Navigation – Plan du site

Périphéricité et ultrapériphéricité insulaires dans l’Union européenne

Insular Periphericity and Ultraperiphericity in European Union
André-Louis Sanguin

Résumés

La question des îles périphériques et ultrapériphériques de l’Union européenne est apparue avec l’adhésion successive d’Etats maritimes et la mise en place officielle de la zone des 200 milles en 1994. Désormais, l’Union Européenne dispose d’une projection territoriale qui va au-delà des limites de l’Europe continentale. Cette étude respecte la classification officielle des îles établie par la Commission européenne. Dans quel rapport centre périphérie les îles s’insérent-elles ? La situation des périphéries et ultrapériphéries insulaires a fortement évolué, mais des problèmes récurrents demeurent. Elles sont l’objet d’une double relation avec leur Etat d’appartenance et l’UE. Maintenant, elles forment une nouvelle frontière de l’UE, différente des frontières classiques du vieux continent.

Haut de page

Texte intégral

De nouveaux enjeux dans un nouveau contexte

1La question relativement méconnue des îles périphériques et ultrapériphériques de l’Union européenne relève d’un paradoxe géographique qui n’a jamais été suffisamment bien mis en relief. Bien que disposant de quasi 68 000 kilomètres de côtes, l’Union européenne tourne le dos à la mer. D’une part, toutes les questions concernant la construction et l’intégration européennes ont relevé et relèvent presque systématiquement d’un discours continental et continentalo-centré. D’autre part, la vision insulaire, quand elle existe, est trop souvent approchée soit sous l’angle national, soit à travers des discours sectoriels liés à la pêche, aux transports ou à l’environnement (CRPM, 1995). Il n’y a jamais eu d’approche intégrée de la périphéricité et de l’ultrapériphéricité depuis les débuts de l’actuelle Union européenne, c’est-à-dire à partir de la mise en application du Traité de Rome le 1er janvier 1958. Le territoire de l’actuelle UE à 27 (Bulgarie et Roumanie incluses depuis leur entrée au 1er janvier 2007) connaît de profondes inégalités de développement. D’un côté, la dorsale européenne et les donjons économiques de l’UE, représentent 14% du territoire mais concentrent 32% de la population communautaire et 46% de son PIB. C’est là que l’on rencontre les meilleures universités, les meilleures infrastructures de R+D mais aussi les pires problèmes sociaux et environnementaux. De l’autre côté, sans qu’il y ait eu jusqu’à récemment une alternative à cette concentration spontanée cherchant à développer les périphéries, les îles éloignées et très éloignées du centre de l’Union ont souffert et souffrent toujours de périphéricité ou d’ultrapériphéricité.

2Or un nouveau contexte s’est développé qui trouve son origine dans de nouveaux éléments politiques qui n’existaient pas au début du Marché Commun, c’est-à-dire de l’Europe des Six. Il convient de mentionner d’abord l’élargissement graduel de l’Union européenne à plusieurs Etats maritimes, ce qui a obligé, petit à petit, à prendre en compte la dimension périphérique insulaire. Il y eut ensuite, à partir de 1994, la mise en place effective de la zone des 200 milles suite à l’application du nouveau Droit de la Mer. Puis, les gouvernements insulaires ont pris conscience de leur poids politique et des atouts et faiblesses de leur situation géographique. de son côté, la Commission européenne a progressivement pris en compte la dimension périphérique et ultrapériphérique d’un certain nombre de ses territoires insulaires. Enfin, une dernière dimension est alors clairement apparue: les frontières externes de l’Union européenne ne s’arrêtent pas seulement à ses territoires insulaires mitoyens de l’Europe continentale. L’Union européenne du début du XXIe siècle a une projection territoriale qui va bien au-delà des limites de la seule Europe continentale. Tels sont donc les enjeux de la périphéricité et de l’ultra-périphéricité insulaires de l’Union dans un contexte tout à fait nouveau et qui était quasi imprévisible au moment de la mise en oeuvre du Traité de Rome en 1958.

