Navigation – Plan du site

Les petits espaces insulaires au cœur des revendications frontalières maritimes dans le monde

Small Island States and Territories at the Heart of Maritime Border Claims around the World
François Taglioni

Résumés

La Zone économique exclusive (ZEE) potentielle et réelle des petits espaces insulaires, plus que d’autres, suscite des convoitises de la part de leurs voisins ou de leurs métropoles qui y voient un atout économique sans doute surévalué mais néanmoins attractif. La Convention des Nations Unies sur le droit de la mer permet une appropriation toujours plus forte par les États côtiers des domaines maritimes. La conséquence paradoxale de son fonctionnement est un bénéfice au profit des nations les plus riches alors qu'elle était conçue au départ pour favoriser, à leur demande, les États les plus pauvres. Les revendications frontalières maritimes se multiplient sur tous les océans et les mers du monde. Néanmoins, pour les petits États insulaires, le potentiel des ZEE n'est pas assez attractif pour qu'ils engagent des négociations consommatrices d'énergies et génératrices de tensions politiques, alors que leur situation politique et économique interne est fragile. De plus, ils n'ont pas les capacités techniques et les marines militaires nécessaires pour véritablement surveiller leur ZEE. Pour l'instant la zone de mer territoriale est suffisante pour le développement des littoraux et du tourisme qui est globalement, en termes d'emplois et de revenus, le premier secteur d'activité de la plupart des petits États insulaires dans le monde.

Haut de page

Texte intégral

1« Etain et pétrole, diamants et gravier, métaux et poissons : les ressources de la mer sont immenses » peut-on lire dans la perspective historique de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 (Nations unies, 2003). De fait, les revendications frontalières maritimes ont connu ces dernières années une inflation qui est le fruit involontaire de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer. Cette convention, qui fait suite aux diverses conventions de Genève sur la mer (1958), a été signée le 10 décembre 1982 à Montego Bay par 117 États souverains. Mais elle entre en vigueur seulement le 16 novembre 1994 après la soixantième ratification. La Convention se donne pour but une appropriation toujours plus forte par les États côtiers des domaines maritimes. La conséquence paradoxale de son fonctionnement est un bénéfice au profit des nations les plus riches alors qu'elle était conçue au départ pour favoriser, à leur demande, les États les plus pauvres. Les nations développées étaient d'ailleurs hostiles à sa mise en œuvre et ne l'ont signée que tardivement (France, 1996 ; Japon, 1996 ; Pays-Bas, 1996 ; Royaume-Uni, 1997 ; Espagne, 1997 ; Fédération de Russie, 1997 ; Kiribati, 2003 ; Canada, 2003 ; Danemark, 2004) ou ne l'ont pas encore signée (États-Unis). Le corollaire de cette situation est d'avoir multiplié le nombre de revendications et de désaccords entre les États. Il est vrai, que dans le domaine de la mer, les choses sont devenues fort complexes et le droit qui les régit est porteur de solutions pacifiques mais aussi générateur de tensions. De fait, les revendications frontalières maritimes sont multiples. Elles sont autant liées à l'introduction depuis 1982 de notions que sont les eaux archipélagiques, la Zone économique exclusive, les détroits navigables, le fond des mers, qu'à l'architecture géographique des mers et des océans composés de nombreux archipels, îles et îlots aux statuts politiques divers qui complexifient à souhait les choses.

2C’est sur cette catégorie de territoires, les petits espaces insulaires, que nous appuierons notre étude. A cela deux raisons majeures, tout d’abord il n’est pas possible de faire un tour exhaustif de toutes les revendications frontalières dans le monde sous peine de faire un catalogue et d’autre part, les nombreux petits espaces insulaires soulèvent suffisamment de questionnement pour qu’ils bornent cette recherche.

La Zone économique exclusive (ZEE) et les petits espaces insulaires

3Bien qu’il n’y ait aucune définition qui fasse l’unanimité sur les contours de la frontière maritime internationale (cf. Labrecque, 2004), rappelons néanmoins brièvement certaines définitions des différentes zones maritimes (fig. 1) définies par la Convention de Montego Bay. La pleine souveraineté d'un État s'étend à une zone de mer adjacente à son territoire terrestre, appelée mer territoriale, ayant une largeur maximale de 12 milles marins. La ligne de base est la limite à partir de laquelle est calculée la limite de la mer territoriale. La ligne de base normale est la laisse de basse mer, telle qu'elle est indiquée sur les cartes marines à grande échelle reconnues officiellement par l'État côtier. En deçà de la ligne de base, se trouvent les eaux intérieures. Au-delà apparaissent la mer territoriale, la zone contiguë, la Zone économique exclusive (ZEE) et le plateau continental. La zone contiguë ne peut s'étendre au-delà de 24 Milles des lignes à partir desquelles est mesurée la largeur de la mer territoriale. Dans la zone contiguë, l'État côtier peut prévenir les infractions à ses lois et règlements douaniers, fiscaux, sanitaires ou d'immigration, sur son territoire ou dans sa mer territoriale, et réprimer les infractions à ces mêmes lois.

