Navigation – Plan du site

Implantation et stratégie du parti indépendantiste Tavini Huira’atira dans les espaces urbanisés de Tahiti

Implementation and Strategy of the Tavini Huira'atira Independence Party in the Urbanized Areas of Tahiti
Nicolas Tourland

Résumés

Depuis 2004, le principal parti indépendantiste polynésien, le Tavini Huira’atira, s’est véritablement imposé comme une force politique d’envergure en Polynésie française. Développant une idéologie nationaliste, dont le but ultime est une évolution politique du territoire en dehors de la République, son leader Oscar M. Temaru a été plusieurs fois élu à la présidence du territoire. En réalité ces différents succès électoraux son davantage basés sur l’exploitation des dualités spatiales que sur une véritable adhésion de la population au concept d’indépendance. Autour de la capitale polynésienne, Papeete, les facteurs du vote indépendantiste apparaissent clairement sous le prisme de la géographie : difficulté économique, positionnement sociologique, appartenance ethnique sont autant de données centrales.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Loi organique n° 2004-192 du 27 février 2004 portant statut d’autonomie de la Polynésie française, (...)

1La très forte instabilité politique qui secoue la Polynésie française depuis l’année 2004 a fait émerger une rupture politique d’importance dans l’archipel qui était jusqu’ici gouverné par le leader autonomiste Gaston Flosse. Ce « pays d’outre-mer au sein de la République »1 a en effet vu arriver au pouvoir une coalition indépendantiste (Union pour la démocratie UPLD) menée par le charismatique Oscar Manutahi Temaru. La coalition UPLD, principalement composée du Tavini Huira’atira, s’est peu à peu imposée comme la deuxième force politique du territoire.

2Les raisons de cette émergence sont à chercher dans l’épuisement progressif d’un système mis en place depuis près de quinze années par Gaston Flosse d’une part, et l’apparition conjointe d’une volonté de changement, symbolisée par son synonyme tahitien « taui » lors de la présidentielle de 2004 d’autre part. Ce succès électoral témoigne t-il pour autant d’une adhésion pleine et entière de la population au concept d’indépendance ? Quelles sont les véritables logiques qui commandent le vote indépendantiste ? La géographie peut-elle nous aider à comprendre l’espace politique polynésien ? En d’autres termes : la stratégie du Tavini Huira’atira peut-elle se lire dans la configuration territoriale ?

3D’un point de vue géographique remarquons d’abord qu’il s’agit d’un espace insulaire et même archipélagique : 118 îles réparties sur cinq archipels. D’un point de vue politique il s’agit d’une revendication indépendantiste qui n’est d’ailleurs pas propre à la Polynésie française, elle se retrouve sur d’autres terres ultramarines : c’est le cas en Martinique, en Guadeloupe, en Nouvelle-Calédonie par exemple. Ceci peut interroger le lecteur sur l’existence d’un lien entre milieu insulaire et revendication indépendantiste.

4Comme le souligne François Taglioni, l’étendue maritime entre l’île et la métropole d’une part et l’absence de frontières terrestres d’autre part tend, chez certains leaders, à rendre légitime une revendication indépendantiste (Taglioni, 2005). Ceci ne veut pour autant pas dire que l’insularité soit une condition essentielle à la naissance d’un mouvement indépendantiste : au sein de l’outre-mer français la Guyane en est un bon exemple. Dés lors la situation géographique périphérique de ces territoires peut davantage sembler être un critère pertinent pouvant justifier les volontés séparatistes. Le territoire métropolitain est lui-même marqué par ces rapports centre-périphéries conflictuels : les indépendantismes breton, basque et corse le montrent bien. Il peut être également nécessaire d’introduire une distinction entre situation périphérique et enclavement (Taglioni, 2007). Il serait en effet inexact de dire que ces territoires périphériques, en métropole comme en outre-mer, sont enclavés c’est-à-dire souffrent de leur localisation périphérique en terme d’accessibilité notamment. L’île de Tahiti par exemple dispose d’un aéroport international et d’infrastructures portuaires qui tendent à la relier à l’hexagone ou aux pays voisins. En revanche pour les îles et archipels éloignés de Tahiti la question se pose davantage. Pourtant l’archipel des Marquises, qui est sans doute parmi les plus enclavés de Polynésie française, car éloigné de l’île principale Tahiti, est loin d’être un bastion du parti indépendantiste. Ses électeurs ont un sentiment important d’attachement à la France. Il n’est donc pas légitime d’inclure un quelconque lien déterministe entre la nature physique d’un territoire et sa configuration politique. Il faudra alors prendre en compte d’autres facteurs pour comprendre les faits politiques notamment en adoptant une échelle d’analyse plus précise.

5Du fait de cette échelle spécifique, les conclusions tirées ici ne devront pas être étendues à la globalité de l’archipel polynésien. Les arguments exploités dans ces lignes ne s’appliquent en effet généralement pas dans les autres îles et archipels de Polynésie française. Les logiques politiques ne sont pas les mêmes dans des îles éloignées aux faibles densités de population.

6Notre étude s’intéresse ainsi à la stratégie suivie par le parti au cœur de l’agglomération de Papeete, de la commune de Faa’a à celle de Pirae. Il s’agit ici de l’espace le plus urbanisé de l’archipel avec une densité moyenne de 780 habitants au kilomètre carré (hab./km²). Ce dernier chiffre cache des disparités parfois très importantes, ainsi la commune de Pirae a une densité de 418 hab./km² alors que pour celle de Papeete, cette donnée s’élève à 1370 hab./km². Cette concentration de population n’est pas sans poser des contraintes en aménagement du territoire, notamment celle du logement. Ces statistiques essentielles de la géographie locale sont étudiées par les cadres du parti qui tentent d’établir une stratégie pour conquérir la plus grande part de l’électorat.

  • 2 Ces données sont issues du Recensement général de la population de 1996.

