Navigation – Plan du site

Géographie de l’environnement, écologie politique et cosmopolitiques

Geography of the Environment, Political and Cosmopolitan Ecology
Denis Chartier et Estienne Rodary

Résumés

Le présent article propose de poser des jalons de réflexions pour construire une géographie politique de l’environnement. Depuis qu’elle est constituée en école nationale, la géographie française n’a jamais vraiment réussi à considérer la question environnementale, fondamentalement politique, comme faisant ontologiquement corps avec son champ d’intervention. Malgré les enjeux contemporains environnementaux, elle continue de le faire. D’abord parce qu’elle n’a pas définitivement abandonné l’idée selon laquelle le retrait de la discipline vis-à-vis de l’environnement viendrait de sa capacité spécifique de distanciation objectivante. Ensuite parce qu’elle n’arrive pas à capitaliser un savoir propre sur l’environnement alors que d’autres disciplines, comme la biologie, ont trouvé une visibilité nouvelle par ce biais. Quand bien même les géographes s’intéressent à cette question, ils laissent trop souvent de côté les réflexions sur les politiques de la nature et sur les tensions heuristiques nature/culture pour rester dans une vision en phase avec le corpus historique de la discipline. Pourtant, post-déterminisme et globalisation imposent une révision en profondeur des schémas épistémologiques de la discipline. La conservation de la biodiversité comme zone d’expérimentation de nouveaux paradigmes et l’apparition contraignante d’un nouvel espace d’action cosmopolitique illustrent très bien cette nécessité. Parce que la conservation a longtemps matérialisé des positions opposées de l’écologie et de la géographie dans leurs façons de gérer l’espace et leurs liens au politique, les géographes n’ont que très peu étudié ce domaine d’activité. Il est pourtant historiquement traversé par des phénomènes proprement géographiques. Désormais inscrite dans les politiques de développement, la conservation se « transnationalise » et se localise simultanément. Déplacée d’une enclave naturelle vers une arène politique, elle peut aussi être envisagée comme un lieu d’expérimentation d’une nouvelle façon d’habiter le monde, à la fois postnaturelle et post-nationale. De façon concomitante, les processus de mondialisation, les questions de changements globaux, imposent un nouvel univers conceptuel fait de disjonctions, d’hybridation, d’interdépendances et d’interrelations. Un nouveau champ d’expériences et de responsabilités globales et individuelles est ouvert. Ces nouveaux espaces d’action, dépassant l’État-nation et le clivage nature/culture requièrent un tournant épistémologique. Ce pourrait être celui d’une nouvelle géographie politique de l’environnement, une géographie cosmopolitique.

Haut de page

Texte intégral

1Dans leur récent Dictionnaire de la géographie, Jacques Lévy et Michel Lussault identifient la « nouvelle géographie de l’environnement » comme un des trois courants qui structurent actuellement la géographie française. Même si ce courant n’est, selon leurs termes, « non encore complètement identifié » (Lévy et Lussault, 2003), on doit admettre que le simple fait d’être nommé représente une étape importante dans l’histoire et l’épistémologie de la discipline. Car la géographie n’a jamais su, depuis qu’elle a pu se constituer en école nationale, sérieusement considérer la question environnementale comme faisant ontologiquement corps à son champ d’intervention. Ceci est une question politique. Elle est politique au sens où l’environnement est un problème, une problématique, et non pas un objet matériel. C’est un concept qui questionne notre vision du monde et nos actions. Elle est politique également, par voie de conséquence, parce qu’elle n’est pas réductible à une question paradigmatique, interne à la science géographique, mais touche intrinsèquement à une dimension programmatique, où l’objet de la géographie est partie prenante d’une attente et d’un cadre sociaux. Elle est politique enfin parce qu’elle touche très directement à la déconstruction des grands récits qui ont fondé la science moderne, et notamment la maîtrise de la nature et la naturalisation de l’espace politique de l’État.