Figure 1. Les zones maritimes telles que définies par le droit international de la mer

Figure 1. Les zones maritimes telles que définies par le droit international de la mer

Source : d’après Wikipedia France

4La ZEE est adjacente à la mer territoriale et ne s'étend pas à plus de 200 milles marins du territoire terrestre de référence (ligne de base). L'État côtier exerce un droit d'exploration et d'exploitation exclusif, à des fins économiques, des ressources vivantes et minérales sur cette zone qui renferme les neuf dixièmes des ressources halieutiques mondiales. En revanche, l'État côtier, à l'inverse de sa mer territoriale, ne contrôle ni la liberté de navigation maritime ou aérienne, ni la pose de câbles ou de pipe-lines par un pays tiers. Pour le plateau continental, est prise en considération la nature géomorphologique du sous-sol marin (plateau, talus et croûte océanique). La limite extérieure de ce plateau peut dépasser celui de la ZEE de 150 milles (soit 350 milles depuis la ligne de base) ou encore être défini en fonction de la profondeur des fonds marins et de l'épaisseur des sédiments. Au-delà des 200 milles marins, les ressources du plateau continental, sur lesquelles l'État côtier exerce ses droits, sont limitées aux ressources minérales et aux espèces vivantes sédentaires. Enfin, par-delà les juridictions nationales (ZEE et plateau continental) s'étend un patrimoine mondial des fonds, il s'agit de la haute mer (eaux internationales). Cette dernière a d'ailleurs tendance à connaître le sort d'une peau de chagrin puisqu'elle s'amenuise au fur et à mesure que les litiges se règlent. De ce point de vue, l'architecture géographique des mers et des océans ainsi que le degré d'émiettement politique et territorial des terres qui les entourent ou s'y égrènent est déterminante. Le cas de la mer des Antilles ou de la mer du Nord en sont des exemples frappants puisque la haute mer y a disparu.

  • 1 Nous définissons ici les petits espaces insulaires par leur superficie et leur population avec les (...)

5La convention donne aux États côtiers la possibilité d'une appropriation toujours plus forte des domaines maritimes et elle multiplie donc le nombre de revendications et de désaccords entre les États côtiers, mais aussi non côtiers qui ont un problème d'accès à la haute mer et à ses ressources. Cette territorialisation étatique de vastes espaces maritimes (Sanguin, 1998) est le fruit des enjeux de l'exploitation des ZEE par les grands États continentaux, mais aussi de la reconnaissance de nouveaux États insulaires, du fait de leur indépendance, depuis les années 1960. Ces États insulaires entrent pratiquement tous dans la catégorie des petits espaces insulaires1. Leur faible superficie terrestre limite souvent les possibilités de ressources terrestres du sol et du sous-sol. Les ZEE seront d'autant plus grandes que les îles seront éloignées d'autres rivages. Le rapport entre la ZEE et la superficie terrestre (fig. 4) souligne souvent la démesure des espaces maritimes dont jouissent potentiellement certaines îles de l'Océanie insulaire en particulier (fig. 2). Au total, l'ensemble des zones économiques exclusives (ZEE) de 200 milles des petits États insulaires représente environ le sixième de la surface de la Terre (Nations Unies 1999).

Figure 2. Répartition des ZEE (en milliers de km²) des petits États insulaires dans le monde

Figure 2. Répartition des ZEE (en milliers de km²) des petits États insulaires dans le monde

6A ce titre, l’exemple de la France et de ses outre-mers est remarquable. Pour en donner la mesure, il faut imaginer que l'ensemble des outre-mers français, avec une superficie terrestre d'environ 126 550 km2 (sans la Terre Adélie dont les 432 000 km2 terrestres ne donnent pas lieu à une ZEE), produit une ZEE de près de 11 millions de km2, soit plus de 40 fois celle de la France continentale. La seule Polynésie française cumule une ZEE de près de 5 millions de km2 pour moins de 4 000 km2 de terres émergées. Pour la Nouvelle-Calédonie, c’est plus de 2 millions de km2 de ZEE pour 19 000 km2 de terres émergées. La France possède ainsi, en dépit d’une superficie métropolitaine de 543 945 km2 (47ème rang mondial), une des trois plus grande ZEE du monde avec les États-Unis et le Royaume-Uni. Ce vaste domaine marin français multiplie de façon considérable les frontières maritimes de la France. On dénombre ainsi (fig. 3) pas moins de 39 frontières avec 30 pays différents. La France a ainsi des frontières avec des pays comme le Venezuela, le Canada ou encore l’Australie ! Sur ces 39 frontières, 34 se situent hors territoires métropolitains et mettent ainsi en jeu les outre-mers français. L’archipel de Wallis et Futuna est celui qui génère le plus de frontières, puisqu’on en dénombre cinq (avec Fidji, Tokelau, Samoa, Tonga, Tuvalu). Ceci souligne, si besoin en était, l’extrême émiettement des territoires du Pacifique insulaire. D’ailleurs, La Nouvelle-Calédonie présente quatre frontières et la Polynésie française trois. Cette multiplicité de frontières maritimes est, on le verra, parfois cause de revendications, de négociations et d’arbitrages. Pour essayer de les limiter, l'ONU, suite aux diverses conventions de Genève sur la mer, a défini en 1958 l'île comme « une étendue naturelle de terre entourée d'eau qui reste découverte à marée haute ». Il est précisé dans la convention de 1984 que « les rochers qui ne se prêtent pas à une habitation humaine ou à une vie économique propre n'ont pas de zone économique exclusive ni de plateau continental » (partie VIII, régime des îles, article 21). Dans les faits, ce glissement vers une définition plus restrictive des îles, qui constituent notamment la majorité des outre-mers, n'empêche pas l'îlot français de Clipperton, qui est « noyé » dans le Pacifique Nord, de jouir d'une ZEE maximale de 431 015 km2. Cet îlot de seulement 5 km2 est pourtant inhabité et viole la convention de 1982. Le Mexique le revendique d'ailleurs à la France. C’est un fait, les outre-mers français, et c’est aussi le cas pour ceux du Royaume-Uni ou des Etats-Unis par exemple, donnent donc aujourd’hui à la France et aux anciennes puissances coloniales des domaines marins enviables.

