Navigation – Plan du site

La périphérie négociée. Pratiques quotidiennes et jeux d’acteurs autour des mobilités transfrontalières entre la Roumanie et la Moldavie

Negociated Periphery. Transborder Mobilities between Romania and the Republic of Moldova: Daily Practices and Actors' Strategies
Bénédicte Michalon

Résumés

La République de Moldavie fait partie des Etats situés de l’autre côté de la nouvelle frontière orientale de l’UE et intégrés à la Politique européenne de Voisinage. Ils sont soumis à une politique ambivalente, notamment à propos des frontières qu’ils partagent avec l’Europe élargie. La Moldavie est-elle donc une périphérie de l’UE, et quelles sont les modalités de construction de cette relation par nature asymétrique ? Il serait tentant de croire que l’Europe communautaire mène la danse. Cet article cherche toutefois à identifier d’autres acteurs de la construction territoriale de l’Europe et de ses voisins. L’objectif est de comprendre la construction « par le bas » de la position de périphérie ainsi que sa structuration interne. Ainsi, la « mise en périphérie » des voisins de l’UE - ici la Moldavie - procède tout autant de pratiques et modes de vie des habitants que des politiques initiées depuis Bruxelles. La circulation à vocation marchande analysée va de la Moldavie à la Roumanie. Elle engendre des relations sociales, économiques, politiques voire identitaires entre les deux versants de la frontière et participe ainsi à la consolidation d’un territoire transfrontalier. Des tensions résultent de ces deux logiques croisées, européenne et locale, perceptibles dans le niveau d’intégration ou de marginalisation des périphéries de l’UE.

Haut de page

Texte intégral

1Début janvier 2007, quelques jours après l’entrée de la Roumanie dans l’Union européenne (UE), les télévisions roumaines diffusent en boucle des images de Moldaves faisant la queue, des heures durant, devant le Consulat de Roumanie à Chişinău pour y déposer une demande de visa pour la Roumanie. Un mois plus tard, Sergueï Lavrov, Ministre russe des Affaires étrangères, se déclare insatisfait de l’absence de réaction de l’Union européenne face à l’attribution par la Roumanie de sa citoyenneté aux ressortissants moldaves. Par la suite, les autorités moldaves - le Président Vladimir Voronin en tête - accusent la Roumanie de menacer la sécurité et la stabilité de leur pays et de faire montre de duplicité à l’égard de celui-ci, alors même que le régime moldave mène une intense politique de création d’une identité nationale moldave (Heintz, 2005). Sont en cause, à nouveau, les questions de la citoyenneté, des visas, et, pour clore, du traité sur la frontière que la Roumanie et la République de Moldavie doivent signer. La réaction de l’Europe communautaire vient enfin lorsque Franco Frattini, Commissaire à la Justice, accorde le 16 mars 2007 son soutien aux démarches entreprises par les autorités roumaines.

2Les démêlés diplomatico-politiques entre les deux Etats ne sont pas récents. L’intégration européenne de la Roumanie leur a toutefois donné un nouvel essor. L’enjeu est de taille : pour la Roumanie, il s’agit de remplir son rôle de nouvelle frontière orientale de l’Union, tout en préservant les liens spécifiques qui l’unissent la Moldavie voisine. Pour la République de Moldavie, il s’agit de trouver sa place, entre les aires d’influence européenne et russe qui s’entrechoquent, de mettre en oeuvre une politique de promotion d’une identité nationale moldave destinée notamment à distinguer la nation moldave de la nation roumaine et de légitimer l’existence de l’Etat moldave (Demian, 2004). Tout cela dans un contexte particulier : le régime en place ne parvient à redresser l’économie, ni à résoudre le conflit de Transnistrie, qui représente un facteur de déstabilisation majeur. Loin des centres névralgiques de l’UE et de la Russie, la Moldavie cherche à se rattacher à l’un ou l’autre ensemble géopolitique. Son intégration régionale est au cœur des soubresauts actuels.

3Ces quelques points de tension, qui se sont révélés avec force ces derniers mois, invitent à s’interroger sur la « mise en périphérie » de la République de Moldavie par l’Union européenne. Celle-ci est, dans deux mouvements parallèles mais contradictoires, à la fois de l’autre côté de la nouvelle frontière orientale - que les autorités européennes souhaitent rendre aussi hermétique que possible - et partie prenante de dispositifs de coopération et d’influence initiés par l’UE, tels la Politique européenne de Voisinage (PEV). Tout cela témoigne des difficultés que les autorités européennes rencontrent à suivre une ligne politique unidirectionnelle autour de la nouvelle frontière orientale de l’UE (Guild, 2005 ; Jeandesboz, 2005).

4L’entreprise européenne se heurte en outre aux dynamiques sociales locales installées autour des frontières. Dans le contexte d’instabilité politique et économique qui prévaut en République de Moldavie, les habitants ont trouvé une échappatoire : la mobilité géographique. Le phénomène n’est pas nouveau puisque, déjà à l’époque soviétique, la Moldavie connaissait une importante immigration et de forts courants d’émigration en direction des autres régions de l’URSS. À l’heure actuelle, l’espace ex-soviétique demeure un pôle migratoire important pour les Moldaves. Mais il est de plus en plus concurrencé par la migration de travail orientée vers les pays d’Europe occidentale. Nombreux sont également les Moldaves qui vivent d’un commerce transfrontalier avec l’Ukraine et, depuis la fin des régimes communistes, la Roumanie. Cette dernière, si elle n’attire qu’une portion relativement réduite des Moldaves installés dans la mobilité, est pourtant centrale dans la compréhension des jeux géopolitiques de cette région. Elle cristallise les trois problématiques évoquées plus haut : circulation des hommes et des biens, rôle et statut de la frontière, accès à la citoyenneté. De ce fait, la circulation des Moldaves vers la Roumanie incite à s’interroger sur le positionnement périphérique de la Moldavie : ces mobilités d’échelle régionale participent-elles à l’intégration ou à la périphéricité territoriale ? Qu’est-ce qui, dans les pratiques quotidiennes des habitants, génère ou non de la périphéricité ?

  • 1 Cette recherche a été commencée lors d’un postdoctorat au Centre d’Etude des mondes Russe, Centre-E (...)

5Notre objectif est de comprendre la construction « par le bas » de la situation de périphérie, ainsi que sa structuration interne. Ces questionnements seront traités à partir de données empiriques recueillies en Roumanie sur le commerce transfrontalier des Moldaves.1 Les mobilités marchandes développées autour de la frontière qui sépare les deux pays rendent compte des capacités de réaction et d’adaptation des habitants aux politiques européennes. Ce faisant, ils exercent sur elles des pressions non négligeables, qui contraignent les décideurs européens à tenir compte des enjeux locaux de l’élargissement de l’Europe communautaire. Ainsi, la construction de territoires périphériques ne va pas de soi. Il ne suffit pas de disposer d’outils politiques pour y parvenir. La « mise en périphérie » résulte, d’une part, du croisement de logiques locales, régionales et internationales, et, d’autre part, des rapports de force entre des acteurs multiples : les habitants qui construisent les territoires au quotidien, les pouvoirs nationaux et des puissances géopolitiques internationales, en l’occurrence l’Union européenne et la Russie. Il en résulte un double mouvement, contradictoire, d’intégration des espaces transfrontaliers (première partie) et de revalorisation de la frontière politique (seconde partie).

L’intégration territoriale par l’économie ambulante

6La nouvelle frontière orientale de l’Union européenne est le lieu de cristallisation des processus d’intégration ou d’exclusion de l’Union européenne. Elle vient s’emboîter dans des dynamiques territoriales préexistantes, elles-mêmes insérées dans des rapports de type centre-périphérie : les espaces proches de la frontière sont des périphéries des territoires roumain et moldave (Popescu, 2006). Dans un pays comme dans l’autre, ils sont distants des centres économiques et politiques, auxquels ils sont mal reliés. L’agriculture y demeure l’activité dominante, les PIB par habitant y sont faibles et l’émigration de la population très marquée (ibidem).

  • 2 Le programme TACIS (Technical Assistance to the Commonwealth of Independent States), destiné aux me (...)

7En outre, il existe des déséquilibres d’une rive du Prut à l’autre. La rive roumaine est organisée autour de quelques centres urbains importants (Iaşi, Galaţi, Brăila, Tulcea) qui font défaut en République de Moldavie. Ils concentrent les industries et les services qui diversifient l’économie régionale, alors que les industries lourdes développées en Moldavie à l’époque soviétique sont principalement localisées dans l’Est du pays (Tiraspol, Tighina/Bender) et dans les villes de Chişinău et Bălţi (Matei, 2005). Enfin, le versant roumain de la frontière bénéficie des fonds européens depuis que la Roumanie a commencé à négocier son adhésion à l’UE. Si la République de Moldavie en reçoit aussi depuis les années 1990, notamment grâce aux programmes de coopération transfrontalière du type TACIS2, l’implication politique et financière de l’UE accroît les inégalités territoriales autour de la frontière roumano-moldave.

