient traduire les articulations du système clanique, on compte peu d’illustrations probantes, si ce n’est dans l’ouvrage de Marianne Lefevre (2000).

19A petite échelle, l’accent est généralement mis sur la correspondance entre bipartisme politique et bipartition de l’île en termes de résultats électoraux, bipartition reprenant l’opposition traditionnelle entre l’en deçà des monts (Haute-Corse) et l’au-delà des monts (Corse-du-sud). Bien qu’elle ne date que de 1975, la bi-départementalité de la Corse revêt une pertinence géographique, historique et culturelle certaine. Elle consacre un clivage ancien entre la Corse du sud féodale et la Corse du nord populaire, la Corse granitique et la Corse schisteuse (Brunet, 2004). Cet antagonisme, qui a toujours été préjudiciable à l’unification politique de la Corse, recouvre dans ses grands traits l’opposition entre les deux clans dominants, eux-mêmes soutenus par des clans locaux d’importance variable. Bipartisme et pouvoir charismatique absolu, qui constituent deux des dimensions majeures du clanisme corse (Lenclud, 1988), se rencontrent dans le règne continu des « dynasties républicaines » (Tafani, 1986) : de grandes familles se transmettent les mandats électifs à tous les niveaux sur plusieurs générations. Ce fut le cas des Gavini et des Casabianca au début du siècle, puis des Giacobbi (François) et De Rocca-Serra (Jean-Paul), qui ont dominé toute la vie politique corse après guerre, et dont les héritiers – Camille de Rocca-Serra et Paul Giacobbi – jouent à nouveau un rôle prépondérant de nos jours.

20A grande échelle, l’importance des communes et des maires a donc été maintes fois soulignée: « Les solidarités continuent à se manifester au niveau du village ; deux communes contiguës vivant dans des conditions analogues peuvent voter de façon opposée ». (Renucci, 1975). « Les chefs de file des clans républicains ont leur relais jusque dans les plus petits villages : les maires des nombreuses communes constituent leur masse de manœuvre, les mairies sont le lieu par excellence du pouvoir clanique. » (Andreani, 1999) « Pilier du pouvoir pyramidal claniste, le maire, médiateur entre le chef de clan et le citoyen, assure la pérennité des liens interpersonnels entre l’élu et ses administrés. » (Lefevre, 2000)

21On le voit, les logiques de vote semblent préférentiellement s’organiser autour d’influences de personnes plutôt que d’appareils partisans. Dans l’hypothèse où ce sont des liens interpersonnels, et non des idéologies précises, qui conditionnent encore les choix électoraux, quelles en sont les conséquences sur les disparités du vote ? Observe-t-on au niveau infra-insulaire des gradients d’influence en fonction de la distance aux fiefs respectifs des notables, ce qui est fréquent (voir à ce propos Bussi, 2004) ; Ou alors a-t-on affaire à des logiques plus complexes, et à priori peu liées à l’espace ?

Les héritages : des logiques électorales lourdes, toujours spécifiques

Actualité du clivage traditionnel nord/ sud

22On peut penser que les oppositions claniques traditionnelles seront d’autant plus nettes que l’enjeu des scrutins sera local ou régional. De surcroît, on sait que les élections régionales relèvent en parti d’enjeux nationaux (Dupoirier, 2004), comme l’ont montré les élections de mars 2004, avec la victoire quasi-généralisée de la gauche, la Corse constituant l’une des deux exceptions. Pour la Corse, une première question se pose sur la réalité du clivage départemental, censé constituer l’un des héritages du clanisme. Il ne se dégage pas d’opposition nord/sud spectaculaire des résultats du référendum de 2003, malgré les analyses qui ont pu en être faites (cf. 2.2 et carte 6). Le « Non » est légèrement supérieur au nord (51.75% contre 50.05% au sud), et équitablement réparti sur l’espace insulaire.

23Pour les élections territoriales de 2004, les cartes à échelle communale ne montrent pas non plus une différenciation départementale très nette. Ce qui apparaît en premier lieu, c’est une véritable balkanisation du paysage politique insulaire, il est vrai renforcée par les effets d’un mode de scrutin propre à la Corse et propice à l’éparpillement des voix (notamment un seuil abaissé à 5% pour le maintien des listes au second tour). Sept listes se trouvent ainsi qualifiées pour le second tour, et les «petites listes» éliminées au premier tour représentent encore 31 % des voix, remportant 52 communes. Seules les aires d’influence majeure des deux clans traditionnels Rocca-Serra et Giacobbi se dégagent quelque peu.

