Navigation – Plan du site

Le mauvais usage de la démocratie en Côte d’Ivoire

Christian Bouquet

Résumés

Comme tous les autres pays du Sud, la Côte d’Ivoire a été invitée à s’engager, au début des années 1990, dans un processus visant à faire évoluer son mode de gouvernance vers un modèle que les pays du Nord considèrent comme universel : la démocratie à l’occidentale. En même temps, elle devait construire une forme d’identité nationale à l’intérieur de frontières héritées de la colonisation. L’exercice s’est avéré si compliqué que le pays a implosé. L’analyse des malentendus et des incompréhensions, réels ou feints, qui ont entouré la mise en place du processus démocratique en Côte d’Ivoire nous conduit à nous interroger sur le bien fondé d’une greffe qui a du mal à prendre, et à suggérer qu’on aille relire l’histoire précoloniale – fût-elle issue de la tradition orale pour tenter de comprendre les causes de ce rejet en explorant d’autres modes de gouvernement des hommes, tout en nous déprenant de notre ethnocentrisme.

Haut de page

Texte intégral

1Si l’on reprend le postulat de Raymond Aron1 – selon lequel l’espace est considéré comme cadre par la géographie politique, comme enjeu par la géopolitique, et comme théâtre par la géostratégie – la Côte d’Ivoire apparaît comme un véritable cas d’école. En effet, son territoire a été découpé par la puissance coloniale à l’intérieur d’un espace ouest-africain dépourvu de frontières, puis redécoupé pour permettre au « trop-plein » de la population sahélienne de venir pallier les manques de main d’œuvre des zones côtières et forestières (carte 1 : la Haute-Côte), puis définitivement circonscrit par des frontières à l’intérieur desquelles on attend que se construise une identité nationale. A l’évidence, la géographie a pesé lourd dans l’histoire de ce pays, notamment par la distribution zonale du climat, des sols, et des « modèles économiques » que l’on observe en Afrique de l’Ouest, ainsi que par le poids de l’enclavement des pays sahéliens. Ces données basiques, que la géographie contemporaine a tendance à minimiser, ont été réactivées à la faveur de la dernière étape en date des transferts de modèles du Nord vers le Sud : le processus démocratique. Nous proposons ici de relire l’histoire récente de la Côte d’Ivoire en soulignant, sur fond de sous-développement économique, quelques incompréhensions majeures sur le sens du vote et du suffrage universel, sur le multipartisme, sur la liberté d’expression et sur l’Etat de droit

Carte 1 : La Haute Côte

Carte 1 : La Haute Côte

L’injonction démocratique

2C’est ainsi que, comme les autres ex-colonies françaises d’Afrique subsaharienne, la Côte d’Ivoire a été invitée, le 20 juin 1990 à La Baule, à s’engager dans un processus démocratique2, dont le président Mitterrand a eu le bon goût de ne pas rappeler qu’il avait jadis existé. En effet, à la suite de la loi-cadre de Gaston Deferre (1956), les « indigènes » étaient peu à peu devenus des électeurs bénéficiant des mêmes prérogatives que les citoyens français, et ils avaient été amenés, à plusieurs reprises, à désigner au suffrage universel des représentants affichant sinon des programmes divergents du moins des étiquettes politiques contrastées. A cette époque, le Parti communiste français et la SFIO symbolisaient une « opposition » qui ratissait des voix probablement intraduisibles en termes idéologiques, mais significatives d’une certaine forme de multipartisme. Il est étrange de constater que peu d’historiens ou de politologues se sont penchés sur cette période allant de 1956 à 1962 au cours de laquelle le modèle politique occidental a été plaqué à l’identique sur les Etats nouvellement indépendants. Et il serait surtout très intéressant de suivre les mécanismes qui ont conduit tous les nouveaux présidents africains à rompre très rapidement avec cette forme de démocratie et à se transformer – pour plus de trente ans en dictateurs appuyés sur des partis uniques, sans que les anciennes puissances coloniales ne s’en offusquent, et pendant que la plupart des chercheurs restaient curieusement muets sur le sujet3.

3Ainsi, en Côte d’Ivoire, les consultations électorales de 1957-58, organisées de manière libre et transparente (comme on n’en verrait plus de sitôt), tournèrent à l’avantage du PDCIRDA4, le parti de Félix Houphouët-Boigny. C’est alors que les autres formations politiques se sabordèrent. Pourquoi et dans quelles conditions ? Il est peu probable que l’Histoire nous fournisse un jour des explications satisfaisantes. Puis, après un ultime sursaut de quelques leaders d’ « opposition » en 1959, tout le monde se coula dans le moule du PDCI. Il est vrai que le RDA fédérateur était à géométrie variable, puisque Félix Houphouët-Boigny avait été très proche du Parti communiste français au début des années 1950, avant de devenir au moment des indépendances l’un des seuls adeptes du libéralisme économique en Afrique, sans que ses pairs ne s’en émeuvent. Toujours est-il que le pays s’engagea alors dans un demi-siècle de contournement et de falsification de la démocratie, dont il semble avoir beaucoup de mal à sortir.

Le poids des habitudes

4Les mémoires des témoins de l’époque ne rapportent guère d’informations sur les réactions du « Vieux » lorsque son homologue français entreprit de lui donner des leçons de démocratie, au seuil des années 1990. Nul doute qu’il promit de se plier aux nouvelles règles, qui étaient d’ailleurs présentées comme des « conditionnalités » incontournables pour ceux qui souhaitaient pouvoir encore bénéficier de la générosité des bailleurs de fonds. Mais le vieux planteur roué qu’il avait toujours été ce qui lui avait valu d’être distingué dans un gouvernement du général de Gaulle – était assez habile pour contourner les obstacles et pour intégrer les nouvelles règles dans son mode de fonctionnement habituel.

5Coutumier, pourrait-on dire. Car Félix Houphouët-Boigny avait assis son pouvoir sur une forme de régulation de nature socio-politique (et/ou ethno-politique) probablement héritée de ses anciennes pratiques de chef traditionnel. De même qu’aucune opposition n’était admise lors des élections présidentielles, la liste des candidats aux élections législatives était établie au sein du parti unique, avec le souci de maintenir les équilibres entre des groupes de population qui avaient été rassemblés arbitrairement à l’intérieur de frontières artificielles. Les heureux « élus » bénéficiaient alors des retombées de la générosité présidentielle, largement alimentée par la Caisse de stabilisation du café et du cacao (Caistab)5 , ce qui aidait grandement à obtenir un large consensus lorsque leur avis était sollicité.

