Navigation – Plan du site
Les contributions anciennes et nouvelles à une approche théorique en géopolitique

Pragmatisme et géopolitique - Les opportunités méthodologiques d’une retrouvaille épistémologique

Pragmatism and Geopolitics
Gérard Dussouy

Résumés

La transposition du pragmatisme à la géographie apparaît susceptible d’apporter à tous les niveaux (du local au global) des réponses au débat épistémologique qui agite la discipline depuis plusieurs années. Elle lui permet avant tout d’échapper à l’alternative pénalisante entre le  positivisme et le constructivisme. En géopolitique, plus spécialement, le pragmatisme peut  contribuer au renouvellement conceptuel et méthodologique. D’une part, il permet d’en dépasser les définitions réductrices bien connues, et de l’élever au rang d’une ontologie spatiale plurielle, anti-essentialiste, et multiperspectiviste. D’autre part, en l’amenant à renoncer à toute théorie représentationaliste (celle qui se veut une « copie du réel »), l’épistémologie pragmatiste libère la géopolitique de l’enfermement du paradigme pour en faire la science des configurations spatiales d’acteurs et de pouvoirs. Grâce à l’herméneutique qu’il réhabilite, le pragmatisme met à la disposition de la géopolitique une approche méthodologique, holiste et réflexive, à contextes multiples.

Haut de page

Texte intégral

1La découverte du pragmatisme par les géographes anglo-saxons (Geoforum, 2008), récente malgré quelques articles pionniers (Smith, 1984), est une aubaine et un paradoxe. Cela nous ravit d’abord, parce qu’elle nous conforte dans la démarche que nous avons choisie depuis plusieurs années au plan de l’épistémologie en géopolitique (Dussouy, 2001).En effet, dans le prolongement de la pensée pragmatiste, et principalement du néo-pragmatisme de Richard Rorty, nous avons opté pour l’approche herméneutique (Dussouy, 2009) telle que le philosophe américain l’a mise en exergue. Or, celle-là est enfin d’actualité dans la recherche en sciences humaines (Outhwaite, 1998, p.135-148), bien qu’elle soit  ancienne  et inhérente au courant pragmatiste traditionnel familier à des géographes comme Richard Hartshorne dont le frère Charles, philosophe lui-même, était une des éminentes figures (Hepple, 2008, p.1539). Ce revival, paradoxal parce que la pensée pragmatiste remonte à la seconde moitié du dix-neuvième siècle et que par conséquent il aurait du faire, depuis longtemps, des adeptes parmi les chercheurs (Robert Park, qui a en a introduit les prémisses dans ses études de géographie urbaine, est une exception), s’explique, à la fois, par la longue domination de la philosophie analytique aux Etats-Unis et par celle, selon les disciplines, tantôt du normativisme marxiste tantôt de l’empirisme dans les sciences sociales, un peu partout dans le monde.

2Au terme d’une longue éclipse, le retour du pragmatisme et de l’herméneutique  nous offre donc la possibilité de sortir de plusieurs impasses théoriques ou méthodologiques, de surmonter les réductionnismes, et en particulier (et surtout, soulignons le) d’échapper à l’alternative actuelle entre le positivisme et le constructivisme (psychologiste plus que social d’ailleurs) dans laquelle on voudrait nous enfermer. En effet, le pragmatisme en refusant de séparer le matériel et l’idéel, ou la nature et la culture, est le plus à même d’apporter une aide méthodologique au géographe dont il n’échappe à personne qu’il a régulièrement à analyser des interactions entre des systèmes naturels et des systèmes sociaux. A fortiori, sa posture est en phase avec la double nature polyptique (le fait qu’elle est composée d’espaces feuilletés et interactifs) et praxéologique (le fait que la configuration qui les organise résulte de l’interaction des stratégies des acteurs) de la géopolitique. Sachant qu’à l’instar des autres courants post-positivistes qu’il a précédés, le pragmatisme considère que les phénomènes analysés ne sauraient constituer des objets de connaissance indépendants des pratiques discursives et des jeux de pouvoir.

3Après avoir recensé les enjeux épistémologiques de la transposition du pragmatisme à la géographie que relèvent différents collègues britanniques ou nord-américains (I), nous rappellerons toute l’importance de l’herméneutique pour la recherche en géopolitique (II). Il se trouve qu’elle permet à la méthodologie pragmatiste de tirer partie de la prolifération des théories, sans tomber dans le piège du « paradigmatisme » qui consiste à ne suivre qu’un seul chemin (Hellman,2009), en focalisant la recherche sur des configurations d’acteurs, toujours contingentes et temporelles (III).

L’apport salutaire du pragmatisme à la  géographie.

4La géographie comme les autres sciences sociales est soumise, de façon temporaire, à un courant dominant auquel les chercheurs doivent se plier s’ils ont le souci de faire carrière. Longtemps, l’empirisme et le positivisme en ont formé ensemble le mainstream. Accordant toute son attention aux seuls faits matériels, il s’agit alors pour l’observateur de décrire ce qu’il voit, persuadé que la représentation donnée correspond à la réalité, à l’existant. Depuis quelques années, cette démarche est rudement critiquée parce qu’elle relèverait d’un « objectivisme » forcé.D’abord par ce courant de pensée que l’on a pris l’habitude d’appeler constructiviste qui fait la part belle aux valeurs et aux normes, et à la psychologie des acteurs. Négligeant l’environnement matériel et social de ces derniers, il privilégie (en réaction sans doute au courant qui le précédait) le rôle des « structures intersubjectives » des cultures, des croyances ou des idées dans la vie des hommes. Mais comme le constructivisme tend à assimiler l’intersubjectivité avec le partage des idées, à considérer la « construction sociale de la réalité » comme le produit d’un consensus, il verse facilement dans l’idéalisme. Et il tombe ainsi dans l’excès inverse. Les constructivistes ne semblent pas, en effet, vouloir connaître la conception stratégiste des valeurs, à savoir qu’elles servent avant tout à exprimer et à légitimer les projets de ceux qui les portent. A force d’imaginer la communication entre les acteurs « exempte de domination », ils oublient les logiques de pouvoir.

5Or, la vraie question est, précisément, de savoir qui a le pouvoir de fixer les normes, les valeurs ? Qu’est-ce-qui détermine pourquoi tel discours (sur la ville, sur l’organisation territoriale, sur le réchauffement climatique, sur la mondialisation…) devient dominant ? Parce que tout l’art du politique aujourd’hui réside, sous couvert d’ « idées intersubjectives » (celles issues des « débats nationaux » ou de la « démocratie participative »), dans le pouvoir de persuasion et de formatage de l’opinion. C’est à dire, comme l’explique Steven Lukes, un adepte des thèses de Michel Foucault sur le pouvoir, dans « la capacité à former, influencer ou déterminer les concepts et les désirs des autres, avec en perspective leur soumission » (Lukes, 2005, p.486).

6Face à cette césure paradigmatique, dommageable pour la recherche, le pragmatisme permet de dépasser la querelle et de se dispenser d’un choix par trop frustrant ; et cela, parce qu’il est anti-essentialiste, qu’il admet le faillibilisme (ou l’absence de méthode définitive) et qu’il prône l’insécabilité des faits et des valeurs, de la nature et de la culture.  Des principes dont il convient d’examiner la portée pour la géographie, en fonction de ce qu’en pensent  les auteurs concernés.