8La circulation à vocation marchande est principalement orientée de la Moldavie vers la Roumanie. Elle fonctionne comme un facteur structurant : par les relations sociales, économiques voire politiques qu’elle engendre, elle intègre les deux versants de la frontière et, ce faisant, elle participe à la consolidation d’un territoire transfrontalier.

Figure 1. Disjonctions géopolitiques et mobilités régionales autour de la nouvelle frontière de l’Union Européenne (2007)

Figure 1. Disjonctions géopolitiques et mobilités régionales autour de la nouvelle frontière de l’Union Européenne (2007)

La mobilité transfrontalière, un processus situé dans le temps

9La mobilité commerçante existe autour de nombreuses frontières des pays ex- communistes, notamment entre la Pologne et l’Ukraine, la Hongrie et ses voisins, ou encore entre la Roumanie et la Yougoslavie (voir entre autres Bodnar, 1998 ; Chelcea, Lăţea, 2000 ; Chelcea, Lăţea, 2004 ; Sandu et al., 2004 ; Sík, 1999 ; Sword, 1999 ; Sandu, 2006 ; Van de Velde, Marcinczak, 2005 ; Wallace, Shmulyar, Bedsir, 1999). Parfois, ces échanges existaient sous le communisme (Fish, Edwards, 1989), et compensaient les faiblesses du système de distribution socialiste (Sík, Wallace, 1999). Leurs fonctions ont évolué après 1989. Ces mobilités ont pleinement pris part à la transition et elles se maintiennent. Il s’agit d’un processus durable (Iglicka, 2001), qui joue un rôle dans les réorganisations sociales et économiques aujourd’hui à l’œuvre.

10La frontière entre la Roumanie et l’URSS, à l’inverse, était fermée et strictement contrôlée tout au long de ses 1 330 kilomètres. Ses fonctions militaires et sécuritaires passaient au premier plan. Les échanges entre habitants étaient limités et la fréquentation des espaces frontaliers était interdite aux personnes venues de l’extérieur. Les infrastructures de transport étaient réduites au minimum et orientées de manière à limiter les échanges entre pays (Popescu, 2006). Cette frontière a donc fait l’objet d’une politique de marginalisation territoriale, laquelle a eu des répercussions économiques et sociales. En revanche, il n’existait pas de frontière fermée entre les Républiques de Moldavie et d’Ukraine à l’époque soviétique. Les Moldaves résidant à proximité de l’Ukraine allaient y faire du commerce, particulièrement vers les agglomérations d’Odessa au sud et Czernowitz au nord. À partir de 1991, la frontière avec la Roumanie s’ouvrit et divers types de mobilité (commerçante, de travail, familiale, de durée plus ou moins longue…) apparurent. Depuis, la circulation transfrontalière a évolué, en trois temps.

11La première phase couvre l’ensemble des années 1990. La circulation est aisée, les ressortissants moldaves entrent en Roumanie en tant que touristes, avec une simple carte d’identité, et ne sont pas obligés de déclarer les biens qu’ils transportent. Ils en profitent pour développer une activité marchande, en jouant sur les différences de prix et sur la pénurie de biens de consommation courante en Roumanie. Les Moldaves y suppléent en acheminant des produits issus de l’industrie soviétique, ou des produits achetés en Turquie. À cette époque, le commerce de produits manufacturés est prédominant. Leur vente favorise l’apparition d’un nouveau type d’espace marchand en Roumanie : les bazars, c’est-à-dire des marchés de produits non alimentaires (vêtements et chaussures, électroménager, équipement domestique, ameublement, pièces détachées, objets en tous genres importés de Chine…). Le commerce de produits agricoles parvient également à s’implanter sur les marchés alimentaires, principaux lieux d’approvisionnement des Roumains sous le communisme. Sur ces marchés, les Moldaves vendent les mêmes produits que les Roumains (des fruits et légumes, des produits laitiers…). Ils parviennent toutefois à se constituer une clientèle en pratiquant des prix nettement inférieurs. Enfin, la circulation transfrontalière sert aussi à la pratique de la contrebande : cigarettes, alcool et essence sont vendus sous le manteau par des Moldaves à des prix défiant toute concurrence sur le marché roumain.

12De manière parallèle, de nombreux Roumains commencent à circuler vers la Turquie, la Serbie et la Hongrie afin d’y acheter des produits manufacturés, qu’ils revendent ensuite sur les bazars de Roumanie. Vers 1992-1993, le tourisme marchand, exercé par des ressortissants roumains s’approvisionnant à l’étranger et par des étrangers venant vendre des marchandises acquises ailleurs, provoque l’apparition de nouveaux lieux de commerce et de sociabilité, alors que les activités commerçantes connaissent de profondes mutations et restructurations.

13L’ampleur du phénomène est telle dans l’ensemble des pays d’Europe centrale et orientale que la notion de « tourisme marchand » (trade tourism) est formalisée par les scientifiques pour en rendre compte :

« les acteurs sont des commerçants qui passent pour des touristes ; leurs marchandises passent pour des effets personnels ; et de cette manière ils évitent de payer les taxes imposées » (Konstantinov, 1996 ; traduit de l’anglais).

14Marchés et bazars sont autant de noeuds de rencontre des réseaux sociaux qui commencent à structurer les espaces transfrontaliers.

15À la fin de la décennie et au début des années 2000, les choses changent tant pour la circulation transfrontalière que pour les places marchandes. Afin de satisfaire aux exigences de l’Union européenne, les contrôles à la frontière sont renforcés. À partir de 2001, les Moldaves doivent détenir un passeport pour entrer en Roumanie, ce qui complique considérablement les choses pour nombre d’entre eux. Par ailleurs, le gouvernement roumain met en route un processus de restructuration du commerce. Si la décennie 1990 était celle de l’improvisation et du commerce informel, le tournant du siècle marque le début d’un renforcement du contrôle de l’Etat sur les marchés et les bazars à travers une plus grande implication des autorités locales dans la gestion de ces espaces (Chelcea, Radu, Constantinescu, 2005). À Iaşi, principale ville roumaine à proximité de la Moldavie, les marchés alimentaires et le bazar sont achetés par la mairie en 1996-1997. Leur statut était incertain depuis fin 1989. La mairie cherche à réorganiser, moderniser et mieux contrôler les activités qui s’y déroulent et les personnes qui les fréquentent, vendeurs et acheteurs. Les conséquences pour les Moldaves se font immédiatement ressentir : ils se voient obligés d’obtenir une autorisation de vente, tout comme leurs confrères roumains. De manière parallèle, des limites sont imposées à la frontière sur les quantités de marchandises transportées. Ces nouvelles obligations entraînent des stratégies d’adaptation et de contournement, réalisables uniquement grâce à une collaboration avec des partenaires roumains.

16Au milieu des années 2000, enfin, l’heure est à la stabilisation. Les marchés sont de plus en plus organisés et contrôlés. Cela n’empêche les commerçants moldaves (et roumains) d’acheminer des quantités de marchandises supérieures aux limites autorisées aux frontières, ou de vendre certains produits sans y être autorisés. Mais le renforcement des contrôles à la frontière et sur les marchés a une contrepartie : le développement du commerce de gros. Une partie des touristes commerçants moldaves change en effet de stratégie, afin de s’adapter aux nouvelles conditions de circulation et de négoce. Les initiatives individuelles sont souvent remplacées par des entreprises, lesquelles acheminent des produits agricoles de Moldavie sur les marchés de gros des villes roumaines (CRJI, 2003 ; confirmé par l’enquête personnelle à Iaşi en avril 2006). Les échanges commerciaux continuent entre la Roumanie et la Moldavie, mais leur forme évolue. L’installation récente d’un marché alimentaire de gros à Iaşi en est un exemple. Les stratégies sont multiples : d’autres Moldaves transportent de petites quantités de marchandises, qui peuvent passer pour des effets personnels. À proximité de la frontière, de manière à limiter les coûts de transport, ils les revendent à des Roumains qui feront eux-mêmes la vente finale sur les marchés. Enfin, un dernier phénomène intervient dans les transformations récentes du commerce transfrontalier : l’essor du recours à la main-d’oeuvre migrante dans différents secteurs d’activité en Roumanie (agriculture, textile notamment), et surtout dans les Etats membres de l’Union européenne.

17L’instauration de relations de type centre périphérie présente deux caractéristiques temporelles. Il s’agit d’une part d’un processus historiquement situé, propre à une période donnée. Il s’agit d’autre part d’une dynamique, d’une construction évolutive : les interactions entre le centre et la périphérie peuvent croître et décroître. La contingence de la relation de périphéricité s’exprime à deux autres niveaux : spatial et social.

Le commerce transfrontalier, activité multiforme et diffuse dans l’espace

18La circulation marchande des Moldaves en direction de la Roumanie touche la frontière dans toute sa longueur : de Suceava au nord à Tulcea au sud, les sept postes frontières voient passer des touristes-commerçants. La mobilité, toutefois, est sélective : elle crée des relations privilégiées entre certains types d’espace dans chacun des deux pays.