6Le président n’eut donc guère de difficulté à s’adapter à la nouvelle donne fermement suggérée par le discours de La Baule : chronologiquement, il s’offrit même le luxe d’anticiper puisqu’il instaura « le multipartisme au sein du parti unique » dès le 5 mai 1990, ce qui revenait à simplement toiletter le système antérieur. En refusant d’organiser une Conférence nationale, comme le lui demandait notamment le Parti ivoirien des travailleurs (PIT), fraîchement créé, il montrait clairement qu’il n’avait pas l’intention d’épouser l’air du temps. Et pourtant, le principe des Conférences nationales, appliqué par bon nombre de « nouvelles démocraties » africaines, présentait bien des avantages. D’une part il permettait à toutes les sensibilités de s’exprimer, et cette forme de catharsis était nécessaire après trente ans sans liberté d’expression. Et d’autre part les Conférences nationales avaient souvent joué le rôle d’assemblées constituantes. A l’évidence, une telle instance aurait pu, dès 1990, débattre de manière moins passionnelle des conditions d’éligibilité à la présidence de la République de Côte d’Ivoire, et éviter la spirale du chaos qui allait s’enclencher dès l’élection de 1995.

7En ces temps de réactivation du passé colonial et néocolonial de la France, il serait bon de s’interroger sur la position adoptée par l’ancienne métropole lors de ces deux moments-clés de l’histoire ivoirienne : 1960 et le basculement dans l’autocratie d’une part, 1990 et le contournement (détournement ?) de la démocratie d’autre part. Sur le premier, les inventeurs du concept de « Françafrique »6 ont donné des réponses qui sont parfois un peu courtes. Sur le second, on aimerait savoir pourquoi le Quai d’Orsay et la cellule africaine de l’Elysée ont observé à l’endroit du pouvoir ivoirien – on pourrait dire à l’endroit des pouvoirs successifs – une passivité coupable face à des dérives qui auraient été jugées inacceptables partout ailleurs.

L’usage biaisé du suffrage universel

8Comme nous l’avons vu, les électeurs ivoiriens avaient l’habitude d’être sollicités non pas pour choisir leur président ou leurs députés mais plutôt pour confirmer des candidats qui avaient été préalablement désignés. Il s’agissait donc d’une falsification du suffrage universel, selon un principe qui n’avait rien d’exceptionnel sur le continent africain, ce qui accentuait encore le discrédit dont pouvait souffrir l’application de ce droit élémentaire. Ainsi l’avènement d’un « vrai » processus démocratique dans les années 1990 est-il intervenu dans un contexte où le geste de déposer un bulletin dans une urne n’avait pas tout à fait le sens escompté. Malheureusement la classe politique ivoirienne n’a pas saisi ce moment pour moraliser le système. Au contraire, le pouvoir en place s’est adossé au suffrage universel pour introduire, sous couvert de démocratie, des mesures qui allaient plonger le pays dans des turbulences dont l’autocratie de Félix Houphouët-Boigny l’avait protégé jusque-là. Ce constat est délicat dans la mesure où il induit l’idée que certains pays du Sud ne sont pas « mûrs » – le terme est sans doute mal choisi – pour un système politique exogène, fût-il considéré comme celui qui doit prévaloir sur toute la planète.

9C’est pourtant en Côte d’Ivoire que l’idée de laisser s’exprimer toutes les sensibilités politiques, et donc de prendre le risque d’une alternance, a conduit l’ex-parti unique non pas à se donner les moyens de continuer à gagner les élections, mais à s’acharner à faire perdre les autres. Et, pour ce faire, on a joué sur les deux piliers de la démocratie représentative : les électeurs et les éligibles. Les deux démarches ont même été simultanées lors de l’adoption du nouveau code électoral préparant l’élection présidentielle de 1995, puisque le droit de vote fut retiré aux résidents africains non ivoiriens, tandis que l’article 49 stipulait que, pour être éligible à la présidence de la République, il fallait être né de père et de mère eux-mêmes ivoiriens de naissance. L’article 77 élargissait cette disposition à l’éligibilité des députés.

10A première vue, de telles modalités n’étaient pas scandaleuses. Pourtant, elles sont à l’origine de la crise ivoirienne. En effet, la Côte d’Ivoire accueille sur son territoire une proportion de l’ordre de 25% de ressortissants étrangers, essentiellement en raison de la politique coloniale qui avait, dès les années 1930, organisé un transfert massif de main d’œuvre entre le Mali et l’ex-Haute-Volta d’une part et la Basse-Côte d’autre part. Il s’agissait d’abord d’exploiter la forêt et de construire le chemin de fer Abidjan-Niger, puis de développer les plantations de café et de cacao. Depuis 1945, ces étrangers avaient toujours été autorisés à voter car ils étaient souvent installés dans le pays depuis longtemps, et ils constituaient un vivier de voix intéressant pour le parti unique (qui n’en avait d’ailleurs pas besoin). Revenir sur cette pratique était donc relativement logique, mais aussi dangereux dans la mesure où la question de la « nationalité ivoirienne » allait se poser, aussi bien en termes de « droit du sol / droit du sang » pour les immigrés de longue date, qu’en termes d’ « ivoirité » d’origine pour les Ivoiriens vivant dans le Nord du pays sans être forcément nés d’un père ET d’une mère « ivoiriens de naissance », du fait notamment de la proximité et de la flexibilité des frontières dans le temps7.

Ecarter les candidats…

11Les hommes politiques ivoiriens avaient-ils à ce point si peu confiance dans la sanction des urnes ? Toujours est-il qu’ils préférèrent d’abord écarter préventivement certains candidats plutôt que de laisser le peuple exprimer librement son choix. Dès la première élection présidentielle « libre » (1995), l’opposant du Nord et leader du Rassemblement des Républicains (RDR) Alassane Ouattara ne fut pas autorisé à se présenter en vertu du fameux article 498. Et pourtant, il avait été pendant trois ans le Premier ministre de Félix Houphouët-Boigny…

12La Constitution de juillet 2000, dont on avait pu espérer au moment du putsch du général Robert Gueï qu’elle solderait définitivement le problème des Ivoiriens dont l’origine n’était pas «multiséculaire»9 , réintégra cette clause d’exclusion quelques jours avant le référendum organisé pour la faire approuver10. Remplaçant l’article 49, l’article 35 exigea de nouveau que le père ET la mère du candidat soient ivoiriens de naissance, alors que, pendant plusieurs mois, les rédacteurs s’en étaient tenus à la formule « né de père OU de mère ivoiriens de naissance »11. Mais cette Constitution contenait également d’autres bonnes raisons de mettre hors-jeu bon nombre de candidats à l’élection présidentielle d’octobre 2000 : outre Alassane Ouattara, victime « ethnique », plusieurs furent écartés pour ne pas être en règle avec l’administration fiscale, un autre (appartenant à l’ex-parti unique) pour ne pouvoir faire état « d’une bonne moralité et d’une grande probité », un autre candidat PDCI, et non des moindres (Konan Bédié, ex-Chef de l’Etat), pour « ne pas avoir fait constater son état complet de bien-être physique et mental par un collège de médecins assermentés exerçant en CIV »12, tandis que quelques autres furent écartés pour « dossier incomplet ».