7L’un des premiers, Leslie W. Hepple affirmait qu’une triple convergence lie le pragmatisme et la géographie : le contextualisme, le perspectivisme et le pluralisme (Hepple, 2008,). Ces trois notions sont au cœur de la pensée réflexive qu’il partageait avec des chercheurs postmodernes de disciplines proches comme Mark Neufeld (Neufeld, 1999). Pour celui-ci, elle est fondée sur les trois principes qui suivent : 1) au postulat de l’existence d’un « monde réel » et unique, objet de la recherche et extérieur aux observateurs mais accessible « dans sa vérité » à chacun d’eux, il convient d’opposer la « pluralité des mondes » inhérente à la reconnaissance des préjugés des uns et des autres, acteurs et observateurs ; 2) la certitude que l’on peut aligner les sciences sociales sur les sciences de la nature et, par conséquent dégager des régularités aspatiales et atemporelles, doit être définitivement abandonnée ;3)le principe d’une connaissance scientifique objective et non affectée par les déterminations axiologiques des chercheurs doit être considérée comme obsolète. Mais son abandon n’empêche pas que des jugements raisonnés puissent être portés sur les théories concurrentes.

8Cinq thématiques essentielles, pas toujours faciles à dissocier, caractérisent alors  le pragmatisme. On peut essayer de les expliciter de la façon suivante :

L’anti-essentialisme et l’anti-représentationalisme.

9La scientificité avérée, en tant que science de la nature, de la géographie physique dans ses différentes composantes (géomorphologie, climatologie, pédologie, etc.) a conforté pendant longtemps l’idée chez l’ensemble des géographes qu’ils pouvaient accéder à la réalité, seule et unique. Et qu’ils étaient en mesure de la restituer par la grâce de leurs descriptions et de leurs comparaisons. Ce qui reste vrai pour la « géographie naturelle », malgré le défaut de l’hyperspécialisation qui problématise son apport au savoir géographique (Bavoux, 2007), et bien qu’il faille admettre que cette restriction est frustrante pour les autres spécialités. Car, en ce qui concerne le versant humain et social de la discipline (dont la géopolitique), les géographes pragmatistes ne partagent pas ce point de vue. Ils sont anti-essentialistes, c’est à dire qu’ils ne croient pas que la réalité puisse être appréhendée en soi parce que les savants ne peuvent accéder à l’essence des choses.  Et cela pour deux raisons : (1) la signification de ces « choses » change constamment dans le temps et dans l’espace ; (2) le caractère social de la connaissance, ou le fait que toute recherche est orientée et qu’elle est conditionnée par l’époque.

10Le monde est en perpétuel devenir, non révélé et non imposé. Ceci prohibe toute théorisation sur son évolution et sur son « sens », et la réduit à une peine perdue. L’observateur doit se contenter d’approximations, se montrer prudent dans ses déductions. Chaque théorie émise ne saisit qu’un petit nombre d’éléments du monde complexe. Il doit se méfier de ses propres idées. Ainsi, prévient Trevor J. Barnes, quand les géographes déploient des concepts tels que l’espace, le paysage, le lieu ou la région, ils devraient, dans une conception pragmatiste, les comprendre comme : (1) des outils ou des moyens pour atteindre des buts spécifiques, et se demander dans quelle mesure ceux-là sont les meilleurs instruments pour les objectifs fixés ; (2) étant d’une légitimité dépendante de la dimension de la communauté au sein de laquelle ils sont reconnus, et dépendante aussi du contexte de leur utilisation ; (3) toujours provisoires, jamais certains, et potentiellement sujets à un changement contingent ; (4) des opportunités en vue d’une expérimentation dans l’espoir d’améliorer le monde ; (5) des symboles jamais complètement cohérents (Barnes, 2008, p.1551). Il reste toutefois que le principe de la « falsification » de Karl Popper, qui repose sur l’idée que si nous ne pouvons pas savoir comment est la réalité nous pouvons l’approcher à partir de théories réfutables, laisse une porte ouverte. A la condition que posent les pragmatistes, à savoir que l’on accepte de confronter les paradigmes. Il s’agira de comparer quels modèles résistent le mieux à l’épreuve du réel.

Le contextualisme : la contingence des faits et des valeurs.

11Depuis William James ou John Dewey, ses principaux fondateurs, la philosophie pragmatiste, contrairement à la philosophie classique, s’attache à comprendre le changement social plutôt que l’éternel et le permanent, le particulier plutôt que l’universel, le contingent plutôt que le nécessaire. Cela même est la conséquence des phénomènes géographiques qu’ils observent (urbanisation, industrialisation et immigration), et qui mettent en mouvement la société américaine, fait remarquer Malcolm P.Cutchin (Cutchin, 2008, p.1556). Selon ce dernier, réciproquement, le « fond de carte métaphysique » de Dewey est en  mesure de permettre à la géographie de faire des avancées conceptuelles. En effet, explique Cutchin, il s’agit dans l’esprit du philosophe d’étudier une réalité toujours immédiate et émergente, découverte et créée, de comprendre en conséquence une contextualité interactionniste. Pour Dewey, un objet, un acteur, ou même une idée est toujours en situation dans un espace-temps donné, et dépend provisoirement d’elle. Celle-ci est contingente des relations entretenues avec les autres unités, avec l’environnement.

12En géographie, la situation est d’abord topographique. Elle est une affaire de lieu, mais la valorisation (ou la dévalorisation) de celui-ci dépend aussi  de la façon dont il est perçu et normé. Et cette connotation varie dans le temps en fonction de l’expérience sociale. C’est pourquoi, sans omettre sa dimension naturelle comme le recommande Cutchin, on peut considérer avec Doreen Massey que l’identité du lieu dérive, pour une large part, de son contexte, de ses interactions avec son environnement (de la façon dont il est perçu) (Cutchin, 2008, p.1600-1612).

13La leçon de toute cette relativité est, pour le pragmatisme, qu’il n’y a pas de raison de se demander si une « chose » est vraie, de rechercher son essence. Le chercheur doit seulement s’efforcer de comprendre pourquoi elle est ce qu’elle est, et comment elle « travaille ». Comment elle agit, parce que l’action est au cœur de la problématique pragmatiste (« faire c’est dire », telle est sa formule). Dans cette perspective, une théorie ne saurait être autre qu‘une théorie non-représentationaliste (NRT) comme la dénomme Owain Jones (Jones, 2008). Soit une hypothèse de travail qui ne sacrifie pas « la concrète et complexe diversité des choses » au nom de la « vérité ». D’autant plus que la contingence des croyances que postule le pragmatisme explique, à la fois, leur variabilité dans le temps et dans la mémoire collective. Elle entraîne aussi, au plan social ou politique, le recours stratégique des pouvoirs en place à des « machineries conceptuelles » (Berger et Luckmann, 1996, p.147-150) destinées à les fixer ces croyances le plus longtemps possible, à les étendre le plus loin possible. Ainsi, l’absolutisation de la rhétorique des droits de l’homme à laquelle se cramponnent les libéraux essentialistes, note Rorty, est très révélatrice du problème qu’ils ont. Il consiste à faire entendre à toutes les communautés humaines que le substrat métaphysique des Lumières (lequel contient ces droits) d’une nature humaine commune dispose d’une prééminence morale sur toutes les superstructures purement « culturelles » des différentes sociétés, en même temps que l’expérience des habitants du globe leur démontre qu’une telle croyance est une originalité occidentale (Rorty, 1994, p.240). Or, face au problème de pouvoir que cela implique, Berger et Luckmann n’hésitent pas à écrire au sujet de ces entreprises de formatage idéologique que sont ces « machineries conceptuelles », que « celui qui détient le plus gros bâton possède les meilleures chances d’imposer ses définitions de la réalité » (Berger et Luckmann, 1996).

Le perspectivisme et l’inter-ethnocentrisme.