De quelles îles s’agit-il ?

3Aborder les concepts, d’îles, de périphéries et d’ultra-périphéries insulaires engagerait un autre débat relevant à la fois de la géographie théorique et de la géographie politique et de bien d’autres domaines. Il est vrai que la définition de ces îles est effectivement centrale mais il est non moins clair que différentes catégories d’îles sont identifiées officiellement par l’Union européenne et c’est sur cette base qu’elle développe ses politiques vis-à-vis d’elles. Certes, il y a des îles proches du continent européen et des îles qui en sont éloignées. Il y a des îles qui sont indépendantes et d’autres qui ne le sont pas. Aussi, afin d’éviter des définitions partant dans tous les sens, il convient de s’en tenir aux règles de classification telles qu’identifiées par l’Union européenne.

4Selon la définition Eurostat de la Commission européenne, une île est un territoire entouré d’eau, possédant au moins 50 habitants, non relié au continent par un dispositif permanent (pont, tunnel, chaussée...), distant d’au moins 1 kilomètre du continent et n’abritant pas de capitale d’un Etat membre de l’UE (Eurostat, 1994). Du coup, l’Irlande, Malte et Chypre, Etats membres de l’UE, ne sont pas considérées comme des îles au sens de la définition de la Commission européenne. Quant aux îles périphériques, la Commission européenne en a dressé la liste suivante :

  • Danemark: île de Bornholm en Baltique ;

  • Estonie: îles de Hiiumaa et de Saaremaa en Baltique ;

  • Finlande: archipel autonome des îles Aland à l’entrée du Golfe de Botnie ;

  • France: Corse ;

  • Grèce: Corfou et Iles Ioniennes, Crète, toutes les îles de la Mer Egée, archipel du Dodécanèse ;

  • Italie: Sardaigne, Iles Eoliennes, Iles Egate, Sicile, Pantelleria, Linosa, Lampedusa ;

  • Malte: Gozo ;

  • Espagne: Baléares ;

  • Suède: île de Gotland en Baltique ;

  • Royaume-Uni: Orcades, Hébrides, Shetland.

  • Sont considérées comme îles ultrapériphériques de l’Union européenne, toutes celles qui ne sont pas situées aux abords immédiats du continent eurasiatique. Il s’agit de:

  • France: Guadeloupe, Martinique, Réunion ;

  • Portugal: Madère, archipel des Açores ;

  • Espagne: archipel des Canaries.

5Cette double liste peut faire sursauter, tant en sont absentes beaucoup d’îles bien connues, qu’elles soient européennes ou non-européennes, mais appartenant toutes à des Etats membres de l’UE. Règle essentielle à retenir : toutes ces îles ont en commun de ne pas être des territoires faisant légalement et juridiquement partie de l’Union européenne. Parmi les îles européennes d’Etats membres de l’UE, on relève l’archipel des Féroé pour le Danemark, l’Ile de Man et les Iles Anglo-Normandes pour le Royaume-Uni. Dans les deux cas, il s’agit de territoires autonomes. Plus longue est la liste des îles géographiquement non-européennes appartenant à des Etats membres de l’UE. La Grande-Bretagne en recèle le plus grand nombre: les Cayman, les Turks et Caicos, les Iles Vierges, Montserrat, Anguilla pour la Caraïbe; Sainte-Hélène, Ascension, Tristan da Cunha, les Falkland, la Géorgie du Sud, les Sandwich du Sud, les Bermudes pour l’Atlantique; Pitcairn pour le Pacifique; les territoires britanniques de l’Océan Indien. La France n’est pas en reste avec ses TOM et autres collectivités d’outre-mer: Polynésie Française, Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna, Clipperton, Mayotte, Saint-Pierre et Miquelon, les Terres Australes Françaises. Les Pays-Bas ont aussi leurs îles hors UE avec les Antilles Néerlandaises et Aruba. Enfin, cette Amérique danoise qu’est le Groenland est un territoire autonome hors UE. Au total, les îles européennes ou non-européennes appartenant à des Etats membres de l’UE, mais elles-mêmes totalement hors territoire UE, représentent 2,2 millions de km2 et, chose encore plus significative, disposent d’une Zone Economique Exclusive de 11,4 millions de km2 pour une population cumulée de 1,1 million d’habitants (Source: Eurostat, 1996).