13A l’issue de cette « sélection », la Cour Suprême avait écarté 12 des 17 prétendants à la magistrature suprême, et n’avait finalement retenu que deux vrais candidats. En dehors du général putschiste Robert Gueï, sans étiquette puisque le PDCI lui avait refusé l’investiture, Laurent Gbagbo représentait le seul parti politique appelé à participer au scrutin, le Front populaire ivoirien. Les deux autres (PDCI et RDR) avaient été mis hors jeu.

… et écarter les électeurs.

14Mais lorsqu’il ne fut plus possible de censurer par avance les candidatures, on s’en prit aux listes électorales. A vrai dire, le ver était dans le fruit depuis 1994, d’une part en raison de l’article de la Constitution retirant le droit de vote aux résidents africains non ivoiriens, et d’autre part parce que Henri Konan Bédié s’était imprudemment engagé dans l’élaboration de la doctrine de « l’ivoirité ». Or, dans cette croisade anti-« étrangers », il bénéficiait du soutien de Laurent Gbagbo qui avait constamment stigmatisé le « vote étranger » du temps de Félix Houphouët-Boigny.

15Ce qui n’était que suspicion devint accusation claire au lendemain des élections municipales de mars 2001. Pour la première fois, après la présidentielle tronquée, et après les législatives boycottées par le RDR (voir plus bas), toutes les forces politiques en présence avaient pu participer à un scrutin, certes partiel, mais couvrant tout de même les 2/3 du corps électoral ivoirien. Et cette fois-ci l’opposition RDR arriva en tête, à la fois pour les suffrages exprimés et pour les municipalités remportées13

Carte 2 : Municipales du 25-03-2001

Carte 2 : Municipales du 25-03-2001

16Dès le lendemain du scrutin, la presse du FPI (Notre Voie) montrait du doigt la « faille du système », c’est-à-dire le « vote étranger ». Pour le pouvoir en place, il semblait évident que le RDR ne pouvait gagner sans avoir recours au traditionnel vivier des électeurs non ivoiriens, notamment burkinabè. Il allait donc falloir nettoyer les listes électorales et l’on s’y employa pour préparer le rendez-vous électoral suivant : les élections départementales de juillet 2002. Pour ce faire, des cartes d’électeur dites « sécurisées » devaient être distribuées aux seuls Ivoiriens, et elles le furent avec parcimonie, sur des critères contestables de patronyme ou de faciès. Car l’une des clés majeures de la crise ivoirienne se situe précisément dans cet amalgame dangereux introduit par la croisade pour l’ « ivoirité » : on amena une partie des Ivoiriens à penser que tous les Dioula étaient des étrangers, et on distilla dans les esprits le poison de la xénophobie à l’encontre de ceux qui n’apparaissaient pas clairement comme des « Ivoiriens de souche ». La réaction des régions septentrionales du pays au moment des législatives était emblématique de cette situation (voir infra).

17Et ce que l’on pouvait craindre se produisit: quelques jours avant les élections départementales, le RDR (parti majoritaire chez les « Dioula ») estimait que 1,2 millions d’électeurs étaient privés de ces nouvelles cartes, et le Ministre de l’Intérieur lui même admettait que 800 000 électeurs ne seraient pas en mesure de voter.

Carte 3 : Partition de septembre 2002

Carte 3 : Partition de septembre 2002

18On sait ce qu’il advint dans les semaines qui suivirent : le pays fut coupé en deux (carte3 : Partition de septembre 2002) et, même si l’affaire des cartes d’électeur n’était pas la seule cause du mécontentement des sécessionnistes, elle était symbolique de la discrimination qui s’était peu à peu installée à l’encontre des ressortissants ivoiriens vivant dans le Nord du pays ou originaires des régions septentrionales. On avait sans doute oublié ce que le leader du RDR déclarait en 1995 : « C’est le nouveau Code électoral qui a tribalisé le débat. L’origine des uns et des autres n’était pas une préoccupation en Côte d’Ivoire. […] je condamne une loi électorale qui met l’accent sur l’identité des parents, sur l’origine lointaine de tel ou tel, et qui incite les populations à penser politique en termes ethniques ou régionaux. Cela devient un point de fixation. C’est mauvais pour la démocratie et c’est mauvais pour l’unité nationale. » (Interview à Jeune Afrique, 28/09/1995).

19Malheureusement, le problème de l’identification des Ivoiriens, et donc des électeurs, est toujours au cœur de la crise puisque, malgré les accords signés par toutes les parties et qui confient cette tâche à la CEI (Commission électorale indépendante), le pouvoir en place s’obstine à vouloir contrôler le processus par le canal de l’INS (Institut national de la statistique) à la tête duquel ont été fort opportunément placés des caciques du FPI. Pire : le parti du président, qui s’était opposé frontalement au système des « audiences foraines » devant précisément servir à identifier les populations vivant sur le sol ivoirien, et qui avait été mis en place non sans mal en 2006 par le précédent Premier ministre Charles Konan Banny, continue de traîner les pieds sous le mandat du nouveau Premier ministre Guillaume Soro. Les audiences foraines constituent pourtant un mode incontestable de reconnaissance de la nationalité ivoirienne et donc de délivrance des cartes d’identité et d’électeurs.

Les malentendus sur le sens du vote

20Alassane Ouattara n’était pas pour autant un bon élève de la démocratie. Comme les autres, il lui était arrivé de « jouer » avec les nouvelles règles lorsque celles-ci lui étaient défavorables. C’est ainsi qu’il appela à voter « oui » au référendum de juillet 2000 destiné à faire adopter la nouvelle Constitution, alors que celle-ci contenait le fameux article 35 invalidant imparablement son éventuelle candidature à l’élection présidentielle. Certes, on murmure qu’il avait demandé, en sous-main, à ses partisans14 de voter « non », mais, pour éviter de voir son étoile pâlir à cause d’une défaite au référendum, il préférait faire mine de s’associer au consensus national au risque de se retrouver plus tard piégé par une mesure qu’il avait approuvée. Ce qui fut effectivement le cas, mais alors qu’espérait-il à cette époque-là ? Avait-il bien compris les mécanismes du processus qui se mettait en place, et les enseignements qu’il fallait en tirer ?