2Le présent article propose de poser des jalons de réflexion pour construire une géographie politique de l’environnement. Il le fait suivant trois axes. D’une part, en présentant succinctement ce qui a constitué le rapport de la géographie à l’environnement jusqu’à aujourd’hui, et notamment les raisons du retard actuel de la géographie sur ces questions. Ensuite, en illustrant l’urgence épistémologique à aborder la question environnementale, par la conservation de la biodiversité comme zone d’expérimentation de nouveaux paradigmes et les cosmopolitiques comme espaces post-naturels et post-nationaux dans lesquels doit désormais évoluer la géographie.

Impossible géographie de l’environnement ?

3On sait que les liens historiques de la géographie française avec l’environnement sont à la fois proches et conflictuels. La géographie européenne du xixe siècle est basée sur le modèle des sciences naturelles et développe une démarche à prétention holiste incluant l’étude des sociétés humaines et des milieux naturels. Mais la question du déterminisme amène les géographes français du début du xxe siècle à s’extraire d’un cadre strictement naturaliste, sans que ceci leur permette de constituer un véritable appareillage méthodologique et conceptuel pour appréhender la société. S’intéressant à l’homme tout en conservant un référentiel naturaliste, la géographie vidalienne n’est pas une science sociale tout en n’étant pas capable de « cerner les réalités biologiques que toute analyse écologique doit envisager » (Claval, 1984, p. 153). Le tournant spatialiste des années 1960, outre qu’il n’a pas touché de manière homogène la scène géographique française, s’approche en revanche davantage d’un modèle de sciences sociales en extrayant de son champ de vision la question naturelle, si ce n’est dans une forme réduite à la localisation et au déplacement d’une ressource. Cette géographie sociale « hors-sol » fait pendant à une géographie physique éclatée en sous-disciplines et qui se trouve finalement « contre-nature » (Bertrand et Bertrand, 1995). La volonté des géographes de construire une science englobant société et nature n’a pas résisté à la force des Modernes. La division entre géographie humaine et géographie physique est alors en quelque sorte un constat d’échec face à des prétentions initiales ambitieuses, mais qui doit s’évaluer dans un contexte où l’ensemble des sciences est traversé par les mêmes contraintes.

4Dans les années 1970, quand l’environnement devient un fait de société et un enjeu politique, la géographie ne parvient pas à retrouver, à travers ce nouveau champ d’investigation, l’unité qui avait structuré la démarche des fondateurs. Une trentaine d’années plus tard, les choses semblent n’avoir bougées qu’à la marge. La discipline reste étrangère au problème écologique et le constat d’un courant « non encore complètement identifié » est probablement vrai et donc proprement ahurissant, quand on connaît à la fois les enjeux qui se posent autour de l’environnement et l’investissement d’autres disciplines dans ce champ de recherche. La question se pose donc de savoir pourquoi la réintroduction d’un lien entre l’action des sociétés et l’action naturelle n’a pas été réappropriée par la géographie française, quand bien même ce lien était problématique – ou plutôt alors que ce lien était problématique.

5Pour tenter de répondre à cette interrogation, il faut aborder plusieurs points distincts. La première nécessité consiste probablement à abandonner définitivement l’idée selon laquelle le retrait de la géographie vis-à-vis de l’environnement viendrait d’une capacité de distanciation objectivante que ne posséderaient pas toutes les autres disciplines. Sur ce sujet, l’écologie, en particulier, est directement visée par les géographes francophones. Celle-ci, selon eux, « continue d’être le lieu d’ambiguïtés et de paradoxes, plus qu’aucune autre science, agitée qu’elle est par des systèmes de pensée dont les uns ont réalisé la fission [entre pratique et connaissance] et dont les autres se réclament d’une fusion entre pratique et connaissance. Cette agitation, qui confine, parfois, au chaos, explique probablement le contexte passionnel dans lequel s’élabore la protection de l’environnement » (Raffestin, 1995, p. 42). Cette vision positiviste de la science ne peut pas justifier la position actuelle de la géographie, parce que l’on sait que la recherche, si elle possède ses propres règles d’élaboration et de validation de son activité scientifique, n’échappe pas au contexte social dans lequel elle s’élabore. Dans l’après-guerre « la croissance économique et le délire technique partagé avec la plupart des autres sciences font entrer la géographie dans une ère d’optimisme total à l’égard des contraintes naturelles » (Robic, 1992, p. 199). À cette période, « Les orientations choisies dans chaque pays reflètent la logique du développement des idées dans chaque groupe national. Elles sont aussi adaptées aux problèmes et aux réalités auxquels il est confronté » (Claval, 1984, p. 85). La remarque est également vraie pour la géographie tropicale, qui « participera de cet effort de faire des colonies un incubateur de la modernité » (Berdoulay et Soubeyran, 2000, p 17) en reliant étroitement entreprise impériale et mise en valeur de la nature. À ce titre, l’histoire de la géographie est tout autant passionnelle et chaotique dans ses liens à l’action politique que l’écologie, mais sur un autre domaine, celui de l’aménagement et de la mise en valeur des territoires.