24En effet, dans le détail, certains votes se répartissent encore de manière étonnamment dissymétrique. C’est le cas du vote Giacobbi (MRG), qui opère une véritable bascule dès lors que l’on franchit la limite départementale. Les contrastes sont ici saisissants entre des communes de Haute-Corse où la liste Giacobbi atteint la majorité absolue, et la quasi-totalité des communes de Corse-du-sud avec des scores inférieurs à 8%.

Carte 3 : Le vote Giacobbi (MRG)

Carte 3 : Le vote Giacobbi (MRG)

La permanence du rôle clé des communes dans les votes à enjeu régional

25Même dans l’apparente bipolarisation géographique de certains votes (carte 3), on constate dans le détail un morcellement assez marqué. Ainsi, le vote Giacobbi présente une variabilité locale importante, et ce au sein même de sa zone de force dans une bande qui s’étend du nord-ouest au centre-est de l’île.

26Au vu des cartes, il est très rare que l’influence d’un notable se résume à un fief puis décline progressivement selon un gradient fonction de l’éloignement, les logiques de vote semblent faire abstraction des distances. On retrouve là le rôle clé joué par les maires et leurs concitoyens au sein des communes (cf 1.3) : les mairies représentent de véritables « pouvoirs-relais » (Lefevre, 2000) pour les grands notables régionaux. Cette organisation en réseaux de communes, sans continuité entre elles, est évidemment rendue possible par certaines des spécificités de la Corse, géographiques (sa finitude et ses dimensions relativement réduites) ou culturelles (la ténacité des liens familiaux, la fidélité des attachements, l’affiliation obligée…). Le degré d’adhésion à un clan est cependant très fluctuant d’une commune à l’autre. De surcroît, même lorsqu’un vote traduit un ralliement massif et « excessif » à un clan, on ne peut pour autant conclure que le maire aura joué un rôle moteur dans ce phénomène. Si son rôle est à l’évidence prégnant dans certaines communes, on peut également supposer que des consensus d’opinion puissent émerger naturellement dans d’autres, notamment dans les moins peuplées, qui reposent parfois et seulement sur deux ou trois familles élargies. On peut illustrer cette caractéristique par les cartes des votes Rocca-Serra (liste majorité présidentielle UMP) et Zuccarelli (MRG) au second tour des territoriales de 2004 (cartes 4 et 5). Ces votes présentent certes quelques grandes tendances dans leur distribution spatiale, mais en faire une lecture simplifiée conduirait à une vision très réductrice voire erronée de l’espace politique corse.

27Ainsi, le vote Rocca-Serra est bien plus élevé au sud, notamment autour de son fief de Porto-Vecchio, fidèle en cela à la bipartition traditionnelle entre les deux clans dominants. Cela dit, le vote Rocca-Serra n’est pas homogène spatialement : au-delà du quart sud-est où il est largement dominateur, on peut trouver des îlots très localisés où il émerge également, que ce soit en Balagne ou en Castagniccia par exemple.

28Par une simple méthode de comparaison entre la distribution géographique du vote et le soutien apporté par certains maires (voir Lefevre, 2000), il est aisé de mettre en évidence le socle communal sur lequel s’appuient les quelques grands notables de l’île. Pour les cartes présentées ici, il a été tenu compte des maires affiliés à d’autres listes au premier tour, mais ayant fusionné avec les listes Rocca-Serra et Zuccarelli pour le second tour. Cette démonstration n’est toutefois que partielle et indicative, elle repose uniquement sur la présence de certains maires sur les listes des candidats ; si on la voulait plus globale, il serait nécessaire de prendre en compte l’ensemble des soutiens (affichés ou non) : adjoints au maire, conseillers généraux, élus au sein des communautés de communes, etc. Le rôle des élus locaux apparaîtrait encore bien plus flagrant.