21Il y avait là comme une méconnaissance de l’essence même de l’expression démocratique. Mais la classe politique dans son ensemble paraissait engluée dans cette incompréhension, réelle ou affectée. Ainsi l’élection présidentielle d’octobre 2000, déjà discréditée par la mise à l’écart de la plupart des candidats, donna-t-elle lieu à des tentatives de trucage de la part du général Gueï, qui prétendit avoir gagné alors que les comptages le donnaient perdant. La proclamation officielle des résultats ne rassura pas pour autant, dans la mesure où les chiffres communiqués ne visaient qu’à calmer la rue alors qu’il eût probablement fallu organiser un second tour. En outre, dans leurs analyses, les militants du parti vainqueur (le FPI) négligèrent deux informations importantes : l’abstention avait été de 63%, et Laurent Gbagbo n’avait rassemblé sur son nom que 19% du corps électoral.

22A l’occasion des élections législatives qui suivirent (décembre 2000), on pouvait penser que toutes les sensibilités pourraient s’exprimer, comme le réclamait la communauté internationale, inquiète de voir le mécontentement populaire croître et s’amplifier, notamment dans le Nord du pays. C’était compter sans la Cour suprême, institution aux ordres du pouvoir, déjà responsable de l’ « hécatombe » des candidats à la présidentielle, et qui invalida – contre l’avis de la Commission nationale électorale – la candidature d’Alassane Ouattara dans son fief de Kong. « Trop c’est trop » titrait le quotidien Le Patriote dans son édition du 4 décembre 2000, qui affichait de façon prémonitoire une carte de la Côte d’Ivoire coupée en deux. De fait, une partie du pays entama une forme de sécession en chassant les fonctionnaires, estimant que, si Alassane Ouattara n’était pas considéré comme Ivoirien, toutes les régions septentrionales n’appartenaient pas à la Côte d’Ivoire.

23Mais le parti de Ouattara (le RDR) commit, lui aussi, une faute politique en préconisant le boycott des législatives, confirmant à cette occasion que les uns et les autres, en Côte d’Ivoire comme dans de nombreux pays africains, n’avaient pas bien saisi le sens d’un vote démocratique. Car nul n’attacha d’importance au nombre des abstentionnistes (près de 70%), ni au fait que certains députés du Nord furent élus avec seulement quelques centaines de voix ; on ne retint que l’absence du RDR à l’Assemblée nationale, alors qu’il aurait pu y être numériquement majoritaire15 . Les jeunes démocraties africaines ne semblent pas avoir compris que l’arme du boycott n’a aucun sens car son effet de protestation ne dure pas dans le temps, alors qu’elle peut réduire au silence, de manière tout à fait démocratique, le parti concerné pendant plusieurs années.

24Ce « malentendu » persistant autour de la mise en place du processus démocratique en Côte d’Ivoire s’est de nouveau illustré en octobre 2005 lorsque s’acheva le mandat de Laurent Gbagbo à la tête de l’Etat, et en décembre de la même année lorsque se termina la mandature des députés. Les débats qui agitèrent la classe politique et qui mobilisèrent plusieurs médiations internationales ont montré, hélas, que la question de la légitimité d’un élu par rapport à la délégation que lui ont donné les électeurs était fort mal comprise. Certes, la Constitution ivoirienne n’est pas un modèle de rigueur16 et n’avait été écrite que pour son article 35, mais la classe politique aurait dû unanimement faire prévaloir l’orthodoxie en la matière. De telle sorte que le pays est actuellement dirigé par un chef d’Etat maintenu artificiellement à ce poste par une première décision de la communauté internationale (la résolution 1633 des Nations unies d’octobre 2005), puis par une seconde (la résolution 1721 de novembre 2006), mais qui n’est plus réellement le président des Ivoiriens ; pas davantage que les députés ne sont, à ce jour, les représentants du peuple. On a d’ailleurs assisté au spectacle affligeant d’élus insistant pour continuer à siéger dans une Chambre illégitime simplement pour percevoir les émoluments attachés à leur (ancienne) fonction17. Une nouvelle session parlementaire s’est même ouverte en octobre 2007, soit près de deux ans après la fin du mandat de ces parlementaires.

Quel multipartisme ?

25Dans l’esprit des occidentaux, le multipartisme fait partie intégrante du processus démocratique. Il a un sens qui s’est construit au fil de l’histoire : il s’agit de permettre l’expression souvent contradictoire – voire antagoniste – de courants d’idées qui recouvrent des choix de société. Après trente ans de culture de parti unique, les pays africains ont éprouvé des difficultés à intégrer la notion de multipartisme, et la synthèse qu’avait proposée Félix Houphouët-Boigny (le multipartisme au sein du parti unique) n’aurait peut-être pas dû faire sourire, car il amorçait ainsi calmement une évolution qui avait besoin de temps.

26Mais les opposants (et les bailleurs de fonds) étaient pressés. Un ou plusieurs maillons de la chaîne ont donc sauté dans l’urgence et les nombreux partis nés à la faveur de la vague démocratique des années 1990 se sont construits autour des hommes qui les avaient fondés, avec comme base militante leurs proches, puis leurs familles élargies au groupe ethno-linguistique dont elles étaient issues. Nulle part en Afrique on n’a retrouvé les dynamiques nationalistes militantes des années 1960, et notamment les fondements idéologiques véhiculés, entre autres, par la FEANF (Fédération des étudiants d’Afrique noire en France) au seuil des indépendances18.

27Ce déficit idéologique est un handicap supplémentaire dans le processus démocratique, et la Côte d’Ivoire ne fait pas exception. Si l’on cherche à connaître la « couleur » politique de chacun des trois grands partis actuellement en lutte pour le pouvoir – du moins à l’aide de notre grille de lecture habituelle – on est bien en peine de distinguer une « gauche » d’une « droite ». Certes, le FPI de Laurent Gbagbo s’affiche comme « socialiste » car il est membre de l’Internationale socialiste. Mais on a peine à le croire quand on entend ou quand on lit le discours néo-libéral de Mamadou Koulibaly, président de l’ex-Assemblée nationale et idéologue du parti. Par ailleurs, les nombreuses atteintes aux droits de l’homme perpétrées par le régime en place auraient dû, à l’évidence, valoir au FPI son exclusion de l’IS.