14Cette précaution, qu’impose un monde qui est en soi un univers pluriel (un plurivers de l’avis de James et de tous ses héritiers), est d’autant plus nécessaire que chaque observateur est lui même impliqué, comme on l’a écrit plus haut, dans une situation. C’est à dire, en d’autres termes, dans un lieu où il se tient qui limite les possibilités de sa vision. Ou qui, d’après le mot de Gadamer détermine son « horizon » (Gadamer, 1976, p.286-312). Il en découle que toute analyse ou toute représentation dépend d’un point de vue particulier, lui-même motivé par des facteurs personnels et conditionné par un contexte socio-historico- culturel. C’est ce que Richard Rorty appelle le principe ethnocentrique ou l’ethnocentrisme, terme que William Sumner a utilisé le premier, en 1906, pour distinguer le fait banal et incontournable que chaque acteur social, quel qu’il soit, se considère « au centre de chaque chose et que tous les autres sont estimés et jaugés par rapport à lui » (Sumner, 1906, p.13). Selon Rorty le contenu initial des croyances est donc purement subjectif et émane d’une culture spécifique, bien qu’il évolue sous l’action de son environnement social et politique (Rorty, 1993). Une forme de correction qui l’amène à convoquer le principe holiste sur lequel nous allons revenir.

15En tout état de cause, la réalité n’étant qu‘une réalité perçue et représentée à travers le prisme de l’ethnocentrisme, le pragmatisme préconise deux attitudes qui rendent la discussion scientifique possible. La première condition est le perspectivisme qui consiste en une reconstruction contextuelle des valeurs et des préjugés des acteurs, d’une part, et dans la confrontation entre le contexte donné à comprendre et la situation de l’observateur, d’autre part. Par conséquent, le perspectivisme défend que chaque époque doive être comprise dans les catégories qui lui sont propres. Ce qui exige un effort intellectuel rarement consenti. Au point qu’un post-positiviste comme Fréderic Kratochwil, qui n‘était pas un pragmatiste mais qui aurait tendance à le devenir (Kratochwil, 2007, p.1-15), a tendance à penser que « l’histoire est toujours remémorée depuis une certaine situation dans le présent, pour toutes les choses du passé qui offrent maintenant un intérêt » (Kratochwil, 2006, p.15). La seconde attitude est l’inter-ethnocentrisme qui implique la prise en compte des différentes représentations (les préjugés et les valeurs qui vont avec) d’un même objet (spatial en l’occurrence).C’est un perspectivisme actualisé, ou un multiperspectivisme comme l’appelle David Owen (Owen, 2002, p.653-673), qui suggère la rencontre des différentes visions culturelles, collectives et individuelles. Sans imaginer que l’instauration d’un tel « dialogue épistémologique » puisse conduire systématiquement à l’intersubjectivité harmonieuse des constructivistes. Il peut se limiter, comme aimait à le dire Rorty, à une conversation pleine de courtoisie, mais sans lendemain.

Le pluralisme : interparadigmité et interdisciplinarité.

16A toutes les échelles, du global au local, l’épistémologie pragmatiste est de plus en plus utilisée, écrivent Jon Coaffee et Nicolas Headlam, parce qu’elle est la plus à même d’aider à la résolution de problèmes territoriaux complexes comme la réforme du gouvernement local en Angleterre qu’ils étudient (Coaffee, Headlam, 2008).Cette ressource, elle la tient de son pluralisme consubstantiel. En postulant que tout contexte procède de la réunion d’un ordre géographique (les relations entre les acteurs et leur environnement naturel et matériel), d’une part, et d’un ordre social et politique (les relations entre les acteurs qui ont des caractéristiques propres), d’autre part, et en posant que ce contexte est inévitablement l’objet de multiples représentations, le pragmatisme assume son pluralisme. Mais il fait plus en notifiant que cette position de principe se prolonge par des moyens méthodologiques (plutôt que par une méthode), pluriels eux aussi, interprétatifs et toujours sujets à correction. Ainsi en va-t-il de l’interparadigmité. Certes, les théories ne sont pas des finalités en elles-mêmes, mais elles aident à comprendre la construction des systèmes spatiaux et la rationalité des acteurs Alors, comme l’écrit Owain Jones, « les combinaisons et recombinaisons de multiples perspectives théoriques au sein de la NRT est l’approche pragmatiste de la connaissance » (Jones, 2008, p.1603).

17Quant à l’interdisciplinarité, elle s’impose lentement. Notons qu’elle est quasiment inhérente à la géographie qui l’a plutôt mal assumée au nom de la géographie-science de synthèse, jusqu’au point de se desservir elle-même, remarque Jean-Jacques Bavoux (Bavoux, 2007, p.20-23). Et qui, dans « un contexte postmoderniste », préfère en appeler à « une géographie assurant des transitions périphériques avec plusieurs disciplines voisines » (Bavoux, 2007, p.29). L’interdisciplinarité se comprend également comme un pluralisme méthodologique qui permettrait d’accéder à la complémentarité de la compréhension herméneutique, chère aux pragmatistes, et de l’explication causale plus couramment prônée.

L’ubiquité des phénomènes de pouvoir.  

18La consubstantialité de l’espace et du pouvoir (ou de la puissance), pris sous ses différentes formes (Rosière et alli, 2008, p.228-230 et p.233-234), et la réciprocité des deux catégories dans la signification de chacune, sont au centre de l’approche pragmatiste de la géographie. Cela n’a rien d’étonnant quand on connaît l’influence de Michel Foucault sur les néo-pragmatistes et sur Rorty en particulier. Tout à fait en dehors de cette cohorte, Danielle Loschak a souligné, de son côté, cette intimité foucaldienne entre le pouvoir et l’espace en désignant celui-ci comme étant le révélateur du premier, « car toute stratégie de pouvoir, car toute stratégie de contrôle social s’inscrit nécessairement dans l’espace, tandis que toute pratique spatiale est adéquate à une stratégie déterminée. Pratiques spatiales et stratégies sociales sont dans un rapport tel que le décodage des premiers contribue à dévoiler les mécanismes de la domination et du contrôle social » (Loschak, 1978, p.157). La ville est aujourd’hui emblématique de cette réalité, au point de justifier l’existence d’une géopolitique urbaine (Hulbert, 2009). Elle l’est à travers le rôle international des métropoles, qui président à l’attractivité et à la concurrence des territoires. Elle l’est aussi parce que chaque aire urbaine est le terrain de rivalités de pouvoir, mêmes aseptisées, d’appropriations, de discriminations, etc.

19Pour sa part, dans son examen de la pensée pragmatiste, John Allen confirme que le pouvoir y  est inhérent à l’espace (Allen, 2008, p.1613). Un pouvoir conçu comme la capacité pour un acteur d’agir sur les événements, d’intervenir dans l’espace public, et finalement de « faire une différence » dans le monde (Allen, 2008, p.1614). Ou comme l’a écrit plus simplement Oran Young, la capacité d’un acteur donné de participer aux processus de décision avec les autres. En sens inverse, la « chance de l’espace », selon l’expression de Massey, est bien sa disposition à révéler les stratégies et les configurations de pouvoir. Mais avec ce mérite supplémentaire de procurer le contexte, avec ses opportunités et ses contraintes, à l’intérieur duquel le pouvoir s’exerce. Ce qui a deux conséquences, à savoir : le pouvoir ne se limite pas à une question de ressources, mais il s’analyse surtout en termes de relations ; le pouvoir n’est pas une essence mais un outil pour intervenir dans le monde, pour transformer un contexte, et dans l’esprit d’Allen et de nombreux pragmatistes que celui-ci cite (Rorty n’entretenait guère d’illusions sur ce point) pour améliorer la société.

