Navigation – Plan du site

L’impact politique des flux migratoires dans les États du Conseil de Coopération du Golfe

Impact of Migration Policies in the Cooperation Council for the Arab States of the Gulf (GCC)
Philippe Cadène et Brigitte Dumortier

Résumés

Les pays arabes du Golfe sont devenus l’un des grands pôles mondiaux de réception des migrations internationales. Les stocks et les flux sont difficiles à quantifier avec précision et certitude, mais il est certain que dans cette partie du monde, les étrangers sont numériquement majoritaires dans la population active et souvent dans la population totale. Tandis que la composante arabe s’amenuise et que l’Asie du Sud reste le principal pourvoyeur de travailleurs à tous les niveaux de qualification, on assiste à un élargissement des aires géographiques de recrutement. Face à l’évolution des réalités migratoires dans le contexte de la mondialisation quelle est la politique migratoire des gouvernements et diffère-t-elle d’un Etat à l’autre ? L’évolution de la législation dans plusieurs domaines augure-t-elle, en dépit de mesures visant à renforcer la participation des nationaux dans les économies, d’un changement d’attitude des gouvernements sur le statut des migrants ?

Haut de page

Texte intégral

1Le Conseil de Coopération des États Arabes du Golfe, dit Conseil de Coopération du Golfe (CCG), inclut les monarchies riveraines du Golfe : le Koweït, Bahreïn, Qatar et les sept émirats fédérés au sein des Émirats Arabes Unis (EAU). Il comprend également l’Arabie Saoudite dont le centre de gravité religieux se trouve dans le Hedjaz et le centre du pouvoir dynastique dans le Nedj, mais dont les régions pétrolières se situent sur le littoral du Golfe. Il intègre enfin le Sultanat d’Oman qui doit à sa configuration géographique et à son histoire d’être un pays de l’0céan Indien, mais qui d’un point de vue géoéconomique, géopolitique et géostratégique appartient aussi aux pays du Golfe.

2Ces régions arides à très faible densité de population ont connu une croissance démographique et une explosion urbaine spectaculaires alimentées par les migrations internationales de travail après la découverte et l’exploitation des hydrocarbures. L’émigration de travail vers le Golfe commence à partir des années 1950 pour les plus anciens producteurs de pétrole, se généralisant et s’intensifiant à partir de la décennie 1970. Elle se poursuit encore aujourd’hui alors que la variété de l’origine des migrants ne cesse de s’élargir. Au milieu des années 2000, les pays du CCG rassemblent environ 33,5 millions d’habitants, soit 0,5 % de la population mondiale, dont 12,5 millions d’étrangers, soit 6,5 % des 191 millions de migrants mondiaux.

3La présence massive d’étrangers, qui constituent partout plus de la moitié de la population active et plus des deux tiers de la population totale au Koweït, au Qatar et aux Émirats Arabes Unis, donne à ces pays un trait commun fondamental : un multiculturalisme d’un type particulier. Celui-ci s’accompagne d’une gestion très vigilante des populations étrangères par les pouvoirs en place dans le cadre d’une société complexe et fortement hiérarchisée, mais assez loin de l’image manichéenne d’une bipolarisation par l’immense richesse des familles au pouvoir et le cruel dénuement des travailleurs de chantiers ou des personnels domestiques. Si l’évolution des migrations dans le Golfe s’inscrit dans le contexte géopolitique mouvant de tensions dans le monde arabe, elle est également liée à la poursuite de la croissance économique, soutenue par la hausse du prix des hydrocarbures, dans les Etats de la région de plus en plus désireux de s’ancrer dans la mondialisation. Cela passe inévitablement par l’adaptation du droit que ce soit le droit des étrangers, le droit des affaires, le droit du travail, le droit foncier, mais aussi le respect des droits de la personne humaine. De telles adaptations sont au cœur de l’évolution institutionnelle de ces pays inégalement engagés dans la voie de réformes politiques1.

4Après avoir cerné l’importance numérique des étrangers dont l’aire de recrutement s’est élargie au fil des décennies, cet article met l’accent sur l’évolution de leur place dans les sociétés locales et sur les situations nouvelles créées par les changements en cours dans les politiques des Etats concernant les migrations et le statut des étrangers. Il s’agit de montrer les liens entre, d’une part, ces changements et, d’autre part, les dynamiques mondiales, l’accentuation des tensions au Moyen-Orient, mais aussi et surtout l’accélération de la croissance économique dans de nombreux pays d’Asie d’où proviennent aujourd’hui la majorité des travailleurs migrants qui revêtent une importance géopolitique croissante.

Une présence étrangère massive, difficile à quantifier et majoritairement asiatique

5Bien que la plupart des gouvernements de la région semblent peu à peu fournir des chiffres plus vraisemblables sur la proportion exacte d’étrangers qui resta longtemps un tabou et continue de faire l’objet de manipulations statistiques, désormais moins grossières, et malgré un travail d’estimation par des chercheurs et des experts, il reste difficile de connaître avec certitude les effectifs de migrants dans les pays du Golfe. Les recensements nationaux de la population présentent des contradictions avec d’autres statistiques officielles, celles du ministère du travail notamment. Ils restent discrets sur les étrangers et ont tendance à « gonfler » la population nationale. Le cas le plus caricatural est celui de l’Arabie Saoudite. Andrzej Kapiszewski note : « The preliminary results of the Saudi Arabia 2004 Census contradicts other reports. »2. Ali Kouaouci confirme : « en prenant l’exemple de l’Arabie Saoudite, de loin le principal pays du système, les flux de migrants provenant de certains pays […] sont incompatibles avec les stocks déclarés »3.