28Pour les deux autres (le PDCI et son ancien rejeton le RDR), la catégorisation se fait par rattachement virtuel à un courant politique français : de même qu’on disait Laurent Gbagbo « proche des socialistes », on considère que Henri Konan Bédié est « proche de Chirac », et l’on entend parfois affirmer que Alassane Ouattara est « proche de Sarkozy ». Entendons-nous bien : il ne s’agit pas d’en déduire les grandes lignes d’un quelconque programme politique, mais plutôt de donner des indications sur les soutiens que les uns et les autres peuvent espérer le moment venu.

29Car il n’y a pas de programme. Depuis près de dix ans, la « démocratie » ivoirienne s’est cristallisée sur la nationalité de son ancien Premier ministre et, par extension, sur l’identité d’une partie des habitants du pays. Il est vrai que le développement économique et social est, depuis une vingtaine d’années, entre les mains des institutions de Bretton Woods et que les hommes politiques n’ont guère de prise sur ce secteur. Mais on aurait pu espérer qu’un certain nombre de thèmes majeurs soient débattus, ne serait-ce que pour sensibiliser une population encore largement analphabète à la marche générale du monde.

30Au lieu de cela, on continue à fonctionner à la manière des anciens chefs traditionnels, avec les vieilles pratiques de courtisanerie, le clientélisme, les alliances tactiques contre nature, la prévalence des intérêts familiaux ou lignagers sur l’intérêt de la collectivité. « On nous a oubliés ! » se plaignaient les militants du FPI après un an de pouvoir de Laurent Gbagbo, exigeant « des laissez-passer pour les militants, notamment pour faciliter l’accès aux cadres qui se trouvent dans l’administration. Car les militants du parti au pouvoir ne doivent pas être logés à la même enseigne que les autres citoyens. »19.

31Quelques mois auparavant, quelques députés du PDCI exprimaient à peu près la même chose en déclarant qu’ils « n’avaient pas la culture »20 d’opposition . Ainsi apparaît-il de plus en plus nettement que la greffe de la démocratie occidentale (et du multipartisme) n’a pas parfaitement pris en Côte d’Ivoire. On hésite à rapprocher le multipartisme du multiethnisme car le concept d’ethnie n’a pas bonne presse ces temps-ci – mais les cartes électorales dressées à l’occasion des deux derniers scrutins organisés en Côte d’Ivoire (carte 2, et carte 4 : Départementales du 07-07-02) méritent d’être comparées à celle des grandes familles linguistiques en Afrique de l’Ouest (carte 5 : les grandes familles linguistiques).

Carte 4 : La scission de la Côte d’Ivoire

Carte 4 : La scission de la Côte d’Ivoire

Carte 5 : Les grandes familles linguistiques

Carte 5 : Les grandes familles linguistiques

Les ratés de la liberté d’expression

32Deux autres marches semblent avoir été manquées par la Côte d’Ivoire dans son passage à la démocratie : la liberté d’expression et l’Etat de droit. Après trois décennies de presse officielle et étroitement contrôlée, la libération de la parole dans les journaux, les radios et les télévisions a donné lieu à un retour de balancier excessif. Autrefois chroniquement flagorneurs, les journalistes dont beaucoup étaient autoproclamés profitèrent du vent nouveau pour exercer leur métier autrement, souvent à distance éloignée des règles élémentaires de la déontologie. En raison de la crise économique et de la faiblesse de leurs revenus, beaucoup vendirent leur plume aux plus offrants et finirent par croire qu’il s’agissait là du fonctionnement normal d’une presse démocratique. Il s’ensuivit de nombreuses dérives que l’OLPED21 ne parvint pas à juguler.

33Mais l’incompréhension et le malentendu touchèrent surtout la presse étrangère, que la classe politique ivoirienne, bien relayée par les médias locaux, fustigeait chaque fois qu’elle prenait une position défavorable à la Côte d’Ivoire ou au parti au pouvoir. L’assassinat de Jean Hélène en octobre 2003 et la disparition de Guy-André Kieffer en avril 2004 illustrèrent tragiquement cet état d’esprit. Plus généralement, le gouvernement ivoirien réduisit systématiquement au silence les médias étrangers à chaque montée de tension : après les événements de septembre 2002, la BBC, RFI, Africa n° 1, TV5 et Radio Nostalgie furent interdits pour plusieurs mois, et leurs journalistes souvent menacés. Le ministre de l’Information avait d’ailleurs déclaré à ce sujet : « La garantie de sécurité des journalistes, c’est la qualité de leur information. » On ne saurait mieux dire…

34C’est surtout RFI qui fit les frais de cette forme de xénophobie médiatique, parce qu’on la soupçonnait de donner trop complaisamment la parole aux opposants ou aux rebelles. C’està-dire de traiter l’information comme cela doit être fait en pays démocratique. Il est intéressant de noter que la « radio mondiale » se heurte souvent à ce genre de critique dans un certain nombre de pays africains22, alors qu’elle fonctionne sans aucun problème dans le reste du monde, et que ses journalistes passent pour des professionnels de grande qualité. En fait, c’est la crise de la presse ivoirienne qui est profonde. Les négociateurs de Marcoussis ne s’y étaient pas trompés en exigeant « dans un délai d’un an, le renforcement des autorités de régulation de la presse ». On était en janvier 2003. Ils avaient sans doute en tête, entre autres débordements, l’éditorial diffusé par la RTI (Radio-Télévision ivoirienne) sur l’ensemble du pays au soir du 6 octobre 2002 dans lequel le chroniqueur appelait « à chasser les Burkinabè de Côte d’Ivoire, au moins 500 000 Burkinabè, pour commencer à être tranquille. » Et pourtant, rien n’a été fait depuis, ainsi que le soulignait « Reporters sans frontières » dans un rapport de mai 2005 intitulé « Il est temps de désarmer les esprits, les plumes et les micros ». On a même assisté, en janvier 2006, à une agression physique par les partisans de Laurent Gbagbo de la ministre de la Communication, venue demander au siège de la RTI d’Abidjan que le point de vue du Premier ministre soit diffusé…

35Il existe donc, là encore, une forme de malentendu par rapport au pluralisme et à la liberté de l’information, qui sont des piliers d’une démocratie bien comprise. Or, à Abidjan peut-être plus qu’ailleurs – car les journaux sont nombreux – c’est la presse qui fait l’opinion, dont la réactivité est immédiate, que ce soit de la part des « titrologues » qui commentent chaque matin en s’échauffant les titres des quotidiens étalés sur les trottoirs, ou des imprécateurs de la « Sorbonne » qui attisent les haines au quartier du Plateau, ou encore et surtout des Jeunes Patriotes, en réalité les miliciens du pouvoir, qui se sont signalés à plusieurs reprises en incendiant les échoppes de presse. Une exploration systématique du quotidien du FPI Notre Voie permettait de pointer, rien que pour l’année 2000, plus de 50 articles qui auraient été, dans la plupart des pays démocratiques, passibles des tribunaux pour incitation à la haine raciale. De même que plusieurs de ses confrères, ce quotidien a continué à narguer la loi en toute impunité.