Figure 3. États ayant une frontière maritime avec la France

  • Anguilla (Saint-Martin)

  • Antigua et Barbuda (Saint-Barthélemy et Guadeloupe)

  • Australie (Kerguelen et Nouvelle-Calédonie)

  • Belgique (métropole)

  • Brésil (Guyane)

  • Canada (Saint-Pierre et Miquelon)

  • Comores (Mayotte)

  • Dominique (Guadeloupe et Martinique)

  • Espagne (métropole)

  • Fidji (Wallis et Futuna et Nouvelle-Calédonie)

  • Îles Cook (Polynésie française)

  • Îles Salomon (Nouvelle-Calédonie)

  • Italie (métropole)

  • Kiribati (Polynésie française)

  • Madagascar (La Réunion, Tromelin et les îles éparses)

  • Île Maurice (La Réunion)

  • Monaco (métropole)

  • Mozambique (les îles éparses)

  • Tokelau (Wallis et Futuna)

  • Pays-Bas (Saint-Martin et Saint-Barthélemy)

  • Royaume-Uni (métropole et Polynésie française)

  • Saint-Kitts (Saint-Barthélemy)

  • Sainte-Lucie (Martinique)

  • Samoa (Wallis et Futuna)

  • Seychelles (Mayotte)

  • Suriname (Guyane)

  • Tonga (Wallis et Futuna)

  • Tuvalu (Wallis et Futuna)

  • Vanuatu (Nouvelle-Calédonie)

  • Venezuela - îlot Aves (Guadeloupe et Martinique)

Les territoires français concernés par une frontière sont indiqués entre parenthèses.

Source : Service hydrographique et océanographique de la marine (SHOM)

7La ZEE des petits espaces insulaires donne par ailleurs une indication sur leur niveau d’isolement. Cet indice d'isolement développé par François Doumenge (Doumenge, 1984) consiste à diviser la surface de la ZEE par la surface émergée du territoire ; en théorie, plus cet indice est élevé et plus l'isolement océanique est prononcé. François Doumenge définit ainsi quatre classes d'îles et d'archipels en fonction de leur isolement. On y trouve les territoires archipélagiques structurés ; les territoires océaniques très cohérents ; les territoires archipélagiques dispersés à îles isolées et enfin les îles extrêmement isolées.

  • 2 . Seuls Guam, Nauru et Niue sont des États et territoires mono-insulaires

8Pour intéressant qu'il soit, cet indice est difficile à mettre en pratique dans l'océan Pacifique, par exemple, car la plupart des États et territoires sont multi-insulaires2. L'archipel des Fidji est ainsi composé de plus de 300 îles pour 830 000 habitants, celui du Vanuatu de 80 îles pour 190 000 habitants, les Salomon comptent près de 1 000 îlots et îles peuplés de 460 000 habitants. Dans ces conditions, il faudrait connaître la ZEE de chacune des îles composant un État, faute de quoi, l'indice sera général et ne permettra que des comparaisons d'État à État sans tenir compte de leur dispersion géographique. Il est certain par exemple, que les îles Torres ou Banks, au nord de l'archipel du Vanuatu, sont plus isolées qu'Efate (l’île capitale) qui est plus proche de la Nouvelle-Calédonie et qui possède un aéroport international. Que dire aussi des îles de la Polynésie française, des États fédérés de Micronésie, ou encore de Kiribati, qui s'étendent sur plusieurs centaines de kilomètres, mais qui présentent le même indice d'isolement, si l'on se réfère à leur ZEE globale, alors que de nombreux cas de figure sont envisageables pour appréhender leur isolement respectif. Pour les îles de la Caraïbe et de la Méditerranée, où la mono-insularité (Taglioni, 2005) est davantage répandue, cet indice est plus commode à mettre en pratique.

  • 3 . Un phénomène tomogène est un phénomène qui produit des discontinuités spatiales, de tomo ("coupe- (...)