6Une autre difficulté résulte de l’importance de l’immigration clandestine. En principe, il faut un contrat de travail pour obtenir un visa d’entrée et un permis de résidence. Mais, en 2007 rien qu’à Doubaï, les services de police indiquaient 83 000 clandestins4. Si dans le cas de l’Arabie Saoudite, le pèlerinage, qui permet d’obtenir un visa d’entrée dans le pays, est une filière connue de travail illicite, ce sont les ports qui constituent la principale porte d’entrée illégale dans les pays du Golfe. Comme les ports de boutres et les ports de pêche du golfe Persique sont de plus en plus surveillés, les ports du Golfe d’Oman deviennent la nouvelle voie d’entrée, ce qui a conduit, par ricochet, à une matérialisation de la frontière dans des régions autrefois ouvertes. Cela perturbe les relations transfrontalières entre les oasis urbaines jumelles d’El Aïn (EAU) et de Bouraïmi (Oman). Mais une large fraction des clandestins sont des travailleurs arrivés régulièrement qui sont restés au-delà de la date d’expiration de leur permis de séjour parfois avec la complicité de leur employeur. Se retrouvent aussi en situation irrégulière les migrants qui ont changé d’employeur, ce qui implique d’obtenir un nouveau visa, donc de quitter le pays pour y revenir. Par ailleurs, les grandes entreprises obtiennent des visas collectifs pour leurs salariés parfois plus nombreux que ne le prévoient les clauses de main d’œuvre des contrats.

7Compte tenu de l’acuité de l’enjeu politique et stratégique que représentent les étrangers dans les pays exportateurs de pétrole qui ne sauraient, par ailleurs, avouer que les Arabes, voire les Musulmans, sont minoritaires sur leur sol, et de l’ampleur de l’enjeu économique et social pour les pays exportateurs de main-d’œuvre, les sources des pays émetteurs, très vigilants à l’égard de leurs ressortissants dans le Golfe, sont plus sures que celles des pays récepteurs. Ainsi, un spécialiste des questions de population et de migrations dans le monde arabe comme Philippe Fargues, auteur d’un ouvrage pionnier suivi d’articles sur les migrations vers le Golfe, a pallié les insuffisances des sources des pays du Golfe par le recours aux sources des pays émetteurs, par exemple l’Égypte initialement le principal pourvoyeur de main d’œuvre dans le Golfe et aujourd’hui le troisième. L’inversion de la part des migrants arabes, passée de trois quarts à un quart des migrants en trente ans, conduit à placer désormais l’attention sur les chiffres produits par des Etats asiatiques. L’Inde, aujourd’hui principal pays d’origine des migrants, a créé, en 2001, un Ministry of Overseas Indian Affairs. Il opère un comptage qui différencie, pour tous les pays, les Non Resident Indians, citoyens indiens résidant à l’étranger, des Persons of Indian Origine, qui ne possèdent pas la nationalité indienne, mais peuvent apporter la preuve d’une ascendance indienne. Pour ce qui concerne le Pakistan, des statistiques sont rassemblées par l’Overseas Pakistanis Foundation, créée en 1979 et fonctionnant sous la tutelle du Ministry of Labour, Manpower and Overseas Pakistanis. Au Bangladesh, c’est le Ministry of Expatriates’ Welfare and Overseas Employment qui effectue ce travail. Le Sri Lanka établit des statistiques sur son émigration légale (Sri Lankan Overseas Contract Workers), avec une place spécifique pour les femmes, nombreuses à émigrer dans le Golfe. Pour les Philippines enfin la source principale est l’Overseas Labor Office (POLO), à compléter par l’Overseas Workers Welfare Administration.

8Les sources officielles évoquées dans les paragraphes qui précèdent ne font état que des stocks. Pour mesurer les flux, il faut recourir à des informations extérieures, en particulier celles d’ organismes américains qui s’attachent à quantifier le phénomène considéré comme un enjeu sécuritaire majeur, en particulier le Migration Policy Institute, un think tank sur les migrations lié au Sénat des États Unis. Signalons que l’U.S. Census Bureau, dans son International Data Base, fournit les valeurs actualisées chaque année du solde migratoire (différence entre le nombre d’immigrants et d’émigrants) et du taux de migration net (différence entre le nombre d’immigrants et d’émigrants pour 1 000 personnes). Les organisations internationales font, elles aussi, une large place aux migrations dans les pays du Golfe que la base de données World Migrant Stock de la Division Population des Nations Unies permet de situer dans les dynamiques migratoires mondiales. On dispose aussi des travaux de l’Organisation Internationale des Migrations, orientés sur la question de la maîtrise des flux migratoires, et de ceux de l’Organisation Internationale du Travail dont l’approche privilégie la protection sociale et juridique des migrants. En croisant différentes sources, on aboutit à des estimations comme celles proposées dans le tableau ci-dessous tirées des travaux d’A. Kapiszewski, et dont les chiffres doivent être lus comme indicatifs. Dans la mesure où la proportion d’étrangers dépend de leur nombre, mais aussi de l’effectif des nationaux, le classement selon le pourcentage d’étrangers diffère de celui selon leur nombre. Le premier pays récepteur est l’Arabie Saoudite, l’un de ceux qui a le plus faible taux d’étrangers que les sources saoudiennes, qui n’avouent que 20 %, abaissent en surévaluant la population nationale. Le Qatar qui est le deuxième des six pays du CCG pour la part des étrangers dans la population n’est que le cinquième pour leur nombre. Les Émirats arabes unis, quant à eux, ont à la fois un grand nombre et une proportion élevée d’étrangers.