7Les variables fondamentales de la démographie, telle que la répartition de la population entre groupes ethniques montrent à nouveau une fragmentation : près de 70 % de la population est d’origine polynésienne (ma’ohi), 17 % est métissée et une minorité, 10 %, est d’origine européenne2. Là encore, il s’agit d’une carte à jouer pour le parti en tentant de faire émerger un sentiment national dans la majorité autochtone ma’ohi. Pour ce faire, le Tavini utilise les thématiques culturelles et historiques pour s’opposer à l’héritage légué par la métropole.

Une configuration territoriale marqué par une persistance de la pauvreté

8Il est essentiel de rappeler les données fondamentales de l’économie polynésienne, sans lesquelles la stratégie du parti serait difficilement compréhensible. La principale mesure réclamée par le Tavini n’est plus vraiment une indépendance ferme et immédiate mais plutôt l’engagement de l’État à accompagner le territoire jusqu’à l’indépendance à l’horizon d’une dizaine d’années. Cette ligne d’inflexion, n’est peut-être pas étrangère au passage de Monsieur Temaru au poste de chef de l’exécutif polynésien pendant plus de deux années et demi : de juin à octobre 2004, de mars 2005 à décembre 2006 puis de septembre 2007 à février 2008.

  • 3 Extrait de l’Accord sur la Nouvelle-Calédonie signé à Nouméa le 5 mai 1998, JORF, n°121 du 27 mai 1 (...)

9Cette nuance dans la revendication indépendantiste a aussi très probablement rapport avec les récentes évolutions en Nouvelle-Calédonie, le Tavini entretien justement des rapports étroits avec les indépendantistes kanaks. Le processus d’évolution de la place de l’État, issu de l’accord de Nouméa de 1998, tend à donner de plus grandes responsabilités locales au territoire. Dès lors, depuis cette date, le chemin le plus sûr pour une accession à l’indépendance est tracé relativement clairement. La notion de « souveraineté partagée » apparaît ainsi dans le texte juridique : « Le partage des compétences entre l’État et la Nouvelle-Calédonie signifiera la souveraineté partagée »3. Plus concrètement ce partage est échelonné dans le temps selon un échéancier précis avec plusieurs étapes de transferts de compétences, en 2004 et 2009 notamment (Faberon, 2002). Cette voie empruntée par les différents protagonistes en Nouvelle-Calédonie apparaît donc comme une piste qu’il serait possible de suivre en Polynésie française. Nous pouvons penser que le Tavini aujourd’hui tend davantage à se diriger vers ce parcours fléché institutionnel plutôt que vers un projet d’indépendance brutale et soudaine.

  • 4 Soit en 2006, 160 milliards de Francs CFP sur un PIB polynésien estimé à 530 milliards, d’après les (...)
  • 5 Soit 42 milliards de Francs C.F.P, d’après les données du Haut-Commissariat de la République en Pol (...)

10Il est vrai qu’un projet d’indépendance précipité ne ferait sans doute qu’aggraver un certain nombre de difficultés économiques et sociales que connaît aujourd’hui cette collectivité d’outre-mer. Remarquons par exemple que plus d’un tiers de son Produit intérieur brut (PIB) provient des transferts financiers directs de la métropole4. A titre de comparaison, les recettes du secteur touristique, que l’on imagine vu de métropole comme étant très développées, s’élèvent à seulement 9 % du PIB5 en 2006.

11Aussi, le soutien par la métropole est plus que nécessaire, et le Secrétaire d’État à l’outre-mer, Monsieur Yves Jego, lors de sa visite dans l’archipel du 19 au 25 juillet 2008, a répété avec insistance que l’État ne se désengagerait pas financièrement de la Polynésie française. Au programme de sa visite figurait notamment un déplacement dans des quartiers d’habitats insalubres de la commune de Faa’a. Le logement est en effet un secteur dans lequel s’expriment ces difficultés économiques.

12Au sein même de la capitale polynésienne (Papeete) la lecture du paysage révèle la présence d’habitat très précaire, concentré, sans viabilisation ni assainissement associés à des groupes fortement paupérisés. Ce type d’habitat ne se trouve pas forcément sur les marges périphériques de la ville, mais parfois non loin de son centre attractif, au sein d’espaces relativement ouverts sur le reste du tissu urbain.

Carte 1 : L’habitat insalubre dans le bureau de vote de Mamao Sud

Carte 1 : L’habitat insalubre dans le bureau de vote de Mamao Sud

13La CARTE 1, montre clairement qu’il s’agit bien de poche de logements, à Papeete en tous cas ; des quartiers dont la délimitation est précise. Ce quartier d’habitat insalubre existe depuis plus de quinze années selon le politologue Bruno Saura : « Le secteur de Mamao est sans doute un des plus pauvres de la ville et les logements insalubres ne s’y comptent plus » (Saura, 1993). Le même chercheur souligne au début de la décennie 1990 que le quartier est une aire d’immigration pour les habitants venus des archipels éloignés, notamment des Australes (idem).

  • 6 Béatrice Vernaudon, Question n° 113566 adressée au ministre de l’outre-mer, publiée au Journal Offi (...)
  • 7 Entretien informel réalisé le 20 mai 2008 avec une habitante d’un quartier insalubre de Mamao sud à (...)
  • 8 Idem.

14En effet ces personnes ont quitté les archipels pour espérer profiter du développement économique considérable qui a commencé à toucher Tahiti surtout après l’ouverture du Centre d’expérimentation du Pacifique (CEP) à la fin des années 1960 et au début des années 1970. Mais l’arrivée massive de ces populations et leur installation sur l’agglomération de Papeete essentiellement, a conduit à la construction de ces nombreux logements précaires. Une étude de 2002 avait mis en évidence l’existence de 13 000 logements insalubres à l’échelle de la Polynésie française6. Les problèmes rencontrés par les habitants au quotidien sont nombreux. Une habitante interrogée expliquait, par exemple, que les glissements de terrain avaient des conséquences ravageuses sur ces habitats précaires lors de la saison des pluies, surtout au sud du bureau de vote, là où les dénivellations sont relativement importantes7. Elle prenait également l’exemple d’un incendie qui s’est produit en 2002, et pour lequel la municipalité de Papeete n’est pas intervenue pour proposer des moyens de relogement8.