6Un autre élément concourt à (mal)positionner la géographie contemporaine quand elle aborde l’environnement, celui du retard qu’elle a accumulé dans le domaine depuis maintenant plus de 30 ans. La géographie n’arrive pas à capitaliser un savoir propre sur l’environnement, quand certaines autres sciences, et notamment l’écologie, ont trouvé une dynamique et une visibilité nouvelles par ce biais. Certes, on peut regarder les trains passer et juger que les erreurs d’aiguillage de l’écologie sont dues au fait que nous ne nous trouvons pas dans la locomotive, et ce d’autant plus facilement que la géographie a quelques prétentions à savoir conduire le train des études sur les « relations homme/nature ». Mais sur ce point du retard disciplinaire, il faut prendre l’expression de Pierre Bourdieu sur la sociologie comme sport de combat, non pas uniquement dans sa dimension de conflictualité politique, mais également comme description de son activité interne : la science, comme les arts martiaux, est une pratique de longue haleine. Il faut donc, en suivant Olivier Soubeyran (Soubeyran, 2000), ne pas tomber dans le double écueil qui consisterait à ne voir dans l’idée de développement durable (et donc de l’environnement) qu’un problème résolu depuis longtemps par les géographes ou de voir dans cette notion l’objet exclusif de la géographie.

7Le contexte est d’autant plus préoccupant que la géographie française ne se contente pas de regarder passer les études d’environnement en constatant leurs possibles dérives militantes : elle omet également de considérer les convois géographiques étrangers, quand bien même ceux-ci sont fondateurs d’une écologie politique scientifique fructueuse (Peet et Watts, 1996 ; Zimmerer et Bassett, 2003) et d’une réflexion portant à la fois sur la géographie de la nature et la nature de la géographie (Castree, 2005).