Tableau 1 – Les étrangers dans les pays du Golfe au milieu de la décennie 2000

Etats

Nombre d’étrangers

Part

des étrangers

Bahrein

268 951

38,0 (%)

Koweit

1 707 000

64,4 (%)

Oman

577 293

19,9 (%)

Qatar

520 820

70,0 (%)

Arabie Saoudite

6 144 236

27,1 (%)

UAE

3 278 000

81,0 (%)

D’après A. Kapiszewski (2006)

9De même que leur nombre exact et leur part dans la population est difficile à quantifier, du fait de la jeunesse des appareils statistiques, mais aussi parce que cela représente un enjeu politique, la répartition actuelle des migrants par nationalité dans chacun des pays du CCG est difficile à évaluer avec une grande précision pour les mêmes raisons, mais les grandes tendances sont connues. Depuis les années 1980, le bassin de recrutement de la main d’œuvre des Etats de la région s’est progressivement élargi. Cela s’est traduit par une érosion de la composante arabe, accentuée après 1990. L’invasion du Koweït par les forces irakiennes en août 1990 voit certains gouvernements arabes prendre le parti des Irakiens. Vont alors se mettre en place, plus ou moins ouvertement selon les Etats, de véritables stratégies visant à réduire la présence de certains groupes d’immigrés. En Arabie Saoudite, la réaction au soutien porté par le Yémen à l’Irak fut immédiate et se traduisit par l’expulsion de près d’un million de travailleurs yéménites. Au Koweït, où les débats concernant les dangers sociaux et politiques liés à la forte présence d’étrangers précédèrent de plusieurs années l’invasion irakienne5, un changement s’était déjà opéré dès les années 1980 dans l’origine de la main d’œuvre, presque essentiellement arabe durant les premières décennies suivant la seconde guerre mondiale, puis pour moitié du sous-continent indien dès 1985. L’invasion accentua radicalement cette tendance. Dès la remise en place du gouvernement koweitien, la décision fut prise d’abolir toute autorisation de résidence accordée aux étrangers et, en fonction de la position prise par leur gouvernement durant la guerre, d’accorder ou non de nouveaux visas. Les ressortissants irakiens bien évidemment, mais aussi palestiniens, jordaniens, soudanais et yéménites furent considérés comme indésirables tandis qu’Egyptiens, Syriens et Libanais conservèrent le droit de travailler dans le pays. Dès octobre 1991, il ne restait plus que 35 000 Palestiniens sur les 400 000 qui vivaient au Koweit avant la guerre. En 2005, pour l’ensemble des pays du CCG, sur plus de douze millions d’étrangers à peine plus de trois millions sont originaires de pays arabes, dont un tiers d’Égypte.

Tab. 2 - Évolution de la part des migrants arabes dans le nombre total de migrants

Pays

1975

2005

Bahrain

22

10

Koweït

80

33

Oman

16

10

Qatar

33

20

Arabie Saoudite

91

40

Émirats Arabes Unis

26

8

Estimations A. Kapiszewski pour 1975, B. Dumortier pour 2005

10Les flux d’étrangers proviennent surtout d’Asie du Sud (l’Inde, le Pakistan, le Bengladesh, le Sri Lanka, le Népal envoient, cumulés, près de 7 millions de personnes dans les pays du CCG). Les Indiens, plus de 3 200 000, constituent le premier groupe d’étrangers devant les Pakistanais, environ 1 700 000. L’extension vers l’Est du recrutement, sensible dès les années 1980, se poursuit, puisque 250 000 Indonésiens et 750 000 Philippins vivent aujourd’hui dans les pays du CCG qui accueillent aussi Coréens du sud et Thaïlandais. Depuis quelques années, ce sont les migrants chinois qui arrivent.

Fig. 1 a - Les Indiens dans les pays du Golfe/Fig. 1 b-Les Sri Lankais dans les pays du Golfe

Fig. 1 a - Les Indiens dans les pays du Golfe/Fig. 1 b-Les Sri Lankais dans les pays du Golfe

Sources : Fig.1a. D’après Philippe Cadène, Atlas de l’Inde, Autrement, 2008/ Fig.1b : Sri Lanka Bureau of Foreign Employment

11La diversification de l’origine des migrants concerne également les populations occidentales présentes dans le Golfe. Représentant moins de 5 % des migrants, hautement qualifiés pour la plupart, les Occidentaux, avec une forte prédominance des Anglophones, sont présents depuis le début du phénomène migratoire, venus surtout d’Amérique du Nord, d’Europe occidentale et d’Australie. À partir des années 1990, la chute de l’Union soviétique conduit vers le Golfe Russes, Ukrainiens et ressortissants des nouveaux pays d’Asie Centrale, ce qui accentue la coprésence et l’interaction des communautés dans des pays où les autochtones, organisés en un ensemble complexe de groupes sur la base des appartenances tribales ou territoriales, voire dialectales ou religieuses, sont numériquement minoritaires. Le statut des étrangers alimente un débat politique majeur entre les États membres du CCG et au sein de chaque État sur l’évolution du droit et des pratiques en la matière. Il oppose les partisans d’un endiguement autoritaire des flux migratoires pour des mobiles identitaires et sécuritaires aux tenants d’une attitude empirique qui considèrent les migrants comme des acteurs indispensables à la diversification économique.

Des disparités fortes entre « nationaux » et « étrangers »

12Dans les pays du Golfe, le jus sanguinis règne sans partage : la nationalité se possède par filiation paternelle ; elle ne s’acquiert pas. Le droit à la naturalisation existe cependant en Arabie Saoudite où les naturalisations accordées concernent surtout des épouses de Saoudiens et impliquent, pour les hommes, la pratique courante de la langue arabe accompagnée d’un haut niveau de qualification. La loi de 1963 sur la citoyenneté bahreïnie permet de demander la naturalisation après un séjour de 15 ans dans le pays pour les Arabes et de 25 ans pour les autres, mais l’obtention de la nationalité n’est pas automatique. Dans les autres Etats du CCG, l’obtention, exceptionnelle, de la nationalité reste le fait du prince. La nationalité ne s’acquiert pas par le mariage, sauf en Oman pour les femmes, et les unions avec des étrangers, sauf dans le cas de conjoints d’un autre pays du CCG, se heurtent à des restrictions6, surtout pour les femmes soumises à l’interdit religieux d’une union avec un non- musulman.