Carte 4 et 5 : Le vote Rocca-Serra (UMP) / Le vote Zuccarelli (MRG)

Carte 4 et 5 : Le vote Rocca-Serra (UMP) / Le vote Zuccarelli (MRG)

29La cartographie à niveau communal du vote Zuccarelli révèle une variabilité spatiale au moins aussi forte entre communes. A proximité même de son fief de Bastia (dont Emile Zuccarelli est maire), certains scores peuvent atteindre des niveaux très faibles. A l’opposé, dans certaines communes isolées de Corse du sud, le vote Zuccarelli dépasse parfois les 30 %. Là encore, il est relativement aisé de mettre en évidence les pouvoirs-relais communaux sur lesquels peut compter le clan Zuccarelli.

30Du fait des contrastes communaux soulignés, on conçoit que l’analyse des résultats peut se trouver enrichie en concentrant l’effort de représentation sur les discontinuités communales stricto sensu, et non plus sur les communes elles-mêmes. La mesure de l’intensité d’une discontinuité pose à première vue des problèmes d’évaluation et de comparabilité, ne serait-ce que par la variété des types d’élections. Le cas des référendums est le plus simple, la discontinuité entre deux communes contiguës pouvant alors se mesurer par l’écart absolu entre les deux scores communaux (soit le score du « oui », soit le score du « non »).

31Un premier exemple de ce type de représentation est donné ici pour les discontinuités communales lors de la consultation de 2003 sur la réforme des institutions corses (carte 6). Il est important de souligner pour commencer qu’on fut loin alors de la lecture un peu simpliste qui avait été relayée dans les médias, selon laquelle la Haute-Corse se serait massivement et globalement opposée au texte proposé, à l’inverse de la Corse du sud plutôt favorable (l’opposition rural/urbain mise en avant par ailleurs n’étant pas beaucoup plus opérante). On trouve sans surprise certaines similitudes avec le vote Zuccarelli (carte 5), qui s’était imposé comme la figure de proue du non en cette occasion. Même si les effets de densité du maillage communal jouent forcément, on note une fréquence plus élevée de discontinuités très fortes (>35%) dans certaines microrégions. De manière générale, on note également que les discontinuités fortes et très fortes (>20%) correspondent assez précisément à des « frontières » du oui et du non. On voit là que la question de la réforme des institutions de l’île, qui avait fortement divisé les Corses et suscité de vifs débats, parfois au sein d’une même famille, n’avait pas pour autant assoupli et aplani les disparités communales: certaines discontinuités restent très nettes, traduisant des oppositions tranchées.

Carte 6 : discontinuités communales -référendum 2003

Carte 6 : discontinuités communales -référendum 2003

Discontinuités communales du vote selon le type d’élection

32Pour les deux référendums, l’intensité des discontinuités communales est immédiatement calculable et comparable. Concernant les scrutins de liste, plusieurs méthodes d’évaluation peuvent se révéler fiables et cohérentes, à condition d’un choix clair au préalable : on peut ainsi privilégier les scores obtenus par les différentes listes (plutôt que leur rang) et considérer la totalité des listes (plutôt que les plus représentatives seulement).

33Il faut préciser que le calcul des discontinuités pour les élections territoriales de 2004 a été réalisé pour le second tour (sur 7 listes), afin de ne pas trop surestimer les discontinuités. En effet, la dispersion des voix au premier tour aurait fait apparaître des discontinuités relativement factices, du fait de la proximité politique effective de certaines listes (comme le montrent certaines fusions au second tour).

34La méthode retenue ici consiste à évaluer l’intensité d’une discontinuité par la somme des carrés d’écarts entre les scores obtenus par chaque liste dans 2 communes adjacentes : discontinuité = [score % (liste A,commune 1) –score % (liste A,commune 2)]2 + [score % (liste B,commune 1) – score % (liste B,commune 2)]2+ …

35L’intensité d’une discontinuité communale peut donc varier entre 0 et un maximum théorique de 20 000, le maximum observé approchant les 10 000.

36L’intérêt de telles mesures est de pouvoir globalement dénombrer les discontinuités en fonction de leur intensité, mais aussi d’en faire une lecture spatiale. Il est également possible de comparer les discontinuités selon les scrutins, à condition d’en étalonner les valeurs. Les deux cartes présentées ici donnent un aperçu des analyses possibles.

