Navigation – Plan du site

Evolution des relations commerciales entre l’Union européenne et les Etats de la CEI occidentale. Une tendance à l’intégration régionale ?

The Evolution of Trade Exchanges Between European Union and the Western Newly Independant States. A Trend Toward Regional Integration?
Yann Richard

Résumés

La régionalisation de l’économie mondiale dessine de grands ensembles dans lesquels on constate une croissance du commerce intrarégional et, éventuellement, le développement de relations d’interdépendance entre Etats. Quelle est la situation de la Russie, de l’Ukraine, de la Moldavie et du Belarus au regard de la formation de la région économique européenne ? L’analyse des échanges commerciaux en valeur permet de nuancer l’idée que ces pays seraient en cours d’intégration dans cet ensemble. En outre, le calcul de l’intensité réelle des échanges bilatéraux permet d’apporter davantage de nuances. Il confirme l’idée qu’il y a une dérégionalisation de l’ancien espace soviétique. Néanmoins, il montre que l’intensité des relations commerciales bilatérales reste très forte au sein de la CEI, tandis qu’elle demeure faible avec l’Europe de l’ouest. Ce tableau incite à penser que la Russie ne peut pas être considérée totalement comme une périphérie économique de l’Union européenne.

Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre de la mondialisation, l’économie mondiale connaît un processus de régionalisation largement étudié par les économistes tant sur le plan théorique que dans ses manifestations empiriques (Balassa, 1961 ; GEMDEV, 1994 ; Mundell, 1961 ; Nicolas, 2003 ; Sachwald, 1997 ; Siroën, 1995, 2000 ; Viner, 1950). L’Europe n’échappe pas à cette tendance à la régionalisation car le commerce entre l’Union européenne et l’ensemble des pays les plus proches a fortement augmenté depuis les années 1990. Il est possible de distinguer une grande région économique européenne, constituée par l’Union européenne à 27, l’AELE, les Balkans occidentaux, les pays occidentaux et caucasiens de la CEI et les pays de l’Afrique du Nord et du Proche Orient. D’une part, le commerce interne (commerce dit intrarégional) représente une part croissante du commerce international des Etats qui composent cette région économique. D’autre part, en partie à cause de la croissance du commerce intrarégional, ces Etats sont de plus en plus interdépendants, présentant dans certains cas des spécialisations économiques complémentaires.

2L’objectif de cet article est d’analyser l’évolution récente des échanges commerciaux de biens entre l’Union européenne et la Russie, afin de mieux cerner les modalités géographies et le rythme de son intégration dans la région économique européenne. On montrera que la croissance sensible des relations commerciales avec le reste de la région économique européenne (surtout l’Europe occidentale) ne signifie pas nécessairement qu’il y a une intégration régionale. On montrera aussi qu’il n’est pas possible de se contenter d’une analyse de l’évolution de la valeur des échanges pour tenter de localiser la limite orientale de la région économique européenne, en d’autres termes pour dire si la Russie est ou n’est pas dans cette région. Un autre indicateur, le coefficient d’intensité relative bilatérale des échanges, permet d’évaluer l’intensité réelle des échanges bilatéraux en effaçant le biais que constitue le poids économique des Etats partenaires. L’utilisation de cet indicateur apporte une vision plus nuancée du processus d’intégration régionale en cours.

3L’article qui suit est fondé principalement sur l’analyse des relations commerciales entre, d’une part, certains Etats de la CEI occidentale et, d’autre part, l’Union européenne. Parmi les Etats de la CEI, l’accent sera mis sur la Russie. Mais, dans une démarche comparative, on tiendra compte également des échanges entre l’Union européenne et les autres Nouveaux Etats indépendants occidentaux (Belarus, Moldavie et Ukraine), afin de voir si la Russie suit ou non une trajectoire commerciale singulière ou au contraire typique parmi les anciennes économies soviétiques.

4Etudier la géographie des relations économiques et commerciales de la Russie est une façon d’analyser son positionnement géopolitique dans l’espace européen. Plusieurs questions sous-jacentes courront en filigrane tout au long du développement qui suit. Peut-on parler d’une intégration de la Russie dans le système géoéconomique polarisé par l’Union européenne ? En d’autres termes, en s’insérant davantage dans l’économie mondiale, la Russie devient-elle une périphérie de l’UE ? Quelles sont les évolutions des échanges commerciaux internes de la CEI ? L’Ukraine et la Moldavie, dont les gouvernements ont affiché des velléités de rapprochement politique avec l’Union européenne il y a quelques temps, s’insèrent-elles dans la région économique polarisée par l’UE achevant d’effriter l’ancien bloc soviétique ? En bref, la recomposition politique de l’espace européen a-t-elle eu pour écho des recompositions économiques de même ampleur ?

Une insertion économique et commerciale en marche

La régionalisation de l’économie mondiale

5Le processus de régionalisation de l’économie mondiale concerne un nombre croissant de régions dans le monde. Il suscite encore des débats théoriques parmi les économistes, en particulier sur ses relations avec le processus de mondialisation. Sur un plan empirique, il présente des signes bien identifiés :

  • Une augmentation du nombre des accords régionaux commerciaux (notifiés ou non à l’OMC) : il s’agit de ce qu’on appelle le régionalisme, qui entretient des liens avec la régionalisation ;

  • Une croissance du commerce des biens (et de services dans certains cas) au sein de groupes d’Etats contigus qui forment des ensembles régionaux.

