Skip to navigation – Site map

Ligne éditoriale et thèmes de recherche

Editorial policy

Editor's notes

See the English version

L'Espace Politique, revue en ligne de géographie politique et géopolitique, a été créé au début de l'année 2007 et poursuit son développement en intégrant deux ans plus tard le portail d’édition électronique scientifique Revues.org.

Cette revue est animée par des géographes soucieux de l’interaction entre politique et espace qui appartiennent à différentes universités françaises et étrangères. Le laboratoire Habiter (E.A. 2076) de l'université de Reims Champagne-Ardenne est le soutien principal de cette publication qui bénéficie aussi de l’aide ponctuelle des laboratoires PACTE (UMR CNRS/IEP/UPMF/UJF 5194) de Grenoble, des UMR Ladyss (UMR 7533) et Prodig (UMR 8586) de Paris et du laboratoire MTG (UMR CNRS IDEES 6063) de Rouen. L’Espace Politique est aussi lié à l'Union géographique internationale (IGU/UGI) et plus particulièrement à la Commission on Political Geography / Commission de géographie politique.

Depuis l’origine, L’Espace Politique est soucieux de partenariats et de synergies. À ce titre, elle invite des géographes étrangers et des non géographes à collaborer avec elle que ce soit dans le cadre de ses comités ou dans ses articles.

Pourquoi cette revue ? Si l'offre éditoriale en géopolitique est abondante, il n'existe aucune revue de géographie politique ni en France, ni en langue française. En ce domaine, le chercheur doit se tourner vers le champ anglo-saxon et particulièrement vers Political Geography, revue de référence en la matière. L'Espace Politique se veut donc un vecteur de réflexion théorique, de haut niveau scientifique, sur l'espace politique en général, et un lieu de débat pour tous les chercheurs en géographie politique ou géopolitique – sans distinction ou hiérarchisation préalables entre ces appellations — ou dans les sciences humaines en général.

Le fonctionnement en ligne de cette revue lui assure une diffusion mondiale pour répondre à la demande de l'espace francophone, mais la revue souhaite aussi publier en anglais. Dotée de numéros à thèmes et de varias, L'Espace Politique propose des articles originaux soumis à une double évaluation anonyme. L’équipe éditoriale de L'Espace Politique espère ainsi stimuler la recherche fondamentale en géographie politique et géopolitique encore modeste en langue française, et démontrer la capacité d'expertise des géographes en ces domaines où se confrontent et s'associent instances de pouvoir et citoyens.

Les objectifs

L'Espace politique (EP) a pour vocation de :

- Diffuser la recherche française et francophone en matière de géographie politique ou de géopolitique ;
- Favoriser la compréhension théorique de l'espace politique ;
- Présenter des modèles théoriques et des outils conceptuels appliqués à des exemples à toutes les échelles.

Les thèmes

Les thèmes fondamentaux de l'EP s'articulent autour des notions d'espaces et de territoires, de frontières et de limites, de réseaux, de points et de pôles, d'acteurs, de territorialité, de dynamiques spatiales, mais aussi d'épistémologie. Celles-ci sont présentées ici sans prétention à l'exhaustivité.

Des espaces et des territoires

L'espace est un concept central dans la géographie contemporaine. Sans entrer dans l'exhaustivité des interprétations (cf. Brunet & alii, Les mots de la géographie) nous lui donnerons deux significations possibles : « ensemble des étendues, finies ou non » structurées par les sociétés, auquel cas il désigne la façon dont toute société se projette à la surface de la Terre et est un produit social (cf. Henri Lefebvre, La production de l'espace).Dans un sens plus neutre, il peut être considéré comme synonyme de l'étendue terrestre, constituant un des déterminant de toute vie, de toute relation sociale et politique. L'espace est divisé en territoires qui sont autant de portions d'espaces appropriés. La nature de l'appropriation est variable. Les territoires sont de toutes natures : États, unions régionales d'États, subdivisions administratives, circonscriptions électorales, etc. Outre ces structures politico-spatiales, les espaces légitimes (Lévy, 1994), disposant d'une reconnaissance juridique, se distinguent des espaces pratiqués (« espace vécu » d'Armand Frémont), des espaces revendiqués, ou représentés (ces deux dernières notions intègrent la territorialité). Le territoire politique le plus classique est celui de l'Etat — objet central de la géographie politique classique (Ratzel) — mais ce type de territoire ne doit pas accaparer l'attention. L'exercice du pouvoir concerne aussi de nombreux autres types de territoires subétatiques (« régions », mais aussi communes) ou de territoires supra-étatiques (organisations régionales). Ces deux types de territoires sont associés à des acteurs qui, sans être souverains, jouent un rôle de plus en plus important dans l'organisation de l'espace et dans la décision politique. Les aires, fréquemment convoquées pour décrire les espaces des cultures et des phénomènes sociaux forment un autre type de territoires.