37La première figure les discontinuités communales du vote lors du second tour des élections territoriales de 2004, en ayant reclassé les valeurs mesurées selon 4 modalités en fonction de leur intensité (carte 7). De nouveau, on observe des discontinuités très marquées dans certaines microrégions bien précises (Castagniccia, Taravu), elles sont en revanche bien plus faibles entre communes littorales, notamment au sud.

Cartes 7 et 8 : discontinuités territoriales 2004 / discontinuités synthèse 2003-2005

Cartes 7 et 8 : discontinuités territoriales 2004 / discontinuités synthèse 2003-2005

38En appliquant le même traitement aux quatre élections considérées (harmonisation et reclassification sur une échelle de valeurs de 1 à 4), on peut fournir une vision synthétique des discontinuités communales corses (carte 8). La carte des intensités cumulées (variant de 4 à 16) vient confirmer les tendances déjà observées (cartes 6 et 7), ce qui semble indiquer d’ores et déjà une relative stabilité géographique des discontinuités, quel que soit le type d’élection. La localisation des aires à forte densité de discontinuités, à l’image de la Castagniccia, n’a rien d’anodin. Sans forcer les déterminismes géographiques et historiques, on peut trouver de nombreuses racines à ces fractionnements microrégionaux. Pour insister sur l’exemple de la Castagniccia, il n’est qu’à rappeler qu’elle est « divisée en une dizaine de petits bassins torrentiels séparés par des crêtes qui divergent d’une zone centrale élevée… Le morcellement communal y est extrême, les hameaux ont longtemps été peu accessibles et sont séparés par 10 ou 15 km de route alors qu’ils sont à 1 ou 2 km à vol d’oiseau. » (Brunet, 2004). Roger Brunet souligne d’ailleurs qu’en Castagniccia « le regroupement de villages menus et longtemps rivaux est aussi nécessaire qu’ardu. » (Brunet, 2004). Dans le détail, il s’avère que les discontinuités subissent cependant dans leur répartition géographique quelques évolutions d’une élection à l’autre – renforcement ou affaiblissement – que l’on peut mettre en évidence par simple soustraction. Les évolutions observées seraient alors à justifier au cas par cas.

39On comptabilise pour l’ensemble de la Corse 978 limites inter-communales. Le tableau ci-après (tableau 1) donne la distribution globale des discontinuités, en fonction de leur intensité, et selon le scrutin considéré.

40Malgré quelques nuances, les discontinuités se distribuent de façon comparable en fonction de leur intensité. Ceci constitue un résultat intéressant : les disparités spatiales des différents types de vote montrent que les contrastes locaux ne s’observent pas seulement pour les élections à enjeu régional. Les deux scrutins à enjeu européen ont révélé dans l’ensemble des discontinuités aussi fortes entre communes. Ce résultat se doit cependant d’être relativisé étant donné la mobilisation très variable du corps électoral selon les cas. A discontinuité équivalente en termes de différentiel, un crédit supplémentaire doit être donné si la participation est élevée. En d’autres termes, une abstention élevée dans deux communes adjacentes les rapproche du point de vue des comportements électoraux, quand bien même les votes exprimés diffèrent.

41Pour conclure cette partie, et dans l’hypothèse où l’importance des contrastes départementaux mais surtout locaux du vote reflète réellement une singularité corse (ce qui demanderait démonstration en appliquant les mêmes méthodes ailleurs), on peut affirmer que tous les scrutins sont encore affectés par des logiques de type clanique.

Tableau 1 : Distribution des discontinuités communales 2003-2005

Tableau 1 : Distribution des discontinuités communales 2003-2005

Formes d’évolution du vote corse, les prémisses d’un renouvellement ?

42Comme l’analyse des résultats électoraux l’atteste et comme le résumait Jean-Louis Andreani (1999), « il serait sans doute aussi faux d’affirmer que la Corse est sortie de l’âge des clans que de prétendre que ceux-ci régissent aujourd’hui encore, dans l’île, l’ensemble des rapports politiques et sociétaux. » L’ancien système en vigueur continue de subir des distorsions et des évolutions, qui à défaut d’exprimer le déclin des clans, en atténuent du moins l’expression électorale.