6De tels ensembles peuvent être fondés sur des accords explicites (Alena, Mercosur, ASEAN), mais pas nécessairement (Asie orientale). Ce processus est identifiable à travers quelques indicateurs simples, tels la part du commerce intrarégional dans le commerce extérieur total des Etats qui composent ces régions. Selon les données de l’OMC, le commerce intrarégional des trois Etats de l’Alena est passé par exemple de 33,6 % en 1980, à 46,2 % en 1995, à 55,2 % en 2004. La régionalisation, portée par les firmes, a dans ce cas un caractère plus spontané. Toujours pour le continent américain, à l’échelle de la ZLEA cette fois (du Canada à l’Argentine), on constate également une augmentation : 43,4 % en 1980, 52,6 % en 1990, 59,2 % en 2004. L’Asie orientale n’échappe pas à ce phénomène : la Chine est par exemple aujourd’hui le premier partenaire commercial du Japon. Inversement, ce dernier fait la moitié de ses échanges extérieurs avec la région qui s’étend de la Corée du Sud et de la Chine à l’Australie.

L’intégration économique régionale autour de l’Union européenne

7L’Europe est très avancée dans la croissance du commerce intrarégional. La formation de la Communauté économique européenne et de l’Union européenne s’est accompagnée d’une augmentation très sensible du commerce interne jusque dans les années 1980, avec un pic à 65,9 % en 1990 pour les Etats qui formaient l’Union à 15 jusqu’en 2004. Depuis, le processus semble s’être inversé. La part du commerce extérieur intrarégional des Etats de l’UE 15, et même de la zone euro, recule. Pour l’UE 15, on est passé de 65,9 %, à 62,4 % en 1995, à 62,1 % en 2000 et 61,1 % en 2004. La zone euro est passée quant à elle de 55,1 % en 1990 à 50,7 % en 2004.

8Cette évolution ne signifie pas pour autant que l’Europe soit entrée dans une phase de dérégionalisation économique. La région économique Europe continue de s’intégrer mais avec une assise territoriale plus large. Le commerce intrarégional de l’UE 15 régresse, mais celui de l’UE 25 a sensiblement progressé depuis les années 1990. De même, certains pays situés dans le voisinage immédiat de l’Union intensifient leurs relations commerciales avec elle. A tel point que l’ensemble régional constitué par les pays voisins a vu sa part dans le commerce extérieur total de l’UE augmenter sensiblement depuis plus d’une dizaine d’années. Les tableaux ci-dessous, qui prennent en compte le commerce extérieur de l’UE 15 hors commerce intrarégional, l’attestent. Ils montrent aussi que ce sont les voisins de l’Est (les PECO et les NEI1, dont la Russie) qui ont le plus profité de ce phénomène, tandis que la part des voisins méditerranéens (Afrique du Nord et Proche et Moyen Orient) a stagné ou baissé (figures 1A et 1B).

Figure 1A. Evolution de la part des pays voisins dans les exportations en valeur de l’UE 15 (%)

Figure 1A. Evolution de la part des pays voisins dans les exportations en valeur de l’UE 15 (%)

Source : Eurostat, calculs de l’auteur

Figure 1B. Evolution de la part des voisins dans les importations de l’UE 15

Figure 1B. Evolution de la part des voisins dans les importations de l’UE 15

Source : Eurostat, calculs de l’auteur

9Toutefois, à la différence de ce qui se passe au sein de l’UE 15, c’est davantage une relation commerciale dissymétrique qui s’instaure avec les Etats voisins. Pour ces derniers, l’Union est un partenaire commercial vital, qui absorbe une grande partie de leurs exportations2. Mais l’inverse n’est pas vrai : pour l’Union, ce sont des partenaires très secondaires voir marginaux.

10Les anciennes républiques soviétiques, en particulier la Russie, sont parmi les Etats les plus concernés par ce processus. Les deux graphiques ci-dessous montrent l’évolution des importations et des exportations de l’UE 15 avec certains pays voisins. Ils montrent la stagnation en valeur du commerce avec les pays du sud méditerranéen et son augmentation sensible avec les voisins orientaux (figures 2 et 3).

11Les graphiques montrent que l’intégration commerciale de l’UE et de ses voisins orientaux, en particulier de la Russie, se fait dans les deux sens. L’augmentation des importations de l’UE 15 en provenance de la Russie ne surprend guère puisqu’elle est exprimée en valeur (dollars courants) et qu’elle prend en compte les importations de plus en plus coûteuses de gaz et de pétrole. Mais les graphiques montrent que les exportations de l’UE vers la Russie ont augmenté aussi de façon sensible. La Russie est aujourd’hui le deuxième partenaire de l’UE 15 dans le voisinage (figure2).