Un Etat de non droit

36Car, last but not least, le mauvais ménage de la Côte d’Ivoire avec la démocratie est également illustré par une véritable culture de l’impunité, entretenue par la corruption (au sens de corrosion) à peu près totale de la justice. On murmure que le seul vrai procès qui s’est tenu à Abidjan depuis l’avènement de Laurent Gbagbo fut celui de l’assassin du journaliste Jean Hélène. Encore fallut-il que Paris exerçât de vives pressions sur le pouvoir ivoirien, ce qui soulignait au passage que la justice ne disposait d’aucune indépendance par rapport au pouvoir exécutif.

37Il y eut bien une parodie de procès pour juger les présumés coupables du charnier de Yopougon23, mais « l’événement », qui aurait été l’occasion pour le pays de prendre de bonnes habitudes, s’acheva par un non-lieu. Par la suite, les quelques manifestations organisées par l’opposition dégénérèrent systématiquement, faisant à chaque fois de très nombreuses victimes souvent abattues ou « braisées » par des civils, qui ne furent jamais inquiétés. C’est ainsi que la marche du 25 mars 2004, qualifiée de « tuerie indiscriminée de civils innocents » par le rapport d’enquête des Nations unies, se solda par plus de 500 morts victimes pour la plupart « d’éléments civils irrégulièrement armés et en uniforme [qui] auraient pris part à ces agissements aux côtés des forces de défense et de sécurité. ». Ce n’était pas la première fois que l’organisation internationale pointait ainsi du doigt les débordements des supplétifs du pouvoir en place. Quelques mois plus tôt, elle avait appelé l’attention sur l’impunité dont jouissaient les fameux « escadrons de la mort », qui avaient effectivement réduit au silence un certain nombre d’opposants, de journalistes et même d’artistes suspectés de désapprouver la politique conduite par le FPI. Mais il faudra sans doute attendre encore longtemps avant que justice ne soit rendue.

38Dans un tel contexte, il serait angélique de croire que la partie septentrionale du pays pouvait donner une meilleure image. Dans son rapport n° 4 publié en février 2006, la Division des Droits de l’homme des Nations unies dénonçait à nouveau une multitude d’exactions commises pendant les six derniers mois de l’année 2005. Elle concluait invariablement : « Les violations des droits de l’homme sus-mentionnés n’ont pas été suivies des enquêtes sérieuses menées par les autorités compétentes d’une zone comme de l’autre afin d’identifier les auteurs de ces actes et les soumettre à la rigueur de la loi. Ce qui met en relief la persistance de l’impunité en Côte d’Ivoire. Pour juguler ce fléau, il faut que des mesures diligentes et appropriées soient prises en vue du fonctionnement normal de la justice sur l’ensemble du territoire national. »24.

39Il a été particulièrement intéressant de noter que, lorsque la justice française a sanctionné le général Poncet, soupçonné d’avoir couvert le meurtre d’un suspect dans l’Ouest du pays, les réactions ivoiriennes ont été quasiment inaudibles. Comme si ce silence était à la fois approbateur (voilà ce qu’il faudrait faire) et impuissant (mais nous n’en sommes pas là avec notre justice…).

Point d’orgue : un exécutif de « sortie de crise » dirigé par deux acteurs illégitimes

40Depuis la grande fracture ivoirienne de septembre 2002, c’est la communauté internationale – échaudée par le génocide du Rwanda en 1994 – qui a pris en charge la sortie de crise. Au grand mécontentement de Laurent Gbagbo et de son parti (le FPI) qui ne voyaient pas d’un bon œil les agissements de l’Union africaine, des Nations unies (ou de la France), visant à organiser dans les meilleures conditions la nouvelle élection présidentielle prévue pour octobre 2005. De telle sorte que tous les accords, de Marcoussis à Pretoria II en passant par Acra I, II et III et Pretoria I, et toutes les résolutions de l’ONU – une bonne vingtaine en quatre ans – ont été systématiquement contournés par le pouvoir en place, au vertueux motif que les dispositions préconisées étaient imposées de l’extérieur.

41Aussi est-ce sans surprise qu’au lendemain de la dernière en date des résolutions du Conseil de Sécurité (la 1721 de novembre 2006) on vit Laurent Gbagbo déclarer qu’il préparait de son côté une initiative ivoiro-ivoirienne pour mettre fin à la crise : le « dialogue direct », sous-entendu entre le gouvernement et l’ex-rébellion. Et, après de nombreuses et longues tractations facilitées ironie de l’histoire – par le chef de l’Etat burkinabè Blaise Compaoré, longtemps accusé d’être à l’origine de la déstabilisation, cette démarche aboutit à l’accord de Ouagadougou du 4 mars 2007.

42Certes, les avancées annoncées étaient spectaculaires : mise en extinction de la ZDC (zone de confiance), c’est-à-dire fin de la partition du pays, donc départ progressif des troupes étrangères (plus de 8 000 casques bleus de l’ONUCI et 3 500 soldats de la force française Licorne) ; désarmement des supplétifs du Nord et des miliciens du Sud ; mise en place d’un commandement militaire intégré ; identification des Ivoiriens ; rétablissement des listes électorales ; et organisation des élections dans un délai de 10 mois. En matière de respect des accords internationaux, on était dans un cas d’école, car le nouveau texte faisait semblant d’oublier que Laurent Gbagbo n’était maintenu au poste de Chef de l’Etat par la résolution 1721 que jusqu’en octobre 2007 (« au plus tard »). De même faisait-on peu de cas des sanctions prévues par les Nations unies contre ceux qui s’étaient livrés à des exactions (notamment dans le cadre des Escadrons de la Mort) : une loi d’amnistie allait régler le problème. Enfin, on en appelait à la levée de l’embargo sur les armes, au cas où…