8En marge de ces domaines en défrichement, les géographes français abordent l’environnement par des angles minimalistes et prudents, qui témoignent avant tout de la méfiance et du retard dont ils font preuve à propos de cet objet dont on pourrait presque croire que la « demande sociale » les charge à leur corps défendant. Certains professionnels de la discipline ont pris la mesure de l’enjeu, mais l’utilisent dans une démarche principalement dictée par le souci d’asseoir solidement la géographie dans le champ des sciences sociales. Par là, ils envisagent la nature dans la mesure où elle est traduite par la société, sans vraiment que la tension heuristique entre nature et culture apparaisse comme une question de recherche ou comme élément structurant d’une problématique. Il serait pourtant faux de dire qu’un courant strictement constructiviste soit en cours de formation en France, pour la principale raison que les ouvrages sur ce sujet manquent... De toute manière, le sujet n’intéresse que peu de géographes. La plupart préfèrent rester cantonnés à une vision plus traditionnelle et davantage en phase avec le corpus historique de la discipline. Le rapprochement de la géographie avec l’environnement est alors conçu comme un retour à une science des relations entre les sociétés et la nature. Ce mouvement est d’autant plus renforcé qu’il participe d’un référentiel plus large d’intégration, notamment à l’oeuvre dans la rhétorique du développement durable (Miossec, 2004). Le souci intégrateur – et pour tout dire réconciliateur – est légitime pour une discipline qui a longtemps été marquée par la coupure entre science physique et science humaine. Mais si le concept d’intégration peut être nécessaire pour appréhender la question environnementale, il n’est pas suffisant. Déjà parce que les relations entre l’homme et la nature ne sont jamais des jeux à somme nulle. Le terme de « relation » ne donne qu’une vision partielle d’un processus qui doit être évalué dans un cadre à la fois dynamique et orienté. L’appareillage conceptuel et les méthodologies à disposition de la science permettent aujourd’hui d’envisager l’environnement comme un domaine où les réponses sont orientées par des contraintes ou des opportunités, sans pour autant tomber dans un déterminisme strict, comme l’illustrent par exemple les études d’histoire de l’environnement (Grove et Chappell, 2000). Mais cette science « post-déterministe » ne peut pas être une position érigeant l’incertitude comme principe de non-détermination et d’inaction (Mermet et Benhammou, 2005). En particulier, la période contemporaine oblige à rendre compte des crises que connaît la biosphère malgré la complexité des phénomènes et des interactions à l’œuvre. La question du réchauffement climatique d’origine anthropique illustre bien ce point. Après une période d’incertitude scientifique liée aux difficultés à construire des modèles suffisamment précis pour dégager des scénarios réalistes, la grande majorité des chercheurs mondiaux travaillant sur la question, réunis au sein du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), a conclu depuis plus de dix ans que l’activité humaine avait bien un impact sur les variations climatiques globales. Ce qui est à noter dans ce processus de détermination du problème n’est pas le caractère politique du GIEC qui fausserait les résultats, mais le fait que les scientifiques aient abouti à un avis majoritaire malgré les politiques (Hourcade et Journé, 2003). Dans cet exemple comme ailleurs, post-déterminisme et globalisation imposent une révision en profondeur des schémas épistémologiques de la géographie.

Géographie de la conservation et écologie politique

9Quelle est la place de la conservation de la nature dans ce paysage de recherche ? Considérée non pas simplement comme une procédure de gestion de la nature, mais également comme un domaine de l’action politique, la conservation, plus que d’autres domaines d’environnement, représente – ramassée autour de techniques précises – une des formes les plus extrêmes de matérialisation des exigences environnementales. Elle est à ce titre présentée par la géographie comme l’excroissance par laquelle l’écologie s’est le plus galvaudée. Dans ce contexte, la conservation de la nature est restée, depuis son institutionnalisation au début du xxe siècle, un domaine d’activité relativement peu étudié par les géographes. Ceci est paradoxal à plusieurs titres. Déjà parce que la « conservation », comme champ social constitué, a été basée sur un outil d’action particulier : l’espace naturel protégé. Qu’il s’agisse de parcs nationaux ou de réserves, ces enclaves ont été construites sur un critère particulier, celui d’un contrôle spatial des activités humaines et du fonctionnement des écosystèmes. À ce titre, cet outil des écologues et des conservationnistes, de même que les raisons et les enjeux qui ont poussé ceux-ci à privilégier cet outil, aurait pu retenir davantage l’attention des géographes. L’explication de cette absence tient sans doute aux positions opposées de la géographie et de l’écologie dans leurs façons de gérer l’espace et leurs liens à la politique. Mais si cette explication a sa valeur, elle laisse de côté deux dimensions plus complexes.

10La première tient au fait que la conservation n’a historiquement pas été antinomique à la modernité. Elle a, au contraire, tout autant été une conséquence de la modernité qu’un mouvement d’opposition à celle-ci. Elle entrevoit les conséquences possibles de l’exploitation de la nature qu’engendre le système moderne mais, pour répondre à ces enjeux, elle suit finalement une voie parallèle à celui-ci. Le mouvement de création des aires protégées (réserves de chasse puis parcs nationaux) et la constitution des administrations en charge de ces espaces sont les traductions concrètes d’une sectorialisation de la conservation qui la place dans un cadre institutionnel similaire à d’autres secteurs, « internes », si l’on peut dire, au monde moderne dans ses formulations légal-rationnelles et étatiques. Une preuve en est donnée par la similitude des formes de fonctionnement des deux systèmes. Si la conservation paraît au cours du siècle dernier s’isoler dans sa réserve et apparaît antinomique avec l’exploitation de la nature qui caractérise la modernité (et son avatar, le développement) elle partage néanmoins avec ceux-ci les mêmes logiques : une rationalité basée sur un savoir scientifique, une approche technique de la gestion des milieux et un contrôle étatique des espaces et des hommes. L’expression qui fonde, à partir des années 1930, la démarche des parcs nationaux, celle d’un État dans l’État, doit ainsi être comprise de deux façons. Elle montre la volonté de pérenniser les mesures de protection de la nature, elle illustre aussi que dans son enclave spatiale et sectorielle la conservation se pense de manière identique à l’État qui l’entoure (Dumoulin et Rodary, 2005).