Figure 2. Evolution des exportations de biens de l’UE 15

Figure 2. Evolution des exportations de biens de l’UE 15

Source : Eurostat, 2005, calculs de l’auteur

Figure 3. Evolution des importations de biens de l’UE 15

Figure 3. Evolution des importations de biens de l’UE 15

Source : Eurostat, 2005, calculs de l’auteur

Une intégration toute relative dans la région économique européenne

Le processus de régionalisation du point de vue de la Russie : un processus plus nuancé

12Ce qui vient d’être dit des relations économiques et commerciales de l’UE 15 avec ses voisins orientaux est-il vrai dans l’autre sens, c’est-à-dire du point de vue de la Russie ? Pas totalement. Si l’on l’observe l’évolution de la ventilation géographique du commerce extérieur de la Russie depuis les années 1990 (exprimée en pourcentage de son commerce extérieur total), on constate que les flux commerciaux entre la Russie et le monde entier (importations et exportations) ont augmenté plus vite qu’entre la Russie et l’UE 15. (figure 4) Le graphique montre aussi, que les relations commerciales de la Russie avec son propre environnement régional, la CEI, stagnent. C’est vrai aussi des autres républiques de CEI. La Russie s’émancipe de son ancien cadre soviétique (figure 5)3. Mais elle tend davantage à se mondialiser qu’à s’européaniser, même si l’UE 15, à fortiori l’UE 25, est son premiers partenaire commercial en valeur. C’est en fait l’Asie qui semble le plus profiter de cette insertion progressive de la Russie dans le commerce mondial. Sa part dans le commerce extérieur total russe a régulièrement augmenté depuis 1994 alors qu’elle a baissé avec l’Europe (figure 6).

Que se passe-t-il à l’échelle infrarégionale ?

13L’idée qu’il existe une augmentation sensible des relations commerciales entre l’Union et la Russie peut être nuancée si l’on observe cette évolution à différentes échelles. Ce qui est vrai pour le binôme Russie – Union européenne (UE prise dans son ensemble à 15 et à 25), n’est pas vrai à plus grande échelle, lorsqu’on analyse l’évolution des relations commerciales en valeur des membres de l’Union européenne un par un. Le commerce entre la Russie et les PECO nouvellement membres de l’Union européenne a sensiblement reculé depuis les années 1990. C’est vrai surtout pour les importations Russes depuis ces pays. En ce qui concerne les exportations russes, on constate aussi une baisse mais plus modérée car ces pays dépendent souvent en totalité ou presque de la Russie pour leur approvisionnement énergétique. Cela tendrait à confirmer que le processus de régionalisation économique est largement impulsé par l’UE 15. C’est elle qui polarise l’ensemble régional défini par les échanges commerciaux : les échanges commerciaux entre les différentes sous régions de la région économique européenne et l’UE augmentent, tandis que les échanges commerciaux directs qui existaient autrefois entre ces sous régions baisse. C’est ce que confirme un rapport récent de la Banque mondiale qui montre par exemple une croissance rapide du commerce PECO – UE 15 et du commerce intra PECO, mais une baisse du commerce Russie – PECO dans les deux sens (Broadman, 2005) (figures 7 et 8).

Figure 4. Evolution du commerce de biens de la Russie4

Figure 4. Evolution du commerce de biens de la Russie4

Source : FMI, 2005

Figure 5. Commerce de biens de la Russie avec l’UE 15 et la CEI

Figure 5. Commerce de biens de la Russie avec l’UE 15 et la CEI

Source : FMI, 2005

Figure 6. Ventilation du commerce extérieur de la Russie en pourcentage de son commerce extérieur total

Figure 6. Ventilation du commerce extérieur de la Russie en pourcentage de son commerce extérieur total

Source : FMI, calculs de l’auteur

Figure 7. Part de la Russie dans les exportations de 5 PECO

Figure 7. Part de la Russie dans les exportations de 5 PECO

Source : Eurostat, 2005

Figure 8. Part de la Russie dans les importations de 5 PECO

Figure 8. Part de la Russie dans les importations de 5 PECO

Source : Eurostat, 2005

14La baisse des exportations des PECO vers la Russie est due à des facteurs bien identifiés par les économistes :

  • Une modification de la structure économique de ces pays (montée des services en particulier), qui ne répond plus aussi bien qu’autrefois aux besoins de l’économie russe et contribue à faire disparaître certains complémentarités héritées du CAEM ;

  • Une crise financière des années 1998-1999, qui a réduit la solvabilité des clients russes ;

  • Une baisse de la valeur du rouble dans les années 1990 (avant une nouvelle appréciation en termes réels), qui a renchéri le prix des importations russes ;

  • Un protectionnisme plus ou moins déguisé de la Russie (doublement des droits de douanes sur les produits estoniens et lettons en 1995, peut-être en réaction à l’adhésion annoncée de ces deux pays à l’OTAN et au supposé « mauvais traitement » infligé aux minorités russes de ces pays), etc.

15Le fait que la Russie ne soit pas encore membre de l’OMC et que les investissements étrangers n’aient pas été facilités pendant longtemps entrave également l’augmentation du commerce avec le reste du monde. En revanche, l’élargissement de l’Union européenne l’extension aux 10 nouveaux membres de l’Accord de Partenariat et de Coopération (mis en oeuvre par l’UE 15 et la Russie en 1997), la renégociation prochaine de cet accord, assortie d’un espace économique commun Russie – UE, et les récentes décisions de faciliter la convertibilité du rouble et d’alléger les contrôles sur les mouvements de capitaux auront sans doute pour effet de relancer le commerce de la Russie avec ces pays.

Qu’expriment les investissements directs étrangers (IDE) ?

La Russie est encore peu ouverte

16L’intégration économique ne se repose pas seulement sur l’augmentation des échanges de biens. Elle s’appuie aussi sur les échanges croisés d’investissements directs. De ce point de vue, la Russie reste un pays relativement fermé (figure 9).