Des îles dans un rapport centre périphérie ?

6Même si le rapport centre-périphérie est nié dans certaines analyses en géographie ou dans les sciences sociales, il est pourtant très clair que tout phénomène physique ou humain à l’oeuvre sur toutes les catégories de territoires de la planète relève du paradigme «centre périphérie » (Gottmann, 1980). En d’autres mots, toute structure politico-géographique en action implique nécessairement des éléments de centralité et de périphérisme. Tous les Etats sont, d’ailleurs, parfaitement au courant du défi « centre-périphérie ». Plusieurs exemples contemporains suffisent à démontrer la réalité et le poids de la dialectique spatiale «centre périphérie » : la Grèce continentale et ses dizaines d’îles en Mer Egée, l’Italie péninsulaire et sa guirlande d’îles, la Grande-Bretagne et ses îles septentrionales connaissent quotidiennement les problèmes liés à la périphérie. Avec l’apparition de nouvelles formules politiques vers la fin du XXe siècle (île ou archipel autonome, self-government, collectivité d’outremer, etc.), une certaine forme de régionalisme insulaire revendique dorénavant ses droits face aux centres nationaux. Du coup, les rapports entre les centres continentaux et leurs périphéries insulaires sont devenus une source majeure de tensions, de conflits ou, à tout le moins, de débats politiques. Ainsi, le concept même de « centre-périphérie » appliqué aux îles périphériques et ultrapériphériques de l’Union européenne engendre à la fois une relation spécifique de complémentarité et une possibilité d’opposition et de confrontation. Il convient aussi de pendre en compte le fait que cette question centre-périphérie n’est pas seulement européenne pour ces îles mais également nationale. Il y a là une dimension géographique essentielle, à savoir leur degré d’intégration nationale à leur Etat d’appartenance. Comme on le voit aisément, les îles périphériques et ultra-périphériques évoluent dans un double relation: d’une part, une première relation, plus historique et plus ancienne, avec l’Etat dont elles font partie; d’autre part, une relation beaucoup plus nouvelle avec l’Union européenne.

7Comment doit-on comprendre cette dialectique spatiale périphérie/ultrapériphérie insulaire avec le coeur continental de l’Union européenne? Par rapport à leurs Etats continentaux d’appartenance, les îles périphériques et ultrapériphériques de l’Union ont un poids démographique modeste, voire insignifiant. Seules les îles grecques et italiennes approchent les 12% de leur population nationale respective. Pour les îles des autres Etats de l’UE, leur proportion est inférieure à 5% de leur population nationale respective. L’importance des îles périphériques et ultrapériphériques de l’Union se mesure aussi en termes de territoire. Elles ont des superficies modestes. En revanche, la Convention des Nations Unies sur le Droit de la Mer, dite aussi Convention de Montego Bay, est devenue, depuis novembre 1994, la constitution universelle de la mer. Elle a principalement édicté la notion de Zone Economique Exclusive (ZEE) dite aussi «zone des 200 milles». L’application des principes de Montego Bay a eu des incidences immédiates sur la géographie politique des mers et des océans et, en particulier, sur le domaine maritime périphérique et ultrapériphérique de l’Union. Ainsi, la ZEE du Portugal est l’une des plus grande de l’UE. Grâce à Madère et aux Açores, le Portugal possède 1,6 million de km², soit 18 fois la superficie continentale du pays. Certes, toutes les ZEE relevant d’Etats membres de l’UE n’ont pas été exploitées ou ne sont pas immédiatement exploitables. Toutefois, il faut bien comprendre que, sans la ZEE des Orcades et des Shetland, la Grande-Bretagne n’aurait jamais pu profiter des ressources halieutiques, gazières et pétrolières de la Mer du Nord qui auraient ainsi profité à la Norvège, Etat non membre de l’UE. Les 40.000 habitants de ces deux archipels contribuent à la balance énergétique et alimentaire de l’UE et cela dans des proportions sans commune mesure avec leur faiblesse numérique (Eurisles, 2002). Dans un registre différent, le positionnement de certaines îles périphériques et ultrapériphériques de l’UE dans des mers chaudes (Réunion, Martinique, Guadeloupe) ou sous des climats ensoleillés et quasi sans hiver (Corfou, Crète, Pantelleria, Lampedusa, Baléares, Canaries, Madère) les a transformé en destinations touristiques de tout premier plan. A titre d’exemple, les Canaries et les Baléares représentent plus du tiers des lits hôteliers en Espagne et accueillent 21% des séjours de cet Etat.