9On voit combien il est malaisé de mesurer par un indice des phénomènes aussi complexes et relatifs que ceux qui découleraient de l'isolement. La difficulté est d'autant plus aiguë que l'isolement, comme l'îléité, est souvent largement perçu par les individus en fonction de leur culture, identité et histoire personnelle. C'est donc davantage un sentiment à géométrie variable qu'une donnée objective. Il demeure, que l'isolement est aujourd'hui un épiphénomène à la surface du globe et rares sont les lieux ou espaces qui souffrent d'isolement géographique absolu. Les îles n'échappent pas à ce constat et il est vrai que des barrières géographiques fortes (cours d'eau, chaînes de montagnes, déserts, zones glaciales...) peuvent avoir des effets d'isolement et de discontinuité spatiale beaucoup plus nets que la mer. Dans tous les cas, les facteurs tomogènes3, pour reprendre le néologisme de Jean-Christophe Gay (1999), conduisent à individualiser les territoires. Ainsi, certaines zones continentales du Canada, du Brésil, d'Argentine, d'Amazonie ou des plaines d'Asie centrale sont infiniment plus isolées que les îles de la Caraïbe ou de la Méditerranée, par exemple. « La barrière géographique que représente la côte de l'île n'est donc finalement que l'un des nombreux mécanismes possibles d'isolement » (Benoist, 1987 in Îles tropicales : insularité, insularisme, p. 38). Il faut la situer à sa juste place dans un ensemble de facteurs concourant à l'isolement. A. Saussol résume bien les choses quand il dit : « Ce qui différencie l'île de l'isolat montagnard ou de l'oasis, c'est la netteté de la rupture entre le microcosme et son environnement liquide, qui affecte la représentation que l'on a de cet espace au point d'en faire le symbole du monde clos » (Saussol, 1988, p. 271). Il est sans doute plus juste d'envisager aujourd'hui l'isolement en termes de degrés d'enclavement. La notion d'enclavement nous permet d'abolir la distance linéaire, qui serait l'éloignement, et de la remplacer avantageusement par les notions relatives de distance-temps pour ce qui concerne plus particulièrement le transport des individus par avion et de distance-coût pour ce qui est du transport maritime des marchandises. Ces deux indicateurs, distance-temps et distance-coût, permettent de mesurer de façon plus objective l'accessibilité humaine et commerciale des îles. Ils sont aussi des indicateurs fondamentaux pour apprécier l'insularité qui est, ou a été, intimement liée à l'accessibilité des lieux.

  • 4 . Le plus bel exemple de réussite économique et sociale basée sur la vente de licences de pêche est (...)

10Quoi qu’il en soit, l'exploitation de la mer et de ses ressources halieutiques apparaît comme une option supplémentaire de développement économique pour les petits États insulaires. Néanmoins, les possibilités d'exploitation et de gestion de ces ressources restent à ce jour difficiles car la pêche est souvent pratiquée de façon artisanale. Les seuls États qui exportent davantage qu'ils n'importent de produits de la pêche sont les Bahamas, les Salomon, les Fidji, Tuvalu et les Maldives (fig. 4). Les autres, en dépit de ZEE parfois immenses (Kiribati, Micronésie, Marshall, Cook) sont dans l'obligation d'importer pour couvrir les besoins des touristes et de leur population qui fondent largement, quoique de façon inégale, leur apport en protéines animales sur la consommation de poisson. On ne peut pas néanmoins mésestimer l'importance des ZEE car, même sous exploitées par les insulaires, elles apportent des devises directement ou indirectement aux gouvernements. Par exemple, les droits d'exploitation que versent les flottes étrangères de pêche au thon aux États insulaires de l'Océanie ou de l'océan Indien sont conséquents pour les économies nationales4. Dans la Caraïbe, les choses sont un peu différentes dans la mesure où le golfe du Mexique et la mer des Antilles ne présentent pas de ressources halieutiques abondantes. Cela s'explique par la superficie relativement réduite du plateau continental ainsi que la faible surface des îles, qui ne bénéficient que d'un ruissellement limité en éléments nutritifs. En dehors du Mexique, du Venezuela, de Cuba et du Panama, qui sont les principaux producteurs de poissons dans la zone, l'exploitation des ressources vivantes des Zones Économiques Exclusives s'est surtout limitée à la pêche artisanale de proximité.

Figure 4. Quelques données sur les ZEE et la pêche des petits États insulaires dans le monde (classés par région géographique et ratio croissant ZEE/terre)

Figure 4. Quelques données sur les ZEE et la pêche des petits États insulaires dans le monde (classés par région géographique et ratio croissant ZEE/terre)

Source : FAO

11Les retombées économiques existent à des degrés variables, la convoitise des États développés sur les espaces maritimes est certaine, et le prestige international des ZEE va ainsi en augmentant. Que ce soit pour les États insulaires indépendants comme pour les anciennes puissances coloniales européennes, présentes sur toutes les mers du monde, les ZEE forment donc un impressionnant domaine maritime à exploiter et à gérer.

  • 5 . Sur ce sujet voir notamment Labrecque, 2004 ; Papon, 1996 ; Prescott, 2005 ; Vigarié,.00 1995.