11La seconde explication tient aux transformations récentes de la conservation confrontée à la question environnementale. À partir des années 1970, en proie à de vives critiques sur ses conséquences sociales et sur son approche écologique bornée, cherchant à retrouver une légitimité écornée, le monde conservationniste a décidé de modifier en profondeur ses pratiques, en articulant ses objectifs avec ceux du développement économique et en associant les populations locales à ses politiques. L’intégration de la conservation dans un cadre développementaliste pose ainsi un nouvel objet d’étude dans un champ familier aux géographes, celui d’une réflexion sur l’articulation des pratiques sur un même espace. À ce titre, la focalisation de certaines études de géographie sur les « espaces sauvages » et ses conséquences socio-territoriales est particulièrement intéressante, mais surtout comme étude historique... Certes, il reste des réserves intégrales et les militants de la wilderness sont encore actifs, mais les référentiels qui déterminent le champ conservationniste sont loin de ce concept politiquement et scientifiquement obsolète.

12Enfin, l’inscription de la conservation dans le développement se fait actuellement à une échelle globale. La conservation se transnationalise et se globalise : à la fois dans ses problématiques (émergence de la notion de biodiversité mondiale, effets du réchauffement climatique sur la gestion des milieux) et dans les formes que prennent les institutions et les enjeux sociaux dans ce domaine (augmentation du nombre d’ONG, multiplication des conventions internationales, apparition d’acteurs « globaux », etc.). En même temps, le tournant participatif engagé depuis les années 1980 cherche à favoriser les processus de réappropriation locale des politiques de gestion de la nature. Dans ce contexte, c’est encore un phénomène proprement géographique qui est actuellement à l’œuvre, avec un emboîtement d’échelles complexe et des logiques métriques largement divergentes, dans lesquelles apparaissent finalement les problématiques de mondialisation de l’environnement.

13Ce faisant, la conservation a suivi depuis trente ans le mouvement plus général d’extension et de consolidation de la question environnementale, qui a progressivement dépassé le cadre restreint d’une approche naturaliste pour se trouver directement intégré à une réflexion sur la nature des dynamiques socio-économiques actuelles. Ce processus d’intégration, actuellement au centre des débats sur la conservation de la biodiversité (Rodary, 2003), s’opère sur deux niveaux : au sein de l’écologie de la conservation et comme élément expérimental de définition d’un nouveau rapport au monde.

14En termes sectoriels, la conservation est largement déterminée par (mais n’est pas réductible à) l’écologie de la conservation. En ce sens, les changements paradigmatiques de l’écologie ont eu une influence sur les pratiques de la gestion de la nature. Le passage, dans les années 1970-80, d’une écologie écosystémique à une écologie plus ouverte, portant son attention sur les paysages, la biogéographie et la biosphère, a décentré l’action de protection depuis des espaces naturels vers des mosaïques plus complexes. Renforçant ces évolutions scientifiques, la création de la notion de biodiversité à la fin des années 1980, a ouvert la conservation aux pratiques anthropiques comme éléments constitutifs de la diversité et à la planète comme espace politique et biologique. L’écologie climacique est donc un paradigme dépassé au sein même de la discipline, qui s’intéresse aujourd’hui à des paysages en déséquilibre et à des phénomènes imprédictibles, où finalement les écosystèmes connaissent des processus historiques (Zimmerer, 2000). Dans ce contexte, les critiques portées à l’écologie de l’érosion, des capacités de charge ou des impacts anthropiques s’adressent à une arrière-garde (certes parfois encore forte chez les conservationnistes) ou aux sciences sociales elles-mêmes, qui sont restées longtemps écosystémiques quand l’écologie s’ouvrait déjà aux dynamiques intégratives (Scoones, 1999).