8Ces îles relèvent de situations extrêmement diverses. Dans un certain nombre de cas, le territoire continental le plus proche d’une île périphérique ou ultrapériphérique n’est pas celui de son Etat d’appartenance mais celui d’un autre Etat de l’UE, voire d’un pays tiers. Les distances sont très longues avec les grandes zones urbaines, les centres économiques, administratifs et politiques de l’Etat continental d’appartenance. Quatre exemples illustrent parfaitement ce paramètre circulatoire majeur. Alors qu’elle n’est distante que d’une vingtaine de kilomètres de la Turquie, Rhodes est à 560km de traversée pour atteindre Athènes. L’île danoise de Bornholm en Baltique est à 36 km de la Suède mais à 150 km de Copenhague.Bastia est à 110 km de Livourne mais à 360 km de Marseille. La Guadeloupe et la Martinique sont toutes proches de la Dominique, de Montserrat et de Sainte-Lucie avec lesquelles elles entretiennent très peu de relations. Elles sont à 500 km des côtes continentales les plus proches, celles du Venezuela mais, en réalité, l’essentiel des échanges se réalise avec la France métropolitaine située à 7000 kilomètres.

9On pourrait discuter indéfiniment sur les différences physiques et humaines île/continent concernant le rapport centre-périphérie. Ce qui paraît beaucoup plus essentiel, ce sont les différences de perceptions parmi les sociétés insulaires quant à leurs impressions par rapport au centre. De même, il est curieux de constater que peu de tentatives ont été faites pour sortir les systèmes insulaires du dilemme centre-périphérie, exceptées les expériences de la CARICOM (Caribbean Community) et du Pacific Islands Forum. Il y a quelques années, un haut fonctionnaire européen déclarait à une délégation de la Conférence des Régions Périphériques Maritimes d’Europe: «Les Etats membres n’ont pas mis en place de structures particulières pour leurs îles. Alors pourquoi voudriez-vous que la Commission européenne agisse différemment?» (Hache, 2000). Sur l’échelle centre-périphérie, les îles de l’Union européenne se calent sur différentes positions (Alexander, 1980; Sanguin, 1997). Il est ainsi possible de dégager cinq catégories insulaires sur cette échelle:

101 – Les îles auto-centrées. C’est sans aucun doute le système insulaire idéal. Le centre de l’île est clairement identifié et sa périphérie est contiguë. L’essentiel de la population vit dans l’île principale qui abrite l’aéroport international et le grand port. Malte et Madère se rattachent clairement à cette catégorie.

112 – Les îles à sous-centres régionaux. C’est la situation que l’on rencontre en Sardaigne, en Corse, aux Baléares, aux Canaries, aux Açores et dans les îles grecques de la Mer Egée. Certes, la capitale officielle de l’ensemble insulaire fonctionne comme le centre principal. Cependant, d’autres villes de moindre importance sont pourvoyeuses de services et d’activités économiques.

123 – Les îles polycéphales. La Sicile relève de cette catégorie où une combinaison de villes se répartit différentes fonctions.