  • 9 Béatrice Vernaudon, Question n° 113566 adressée au ministre de l’outre-mer, publiée au Journal Offi (...)

15Plus globalement, précisons que le problème du logement social en Polynésie française est très important, 7 300 familles sont en attente d’attribution9. Si l’on estime que chaque famille est composée de trois personnes en moyenne (estimation de l’auteur), cela représente alors 8,5% de la population de Polynésie française qui est en attente de logements sociaux. Pourtant les constructions d’immeubles de logements sont très visibles à l’échelle de la ville de Papeete. Sur la carte 1 la résidence Kaoha Nui est représentée, actuellement en construction, elle est d’une capacité future de 114 logements.

  • 10 Pascal Martin, L’instabilité politique à l’origine de tous les maux, La dépêche de Tahiti, samedi 3 (...)
  • 11 Entretien informel avec une habitante de Mamao sud, op.cit.
  • 12 Béatrice Vernaudon, Question n° 113566 adressée au ministre de l’outre-mer, publiée au Journal Offi (...)

16Outre la problématique de l’habitat, il faut aussi savoir qu’il n’existe pas de Revenu minimum d’insertion (RMI) en Polynésie française, les hommes politiques ont en effet toujours considéré ce revenu comme une porte ouverte sur l’assistanat social. Les personnes qui n’ont pas d’emplois sont donc dans une situation de grande pauvreté. Cela concerne apparemment un nombre important de personnes et les observateurs s’accordent à dire que le taux de chômage de 12% affiché par les différents gouvernements depuis 1994, et jamais réactualisé depuis, serait largement en-dessous de la réalité10. L’habitante interrogée ici a expliqué que sa famille de quatre enfants ne disposait que du revenu de son mari pour vivre au quotidien11 ; plus largement, ce sont près de 80% des familles vivant dans ce type d’habitat qui déclarent des revenus bruts inférieurs à 1064 euros mensuels12. Le tout dans un contexte de fortes tensions sur les prix des produits alimentaires de première nécessité. Le Secrétaire d’État à l’outre-mer a justement annoncé, le 22 juillet 2008 après avoir été interpellé par certains syndicats, la création prochaine d’un Observatoire des prix pour la Polynésie française tant l’inflation semble importante.

  • 13 Entretien avec Michael Taputu, rédacteur en chef pour la radio indépendantiste Te reo o Tefana, réa (...)

17Ainsi l’écart de revenus et donc de mode de vie, entre ces populations les plus défavorisées et celles qui ont le plus de moyens est considérable. La lecture du paysage révèle aisément ces différences de mode de vie. De manière générale, la hiérarchisation du terrain montre que les fonds de vallées sont plutôt occupés par des populations à faible niveau de vie, à l’inverse des hauteurs du relief qui sont elles occupées par des habitats résidentiels aisés13. Cette stratification socio-spatiale est particulièrement vraie pour l’exemple de la vallée du Titioro à Papeete, (bureau de vote numéro 9 sur la CARTE 2) ou à l’inverse pour les hauteurs de la ville de Pirae à l’Est de Papeete.

18Le parti indépendantiste Tavini Huira’atira doit, pour mener a bien son projet d’indépendance, parvenir à convaincre la population de la nécessité de sortir de la tutelle française. Il lui faut pour cela tenir compte de ces fragmentations socio-spatiales et jouer habilement de ces données dans ses discours. L’acteur géographique que nous étudions ici manipule donc deux échelles géographiques distinctes : la possible et souhaitée dimension étatique de l’archipel dans son projet politique, et la dimension locale (dans les espaces urbanisés de Tahiti) de son électorat confronté à des problèmes concrets.

De l’observation d’une corrélation géographique…

  • 14 Entretien avec M. Taputu, op.cit.

19Un des axes de la stratégie du parti d’Oscar M.Temaru est de tenter de profiter des difficultés économiques et des relations tendues avec Paris pour asseoir son idéologie indépendantiste. Par exemple, la commune dont il est le maire, Faa’a, est une des rares en France à ne pas percevoir de subventions liées aux gênes occasionnées par l’aéroport. Pourtant, il s’agit bien d’un aéroport international qui compte de nombreuses habitations dans son environnement immédiat. Selon un journaliste local, la raison principale en est que l’État connaît des réticences à injecter des fonds publics dans ce qu’il considère d’abord comme la première commune indépendantiste de Polynésie française14. C’est pourtant une ville où la pauvreté et le logement insalubre sont très répandus. L’électorat populaire de Faa’a constitue justement la base électorale grâce à laquelle O. M. Temaru est réélu depuis le début des années 1980. Cette population économiquement pauvre est très sensible à l’argumentaire nationaliste développé par le Tavini.

  • 15 Entretien réalisé le 22 mai 2008 avec Maurea Maamaatuaiahutapu, militante du Tavini Huira’atira, As (...)
  • 16 Idem.

20La prise de distance que le leader indépendantiste souhaiterait prendre par rapport à la métropole s’explique entre autres par le fait que selon lui ce sont les « étrangers » (popa’a) qui sont la source de tous les problèmes économiques. C’est dans ce sens qu’il faut interpréter certaines orientations prises par les gouvernements UPLD et qui visent à favoriser la création d’entreprises pour les autochtones, sous forme d’aides et de conseils notamment. Le problème est, selon l’avis d’une militante de la branche radicale du parti, qu’il y a « de plus en plus d’étrangers »15, en l’occurrence ici des métropolitains venus créer leurs entreprises en profitant des dispositifs de défiscalisation pour l’outre-mer. Selon cette même militante, une réforme du droit de vote serait également utile : aujourd’hui le délai minimal de résidence sur le territoire nécessaire à l’obtention du droit de vote pour un métropolitain, est de six mois. Son souhait serait qu’il passe à trois ans, ce qui permettrait d’exclure la grande majorité des métropolitains présents, c’est-à-dire les fonctionnaires dont la durée du contrat en mutation est de deux ans16. Ce rejet de la France, cette forte dimension nationaliste associée à une préférence ethnique se retrouve dans les discours, avec la volonté d’obtenir le maximum de prérogatives de souveraineté pour s’affranchir des apports extérieurs. Les prises de paroles dans les meetings et dans les médias sont riches de sens. Par exemple, lors d’une interview pour la radio en 2006, Oscar M. Temaru s’est prononcé pour un changement de nom de l’archipel, point commun qu’il partage d’ailleurs avec Gaston Flosse, mais avec des arguments qui lui sont très personnels :

  • 17 Signifie : « le grand Tahiti ».
  • 18 Interview d’Oscar Temaru, le vendredi 22 septembre 2006 sur Radio France Outre-mer, (R.F.O).