  • 3 En Ukraine Odessa polarise ce commerce, ce qui était déjà le cas à l’époque soviétique (Polese, 200 (...)

19Du côté moldave, cette activité se développe essentiellement dans les espaces proches de la frontière. Ce sont des espaces à dominante rurale. Les centres urbains y sont peu nombreux et de taille modeste. Ils sont également touchés par le commerce transfrontalier, car les reconversions économiques y sont difficiles et les taux de chômage particulièrement élevés (IPP Chişinău, 2004a). Le commerce de produits agricoles est favorisé par les modalités de la réforme agraire, introduite en Moldavie en 1994 et toujours en cours. Celle-ci aboutit à un fort morcellement des terres : des lopins individuels sont constitués, dont la taille moyenne ne dépasse pas 1,9 hectare (Hachi, 2005). L’exploitation se fait au sein de la famille. Les produits récoltés servent avant tout à l’autoconsommation familiale, mais une partie peut parfois être commercialisée (Matei, 2005). À l’heure actuelle, la circulation a une importance telle que les productions des espaces agricoles proches des frontières sont orientées vers les besoins des marchés des pays voisins, Roumanie et Ukraine.3 On estime que 10 à 30 % de la population des espaces frontaliers vit de ce commerce agricole (Hachi, 2005).

20Ce phénomène est particulièrement développé à proximité des centres urbains roumains, Suceava, Botoşani, Iaşi, ou Galaţi. Car, du côté roumain, les villes sont les principales destinations de la mobilité marchande (CRJI, 2003). Les Moldaves y convergent vers les bazars (planche I) et vers les marchés d’alimentation (planche II). Enfin, le commerce des Moldaves s’installe alors dans les interstices des espaces urbains. Les marges des marchés alimentaires sont un de ces lieux dans lesquels la contrebande se pratique (planche III).

Planche I. 1,2. Le bazar de Iaşi, premier lieu du commerce des Moldaves

Planche I. 1,2. Le bazar de Iaşi, premier lieu du commerce des Moldaves

Clichés, B. Michalon, 2006

Planche II.1,2. Les commerçants moldaves sur un marché d’alimentation à Iaşi

Planche II.1,2. Les commerçants moldaves sur un marché d’alimentation à Iaşi

Clichés B. Michalon, 2006

21Le bazar de Iaşi est apparu en 1991 après l’ouverture de la frontière entre la Roumanie et ce qui devint peu après la République de Moldavie. Il a d’abord pris la forme d’un rassemblement spontané de « touristes » moldaves au centre ville, qui vendaient des produits indisponibles sur le marché roumain : chapkas artisanales, habits, articles électroniques, etc. Ce rassemblement attira rapidement de plus en plus de personnes, Moldaves et Roumains. Il a été formalisé lorsqu’en 1992 la mairie prit l’initiative de le déplacer et de lui attribuer un lieu propre, d’en délimiter l’enceinte, de faire construire une halle centrale et d’imposer une taxe d’entrée. De nouvelles réglementations ont été introduites : les vendeurs sont aujourd’hui contraints de créer des sociétés commerciales pour obtenir l’autorisation d’y faire du commerce. Cette condition constitue un véritable obstacle puisqu’elle contraint les Moldaves à s’associer à des partenaires roumains ou à vivre en Roumanie. Elle est toutefois contournée par des personnes qui viennent faire de la vente à la sauvette dans l’enceinte du bazar, et qui sont notamment identifiables par le fait qu’ils disposent leur marchandise à même le sol. De même le bazar est en théorie un lieu de commerce de produits manufacturés uniquement ; la vente de produits alimentaires y est interdite, mais elle existe et se fait sous le manteau. Le nombre de commerçants moldaves a baissé brutalement depuis le début des années 2000. En dépit de cela, le bazar reste identifié par les habitants de Iaşi comme un lieu de commerce moldave. Dès 1991, les Moldaves s’installèrent sur les principaux marchés alimentaires des villes et des bourgades roumaines pour y faire du commerce de fruits et légumes ou de produits laitiers, et pratiquèrent des prix inférieurs d’un tiers à ceux des Roumains, ce qui leur assurait une attractivité certaine - En avril 2006, par exemple, un kilogramme de haricots coûtait 3,5 lei chez les Roumains et 2 à 2,5 lei chez les Moldaves. Ils ont pu s’y maintenir au fil du temps et demeurent bien représentés - sur le principal marché de Iaşi ils représentent à peu près un tiers des quelque 200 vendeurs réguliers-. Mais ils doivent pour cela obtenir de l’administration locale le titre de producteurs. En théorie, il est interdit de revendre des marchandises achetées sur un marché de gros. Or, la plupart des Moldaves rencontrés exerçait des activités autres avant de faire du commerce transfrontalier. Ainsi, les personnes rencontrées à Iaşi étaient d’anciens fonctionnaires ou d’anciens ouvriers dont les usines avaient périclité. La pratique du commerce transfrontalier représente une reconversion professionnelle : ces personnes ont changé d’activité et se sont en théorie lancées dans la production agricole. La circulation marchande peut par conséquent être considérée comme une migration de travail : sa principale raison d’être est économique, et elle devient une activité professionnelle en l’absence de perspective intéressante en Moldavie (voir Iglicka, 2001).

Planche III.1,2. Les interstices urbains et la contrebande

Planche III.1,2. Les interstices urbains et la contrebande

Clichés B. Michalon, 2006

22À l’entrée du marché, une petite foule va et vient en permanence et interpelle le passant : la contrebande de cigarettes y est la principale activité commerciale. Si les cigarettes proviennent de Moldavie, les revendeurs sont souvent des Roumains. La contrebande se fait par une collaboration étroite entre les uns et les autres : les Moldaves apportent les cigarettes jusqu’en Roumanie ; dans un lieu proche de la frontière, ils les transmettent à des collaborateurs roumains, qui se chargent de la revente. Celle-ci se fait par petites quantités. Les vendeurs opèrent avec des sacs plastiques ordinaires à la main et sont régulièrement réapprovisionnés par des collègues.

23Il en est de même pour la contrebande de vodka, que l’on tente néanmoins de rendre moins visible. De petits groupes de femmes moldaves d’âge moyen attendent sur le trottoir, à proximité du marché, dans une petite rue au milieu des immeubles ; elles ont un sac à main pour tout bagage. Les passants s’arrêtent à peine, de petites bouteilles de vodka passent furtivement d’un sac à l’autre et chacun repart dans sa direction. Une voiture passe de temps à autre, les femmes s’entretiennent brièvement avec le conducteur qui leur remet quelques bouteilles. Lorsque la police fait sa ronde, le petit groupe se dissout instantanément et disparaît dans les entrées des immeubles voisins.

24À l’évidence, les individus qui font de la contrebande transfrontalière sont dans des situations sociales précaires, ce qui les incite à développer des pratiques spatiales caractérisées par l’instabilité et la furtivité. En témoigne aussi le commerce informel d’essence automobile qui prend deux formes spatiales complémentaires. Pour s’en procurer, il faut se rendre sur le site de l’ancienne gare routière de Iaşi. Celle-ci a été déplacée au début des années 2000 et a été remplacée par un supermarché d’une enseigne autrichienne. Cependant, les bus et minibus qui partent pour la Moldavie continuent à y prendre et déposer leurs passagers, tant ceux des compagnies publiques et privées que les taxis informels. Quelques voitures privées attendent à proximité, immatriculées en Moldavie : on peut discrètement s’y fournir en essence, vendue dans de petites bouteilles en plastique. On peut aussi se faire livrer l’essence sur le lieu de son choix. Ainsi, ce commerce s’organise dans une mobilité forte.

  • 4 Nous reprenons les définitions de l’institutionnel et du formel avancées par Sík et Wallace (Sík, W (...)

25En fin de compte, le commerce moldave en Roumanie s’inscrit dans l’espace sous différentes formes et en différents lieux : les petits étalages installés à la hâte sur un bout de trottoir ou les vendeurs qui se tiennent fugitivement au coin d’une rue font partie intégrante de cette activité particulière. Il existe un continuum spatial, qui va des lieux les moins institutionnalisés4 vers ceux qui le sont davantage (Sík, Wallace, 1999) et qui, les uns avec les autres, constituent un territoire transfrontalier.

26Par ailleurs, ces lieux fonctionnent en réseau. Ils sont liés à d’autres places marchandes dans le pays d’origine des « touristes commerçants » : une fois de retour, certains Moldaves revendent des produits acquis lors du séjour en Roumanie sur les marchés ruraux. Mais des commerçants moldaves s’éloignent de la frontière et vont alimenter les marchés de bourgades rurales du sud de la Roumanie ; leur présence est diffuse sur le territoire roumain.