15Ceci déplace singulièrement la conservation depuis une enclave naturelle vers une arène politique. Débarrassée de ses antagonismes rigides (qui, dans le contrôle d’espaces vierges, ont montré historiquement leurs limites), la conservation peut s’envisager comme espace d’expérimentation d’une nouvelle façon d’habiter le monde, à la fois post-nationale et post-naturelle. Elle fait alors directement écho aux thèses du développement durable dans ses formulations les plus progressives et les plus audacieuses. Les enjeux que pose la conservation sont finalement fondamentaux, pour autant qu’on puisse les formuler en termes post-déterministes et transcendants aux rhétoriques climaciques. Ils engagent une réflexion sur les processus de mondialisation et sur la façon de vivre en cosmopolitique.

Environnement, mondialisation et géographie cosmopolitique

16Avec les problèmes environnementaux contemporains, nous sommes en effet en présence de quelques uns des processus les plus symptomatiques de la mondialisation. Tout comme les dynamiques financières ou culturelles, mais avec une dimension écologique en plus, ils se déploient de manière organique à l’échelle de la planète, d’une façon accélérée, irréversible et exhaustive. Sans précédent historique, ces phénomènes s’internalisent  au sein de toutes les sociétés comme dans la vie quotidienne de tous les individus. Si rien n’est totalement mondial, tout le devient aujourd’hui un peu (Gemdev, 1999). Ces processus transforment le monde en un espace où la distinction entre le dedans et le dehors, entre le national et l’international, entre le local et le global, entre nous et les autres, entre la nature et la culture s’estompent. C’est un nouvel univers conceptuel qui s’impose, fait de disjonctions, d’hybridation, d’interdépendances et d’interrelations (Badie et Smouts, 1995 ; Appadurai, 2001 ; Johnston, 2002).

17Les effets de ces nouvelles imbrications apparaissent singulièrement lorsque l’on s’intéresse à l’environnement. Révélées par les changements climatiques ou les problèmes de préservation de la biodiversité, ces imbrications ont provoqué une nouvelle prise de conscience touchant aux relations hommes/nature, à travers lesquelles se réinventent de nouvelles règles d’usage du Monde (Ferrier, 1998). Ceci revient à relever un défi rendu évident par la notion de finitude : la planète et la nature sont devenues des ressources rares et fragiles qui doivent être gérées et pensées différemment.

18Les menaces environnementales remettent en question la survie de l’humanité. La volonté de maîtrise de la nature de la modernité a construit des golems que la société ne contrôle plus (Sloterdijk, 2000). En manipulant le vivant, en procédant à une expérience géophysique à l’échelle planétaire, en provoquant une destruction massive des espèces vivantes non-humaines, l’humanité met en danger la biosphère tout en hypothéquant les conditions de sa propre reproduction (Deléage, 2002). Ces constats remettent en cause le dualisme nature/culture. Dans les mondes occidentalisés, les problèmes environnementaux liés à l’action anthropique ont pris une telle ampleur que les conditions d’existence de la biosphère sont devenues, dans des termes jusqu’alors inconnus, fortement subordonnées à l’action humaine (Descola, 2006). Nous sommes face à une interdépendance renforcée, une symétrie vitale qui mande une nouvelle gestion des relations entre l’humanité et la planète ; un rapport onto-géographique de l’humanité avec la Terre – ­­­l’écoumène d’Augustin Berque (2000) – par lequel on puisse repenser la séparation classique entre le gouvernement des hommes et les mondes naturels (Latour, 1999). Il est alors nécessaire d’élaborer des politiques de la nature capables de dépasser l’antinomie moderne entre nature et culture.

