Navigation – Plan du site

Repenser les territoires ensemble : une inflexion paradigmatique pour la géographie politique ?

Rethinking Territories Together: A Paradigmatic Inflection for Political Geography?
Michel Bussi

Résumés

Article introductif du numéro 3 (2007-3) de la revue L’Espace politique intitulé « L’Etat en Afrique. Géographie politique de la maîtrise des territoires »

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette question est détaillée dans : BUSSI M., (2007), « Pour une géographie de la démocratie. La gé (...)
  • 2 SIEGFRIED A., 1949, « Géographie électorale de l’Ardèche sous la Troisième République », Paris, A. (...)
  • 3 Déterminisme symbolisé par la formule : «  Le granit vote à droite, et le calcaire vote à gauche. »
  • 4 LE BRAS H., 2002, Une autre France, Paris, Odile Jacob, 222 p.

1La géographie dans sa dimension politique a été longtemps assimilée à une science stratégique, utile à la conquête d’un territoire,à sa maîtrise ou à sa gestion… La géographie politique s’intéresse ainsi classiquement aux conflits territoriaux ou pour le moins aux rapports de force exprimés dans un contexte spatial. Il existe assurément suffisamment de conflits, de violences ou de rapports de force à arbitrer dans le monde pour justifier pleinement de l’utilité d’un tel objet scientifique pour des géographes. Mais la géographie a dans le même temps souvent oublié de s’intéresser à une autre dimension du politique, celle des organisations pacifiées, des coopérations, des négociations spatiales… ce que Jacques Lévy considérait comme relevant de la « légitimité sociétale » (Lévy, 1994 : 101). Autant d’enjeux de recherche que l’on pourrait hâtivement résumer en une « géographie de la démocratie » (Bussi, 2006)1. Longtemps, les questions démocratiques en géographie ont été limitées à la géographie électorale, celle-ci étant elle-même considérée comme un volet « journalistique » de la géopolitique. La paternité d’André Siegfried, de son « tableau politique de la France de l’Ouest » à sa « géographie électorale de l’Ardèche »2 , sembla jusque récemment davantage un handicap qu’un atout pour la naissance de nouvelles vocations, notamment par la stigmatisation du supposé déterminisme des analyses siegfriediennes3.L’analyse des élections, y compris cartographique, fut laissée à des non-géographes, assez largement médiatisés (François Goguel, ou plus récemment Hervé le Bras)4. Les causes d’un certain renouveau de la géographie électorale ont été déjà analysées (Bussi, Badariotti, 2004 ; Bussi, 2004) : apports de la géographie anglo-américaine, plus dynamique en ce domaine, en particulier dans son approche quantitative (K. Cox, J. Agnew, P. Taylor, R. Johnston, etc.) ; bouleversement dans la carte des votes en France à travers des partis très spatialisés (Front national, petits partis corporatistes ou souverainistes, résultats des référendums) ; nouvelles opportunités méthodologiques à partir des Systèmes d’Information Géographique et des bases de données électorales du ministère de l’intérieur, désormais accessible en format numérique (depuis 2002) ; ouverture de nouveaux horizons électoraux après 1990, dans des démocraties de moins en moins « cosmétiques » qui connaissent, elles aussi, des alternances par les urnes (Amérique latine, Europe de l’Est, Afrique…)

2En se développant, la géographie électorale a logiquement été amenée à épaissir son propos, à ne plus se limiter au champ strict de l’analyse post-électorale, mais à s’intéresser plus globalement aux relations entre démocratie représentative et territoires. En amont des élections, c’est plus fondamentalement la théorie des représentations spatiales, lancée en France dès 1994 par J. Lévy (1994), qui est interrogée. Les travaux pionniers, qui tentent de dresser une passerelle entre géographes et politistes, soulignent que les philosophes contractualistes, de Clisthène à Rousseau, proposent une lecture du « contrat social » basée sur la représentation territoriale. Dans cette optique, la géographie de la démocratie pourrait correspondre au croisement de deux branches de la géographie qui peuvent sembler quelque peu « démodées » : la géographie électorale et la géographie administrative. Si cet objet de recherche apparaît pourtant renouvelé, c’est qu’il ne correspond plus à l’approche descriptive d’une organisation essentiellement descendante, mais au contraire à une approche posée en termes de complexité, d’une organisation ascendante, ou négociée, entre des acteurs multiscalaires, comprenant des citoyens de plus en plus informés et consultés, mais aussi des acteurs multiformes issus de la « société civile » (associations, ONG etc.). Une telle géographie de la démocratie n’est plus l’apanage des sociétés occidentales comme on le pensait encore il y a vingt ans. Au-delà de la question de la pertinence de la notion de « transition démocratique », la diffusion de la démocratie, de ses valeurs et de ses modes opératoires (vote, mais aussi justice spatiale, décentralisation, protection des libertés individuelles …) est un enjeu fondamental dans le monde contemporain. Les outils même de son observation ont évolué, et les pratiques démocratiques deviennent en quelque sorte « mesurables », voir « comparables ». Elles constituent au minimum la face visible d’une évolution du politique (constitution, système partisan, découpages administratifs, votes, sondages, etc.).