L’herméneutique au fondement de la géopolitique pragmatiste.

20Le renoncement des post-positivistes à toute théorie représentationaliste ou théorie de la correspondance (celle qui se prétend une « copie du réel »), en même temps que le déclin de l’empirisme ont ouvert la voie à l’herméneutique dont le retour a été marqué par les ouvrages essentiels de Hans Gadamer, déjà cité, et de Peter Winch (Winch, 1958). Sa diffusion dans les sciences sociales s’est avérée assez lente à partir des années soixante-dix seulement. Introduit dans l’épistémologie par Thomas Kuhn, l’approche herméneutique sert ensuite à Clifford Geertz à caractériser la recherche en anthropologie. Après quoi, comme l’explique Richard Bernstein, Rorty l’installe au centre de la philosophie américaine (Bernstein, 1983, p.109-111). Or, il se trouve que l’herméneutique offre bien des atouts pour conduire la rénovation de la géopolitique, comme nous l’avons essayé, et de la géographie, comme ce à quoi pensent plusieurs collègues anglo-saxons dont ceux cités dans cet article. En effet, conçue à la fois systémique et praxéologique (c’est à dire en intégrant les stratégies des acteurs, leurs intentionnalités et leurs façons de penser le monde), la géopolitique s’affirme comme une méthode d’interprétation multiscalaire des configurations d’acteurs et de pouvoirs. D’une manière plus générale, on peut penser que l’adoption récente et encore timide de l’approche systémique stricto sensu (qui permet de ne point la confondre avec la synthèse)par les géographes, et à laquelle les plus anciens d’entre eux étaient prédisposés, rappelle Jean-Jacques Bavoux, est un des  meilleurs moyens d’accroître la scientificité de leur discipline (Bavoux, 2007, p.115-121).

L’holisme pragmatiste et le cercle herméneutique.  

21La primauté accordée au contextuel et à l’expérience, c’est à dire aussi à l’action, en même temps que l’admission de l’insécabilité des faits et des valeurs impliquent que le pragmatisme soit  holiste. Cependant, il s’agit d’un holisme non rigide (contrairement à l’acception dont il est couramment l’objet, quand il n’est pas assimilé purement et simplement au totalitarisme) et biunivoque parce que soumis lui-même, dans sa forme, à l’interaction des unités contenues. Tel que Richard Rorty l’exprime ainsi : « Nous ne pourrons jamais sortir du « cercle herméneutique », autrement dit contourner le fait que, d’une part, on ne peut comprendre telles parties d’une culture (d’une pratique, d’une théorie, d’un langage, etc.) inconnue, sans comprendre le fonctionnement du tout dans lequel elles s’inscrivent ; et que, d’autre part, on ne peut accéder au fonctionnement de ce tout sans avoir une certaine compréhension de ces parties »(Rorty, 1990, p.353). L’holisme pragmatiste associe, on le conçoit donc aisément, l’analyse systémique et l’analyse stratégique. Il permet de ne pas dissocier les parties du tout, qui s’avère autant façonnable et habilitant qu’il est contraignant. Ce faisant, il a répondu depuis longtemps à la question du rapport agent/structure, qui inquiète tant les constructivistes.

22En outre, l’holisme pragmatiste étant inter-ethnocentrique ou pluraliste (pour utiliser un terme plus courant), cela a une grande importance pour la géopolitique ; on en déduit : (1) que le Tout (le monde ou n’importe quel autre objet spatial englobant) est l’objet de multiples représentations (sans que jamais l’une d’entre elles soit en parfaite concordance avec le réel) ; (2) qu’il existera toujours un décalage entre l’environnement représenté d’un acteur et son environnement réel ou opérationnel (celui dans lequel se déroule son action). C’est ce qu’ont expliqué les premiers Margaret et Harold Sprout (Sprout, 1964) puis Kenneth Boulding (Boulding, 1971), et c’est ce que le politologue néo-réaliste Robert Jervis a théorisé plus tard (Jervis, 1976). Cela peut être schématisé de la façon qui suit.

Figure 1 : Le « cercle herméneutique »

Figure 1 : Le « cercle herméneutique »

23Le « cercle herméneutique » a donc une double signification. D’une part, il implique que la compréhension du monde ou d’une de ses parties (aussi infime soit-elle) dépend de celle de l’interaction entre le Tout et les unités qu’il contient. D’autre part, ce qui vaut pour l’acteur, vaut pour l’observateur.

La configuration systémique comme instrument d’interprétation.

24Dans la continuité de ce qui vient d’être écrit, la configuration systémique est à considérer comme l’instrument herméneutique de la géopolitique pragmatiste. En tant qu’artefact, elle est la construction spatiale abstraite déterminée par l’interaction des stratégies des acteurs (dépendantes les unes des autres), elles mêmes en liaison avec les positions structurelles de chacun d’eux (tributaires des capacités, des identités, des cultures, des représentations du monde respectives), mais aussi formatée par les données macrosociales (soit les ressources et les contraintes des différents champs de la géopolitique, avec chacun sa logique propre de structuration). Espace relatif par construction, la configuration systémique (configuration de champs et d’acteurs à la fois) s’organise autour de centres alternatifs, et elle est complexe en raison de l’entrecroisement des binômes centre/périphérie et de la coprésence dans un même espace d’éléments centraux et périphériques d’essences diverses.

25La configuration est, néanmoins, en mesure de décrire un ordre géopolitique au sens où Agnew et Corbridge l’entendent, c’est à dire un système organisé de gouvernance qui est à la fois cohésif et conflictuel (Agnew, Corbridge, 1989). A cet effet, différents modèles sont concevables en fonction des paradigmes et des hypothèses adoptés. Il s’agit, au final, de figures spatiales globales ou de représentations cartographiques toujours réfutables.

La recontextualisation et le couple géopolitique-géostratégie.

26L’interactivité des stratégies, au sein d’un système spatial donné, implique, de la part de l’observateur, un effort de recontextualisation permanente marquée par la dialectique de la  déterritorialisation/reterritorialisation (Dt/Rt). Elle permet aussi de comprendre l’intimité et la complémentarité du couple géopolitique-géostratégie.

27En premier lieu, effectivement, le fait que les résultats des stratégies sont difficiles à prévoir parce qu’elles dépendent les unes des autres implique un suivi constant du remodelage de l’espace social et politique. Surtout que les acteurs ne savent pas toujours évaluer la façon dont leur stratégie influe sur celles des autres, ou sur leur environnement matériel, et ont du mal à se rendre compte de ce qui peut changer chez eux en fonction de leur propre comportement (Jervis, 1997). Les résultats ne répondent pas automatiquement aux intentions. En second lieu, plutôt que de réduire la réalité à des points de vue unifiants et normatifs, la géopolitique doit intégrer toutes les contradictions multiformes susceptibles de transformer la configuration du système spatial étudié. Parmi elles, le couple de contraire Dt/Rt est de ceux qui posent aujourd’hui le plus de problèmes en raison de l’intensification des flux de toutes natures et de la multiplication des réseaux d’acteurs qui viennent perturber l’ordonnancement traditionnel des territoires.