134 – Les périphéries isolées. Il s’agit d’archipels localisés en angle mort au flanc d’un continent ou d’une très grande île. C’est là que les syndromes d’isolement et d’encerclement maritime sont à leur maximum. Les Shetland, les Orcades, les Hébrides, Pantelleria, Linosa, Lampedusa entrent dans cette catégorie.

145 – Les îles à partition politique. Pour des raisons liées à une forme ou à une autre de décolonisation, des îles physiquement homogènes sont coupées en deux par une frontière de jure ou de facto. L’Union européenne a deux îles traversées par ce genre de frontière: l’Irlande avec la frontière de partition de 1921 et Chypre avec la ligne de cessez-le-feu de 1974.

Une évolution perceptible mais des problèmes récurrents

15Pendant les quasi vingt premières années d’existence (1958-1978) de la Communauté Européenne (devenue l’UE), les îles périphériques et ultrapériphériques sont restées dans un no man’s land politique et juridique (Hache, 1992, 2000). La préoccupation de la Commission européenne à l’égard de ces territoires très particuliers était pratiquement absente. Petit à petit, à la faveur des adhésions successives de nouveaux Etats membres à forte composante insulaire, l’UE a accepté de façon croissante d’intégrer des acquis insulaires. Cela s’est réalisé, d’abord, par l’émergence des régions sur la scène européenne, ayant abouti à la création du Comité des Régions en 1992. Parallèlement, la politique régionale de l’UE a permis la mise en place du FEDER en 1975, des Fonds Structurels en 1989 puis du Fonds de Cohésion en 1992 (Commission des Iles, 1994). En outre, au Parlement Européen à Strasbourg, un Intergroupe des Iles s’est constitué. Les îles périphériques et ultrapériphériques vont faire leur grande entrée institutionnelle dans l’Union européenne à l’occasion de deux grands traités. En 1992, le Traité de Maastricht consacre son Article 154 à ces territoires si particuliers; puis, en 1998, le Traité d’Amsterdam leur consacre son Article 158 et son Article 299. Ces avancées ont été rendues possibles par deux événements complémentaires. D’une part, le discours d’Ajaccio (1989) de Jacques Delors, à l’époque Président de la Commission européenne, qui mentionna la possibilité de «créer un cadre général qui permettrait aux îles de surmonter leur handicaps naturel». D’autre part, le Sommet de la Guadeloupe (29-31 mars 1995) qui vit les Présidents de sept régions ultrapériphériques de l’Union européenne réaffirmer avec force la pertinence du concept d’ultrapériphéricité et surtout signer le Protocole de Coopération entre Régions Ultrapériphériques (Açores, Canaries, Guadeloupe, Guyane, Madère, Martinique, Réunion).

16Les îles périphériques ou ultrapériphériques appartenant à l’UE se considèrent fréquemment comme mal préparées ou désavantagées par rapport à un fonctionnement harmonieux du Marché Unique, de la Zone Euro et de l’Espace Schengen (Duenas Jollard, 2001). Par voie de conséquence, ces îles demandent à Bruxelles les mêmes aides financières que celles octroyées aux régions défavorisées de l’UE continentale. Ces aides plus connues sous le nom de Fonds Structurels visent à combler ce fossé. La Commission européenne a compris le problème. Même si les îles périphériques et ultrapériphériques de l’UE à 27 ne représentent qu’une infime partie de la population de l’Union, les insulaires représentent environ 15% de la population vivant dans les régions désignées Objectif 1. Ces fonds proviennent du FEDER, des Fonds Structurels, du Fonds de Cohésion auxquels se sont ajoutés ou s’ajoutent des programmes insulaires spéciaux comme REGIS, POSEI ou RECITE. Malheureusement, force est de constater que, malgré les démarches réitérées des régions insulaires avec l’appui du Parlement Européen, aucun mécanisme ou aucune structure n’existe au sein de la Commission européenne pour permettre d’élaborer une politique particulière pour les îles (Hache, 2000). Malgré l’augmentation du nombre de Commissaires portés à 27, suite à l’entrée de la Roumanie et de la Bulgarie dans l’UE le 1er janvier 2007, aucun Commissaire Européen n’est en charge des îles périphériques et ultrapériphériques!