  • 5 Colloque international et transdisciplinaire « Justice et Injustice spatiales », les 12, 13 et 14 m (...)
  • 6 Géopoint 2008, « Optimisation de l’espace géographique et satisfactions sociétales », les 5 et 6 ju (...)
  • 7 31ème Congrès de l’Union Géographique Internationale, Tunis, Août 2008, Thème général « Construire (...)
  • 8 Festival International de Géographie de Saint-Dié, Octobre 2008, sur le thème « Guerres et conflits (...)

3Cette approche de la géographie politique semble progresser au sein de la géographie politique. Quelques convergences récentes apparaissent significatives ; l’examen de l’offre de manifestations scientifiques pour l’année 2007 en témoigne. A l’échelle française, un prochain colloque aura pour titre « Justice et Injustice spatiales »5. L’argumentaire apparaît original vis-à-vis des colloques en géographie : « Le débat sur la justice et l’injustice est central dans les sociétés démocratiques, cela à toutes les échelles. La justice spatiale est l’horizon de la plupart des politiques d’action sur les territoires (…) Pourtant, la diversité des définitions de la « justice » (et des possibles « contrats sociaux » qui les légitiment) est grande et les objectifs poursuivis sont divers, voire contradictoires. Il paraît donc urgent d’éclairer la notion de justice spatiale, qui est restée peu questionnée (notamment en géographie depuis les travaux de la géographie radicale anglophone des années 1970-1980), tant elle s’est imposée comme une apparente évidence, souvent définie à partir de la dénonciation des injustices spatiales ». On notera dans cet argumentaire la référence à des auteurs très connus en sciences sociales mais souvent peu cités en géographie tels que John Rawls, Marion-Iris Young ou David Harvey. Dans un esprit proche, le Géopoint 20086, dont la thématique se cale habituellement avec pertinence sur les préoccupations latentes des géographes, aura pour objet « Optimisation de l’espace géographique et satisfactions sociétales ». L’appel à communication précise que ces « satisfactions sociétales » « peuvent largement être décrites en termes de justice – que l’on songe aux écrits d’A. Reynaud sur la justice socio-spatiale ou à ceux de J.-P. Ferrier sur le contrat géographique et d’habitation durable des territoires -mais toutes les dimensions sont à prendre en compte, notamment la dimension esthétique ». Ici encore, le « contrat social », la construction commune d’un projet collectif, la justice sociale en débat semblent au cœur du projet scientifique : l’objet de ces colloques est éminemment politique, au sens premier du terme, mais explicitement tourné vers l’individu, aussi bien comme acteur, habitant, citoyen ou usager de la planète. Cette inflexion ne semble pas seulement française. Le prochain congrès de l’UGI à Tunis7 aura comme thème principal : Construire ensemble nos territoires — « cette construction (territoriale) étant de plus en plus une œuvre collective le monde est devenu un village commun (…) un acteur, quels que soient son poids et sa légitimité, ne peut plus construire et organiser à lui seul le territoire, il le fait en collectivité. Cette construction collective concerne les acteurs internes comme les acteurs extérieurs. Le monde actuel est un monde où la vie de chacun est déterminée de plus en plus par les actions de l’autre, où la question de la gouvernance se pose tant à l’échelle locale qu’à l’échelle nationale et même mondiale mettra en relief la dimension opérationnelle de la géographie ». C’est bien encore une géographie politique, active et impliquée qui est ici mise en avant par l’Union Géographique Internationale, mais une géographie politique qui, à l’inverse de la géopolitique, repose sur les interactions, réelles et possibles, entre individus. Enfin, pour la première fois, en 2008, le Festival International de Géographie de Saint-Dié aura pour thématique principale la géographie politique : « Guerres et conflits : la planète sous tension. La géographie, ça sert aussi à faire la paix »8. Le sous titre, « La géographie, ça sert aussi à faire la paix », indique de façon explicite une évolution paradigmatique de la discipline, aussi bien sur la façon dont elle souhaite communiquer son objet de recherche envers le grand public que, plus fondamentalement, sur la façon dont la discipline pose son regard sur le monde.