« La première question est de savoir quel est le vrai nom de ce pays, certains disent que c’est la Polynésie française. Faites attention, cela signifie que notre pays sera envahi de bons à rien et de détritus de toute espèce. Demain nos enfants seront privés de travail et leur vie sera difficile. Par contre le nom de Tahiti Nui17 signifiera que ce pays nous appartient. »18

21Notons que l’appellation de Polynésie française est apparue pour la première fois en 1951 à l’assemblée territoriale pour remplacer la précédente dénomination d’Établissements Français d’Océanie (E.F.O). Déjà donc, au début des années 1950, des voix s’élevaient pour que figure le toponyme de Tahiti dans la désignation de l’archipel complet, ce qui peut s’interpréter comme un besoin d’ancrage territorial, de prise de distance par rapport à la puissance tutélaire.

  • 19 Entretien avec Unetea Hirshon, membre fondatrice du Tavini Huira’atira, proche d’Oscar M.Temaru, ré (...)

22Ce discours nationaliste est une explication simplifiée des problèmes économiques et sociaux de la société polynésienne, mais reste tout à fait crédible pour une partie de la population au niveau scolaire relativement bas et qui connaît de grandes difficultés économiques. Une des membres fondatrice du parti le reconnaît et affirme que l’électorat du parti est « à 99% » constitué de personnes disposant de très faibles revenus19. La CARTE 2 montre, entre autres choses, ces corrélations entre le vote UPLD et la pauvreté au premier tour des élections territoriales de janvier 2008.

23Sur le plan scientifique, le premier tour a été choisit ici comme marqueur car, compte tenu du nombre de formations politiques, en l’occurrence sept, le choix de l’une d’entre elles semble relever davantage d’une motivation rationnelle de l’électeur. Au second tour par contre, le choix d’une formation politique peut davantage se faire par opposition à une autre. Quand au choix du scrutin, il s’agit ici d’un vote de dimension territoriale, où la principale revendication du Tavini qu’est l’indépendance, trouve le plus son sens.

24Il est tout de même nécessaire de rappeler le résultat du premier tour à l’échelle de la Polynésie française dans son ensemble, à titre indicatif : la liste de Gaston Tong Sang (autonomiste) est arrivée en tête avec 36,5 % des voix, suivie de la liste de l’UPLD menée par Oscar M.Temaru avec 32,8 % et, enfin, la troisième force politique que constitue le Tahoera’a Huira’atira (autonomiste) de Gaston Flosse a obtenu 21,8 % des voix.

25Avant de rentrer dans l’étude des cas particuliers qui nous permettrons de mieux comprendre la ligne de conduite du parti, une dissymétrie est/ouest évidente est à remarquer sur la CARTE 2 : elle répond essentiellement à une différenciation socio-économique de l’électorat. Le politologue Bruno Saura note ainsi, à propos de Faa’a, qui apparaît sur notre carte très favorable à l’UPLD avec un score global de 51,6 %, qu’il s’agit d’une des communes qui a connu le plus de bouleversements socio-économiques depuis l’installation du CEP. La majorité de ses habitants est originaire des archipels et est plutôt ma’ohi, jeune et peu éduquée (Saura, 1993).

Cartes 2-3 : Au delà des différences, une base électorale commune

Cartes 2-3 : Au delà des différences, une base électorale commune

26La présence de l’aéroport a sans doute joué dans le choix d’installation de ces populations à Faa’a. Á l’inverse, la ville de Pirae compte un grand nombre d’habitats résidentiels, sur des terrains très étendus vers l’intérieur des terres : le score de l’UPLD y est très faible, seulement 16,8 %. Il faut se référer à la photo aérienne (CARTE 1), pour constater la relation entre pauvreté et vote UPLD à une échelle plus précise.

27Nous remarquons que les bureaux où l’habitat est le plus densément bâti sont de ceux où le vote indépendantiste est le plus fort. À Papeete par exemple, plusieurs bureaux se détachent clairement avec un score de plus de 40 % des suffrages exprimés. Certains d’entre eux sont situés sur les marges géographiques de la ville, notamment en fond de vallée encaissée pour le bureau numéro 9 à l’est, le long de la rivière Titioro. Par contre, le bureau numéro 7 de Mamao sud est dans une position centrale, ouvert sur la ville, mais comme nous l’avons vu dans la première partie de l’analyse, la présence de populations pauvres concentrées dans des logements précaires est un problème de longue date et explique en partie que l’UPLD y réalise son meilleur score sur la capitale polynésienne avec 50,13 % des suffrages exprimés au premier tour.

  • 20 Entretien avec Jean-Marc Regnault, historien et politologue proche du Tavini, réalisé le 21 mai 200 (...)
  • 21 Entretien informel avec une habitante du bidonville de Mamao, réalisé le 20 mai 2008.

28Cependant, il faut nuancer cette corrélation car l’électorat polynésien est, comme l’explique l’historien et politologue proche du Tavini, Jean-Marc Regnault, très divisé et structuré en réseaux20. Ces réseaux peuvent être familiaux, géographiques en fonction du lieu d’origine, de naissance, par exemple. C’est notamment cet argument qui permet de commenter les propos d’une habitante du quartier précaire de Mamao qui expliquait que le vote des habitants du quartier était dicté par un chef, sorte de guide tribal mis en place par la coutume21. Ces quartiers sont en effet tissés par les réseaux du Tavini. Sachant que la population qui vit dans ces habitats précaires provient en grande partie des îles et archipels éloignés, elle s’installe dans ce nouvel environnement en ayant perdu ses propres repères et réseaux et intègre le maillage territorial et politique tressé par les indépendantistes.