Les votes nationalistes et « évolutionnistes»:réalitéetrépartition des votes non traditionnels

43L’inertie du système clientélaire et notabiliaire politique corse, jamais réellement contrarié par l’Etat français, fut l’une des causes de l’émergence du régionalisme puis du nationalisme. La contestation et la dénonciation des clans furent d’emblée mises en avant dans les revendications nationalistes. Ainsi, dans l’un des manifestes de la pensée autonomiste, il était souligné : « Le clan a bénéficié d’une rallonge historique… C’est assez. Le système clanique est archaïque, anachronique, rétrograde… Sa survivance est un obstacle au progrès et un indice certain de sous-développement économique, social et intellectuel. » (Front Régionaliste Corse, 1971). Le mouvement nationaliste a acquis lors des premiers scrutins régionaux une réelle reconnaissance dans les urnes, notamment car il avait alors le « monopole de la revendication identitaire. » (Codaccioni, 1998) L’électorat nationaliste s’est ainsi élevé à plus de 32 000 voix (soit 25% des voix obtenues) en 1992. Cet électorat a ensuite stagné, ne dépassant plus les 25 000 voix (< 17% des voix) lors des élections territoriales de 1999 et 2004.

Carte 9 : le vote Simeoni

Carte 9 : le vote Simeoni

44La représentation du vote nationaliste (liste Simeoni-Talamoni Unione Naziunale) est assez diffuse sur toute l’île (carte 9). Peu de communes présentent des scores très élevés (> 35%) ou très faibles (< 8 %) et on n’observe pas vraiment d’aire d’influence majeure ni de « fiefs ». Le vote nationaliste est globalement plus fort au sud, les scores sont plus élevés dans certaines microrégions (nord du cap Corse, Deux-Sevi), mais il est clair que les discontinuités sont bien moins nettes que pour d’autres votes.

45L’une des raisons est que les nationalistes ne peuvent pas vraiment compter sur des pouvoirs-relais dans les communes, qui pourraient permettre localement une adhésion plus grande à leur mouvement. Hormis au sein de la Collectivité Territoriale de Corse, les nationalistes ont peu de représentation politique, notamment concernant les élus de proximité (ni maires ni conseillers généraux par exemple). Il est aussi à remarquer que le vote nationaliste correspond dans une certaine mesure à un vote de mécontentement. De nombreux auteurs s’accordent à dire que le mouvement nationaliste est devenu une « auberge espagnole de la contestation ». On peut en conséquence se demander si les disparités du vote nationaliste peuvent être mises en relation avec la distribution d’autres votes contestataires. S’il faut se garder de faire un amalgame entre vote nationaliste et vote extrémiste (notamment par les dérives communes, dans les deux cas, d’un repli sur soi aggravé par une politique du fora), on pourrait montrer que certains transferts de voix des partis nationalistes vers le Front National (pour les scrutins nationaux ou européens) sont localement bien réels. L’analyse des mouvements nationalitaires par le biais du vote est cependant très réductrice, tant ils constituent un système partisan ramifié, aux contours mal définis, et dont les liens avec les institutions insulaires et nationales sont complexes (voir à ce propos Dominici, 2005).

46Les mouvements nationalitaires ne sont pas les seuls à s’opposer au système notabiliaire hérité. La diversité des tendances observées (comme illustré par la profusion des listes au premier tour des territoriales de 2004) ne doit pas éclipser une revendication commune à la majorité de ces mouvements : ceux-ci réclament le maintien du statut particulier de la Corse voire son renforcement (cf. référendum de 2003), sans quoi la rénovation des pratiques politiques locales resterait selon eux limitée.

47Certains de ces courants ont pu être qualifiés de «néo-clanistes», en ce sens qu’ils ont émergé en s’appuyant sur des réseaux d’intérêts qui empruntaient leurs règles au clanisme, quand bien même ils en dénonçaient les travers, tout comme le mouvement nationaliste dans une certaine mesure. De manière plus globale et moins abusive, on qualifiera plutôt d’évolutionnistes ces différents mouvements, en ce sens qu’ils cherchent à s’émanciper des mouvances claniques traditionnelles et qu’ils prônent une évolution, voire une vraie réforme des institutions corses, vers davantage d’autonomie le plus généralement. La plupart se sont fédérés autour d’acteurs privés, de professionnels issus de la société civile, une lecture simplifiée peut les assimiler à la droite néo-libérale et corsiste, mais leurs contours sont flous, et parfois mouvants au gré des alliances.