17L’UE est le premier investisseur étranger en Russie (41 % du stock en septembre 2005, contre 9 % pour les Etats-Unis, selon le Ministère des Finances français). On peut voir sur la figure 9 ci-dessus que le stock d’IDE cumulés a été presque multiplié par deux dans ce pays en 2004 et qu’il a atteint un niveau record de 132,5 milliards de dollars en 2005. Mais ce stock reste modeste si on le rapporte à la population russe. En Pologne, par exemple, le stock est de seulement 30 % inférieur, pour une population qui ne représente pourtant qu’un tiers de celle de la Russie. Par ailleurs, les IDE continuent de jouer un rôle modeste dans le PIB (2,2 % en 2004) et dans la formation brute de capital fixe : 16,9 % seulement en 2004, contre 60,7 % en Hongrie, 25,4 % en Pologne et 52,7 % en République tchèque. Enfin, bien que modestes en valeur, ils restent fortement concentrés dans le secteur énergétique : 57,1 % des IDE étaient concentrés dans les secteur de l’extraction et dans celui de la transformation des hydrocarbures en 2005 (Doklad, Vsemirnij Bank, 2006).

18La faiblesse des IDE en Russie est due à des facteurs très variés : risque d’instabilité politique et donc risque pays élevé ; manque de convertibilité du rouble jusqu’à cette année et contrôles sur les mouvements de capitaux ; manque de clarté de la législation fiscale ; opposition larvée de certains milieux d’affaires russes vis-à-vis des intervenants étrangers ; variabilité géographique de la réglementation selon les régions ; corruption élevée ; tracasserie administratives nombreuses de la part des autorités locales et centrales… La croissance très rapide du stock d’IDE en 2004 et 2005 est due aux premiers effets de la réforme fiscale souhaitée et mise en oeuvre par V. Poutine : baisse et harmonisation de l’impôt sur les bénéfices des entreprises et de l’impôt sur les revenus des personnes, diminution du taux de TVA...5 Il reste à savoir si c’est bien le début d’une tendance ou un simple sursaut. D’ailleurs, le président Poutine a déclaré lors de la conférence de presse qui a suivi le sommet informel Russie –UE en Finlande que certains secteurs économiques resteraient définitivement fermés aux investisseurs étrangers. Enfin, beaucoup d’IDE ne sont pas sécurisés car la Russie n’a signé des accords bilatéraux sur les investissements étrangers qu’avec un petit nombre de pays.6 De tels accords sont naturellement insuffisants pour garantir une totale sécurité des investissements, mais leur nombre très peu élevé est révélateur d’un faible niveau d’ouverture à la globalisation financière.

Figure 9. Evolution du stock d’IDE entrants dans plusieurs pays

Figure 9. Evolution du stock d’IDE entrants dans plusieurs pays

Source : CNUCED, 2006

Quelle est l’intensité réelle des échanges bilatéraux ?

L’intérêt du coefficient d’intensité relative bilatérale des échanges

19Les développements qui précèdent sont fondés uniquement sur l’observation de la valeur des échanges de biens entre l’UE, ses voisins et la Russie. Mais cet indicateur, aussi intéressant soit-il, présente de sérieux défauts. Il est, entre autres, fortement influencé par la taille économique des partenaires. En valeur, la Russie a de fortes chances de faire plus de commerce avec l’Allemagne qu’avec la Moldavie ou la Géorgie, l’Allemagne étant la première économie (en terme de richesse exprimée par le PIB) et la première puissance démographique d’Europe, sans commune mesure avec la taille des petites économies moldave ou géorgienne. La taille économique et démographique des partenaires est donc un biais qui doit être effacé pour avoir une idée à la fois plus complète et plus nuancée de la géographie du commerce international.

20Des économistes ont mis au point un indicateur qui permet d’effacer ce biais (Gaulier, 1998) : l’indicateur de birapport d’intensité relative d’échanges ou coefficient d’intensité relative bilatérale des échanges. Ce coefficient permet de connaître l’écart entre les flux réellement observés et ce qu’ils devraient être compte tenu de la valeur du commerce international des deux Etats partenaires et de ce qu’elle représente dans le commerce mondial total. Cette méthode permet d’effacer le biais de la taille économique pour ne retenir comme référence que le poids des Etats dans le commerce mondial. Plus le coefficient est supérieur à 1, plus l’écart entre volume observé et volume estimé est grand, plus l’intensité bilatérale est forte. Un coefficient inférieur à 1 indique que le volume de commerce bilatéral observé est inférieur au volume théorique. L’indicateur de birapport d’intensité relative d’échanges permet ainsi d’évaluer la réelle proximité commerciale entre les Etats. En calculant cet indicateur pour le commerce de la Russie avec les pays d’Europe et ceux de la CEI à plusieurs moments, il est possible d’avoir une connaissance plus nuancée de son niveau d’intégration commerciale dans la région économique européenne. Dans cette partie, on prendra aussi en compte l’intensité des échanges des autres NEI occidentaux (Ukraine, Belarus, Moldavie). Cela permettra d’établir des comparaisons avec la Russie et de voir si cette dernière suit une trajectoire atypique parmi les anciennes républiques soviétiques.

La Russie et les NEI occidentaux suivent des évolutions qui se ressemblent. L’espace économique soviétique n’est pas encore mort ?