28Au plan global, le principe de territorialité, qui se manifeste avant tout par la fonction de contrôle politique, est menacé par le haut, c’est à dire par des instances disposant d’un espace d’action plus vaste que les acteurs nationaux, et par le bas, par des acteurs dévoilant une emprise spatiale plus ramassée et se réclamant d’une autre légitimité. Mais en nous appuyant sur l’exemple de l’Europe (la création de l’euro correspond à celle d’un nouveau territoire monétaire), nous pensons avoir montré que l’ordre territorial, indispensable à la régulation des rapports humains, pouvait finalement  se régénérer consécutivement à un processus de Dt/Rt (Dussouy, 2001). Au plan interne, urbain notamment, celui-ci est clairement actualisé par la communautarisation des sociétés. Là aussi, la résolution des conflits potentiels a pour préalable la compréhension des positions structurelles, des perceptions mutuelles et des comportements des acteurs.

29Dans tous les cas, l’association fusionnelle de la géopolitique, comprise ici comme une ontologie spatiale (la réflexion sur l’étant d’un objet spatial), et de l’analyse géostratégique, celle du comportement des acteurs dans l’espace, est une nécessité évidente. Quelle que soit l’échelle à laquelle on se situe, la première interprète la configuration systémique de l’objet spatial, de ses structures et de ses dynamiques. Tandis que la seconde nous éclaire sur les stratégies, les intentions et les perceptions des différents acteurs. Mais celle-ci se trouve du même coup en mesure de déconstruire les cultures géopolitiques des gouvernants et des gouvernés, de décrypter les imaginaires géopolitiques et nombre de discours stratégiques. Cela est l’objectif premier et fondateur du courant de la Critical Geopolitics, initié par Gearoid O’Tuathail qui entend « problématiser les ressorts géographiques pénétrants des discours de politique étrangère, les voies selon lesquelles la scène politique globale est géo-graphisée par des systèmes de croyance en politique étrangère »  (O’Tuathail, 1996,18). Ce qui n’est possible et réalisable qu’en étudiant l’enracinement des discours et des pratiques dans les communautés locales, nationales ou transnationales (O’Tuathail, 1996, 60-61).

Les opportunités de la méthodologie pragmatiste en géopolitique.

30La critique est une chose, la méthode en est une autre. Or, si l’on entend aller au delà de la critique de la géopolitique classique, et être propositionnel en termes de méthode, les analyses de la « géopolitique critique » s’avèrent insatisfaisantes. Il en est ainsi parce qu’elle n’est pas suffisamment réflexive, et qu’en dehors de la critique des discours de politique étrangère, elle ne propose pas d’instrument d’interprétation du réel. Par conséquent, c’est du côté des prémisses méthodologiques du pragmatisme qu’il faut rechercher les moyens, à la fois critiques et heuristiques,  de comprendre la réalité géopolitique,

Les ambigüités de la « géopolitique critique ».

31L’article récent de Simon Dalby qui fait le bilan de vingt années de Critical Geopolitics conforte le lecteur dans l’idée que la critique de cette école relève plus d’un point de vue moral qu’épistémologique (Dalby, 2008) En effet, comme l’indique le titre de cet article, et son auteur croit à la nécessité de poursuivre en ce sens, la « géopolitique critique » dénonce l’idéologie impérialiste et l’inclination pour la domination qui soutiendraient la plupart des visions géopolitiques ; l’auteur parle à cet égard de « complicité » (Dalby, 2008, p.413). Elle le fait, malheureusement, sans analyser les ressorts de la domination, et en se limitant à décrypter des discours, mais sans nous dire ce que devrait être, selon elle, une méthode géopolitique « objective ». Il existe, de ce côté là, des exceptions telles que les travaux de John Agnew sur les rapports entre la géopolitique et la mondialisation. Ils insistent sur l’affadissement des notions de territoire et de souveraineté (Agnew, Corbridge, 2005, 1998, 1995), et ce dernier n’a sans doute pas tort d’écrire que la géopolitique est tombée, assez souvent, dans le « piège du territoire ». Néanmoins, il faut lui éviter maintenant un autre danger, qu’Agnew a tendance à sous-estimer : qu’elle se laisse prendre au « piège de l‘économie » et du « transnational ».

32Pour expliciter notre critique de la « géopolitique critique », examinons ce que Simon Dalby discerne comme étant malsain dans la « culture géopolitique » qui guide la politique extérieure américaine jusqu’à aujourd’hui. En l’occurrence, ce qui dans le rapport de la géographie à la culture politique des dirigeants, et des citoyens en général, les encourage à avoir des visées qui pourraient être qualifiées d’impérialistes. Sachant que le questionnement épistémologique devrait permettre de trancher un  dilemme qui, à certains égards, a tout de celui  de « l’œuf et de la poule ». 

33Qu’en-est-il exactement du rapport en cause ? D’abord, c’est important à signaler, quand on fait le tour des visions géopolitiques du monde, de l’Amérique, de l’Inde, de la Chine, de l’Islam ou de n’importe laquelle des nations européennes, on constate qu’elles sont toutes ethnocentriques (Dussouy, 2006). Ce qui ne veut pas dire impérialistes, parce que, quand bien même certains des discours géopolitiques induits peuvent suggérer des stratégies aventureuses ou des pratiques douteuses, ces visions ne sont pas systématiquement des vues dominatrices ou  conquérantes. Dès lors, compte tenu que l’ethnocentrisme est en la matière inévitable, pour les raisons évoquées plus haut, la vraie question est ailleurs, nous semble-t-il. Elle réside dans l’origine par trop topographique de l’ethnocentrisme constaté et dans la connotation de la « culture géopolitique » incriminée. Car, sans qu’il s’agisse ici de nier l’influence de la position géographique stricto sensu, il faut admettre que les autres dimensions (historique, culturelle et  idéologique) de l’ethnocentrisme sont aussi patentes, ou sinon plus, dans la définition et l’exercice de la politique étrangère de n’importe quel Etat.

34Revenons au cas des Etats-Unis. Serait-ce, parce que les Etats-Unis sont excentrés par rapport à l’Eurasie et l’Afrique, qu’il faut voir dans cette situation géographique la racine de leur interventionnisme ? Et la nécessité  pour leur sécurité de projeter leur puissance sur les autres continents, surtout s’ils entendent conserver le premier rang international, car leur position excentrée par rapport à l’ « île mondiale » les obligera encore longtemps et pour différents motifs à entretenir des bases ou des « satellites » dans cette dernière, et à y conduire des « opérations ». Ou ne faut-il pas plutôt s’interroger sur les ressorts d’un discours qui inscrit et développe dans l’espace la marque du messianisme inhérent à l’idéologie américaine ? D’une part, il est notoire que depuis Wilson, au nom de « l’exceptionnalisme américain », les Etats-Unis s’évertuent à diffuser leur conception de la démocratie et du libéralisme économique dans le monde entier (Ruggie, 1998, p.203-228). Depuis leur conversion au libre-échange en 1945, et plus encore depuis la fin du communisme, forts de leur suprématie militaire, ils s’affirment le fer de lance d’une mondialisation conçue depuis F.D Roosevelt, c’est à dire dès les années trente, comme devant aboutir au One World, celui de la « démocratie de marché ». Soit à cet empire (qui n’en est pas un au sens propre du terme) que dénoncent Dalby et d’autres, et qui se lit comme l’imposition du marché global au nom de l’idéologie marchande des puissances financières américaines symbolisées par Wall Street. Cela quelle que soit la couleur de l’Administration au pouvoir. D’autre part, la nouvelle nation « née non seulement libre…mais chanceuse » par la volonté de Dieu (Ruggie, 1998, p.203), s’est toujours forgé un ennemi désigné afin de légitimer sa politique étrangère, surtout quand celle-ci implique un engagement hors de l’hémisphère américain. Car, si dans un premier temps le « bellicisme » prêté aux nations européennes a justifié l’isolationnisme de la « Doctrine de Monroe », en phase avec le développement autocentré des Etats-Unis, à partir de Mahan et de Théodore Roosevelt l’interventionnisme américain, rendu nécessaire par la recherche de nouveaux débouchés commerciaux, s’est alors présenté comme une action en vue de contrer et de détruire une forme désignée du « mal ». Laquelle a été incarnée, tour à tour, par l’Allemagne, impériale puis nazie, par l’Urss et le communisme, et maintenant par le terrorisme transnational, en attendant que demain…

35Tout cela pour dire que si la structure géopolitique demeure le « fond de carte » contraignant de la politique étrangère américaine, elle ne présume pas du comportement diplomatique et stratégique de la Maison Blanche puisqu’elle a aussi bien justifié l’isolationnisme que l’interventionnisme. L’identité de son locataire, sa perception du monde, ses préjugés qu’il partage avec d’autres et surtout les intérêts marchands et financiers qu’il prend en charge sont, bien plus que la dichotomie géographique (Etats-Unis/Ile mondiale), il est vrai indépassable, des facteurs décisifs pour l’explication du comportement diplomatico-stratégique américain.