13Le statut de citoyen est assorti d’avantages particuliers. En premier lieu, les « nationaux » bénéficient des distributions de terrains à bâtir ou de logements, généralement en des occasions particulières comme les mariages ou les naissances. Ensuite, ils jouissent d’aides financières substantielles pour les études et les soins, y compris des bourses pour étudier à l’étranger et des aides pour se faire soigner dans les meilleurs hôpitaux aux Etats-Unis ou en Europe. Les « nationaux » tirent aussi un bénéfice considérable de l’institution de la kafala qui oblige tout étranger désireux de travailler et de résider dans le pays à trouver un kafil qui le parraine en échange d’une redevance et qui est légalement responsable de lui. On peut voir dans ce système un outil de régulation des flux (Beaugé, 1986 ; Ricx, 2005) ainsi qu’un transfert par l’État de la gestion de la présence étrangère aux employeurs (Bergem, 2006).. Tout expatrié dans le Golfe a pu mesurer l’omniprésence de cette obligation, une des clés du statut des immigrés, toute nationalité et tout niveau de qualification confondus, mais aussi les nuances dans son application. Les différences de législation d’un pays à l’autre commencent à peine à être analysées systématiquement7. Mais, il ne fait aucun doute que la complexité de la législation et les incohérences auxquelles elle aboutit génère de véritables trafics de kafala.

14Tandis que les « nationaux », dans tous les Etats du Golfe, affirment leur identité à mesure de la croissance du nombre d’étrangers, ces derniers ajustent leur relation à leur pays d’accueil en fonction de leur situation concrète, largement liée à l’activité professionnelle qu’ils exercent. La montée des mouvements islamistes dans le monde musulman et l’affirmation de leur influence politique à partir des années 1980 aussi bien que la prépondérance numérique croissante des migrants asiatiques vont progressivement modifier les rapports noués entre les régimes du Golfe et les populations étrangères. Dans un contexte de fortes tensions régionales, les migrants arabes tout comme les ressortissants de pays musulmans non arabes, sont considérés par certains comme une menace potentielle de déstabilisation, en particulier dans les pays les plus ouverts. Par exemple, de plus en plus de familles émiriennes, en particulier à Doubaï, mais aussi désormais à Abou Dhabi, préfèrent faire étudier leurs enfants dans des écoles et des universités privées pour éviter les programmes et les enseignants arabes jugés moins ouverts, moins modernes8, voire plus susceptibles de propager une idéologie islamiste. D’autres dénoncent, au contraire, la dilution de l’identité arabe et musulmane des populations autochtones partiellement acculturées. Ainsi, le ministre du travail de Bahrein déclarait récemment : « Dans certaines zones du Golfe, vous ne pouvez pas dire si vous êtes dans un pays arabo-musulman ou dans un district asiatique. Nous ne pouvons pas qualifier cela de diversité et aucune nation au monde ne pourrait accepter l’érosion de sa culture sur son propre territoire. » 9 . Cette affirmation d’un membre du gouvernement de la nécessité de protéger la dimension culturelle arabe doit être resituée dans le contexte particulier de Bahrein où la population autochtone est majoritairement de souche persane, tandis que la dynastie est arabe et le pouvoir politique détenu par des familles arabes.

15Alors que les migrants continuent d’arriver chaque année dans le Golfe, même si le taux de croissance du stock de migrants fléchit dans la décennie 2 000 sauf aux Émirats et au Qatar, le débat concernant la politique de la main d’œuvre se poursuit au sein des gouvernements et dans la presse. L’Arabie Saoudite et le Koweït ont été les premiers à mettre en place des mesures, effectives dès les années 1970, visant à réduire le nombre de travailleurs étrangers en les remplaçant par des nationaux : stricte application des réglementations concernant les étrangers, obligation d’avoir un kafil, conditions limitatives pour le rapprochement familial, impossibilité d’accéder à la propriété. Un pareil environnement juridique entrave une insertion durable des travailleurs dans les pays. Cependant, c’est avec l’édiction de lois déterminant des quotas de « nationaux » dans les entreprises, assortis de calendriers à respecter, que se mettent en place des politiques répondant à un sentiment répandu selon lequel l’immigration ne doit être que la solution temporaire à un besoin conjoncturel.

16Les efforts pour remplacer les étrangers au sein des entreprises, des bureaux ou des chantiers par des travailleurs nationaux se heurtent cependant à bien des difficultés. Il y a d’abord les réalités démographiques des Etats qui ne leur permettent guère de faire face, avec leur seule population, aux besoins de main d’œuvre liés à la très rapide et très forte croissance des économies, les résistances des sociétés locales au travail des femmes accentuant le manque de main d’œuvre. Par ailleurs, les populations nationales manquent des compétences nécessaires aux tâches proposées, ce qui constitue un défi majeur pour les politiques éducatives. Enfin, les « nationaux » refusent d’effectuer des tâches trop pénibles ou trop faiblement rémunérés puisque les redistributions de richesses pétrolières ont permis une amélioration spectaculaire des niveaux de vie.

17Les chiffres régulièrement présentés par les Etats pour montrer les progrès effectués en matière de « nationalisation » de la main d’œuvre ne constituent pas des preuves de réussite des politiques engagées. En 2006, par exemple, le gouvernement koweitien se targue des 90 % d’emplois tenus par des nationaux dans onze ministères et d’une proportion entre 80 % et 90 % dans onze autres, mais il reconnaît dans le même temps que 96 % des emplois du secteur privé restent occupés par des étrangers. Ce succès relatif des politiques de « nationalisation » des emplois dans quelques organismes publics suscite, d’ailleurs, de nombreuses questions. Certains de leurs dirigeants dénoncent parfois en privé la baisse de productivité du travail, ainsi que l’inutile multiplication des postes. Des hauts fonctionnaires regrettent que cette politique qui favorise systématiquement les nationaux dans l’administration rende difficile toute promotion selon le mérite. Dans le secteur privé, l’embauche de personnel local vise souvent à satisfaire la volonté du pouvoir politique sans entrer dans une stratégie des entreprises de remplacer les étrangers par des nationaux. « Nous ne verrions aucun inconvénient à respecter les mesures gouvernementales si c’était possible », déclare le responsable occidental d’une grande banque d’Abou Dhabi, « mais la main d’œuvre appropriée est introuvable parmi les locaux. Nous avons à peine 5 % d’Emiriens parmi notre personnel et nous ne voyons pas comment accroître ce chiffre pour répondre aux demandes gouvernementales »10. Un directeur européen d’entreprise de services explique qu’il joue le jeu de l’émiratisation, mais déplore que beaucoup de ses employés locaux quittent leur emploi quelques mois seulement après leur embauche.