12Dès lors, il n'est pas étonnant que des territoires d'outre-mer d'une métropole ou bien des États souverains, parfois de quelques centaines de km2,soient enclins à revendiquer leurs espaces maritimes. Les revendications de frontières maritimes5 concernant des petits espaces insulaires sont ainsi aujourd'hui nombreuses sur tous les océans et toutes les mers du globe (fig. 5). L'archipel des Spratly en est une bonne illustration. Il se situe en mer de Chine et présente une superficie inférieure à 5 km2. Il est néanmoins constitué de plus de 100 îles qui sont toutes inhabitées. Le Chine, Taiwan, les Philippines, la Malaisie, le Vietnam et le Sultanat de Brunei les revendiquent à des degrés divers. Sa position stratégique, sur la route du pétrole en provenance du Moyen-Orient, et ses réserves supposées de pétrole et de gaz naturel en font un cas d'école en matière de revendication frontalière maritime. Comme pour les Spratly, les revendications impliquent généralement des États et territoires insulaires et des États continentaux souvent économiquement puissants. Ces derniers sont les plus actifs pour résoudre leur problème de frontières maritimes car ils ont les moyens d'exploiter leur ZEE. Ils possèdent des flottes militaires et commerciales importantes (États-Unis, Colombie, Venezuela, Mexique, Royaume-Uni, France) ainsi que la volonté et les facultés diplomatiques pour arriver à leurs fins.

13A ce jour, la délimitation des frontières maritimes est un vaste chantier planétaire. Pour les outre-mers français par exemple, moins de la moitié de ses frontières sont établies et reconnues. Autre exemple, celui de la Méditerranée où seules quelques frontières maritimes sont arrêtées alors qu’il faudra en définir plus de 30 entre 20 pays souverains. Nous allons, à travers des exemples pris dans les bassins Caraïbe, India-océanique, Pacifique et Méditerranéen, évaluer les revendications que suscitent les partages des eaux dans les petits espaces insulaires.

Figure 5. Quelques revendications frontalières maritimes concernant des petits espaces insulaires dans le monde

14I. Dans la Caraïbe (cf. fig. 6)

  • Le Nicaragua demande à la Colombie la souveraineté de l'Archipel San Andrés et Providencia ainsi que de Banco Roncador, Banco Quita Sueno, Banco Serrana, Banco Serranilla et Bajo Nuevo

  • Le Guatemala et le Belize n'ont pas encore réglé le différend sur leur frontière terrestre ce qui entraîne des revendications sur les eaux territoriales du Golfe du Honduras

  • La République d'Haïti réclame l'île de Navassa aux États-Unis

  • Le Venezuela et la Colombie ne s'entendent pas sur la délimitation de leurs eaux territoriales dans le golfe du Venezuela

  • Antigua-Barbuda, Dominique, St Kitts-Nevis, Ste Lucie et St Vincent et les Grenadines contestent le statut accordé à l'île de Aves qui appartient au Venezuela, et les traités de délimitations maritimes qui la dotent d'une mer territoriale, d'une zone économique exclusive et d'un plateau continental

15II. Dans l'océan Indien occidental (cf. fig. 7)

  • Madagascar réclame à la France la souveraineté sur les îles du canal du Mozambique (Bassas da India, Europa, Juan de Nova, les Glorieuses) ainsi que Tromelin

  • Maurice demande aussi à la France la souveraineté sur Tromelin et réclame au Royaume-Uni l'archipel des Chagos

  • Les Seychelles estiment aussi que l'archipel des Chagos leur appartient et le réclame au Royaume-Uni

  • Les Comores demandent à la France que Mayotte retourne dans l’Union des Comores

16III. Dans la Méditerranée (cf. fig. 8)

  • Le Maroc réclame à l'Espagne les ports libres de Ceuta et Melilla (ainsi que les îles qui en dépendent : Peñón de Vélez de la Gomera, Peñón de Alhucemas et les îles Chafarinas)

  • *La Grèce et la Turquie sont toujours en litige pour l'île de Chypre et des îles de la mer Égée

  • La Croatie revendique à la Bosnie-Herzégovine des îles près de la ville « portuaire » de Neum.

17IV. Dans l'Océanie insulaire (cf. fig. 9)

  • Les îles Marshall réclament l'île de Wake aux États-Unis

  • Le Vanuatu réclame à la France les îles Hunter (0,4 km2) et Matthew (0,1 km2) situées à l'Est de la Nouvelle-Calédonie

Des litiges régionaux finalement assez limités

18La Caraïbe (fig. 6) est l’une des régions la plus en prise avec des revendications maritimes (Taglioni, 2000) et cela en dépit du peu de ressources halieutiques présentes. L'architecture géographique de la Méditerranée américaine est sans doute pour beaucoup dans cette multiplication de conflits car, à l'exception des Bahamas, les ZEE sont souvent modestes. Les îles sont en effet proches les unes des autres, surtout dans les Petites Antilles. Dans les golfes du Honduras et de Fonseca, l'enclavement est un facteur déterminant de revendication pour l'accès à la haute mer. Dans le golfe du Venezuela, l'intérêt de l'exploitation pétrolière attise les convoitises des deux parties, Venezuela et Colombie. Entre le Nicaragua et la Colombie, la tension est vive car le Nicaragua « joue » une multiplication par 4 de sa ZEE en cas de succès de ses revendications.

Figure 6. Revendications frontalières maritimes dans la Caraïbe

Figure 6. Revendications frontalières maritimes dans la Caraïbe

19Dans le sud-ouest de l'océan Indien (fig. 7) les revendications sont de trois types. La première est assez classique et c'est la seule qui s'articule autour des enjeux de la ZEE. Elle concerne les îles Éparses constituées par quatre îles du canal de Mozambique ainsi que Tromelin. Madagascar et Maurice sont les plaignants et la France semble avoir trouvé une solution qui arrange toutes les parties par sa proposition de cogestion de ces îles classées réserves naturelles et inhabitées.