27Enfin, ces lieux de commerce sont eux-mêmes organisés spatialement : il y a des divisions internes en fonction, le plus souvent, de la nationalité des commerçants (par exemple les Moldaves sont regroupés sur une portion du marché Nicolina de Iaşi), mais aussi en fonction des hiérarchies sociales qui existent parmi les « touristes » moldaves.

Une circulation marchande socialement structurée et structurante

28Si la circulation marchande rend possible une intégration régionale transfrontalière par sélection et agencement de lieux et d’échelles, elle a également un rôle social sélectif. Les Moldaves impliqués dans cette dynamique n’y participent pas tous de la même manière et le commerce transfrontalier génère lui-même des arrangements sociaux au sein de la population qui le pratiquent.

  • 5 En outre l’émigration mène généralement à une situation de monoparentalité et ne fait donc qu’accro (...)

29Le processus s’avère sélectif dès la traversée de la frontière. L’articulation de la circulation aux recompositions des espaces ruraux et agricoles de Moldavie a déjà été exposée. Elle réapparaît toutefois dans l’analyse de la structuration sociale de la mobilité. En Moldavie, la pauvreté est plus marquée en milieu rural que dans les villes et certaines catégories de population sont particulièrement vulnérables : les travailleurs non qualifiés, les chômeurs, les paysans sans terre, les membres de familles nombreuses, ou les membres de familles monoparentales5 (IPP Chişinău, 2004a).

30Différentes études sur les mobilités démontrent que les migrants ont souvent un emploi en Moldavie, mais que la faiblesse des salaires les pousse à migrer (IPP Chişinău, 2004a ; IPP Chişinău, 2004b ; International Center for Migration Policy Development, 2005). Ce dernier constat revient à dire que ce ne sont pas nécessairement les plus pauvres qui quittent le pays ; en tout état de cause, il faut des ressources variées (financières, relationnelles, etc.) pour migrer. Ainsi, en dépit des difficultés économiques réelles rencontrées par la population de Moldavie, la pauvreté n’est pas l’unique déclencheur de la mobilité. Il faut des ressources diverses pour pouvoir circuler ou émigrer de façon plus durable et les trajectoires croisées de touristes-commerçants moldaves interrogés à Iaşi l’attestent. Une hiérarchie sociale existe parmi les commerçants moldaves : ceux dont les ressources sont les plus diversifiées sont déjà des immigrants, installés en Roumanie de façon durable, la précarité maintient les autres dans la position du touriste-commerçant occasionnel. Entre ces deux extrêmes, une gamme de situations sociales construit un nouveau continuum, avec pour critère discriminant la pérennité de la mobilité cette fois.

31La première trajectoire signifiante identifiée à Iaşi est celle d’un couple moldave qui fait du commerce sur le bazar. Il y est présent tous les jours, alors qu’une partie des commerçants n’y vient que le week-end, lors des affluences les plus fortes. Les époux vendent un ensemble hétéroclite de produits fabriqués en Moldavie, mais aussi en Ukraine, Biélorussie, Russie, Turquie et Roumanie. Venus de la région de Bălţi, ayant une cinquantaine d’années, ils travaillaient auparavant tous les deux dans la fonction publique, lui comme policier, elle comme professeur de russe (ils sont roumanophones). Ils se sont lancés dans le commerce transfrontalier en 1991 car ils trouvaient leurs salaires insuffisants. Leur « carrière » de touristes-commerçants est donc inscrite dans la durée. Ils ont commencé par vendre des chapkas artisanales, fabriquées par l’époux, à l’époque du bazar informel implanté au centre de Iaşi. Puis ils ont élargi leur palette de produits et se sont véritablement installés dans la circulation. À tel point que leur fils est venu, quelques années plus tard, faire ses études à Iaşi. Ils ont par ailleurs rapidement obtenu la citoyenneté roumaine (voir ci-dessous) et la mère a hérité d’un appartement à Iaşi, propriété d’une lointaine tante. Les affaires prospérant, ils se sont installés dans l’appartement en question. Même s’ils ont fait agrandir leur maison de Bălţi, ils n’y retournent que quelques semaines par an, « pour les vacances ». Les époux ne sont plus des touristes-commerçants à proprement parler. Leur situation est stable en Roumanie, sur tous les plans : légal, économique et familial. Ils sont désormais davantage dans une situation d’immigrants.

32Sur le bazar, ils louent une dizaine stands. Ils ne les utilisent pas pour leur propre compte mais en sous-louent plusieurs à d’autres Moldaves. Il y a par exemple une jeune femme moldave, d’une trentaine d’années, qui ne vient en Roumanie que de façon irrégulière, le week-end ou quelques jours dans la semaine. Dans cette configuration, le couple tient un rôle pivot dans la présence moldave sur le bazar : grâce à son installation pérenne en Roumanie et dans le commerce, il a pu en quelque sorte s’installer au sommet de la hiérarchie des commerçants de Moldavie.

33À l’autre extrémité du continuum se trouvent des personnes dont la mobilité est précaire, mal assurée, et qui n’ont pas encore les ressources pour s’installer de façon durable en Roumanie. Suivons l’itinéraire d’une Moldave rencontrée sur le marché d’alimentation de Nicolina. Elle a une trentaine d’années et vient d’une petite ville du centre de la Moldavie. Elle vend des semences et des farines en compagnie d’une amie. Elle fait partie de ceux qui parviennent à faire du commerce sans pour autant respecter la loi qui oblige à produire ce que l’on vend. Elle passe trois à quatre jours par semaine en Roumanie, puis rentre chez elle. Elle fait le trajet en train ou en prenant un des multiples taxis informels qui traversent la frontière. Lorsqu’elle est à Iaşi, elle passe la nuit dans l’appartement d’une vieille Roumaine qui habite à proximité directe du marché et améliore sa maigre retraite en hébergeant des commerçants moldaves, pour une somme équivalent à un euro la nuit chacun. Cette interlocutrice est dans une position instable. Elle n’a pas la citoyenneté roumaine, pas de relations locales suffisantes pour lui permettre de consolider sa situation. Elle a commencé en faisant de la contrebande de cigarettes, mais, cette activité étant risquée, elle est passée au commerce alimentaire dès qu’elle en a eu la possibilité. Elle souhaite toutefois continuer à progresser dans cette « carrière » de mobilité. Deux solutions s’offrent à elle : se marier à un Roumain ou partir à l’Ouest, sa soeur travaillant depuis plusieurs années en France. Elle insiste sur la nécessité de trouver une alternative, car elle craint d’être « piégée » une fois la Roumanie entrée dans l’Union européenne.

34Le commerce transfrontalier des Moldaves met en lumière plusieurs caractéristiques de la construction de la périphérie « par le bas ». C’est son caractère historiquement situé qui ressort en premier lieu : il est lié aux changements de régime politique tant en Roumanie qu’en République de Moldavie. En second lieu, ce commerce opère une sélection et une mise en relation des espaces de part et d’autre de la frontière ; de même il intervient dans l’organisation interne de ces espaces. Apparaît en troisième lieu son rôle de discriminant social, à travers la sélection de ceux qui, parmi les Moldaves, parviennent à circuler, à travers la consolidation de certaines trajectoires personnelles et à travers le développement de relations hiérarchisées entre les commerçants transfrontaliers.

35Si les interventions des acteurs locaux sont apparues indispensables à la compréhension de la circulation marchande autour de la frontière entre la Roumanie et la République de Moldavie, celle-ci s’insère aussi dans des contextes plus larges et évolutifs. Il s’agit en premier lieu des recompositions du commerce. La mobilité marchande est de plus en plus concurrencée par d’autres formes de commerce, inscrites dans l’économie mondialisée. Les productions agricoles et industrielles locales doivent faire face aux importations, aussi bien en Moldavie qu’en Roumanie. En Roumanie les grandes surfaces se multiplient rapidement depuis une dizaine d’années, à l’initiative de grands groupes étrangers (Carrefour, Metro, Billa…) au détriment des marchés locaux. Il s’agit en second lieu de l’irruption de la géopolitique européenne dans la région, par le biais des négociations pour l’entrée de la Roumanie dans l’Union et par la concrétisation de celle-ci au 1er janvier 2007. Face à ceux qui font vivre la frontière au quotidien, les politiques impulsées par l’Union européenne accroissent les inégalités : le renforcement des contrôles à la frontière complique l’accès aux ressources indispensables à la circulation et, partant, à l’intégration transfrontalière.

Une position géopolitique construite dans l’interaction

36Le commerce entre Roumanie et Moldavie témoigne d’un certain mode d’intégration régionale à travers les modes de vie des habitants. Or, les échanges transfrontaliers se confrontent aux réformes entreprises par la Roumanie pour son adhésion à l’Union européenne. Elle doit en effet consolider son appareil de contrôle des migrations internationales et renforcer la surveillance de ses frontières à l’est et au nord. Migrations et frontières font partie du chapitre Justice et Affaires Intérieures dans les négociations pour l’adhésion à l’Union, et sont donc étroitement liées dans la politique d’élargissement. Dès 2001, des mesures ont été prises pour respecter l’acquis Schengen dans ces deux domaines. Cela rend la circulation plus difficile entre les deux pays.