Carte 10 : le vote Ceccaldi

Carte 10 : le vote Ceccaldi

48Le cas du vote Ceccaldi (mouvement « Corse Nouvelle ») est assez emblématique de cette tendance, et bien plus influent lors des élections territoriales de 2004 que ne l’indique son score de 4% (carte 10). Pierre-Philippe Ceccaldi s’est autant fait connaître comme homme politique (conseiller régional depuis 1982) que comme homme d’affaires, en tant que fondateur en 1989 de la CCM -Compagnie Corse Méditerranée, la compagnie aérienne dont il est toujours le président. Sa liste de 2004, catégorisée comme divers droite, a pourtant fusionné avec la liste MRG de Paul Giacobbi au second tour. Lors du « troisième tour », les membres de la liste Giacobbi élus à la région mais issus de la liste Ceccaldi n’ont pas apporté leur soutien à Emile Zuccarelli (candidat de gauche le mieux placé), faisant ainsi basculer la région à droite, malgré un retard de 18% sur la gauche au second tour. La configuration spatiale du vote Ceccaldi est toute aussi intéressante. P.-C. Ceccaldi a fait de la valorisation des ressources maritimes insulaires et du développement du littoral son nouveau cheval de bataille, notamment pour le littoral occidental, très en retrait en termes d’infrastructures, d’équipements et d’activités. La carte du vote Ceccaldi traduit de façon spectaculaire le réseau territorial sur lequel il repose. La dissymétrie ouest/est est quasi-totale, et on est bien loin ici de la multiplicité des ramifications spatiales tissés par les grands notables. Rappelons cependant que son influence électorale aura finalement été… notable !

Vers une plus forte individualisation du vote ?

49Par individualisation, on fait ici référence à des comportements électoraux qui tendent à rendre les résultats moins dépendants d’idéologies et de structures collectives (familles, clans, partis). Ainsi, le fait qu’une partie de l’électorat puisse s’affranchir des clivages classiques (cf 3.1) correspond à priori à une individualisation accrue du vote insulaire, même si celle-ci recouvre des processus très divers comme nous le verrons. Cette opinion se doit cependant d’être nuancée, selon le type de scrutin, et selon les espaces considérés.

50Au niveau des scrutins européens, c’est davantage l’abstention, bien plus qu’un très relatif affaiblissement des clivages politiques, qui peut témoigner de l’individualisation des comportements électoraux.

51On a déjà souligné que les discontinuités spatiales du vote ne sont pas réellement atténuées lorsque l’enjeu du vote est européen (cf. 2.3), ce qui n’est finalement pas étonnant, certains auteurs ayant montré « comment les questions européennes ont été absorbées dans des structures partisanes établies » (Harmsen, 2005). En revanche, la mobilisation électorale est bien moindre lors de tels scrutins, la Corse reproduisant en cela les tendances nationales, en les amplifiant. Ce désintérêt marqué envers l’Europe n’est pas récent, Janine Renucci résumait déjà de manière sévère que « la Corse s’interroge peu sur les grands problèmes du moment : ses revendications se limitent à la satisfaction de ses intérêts personnels » (Renucci, 1975). Cet euro-scepticisme ne doit cependant pas apparaître comme un corollaire des revendications identitaires et nationalitaires, rappelons simplement à ce propos que les partis nationalistes sont globalement favorables à l’Europe des régions, et étaient plutôt partisans du oui en 2005. L’individualisation des comportements électoraux se révèle donc plutôt ici sous « une forme d’apathie citoyenne, et donc d’abstention politique lors des scrutins où l’identité territoriale n’est pas activée : le citoyen, libre de son choix politique, devient libre également de ne pas l’exprimer. » (Bussi, 2006)

52Au niveau spatial, devrait résulter d’une individualisation de l’opinion politique une certaine homogénéisation des espaces du vote. Nous avons montré que tel n’était pas le cas, les comportements électoraux dépendent encore de réseaux de pouvoirs, les suffrages au sein de chaque commune représentant autant de clientèles spécifiques qui se démarquent des voisines. Des contrastes sont cependant visibles, entre monde urbain et monde rural, entre littoral et intérieur.