29Il est également possible de faire une démonstration en négatif, c’est à dire en étudiant les bureaux de vote qui se sont le moins exprimés en faveur de l’UPLD, en l’occurrence ici les bureaux centraux de Papeete. Ils correspondent, d’abord, au centre-ville dynamique, commercial et touristique. La population a donc plutôt un profil sociologique de cadres, professions libérales et commerciales et tire tous les avantages économiques possibles de la présence des touristes et étrangers de passage ; difficile donc d’y faire adhérer un discours en partie basé sur la peur du popa’a et des effets négatifs sur l’économie qu’il entraînerait. Ils correspondent ensuite à des quartiers à dominante résidentielle (Paofai, Orovini Sainte-Amélie) et il semble que ces logiques soient déjà en place depuis plusieurs années, comme le remarque le chercheur Bruno Saura : « La lecture des résultats du premier tour des élections législatives du 26 avril 1988, renforce l’idée, que les trois bureaux situées au Sud-Est de la ville (Orovini, Sainte-Amélie et Paofai) votent différemment du reste de Papeete » (Saura, 1993) avant d’ajouter plus loin que «(…) ces trois quartiers sont aussi parmi les plus résidentiels de Papeete » (Idem). Au-delà des universitaires, ces données géopolitiques sont surtout prises en compte par les acteurs eux-mêmes.

…à la mise en place d’une stratégie politique

  • 22 Entretien avec J.-M. Regnault, op.cit.

30Cette géographie électorale est fort logiquement très étudiée par les cadres du parti, car elle peut servir de base à l’élaboration d’une stratégie de conquête de l’électorat. Revenons aux derniers soubresauts politiques : après le second tour des élections territoriales de janvier 2008, Gaston Flosse (Tahoera’a Huira’atira) et Oscar M. Temaru décident d’une alliance pour faire face à Gaston Tong Sang (To Tatou Ai’a). Cette alliance, symbolisée par la création d’un groupe commun sur les bancs de l’Assemblée territoriale baptisé Union pour la démocratie la stabilité et la paix (UDSP) a beaucoup surpris en métropole. Au-delà d’une similitude d’intérêts à s’unir contre un homme politique considéré par le Tahoera’a et le Tavini comme trop proche de Paris, l’UDSP est aussi la concrétisation d’une volonté délibérée du Tavini de tenter d’accaparer une partie de l’électorat du Tahoera’a22. La carte 2, à l’échelle des trois villes de Faa’a, Papeete et Pirae, montre qu’une partie des électeurs de l’UPLD et du Tahoera’a Huira’atira sont sociologiquement très proches.

  • 23 Entretien avec U. Hirshon, op.cit.

31Pour souligner cette similitude il faut focaliser à nouveau notre attention sur le bureau numéro 9 de Papeete, Titioro sud. Nous avions relevé précédemment un très bon score pour l’UPLD avec 41,7 % des suffrages exprimés. Or, si l’on observe la carte des résultats du Tahoera’a, en rouge, ce bureau se distingue une nouvelle fois, et pour cause : le parti de Gaston Flosse y réalise son meilleur score à Papeete avec 30,4 % des suffrages exprimés. Ce chiffre est comparable à celui enregistré dans le bureau voisin, immédiatement à l’est, le numéro 3 de la ville de Pirae qui est de 36,23 %. Mais la forme d’habitat présente dans le bureau de Pirae n’est en rien semblable à celle du bureau numéro 9 de Papeete. La photo aérienne, consultée auprès du service de l’équipement du territoire, montre un quartier résidentiel avec une densité très inférieure à Titioro sud, raison pour laquelle le bureau de Pirae est géographiquement très étendu pour prendre en compte un nombre d’habitants comparable aux autres bureaux. Ce bureau de Pirae ne paraît donc pas être sociologiquement similaire au Titioro sud ; il représente la partie la plus connue de l’électorat du Tahoera’a, à savoir des profils de cadres, ou de riches métropolitains nouvellement installés par exemple. Le bureau du Titioro sud met lui en lumière la partie la moins connue de l’électorat Tahoera’a, constituée de personnes aux niveaux socio-économiques très proches de celles votant pour l’UPLD. C’est cette partie de l’électorat Tahoera’a que le Tavini souhaite récupérer grâce à l’UDSP et à l’affaiblissement continue du parti de G. Flosse23.

32Remarquons que la même démonstration aurait pu être faite avec le bureau numéro 13 de Faa’a, qui se détache lui aussi clairement sur la carte, mais ses limites géographiques ne sont pas clairement définies par la mairie, et laissent apparaître un doute sur la pertinence scientifique de l’analyse de ses résultats.

  • 24 Entretien avec Michael Taputu, op.cit.

33Cela étant, le lecteur doit s’interroger, n’est-ce pas là un jeu dangereux que de tenter d’homogénéiser l’électorat ? Car si le pari du Tavini fonctionne et que cet électorat populaire rejoint le parti indépendantiste, la masse démographique totale que représente le Tavini sera encore un peu plus composée de personnes en difficultés socio-économiques. Dés lors le clivage entre parti indépendantiste et parti autonomiste pourrait de plus en plus ressembler à la fracture sociale qui traverse le territoire, ce qui rendrait plus probable l’apparition de tensions. Pour reprendre le cas du bureau du Titioro sud, une redistribution des électorats selon la stratégie du Tavini aurait pour effet de rendre le bureau très en faveur de l’UPLD, à l’exact opposé des bureaux voisins de Pirae qui auraient eux logiquement tendance à voter To Tatou Ai’a, si le Tahoera’a n’existait plus, compte tenu de la proximité sociologique de ces deux électorats autonomistes. Déjà la recomposition de l’échiquier politique depuis l’arrivée au pouvoir de façon durable de Gaston Tong Sang et de son parti To Tatou Ai’a surtout depuis 2007, tend à constituer un véritable bord autonomiste très lié à la France qui tranche avec la distance que souhaiterait prendre Gaston Flosse et le Tahoera’a vis-à-vis de Paris. Le clivage est donc encore plus sévère entre Gaston Tong Sang et le Tavini qu’il ne l’était avec Gaston Flosse24.