  • 6 En témoigne, par exemple, la création en 2004 de l’agence Frontex destinée à la surveillance des fr (...)

37Cette évolution s’insère dans le processus de revalorisation de la frontière d’Etat qui s’est manifesté lors des derniers élargissements européens.6 Il en résulte des tensions qui sont perceptibles dans le niveau d’intégration ou de marginalisation des périphéries directes de l’UE. L’élargissement a pour conséquence immédiate une mise à l’écart renforcée de certains voisins directs.

Revalorisation de la frontière et complexification des jeux d’acteurs

38Si la frontière entre la Roumanie et la Moldavie sépare deux Etats bien distincts, nombreux sont les éléments qui témoignent de leurs relations à la fois étroites et ambivalentes. Du côté moldave, la politique étrangère menée vis-à-vis de la Roumanie vise avant tout à écarter la question d’une éventuelle réunification (Tomescu-Hatto, 2004). Cette démarche, clairement formulée à partir de 1994 et maintenue dans le temps, s’appuie sur une politique intérieure tournée vers la promotion d’une identité moldave, distincte de l’identité roumaine (Demian, 2004). À partir de 2001, la politique culturelle de Vladimir Voronin a généré un conflit diplomatique et entraîné un déclin des échanges économiques entre les deux pays. La classe politique moldave cherche à mettre de la distance avec la Roumanie. Du côté roumain, de nombreuses initiatives ont été prises au cours des années 1990 pour favoriser le développement de liens étroits entre les deux pays (Tomescu-Hatto, 2005). D’abord, la Roumanie fut le premier Etat à reconnaître l’indépendance de la Moldavie en août 1991. Puis la décision fut prise d’accorder la citoyenneté roumaine aux Moldaves dont les parents ou grands-parents étaient nés dans les territoires bessarabiens rattachés à la Grande Roumanie jusqu’au 28 juin 1940. Cette décision s’appuyait sur l’idée, répandue chez les responsables politiques roumains que les Moldaves font partie de la nation roumaine, définie en termes ethniques, et qu’à ce titre il est légitime de leur attribuer la citoyenneté de l’Etat roumain. Peu de temps après, un Fonds spécial pour la République de Moldavie fut créé, afin de soutenir les activités économiques et culturelles dans le pays voisin, ainsi que la constitution d’un tissu d’organisations non gouvernementales (Tomescu-Hatto, 2004). Cette politique de soutien à la Moldavie ne fut pas, comme on le constate, tout à fait exempte d’arrières pensées : si la réunification n’a jamais été officiellement réclamée par les autorités roumaines, il est certain que les deux Etats ont des visions divergentes des identités nationales et de la légitimité de l’Etat moldave.

39L’entrée en jeu de l’UE complique la donne. Dès la chute des régimes communistes, les pays d’Europe centrale et orientale et de l’ancienne Union soviétique passèrent des « accords simplifiés » sur le franchissement des frontières, qui autorisaient la mobilité des résidents sur la base d’une simple carte d’identité. Or ces accords furent remis en cause dès l’amorce des négociations pour l’adhésion. En avril 1998, la Commission recommanda aux Etats candidats d’y mettre un terme (Moore, 2004). Les effets se firent immédiatement sentir. Par ailleurs, en contrepartie de la levée de l’obligation de visa Schengen pour les Roumains – le 1er janvier 2002 - la Roumanie se vit contrainte de durcir les conditions d’entrée sur son territoire pour les Moldaves.

40Les réformes sur les frontières de la Moldavie s’inscrivent dans un autre volet de l’action européenne, celui de la politique de voisinage. L’objectif est de créer une ceinture d’ « Etats amis » au Sud et à l’Est de l’Union. Il faut pour cela développer des relations économiques et politiques étroites avec eux, sans pour autant que cela aboutisse à une adhésion (Guild, 2005b). Des mesures sont prises pour prévenir la constitution de lignes de rupture trop fortes entre les nouveaux Etats membres et leurs voisins : un régime spécial de visa pour les frontaliers (voir ci-dessous) ; une meilleure coordination des financements européens à destination des pays ex-communistes ; l’ouverture de nouveaux consulats des PECO dans la CEI, et, pour finir, la création de nouveaux points de passage des frontières (Commission des Communautés Européennes, 2003). Néanmoins l’injonction de sécurité aux frontières orientales et méridionales de l’UE reste forte : la nécessité d’un rapprochement avec les Etats voisins coexiste avec le maintien de mesures de prévention contre les menaces diverses supposées en provenir (immigration illégale, demande d’asile, trafics divers…).

  • 7 Le contrôle des frontières était jusqu’alors du ressort de l’armée.
  • 8 Accord sur les voyages réciproques, du 29 juin 2001 ; Accord du 27 juillet 2001 sur la réadmission (...)

41En dépit du soutien apporté par l’Europe aux Etats moldave et roumain dans le double cadre de l’élargissement et de la politique de voisinage, la consolidation de la frontière s’est déroulée de manière hésitante. Plusieurs réformes ont été entreprises par la Roumanie. Le régime juridique des frontières a fait l’objet d’un renouvellement législatif en juin 1992 ; une Police des frontières a été créée.7 Des accords relatifs aux passages des frontières sont signés en 2001.8 La collaboration sur la « sécurisation » de la frontière a été dynamisée par la signature d’un protocole entre l’Inspectorat Général de la Police des Frontières de Roumanie et le Département des Gardes-frontières de Moldavie (IPP Bucarest, 2002). Les avancées achoppent toutefois sur de nombreux points, et les accords signés ne sont pas suivis d’effets notoires. Un obstacle majeur réside notamment dans la non-actualisation, jusqu’à aujourd’hui, des traités bilatéraux signés dans le passé entre la Roumanie et l’URSS, dont la Moldavie a hérité. D’autres textes de loi doivent être revus, de manière à intégrer les changements survenus sur cette frontière depuis le début des années 1990.

42Ainsi, la collaboration sur la gestion de la frontière ne donne lieu qu’à de minces avancées. Les difficultés identifiées témoignent en réalité de l’importance inégale que joue la frontière pour chacun des deux pays. Si elle est au centre de l’attention en Roumanie, les autorités moldaves sont davantage préoccupées par la Transnistrie et la frontière avec l’Ukraine. L’état des relations diplomatiques entre les deux pays joue également. Par conséquent, les efforts européens buttent sur une géopolitique régionale polarisée par des tensions autres que celles qui sont envisagées depuis Bruxelles.

Les visas et le registre de la mobilité

43Jusqu’à l’entrée de la Roumanie dans l’UE, les démarches roumaine et moldave trouvent toutefois un point d’accord autour des modalités de passage d’un pays à l’autre. Si la demande européenne est celle d’un renforcement des contrôles à l’entrée de la Roumanie, les gouvernants roumains et moldaves tiennent à élaborer un dispositif qui garantit une certaine liberté de circulation. Cette situation n’est pas inédite : la Pologne, la Hongrie ou la Lituanie notamment ont rencontré des problématiques similaires.

44La rénovation du régime des visas se pose à deux niveaux : d’abord, entre l’Etat roumain et la Moldavie, puisque la Roumanie a introduit un visa pour les ressortissants moldaves ; ensuite, entre les Etats membres de l’espace Schengen et les autres Etats. Les deux régimes de visa coexistent.

  • 9 En 2001, le salaire moyen en République de Moldavie est de 40 euros environ, et obtenir un passepor (...)
  • 10 Observations personnelles pendant l’été 200.

45Avant l’entrée dans l’UE, les dirigeants roumains avaient pour objectif de préserver un peu de l’ancienne politique d’ouverture à l’Est et d’éviter une crispation politique, diplomatique et sociale autour des visas (Dura, 2006). La Roumanie cherchait par conséquent à mettre en place un régime simplifié de visa pour les ressortissants moldaves. Après l’introduction de l’obligation de passeport en 2001, toute réforme représente une restriction par rapport aux modalités antérieures de franchissement de la frontière sur la base d’une simple carte d’identité. L’obligation du passeport a singulièrement compliqué les choses pour les Moldaves, puisqu’en 2002 le coût d’un document de voyage était quasiment aussi élevé qu’un salaire moyen.9 À tel point que le gouvernement roumain a prévu un fonds spécial d’un million de dollars, réservé aux ressortissants moldaves nécessiteux et désirant acquérir un passeport (Lăzăroiu, 2003). Ces financements ont été distribués essentiellement à des habitants de la zone frontalière. Il s’agit de trouver un compromis, qui laisse aux Moldaves la possibilité de traverser la frontière sans leur opposer de contraintes insurmontables, et qui satisfasse aux exigences européennes en matière de contrôle des frontières et des mouvements de personnes. Les nouvelles réglementations sont difficilement acceptées et une partie des Moldaves continue un temps à circuler sans passeport. Les douaniers roumains, qui connaissent personnellement certains d’entre eux, ont du mal à leur imposer une mesure qu’ils considèrent comme injuste.10 Rapidement toutefois le dispositif s’avère efficace : le trafic transfrontalier décline rapidement, et, sur place, les interlocuteurs rencontrés datent de cette époque le très net déclin du tourisme marchand entre les deux pays (IPP Bucarest - IPP Chişinău, 2002).