36 De toutes ces considérations Simon Dalby n’est pas ignorant et c’est pourquoi il écrit que la géopolitique critique a toujours un grand rôle à jouer (Dalby, 2008, p.431). Ce qui est légitime et ce qui est pertinent à condition de lever deux ambigüités. Premièrement, il n’y a pas lieu de donner à penser que le discours géopolitique est par essence « impérialiste ».Il  peut aussi être un discours défensif, un discours de résistance, et suggérer des pratiques contre-hégémoniques. C’est un point de vue que soutient depuis toujours Yves Lacoste. Quant aux pragmatistes, ils considèrent que la connaissance (ici celle de l’espace et de tout ce qu’il porte) est avant tout un pouvoir, susceptible d’être mis au service de causes différentes. Corrélativement, s’il existe une convergence entre la géopolitique et la domination, la vraie question est dans le comment, dans quel contexte, pour qui, plutôt que dans le pourquoi de l’indignation. Et il faut souligner que  cette convergence est propre à toutes les sciences sociales sachant qu’aucune d’entre elles n’échappe, à un moment ou à un autre, à l’instrumentalisation par le pouvoir en place ou par ceux qui y postulent même si en l’occurrence elle est plus visible et plus « spectaculaire ». Deuxièmement, la problématique de la domination n’est pas plus inhérente à la géopolitique qu’à une autre discipline donnée, mais à l’homme lui-même. Parce que l’ethnocentrisme et « l’universalité de la domination et de la violence dans les sociétés humaines (y compris les sociétés primitives supposées parfois pacifiques) et l’existence de mécanismes génétiques et neurologiques qui sous-tendent cette double tendance » sont deux des caractéristiques de la nature humaine, explique l’un des principaux représentants des sciences cognitives (Pinker, 2002, p.294).

37Plus que dans la dénonciation d’une convergence qui peut exister, mais qui doit sans doute beaucoup moins à la réflexion géopolitique qu’à l’idéologie dominante, l’important est dans la découverte et l’analyse des acteurs (qui peuvent être autres que les Etats) qui construisent les configurations géopolitiques du moment, ou qui cherchent à les déconstruire.

La géopolitique pragmatiste : l’analyse systémique et multiperspectiviste des configurations d’acteurs et de pouvoirs.

38Le retour de la géopolitique au lendemain de la guerre froide, pour aussi paradoxal qu’il soit en raison de la relaxation des tensions inhérentes au système bipolaire, correspond au besoin d’une représentation spatiale et globale des nouvelles dynamiques internationales. Cela peut surprendre ceux qui assimilent la géopolitique au militarisme, mais, à notre sens, cela n’a pas grand chose à voir avec un quelconque « vertige géopolitique » crée par la fin de la pensée stratégique de la dissuasion (O’Tuathail, 1996, chapitre 7). C’est plutôt l’incapacité des théories des relations internationales à expliquer la fin inattendue de la guerre froide, qui a fait prendre conscience de la plus grande pertinence d’une approche configurationnelle et interprétative de la réalité du monde. Soit, plus modestement qu’une théorie, l’ajustement successif d’une figure spatialement et contextuellement ordonnée à un ensemble de données matérielles et immatérielles. Cette « méthode », éminemment pragmatiste, qui repose sur l’enquête et sur le raisonnement interrogatif, que Charles Peirce qualifiait d’ « abduction » (Peirce, 1955) et, plus récemment, Nicholas Rescher de procédure d’investigation cognitive (Rescher, 1977, p.75), est à la fois systémique et multiperspectiviste. On peut la décomposer de la manière qui suit :  

Figure 2 : Le pragmatisme méthodologique en géopolitique

Figure 2 : Le pragmatisme méthodologique en géopolitique

La prise en compte de la complexité.

39Il n’y a pas lieu d’insister sur le systémisme, mais il faut souligner son lien avec la pensée complexe qui est un héritage intellectuel de l’Europe (Popolo, 2006, p.64-76). Aujourd’hui, la résurgence de celle-ci  est la réminiscence des mouvements intellectuels qui furent éliminés au cours de la « guerre civile épistémique », selon l’expression d’Eric Hobsbawm, et qui vit triompher le camp de la Raison en Europe (Popolo, 2006, p.66). Sa coïncidence avec le renouveau du pragmatisme n’a rien d’étonnant puisque celui-ci entend sortir de l’enfermement propre à chaque théorie, changer de perspective quand cela est nécessaire,  intégrer les préjugés de chaque acteur. En géopolitique l’approche pragmatiste, et quelle que soit l’échelle d’observation, a pour objet d’interpréter une configuration d’acteurs et de facteurs qui se déploient dans un certain nombre de champs, pour comprendre leurs relations et leurs problèmes. Pour notre part, nous avons souligné l’utilité de l’apport de la théorie du champ de Pierre Bourdieu à la compréhension des comportements des acteurs géopolitiques, de leurs trajectoires, de leurs changements de position (Dussouy, 2001, 2010).

40Chaque configuration est un artefact systémique, dynamique, perturbé parfois et dont la trajectoire dans le temps n’est jamais linéaire. Il s’agit d’un système stochastique, dans lequel des changements mineurs peuvent produire des conséquences disproportionnées. Chaque configuration est l’héritière de configurations précédentes. Elle allie donc le donné et le construit, sachant que si « tout est construit », comme l’a écrit Gaston Bachelard, il faut admettre pour le moins que tout construit finit par devenir un donné (certes déconstructible) pour les générations ultérieures. Par conséquent, l’approche  systémique doit aussi intégrer le long terme. Une illustration intéressante de cette façon de raisonner, choisie à dessein hors du domaine de la géopolitique stricto sensu et généralisable à toute la géographie, est l’objet-forêt tel que Marc Galochet et ses collaborateurs l’étudient (Galochet et alli, 2006). Le géosystème forestier (ou sylvosystème) de la façon dont ils l’ont défini, qu’il soit considéré à l’échelle locale ou régionale, se comprend comme une configuration de facteurs naturels et humains (soumis à des turbulences) et d’acteurs aux intérêts et aux stratégies le plus souvent divergents. Il offre de la sorte une série de faciès contextuels et dynamiques.

41La complexité d’un système tient au fait que le Tout est plus grand que la somme des parties, ce qui rend difficilement prévisible son évolution. En effet, en fonction des circonstances, il offrira de nouvelles propriétés ou opportunités (principe d’émergence), comme il pourra retrouver des propriétés originelles après de grands bouleversements (principe de résilience). Dans les systèmes spatiaux d’acteurs, la complexité est accrue parce qu’il convient de prendre en considération leurs croyances, leurs intentions et leurs visions du monde. Une manière de comprendre leurs perceptions mutuelles est de démultiplier les angles des projections cartographiques ; bien que, comme le note Robert Jervis, ce qui est crucial ce n’est pas tant ce que les gens pensent, mais ce sont les facteurs qui les amènent à croire ce qu’ils croient.