19Cette construction amène à penser le Monde unifié, un monde où s’en est fini de l’autre dans son altérité incommensurable. Lorsqu’un problème environnemental touche l’ensemble de la planète ou concerne l’ensemble des sociétés, on assiste à une coïncidence entre les niveaux d’échelles des sociétés et de la nature, entre la biosphère et une société-monde (Dollfus, 1999). Ceci impose une vision entièrement renouvelée de la politique qui passe par un abandon liminaire : celui du nationalisme méthodologique. C’est aujourd’hui connu et abondamment analysé, les États ne constituent plus, à eux seuls, le théâtre de l’action collective au sens où ils ne fixent plus seuls l’espace, ni les systèmes de règles du jeu de l’agir politique (Rosenau, 1990 ; Badie et Smouts, 1995). De nouveaux acteurs émergent (organisations internationales, ONG, individus…) et le territoire national se trouve concurrencé par d’autres formes d’espace politique de plus en plus légitimes (Chartier et Ollitrault, 2005). L’idée de poursuivre des objectifs nationaux avec des moyens nationaux s’essouffle. Un horizon renouvelé apparaît, constitué « de valeurs de la diversité reconnue et vécue, qui imprègnent toutes les situations sociales et les contextes historiques à la façon d’un common sense qui s’empare de vastes parties de l’humanité et les conduit à des évolutions apparemment irrésistibles » (Beck, 2003, p. 17). L’optique nationale doit alors être remplacée car elle se trouve désenchantée, déontologisé, historicisé et dépossédé de sa nécessité interne (Beck, 2006).

20Un nouvel espace d’action s’impose alors, dépassant à la fois l’État-nation et le clivage nature/culture – un espace cosmopolitique. «  L’expérience d’une civilisation qui s’est elle-même mise en danger, et l’expérience de la finitude planétaire qui abolit [ou réduit fortement] l’adversité plurielle des peuples et des États » créent « un espace d’action clos fait de signification intersubjectives contraignantes » (Beck, 2006, p. 47). La globalité, l’interrelation des dangers environnementaux et civilisationnels, le retour des externalités ouvrent un nouveau champ d’expériences et de responsabilités à la fois global et individuel. Il institue un espace et des contextes communs de sens et d’action qui imposent un tournant épistémologique, celui d’une géographie cosmopolitique. Penser et construire les cosmopolitiques, les politiques de la crise de la modernité, pour composer un monde commun, un cosmos, dans lequel on intégrerait les non-modernes, les non-humains et les « surnatures ». Voilà une tâche passionnante. Voilà le cadre stimulant d’une nouvelle géographie politique de l’environnement.

Haut de page

Bibliographie

Appadurai A. (ed.), 2001, Globalization, Durham et Londres, Duke University Press.

Badie B., Smouts M-C., 1995, Le retournement du monde. Sociologie de la scène internationale, Paris, Dalloz.

Beck U., 2003, Pouvoir et contre-pouvoir à l’ère de la mondialisation, Paris, Flammarion.

Beck U., 2006, Qu’est ce que le cosmopolitisme ?, Paris, Flammarion.

BERDOULAY V. et SOUBEYRAN O. (dir.), 2000, Milieu, colonisation et développement durable. Perspectives géographiques sur l’aménagement, Paris et Montréal, L’Harmattan.

BERQUE A., 2000, Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, Paris, Belin.

BERTRAND C. et BERTRAND G., 1995, « La géographie et les sciences de la nature », in BAILLY A., R.

CASTREE N., 2005, Nature, Londres, Routledge.

CHARTIER D. et OLLITRAULT S., 2005, « Les ONG d’environnement dans un système international en mutation : des objets non identifiés ?» in AUBERTIN C. (dir.), Représenter la nature ? ONG et biodiversité, Paris, Editions de l’IRD, p. 21-58.

CLAVAL P., 1984, Géographie humaine et économique contemporaine, Paris, PUF.

DELÉAGE J.-P., 2001, La biosphère. Notre Terre vivante, Paris, Gallimard.

DESCOLA P., 2005, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard.

DUMOULIN D. et RODARY E., 2005, « Les ONG, au centre du secteur mondial de la conservation de la biodiversité », in AUBERTIN C. (dir.), Représenter la nature ? ONG et biodiversité, Paris, Editions de l’IRD, p. 59-98.