  • 11 Les Roumains peuvent pour leur part entrer en Moldavie sans visa. Voir l’Accord entre le Gouverneme (...)
  • 12 Notamment ceux déposés par les lycéens et étudiants moldaves formés en Roumanie.

46Enfin, depuis le 1er janvier 2007, les ressortissants moldaves doivent avoir un visa pour passer la frontière et entrer en Roumanie.11 Ce visa est gratuit. Il permet des entrées multiples et son obtention est facilitée dans de nombreux cas de figure, par exemple pour les chauffeurs de bus et de convois de marchandise (voir le site web de l’Ambassade de Roumanie en République de Moldavie, page Condiţii şi documente necesare pentru acordarea vizelor, « Conditions et documents nécessaires à l’attribution d’un visa »). Afin de faire face aux nombreuses demandes de visa, la Roumanie choisit de renforcer son équipe à Chişinău et d’étendre son réseau diplomatique en ouvrant deux nouveaux consulats, l’un à Bălţi, l’autre à Cahul. La mise en place de ce nouveau dispositif génère des tensions immédiates. D’abord, la procédure à suivre pour déposer une demande de visa semble inadaptée au contexte social moldave. Il faut prendre un rendez-vous par Internet auprès du Consulat pour déposer le dossier. Or de nombreux Moldaves n’ont pas accès à Internet. Beaucoup vont directement au Consulat, en espérant pouvoir y être reçus. C’est ce qui génère les longues files d’attentes et les forts mécontentements médiatisés dès les premiers jours de janvier. Avoir accès à Internet ne garantit cependant pas que l’on obtiendra ce fameux rendez-vous : le site de l’Ambassade est surchargé et il est difficile de s’y connecter. Par ailleurs, les services consulaires sont immédiatement débordés par le nombre de dossiers à traiter. Les délais d’obtention du visa sont tellement longs qu’un traitement prioritaire est mis sur pied pour certains dossiers.12

47Dans ce contexte, l’ouverture des deux consulats roumains sembla indispensable. À la mi-janvier 2007, les autorités moldaves commencèrent par donner leur accord à la Roumanie. Mais la tension est montée entre les deux pays dans les semaines suivantes. Le Président Voronin a dénoncé les obstacles auxquels les Moldaves se heurtent pour pouvoir circuler depuis l’entrée de la Roumanie dans l’UE. Quelques semaines plus tard, deux autres points de désaccord ont renforcé les tensions : la politique menée par la Roumanie vis-à-vis des demandes de naturalisation déposées par les ressortissants moldaves, d’une part, le souhait émis par les autorités roumaines d’ouvrir un centre de délivrance de visas Schengen, d’autre part. Mimars, les autorités moldaves ont fini par revenir sur leur décision et n’autorisent plus l’ouverture des deux nouveaux consulats roumains.

  • 13 Par exemple, depuis le premier janvier 2007, un Moldave désireux de se rendre en Italie doit d’abor (...)

48À propos des visas Schengen, la Russie et l’Ukraine ont négocié des régimes simplifiés de visas. Ceci est prévu dans la Politique européenne de Voisinage ; la Moldavie a également engagé des négociations avec l’UE sur ce point, mais sans résultats probants au printemps 2007. Cette question est d’autant plus importante qu’à l’heure actuelle, seuls les consulats allemand et français délivrent le visa Schengen à Chişinău. La demande doit être déposée auprès de la représentation consulaire du pays dans lequel le séjour sera le plus long. Par conséquent, les ressortissants moldaves sont obligés de se rendre dans un pays tiers (Roumanie, Ukraine, Russie) pour déposer une demande de visa auprès d’un Etat Schengen autre que l’Allemagne ou la France.13 Ceci entraîne des démarches longues, compliquées et coûteuses. Toutefois, un nombre important d’obstacles demeure pour parvenir à un accord sur les visas Schengen entre la Moldavie et l’Union européenne. L’UE attend avant tout une évolution du conflit en Transnistrie et un renforcement de la frontière est de la Moldavie. Car la question des visas touche à la préoccupation de la sécurité, considérée comme prioritaire par l’Europe communautaire. Or, le gouvernement moldave n’est pas en mesure d’apporter des garanties sur ce plan (Dura, 2006).

49C’est pour faciliter l’accès des Moldaves à l’espace Schengen que la diplomatie hongroise a proposé d’ouvrir à Chişinău un centre commun d’émission de visas Schengen. Ce projet a reçu le soutien des autorités européennes. Le centre ouvrira le 25 avril 2007, et il s’agit d’une première en la matière. Au sein des bâtiments de l’Ambassade de Hongrie en Moldavie, plusieurs pays – pour le moment sans corps diplomatique installé en Moldavie - enverront des représentants consulaires chargés d’examiner les demandes déposées. À l’heure actuelle, l’Autriche et la Slovénie sont associées au projet hongrois ; le Danemark, l’Estonie et la Lettonie ont déclaré souhaiter s’y adjoindre. Grâce à ce dispositif inédit, les autorités hongroises disent pouvoir faire face à une bonne partie des demandes de visa pour la zone Schengen (les prévisions sont de 12 000 dossiers par an). La Roumanie a envisagé de compléter l’initiative hongroise en proposant le même type de service dans ses consulats, afin d’augmenter le nombre de dossiers traités et en mettant pour cela à profit les relations étroites dont elle dispose avec la Moldavie. Le centre piloté par la Roumanie aurait également eu pour compétence d’enregistrer les demandes d’acquisition de la citoyenneté roumaine déposées par des Moldaves. Cette démarche a été mal reçue du côté moldave qui y a vu une ingérence de la Roumanie ainsi qu’une manifestation de la duplicité de la politique roumaine ; le refus d’ouverture des deux nouveaux consulats à Cahul et Bălţi en résulte.

50Les controverses et péripéties diplomatiques provoquées par l’introduction des visas roumains et Schengen pour les ressortissants moldaves sont toutefois quelque peu adoucies par le projet de « permis de petit trafic frontalier », adopté par le Conseil européen en octobre 2006 à la suite du projet établi dans les documents rendu possible grâce à une dérogation aux règles habituelles de passage des frontières Schengen et à des accords bilatéraux à signer, doit autoriser les résidants frontaliers des Etats membres de l’UE à bénéficier d’un certain nombre de facilités pour y pénétrer. Il est destiné à maintenir les échanges commerciaux, sociaux ou culturels qui lient la plupart des nouveaux pays de l’UE à leurs voisins. Ces relations sont les plus fortes dans les régions frontalières. Le permis portera donc sur une zone, qui ne s’étend pas à plus de 30 kilomètres de la frontière. Ce dispositif est en cours de négociation pour la République de Moldavie. En contrepartie, celle-ci doit accepter de signer avec l’UE des accords de réadmission de ses ressortissants interceptés sans papier en règle sur le territoire européen.

51On le voit, la Moldavie est lancée dans d’intenses négociations sur les conditions de circulation de ses ressortissants en Roumanie et, plus loin, dans l’ensemble des Etats européens. Ainsi, la plus ou moins forte intégration de cette périphérie se joue sur le registre de la mobilité : le visa et les statuts juridiques de mobilité sont les instruments des jeux de pouvoir en cours.

La citoyenneté et le registre de l’appartenance pour sortir de la périphérie

52Si le régime spécifique de visa accordé par la Roumanie aux Moldaves et le permis frontalier sont destinés à maintenir la circulation en dépit de la frontière, un autre dispositif juridique est au coeur des tractations actuelles. L’obtention de la citoyenneté roumaine par les ressortissants moldaves est un outil de négociation de la mise en périphérie de la Moldavie ; il joue, cette fois-ci, sur le registre de l’appartenance, voire de l’identité. En effet, une partie importante des personnes rencontrées lors de l’enquête en Roumanie a la double nationalité roumano moldave, et a obtenu un passeport roumain au cours des années 1990.