53Les résultats dans les grandes villes de l’île apparaissent comme plus équilibrés, bien loin des scores unilatéraux souvent observés dans les petites communes. Ce phénomène n’est ni surprenant ni nouveau, Janine Renucci notait déjà au début des années 70 que les citadins « pris par la vie urbaine s’évadent plus aisément des mœurs traditionnelles et de l’emprise des partis-clientèles » (Renucci, 1975), ce que soulignait à nouveau Marianne Lefèvre : « la ville libère de l’emprise du clan traditionnel » (Lefevre, 2000). Il n’en est pas moins vrai que la majorité des grands notables de l’île gagnent désormais en légitimité et en influence lorsqu’ils s’appuient sur un fief urbain (Zuccarelli à Bastia, Rocca-Serra à Porto-Vecchio).

54L’opposition littoral/intérieur peut s’assimiler dans certains cas à la distinction précédente. Mais elle correspond davantage à une conjonction de phénomènes. Les différentes options de développement économique de la Corse et du littoral en particulier sont au cœur des préoccupations des mouvements évolutionnistes (cf 3.1), ce qui a déjà été observé : « Le milieu urbain du littoral à vocation touristique est devenu le siège privilégié du néoclanisme de la droite libérale et corsiste, et des mouvements nationalistes (Lefevre, 2000). Parallèlement, les zones littorales sont celles où l’on observe le plus fort accroissement et renouvellement de population. En résulte une relative mixité sociale, générationnelle (populations plus jeunes qu’ailleurs), culturelle (populations moins corsisées qu’ailleurs), qui a comme effet de diversifier, et donc de lisser spatialement, les comportements électoraux. Malgré quelques exceptions notoires (sud de Bastia), on observe ainsi des continuités littorales du vote que l’on ne retrouve évidemment pas dans l’intérieur de l’île (cf 2.2 et carte 8).

Conclusion

55En tant qu’île, la Corse se présente comme un territoire fini sur lequel se juxtaposent les différents niveaux de représentation des élus politiques et les différentes échelles du pouvoir, du local à l’européen. Malgré l’intégration ancienne de la Corse aux institutions politiques françaises et une circulation toujours accrue des idées et des hommes, il est frappant de constater que des logiques de votes « déterritorialisées » persistent. Nous entendons par là qu’au sein de territoires cohérents et homogènes par leurs caractéristiques socio-économiques (cf. carte 2), les réseaux de personnes demeurent prégnants dans le jeu politique, comme autant de ramifications « souterraines » qui résistent aux processus de diffusion et d’homogénéisation spatiale des comportements électoraux. Le cas corse illustre en cela la réalité des effets de contexte (héritages culturels notamment) à niveau infra-national. Une meilleure appréhension de ces logiques électorales héritées du passé est toutefois nécessaire. La mesure de leur degré de résistance et/ou de raccrochement aux modèles théoriques en vigueur à niveau supérieur (français, européen), considérés comme normatifs, ne sera réellement possible qu’à l’aide de travaux comparatifs variés. « L’exception corse » se doit d’être davantage questionnée et remise en perspective, notamment par ses points communs avec d’autres espaces insulaires, ou d’autres espaces à forte identité.

Haut de page

Bibliographie

ABDESSEMED C., 2000, « Une greffe de l’Etat inédite, le clan corse, de la segmentarité à la décentralisation, Itinéraires », Etudes du développement, n°13, Genève, Institut Universitaire d’Etudes du Développement, [En ligne] http://129.194.252.202/ ITINERAIRES/IUED_IED13_Abdessemed.pdf

ANDREANI J.-L., 1999, Comprendre la Corse, Collection Folio / Actuel, Gallimard.

BERNABEU-CASANOVA E., 1997, Le nationalisme corse, genèse, succès et échec, Paris, L’Harmattan.

BRIQUET J.-L., 1997, La tradition en mouvement. clientélisme et politique en Corse, Paris, Belin.