4C’est dans l’esprit d’une telle convergence, et avec modestie, que fut organisé le 19 Janvier 2007, à Rouen, sous l’égide de la commission géographie politique du CNFG et du groupe ADRET (Analyse de la Démocratie, des Représentations, des Elections et des Territoires), une journée d’étude sur le thème : « Démocratie, élections et territoires ». Onze communications furent présentées, au sein de deux ateliers (transitions démocratiques nationales ; Du mondial au local : nouveaux espaces démocratiques). Six de ces communications sont reprises dans ce numéro spécial de l’Espace Politique. L’intérêt de rassembler ces communications peut être souligné à travers plusieurs dimensions. Tout d’abord, deux de ces textes sont proposés par des collègues francophones étrangers, qui examinent des situations de « transitions démocratiques » dans des contextes d’Etats « émergents » (Brésil, Roumanie). Ensuite, la plupart de ces textes ne sont pas centrés sur des analyses électorales, mais davantage sur les « règles » pré-électorales (mode de scrutin libanais ; justice électorale dans les découpages des circonscriptions au Brésil, dans les villes nord-américaine ; règles insolubles posées par les référendums d’auto-détermination ; condition d’invention de nouveaux découpages administratifs en Roumanie…). Enfin, la question « géocratique » met presque toujours en question la médiation entre légitimité politique et revendications culturelles. Une telle question est explicite dans le cadre des référendums d’auto-détermination ou de la constitution libanaise ; elle est tout aussi complexe quand on prétend régler par les urnes des enjeux identitaires présents en amont de la consultation démocratique (exemple de la Côte d’Ivoire, ou dans un autre contexte, de la Corse). Dans tous les cas, une telle approche n’a plus rien à voir avec un commentaire « journalistique » analysant à chaud les résultats d’une élection, mais, au contraire, tous ces articles démontrent le caractère indispensable, pour les géographes, de réfléchir en amont de la consultation, sur les règles du jeu, sur la négociation territoriale aboutissant à un compromis politique ; en fin de compte, très simplement, de démêler les causes et non plus seulement les conséquences.

Haut de page

Bibliographie

BUSSI M. et BADARIOTTI D., 2004, Pour une nouvelle géographie du politique. Territoire Démocratie Elections, Paris, Economica.

BUSSI M. (dir), 2004, « Populations, élections et territoires », Espaces, populations, sociétés, 2003-3, p. 415-425.

HARVEY D., 1992, “Social justice, Postmodernism and the City”, International Journal of Urban and Regional Research, vol.16, n°4, p.588-601

LÉVY J., (dir.), 1994, L’espace légitime. Sur la dimension géographique de la fonction politique, Paris, FFNSP.

RAWLS J., 1971, A Theory of Justice, Cambridge, Harvard University Press

YOUNG I.M., 1990, Justice and the Politics of Difference, Princeton, Princeton University Press.

Haut de page

Notes

1 Cette question est détaillée dans : BUSSI M., (2007), « Pour une géographie de la démocratie. La géographie, ça sert maintenant à faire la paix ? », L’Espace Politique, n°1, L’espace politique, nouveaux enjeux, nouvelles approches, p.17-36, [En ligne] http://www.espacepolitique.org

2 SIEGFRIED A., 1949, « Géographie électorale de l’Ardèche sous la Troisième République », Paris, A. Colin, Cahiers de la FNSP, n° 9, 139 p. ; SIEGFRIED A., 1913, Tableau politique de la France de l’Ouest, A. Colin, XXVIII + 536 p.

3 Déterminisme symbolisé par la formule : «  Le granit vote à droite, et le calcaire vote à gauche. »

4 LE BRAS H., 2002, Une autre France, Paris, Odile Jacob, 222 p.

5 Colloque international et transdisciplinaire « Justice et Injustice spatiales », les 12, 13 et 14 mars 2008, se tiendra, Université de Paris X-Nanterre, organisé à l’initiative du laboratoire Gecko.

6 Géopoint 2008, « Optimisation de l’espace géographique et satisfactions sociétales », les 5 et 6 juin 2008, Université d’Avignon.

7 31ème Congrès de l’Union Géographique Internationale, Tunis, Août 2008, Thème général « Construire ensemble nos territoires ! »

8 Festival International de Géographie de Saint-Dié, Octobre 2008, sur le thème « Guerres et conflits : la planète sous tension. La géographie, ça sert aussi à faire la paix ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Bussi, « Repenser les territoires ensemble : une inflexion paradigmatique pour la géographie politique ? », L’Espace Politique [En ligne], 3 | 2007-3, mis en ligne le 01 septembre 2007, consulté le 28 mai 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/648

Haut de page

Auteur

Michel Bussi

Professeur, Université de Rouen. Directeur du laboratoire « Identité et Différenciation des Espaces de l’Environnement et des Sociétés » (IDEES), michel.bussi@univ-rouen.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org