53Cela s’explique par la réforme de la loi relative à l’acquisition de la citoyenneté roumaine de juin 1991 ; son principal objet est d’en simplifier l’acquisition, tout particulièrement pour les ressortissants roumains émigrés et déchus de leur citoyenneté avant 1989. Cette loi a ouvert une brèche : un régime d’urgence est prévu pour les ressortissants moldaves. Pour obtenir la citoyenneté roumaine, ils doivent prouver qu’ils sont nés dans les parties du territoire moldave qui faisaient partie de la Roumanie jusqu’en juin 1940, avant l’annexion par l’Union soviétique. Elle présente par ailleurs la particularité de ne pas exiger des requérants qu’ils résident ou aient résidé en Roumanie. Mais, et ceci est crucial, cette loi fonctionne sur une logique de rapatriement : à propos des Moldaves (qui sont appelés « Bessarabiens » — Basarabeni), la loi roumaine parle de « recouvrement » (rebobândire). Ils bénéficient d’un traitement spécifique, puisque le législateur roumain considère que les Moldaves récupèrent la citoyenneté roumaine qui leur avait été – injustement - retirée. Toutefois, et ceci est tout aussi crucial, cette loi ne fait pas mention d’un critère ethnique : elle n’est pas uniquement destinée aux Moldaves roumanophones, et ne peut donc être considérée comme un outil de promotion d’une conception ethnique de la citoyenneté roumaine. Cette mesure d’urgence fut toutefois suspendue en 2001, à la demande de la Commission européenne, trois semaines avant la levée de l’obligation de visa faite aux Roumains pour l’entrée dans l’espace Schengen. Un terme est ainsi mis à une procédure qui était supposée générer un appel d’air en direction de la Roumanie et, de là, vers l’Europe occidentale. Ces spécificités du cadre légal ont eu un effet indéniable sur la circulation transfrontalière : dès le début des années 1990, celle-ci a pu se mettre en place et se développer sans entraves grâce à l’obtention de la citoyenneté roumaine. La loi fut modifiée en 2003. Depuis, les Moldaves passent par une procédure identique à celle des autres étrangers : ils doivent par exemple prouver qu’ils ont résidé en Roumanie pendant quatre ans pour pouvoir obtenir la citoyenneté roumaine (Ambassade de Roumanie en République de Moldavie).

Tableau : Disjonctions géopolitiques et mobilités régionales autour de la nouvelle frontière de l’Union européenne (2007)

Période

Nbr demandes déposées

Nbr dossiers acceptés

1991-2001

-

98 000

2002

3 060

-

2003

16 490

6

2004

5 107

257

2005

2 692

1 591

2006

3 178

488

2007

441

88

Total période 2002-2007

30 968

2 430

Source : Ministère roumain de la Justice ; BBC Romanian (7 mars 2007)

54Au cours de l’été 2006 les Moldaves se précipitèrent pour demander la citoyenneté roumaine : 300 000 lettres d’intention furent reçues en deux mois (août-septembre), et, au début du mois de mars 2007, le Président roumain Traian Băsescu a fait état de 800 000 lettres d’intention de la part de ressortissants moldaves. Cette déclaration a déclenché l’ire du gouvernement à Chişinău, qui l’a accusé d’exagérer volontairement le nombre de dossiers afin d’asseoir son influence sur la population moldave. Cette discorde supplémentaire est l’une des causes mentionnées lorsque les autorités moldaves refusent finalement l’ouverture des deux nouveaux consulats roumains.

  • 14 La demande se déroule en deux temps. Le sollicitant doit d’abord envoyer une lettre d’intention aux (...)

55La portée réelle du dispositif est tout à fait exagérée dans les polémiques actuelles, qui ont toutefois contraint les autorités roumaines à diffuser des chiffres qu’elles rechignaient à rendre publics jusqu’alors. Les chiffres suivants portent sur le nombre de dossiers effectivement déposés, largement inférieurs au nombre de lettres d’intention reçues.14

56Depuis le changement de loi en 2003, moins de 2 500 demandes ont obtenu une réponse positive ; et les autorités roumaines admettent que les quelque 28 000 demandes restantes n’ont pas été traitées par les services compétents au Ministère roumain de la Justice. À l’heure actuelle, il faut attendre trois à quatre années avant que le dossier ne soit traité. Il n’en demeure pas moins que la problématique de la citoyenneté roumaine cristallise les tensions car elle pointe les défaillances du gouvernement moldave, peu capable de répondre aux attentes de ses citoyens, et peut remettre en question la légitimité de l’Etat moldave. Ceci dénote aussi la prégnance des préoccupations identitaires dans les négociations politiques liées aux circulations et à la gestion de la frontière.

Conclusion

57La République de Moldavie est-elle une périphérie de l’Union européenne, et si oui, comment se construit cette relation par nature asymétrique ? Au vu de l’importance croissante que prend l’UE sur la scène géopolitique postcommuniste, il serait tentant de croire que l’Europe communautaire mène la danse. Cet article cherchait cependant à identifier d’autres acteurs de la construction territoriale de l’Europe et de ses voisins, à partir de l’examen de mobilités marchandes développées depuis une quinzaine d’années entre la Roumanie et la République de Moldavie. Ainsi, il est apparu que la « mise en périphérie » des voisins de l’UE - ici la Moldavie - procède tout autant de dynamiques venues « d’en bas », de pratiques et modes de vie des habitants de certains espaces, que des politiques initiées depuis Bruxelles.

58La circulation commerçante autour de la nouvelle frontière orientale de l’UE agit comme un facteur intégrateur des territoires adjacents, tant du côté roumain que du côté moldave. Guidée par les recompositions politiques et économiques de la transition, elle met en relation des lieux et des hommes. Elle crée du lien là où les régimes communistes s’étaient efforcés de les réduire au maximum. Ce faisant, elle se heurte à l’élargissement européen qui, jusqu’à présent au moins, est supposé se faire grâce à une nette dissociation entre l’intérieur (les Etats membres, dont la Roumanie nouvellement entrée) et l’extérieur (ceux qui n’entreront pas, dont la République de Moldavie). En fin de compte, de multiples acteurs jouent un rôle dans la construction des périphéries de l’Europe et, partant, de l’Europe elle-même. Les négociations en cours autour de la frontière roumano-moldave, du régime de circulation des ressortissants moldaves et de leur accès à la citoyenneté roumaine montrent à quel point les enjeux géopolitiques, sociaux et économiques locaux et/ou régionaux interviennent dans la concrétisation du projet européen. Les touristes-commerçants moldaves, par leur circulation fréquente, contraignent l’Europe : alors qu’elle cherche à faire appliquer voire à imposer sa norme, les acteurs locaux négocient et font évoluer des dispositions prises pour eux en d’autres lieux. L’élargissement de l’Union européenne est un processus qui entrecroise des décisions prises à l’échelle supranationale, des intérêts nationaux et des dynamiques socio spatiales locales. Si l’Union européenne cherche à définir ses périphéries, les périphéries jouent, par effet de retour, sur les décisions du centre.

Haut de page

Bibliographie

BODNAR J., 1998, “Assembling the Square : Social Transformation in Public Space and the Broken Mirage of the Second Economy in Postsocialist Budapest”, Slavic Review, vol.57, n° 3, p. 489-515.

CENTRUL ROMÂN PENTRU JURNALISM DE INVESTIGAŢIE (CRJI, Centre Roumain du Journalisme d’Investigation), 2003, Reportage sur les frontières de la Roumanie, voir ce site : http://www.crji.org

CHELCEA L., LATEA P., 2000, România profundă în communism. Dileme identitare, contract social şi economie secundară la Sântana [La Roumanie profonde. Dilemmes identitaires, contrat social et économie secondaire à Sântana], Bucarest, Nemira.

CHELCEA L., LATEA P., 2004, « Cultura penuriei : bunuri, strategii şi pratici de consum în România anilor ’80 [La culture de la pénurie : biens, stratégies et pratiques de consommation dans la Roumanie des années 80] », in Neculau A. (coord.), Viaţa cotidiană în communism, Iaşi, Polirom.

CHELCEA L., RADU C., CONSTANTINESCU L., 2005, « Informalizare şi instituţionalizare : geografia compărării şi pieţele agricole din două sectoare ale Bucureştiului » [Informalisation et institutionnalisation : géographie des achats et marchés agricoles dans deux secteurs de Bucarest], in Chelcea L., Mateescu O. (coord.), Economia informală în România : Pieţe, practici sociale şi transformări ale statului după 1989 [Economie informelle en Roumanie : marchés, pratiques sociales et transformations de l’Etat après 1989], Bucarest, Paideia.

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES, 2003, L’Europe élargie – Voisinage : un nouveau cadre pour les relations avec nos nouveaux voisins de l’Est et du Sud, Bruxelles.

DEMIAN A. 2004, « Roumanité et moldavité en République de Moldavie. Lorsque culture et ethnicité renvoient à des logiques conflictuelles », La Nouvelle Alternative, vol.19, n° 63, p. 49-59.

DURA G., 2006, « A tale of two visa regimes – Repercussions of Romania’s accession to the EU on the freedom of movement of Moldovan citizens », Eurojournal.org, voir ce site : http://eurojournal.org/index.php

FISH M., EDWARDS L., 1989, « Shadow trading by international tourists in the Soviet Union », Journal of Criminal Justice, vol.17, p. 417-427.