34Cette accentuation du clivage autonomiste/indépendantiste tend à renforcer la peur de se faire expulser lors d’une éventuelle indépendance chez certains popa’a et personnes d’origines chinoises. Á l’avenir la situation pourrait donc être beaucoup moins calme si les électorats autonomiste et indépendantiste étaient calqués sur les niveaux de vie socio-économiques. En effet, à l’heure actuelle, le clivage autonomiste/indépendantiste n’est pas toujours le reflet de situations économiques et sociales opposées. Les observations faites sur le terrain, dans le bureau du Titioro sud, par exemple, montrent une grande pauvreté chez les deux électorats Tahoera’a et Tavini. Cette observation est facilitée par la visibilité des drapeaux des deux partis qui flottent au devant de chaque maison, de part et d’autre de la rue principale.

  • 25 Entretien avec J.-M. Regnault, op.cit.
  • 26 Entretien avec Sémir Al Wardi, politologue, Université de la Polynésie française, Punaauia.

35Le lien entre situation socio-économique difficile et vote indépendantiste étant maintenant établi, il convient de le nuancer car toutes les personnes votant indépendantistes ne sont pas forcément en situation précaire. En dehors de notre région d’étude, des logiques différentes peuvent être observées sur les îles et archipels éloignés de Tahiti : à l’échelle de ces micro-territoires, l’inquiétude principale est de savoir comment obtenir une part des richesses de la collectivité25. Dés lors le vote peut se faire en fonction des liens qu’aura par exemple su établir un homme politique local avec des décideurs influents à Papeete. Ces liens sont la garantie d’un certain nombre de transferts de moyens financiers depuis la capitale. Dans ce cas de figure, l’idéologie politique est très secondaire et est remplacée par les nécessités de survie économique en marge de Tahiti26. Ce type de vote calqué sur un modèle clientéliste peut aussi se retrouver dans les espaces urbanisés de Tahiti, cela dit il ne relève pas vraiment d’une stratégie politique claire. En revanche, s’il est un domaine central et solidement réfléchit dans le projet politique indépendantiste de conquête de l’électorat c’est celui de la mise en valeur de la culture précoloniale.

La culture ma’ohi aux sources du projet d’Etat-nation

  • 27 D’après le site : http://www.upld2008.com.

36La référence au fait culturel, fondé sur la réification de la société précoloniale ma’ohi , peut-être observée dans le discours du parti. Cette référence à la culture se traduit par la transposition de certains principes passés dans la société actuelle. Ainsi, la confiance en l’autosubsistance, s’explique-t-elle par « l’adhésion irréaliste à la doctrine économique de substitution d’importation, électoralement très porteuse » (Vigneron, 1995). Ce principe est notamment vrai pour les produits alimentaires, la filière porcine en est une bonne illustration puisque la production locale de porc est protégée par une prohibition d’importation. C’est ainsi que peuvent se comprendre certaines des dispositions du programme officiel du parti à l’élection territoriale de février 2008 qui visent à « fonder le développement sur les ressources économiques propres au pays » et à « dynamiser et rationaliser l’utilisation [de nos] ressources »27.

  • 28 Idem.
  • 29 Entretien avec U. Hirshon, op.cit.
  • 30 Idem.

37L’histoire elle-même est mise en valeur et diffusée le plus largement possible, à l’image d’enseignements dispensés par le Tavini à Papeete répondant à un des principes énoncés dans le programme électoral de 2008 qui est d’ : « améliorer le niveau de culture générale de la population »28. Au début de l’été 2008, selon la même logique, le hall de l’Assemblée de Polynésie française a accueilli une exposition sur le thème Résistance et résignation29 retraçant l’histoire de la conquête française de la Polynésie. Elle insistait sur les phases de résistances autochtones, dont la guerre franco-tahitienne (1844-1847) qui précéda l’établissement du protectorat français30.

  • 31 Entretien avec U. Hirshon, op.cit.

38Tout semble fait pour favoriser l’émergence d’un sentiment anti-français, « forger un homme nouveau » (Al Wardi, 2008) et permettre plus facilement l’opposition à la France, grâce à une population, et donc un électorat, conscient d’une culture commune partagée, autre que française. Il faut s’interroger sur le danger que peut représenter cette préférence culturelle. Les cadres du parti précisent bien en effet qu’il s’agit uniquement d’une préférence pour la culture ma’ohi et non pour l’ethnie ma’ohi31. Mais, quand bien même cette distinction entre culture et ethnie serait vraiment honnête de la part de l’élite politique, la société dans son ensemble parviendra t-elle à suivre cette subtile nuance ? La population ne risque t-elle pas de simplifier la question et de s’approprier le débat en glissant progressivement vers une préférence pour l’ethnie ma’ohi ? Il s’agit à l’évidence ici d’un jeu dangereux auquel sont confrontés les responsables politiques, une des menaces principales des dérives nationalistes.

  • 32 http://www.teaomaohi.pf, le triangle polynésien est formé par les îles Hawaï, l’île de Pâques et la (...)

39Il existe justement un mot en langue ma’ohi qui est le terme de popa’a signifiant « étranger », mais que les spécialistes définissent littéralement par « toutes les personnes qui ne sont pas nées dans le triangle polynésien »32. Au sein des gouvernements indépendantistes et autonomistes, il existe effectivement un ministère de « l’océanisation des cadres » chargé de promouvoir et faciliter l’accès à l’emploi pour les Polynésiens de souche.

  • 33 Oscar Manutahi Temaru, Maohinui (French Polynesia) : the need for independance, French polynesia, p (...)