21La carte établie à partir des volumes d’échanges constatés en 2004 (cf. figure 10) permet de prendre connaissance instantanément de l’intensité des échanges de la Russie avec l’ensemble des pays européens. On constate que l’intensité réelle des échanges de biens de la Russie dessine dans l’espace européen un gradient est-ouest. C’est avec les pays de l’ancienne URSS que la Russie a la plus forte intensité réelle d’échanges. L’intensité est généralement moyenne avec les PECO. Elle est plus faible avec les pays de l’Europe de l’ouest. Cela signifie que les liens économiques qui prévalaient avant 1991, avec l’Union soviétique et avec les pays du CAEM, ne sont pas encore totalement dissous. Si l’on se plaçait du point de vue de l’Union européenne, les cartes d’intensité des échanges montreraient qu’il existe une grande différence entre le voisinage est et le voisinage eud de l’Union :

22L’intensité bilatérale d’échanges entre pays de l’ex-URSS baisse, mais elle reste forte, indiquant Inversement, l’intensité bilatérale d’échange avec l’Europe de l’Ouest est beaucoup plus faible. En revanche, les pays méditerranéens ont une intensité bilatérale d’échange plus forte avec certains pays membres de l’UE (France, Italie, Espagne) qu’avec les autres pays méditerranéens, ce qui indique une très forte polarisation de la région Méditerranée par l’Union européenne.

23La figure 10 donne aussi la valeur des échanges de la Russie avec leurs partenaires européens. A l’inverse de l’intensité bilatérale des échanges, on peut constater que c’est en général avec les pays de l’Europe de l’ouest que les volumes d’échanges sont les plus élevés. L’intensité bilatérale est faible, car la Russie reste un partenaire économique relativement secondaire des pays de l’Union européenne, loin derrière l’Union européenne elle-même, les Etats-Unis et la Chine. Les figures 11 et 12, qui montrent les mêmes indicateurs pour le Belarus et l’Ukraine permettent de faire les mêmes constations. Et le tableau ci-dessous permet d’établir des comparaisons entre deux années témoins pour les 4 NEI pris en considération dans cet article, sur une période qui va de 1998 à 2004. (figures 13 et 14)

Figure 10. Echange de biens et intensité bilatérale des échanges commerciaux de la Russie avec les pays de la région euroméditerranéenne (2004)

Figure 10. Echange de biens et intensité bilatérale des échanges commerciaux de la Russie avec les pays de la région euroméditerranéenne (2004)

Source : FMI, International Trade Statistics Yearbook , 2005

Figure 11. Echange de biens et intensité bilatérale des échanges commerciaux du Belarus avec les pays de la région euroméditerranéenne (2004)

Figure 11. Echange de biens et intensité bilatérale des échanges commerciaux du Belarus avec les pays de la région euroméditerranéenne (2004)

Source : FMI, International Trade Statistics Yearbook , 2005

Figure 12. Echange de biens et intensité bilatérale des échanges commerciaux de l’Ukraine avec les pays de la région euroméditerranéenne (2004)

Figure 12. Echange de biens et intensité bilatérale des échanges commerciaux de l’Ukraine avec les pays de la région euroméditerranéenne (2004)

Source : FMI, International Trade Statistics Yearbook , 2005

Source : FMI, calculs de l’auteur

Figure 14. Evolution de l’intensité bilatérale des échanges des 4 NEI avec la CEI, les PECO et l’Europe de l’Ouest (1998-2004)

Figure 14. Evolution de l’intensité bilatérale des échanges des 4 NEI avec la CEI, les PECO et l’Europe de l’Ouest (1998-2004)

Source : FMI, calculs de l’auteur

24Si l’on observe le graphique ci-dessus, on constate pour les quatre NEI une baisse très sensible de l’intensité des échanges au sein de la CEI. (figure 14) Cela confirme l’idée exposée dans la première partie que l’ex-URSS suit une tendance à la dérégionalisation économique. Mais il n’empêche que c’est avec les anciennes républiques soviétiques que ces quatre Etats conservent en moyenne la plus forte intensité bilatérale d’échanges. On pourrait résumer en disant que l’espace économique issu de l’Union soviétique n’est pas encore mort ou bien qu’il meure de mort relativement lente. Par ailleurs, le tableau 3 et le graphique 8 montrent que la Russie ne suit pas une évolution commerciale atypique. Pour elle comme pour les autres NEI occidentaux, c’est avec la CEI que la baisse est la plus forte, tandis qu’elle est plus faible avec les PECO. L’intensité évolue peu avec l’Europe de l’ouest : on enregistre une stabilité ou une faible augmentation, avec des intensités qui restent faibles (figure 13).

25Le fait que l’intensité bilatérale des échanges russes reste relativement forte avec la CEI est dû à un faisceau de raisons. Plusieurs traités ont été signés récemment pour conserver voire développer les échanges commerciaux entre les Etats de l’ex-URSS. A côté de la CEI, qui est fragile et où existent de nombreuses entraves au commerce interne7 (Broadman, 2005, Light, 2006), plusieurs organisations internationales à vocation économique existent et contribuent à maintenir certains liens commerciaux hérités de la période soviétique. On peut citer, entre autres la Communauté économique eurasiatique (créée octobre 2000, Russie, Belarus, Kazakhstan, Kirghizstan et Tadjikistan), l’Espace économique commun (créé en 2003, Belarus, Russie, Kirghizstan et Ukraine – mais cette dernière renâcle) et la Communauté des Républiques souveraines transformée en 1997 en une Union des Républiques souveraines, devant aboutir à une union de la Russie et du Belarus (mais les obstacles politiques sont nombreux).