17Les transports constituent le problème le plus évident pour les îles périphériques et ultrapériphériques de l’UE (Biggi, 2003; Eurisles, 2003). En clair, les insulaires n’ont pas la même liberté de se déplacer que les citoyens continentaux. D’un côté, les navires et les avions sont soumis aux aléas des intempéries, des grèves, des ennuis mécaniques. De l’autre, tant pour les passagers que pour les marchandises, les coûts de transport continent-île sont lourds (Eurisles, 1999). Ainsi, par exemple, il peut arriver que des produits de base (matériaux de construction, engrais, aliments pour bétail) coûtent le double que sur le continent. Dans certaines îles périphériques ou ultrapériphériques de l’UE, l’isolement peut revêtir des aspects extrêmes. Dans la petite île de Flores aux Açores, en hiver, le taux d’annulation des vols peut atteindre 50% et, quelquefois, des navires y ont jusqu’à deux mois de retard. Certains problèmes sont exacerbés par la configuration montagneuse de telle ou telle île où l’espace disponible est très limité. Ainsi, à Madère, il a fallu construire la piste de l’aéroport sur des piliers de béton en mer. L’intérieur des îles périphériques et ultrapériphériques de l’UE est de plus en plus déserté (Corse, Sardaigne, Hébrides, Orcades...). L’écartèlement de la distance joue parfois contre elles. Ainsi, les Açores comptent neuf îles pour un total de 250.000 habitants. Or, elles s’étendent dans l’Atlantique sur 600 km, soit exactement la largeur de l’Allemagne. Plus encore, les îles mineures d’un archipel périphérique ou ultrapériphérique sont soumises au phénomène de double insularité ou de surinsularité. C’est le cas des Iles Eoliennes, des Iles Egades et de celles du Détroit de Sicile pour la Sicile, de Gozo pour Malte ou du cas extrême de Kastellorizo pour Rhodes. Dans ce dernier cas, il s’agit d’une petite île de 9,2 km2 peuplée de 406 habitants et située à 110 km à l’Est de Rhodes, mais à 3 km devant la côte turque! Pour répondre aux besoins de ces communautés «surinsularisées», les gouvernements insulaires doivent démultiplier toutes les infrastructures: ports, aéroports, écoles, hôpitaux...

18Plus significative encore est l’émergence du concept de vulnérabilité insulaire. L’idée de construire un indice de vulnérabilité insulaire revient à Lino Briguglio, chercheur réputé au Islands and Small States Institute de l’Université de Malte. Dans un article stimulant publié dans la revue World Development en 1995, Briguglio précisa ce concept et en dégagea la méthodologie (Briguglio, 1995). Cet indice s’appuie sur des paramètres d’ordre physique, humain, économique, culturel et circulatoire liés à la fragilité des îles. Le Conseil Economique et Social de l’Assemblée Générale des Nations Unies, en sa séance du 6 février 1998, reprit l’intégralité de son concept pour en faire un rapport officiel (ONU, 1998). De son côté, le réseau Eurisles a mis en place toute une batterie d’indicateurs des disparités régionales engendrées par la périphéricité et l’ultrapériphéricité insulaires (Eurisles, 1997) L’indice Brigiglio et les indicateurs Eurisles ont ainsi le grand avantage de se compléter. Toutefois, il faut bien comprendre que ces indices ne sont que des outils parmi d’autres et qu’ils ne peuvent avoir une valeur universelle applicable à toutes les situations insulaires observables dans l’Union européenne. Au moins, l’on peut constater que des expériences tirées de Malte ou des entités participant au réseau Eurisles ont permis de dégager ces outils qui, auparavant, n’existaient pas.