Il n'y a pas d'échelle unique dans l'analyse de l'espace politique. Au contraire, cette analyse est « diatopique » (Foucher, 1991, Fronts et frontières, p.35), c'est-à-dire qu'elle joue sur plusieurs échelles (d'espace mais aussi de temps) et s'attache tant aux « grands espaces » (qui accaparent souvent les analyses géopolitiques) qu'à des espaces de petites dimensions (qui sont davantage l'apanage de la géographie politique). Le caractère diatopique implique une imbrication des phénomènes : imbrication des causes et des conséquences à différentes échelles. Un facteur ou une configuration à une échelle donnée peut avoir des effets à une autre échelle. Le lien entre le « mondial » et le « local » devient ainsi de plus en plus prégnant — générant du « glocal » (terme popularisé par le sociologue Roland Robertson, « Globalisation or Glocalisation? », Journal of International Communication, vol.1 n°1, 1994, pp. 33-52) — et abolit la distinction entre l'interne et l'externe. La « glocalisation » a des effets sur les territoires, les habitants, les réseaux, les pratiques, les cultures, etc.

Tout territoire a une extrémité

Suivant leur nature, les territoires sont délimités par des frontières ou des limites. Les frontières forment un maillage complexe à différentes échelles (étatique, supra-étatique, infra-étatique). Le découpage du monde par des États implique tous les continents (sauf l'Antarctique), mais aussi les mers et les océans (quoique les modalités de ce découpage soit alors différentes et laisse encore la place à un espace non approprié). La distinction entre frontière juridique (reconnue) et frontière non reconnue (mais concrète sur le terrain) est importante et souligne la cohabitation éventuelle entre plusieurs types de territoires dans le même espace. Frontières et limites sont des thèmes classiques de la géographie politique comme de la géopolitique. Les géographes se sont souvent intéressés à l'effet frontière, plus ou moins sensible en fonction des échelles, et aux régions frontalières (Pounds, Political Geography, 1963 ; Guichonnet, Raffestin, Géographie des frontières, 1974). La notion de limite fait référence à d'autres césures et discontinuités (J-C. Gay, Di Méo). Par ailleurs, les différents types de maillages sont sécants. Les « intersections d'ensemble » génèrent plus spécialement des tensions (Lacoste). L'analyse géopolitique et la géographie politique balayent donc un champ plus large que celui de la frontière et de la limite. L'espace politique est aussi structuré en aires socioculturelles (aires linguistiques, religieuses, sociales) qui forment des espaces spécifiques aux limites complexes et dégradées (horizons) et en évolution constante (liens avec le peuplement, l'économie, la puissance). Les minorités ethniques et nationales sont ainsi le produit des décalages entre les frontières des États et celles des aires culturelles. Si les questions de langue et de religion sont importantes, celles-ci ne doivent faire oublier les clivages entre riches et pauvres qui, dans de nombreux cas, ont des effets sur l'espace politique (ségrégation, sécession).

L'espace est structuré par des réseaux

Les réseaux sont des liens. On peut distinguer des réseaux matériels et des réseaux de personnes, immatériels. Les premiers sont visibles et continus, les seconds sont invisibles et discontinus, mais leur rôle n'en est pas moins important. L'étude des réseaux a été développée par la « nouvelle géographie », mais elle intéresse toutes les sciences sociales, et particulièrement la sociologie. L'accessibilité au réseau conditionne les rapports de pouvoir, la centralité et la marginalité, tout comme les pratiques spatiales. Paul Claval (Espace et pouvoir, 1978) a pu insister précocement sur le lien entre la distance au centre et capacité à contrôler le territoire… La corrélation entre réseaux et territoires peut aussi être soulignée : le lieu modifie le lien et le lien modifie le lieu...

L'espace est structuré par des lieux

Pôles, lieux, et nœuds sont différents types de points qui structurent l'espace, les territoires et les réseaux. Les pôles sont un des éléments qui structurent l'espace politique. Les territoires politiques sont en effet tous structurés autour d'un (ou par un) pôle. Le pôle contrôle et organise le territoire. L'ensemble des pôles forme un réseau spécifique. Le lieu est aussi un concept opératoire en géographie politique et, plus largement, en géographie tout court. Vidal de la Blache ne considérait-il pas la géographie comme une « science des lieux » ? Le lieu est tout à la fois, la plus petite fraction de l'espace signifiante, l'un des constituants (point d'appui ou matrice) de l'identité et surtout l'objet vécu et le déterminant de pratiques sociales. Le nœud (ou sommet) est, dans un réseau, une articulation ou une intersection – l'extrémité d'une arête. Il joue un rôle de charnière, de distribution et d'organisation.