GUILD E., 2005, « What is a Neighbour? Examining the EU Neighbourhood policy from the Perspective of Movements of Persons », Liberty and Security, [En ligne]: http://www.libertysecurity.org

HACHI M., 2005, Modul de trai al populatiei Republicii Moldova [Le mode de vie de la population de la République de Moldavie], Chişinău, Editura ASEM

HEINTZ M., 2005, « Moldova versus Romania : the cold war of national identities », Romanian Review of Political Sciences and International Relations, vol. II, n°1, pp. 71-81

IGLICKA K., 2001, « Shuttling from the former Soviet Union to Poland : from ‘primitive mobility’ to migration », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol.27, n° 3, p. 505-518.

INSTITUTUL PENTRU POLITICE PUBLICE BUCUREŞTI (Institut pour les Politiques Publiques, IPP Bucarest), Institutul pentru Politice Publice Chişinău (Institut pour les Politiques Publiques, IPP Chişinău), 2002, Consolidation of Border Security and Regional Stability, Bucarest, Chişinău

INSTITUTUL PENTRU POLITICE PUBLICE CHIŞINĂU (Institut pour les Politiques Publiques, IPP Chişinău), 2004a, Migration Policies in the Republic of Moldova, Chişinău.

INSTITUTUL PENTRU POLITICE PUBLICE CHIŞINĂU (Institut pour les Politiques Publiques, IPP Chişinău), International Labour Organisation, 2004b, Trafficking in Children for Labour and Sexual Exploitation in Moldova, Chişinău/ Genève.

INTERNATIONAL CENTER FOR MIGRATION POLICY DEVELOPMENT, 2005, Overview of the Migration Systems in the CIS Countries, Vienne.

JEANDESBOZ J., 2005, « La genèse de la politique européenne de voisinage : des logiques d’inclusion et d’exclusion aux frontières de l’Union européenne ? », Liberty and Security, voir ce site : http://www.libertysecurity.org

KONSTANTINOV Y., 1996, « Patterns of Reinterpretation : Trader-Tourism in the Balkans (Bulgaria) as a Picaresque Metaphorical Enactment of Post-Totalitarianism », American Ethnologist, vol.23, n° 4, p. 762-782

LĂZĂROIU S., 2003, More « Out » Than « In » at the Crossroads between Europe and the Balkans, Genève, Organisation Internationale pour les Migrations, série Migration Trends in Selected Applicant Countries, vol.IV

MATEI C. (dir.), 2005, Impactul migraţiei populaţiei asupra situaţiei demografice din Republica Moldova [L’impact de la migration de la population sur la situation démographique de la République de Moldavie], Chişinău, Editura ASEM.

POLESE A., 2006, « Border Crossing as a Daily Strategy of Post Soviet Survival : the Odessa- Chişinău Elektrichka », The Anthropology of Eastern Europe Review, vol. 24, n°1, p.28-37.

POPESCU G., 2006, Transborder State Reterritorialization in Eastern Europe : the Lower Danube Euroregion, Tallahassee, Dissertation of The Florida State University.

SANDU D., RADU C., CONSTANTINESCU M., CIOBANU O., 2004, “A Country Report on Romanian Migration Abroad : Stocks and Flows after 1989”, Prague, Multicultural Center, voir ce site : http://www.migrationonline.cz

SANDU D. (dir.), 2006, Locuirea temporară în străinătate. Migraţia economică a românilor : 1990-2006 [La résidence temporaire à l’étranger. La migration économique des Roumains : 1990-2006], Bucarest, Fundaţia pentru Societate deschisă.

SÍK E., 1999, « The Spatial Distribution of Informal Marketplaces and Informal Foreign Traders in Contemporary Hungary », in Feigë E. L., Ott K. (dir.), Underground Economies in transition, Aldershot, Ashgate, p. 275-306.

SÍK E., WALLACE C., 1999, « The Development of Open-Air Markets in East-Central Europe », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 23, n° 4, p.697-714.

SWORD K., 1999, « Cross-Border ‘Suitcase Trade’ and the Role of Foreigners in Polish Informal Markets », in IGLICKA K., SWORD K. (dir.), The Challenge of East-West Migration for Poland, Londres, Macmillan, p. 145-167.

VAN DE VELDE M., MARCINCZAK S., 2005, “From Iron Curtain to Paper Wall : The influence of border-regimes on regional economies and societies. The life, death and resurrection of the bazars in the Łódź-region, Nijmegen”, Research Group Governance and Places, University of Nijmegen, Working Paper Series, n° 5

WALLACE C., SHMULYAR O., BEDSIR V., 1999, « Investing in Social Capital : the Case of Small-Scale, Cross-Border traders in Post-Communist Central Europe », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol.27, n° 3, p. 751-770

Sites web

Site de l’Ambassade de Roumanie en République de Moldavie : http://chisinau.mae.ro

Site du Conseil de l’Union européenne : http://www.consilium.europa.eu

Site d’Adevărul : http://www.adevarulonline.ro

Site de BBC Romanian :http://www.bbc.co.uk/romanian/

Site de Evenimentul Zilei : http://www.evz.ro

Site de Flux : http://flux.md

Site du Gardianul : http://www.gardianul.ro

Site de Gândul : http://www.gandul.info/

Site du Jurnal de Chişinău : http://www.jurnal.md

Site du Moldova Azi : http://www.azi.md

Site de România Liberă : http://www.romanianlibera.ro

Site du Ziarul de Iaşi : http://www.ziaruldeiasi.ro

Haut de page

Notes

1 Cette recherche a été commencée lors d’un postdoctorat au Centre d’Etude des mondes Russe, Centre-Européen et Caucasien de l’EHESS en 2005-2006. L’enquête a jusqu’à présent été menée à Iaşi, principal centre urbain proche à l’Est de la Roumanie et destination majeure pour le commerce transfrontalier des Moldaves. Une trentaine d’entretiens a été réalisée, tant avec des Moldaves qu’avec les administrateurs des marchés sur lesquels les commerçants sont installés.

2 Le programme TACIS (Technical Assistance to the Commonwealth of Independent States), destiné aux membres de la Communauté des Etats Indépendants, a été lancé par la Commission européenne en 1991 afin d’y soutenir la transition politique et économique.

3 En Ukraine Odessa polarise ce commerce, ce qui était déjà le cas à l’époque soviétique (Polese, 2006).

4 Nous reprenons les définitions de l’institutionnel et du formel avancées par Sík et Wallace (Sík, Wallace, 1999) : est institutionnalisé ce qui réapparaît de façon chronique en un lieu, même si c’est quelque chose d’illégal. Est formel ce qui est soumis à une régulation de l’Etat.

5 En outre l’émigration mène généralement à une situation de monoparentalité et ne fait donc qu’accroître la vulnérabilité.

6 En témoigne, par exemple, la création en 2004 de l’agence Frontex destinée à la surveillance des frontières externes de l’UE et localisée à Varsovie.

7 Le contrôle des frontières était jusqu’alors du ressort de l’armée.

8 Accord sur les voyages réciproques, du 29 juin 2001 ; Accord du 27 juillet 2001 sur la réadmission des étrangers ; protocole pour le voyage des citoyens du 27 septembre 2001.

9 En 2001, le salaire moyen en République de Moldavie est de 40 euros environ, et obtenir un passeport revient à 32 euros.

10 Observations personnelles pendant l’été 200.

11 Les Roumains peuvent pour leur part entrer en Moldavie sans visa. Voir l’Accord entre le Gouvernement de Roumanie et le Gouvernement de République de Moldavie sur le régime de la circulation des personnes du 20 octobre 2006.

12 Notamment ceux déposés par les lycéens et étudiants moldaves formés en Roumanie.

13 Par exemple, depuis le premier janvier 2007, un Moldave désireux de se rendre en Italie doit d’abord demander un visa roumain pour aller en Roumanie afin d’y déposer une demande de visa Schengen auprès de la représentation consulaire de l’Italie.

14 La demande se déroule en deux temps. Le sollicitant doit d’abord envoyer une lettre d’intention aux autorités consulaires roumaines en Moldavie. Dans un second temps, il est convoqué par le Consulat pour déposer le dossier de demande de naturalisation.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Disjonctions géopolitiques et mobilités régionales autour de la nouvelle frontière de l’Union Européenne (2007)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/902/img-1.png
Fichier image/png, 125k
Titre Planche I. 1,2. Le bazar de Iaşi, premier lieu du commerce des Moldaves
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/902/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Crédits Clichés, B. Michalon, 2006
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/902/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Planche II.1,2. Les commerçants moldaves sur un marché d’alimentation à Iaşi
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/902/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Crédits Clichés B. Michalon, 2006
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/902/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Planche III.1,2. Les interstices urbains et la contrebande
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/902/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Crédits Clichés B. Michalon, 2006
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/902/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Michalon, « La périphérie négociée. Pratiques quotidiennes et jeux d’acteurs autour des mobilités transfrontalières entre la Roumanie et la Moldavie », L’Espace Politique [En ligne], 2 | 2007-2, mis en ligne le 01 avril 2007, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/902 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.902

Haut de page

Auteur

Bénédicte Michalon

Chercheur associé, chargée de recherche au CNRS
ADES (UMR 5185)
b.michalon@ades.cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org