18Le dispositif visant à attribuer à des nationaux les emplois tenus par des étrangers est régulièrement renforcé par de nouvelles mesures. Ainsi, aux Émirats un organisme gouvernemental (TANMIA) a été établi en 1999 avec comme objectifs le déploiement complet de la force de travail nationale, l’augmentation de la part des nationaux dans la population active, le développement des qualifications et des compétences des Émiriens pour qu’ils soient réellement compétitifs sur le marché du travail. Cette agence nationale organise des sessions de formation, avec un effort particulier pour les femmes, en partenariat avec des employeurs publics et privés et aide les nationaux dans leur recherche d’emploi. En effet, paradoxalement, on observe dans ces pays un problème croissant de chômage des jeunes diplômés nationaux. Au Koweït, afin de faciliter le recrutement des Koweitiens par les entreprises privées, l’Assemblée nationale a étendu à ce secteur par une loi d’avril 2000 les avantages sociaux dont bénéficiaient déjà les citoyens employés dans le secteur public. Tandis que le nombre d’étrangers s’accroît dans tous les pays et que le risque semble s’accentuer d’une fracture entre populations locales et travailleurs immigrés, les mesures concernant les migrants prennent une orientation plus politique que technique.

19Avec la complexification des mouvements d’immigration, ce ne sont plus seulement des craintes liées à la montée de l’islamisme politique ou aux survivances du socialisme arabe qui conduisent les pouvoirs en place à renforcer les mesures visant à contrôler et à sélectionner les immigrés. Les travailleurs pashtounes et les clandestins afghans inquiètent à cause de l’importance prise par les talibans dans leur région d’origine de même que les Baloutches, cas de réislamisation en situation d’immigration d’une communauté composée d’individus initialement peu religieux11. Mais, ce sont les migrants indiens les moins qualifiés, forts de leur nombre et des traditions syndicales de leur pays, qui font maintenant l’objet de méfiance à cause de leur participation à des mouvements sociaux. Les Etats doivent, en effet, désormais faire face à des revendications liées aux conditions de travail des « forçats du béton armé »12. Les récriminations sur la durée du travail et le montant des salaires sont parfois à l’origine des turbulences dans le secteur du BTP. Mais, les brutales poussées de colère sont le plus souvent liées à l’absence de sécurité sur les chantiers où de nombreux ouvriers laissent leur vie, aux conditions d’hébergement inhumaines et au non-respect des engagements pris par les employeurs. Bien que l’on observe dans quelques villes des pratiques ségrégationnistes interdisant aux ouvriers du bâtiment de résider dans le centre ou de s’y rendre le soir, c’est surtout contre les entreprises que les ouvriers s’élèvent. Ils dénoncent les employeurs indélicats qui usent envers les travailleurs recrutés à l’étranger de méthodes répréhensibles : passeports confisqués, frais de visas déduits des salaires, salaires impayés, attentes interminables sous un soleil de plomb des autobus de l’entreprise, en nombre très insuffisant, pour aller du chantier au « camp de travailleurs ». Si des conflits ont eu lieu dès les années 1960 à Koweït et Bahreïn où l’exploitation des hydrocarbures, aujourd’hui épuisés à Bahrein, est plus ancienne, si des grèves se sont déroulées au Qatar dans les années 1990, les manifestations sur la voie publique et les flambées de violence apparaissent dans la décennie 2000, en particulier à Doubaï et Doha. Les mesures prises pour régler une situation qualifiée de « véritable bombe à retardement » par un ministre émirien mêlent le souci d’améliorer les conditions de travail et d’existence des ouvriers immigrés par l’instauration d’un droit du travail avec la volonté d’accentuer le contrôle des travailleurs dans une tentative de sélection de la main d’œuvre que les entreprises mettent également en place.

20Les grandes entreprises de travaux publics de Bahreïn déclarent désormais vouloir remplacer la main d’œuvre indienne par des Népalais ou des Philippins. Les préoccupations sécuritaires ne doivent pas cacher les enjeux financiers sous-jacents. L’élargissement du bassin de recrutement des migrants ne correspond pas seulement à la quête d’une main d’œuvre plus docile. C’est aussi la conséquence de la multiplication des chantiers et des appels d’offres qui mettent en compétition les entreprises de nombreux pays, resserrant leurs prix pour remporter les contrats en comprimant les salaires et les frais d’hébergement au maximum. Enfin, l’élargissement de l’aire de recrutement permet de résoudre les tensions sur le marché de l’emploi qui se tend également à l’intérieur des nouveaux pays émergents où les salaires augmentent rapidement, en particulier depuis le début des années 2000. On ne peut plus aborder les flux migratoires vers les pays du Golfe sans les replacer dans la dynamique globale liée à la mondialisation.

Des mesures récentes répondant à un contexte migratoire modifié par la mondialisation

21La mondialisation bouleverse les enjeux liés aux migrations dans la région en changeant la situation dans les pays émetteurs et en modifiant les pratiques des migrants potentiels. Elle entraîne, par ailleurs, un repositionnement politique des Etats du Golfe par rapport à leurs populations étrangères. Les grandes ONG internationales se mobilisent, en particulier Amnesty International qui intervient dans le cas d’emprisonnements contraires au droit international ou Human Rights Watch qui dénonce un esclavage des temps modernes au travers de parcours individuels montrant comment le rêve tourne au cauchemar, pouvant conduire au suicide. Dans Le stade Dubai du capitalisme, Mike Davis13 démonte, en forçant le trait, l’envers du décor d’une ville. Il insiste sur le sort pitoyable des ouvriers asiatiques, également dénoncé par une série d’émissions du journaliste français Daniel Mermier sur France Culture, non sans une certaine stigmatisation. En tout cas, la médiatisation de la question dans la presse occidentale porte la question des migrations de travail sur le champ de la géopolitique.