DOLLFUS O., GRATALOUP Ch. et LÉVY J., 1999, « Le Monde : pluriel et singulier », in GEMDEV, Mondialisation: les mots et les choses, Paris, Karthala, p. 81-120.

FERRIER J.-P., 1998, Le contrat géographique ou l’habitation durable des territoires, Antée 2, Paris, Payot.

GEMDEV, 1999, Mondialisation : les mots et les choses, Paris, Karthala.

GROVE R.H. et CHAPPELL J. (dir.), 2000, El Niño: History and crisis. Studies from the Asia-Pacific region, Cambridge, The White Horse Press.

HOURCADE J.-C. et JOURNÉ V., 2003, « Monsieur Homais, les guides de montagne et le maître nageur. Variations sur la négation des risques climatiques », Critique Internationale, 18, janvier, p. 65-79.

JOHNSTON R. J., TAYLOR P.J. et WATTS M.J. (dir.), 2002, Geographies of global Change. Remapping the world, Padstow, Blackwell Publishing.

LATOUR B., 2004, Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, La Découverte.

LÉVY J., 1999, Le tournant géographique : penser l’espace pour lire le monde, Paris, Belin.

LÉVY J. et LUSSAULT M. (dir.), 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

MERMET L. et BENHAMMOU F., 2005, « Prolonger l’inaction environnementale dans un monde familier : la fabrication stratégique de l’incertitude sur les ours du Béarn », Écologie & Politique, n°31, p. 121-136.

MIOSSEC A., ARNOULD P. et VEYRET Y. (dir.), 2004, « Vers une géographie du développement durable», Historiens et Géographes, n°387, juillet, p. 81-259.

PEET R. et WATTS M., 1996, Liberation ecologies. Environment, development, social movements, Londres, Routledge.

RAFFESTIN C., 1995, « Les ingérences paradoxales de la pensée écologique », in SABELLI F. (dir.), Écologie contre nature. Développement et politique d’ingérence, Paris et Genève, PUF et Nouveaux Cahiers de l’IUED, p. 41-51.

ROBIC M.-C. (dir.), 1992, Du milieu à l’environnement. Pratiques et représentations du rapport homme/nature depuis la Renaissance, Paris, Economica.

RODARY E., CASTELLANET Ch. et ROSSI G. (dir.), 2003, Conservation de la nature et développement. L’intégration impossible ?, Paris, Karthala & GRET.

ROSENAU J., 1990, Turbulence in world politics. A theory of change and continuity, Princeton, Princeton University Press.

SMOUTS M.-C. (dir.), 2000, « Politiques de la biosphère », Critique Internationale, n°9, octobre, p. 115-175.

SCOONES I., 1999, « New ecology and the social sciences: what prospects for a fruitful engagement? », Annual Review of Anthropology, 28, p.479-507.

SLOTERDIJK P., 2000, La mobilisation infinie, Paris, Bourgois.

SOUBEYRAN O., 2000, « De quelques implications de la “relation homme/milieu” », in LÉVY J. et LUSSAULT M. (dir.), Logiques de l’espace, esprit des lieux. Géographies à Cerisy, Paris, Belin, p. 253-268.

ZIMMERER K. S., 2000, « The reworking of conservation geographies: nonequilibrium landscapes and nature-society hybrids », Annals of the Association of American Geographers, 90, 2, p. 356-369.

ZIMMERER K. S. et BASSETT T. J. (dir.), 2003, Political ecology. An integrative approach to geography and environment-development studies, New York, The Guilford Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Chartier et Estienne Rodary, « Géographie de l’environnement, écologie politique et cosmopolitiques », L’Espace Politique [En ligne], 1 | 2007-1, mis en ligne le 16 janvier 2007, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/284 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.284

Haut de page

Auteurs

Denis Chartier

Maître de conférences – Université d’Orléans
10, rue de Tours
BP 46 527
45065 Orléans cedex 2
denis.chartier@univ-orleans.fr

Estienne Rodary

Chargé de recherche – IRD
5, rue du Carbone
45072 Orléans cedex 02
estienne.rodary@orleans.ird.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org