L’enquête et l’analyse spatiale.

42Par rapport à cela, il va de soi que les différents champs constitutifs de l’artefact géopolitique soient l’objet d’une procédure d’enquête spécifique et destinée à saisir leur logique interne de structuration et la rationalité limitée des acteurs qui s’y meuvent. Cette procédure renvoie à l’analyse spatiale qui « repère, révèle, analyse, classifie et explique les configurations récurrentes, les processus de leur mise en place et de leur évolution, tâche difficile car tout n’est pas visible dans l’espace, tout n’apparaît pas à l’occasion d’une seule lecture superficielle » (Bavoux, 2007, p.127). Preuve que le pragmatisme n’est pas une rupture.

43L’intentionnalité de l’acteur est d’autant moins facile à déchiffrer que se pose le problème des arrière-pensées. Sur la scène publique les hommes politiques jouent souvent des rôles qui ont peu à voir avec leurs véritables convictions et ils dissimulent leurs objectifs. Au niveau international, cette question fait partie de toutes celles qui séparent les néoréalistes qui font de l’incertitude quant aux intentions des Autres leur principe d’action, et les constructivistes qui ont tendance à croire qu’à l’heure de la communication « le problème des autres états d’esprit » n’est plus un problème (Dussouy, 2007) Au niveau de la géopolitique de la ville ou de celle de l’aménagement du territoire, le même type de démarcation sépare les observateurs.

44D’où le nécessaire recours à  une double investigation. D’une part, il faut suivre et intégrer les traces révélées par l’analyse spatiale qui « fait apparaître des structures (espacements, aires gravités, réseaux…), des fonctionnements (hiérarchisations, flux, interactions…) et des dynamiques (diffusions, événements spatiaux…) (Bavoux, 2007, p.127). D’autre part, et en même temps, il faut  déceler  les paradigmes qui influencent les comportements des acteurs, mettre en perspective les valeurs et les intérêts qui les conditionnent, et enfin saisir leurs perceptions. Les outils que sont les théories des relations internationales sont, à ce niveau, utiles parce que chacune d’elles tend à privilégier un champ : champ diplomatico-militaire pour les Réalistes et les Libéraux qui se retrouvent dans le champ de l’économie dans le cadre de l’Economie Politique Internationale, champ symbolique pour les Constructivistes.

45Au niveau de l’interprétation globale, la principale difficulté, celle sur laquelle les théories se fracassent, réside dans les relations d’incertitude qui caractérisent les interfaces des champs. Deleuze et Guattari l’ont formulée, à leur façon, dans le problème de la transduction, à savoir « la manière dont un espace sert de base à un autre, ou au contraire s’établit sur un autre, se dissipe ou se constitue dans l’autre » (Deleuze, Guattari, 1986, p.384).Toutefois, et en concordance avec ce qui a été écrit plus haut sur le rapport entre le pouvoir et l’espace, la meilleure façon d’affronter cette difficulté est d’admettre que le concept de puissance est le seul référent géopolitique commun à tous les champs. Dans tous les cas de figure, depuis la ville en tant que construction territoriale issue de l’interaction de stratégies d’acteurs aux potentiels différents (Hulbert, 2009), jusqu’à la société mondiale si l’on considère qu’il en existe une (Barnett, Duvall, 2005, p.309), parce qu’il est  permanent, constant, flexible et transformable, à la fois, c’est le pouvoir qui assure leur interconnexion. Les incertitudes que laissent malgré tout subsister les entrelacs des formes qu’il recouvre expliquent  que l’on propose des modèles d’interprétation alternatifs.

Modélisation et réflexivité.

46Les modèles servent à mettre de l’ordre dans la factualité inextricable du monde et à donner du sens aux choses dans la complexité des configurations. Leur formalisation et leur comparaison permettent d’interpréter les phénomènes, leurs interconnexions, de conceptualiser l’espace, et dans leur version cartographique de « visualiser » le système mondial, ou tout autre géosystème. Néanmoins, si leur autoconsistance est la condition première attendue, la principale difficulté réside dans leur consistance cognitive. C’est à dire dans leur capacité à être en congruence avec le réel et à l’expliquer pleinement. Là, le risque le plus grave pour l’observateur est de s’enfermer prématurément dans une représentation ou de réifier son modèle. Et il existe d’autant plus que le savoir est pouvoir, et que pour cette raison la théorie peut se muer en prophétie autoréalisatrice quand elle justifie par avance les résultats des stratégies de certains acteurs dominants, comme il en va aujourd’hui avec le modèle cosmopolitiste fondé sur la logique marchande. Néanmoins, une telle prophétie reste à la merci des aléas du système et des contradictions que cette même logique génère.  

47Aussi, dans le but d’éviter ce travers de la réification, la meilleure façon de se ménager une approche réflexive de la modélisation (laquelle consiste à mettre en cause les conditions dans lesquelles cette dernière a été pensée) est de la concevoir à contextes multiples. En ce qui concerne le devenir du système mondial, depuis l’hégémonie jusqu’au chaos (qui ne sont pas exclusif l’un de l’autre) des configurations plus ou moins bien ordonnées sont envisageables en fonction  des différents paradigmes en compétition (Dussouy, 2001, 2010).

48Il faut admettre néanmoins la faible prévisibilité des modèles. Ils le restent en dépit des progrès accomplis grâce à l’outil des mathématiques et de l’informatique qui, associé à la théorie du choix rationnel, les ont remis à l’ordre du jour dans les universités américaines où ils écrasent toute espèce de théorisation générale. Car, en dernier ressort, ces modèles ne font qu’anticiper la résultante de stratégies aux rationalités limitées, et ils restent à la merci des comportements irrationnels, récurrents en politique. Ceux que d’aucuns s’efforcent  néanmoins d’intégrer (Bueno de Mesquita, 2009).

Conclusion.

49La retrouvaille (si l’on pense à Richard Hartshorne) entre le pragmatisme et la géopolitique, ou leur rencontre récente en ce qui concerne les nouvelles générations, implique que l’on n’entende plus se laisser guider par une théorie ou par un paradigme, et encore moins par l’illusion d’atteindre la vérité ou de décrire l’exacte réalité sociale. Le pragmatisme préfère s’attacher à l’interprétation des  configurations d’acteurs et de pouvoirs qui constituent celle-ci et s’en tenir à l’explication des problèmes qu’elles mêmes génèrent. Face à la complexité des configurations géopolitiques qui rend inopérantes les théories parce qu’elles sont trop réductrices du réel (tout en demeurant des auxiliaires utiles), l’herméneutique (qui associe le systémisme et le multiperspectivisme) apparaît comme le meilleur moyen de s’en approcher sans prétendre à une explication définitive.

Haut de page

Bibliographie

AGNEW, J., 1998, Geopolitics: Re-Visionig World Politics, Routledge; 2005, Hegemony. The New Shape of Global Power, Temple University Press.

AGNEW, J., and CORBRIDGE, S., 1995, Mastering Space. Hegemony, Territory, and International Political Economy, Routledge, Londres et New York; 1989, “The new geopolitics: the dynamics of global disorder”, A World in Crisis? Geographical Perspectives,  Johnson, R.J. and Taylor, P.(eds), Oxford, Blackwell.

ALLEN, J., 2008, « Pragmatism and power, or the power to make a difference in a radically contingent world », Geoforum, p.1613-1624.