22Au-delà de l’image médiatique antagonique d’enfer ou d’Eldorado, qui fait, dans les deux cas, abstraction de couches moyennes de plus en plus nombreuses et majoritairement composées d’étrangers, le changement de fond réside dans la dynamique de croissance qui bouleverse un grand nombre de pays asiatiques à partir des années 1990. Ce nouveau contexte se répercute sur les États du Golfe où des difficultés pour remplir les postes offerts commencent à se faire sentir. L’Inde et le Pakistan ne suffisant plus à satisfaire la demande, les entreprises du Golfe se tournent vers l’immense population chinoise, vers des pays encore faiblement développés comme le Vietnam ou encore plongés dans la pauvreté comme le Bangladesh ou le Népal. Mais, cette solution, loin de régler les problèmes de qualification de la main d’œuvre, tend à les accentuer. En effet, l’immigration ne pourvoit pas qu’aux emplois peu ou pas qualifiés. Les migrants se trouvent à tous les niveaux de qualification et de rémunération. Le recrutement de cadres intermédiaires compétents se révèle de plus en plus difficile. Comment attirer par des salaires désormais à peine plus élevés que chez eux de jeunes actifs diplômés et les stabiliser alors qu’ils pourront difficilement faire venir leur famille, que les contrats de travail n’offrent pas de véritables garanties et que la législation et les pratiques sont défavorables aux étrangers.

23Les emplois du secteur des services ne nécessitant pas une très haut niveau de formation, mais au moins l’usage de l’anglais ou de l’arabe, sont pourvus par des personnes ne possédant pas les qualifications adéquates à leur tâche, même si elles peuvent être surdiplômées pour l’emploi occupé. Quant aux migrants situés tout en bas de l’échelle sociale, les filières de recrutement s’adressent à des populations vulnérables facilement dupées par des agences de recrutement plus ou moins douteuses, ce que dénonce l’OIT à propos du personnel domestique féminin14. Le recrutement repose souvent sur des systèmes clientélistes pyramidaux aux configurations diverses. Pour les ouvriers de chantier indiens, s’il existe de véritables agences, le recrutement passe largement par des « entrepreneurs de main d’œuvre » bien moins formels, qui basés, soit dans le Golfe, soit dans les grandes villes indiennes, passent, pour atteindre les candidats potentiels à la migration, par une série d’intermédiaires présents jusque dans les villages. Ces derniers incitent au départ de jeunes travailleurs qui migrent par nécessité sous la pression familiale. Ces filières étant les mêmes que celles qui fournissent la main d’œuvre aux chantiers indiens sur lesquels les salaires ne cessent d’augmenter, la concurrence est vive entre les grandes agglomérations indiennes15 et les cités du Golfe avec pour conséquence des recrutements dans des zones de plus en plus reculées et au sein de groupes sociaux marginalisés.

24La résolution de nombre de ces problèmes relève largement de la responsabilité des gouvernements, lesquels semblent se soumettre à la réalité des tensions et des rapports de force tout en essayant de louvoyer pour gagner du temps. Le positionnement des pouvoirs locaux est complexe, combinant la volonté de stabilité des dirigeants historiques encore en place, le désir de normalisation des jeunes générations qui commencent à arriver au pouvoir, les stratégies modernisatrices des conseillers occidentaux, l’attachement des populations autochtones à leurs privilèges, les efforts des influents milieux d’affaires locaux pour maintenir leurs profits. Partout sont engagées des réformes concernant le statut des étrangers et celui des travailleurs, mais leur contenu est ambigu, combinant souci d’adaptation aux normes internationales et volonté de contrôle des migrations.

25Les amnisties décrétées ces dernières années par chacun des pays membres du CCG visent à réduire l’effectif des clandestins en réponse à des préoccupations de sécurité et de sûreté urbaines. Mais, menées avec la collaboration des consulats des pays concernés, elles sont aussi présentées comme des mesures permettant de lutter contre les violations flagrantes du droit du travail et les abus commis par des recruteurs et des employeurs peu scrupuleux. L’exemple des trois amnisties successives aux Émirats Arabes Unis montre bien un changement d’attitude des autorités et la nouvelle donne du marché du travail. Celle de 1996 avait concerné environ 150 000 personnes, celle de 2003 à peu près 100 000 et celle de 2007 autour de 279 000. Les deux premières apparaissent comme des incitations au retour, voire des expulsions consenties. Les personnes en contravention avec la législation ont eu cinq ou six mois pour se présenter à leur consulat qui a organisé leur rapatriement, aux frais du gouvernement émirien, sans aucune pénalité ni aucune poursuite contre leur employeur. L’amnistie de 2007 se présente plutôt comme une opération de régularisation massive au terme de laquelle un durcissement de la législation et la pénalisation des employeurs, depuis longtemps préconisée par les organismes internationaux sont annoncés. Durant la période d’amnistie, les travailleurs entrés ou restés illégalement dans le pays ont le choix entre le départ sans pénalité ou la régularisation de leurs papiers sans sanction pour leur employeur. Bien que leur rapatriement soit cette fois à leurs frais, mais avec des tarifs spéciaux mis en place par Air India pour la circonstance, 28 000 des 39 000 Indiens amnistiés à Doubaï ont opté pour le départ. Ceux qui ont choisi de rester se sont ainsi trouvé davantage en position de négocier les clauses de leur contrat de travail. Les entrepreneurs qui ont dû faire face à une pénurie brutale de contremaîtres, de plombiers et d’électriciens compétents, estiment préférable d’essayer de faire revenir une partie de ces travailleurs par des salaires plus élevés et de meilleures conditions plutôt que d’avoir à former des nouveaux venus.