Figures 7. Revendications frontalières maritimes dans l'océan Indien

Figures 7. Revendications frontalières maritimes dans l'océan Indien
  • 6 . Sur ce sujet voir Oraison, 2005.

20Plus complexe et douloureux est le cas de l'archipel des Chagos6 qui a été vidé de sa population (environ 1 200 personnes) entre 1965 et 1973 lors de sa location, d'une période de 50 ans, aux États-Unis pour en faire une base militaire de premier ordre dans l'océan Indien. Les habitants des Chagos, réfugiés à Maurice, en qualité de citoyen de deuxième zone, ou en Angleterre attendent toujours leur retour dans l'archipel. Un immense espoir avait animé les Chagossiens que de pouvoir retourner sur leurs îles au début des années 2000. Les conséquences des attentats du 11 septembre 2001 avec la guerre en Afghanistan, ainsi que les tensions maximales dans la zone du Golfe Persique ont repoussé à une date ultérieure et pour le moins incertaine le retour des Chagossiens.

21La situation politique de l'archipel des Comores, qui est menacé de longue date de désintégration, semble se stabiliser. Depuis l'indépendance, en 1975, l’Union des Comores revendique à la France la souveraineté sur la collectivité départementale de Mayotte qui avait fait le choix au moment de l'indépendance de rester dans la République française. Les trois îles, Anjouan, Grande Comore et Mohéli, qui forment aujourd’hui l’Union des Comores sont toujours, par la voie de son président, M. Ahmed Abdallah Sambi, dans cette perspective de retour de Mayotte dans l’Union. C'est un cas de revendication bien particulier qui ne relève pas de la sphère économique et des ZEE, ni de celle du stratégique et militaire comme pour les Chagos mais, bien plutôt du politique et des constructions complexes engendrées par la multi-insularité (Taglioni, 2003).

22Pour la Méditerranée (fig. 8), bien que les revendications maritimes soient peu nombreuses, les limites des ZEE sont particulièrement peu abouties. « Dans une mer qui baigne trois continents, les frontières interrégionales sont toutes virtuelles, à l'exception de celles que partage l'Italie avec la Tunisie, Malte avec la Libye et Chypre avec l’Égypte » (Labrecque, 2004).

Figure 8. Revendications frontalières maritimes dans la Méditerranée

Figure 8. Revendications frontalières maritimes dans la Méditerranée

23On retrouve un des cas traités à propos de la mono-insularité partagée (Taglioni, 2005), c'est celui de Chypre. Il est le symptôme le plus apparent des nombreux conflits frontaliers maritimes et terrestres entre la Grèce et la Turquie et notamment à propos de certaines îles de la mer Égée.

24Le Maroc et l'Espagne ont connu une nouvelle crise ouverte du 11 au 22 juillet 2002, à propos de l'îlot inhabité Leila (ou Persil pour les Espagnols). Cet îlot situé dans le détroit de Gibraltar, dépend de l'enclave espagnole de Ceuta. Cette dernière, comme Melilla et les îles qui lui sont attachées, est située en territoire marocain. Le Maroc en demande la restitution à l'Espagne depuis son indépendance. Néanmoins, l'îlot Leila ne devrait pas poser problème dans la mesure où il a été libéré en 1956, lors de la fin du protectorat espagnol sur le Maroc.

25La géographie de la Bosnie-Herzégovine lui confère une situation proche de l'enclavement. Son seul accès à l'Adriatique se fait en coupant le territoire Croate, après son port de Ploce, sur une longueur de 20 km. Cet accès à la mer, qualifié de non-utile car la Bosnie n'y possède pas de véritable port, coupe la ville de Dubrovnik du reste de la Croatie. Un accord de réciprocité a donc été signé entre la Bosnie et la Croatie. La Bosnie obtient ainsi un accès au port de Ploce et la Croatie un accès permanent au corridor de Neum pour désenclaver Dubrovnik. La Croatie revendique néanmoins des îles bosniaques proches de Neum dans la perspective de s'assurer un moyen de pression sur les Bosniaques quant au passage vers Dubrovnik. Ce dernier exemple souligne le rôle important d'îles sans ressources terrestres ou halieutiques particulières, mais qui occupent une position géographique stratégique légitimée par la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer.

26Dans l'Océanie insulaire (fig. 9) les ZEE sont souvent considérables car les ensembles mélanésiens, polynésiens, micronésiens réunissent seulement un peu plus de 100 000 km2 de terres émergées qui s'égrènent dans un océan de 30 millions de km2. Dans ces conditions, les petits États insulaires de la région sont peu enclins à la revendication.