43Mais le comble du paradoxe s’est situé au cœur même du concept de démocratie. En effet, les signataires (et principaux bénéficiaires) de l’accord de Ouagadougou sont les acteurs les moins légitimes du paysage politique ivoirien : l’un a achevé son mandat régulier de président de la République depuis octobre 2005, et n’est artificiellement prolongé comme Chef de l’Etat que par une décision de la communauté internationale ; et l’autre est un chef rebelle qui, après avoir tenté un coup d’Etat contre le précédent en septembre 2003, est largement responsable de la partition du pays qui a suivi le putsch manqué. A contrario, l’opposition légale, notamment les deux grands partis PDCI et RDR, celle qui dispose d’une certaine forme de délégation de pouvoirs par les électeurs, n’a pas participé aux négociations de Ouagadougou, et n’a donc pas signé l’accord. Si la Côte d’Ivoire – ce que l’on ne peut qu’espérer – parvenait néanmoins à sortir de la crise qui la déchire depuis 1999, on pourrait être amené à s’interroger sur le bien fondé d’un processus démocratique dont le contrepoint s’avère nettement plus efficace…

Conclusion

44S’il est vrai que la Côte d’Ivoire fait un mauvais usage de la démocratie, et si le tableau finit par être accablant, on peut lui accorder des circonstances atténuantes. Outre le fait qu’elle n’est ni le seul pays africain dans ce cas ni le pire, elle dispose peut-être de bonnes raisons pour résister à ce transfert de modèle et pour afficher aussi ostensiblement des signes de rejet d’une greffe occidentale qu’on lui a imposée sans doute un peu trop rapidement.

45Là encore – et sans trop flirter avec le culturalisme dont le tabou est toujours puissant il conviendrait d’interroger (ou de réinterroger) les historiens et les anthropologues. Quel était le mode de gouvernement des hommes dans les espaces où fut artificiellement dessiné l’actuel territoire de la Côte d’Ivoire ? Sur quels critères les chefs étaient-ils désignés ? Comment s’y prenaient-ils pour asseoir leur pouvoir ? Sous quelle forme pouvait s’exprimer une éventuelle opposition ? Celle-ci reposait-elle sur une véritable idéologie alternative ? Pouvait-on imaginer une forme de multipartisme qui serait autre chose qu’un reclassement multiethnique ? En cas de prise de décision concertée, appliquait-on la logique arithmétique du vote majoritaire ? De quelle manière la justice était-elle rendue, et que reste-t-il aujourd’hui des règles coutumières ?

46On pourrait ainsi multiplier les questions. Nul doute que l’accumulation des réponses finirait par dessiner un cadre de pensée qui « nous » semblerait trop éloigné de « nos » paramètres, donc trop rigide pour se couler dans le moule. Mais il existe aussi des invariants, et lorsque Montesquieu estimait que «la démocratie ne peut fonctionner que si les êtres sont vertueux», il n’avait pas prévu d’exception pour la classe politique ivoirienne.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BASSETT Th., 2003, « Nord musulman et Sud chrétien: les moules médiatiques de la crise ivoirienne », Afrique contemporaine, n° 206, p.13-28
DOI : 10.3917/afco.206.0013

BAZIN L., 1999, « Domination extérieure et dénonciations ethniques en Côte d’Ivoire », Autrepart,  n° 10, p.77-90

BOIS de GAUDUSSON J. du, 2003, « L’accord de Marcoussis, entre droit et politique », Afrique contemporaine, n° 206, p.41-56

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BOUQUET C., 2002, « Election des conseils généraux en Côte d’Ivoire (juillet 2002) : une géographie politique encore brouillée », Cahiers d’Outre-Mer, n° 219, p.345-350
DOI : 10.4000/com.1026

BOUQUET C., 2003a, « Côte d’Ivoire, quatre consultations pour une transition (décembre 1999 – mars 2001) », L’Afrique Politique 2002, p. 313-342

BOUQUET C., 2003b, « Le poids des étrangers en Côte d’Ivoire », Annales de Géographi,e n° 630, p.115-145

BOUQUET C., 2003c, « Etre étranger en Côte d’Ivoire : la nébuleuse “dioula”, Géopolitique Africaine, n° 9, p.27-42

BOUQUET C. (2005), Géopolitique de la Côte d’Ivoire, Paris, Armand Colin.

CABRILLAC B., 2000, « Les aspects économiques et financiers de la crise ivoirienne », Afrique contemporaine, n° 193, p.38-44

CAMPBELL B., 2000, « Réinvention du politique en Côte d’Ivoire », Politique africaine, n° 78, p.142-156

C.D.R., 2000, « L’armée ivoirienne, de la marginalisation à la prise de pouvoir », Afrique contemporaine, n° 193, p.9-12

CHALEARD J.-L., 2003, « La Côte d’Ivoire éclatée », Géopolitique Africaine, n° 9, p.9-20.

CHAUVEAU J.-P., 2000, « Question foncière et construction nationale en Côte d’Ivoire », Politique africaine, n°78, p.94-125

CHEVASSU J.-M., 2001, « La crise sous la crise ou l’impossible compétitivité : quarante ans d’industrialisation en Côte d’Ivoire », Afrique contemporaine, n° 198, p.10-28.

COULIBALY T., 2003, « Lente décomposition en Côte d’Ivoire », Le Monde Diplomatique, mars, p.24-25

DOZON J.-P., 2000, « La Côte d’Ivoire au péril de l’ “ivoirité” », Afrique contemporaine, n° 193, p.13-23

DOZON J.-P., 2000, « La Côte d’Ivoire entre démocratie, nationalisme et ethnonationalisme », Politique africaine, n° 78, p.45-62.

INADES, 2003, Regards sur le Foncier Rural en Côte d’Ivoire, NEI-CERAP, 216 p.

JARRET M.-F. et MAHIEU F.-R., 2002, La Côte d’Ivoire, de la déstabilisation à la refondation, Paris, L’Harmattan.

KIEFFER G.-A., 2000, « Armée ivoirienne, le refus du déclassement », Politique africain,e n° 78, p.25-44

LE PAPE M. et VIDAL C., 2002, Côte d’Ivoire, l’année terrible 1999-2000, Paris, Karthala.

LE PAPE M., 2003, « Les politiques d’affrontement en Côte d’Ivoire 1999-2003 », Afrique contemporaine, n° 206, p. 29-40

LOSCH B., 2000, La Côte d’Ivoire en quête d’un nouveau projet national, Politique africaine n° 78, p. 5-25

MAHIEU F.-R., 2003, « La faillite de “l’Etat minimal” », Géopolitique Africaine n° 9, p. 21-26.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ROUBAUD F., 2003, « La crise vue d’en bas à Abidjan : ethnicité, gouvernance et démocratie », Afrique contemporaine, n° 206, p. 57-86.
DOI : 10.3917/afco.206.0057

Haut de page

Notes

1  1984, Paix et guerre entre les nations, 8ème éd. depuis 1962, Calmann-Lévy.

2  On pourra se reporter à : Bouquet C., « Du mauvais usage de la démocratie en Afrique », Géopolitique Africaine n° 14, printemps 2004, p. 237-254.