19La périphéricité et l’ultrapériphéricité endossent des dimensions politiques multiples. En Ecosse, les îles externes des archipels ont le même type de rapport avec l’île principale qu’avec le continent. Si d’un point de vue européo-continental, nous considérons la Sicile comme une île périphérique, les Siciliens eux-mêmes tendent à se percevoir comme des continentaux par rapport aux résidents des archipels externes (Iles Eoliennes, Iles Egades, îles du détroit de Sicile). En situation de double insularité, les archipels de l’Union européenne souffrent de relations complexes en termes de rapport centre-périphérie. De même, les îles montagneuses (Corse, Madère, Réunion) requièrent une attention particulière que la périphéricité ou l’ultrapériphéricité peuvent cacher (Asin Cabrera, 1988). L’ultrapériphéricité apparaît ainsi comme un exemple extrême de périphérie maritime. La distance devient ici un facteur de grand éloignement. Or, il faut savoir que, sur les sept régions ultrapériphériques de l'UE, six d'entre elles font partie des dix régions les plus pauvres, avec un taux de chômage double de celui de la moyenne communautaire. Inversement, les îles ultrapériphériques de l’Union doivent se concevoir aussi comme lieux d’échanges avec d’autres centres, c’est-à-dire avec des espaces géographiques de proximité qui n’ont rien à voir avec l’Union européenne (Guillaumin, 1999).

Des questions en suspens

20En définitive, les îles périphériques et ultrapériphériques de l’UE ont radicalement changé de contexte en un peu plus de quarante ans. Au début des années 1960, elles n’étaient que des appendices d’Etats nationaux. Au début du XXIème siècle, elles sont devenues la périphérie d’une construction supranationale à dimension continentale, à savoir l’Union européenne. Il est très important de noter que le problème des périphéricités et ultrapériphéricités insulaires n’est pas le seul apanage de l’Europe. Le Japon a ses îles périphériques et ultrapériphériques (Senkaku, Okinawa, Iwo Jima...). Les Etats-Unis ont aussi leur lot d’îles périphériques et ultrapériphériques, tant dans la Caraïbe (Commonwealth of Puerto Rico, Îles Vierges Américaines) que dans le Pacifique (Unincorporated Territory of Guam, Commonwealth of the Northern Mariana Islands, Unincorporated Territory of American Samoa, Johnston, Midway, Wake...).

21En l’état actuel des choses, des questions capitales n’ont pas encore été tranchées et ces questions sont elles-mêmes reliées aux problèmes inhérents à l’Union européenne dont les avancées ont subi un net ralentissement depuis le rejet de la Constitution en 2005 par la France et les Pays-Bas. D’une part, faut-il une politique particulière européenne pour les îles ? Cette politique relève-t-elle de l’intégration nationale et donc du domaine des Etats membres ? Ou encore cette politique peut-elle être partagée entre l’Union et les Etats membres concernés? En matière de migrations internationales, et notamment pour tout ce qui concerne les flux illégaux et clandestins, les îles de l’Union européenne apparaissent beaucoup moins périphériques (Canaries,Caraïbe, Sicile, Corfou, Crète...) dans la mesure où elles constituent le réceptacle direct de ces flux. En matière de politique régionale, il conviendrait également de voir comment ces îles s’articulent au sein des mécanismes concrets de cette politique. Ces deux thèmes (migrations internationales et politique régionale) en eux-mêmes très pertinents et significatifs, doivent être l’objet d’études plus approfondies qui débordent les limites de cette contribution.

22La question des périphéries et ultrapériphéries insulaires de l’Union européenne renvoie à deux autres axes de réflexion. D’une part, l’exceptionnalité insulaire permet d’interroger l’ambition de la cohésion territoriale européenne et ses politiques inhérentes. D’autre part, la dimension des marges insulaires de l’espace européen ne doit pas occulter la notion de périphéricité continentale dans l’Union. Les périphéricités insulaires et continentales sont liées par certaines situations et le sont moins par d’autres.