26A côté de cela, il faut rappeler quelques faits. Certaines filières productives transnationales mises en place pendant la période soviétique continuent de fonctionner. Un article récent a rappelé par exemple que la plupart des usines d’armement situées sur le territoire russe restent dépendantes de produits divers fabriqués sur le sol des autres membres de la CEI (Gloasguen, 2003). D’une façon générale, les spécialisations économiques nationales qui contribuaient à la cohérence géo économique de l’ensemble soviétique, dans le cadre de la planification, n’ont pas totalement disparu. Cela se traduit par le maintien de certains échanges, éventuellement sous forme de troc. De même, la dépendance énergétique de plusieurs anciennes républiques soviétiques vis-à-vis de la Russie contribue à entretenir des liens non négligeables.

Il existe tout de même quelques nuances dans le détail

27Au-delà des évolutions communes de l’intensité des échanges, quelques nuances peuvent être soulignées. Il existe une différence faible mais notable entre, d’un côté, la Russie et l’Ukraine et, de l’autre, la Moldavie et le Belarus. Pour les deux premiers, l’intensité des échanges avec la CEI a connu une forte chute en 6 ans. Tandis que la baisse a été beaucoup plus modérée pour les deux autres. Ces derniers semblent avoir moins redéployé leurs échanges vers d’autres régions. L’intensité des échanges a peu évolué en revanche avec l’Europe de l’ouest. Elle a stagné pour la Moldavie et pour le Belarus. Les échanges de ces deux pays avec l’UE et l’AELE restent très inférieurs à leur niveau théorique. On constate par ailleurs qu’elle a un peu augmenté pour la Russie et, fait surprenant, qu’elle a baissé pour l’Ukraine.

28Dans le détail, on constate que l’intensité bilatérale d’échange de la Russie a baissé avec tous les Etats de la CEI (voir figure 15, infra). La Russie se distingue de ce point de vue des trois autres Etats. Pour ces derniers, si l’intensité bilatérale moyenne avec la CEI a bien baissé, elle a quand même augmenté avec quelques pays membres de cet ensemble. Dans le cas de l’Ukraine et du Belarus, par exemple, l’augmentation a été significative avec l’Arménie et la Géorgie. Enfin, l’intensité moyenne des échanges bilatéraux de la Moldavie avec la CEI a faiblement baissé, ce qui est dû une forte voire une très forte augmentation des échanges bilatéraux avec certains pays comme l’Arménie, le Belarus et le Kazakhstan.

Figure 15. Intensité bilatérale d’échanges de la Russie

Figure 15. Intensité bilatérale d’échanges de la Russie

Source : FMI, calculs de l’auteur

Figure 16. Evolution de l’intensité bilatérale d’échange de l’Ukraine dans le détail (sur trois années)

Figure 16. Evolution de l’intensité bilatérale d’échange de l’Ukraine dans le détail (sur trois années)

Source : FMI, calculs de l’auteur

La Russie, une périphérie de l’Union européenne ?

29La régionalisation de l’économie mondiale dessine des grands ensembles composés d’Etats qui entretiennent des relations commerciales bilatérales de plus en plus intenses, allant dans certains cas jusqu’à une réelle interdépendance. Mais il demeure difficile de saisir les contours géographiques de ces ensembles macrorégionaux. L’utilisation d’indicateurs variés, en plus de la valeur des échanges commerciaux de biens, permet d’apporter quelques éclairages en nuançant l’idée de régionalisation économique.

30L’exemple des Nouveaux Etats indépendants occidentaux et de la Russie montre qu’il est difficile de saisir la limite orientale de la région économique européenne. Les pays voisins orientaux et méditerranéens de l’UE 15 voient leur part dans le commerce extérieur de l’Union augmenter sensiblement depuis les années 1990, mais avec des modalités très variables selon les Etats. D’une façon générale, ces pays restent des partenaires commerciaux secondaires de l’UE. Dans le détail, les voisins du Sud méditerranéen sont plus fortement liés à l’Union (notamment la Tunisie) que les voisins orientaux. En outre, les NEI continuent de former un ensemble commercial plus fortement intégré que les pays méditerranéens. Leur intensité bilatérale d’échanges (au sein de la CEI) baisse sensiblement depuis le début des années 1990, mais elle reste relativement forte. Cela indique la persistance d’un haut niveau d’intégration économique.

31Dans ce contexte, il est difficile de dire que la Russie et les NEI occidentaux sont des périphéries de l’Union européenne. Certes, les quatre pays réalisent la plus grande partie de leur commerce extérieur avec l’Union. Cette dernière absorbe, entre autres, la plus grande part des exportations de pétrole et de gaz de la Russie.8 Mais la Russie, par exemple, est restée jusqu’à maintenant un partenaire économique relativement fermé, laissant peu pénétrer les capitaux étrangers. En outre, elle se maintient dans un schéma d’échanges inter branches avec l’UE (matières premières contre biens divers), alors que l’augmentation de l’interdépendance économique entre les Etats membres de l’UE 25, signe d’une véritable intégration économique, s’accompagne plutôt d’une croissance du commerce intra branches (biens divers contre biens divers par exemple). La faiblesse du commerce intra branche entre la Russie (et l’Ukraine, dans une certaine mesure) et l’UE est un bon révélateur de la faiblesse des échanges d’investissements entre les deux partenaires et montre que l’insertion de ces deux pays dans la région économique européenne est relativement faible. On peut en dire autant de la Moldavie et du Belarus.