26S’il faut faire venir (ou revenir) des ouvriers du bâtiment, il faut aussi ancrer des personnels plus qualifiés. La possibilité d’acquérir un logement pourrait y contribuer. En effet, les étrangers ne pouvaient accéder à la propriété jusqu’aux réformes introduites à Bahreïn à partir de 2001, puis dans les pays voisins au cours des années suivantes. Cependant, ces lois ne confèrent pas les mêmes droits aux propriétaires selon les Etats, différant même au sein des Emirats Arabes Unis où le droit foncier et immobilier ne relève pas du niveau fédéral. Les juristes s’inquiètent d’une définition souvent floue de la propriété et les textes instaurent des régimes de propriété allant de la propriété cessible et transmissible au musataha, usufruit souple assorti du droit de modifier le bien acquis. Cette réforme majeure contribue à modifier le statut des étrangers, mais ne bénéficie qu’aux plus aisés d’entre eux, ne réglant pas, loin de là, la question du logement des ouvriers ou des employés. Elle paraît surtout destinée à attirer des investisseurs extérieurs désireux de faire des placements. Comme le déclare un journaliste égyptien travaillant aux EAU : « Que va changer cette loi à ma vie ? Mon salaire ne me permettra jamais d’acquérir un appartement. Puis, il n’y a pas ici de système de crédit immobilier ». Beaucoup d’étrangers critiquent également l’absence de lien entre droit de propriété et autorisation de résidence : « Pourquoi devenir propriétaire si je dois quitter le pays en cas de non-renouvellement de mon contrat ? » explique un ingénieur européen travaillant depuis quelques années à Abou Dhabi. En effet, seul le Sultanat d’Oman offre une autorisation viagère de résidence aux propriétaires, permettant également aux étrangers de bénéficier des lois de succession de leurs pays. Par ailleurs, la mise en œuvre des nouvelles dispositions reste hésitante. À Koweït, par exemple, certains étrangers désireux de devenir propriétaires se sont découragés face à la lourdeur et à la lenteur des procédures. À Bahreïn, certains membres du Parlement invoquent la rapide hausse des prix de l’immobilier pour demander une remise en cause du droit des étrangers à acquérir des propriétés, y compris ceux du Golfe, ce qui vise en réalité les investissements immobiliers Saoudiens. Enfin, dans tous les pays du CCG, les étrangers ne peuvent être propriétaires que dans des zones particulières que l’on peut « considérer en tant qu’espaces dérogatoires à un droit commun qui exclut les étrangers de la propriété comme des zones franches immobilières »16.

27De même que le droit foncier et immobilier, le droit du travail est en cours d’évolution dans l’ensemble du Golfe. Plusieurs ONG accusent les gouvernements de la région de fermer les yeux sur des situations de maltraitance des migrants, en particulier sur les chantiers et chez les particuliers, et sur les violations des droits de la personne humaine. Certains pays émetteurs interviennent officiellement pour défendre leurs nationaux. L’Inde, le Sri Lanka et les Philippines demandent régulièrement aux gouvernements du Golfe de veiller au respect des contrats de travail de leurs ressortissants et de s’assurer qu’ils soient convenablement traités par leurs employeurs. La dénonciation d’abus notoires trouve un écho auprès d’une partie de la population locale qui compatit ou se scandalise du sort réservé à des travailleurs qui aident à bâtir le pays, comme l’illustre, dans le cas des EAU, aussi bien le courrier des lecteurs des quotidiens que la jeune littérature nationale. La question préoccupe les milieux d’affaires, qui ne voient pas unanimement les failles du droit du travail comme un avantage comparatif, et agite les cercles du pouvoir, sensibles à la détérioration de l’image du pays qui pourrait compromettre la diversification économique en cours. La nouvelle génération de responsables ainsi que les conseillers étrangers qui peuplent les bureaux ministériels sont favorables à une action franche. « Il faut choisir », expose une responsable de haut niveau d’une agence gouvernementale des EAU, quadragénaire, ressortissante d’un pays arabe, diplômée d’une des meilleures universités américaines, « on ne peut pas s’engager dans une politique visant à tirer profit de la mondialisation sans respecter, par ailleurs, les lois internationales ». Et d’ajouter : « Il est certain qu’une normalisation aura lieu. Mais cela prendra encore du temps, car les réformes doivent être négociées lentement au sein du gouvernement ».

28Depuis les années 1980, le Bureau International du Travail (BIT)17 dénonce périodiquement dans ses rapports l’illégalité de la situation des travailleurs dans les pays du Golfe : refus des organisations ouvrières ; répression contre les mouvements de revendication ; différences de salaires entre salariés nationaux et étrangers. Le BIT est d’ailleurs souvent sollicité par la Confédération Syndicale Internationale sur les manquements flagrants aux règles internationales par certains Etats du Golfe, comme, selon son point de vue, la condamnation en mars 2008 par le tribunal pénal de Doubaï de quarante-cinq ouvriers indiens à six mois de prison ferme pour tenue de rassemblements illégaux, actes de vandalismes et atteintes à l’ordre public. Le BIT note cependant que la situation est en cours d’amélioration dans la région après que les divers Etats se sont engagés dans des réformes normalisant le statut des salariés et les conditions de travail. Le changement est surtout observable sur le plan des droits syndicaux. Le Koweït présente en la matière une certaine antériorité puisque les syndicats et les grèves y sont autorisés dans le secteur privé. Cependant les organisations syndicales restent sous contrôle étroit de l’Etat qui les finance à 90 %, approuve les personnes qui les fondent et soumet les étrangers qui y adhèrent à des règles strictes, dont cinq ans de résidence dans le pays et l’obtention d’un certificat de bonnes mœurs. Depuis 1996, il est question de la mise en place d’un Code du travail conforme au droit international, mais le projet n’a pas encore pris effet. À Bahreïn, depuis 2002, le gouvernement affiche sa volonté de garantir les libertés syndicales, mais un seul syndicat est autorisé par entreprise et bien peu de migrants osent adhérer de peur de perdre leur emploi. Quant aux grèves et manifestations, elles restent interdites dans de nombreux secteurs.