Conclusion

23Les îles périphériques et ultrapériphériques apparaissent bien comme des territoires à part. Elles sont les révélateurs de la façon dont l’Union européenne traite ses habitants vivant dans des confins géographiques. L’avenir proche permettra de voir comment l’UE sera capable de concilier l’octroi des moyens d’une nécessaire solidarité avec les respects des particularités insulaires périphériques et ultrapériphériques. On touche là au coeur du paradoxe des îles (Hache, 2000). En intégrant ses périphéricités et ses ultrapériphéricités, l’Union européenne incorpore les richesses d’autres cultures et d’autres horizons. Ces îles lui permettent d’être présente sur beaucoup de mers du monde. Elles lui donnent l’une des plus importantes ZEE de la planète et donc l’accès à de réelles ou potentielles ressources halieutiques, gazières et pétrolières. Elles lui permettent la possession d’avant-postes au large de ses côtes ou le long des grandes routes maritimes du globe. Ces données seront devenues incontournables le jour où l’Union européenne sera dotée d’une politique étrangère et de sécurité unifiée. Plus encore, les îles périphériques et ultrapériphériques apporte à l’UE d’autres écosystèmes, d’autres cultures, d’autres identités, d’autres peuples et d’autres traditions (Fernandez Martin, 1999). En retour, elles constituent une vitrine de l’Union européenne pour les territoires étrangers qui les bordent.

Haut de page

Bibliographie

ALEXANDER L., (1980), «Centre and Periphery: The Case of Island Systems», in GOTTMANN J. (dir.), Centre and Periphery. Spatial Variations in Politics, Beverly Hills, Sage Publications, p. 135-147

ASIN CABRERA M.A., (1988), Islas y archipelagos en las Comunidades Europeas, Madrid, Tecnos.

BIGGI M. (sous la direction de), (2003), Les systèmes de transport dans les îles, Paris, Editions L’Harmattan

BRIGUGLIO L., (1995), «Small Island States and their Economic Vulnerabilities», World Development, vol. 23, p. 1615-1632

COMMISSION DES ILES (1994), Pour une politique européenne des îles, Rennes, CRPM

CONFERENCE DES REGIONS PERIPHERIQUES MARITIMES (1995), L’Europe des îles, Rennes, CRPM

DUENAS JOLLARD P. (2001), Le traitement de l’insularité en Europe, Palma de Mallorca, Publications du Gouvernement des Baléares

EURISLES (1997), Indicateurs statistiques des disparités régionales engendrées par l’insularité et l’ultrapériphéricité, Rennes, Eurisles

EURISLES (1999), Les régions insulaires et le prix du transport de marchandises intracommunautaire, Rennes, Eurisles

EURISLES (2002), Au large de l’Europe. La construction européenne et la problématique des îles, Rennes, Eurisles

EURISLES (2003), Les transports insulaires et l’UE, Rennes, Eurisles

EUROSTAT (1994), Portrait des îles, Luxembourg, Office des Publications Officielles des Communautés Européennes

FERNANDEZ MARTIN F. (1999), Iles et régions ultrapériphériques de l’Union européenne, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube

GOTTMANN J. (dir.), (1980), Centre and Periphery. Spatial Variations in Politics, Beverly Hills, Sage Publications

GUILLAUMIN P., (1999), La dimension ultrapériphérique de l’Union européenne, [En ligne] www.eurisles.com/Textes/statut/ ULTRAPERIPHERI QUEFR.htm.

HACHE J. D., (1992), «La Communauté Européenne et la reconnaissance du fait insulaire», Ultraperiferia, p. 47-66

HACHE J. D., (2000), Quel statut pour les îles en Europe / What Status for Europe’s Islands, Paris, Editions L’Harmattan

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André-Louis Sanguin, « Périphéricité et ultrapériphéricité insulaires dans l’Union européenne », L’Espace Politique [En ligne], 2 | 2007-2, mis en ligne le 03 août 2007, consulté le 29 mai 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/857 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.857

Haut de page

Auteur

André-Louis Sanguin

Professeur
Université Paris-Sorbonne (Paris IV)
alsanguin@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org