Figure 9. Revendications frontalières maritimes dans l'Océanie insulaire

Figure 9. Revendications frontalières maritimes dans l'Océanie insulaire

Conclusion

27Pour les petits États insulaires, le potentiel des ZEE n'est pas assez attractif pour qu'ils engagent des négociations consommatrices d'énergies et génératrices de tensions politiques, alors que leur situation politique et économique interne est fragile. De plus, ils n'ont pas les capacités techniques et les marines militaires nécessaires pour véritablement surveiller leur ZEE. Pour l'instant la zone de mer territoriale est suffisante pour le développement des littoraux et du tourisme qui est globalement, en termes d'emploi et de revenus, le premier secteur d'activité de la plupart des petits États insulaires dans le monde. Pour valoriser cet espace littoral qui est la charpente du tourisme, les préoccupations premières sont la protection de l'environnement maritime, la préservation de la faune et de la flore, la prévention des catastrophes naturelles et le respect des littoraux par les usagers. Ces actions doivent s’envisager à l’échelle régionale et de ce fait transcender les éventuelles frontières maritimes déjà délimitées. Comme le rappelle le conseil économique et social des Nations unies, « la coopération régionale permet d'obtenir des gains d'efficacité et d'efficience par l'élimination des doubles emplois au niveau des équipements et des programmes nationaux, et par la maximisation des complémentarités entre petits États insulaires en développement ». Les sociétés insulaires ont depuis longtemps la mesure des avantages de la coopération, bien qu'elles oscillent constamment entre repli et ouverture, entre intégration et marginalisation. La conscience du besoin impératif d'ouverture est d'autant plus ancienne que les sociétés insulaires sont anciennes. Actuellement, dans la plupart des organisations de coopération régionale qui impliquent des petits espaces insulaires, la protection des patrimoines naturels côtiers fait l’objet d’une commission qui donne l'opportunité de mettre à profit des économies d'échelle. Bien que les cadres juridiques soient nécessaires, il apparaît que la Convention des Nations unies sur le droit de la mer ait généré à ce jour plus de revendications légitimes qu’ils n’en existaient avant 1982 dans les petits espaces insulaires. Il convient donc de continuer à user de la diplomatie et des négociations bilatérales afin de parvenir à régler les délimitations des ZEE qui ne sont pas une priorité absolue pour les Etats et territoires insulaires.

Haut de page

Bibliographie

ANDERSON E., 2003, International boundaries : a geopolitical atlas, Londres, TSO

ATTARD D., 1987, The Exclusive Economic Zone in international law, Oxford, Clarendon Press.

AVICE J., 1922, La défense des frontières maritimes, Paris, Challamel.

BARDONNET D., 1989, « Frontières terrestres et frontières maritimes », Annuaire Français de Droit International, p.1-64.

BERNARDIE N. ; Taglioni, F, 2005, Les dynamiques contemporaines des petits espaces insulaires. De l’île relais aux réseaux insulaires, Paris, Karthala, 443 p.

BLAKE G., 2004, « Boundary Permeability in Perspective », in Nicol, H ; Townsend-Gault, I (eds), Holding the Line. Borders in a Global World, Vancouver & Toronto, UBC Press, p. 16-25.

CALVERT P., 2004, Border and territorial disputes of the world, Londres Harper.

COOK P., CARLETON C., 2000, Continental shelf limits : the scientific and legal interface, Oxford University Press.

COUTAU-BÉGARIE H., 1995, La lutte pour l'empire de la mer, Paris, Economica.

DOUMENGE F., 1984, « Unité et diversité des caractères naturels des îles tropicales », in Nature et hommes dans les îles tropicales, Bordeaux, CRET, coll. « îles et archipels », n°3, p. 9-24

FRANCKX E., GAUTHIER P., (eds), 2003, La zone économique exclusive et la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, 1982-2000, Bruxelles, Bruylant.

GAY J.-Ch., 1999, Recherches sur les discontinuités spatiales et le tourisme, Université de Paris VII, Habilitation à diriger des recherches.

GLASSNER M, 1990, Neptune's domain. A political geography of the sea, New York, UNWIN/Routledge.

HÉRODOTE, 1984, Géopolitiques de la mer, n°32.

Îles tropicales : insularité, insularisme, 1987, Bordeaux, CRET, coll. « îles et archipels », n°8.

JOHNSTON D., SAUNDERS P. (eds), 1988, Ocean boundary making, Londres, Croom Helm, 356 p.

KAPPOR D., KERR A., 1986, A guide to boundary delimitation, Toronto, Carswell.

KWIATKOWSKA B., 1989, The 200 Miles Exclusive Economic Zone in the New Law of the Sea, Dordrecht, Nijhoff.

LABRECQUE G., 2004, Les frontières maritimes internationales, Géopolitique de la domination en mer, Paris, L'Harmattan, coll, « Raoul-Dandurand ».

Law of the Sea (1990-2006), United Nations Division for Oceans Affairs and the Law of the Sea, Office of Legal Affairs, Divers numéros, New York

LEWIS A., CHARNEY J., 2002, International maritime boundaries, Dordrecht, Nijhoff.

LUCCHINI L., VOELCKEL M, 1990, Droit de la mer, Tome 1, Paris, Pedone.

NATIONS UNIES, 1999, Additif au rapport de la Commission du développement durable constituée en comité préparatoire de la session extraordinaire de l’Assemblée générale consacrée à l’examen et à l’évaluation de l’application du Programme d’action pour le développement durable des petits États insulaires en développement, New York, Nations Unies, A/S-22/2/Add.1, 17 p.

NATIONS UNIES, Division des affaires maritimes et du droit de la mer, 2001, Manuel sur la délimitation des frontières maritimes, New York, Nations Unies.