3  Non pas sur les dictatures établies, mais sur le processus de dérive (1956-1962) qui les a précédées.

4  Parti démocratique de Côte d’Ivoire, affilié au Rassemblement démocratique africain.

5  Outre l’aide internationale, d’autres caisses étaient également ponctionnées à cet effet : la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS), constamment asséchée au détriment des salariés, et la Caisse autonome d’amortissement (CAA). Sur le sujet, on pourra lire Bouquet (C.), 2005, Géopolitique de la Côte d’Ivoire, A. Colin, et Gombeaud (J.-L.), Moutout (C.) et Smith (S.), 1990, La guerre du cacao, Calmann-Lévy.

6  Voir notamment VERSCHAVE (F.-X.), 2000, Noir silence, Les Arènes.

7  On rappellera que les deux tiers de l’actuel Burkina Faso firent partie de la Côte d’Ivoire entre 1933 et 1947 (cf. carte 1).

8  Il respecta d’ailleurs la règle du jeu : « Le nouveau code électoral ne me permet pas d’être candidat. Et comme je suis attaché à la légalité, il ne m’est pas possible de faire acte de candidature. Je ne veux pas violer la loi. » (Interview dans Jeune Afrique du 28/09/1995)

9  Selon la définition donnée, sans humour, par le professeur Aimé Kipré, historien et promoteur, parmi d’autres universitaires, de la théorie de l’ivoirité.

10  Du fait de la publication tardive du texte final de la Constitution, le référendum aurait été invalidé dans n’importe quel pays démocratique. Cette idée n’a jamais été évoquée en Côte d’Ivoire.

11  On avait pu croire que le général Robert Gueï avait pris conscience de la montée des périls lorsqu’il avait déclaré aux députés, peu après le Coup d’Etat : « Vous avez semé le vent, vous récoltez la tempête. » Mais il se ravisa in extremis.

12  En exil à Paris après le coup d’Etat de décembre 1999, Henri Konan Bédié n’était pas autorisé à rentrer dans son pays. Il ne pouvait donc pas se soumettre à l’examen de « médecins assermentés exerçant en Côte d’Ivoire ».

13  Le RDR remporta en particulier le fief du FPI (Gagnoa) et le bastion du PDCI (Bouaké).

14  Ils se retrouvent en partie dans les 35% d’abstentionnistes et les 14% de « non ».

15  Des projections établies à partir des résultats des élections municipales, corrigées en fonction de la spécificité de ce scrutin (surtout urbain) et des cas de figure ayant pu brouiller l’analyse (triangulaires, voire quadrangulaires) dessinaient une Assemblée nationale virtuelle (mais probablement peu éloignée de ce qu’auraient donné des élections libres et transparentes) où le RDR aurait disposé de 75 à 80 sièges, le PDCI de 65 à 70, le FPI de 55 à 60 et l’UDPCI de 5 à 10. Voir à ce sujet : Bouquet C., « Elections des conseils généraux en Côte d’Ivoire : une géographie politique encore brouillée », Cahiers d’Outre-Mer n° 219, juillet-sept. 2002, p. 345-350.

16  Ainsi ne prévoit-elle pas la dissolution de l’Assemblée nationale…

17  Lire à ce sujet : Bouquet (C.), « Côte d’Ivoire : le bout du tunnel ? », Géopolitique Africaine, n° 22, avril 2006, p. 151-164

18  La récupération du thème nationaliste par les partisans de Laurent Gbagbo relève davantage de l’opportunisme politique (et de la théorie du complot) que du combat idéologique. Lire à ce sujet : Bouquet (C.), « Côte d’Ivoire: guerre coloniale ou guerre civile ? », Géopolitique Africaine n° 17, hiver 2005, p. 9-22.

19  Notre Voie, 22/07/2001.

20  Au moment de l’élection présidentielle, certains cadres du PDCI avaient ainsi rallié le camp du général Robert Gueï, anticipant (à tort) sur un résultat qu’ils croyaient acquis. Après la victoire de Laurent Gbagbo, la plupart des députés de l’ancien parti unique choisirent de s’allier au FPI afin de glaner quelques portefeuilles ministériels. A l’évidence, ils manquaient de « culture d’opposition ».

21  Créé en 1995 à l’initiative de plusieurs journalistes chevronnés, l’OLPED (Observatoire de la Liberté de la Presse, de l’Ethique et de la Déontologie) se réunissait chaque semaine et prononçait des mises en garde sur la base d’une grille de lecture en 9 points (injure, incitation à la révolte et à la violence, incitation au tribalisme et à la xénophobie, incitation au fanatisme religieux, non-respect de l’équilibre dans le traitement de l’information, non-respect de l’esprit de confraternité, incitation à la débauche, atteinte aux bonnes mœurs et à la morale, atteinte à la dignité humaine). Il y eut ainsi 3 200 avertissements en 5 ans…

22  On rappellera que la chaîne internationale a également connu, depuis 2000, des périodes de censure par coupure de l’émetteur FM au Sénégal, en Mauritanie, au Togo et à Djibouti (où elle est toujours fermée). En Côte d’Ivoire, après six mois de silence (septembre 2002 – mars 2003), RFI a de nouveau été coupée pendant 10 mois à la suite du compte-rendu du passage à tabac (mortel) d’un officier ivoirien qui sortait d’un dîner à l’ambassade de France (juillet 2005). Ce réflexe récurrent révèle une conception étrange de la liberté de l’information.

23  Outre les 57 cadavres découverts le 27 octobre 2000 dans ce quartier périphérique de la capitale, les affrontements (qui avaient surtout pris la forme d’une gigantesque « chasse aux Dioula ») de ces journées d’émeutes firent officiellement 155 morts, 316 blessés et 50 disparus. Aucune enquête n’a été ouverte pour déterminer les responsabilités de ces tueries.

24  Ce rapport est disponible sur le site des Nations Unies. URL : www.un.org et

www.un.org/french/peace/cu_mission/onuci

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : La Haute Côte
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/894/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Carte 2 : Municipales du 25-03-2001
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/894/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Carte 3 : Partition de septembre 2002
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/894/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Carte 4 : La scission de la Côte d’Ivoire
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/894/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Carte 5 : Les grandes familles linguistiques
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/894/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Bouquet, « Le mauvais usage de la démocratie en Côte d’Ivoire », L’Espace Politique [En ligne], 3 | 2007-3, mis en ligne le 22 décembre 2007, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://espacepolitique.revues.org/894 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.894

Haut de page

Auteur

Christian Bouquet

Professeur de géographie politique à l’université de Bordeaux 3
bouquet@u-bordeaux3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org