40Le problème de la langue utilisée est aussi caractéristique de cette préférence pour une culture passée et de l’opposition à la métropole. Selon O. Temaru, les places publiques et les rues devraient toutes être rebaptisées avec des noms d’origines polynésiennes et les actes de « courage et de patriotisme des Polynésiens face à l’agression française » devraient être célébrés33. Un bon exemple en est le changement de nom d’une avenue importante de Papeete : l’ancienne avenue Bruat, du nom de l’Amiral de France Armand Joseph Bruat. Cet ancien militaire est à l’origine de l’établissement du protectorat français sur les domaines polynésiens de la reine Pomare IV au milieu du XIXe siècle. Mais au cours de l’un de ces mandats, Oscar M. Temaru décide de changer le nom de cette avenue d’importance sur laquelle se trouve, entre autres, la Présidence du territoire, le Haut-commissariat de la République et la Brigade de gendarmerie de Papeete. Elle sera ainsi rebaptisée Avenue Pouvanaa a Oopa du nom de celui qu’il considère comme le père de l’indépendantisme tahitien.

  • 34 http://www.upld2008.com.

41Par-delà quelques toponymes symboliques, c’est plus globalement la question de la langue parlée quotidiennement qui est posée, avec le souhait de diffuser plus largement la langue tahitienne. Ceci constitue également un des points du programme électoral de 2008, où les électeurs peuvent y lire la volonté de « favoriser la reconnaissance et l’usage des langues polynésiennes dans les institutions et espaces publics » ou même de : « promouvoir les langues vernaculaires dans les familles »34.

42Sur le terrain, nous remarquons pourtant que, la langue tahitienne est déjà très largement utilisée parmi la population locale, le français étant une langue de relation avec les touristes et l’administration principalement. En fait, il faut voir que l’histoire et la religion jouent un grand rôle dans cette idéalisation d’une société antérieure à l’arrivée des Français.

  • 35 Cité dans Sémir Al wardi, op.cit. 2003.

43Un fait important dans la société actuelle, et plus encore parmi les membres du Tavini Huira’atira, concerne le poids de la religion protestante. Ce sont les missionnaires britanniques de la London Missionary Society (LMS) qui arrivent avant les Français, en 1797. Ils ont du mal à comprendre la structure du pouvoir politique local, qui n’est pas centralisé comme en Europe, et les différentes formes de conflits qui en découlent. De plus, la présence des Britanniques permettait aux chefs locaux d’étendre leur influence territoriale : « (…) on concluait des alliances avec les Britanniques pour mieux dominer les autres tribus. » (Al Wardi, 2003) Pour mettre fin aux guerres civiles, les Britanniques essaient de faire émerger un pouvoir centralisé et appuient ainsi la suprématie de la dynastie des Pomare. Par la suite, les Européens joueront de la proximité entre religion et politique pour tenter de convertir le chef Pomare II : ce qu’ils réussissent à faire vers 1815. L’auteur Jean-François Baré explique ainsi que les conversions massives de population au christianisme à partir de 1815 n’étaient pas uniquement dues à la foi mais : « (…) parce qu’ils pensaient ainsi participer à la puissance anglaise, selon la logique politico-territoriale du temps ».35

44Précisément, le Pacifique sud à la fin du XIXe siècle est effectivement en grande partie britannique. Cette préférence marquée pour les anglo-saxons se traduira même par une demande de protectorat de la Reine Pomare et des chefs territoriaux adressée à la Grande-Bretagne ; cette demande a été renouvelée à huit reprises entre 1822 et 1841. Les Britanniques ont à chaque fois refusé par manque d’intérêts économiques. Encore de nos jours Oscar M. Temaru affiche régulièrement son attrait pour la culture anglo-saxonne (Regnault, 2005). Ainsi la langue anglaise serait perçue comme proche culturellement, plus authentique que le français, en faisant référence à un véritable passé commun. Le leader indépendantiste en joue dans sa relation à l’électorat. La campagne de l’UPLD pour les élections de février 2008 établie le lien entre culture ma’ohi d’origine et langue anglaise. L’électeur peut y lire : « Don’t forget : Live your culture, keep it alive » (N’oubliez pas : Épanouissez vous dans votre culture, préservez-là !).

45Mais au-delà du lien à l’histoire et de la proximité avec la culture ma’ohi que permettrait la culture anglo-saxonne, ne faut-il pas aussi y voir tout simplement une volonté d’opposition à la France, plutôt qu’un véritable attrait pour la langue anglaise ?

Conclusion

46Au terme de cette étude de cas la stratégie du parti indépendantiste Tavini Huira’atira peut apparaître comme mûrement réfléchie et comme étant le fruit de la pensée rationnelle de ses cadres. En vérité, ce qui peut être lu sur le long terme comme une véritable stratégie n’est que la succession de différentes tactiques pas toujours bien coordonnées, mais qui ont tout de même malgré tout permis à cette formation politique très souple de récolter quelques récents succès électoraux.

47L’électorat du Tavini se révèle donc pluriel sur notre espace d’étude : influencé par de nombreux facteurs, en particulier le niveau de vie socio-économique qui peut être mesuré par des variables telles que le niveau de revenu, le logement ou le niveau d’études ; mais aussi la conscience d’appartenir à une ethnie spécifique qui aurait vocation à trouver une forme d’expression politique à l’écart de la République. D’autres paramètres influençant le comportement électoral sont plus difficiles à mesurer et à cartographier, c’est le cas du vote clientéliste qui est pourtant un élément encore majeur dans la vie politique polynésienne et plus globalement océanienne.

48La comparaison avec d’autres situations au sein de l’outre-mer français a mis en lumière la singularité de la situation polynésienne. La géographie a permis dans cette étude de cas, de montrer les différentes lignes de fractures politiques, économiques et sociales de l’espace. Elle se révèle être un outil pertinent dans la compréhension de phénomènes politiques souvent complexes.

Haut de page

Bibliographie

AL WARDI S., 2008, Tahiti Nui ou les dérives de l’autonomie, Paris, L’Harmattan.

AL WARDI S., 2003, Tahiti et la France. Le partage du pouvoir, Paris, L’Harmattan.

BARÉ J.-F., 1987, Tahiti, les temps et les pouvoirs : pour une anthropologie historique du Tahiti post-européen, Paris, éditions de l’ORSTOM.