NATIONS UNIES, 2003, Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982, A historical perspective. [En ligne] : http://www.un.org/french/law/los/convention_accords_y_relatifs/convention_perspective_historique.htm

ORAISON A., 2005, « Le contentieux territorial anglo-mauricien sur l'archipel des Chagos revisité », Revue de droit international, de sciences diplomatiques et politiques, vol. 83, n°2, p. 109-208

ORREGO VICUNA F., 1989, The Exclusive Economic Zone, regional and legal nature under international law, Cambridge, Cambridge University Press, 309 p.

PAPON P., 1996, Le sixième continent. Géopolitique des océans, Paris, Odile Jacob.

PELLETIER P., 1997, « Iles-frontières, territoires impossibles ? », Revue études internationales, n°1, p. 73-103

PELLETIER P., 2000, « Tumulte des flots entre Japon et Corée. A propos de la dénomination de la mer du Japon », Annales de géographie, n°613, p. 279-305

PELLETIER P., 2003, Les identités territoriales en Asie orientale, Paris, Les Indes savantes.

PHARAND D., LEANZA U., (eds), 1993, The continental shelf and the Exclusive Economic Zone, Dordrecht, Nijhoff.

PRESCOTT V., SCHOFIELD C., 2005, The maritime political boundaries of the world, Dordrecht, Nijhoff.

SANGUIN A.-L. (dir.), 1998, « L'Atlantique et les géographes », Norois, n°180, p. 569-808.

SAUSSOL A., 1988, « Des limites de l’insularité : le cas de Wallis », Bulletin de l’Association de géographes français, n°3, p. 271-281

SMITH R., 1986, Exclusive Economic Zone claims, Dordrecht, Nijhoff, 501 p.

SRATI A., (dir.), 2006, Unresolved issues and new challenges to the law of the sea : time before and time after, Dordrecht, Nijhoff, 351 p.

TAGLIONI F., 2000, « La frontiere d’acqua, posta in gioco nel bacino caraibico », Limes, n°2, p. 177-188.

TAGLIONI F., 2003, Recherches sur les petits espaces insulaires et sur leurs organisations régionales, Paris, Mémoire d'habilitation à diriger des recherches, Université Paris-IV, vol. II.
[En ligne] http://www.taglioni.net/hdr.htm

TAGLIONI F., 2005, « Les revendications séparatistes et autonomistes au sein des États et territoires mono- et multi-insulaires. Essai de typologie », Cahiers de géographie du Québec, n°136, p. 5-18.
[En ligne] http://www.cgq.ulaval.ca/textes/vol_49/no136/03-Taglioni.pdf

TAGLIONI F., 2006. « Les petits espaces insulaires face à la variabilité de leur insularité et de leur statut politique ». À paraître dans les Annales de géographie

VIGARIÉ A., 1995, La mer et la géostratégie des nations, Paris, Economica.

VUKAS B., 2004, The law of the sea, Dordrecht, Nijhoff.

Haut de page

Notes

1 Nous définissons ici les petits espaces insulaires par leur superficie et leur population avec les limites suivantes : moins de 11 000 km2 et de 1,5 million d'habitants. Pour avoir plus d’éléments sur ce sujet cf. Taglioni, 2006.

2 . Seuls Guam, Nauru et Niue sont des États et territoires mono-insulaires

3 . Un phénomène tomogène est un phénomène qui produit des discontinuités spatiales, de tomo ("coupe-section" en grec) et de gène ("qui engendre") : J. -Ch. Gay, 1999, p. 207.

4 . Le plus bel exemple de réussite économique et sociale basée sur la vente de licences de pêche est fourni par les îles Falkland. Cette rente a été rendue possible par la délimitation de la ZEE après la guerre contre l'Argentine en 1982.

5 . Sur ce sujet voir notamment Labrecque, 2004 ; Papon, 1996 ; Prescott, 2005 ; Vigarié,.00 1995.

6 . Sur ce sujet voir Oraison, 2005.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les zones maritimes telles que définies par le droit international de la mer
Crédits Source : d’après Wikipedia France
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/732/img-1.png
Fichier image/png, 27k
Titre Figure 2. Répartition des ZEE (en milliers de km²) des petits États insulaires dans le monde
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/732/img-2.png
Fichier image/png, 21k
Titre Figure 4. Quelques données sur les ZEE et la pêche des petits États insulaires dans le monde (classés par région géographique et ratio croissant ZEE/terre)
Crédits Source : FAO
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/732/img-3.png
Fichier image/png, 107k
Titre Figure 6. Revendications frontalières maritimes dans la Caraïbe
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/732/img-4.png
Fichier image/png, 192k
Titre Figures 7. Revendications frontalières maritimes dans l'océan Indien
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/732/img-5.png
Fichier image/png, 92k
Titre Figure 8. Revendications frontalières maritimes dans la Méditerranée
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/732/img-6.png
Fichier image/png, 142k
Titre Figure 9. Revendications frontalières maritimes dans l'Océanie insulaire
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/732/img-7.png
Fichier image/png, 179k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Taglioni, « Les petits espaces insulaires au cœur des revendications frontalières maritimes dans le monde », L’Espace Politique [En ligne], 1 | 2007-1, mis en ligne le 01 janvier 2007, consulté le 28 mai 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/732 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.732

Haut de page

Auteur

François Taglioni

Professeur des universités, UMR Prodig, 2, rue Valette, 75005 Paris
tagli@diplomacy.edu
www.taglioni.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org