Des acteurs

L'acteur agit dans et sur l'espace. Un acteur est un individu, un groupe, ou une structure. La cohérence de sa démarche est variable. Au-delà des acteurs directement liés à des territoires (État, pouvoirs locaux), la société produit aussi de l'espace politique : des aires culturelles, des espaces appropriés, des réseaux qui entrent en concurrence avec le maillage territorial, etc. Les intérêts, conscientisés ou non (cf. Bourdieu), des classes sociales et/ou groupes sociaux structurent aussi tout à la fois l'espace, les représentations spatiales, les comportements spatiaux et les stratégies spatiales. Les acteurs sociaux et politiques forment donc un objet d'étude fondamental en géographie politique ou géopolitique (mais aussi en géographie sociale, voire dans les Relations Internationales) : acteurs endogènes/exogènes, directs/indirects, dominants/dominés, majoritaires/minoritaires sont autant de typologies utilisables (dans le cadre de réflexions communes avec celles de la géographie sociale). Sans acteurs, pas de dynamiques, pas de distances et, jusqu'à un certain point, pas d'espace...

Le lien entre espace et acteurs : la territorialité

Le concept de territorialité est une autre notion clef. Kevin Cox (Political geography, territory, state and society, 2002, p.1) souligne que celle-ci forme, avec les territoires, le cœur même de la réflexion en géographie politique. La territorialité implique tout à la fois des représentations spatiales spécifiques à chaque acteur, des pratiques spatiales qui les caractérisent, et des stratégies qui les opposent ou les rapprochent.

- Les acteurs développent des représentations de l'espace (Henri Lefebvre, La production de l'espace, 1974) qui guident leurs actions. Ces représentations sont le fruit de processus sociaux et politiques, ou la projection de concepts sociaux et politiques dans l'espace. Les représentations existent aussi dans le regard des chercheurs, d'où l'intérêt des démarches comparatives qui peuvent remettre en question nos regards occidentaux alors que beaucoup d'enjeux sont mondialisés, et un certain nombre de valeurs sont présentées comme universelles (démocratie, droits de l'homme etc) mais peuvent apparaître à d'autres comme de nouvelles manifestations de l'impérialisme…
- Les pratiques spatiales renvoient aussi bien au mode de vie (au quotidien), aux déplacements et « à toutes les fréquentations concrètes de lieux » (Di Méo, Buléon, L'Espace social, 2005, p.40) sinon à une pratique sociale (liée à un groupe déterminé). Elles résultent de choix plus ou moins conscients et plus ou moins affirmés. Cet espace pratiqué peut être désigné comme l'espace vécu (Armand Frémont, La région, espace vécu, 1976). Chaque individu, chaque groupe social dispose de ses propres pratiques spatiales (commerciales, politiques, culturelles, etc.). La modification des pratiques spatiales est un enjeu de la compétition des acteurs politiques ou économiques. Représentations et pratiques sont dialectiquement liées. Les usages de l'espace varient suivant les acteurs et leurs représentations, en fonction du lieu, de leur intégration/marginalisation dans la société, de leur appartenance ethnique ou de genre.
- La stratégie, ou ensemble des moyens mis en œuvre pour atteindre un but, fait spontanément référence au domaine du militaire et aux États, mais tout acteur développe des stratégies, ainsi l'acception courante du terme ne doit pas masquer les multiples stratégies que les acteurs développent. Les stratégies peuvent être conçues comme des pratiques à finalité de pouvoir. Stratégies et représentations sont aussi dialectiquement liées.

Le concept de territorialité est donc très englobant. Les différentes territorialités génèrent de la rugosité (confrontation), ou de la médiation (résolution/concertation) entre les acteurs. La démocratie offre une approche spécifique de la territorialité. Dans la pratique démocratique, le vote et les élections sont rendus possibles, autant qu'ils produisent, par une territorialité légitime. Ils fondent un nouveau lien entre le territoire politique et les citoyens. La géographie de la dictature, de la transition et de la diffusion démocratiques et des élections sont des thèmes fondamentaux.