32Par ailleurs, la Russie elle-même ne se perçoit pas comme la périphérie économique d’un centre qui serait ailleurs, en l’occurrence l’Europe de l’ouest. Au contraire, elle se perçoit et se conçoit davantage, si l’on en juge par l’action de ses élites économiques et politiques, comme le centre de quelque chose et agit en conséquence. Vladimir Poutine met en oeuvre depuis 2000 une politique opiniâtre qui vise à reprendre la main à l’intérieur de l’espace ex-soviétique tout en redonnant du lustre à la place de la Russie dans le jeu diplomatique international. Par le biais de diverses constructions politiques et économiques (Communauté économique eurasiatique, Organisation du traité de Sécurité collective, Espace économique unifié…), il tente de resserrer les liens entre la Russie et ses voisins, tout en tentant d’écarter ou de limiter la marge de manoeuvre d’autres acteurs tels les Etats-Unis, l’Union européenne voire la Chine. Dans ce jeu géopolitique, le président russe a d’ailleurs marqué des points significatifs en 2005-2006 avec, entre autres, l’extension de la Communauté économique eurasiatique à l’Ouzbékistan et la signature d’un accord important de livraison de gaz avec le Turkménistan. Par ailleurs, si les exportations de la Russie vers les autres républiques de la CEI ont sensiblement reculé, elle reste pour ces dernières un partenaire souvent vital. Le Belarus, la Moldavie et l’Ukraine (de même que la Kazakhstan et l’Arménie par exemple) sont dans une situation de dépendance forte vis-à-vis de la Russie.

33Pour autant, à l’heure actuelle, l’Union européenne reste le seul débouché significatif et rentable du pétrole et du gaz russes. Et les exportations d’hydrocarbures représentent la plus grande part des revenus de l’Etat russe. Selon le Ministère des Finances français, les exportations de pétrole brut, de gaz et de produits raffinés ont représenté en 2002, 53,1% de la valeur totale des exportations. Etant donné que la structure des exportations russes a continué de se resserrer sur un nombre toujours plus restreint de produits dans les années 2000, cette situation de rente caractérisée par une extrême dépendance aux revenus du pétrole n’a pu qu’augmenter (Broadman, 2005). Selon un rapport récent de la Banque mondiale, le solde des paiements courants de la Russie s’est élevé en 2005 à + 84,2 milliards de dollars et la balance commerciale à + 118,3 milliards de dollars. Les exportations ont atteint une valeur de 243,6 milliards de dollars (en augmentation de 33 % par rapport à 2004), dont 61 % pour les seules exportations de pétrole et de gaz (Doklad, 2006), principale source de revenu de l’Etat.

34Dans ce contexte, la Russie ne peut pas être considérée une simple périphérie de l’UE.9 Il existe plutôt une interdépendance russo-européenne, fondée sur une complémentarité économique entre des besoins mutuels : les ressources russes, d’un côté, le riche marché européen, de l’autre. Cette situation perdurera tant que l’UE n’aura pas trouvé de source et d’itinéraire alternatifs durables et fiables pour ses approvisionnements en ressources énergétiques. Forts de ce constat, le président russe et ses homologues de l’Union européenne se sont réunis en Finlande en octobre 2006, afin de discuter d’un partenariat énergétique qui reste pour l’instant lettre morte, mais qui pourrait être avantageux pour les deux partenaires. La Russie constitue bien un cas exceptionnel parmi les voisins de l’Union européenne.10 Elle n’est certes pas le seul voisin à posséder une rente énergétique, mais elle se caractérise par un positionnement géopolitique à part. Elle conjugue son interdépendance de fait avec l’UE, avec un niveau de fermeture économique encore assez élevé et une remontée en puissance de son influence régionale. Pour peu que la Russie fasse les investissements nécessaires pour moderniser sa principale source de richesse - le secteur énergétique – et diversifier la structure de son économie, et cette situation pourrait durer longtemps.

Haut de page

Bibliographie

BALASSA B., 1961, The Theory of Economic Integration, Homewood (Ill.), R. D. Irwin.

BECKOUCHE P., RICHARD Y., 2006, Atlas d’une nouvelle Europe, Paris, Autrement, 2ème édition revue et augmentée

BENAROYA F., 2006, L’économie de la Russie, Paris, La Découverte

BROADMANN H., 2005, From Desintegration to Reintegration. Eastern Europe and the Former Soviet Union in the International Trade, World Bank

VSEMIRNIJ BANK, 2006, Doklad ob ekonomike Rossii. Rapport de la Banque Mondiale sur l’état économique de la Russie, www.worldbank.org.ru

GEMDEV, 1994, L’intégration régionale dans le monde : innovations et ruptures, Paris, Karthala.