BRUNET R., 2004, La Corse, région d’Europe, M@ ppemonde, n° 76 (4-2004), http://mappemonde. mgm.fr/num4/articles/art04407.html

BUSSI M., 2006, L’identité territoriale est-elle indispensable à la démocratie?, Espace géographique 2006/4, Tome 35, p.334-339.

BUSSI M., FOURQUET J., RAVENEL L., 2004, « Elections régionales de 2004 : notabilités traditionnelles et nouvelles maîtrises des territoires électoraux », Revue française de science politique, vol. 54, n°4, p. 639-667.

CODACCIONI M., 1998, Corse : assassinat d’un préfet, Ajaccio, Albiana, 1998.

CRETTIEZ X., 1999, La question corse, Bruxelles, Editions Complexe.

DOMINICI T., 2005, Le système partisan nationalitaire corse contemporain : étude d’un phénomène politique, Working Papers n° 242, Barcelone, Institut des Sciences Politiques et Sociales, http://www.recercat.net/ bitstream/2072/1390/1/ICPS242.pdf

DUPOIRIER E, 2004, « La régionalisation des élections régionales? Un Modèle d’interprétation des élections régionales en France », Revue française de science politique, vol. 54, n° 4, p. 571-594.

Front Régionaliste Corse (anonyme), 1971, Main basse sur une île, Paris, Jérôme Martineau Editeur.

GIL J, 1991, La Corse entre la liberté et la terreur, Paris, La différence.

HARMSEN R., 2005, « L’Europe et les partis politiques nationaux : les leçons d’un non-clivage », Revue internationale de politique comparée, vol. 12, n°1, p. 77-94.

INSEE, Zoom sur les microrégions, [En ligne] http://www. insee.fr/fr/insee_regions/corse/zoom/microreg. htm, sans date (consulté le 16 juillet 2007).

INSEE, 2002, Une île à deux facettes , Economie Corse n°101 (G. Leforestier -D. Quadri) – déc. 2002, [En ligne] http://www.insee.fr/fr/insee_regions/corse/ rfc/docs/ecoc1011bis.htm et http://www.insee. fr/fr/insee_regions/corse/rfc/docs/Cadre101-1.htm (consultés le 16 juillet 2007)

LEFEVRE M., 2000, Géopolitique de la Corse: Le modèle républicain en question, Paris, L’Harmattan.

LENCLUD G., 1988, Des idées et des hommes : patronage électoral et culture politique en Corse, Revue française de science politique, Vol. 38, n° 5, p. 770-782.

LENCLUD G., 1993, « S’attacher - Le régime traditionnel de la protection en Corse », Terrain, n°21 : Liens de pouvoir, http://terrain.revues.org/ document3074.html

RENUCCI J, 1975, Corse traditionnelle et corse nouvelle, la géographie d’une île, Service de reproduction des thèses, Université Lille III

TAFANI P., 1986, Géopolitique de la Corse, Paris-Ajaccio, Fayard-La Marge.

TAFANI P., 2005, « Du clientélisme politique », Revue du MAUSS, n°25, 2005-1, p. 259-286.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Taux comparés de participation aux élections régionales et européennes 1984-2004
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/541/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Carte 1 : La Corse - données générales
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/541/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Carte 2 : Typologie des communes corses et découpage en microrégions
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/541/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Carte 3 : Le vote Giacobbi (MRG)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/541/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Carte 4 et 5 : Le vote Rocca-Serra (UMP) / Le vote Zuccarelli (MRG)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/541/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/541/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Carte 6 : discontinuités communales -référendum 2003
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/541/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Cartes 7 et 8 : discontinuités territoriales 2004 / discontinuités synthèse 2003-2005
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/541/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 1 : Distribution des discontinuités communales 2003-2005
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/541/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Carte 9 : le vote Simeoni
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/541/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Carte 10 : le vote Ceccaldi
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/541/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Merchez, « Les logiques spatiales du vote corse lors des scrutins régionaux et européens 2003-2005, héritage et renouvellement des comportements électoraux  », L’Espace Politique [En ligne], 3 | 2007-3, mis en ligne le 11 mai 2009, consulté le 25 mars 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/541 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.541

Haut de page

Auteur

Luc Merchez

UMR 5600 Environnement, Ville, Société, Laboratoire Géophile, ENS-LSH Lyon,
luc.merchez@ens-lsh.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org