BARNES, T.J., 2008, “American Pragmatism: Towards a Geographical Introduction”, Geoforum, 1542-1554.

BARNETT, M. and DUVALL, R., 2005, Power in Global Governance, Cambridge, Cambridge University Press. Ils distinguent quatre formes de la puissance: compulsive, institutionnelle, structurelle et productive (cf. DUSSOUY, G., 2007, Les théories de l’interétatique, p.309).

BAVOUX, J.J., 2007, La géographie. Objet, méthode, débats, Paris, Armand Colin.

BERGER, P. et LUCKMANN, T., 1996, La construction sociale de la réalité, Paris, Armand Colin.

BERNSTEIN, R.J., 1983, Beyond Objectivism and Relativism. Science, Hermeneutics, and Praxis, Philadelphia, University of Pennsylvania Press.

BOULDING, K.E., 1971, “National Images and International System”, The Structure of Political Geography, KASPERSON, R., and MINGHI, J.V., Chicago, Aldine Publishing.

BUENO DE MESQUITA, B., 2009, The Predictioneer’s Game. Using the Logic of Brazen Self-Interest to See and Shape the Future, New York, Hoover.

CUTCHIN, M.P., 2008, “John Dewey’s metaphysical ground-map and its implications to geographical inquiry”, Geoforum, p. 1555-1569.

COAFFE, J. and HEADLAM, N., 2008, “Pragmatic localism uncovered: The search for locally contingent solutions to national reform agendas”, Geoforum, p.1585-1599.

DALBY, S., 2008, « Imperialism, Domination, Culture: The Continued Relevance of Critical Geopolitics », Geopolitics, vol.13, n°3, p. 413-436.

DELEUZE, G. et GUATTARI, F., 1986, Mille plateau, Paris, Minuit.

DOYLE, M., 1997, Ways of War and Peace: Realism, Liberalism and Socialism, New York, W.W. Norton and CY.

DUSSOUY, G., 2001, Quelle géopolitique au XXI° siècle ? Bruxelles, Complexe. Le livre est en libre accès dans « Les Classiques des Sciences Sociales », http://classiques.uqac.ca

DUSSOUY, G., 2006, Les théories géopolitiques, Paris, L’Harmattan.

DUSSOUY, G., 2007, Les théories de l’interétatique, Paris, L’Harmattan.

DUSSOUY, G., 2009, Les théories de la mondialité, Paris, L’Harmattan.

DUSSOUY, G., 2010, « Systemic Geopolitics: A Global Interpretation Method of the World », Geopolitics, vol.15, n°1, p.133-150.

GADAMER, H-G., 1976, Vérité et méthode. Les grandes lignes d’une herméneutique philosophique, Paris, Seuil.

GEOFORUM, 2008, Pragmatism and geography, n°39, 1527-1624, Elsevier/ScienceDirect www.elsevier.com/locate/geoforum.

GALOCHET, M., 2006, (sous sa direction) La forêt. Ressource et patrimoine, Paris, Ellipses

HELLMANN, G., 2009, « Pragmatism and International Relations », International Studies Review, vol.11, p.638-662.

HEPPLE, L.W., 2008, « Geography and the pragmatic tradition: The threefold engagement », Geoforum, p. 1530-1541.

HULBERT, F., 2009, “L’espace politique de la ville: plaidoyer pour une géopolitique urbaine”, L’Espace Politique, 8/2009-2 : Les pouvoirs dans la ville, www.espacepolitique. revues.org/index1330.html

JERVIS, R., 1970, The Logic of Images in International Relations, Princeton, Princeton University Press, avec une nouvelle edition, New York, Columbia University Press de 1990; 1976, Perception and Misperception in International relations, Princeton University Press ; 1997, System Effects. Complexity in Political and Social Life, Princeton, Princeton University Press.

JONES, O., 2008, « Stepping from the wreckage: Geography, pragmatism and anti-representational theory”, Geoforum, p.1600-1612.

KRATOCHWIL, F., 2006, “History, Action and Identity: Revisiting the “Second” Debate and Assessing its Importance for Social Theory”, European Journal of I.R., Vol.12 (1); 2007, “Of false promises and good bets: a plea for pragmatic approach to theory building (the Tartu lecture”, Journal of International Relations and Development, Vol.10.

LOSCHAK, D., 1978, “Espace et contrôle social”, Centre, périphérie, territoire, sous la direction de J.J. CHEVALLIER, Paris, CURAPP-PUF.

LUKES, S., 2005 “On power and the battle for hearts and minds”, Millennium, Journal of International Studies, Londres, vol.33, n°3, p.477-493.

MASSEY, D., 1994, Space, Place, and Gender, Minneapolis, University of Minnesota.

NEUFELD, M., 1999, The Restructuring of International Relations, Cambridge, Cambridge University Press.

O’TUATHAIL, G., 1996, Critical Geopolitics: The Politics of Writing Global Space, Minneapolis, University of Minnesota Press;

O’TUATHAIL, G., & DALBY, S., (eds), 1998, Rethinking Geopolitics, Londres, Routledge.

OUTHWAITE, W., 1998, “L’actualité du paradigme herméneutique”, Intellectica, 1-2, 26-27.

OWEN, D., 2002, « Re-orienting International Relations: on Pragmatism, Pluralism and Practical Reasoning », Millennium. Journal of International Studies, vol.31, n°3, p.653-673.  

PEIRCE, C., 1955, Philosophical Writings, New York, Justus Buchler.

PINKER, S., 2002, The Blank Slate. The Modern denial of Human Nature, Londres, Penguin Books.

POPOLO, D., 2006, « Complexity in a complex Europe: reflections on the cultural genesis of a new science », ECO Issue, vol.8, n°2.

RORTY, R., 1990, L’homme spéculaire, Paris, Seuil ; 1993, Conséquences du pragmatisme, Paris, Seuil ; 1993, Contingence, ironie et solidarité, Paris, Armand Colin ; 1994, Objectivisme, relativisme et vérité, Paris, PUF.

ROSIERE, S., et Alli., 2008 Dictionnaire de l’espace politique, Paris, Armand Colin, Voir les entrées « pouvoir » et « puissance ».  

RUGGIE, J.G., 1998, « Interests, Identity, and American Foreign Policy », Constructing the World Policy. Essays on International Institutionalization, New-York, Routledge.

RESCHER, N., 1977, Methodological Pragmatism. A Systems-Theoretic Approach to the Theory of Knowledge, New York, New York University Press.

SMITH, S.J., 1984, “Practicing Humanistic Geography”, Annals of the Association of American Geographers, vol.74, n°3, September., p.353-374.

SPROUT, H. and M., 1964, “Environmental factors in the study of international politics”, Politics and geography relationships, (Jackson, D., ed.), New Jersey, Englewood Cliffs.

SUMNER, W.G., 1906, Folkways: a study of the sociological importance of usages, manners, customs, mores and morals, Boston, Ginn.

WINCH, P., 1958, The Idea of a Social Science and its Relation with Philosophy, Londres, Routledge.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le « cercle herméneutique »
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1752/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 2 : Le pragmatisme méthodologique en géopolitique
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1752/img-2.png
Fichier image/png, 40k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Dussouy, « Pragmatisme et géopolitique - Les opportunités méthodologiques d’une retrouvaille épistémologique », L’Espace Politique [En ligne], 12 | 2010-3, mis en ligne le 11 février 2011, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/1752 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.1752

Haut de page

Auteur

Gérard Dussouy

Professeur de Géopolitique et de Relations internationales (CNU 23)
Université Montesquieu Bordeaux 4
gerard.dussouy@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org