Conclusion

29Le rôle de la main d’œuvre étrangère dans les projets destinés à assurer le passage d’une économie rentière à une économie productive reste essentiel dans l’ensemble des Etats du CCG, non seulement celui des ouvriers et des personnels faiblement qualifiés employés dans le vaste secteur des services, mais de plus en plus celui de travailleurs qualifiés, voire de cadres hautement qualifiés, dans des domaines très divers. La poursuite de l’immigration est plus que jamais indispensable en dépit des politiques visant à confier les emplois à la population nationale.

30L’arrivée d’une main d’œuvre dont ces Etats ont aujourd’hui besoin ne peut que renforcer la complexité des sociétés urbaines du Golfe. Le multiculturalisme résultant de ces flux migratoires ne participe pas d’un mouvement idéologique accompagnant la globalisation des économies, associant, sans les faire disparaître, des valeurs, des croyances et des pratiques culturelles issues de plusieurs sociétés. Il est avant tout le produit de l’urgence des besoins en main d’œuvre dans un contexte de croissance économique extrêmement rapide, qui se poursuit désormais dans le cadre de politiques de développement ambitieuses et de plans d’urbanisme futuristes.

31Or, le rapport au mouvement migratoire, le statut des migrants, la réaction à « l’asiatisation » de la main d’œuvre et l’attention accordée à l’image véhiculée dans les médias diffèrent d’un État à l’autre et au sein de chacun des Etats. Les migrations sont un bon révélateur des contradictions concernant la vision de l’avenir des gouvernements, des groupes et des individus, citoyens du Golfe, mais aussi étrangers. L’avenir réside néanmoins dans la poursuite de ces migrations dans un contexte où désormais, en dépit de leurs revenus pétroliers élevés, les Etats du Golfe se trouvent dans une compétition mondiale pour rechercher et attirer des compétences, mais aussi des travailleurs non qualifiés.

Haut de page

Bibliographie

Ambroseti E., Tattolo G., 2006, « Pétrole et migrations de travail vers les pays du Golfe », in Les migrations internationales, observation, analyse et perspectives, AIDELF,

Beaugé G., 1986, "La kafala : un système de gestion transitoire de la main-d'oeuvre et du capital dans les pays du Golfe", Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 2, n° 1, p. 109-122.

Bergem K., 2006, «The Role of the State in the in-Migration of Domestic Workers to Jordan and the GCC Countries », in Bel Air F. de (dir.) Migration et politique au Moyen-Orient, Beyrouth, IFPO, p. 61-81

Bourgey A., 1991, « Les travailleurs étrangers dans les pays arabes du Golfe », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, Crise du Golfe, la"logique" des chercheurs, p. 130-135

Bourgey A., 1997, « Réflexions sur les flux migratoires au Moyen-Orient », in Les populations de l’Orient arabe, Dumortier B. (dir), Espace, Population et Société, n° 1, p. 27-34

Fargues Ph., 1980, Réserves de main-d'oeuvre et rente pétrolière. Les migrations de travail vers les pays du Golfe, Beyrouth/Lyon, Editions du CERMOC/Presses Universitaires de Lyon.

Fargues Ph., 1991, « La migration obéit-elle à la conjoncture pétrolière dans le Golfe ? L'exemple du Koweït », Les migrations dans le monde arabe, Beaugé G. et Buttner F., Paris, CNRS éditions, p. 41-66.

Kapiszewski A., 2001, National and Expatriates. Population and Labour Dilemmas of the GCC States, Reading, Ithaca Press

Kapiszewski A., 2006, Arab versus Asian migrant workers in the GCC countries, U.N. Expert Group Meeting on International Migration and Development in the Arab region, Beirut, 15-17 May

Kouaouci A., 2006,« Migrations internationales vers les pays du Golfe : ce que la guerre en 1991 a changé », in Les migrations internationales, observation, analyse et perspectives, Budapest, AIDELF,

Lavergne M., 2003, "Golfe arabo-persique : un système migratoire de plus en plus tourné vers l’Asie", Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 19, n° 3, p. 229-241.

Longuenesse E., 1986, « Migrations et société dans les pays du Golfe », Maghreb Machrek, n° 112

Venier Ph., 2002, "Migration of Keralites to the Persian Gulf== Increasing Ascendancy of International Labour Migration over a Developing Country" in Armando Montanari (Ed.) Human Mobility in a Borderless World, U.G. I. Societa Geographica Italiana, Rome, p. 347-362

Willoughby J., 2006, « Ambivalent Anxieties in the South-Asian-Gulf Arab Labor Exchange », in Fox J.,Mourtada-Sabbah N., al-Mutawa M., Globalization and the Gulf, London-New York, Routledge.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 a - Les Indiens dans les pays du Golfe/Fig. 1 b-Les Sri Lankais dans les pays du Golfe
Crédits Sources : Fig.1a. D’après Philippe Cadène, Atlas de l’Inde, Autrement, 2008/ Fig.1b : Sri Lanka Bureau of Foreign Employment
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/706/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Cadène et Brigitte Dumortier, « L’impact politique des flux migratoires dans les États du Conseil de Coopération du Golfe », L’Espace Politique [En ligne], 4 | 2008-1, mis en ligne le 07 mars 2007, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/706 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.706

Haut de page

Auteurs

Philippe Cadène

Professeur, Université Paris Diderot, philippe.cadene@wanadoo.fr

Brigitte Dumortier

Maître de Conférences, Université Paris Sorbonne, brigitte.dumortier@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org