DE DECKER P. (textes réuni par), 1987, États et pouvoirs dans les territoires français du Pacifique, Paris, L’Harmattan.

FABERON J.-Y. et AGNIEL G. (dir.), 2000, La souveraineté partagée en Nouvelle-Calédonie et en droit comparé, Actes du colloque de Nouméa du 17 au 19 décembre 1999, Paris, La documentation française.

FABERON J-Y., 2002, « La Nouvelle-Calédonie : vivre l’accord de Nouméa », Revue française d’administration publique, vol. 2002/1, n°101, p.39-57.

LAÏDI Z., 2003, « Vers un monde multipolaire », Études, tome 399/4, octobre, p.297-310

REGNAULT J.-M., 1995, Des partis et des hommes en Polynésie française, Papeete, Haere po no Tahiti, 2 vol.

REGNAULT J.-M., 2005, L’affrontement Temaru-Flosse, le pouvoir confisqué en Polynésie française, Papeete, Haere po no Tahiti.

SAURA B., 1993, Politique et religion à Tahiti, éditions Polymages.

TAGLIONI F., 2007, « La périphéricité : du concept au lobby politique », L’Espace Politique, n°2.

TAGLIONI F., 2005, « Les revendications séparatistes et autonomistes au sein des États et territoires mono- et multi-insulaires : essai de typologie », Cahiers de géographie du Québec, vol.49, n°136, p.5-18.

TOURLAND N., 2008, Géopolitique du parti indépendantiste polynésien Tavini Huira’atira, Mémoire de master II, Institut Français de Géopolitique, Saint-Denis, Université Paris VIII.

Haut de page

Notes

1 Loi organique n° 2004-192 du 27 février 2004 portant statut d’autonomie de la Polynésie française, article premier, paragraphe deuxième.

2 Ces données sont issues du Recensement général de la population de 1996.

3 Extrait de l’Accord sur la Nouvelle-Calédonie signé à Nouméa le 5 mai 1998, JORF, n°121 du 27 mai 1998 page 8039, [En ligne] http://www.legifrance.gouv.fr

4 Soit en 2006, 160 milliards de Francs CFP sur un PIB polynésien estimé à 530 milliards, d’après les données du Haut-Commissariat de la République en Polynésie française.

5 Soit 42 milliards de Francs C.F.P, d’après les données du Haut-Commissariat de la République en Polynésie française.

6 Béatrice Vernaudon, Question n° 113566 adressée au ministre de l’outre-mer, publiée au Journal Officiel le 19 décembre 2006, [En ligne] http://travailparlementaire.blogspot.com.

7 Entretien informel réalisé le 20 mai 2008 avec une habitante d’un quartier insalubre de Mamao sud à Papeete.

8 Idem.

9 Béatrice Vernaudon, Question n° 113566 adressée au ministre de l’outre-mer, publiée au Journal Officiel le 19 décembre 2006, [En ligne] http://travailparlementaire.blogspot.com., op.cit.

10 Pascal Martin, L’instabilité politique à l’origine de tous les maux, La dépêche de Tahiti, samedi 31 mai 2008.

11 Entretien informel avec une habitante de Mamao sud, op.cit.

12 Béatrice Vernaudon, Question n° 113566 adressée au ministre de l’outre-mer, publiée au Journal Officiel le 19 décembre 2006, http://travailparlementaire.blogspot.com., op.cit.

13 Entretien avec Michael Taputu, rédacteur en chef pour la radio indépendantiste Te reo o Tefana, réalisé le 29 mai 2008, à Faa’a.

14 Entretien avec M. Taputu, op.cit.

15 Entretien réalisé le 22 mai 2008 avec Maurea Maamaatuaiahutapu, militante du Tavini Huira’atira, Assemblée de Polynésie française, Papeete.

16 Idem.

17 Signifie : « le grand Tahiti ».

18 Interview d’Oscar Temaru, le vendredi 22 septembre 2006 sur Radio France Outre-mer, (R.F.O).

19 Entretien avec Unetea Hirshon, membre fondatrice du Tavini Huira’atira, proche d’Oscar M.Temaru, réalisé le 21 mai 2008, Assemblée de Polynésie française, Papeete.

20 Entretien avec Jean-Marc Regnault, historien et politologue proche du Tavini, réalisé le 21 mai 2008, Assemblée de Polynésie française, Papeete.

21 Entretien informel avec une habitante du bidonville de Mamao, réalisé le 20 mai 2008.

22 Entretien avec J.-M. Regnault, op.cit.

23 Entretien avec U. Hirshon, op.cit.

24 Entretien avec Michael Taputu, op.cit.

25 Entretien avec J.-M. Regnault, op.cit.

26 Entretien avec Sémir Al Wardi, politologue, Université de la Polynésie française, Punaauia.

27 D’après le site : http://www.upld2008.com.

28 Idem.

29 Entretien avec U. Hirshon, op.cit.

30 Idem.

31 Entretien avec U. Hirshon, op.cit.

32 http://www.teaomaohi.pf, le triangle polynésien est formé par les îles Hawaï, l’île de Pâques et la Nouvelle-Zélande.

33 Oscar Manutahi Temaru, Maohinui (French Polynesia) : the need for independance, French polynesia, publié par l’Institute of Pacific Studies, University of the South Pacific (U.S.P), Fidji, 1988.

34 http://www.upld2008.com.

35 Cité dans Sémir Al wardi, op.cit. 2003.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : L’habitat insalubre dans le bureau de vote de Mamao Sud
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/970/img-1.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Cartes 2-3 : Au delà des différences, une base électorale commune
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/970/img-2.png
Fichier image/png, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Tourland, « Implantation et stratégie du parti indépendantiste Tavini Huira’atira dans les espaces urbanisés de Tahiti », L’Espace Politique [En ligne], 6 | 2008-3, mis en ligne le 11 mai 2009, consulté le 21 août 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/970 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.970

Haut de page

Auteur

Nicolas Tourland

Doctorant
Institut Français de Géopolitique. Université Paris VIII
ntourland@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org