GRASLAND C. (dir.), 2006, Europe in the World, Programme ORATE, Project 3.4.1, Rapport destiné à la Commission des Communautés européennes, DG Regio, www.espon.eu/

GAULIER G., FREUDENBERG M., ÜNAL-KENSENCI D., 1998, La régionalisation du commerce international: une évaluation par les intensités relatives bilatérales, CEPII, Working Paper n° 98-05

GLOASGUEN C., 2003, « Le complexe militaroindustriel russe. Entre survie, reconversion et mondialisation », Courrier des Pays de l’Est, n°1032, p.3-17

GOMART T., 2006, « Quelle influence russe dans l’espace post-soviétique ? », Courrier des Pays de l’Est, n° 1055, p. 4-13

FMI, 2000, International Trade Statistics Yearbook, Department of Trade Statistics

FMI, 2005, International Trade Statistics Yearbook, Department of Trade Statistics

LIGHT M., 2006, « La galaxie CEI, 1991-2006 », Courrier des Pays de l’Est, n°1055, p. 14-25

MUNDELL R., 1961, « A Theory of Optimum Currency Areas », American Economic Review, vol. 51, n°4, p.657-665

NICOLAS F., 2003, « A l’heure de la mondialisation. Mondialisation et intégration régionale, des dynamiques complémentaires », Cahiers français, n°317, p.59-63.

RADVANYI J., 2003, Les Etats postsoviétiques, Paris, Armand Colin

SACHWALD F. (dir.), 1997, Mondialisation et dynamiques régionales, Paris, Institut des Relations internationales

SIROEN J.-M., 2000, La régionalisation de l’économie mondiale, Paris, La Découverte.

VINER J., 1983, The Customs Union Issue, Grasland Pub, New York, réédition

CNUCED, 2003, World Investment Report 2003, FDI Policies for Development and International Perspectives, Conférence des Nations unies pour la Coopération et le Développement, New York

CNUCED, 2005, World Investment Report 2005, TNCs and the Internationalization of R&D, Conférence des Nations unies pour la Coopération et le Développement, New York

CNUCED, 2006, World Investment Report 2006. FDI from Developing and Transition Economies: Implications for Development, Conférence des Nations unies pour la Coopération et le Développement, New York.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1A. Evolution de la part des pays voisins dans les exportations en valeur de l’UE 15 (%)
Crédits Source : Eurostat, calculs de l’auteur
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/649/img-1.png
Fichier image/png, 22k
Titre Figure 1B. Evolution de la part des voisins dans les importations de l’UE 15
Crédits Source : Eurostat, calculs de l’auteur
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/649/img-2.png
Fichier image/png, 20k
Titre Figure 2. Evolution des exportations de biens de l’UE 15
Crédits Source : Eurostat, 2005, calculs de l’auteur
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/649/img-3.png
Fichier image/png, 216k
Titre Figure 3. Evolution des importations de biens de l’UE 15
Crédits Source : Eurostat, 2005, calculs de l’auteur
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/649/img-4.png
Fichier image/png, 193k
Titre Figure 4. Evolution du commerce de biens de la Russie4
Crédits Source : FMI, 2005
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/649/img-5.png
Fichier image/png, 131k
Titre Figure 5. Commerce de biens de la Russie avec l’UE 15 et la CEI
Crédits Source : FMI, 2005
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/649/img-6.png
Fichier image/png, 93k
Titre Figure 6. Ventilation du commerce extérieur de la Russie en pourcentage de son commerce extérieur total
Crédits Source : FMI, calculs de l’auteur
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/649/img-7.png
Fichier image/png, 36k
Titre Figure 7. Part de la Russie dans les exportations de 5 PECO
Crédits Source : Eurostat, 2005
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/649/img-8.png
Fichier image/png, 97k
Titre Figure 8. Part de la Russie dans les importations de 5 PECO
Crédits Source : Eurostat, 2005
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/649/img-9.png
Fichier image/png, 99k
Titre Figure 9. Evolution du stock d’IDE entrants dans plusieurs pays
Crédits Source : CNUCED, 2006
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/649/img-10.png
Fichier image/png, 64k
Titre Figure 10. Echange de biens et intensité bilatérale des échanges commerciaux de la Russie avec les pays de la région euroméditerranéenne (2004)
Crédits Source : FMI, International Trade Statistics Yearbook , 2005
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/649/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 11. Echange de biens et intensité bilatérale des échanges commerciaux du Belarus avec les pays de la région euroméditerranéenne (2004)
Crédits Source : FMI, International Trade Statistics Yearbook , 2005
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/649/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 12. Echange de biens et intensité bilatérale des échanges commerciaux de l’Ukraine avec les pays de la région euroméditerranéenne (2004)
Crédits Source : FMI, International Trade Statistics Yearbook , 2005
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/649/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Crédits Source : FMI, calculs de l’auteur
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/649/img-14.png
Fichier image/png, 40k
Titre Figure 14. Evolution de l’intensité bilatérale des échanges des 4 NEI avec la CEI, les PECO et l’Europe de l’Ouest (1998-2004)
Crédits Source : FMI, calculs de l’auteur
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/649/img-15.png
Fichier image/png, 28k
Titre Figure 15. Intensité bilatérale d’échanges de la Russie
Crédits Source : FMI, calculs de l’auteur
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/649/img-16.png
Fichier image/png, 240k
Titre Figure 16. Evolution de l’intensité bilatérale d’échange de l’Ukraine dans le détail (sur trois années)
Crédits Source : FMI, calculs de l’auteur
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/649/img-17.png
Fichier image/png, 180k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Richard, « Evolution des relations commerciales entre l’Union européenne et les Etats de la CEI occidentale. Une tendance à l’intégration régionale ? », L’Espace Politique [En ligne], 2 | 2007-2, mis en ligne le 03 août 2007, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/649 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.649

Haut de page

Auteur

Yann Richard

Maître de conférences,
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, UFR de Géographie
yrichard@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org