Le pouvoir et la puissance

Ces notions sont liées à aux Relations Internationales comme à la géopolitique classique (comme le soulignait Henri Lefebvre, il existe une « fréquente confusion entre l'État et le pouvoir »). « Une véritable géographie ne peut être qu'une géographie du ou des pouvoirs » (Raffestin, 1980, p.13). Le pouvoir, et la puissance, peut être compris comme la double capacité à modifier le comportement des autres acteurs et à recomposer l'espace. Tout pouvoir implique une organisation de la société et de l'espace. L'exercice du pouvoir est sensible sur les territoires politiques et sur les réseaux. Il concerne non seulement les États mais aussi d'autres acteurs économiques, sociaux ou culturels. L'exercice du pouvoir implique un effet sur l'espace et les territoires, sur les aires, les réseaux et les « points ». L'effet des décisions politiques est sensible sur le fonctionnement économique. La libéralisation de l'économie et la mondialisation ont de nombreux effets sur l'espace politique. Elles sont une influence sur la géographie des flux, sur la mobilité des capitaux, des biens et des personnes. La compétition économique est une forme de plus en plus courante de la rugosité entre les acteurs.

La puissance est aussi économique

Du fait de la mondialisation de l'économie, l'espace économique mondial se recompose, faisant apparaître de nouvelles lignes de force, de nouveaux ensembles géographiques et de nouvelles césures. Avec l'émergence, institutionnalisée ou non, de grands ensembles économiques supra étatiques (Mercosur, Union européenne, Asie orientale, Amérique du Nord) et de régions transnationales économiquement intégrées, les États et les frontières restent naturellement des objets d'études de première importance, mais ils perdent une partie de leurs fonctions traditionnelles.

La géo-économie est une des branches les plus dynamiques de l'analyse géopolitique. Elle étudie les contours de ces régions économiques intégrées, ainsi que leur évolution. Elle analyse les échanges entre les territoires qui les composent mais aussi les contours de ce que l'on peut appeler les aires d'influence commerciales et économiques des grands pôles de la Triade. Elle rend compte de la distribution des grands flux économiques (biens, capitaux) à la surface de la Terre. Elle envisage l'espace comme un enjeu de pouvoir, non seulement entre des acteurs politiques, mais aussi entre des acteurs économiques (États, régions, entreprises) qui cherchent à se positionner au mieux dans l'espace afin de renforcer leur compétitivité et d'assurer leur prospérité et leur développement. Enfin, malgré la libéralisation et la formation de ce que certains géographes ont désigné comme le système monde, il existe encore aujourd'hui de nombreux effets de barrières entre États et régions économiques. L'analyse géo-économique se propose de les localiser, d'étudier leur évolution et d'en identifier les déterminants, en s'appuyant notamment sur des appareils statistiques de qualité. La géo-économie met ainsi l'accent sur les interactions qui existent entre la politique, au sens propre, et l'économie dans la production de l'espace.

Dynamiques spatiales

L'idée de dynamique traduit celle de l'évolution, du changement. La dynamique spatiale implique la prise en compte des constituants de la mobilité : flux et réseaux, mais aussi l'appréciation de l'impact des évolutions envisagées sur les territoires.

- Le flux (mesure d'un écoulement) exprime la circulation des personnes, marchandises, capitaux, information, etc. On peut distinguer les flux matériels et immatériels, tous deux liés à différents types de réseaux.
- Le gradient (modification progressive d'une variable sur une certaine distance) est de natures variables. On peut focaliser son attention sur les gradients socio-économiques, mais aussi - dans une approche plutôt géopolitique – sur les gradients de puissance (de l'hyperpuissance à la marginalité). Les gradients socio-économiques engendrent aussi des phénomènes de dissymétrie (effet frontière, tropismes divergents, réseaux familiaux, sociaux, ethniques ou nationaux) qui participent de manière importante à la structuration de l'espace politique et des pratiques spatiales. Les confrontations culturelles, les coercitions idéologiques génèrent de la rugosité, c'est-à-dire des relations conflictuelles, des affrontements, à toutes échelles et de toutes natures (conflits, guerre, séparatisme, terrorisme, violences). L'accent mis sur la violence représente une rupture avec une vision plus classique de la géographie. Les violences de masse : nettoyage ethnique, génocide, politicide, ethnocide sont des éléments fondamentaux de la dynamique de l'espace. La régulation/résolution des conflits et la concertation entrent aussi dans les thèmes de la géographie politique et de la géopolitique. De ce point de vue, le fait démocratique doit être souligné car il génère de nouvelles dynamiques et un nouveau rapport au territoire.

Épistémologie

L'épistémologie de la géographie politique et de la géopolitique et l'histoire de la géographie politique et de la géopolitique sont aussi des thèmes pertinents qui s'inscrivent naturellement dans la démarche de L'Espace politique.

  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org